Vous n’aimez pas le mois de Novembre ? Et si on vous faisait sortir de la grisaille à travers les traditions américaines

Après deux chroniques un peu plus axées sur la politique, laissons-donc Donald Trump, les démocrates et les républicains se battre entre eux pendant les midterms. Nous aurons largement le temps d’analyser et de commenter les résultats dans les semaines qui suivront. Aujourd’hui, à travers cet article quelque peu différent et décalé, plongez dans les festivités américaines ou offrez-vous un petit voyage virtuel dans le pays de George Washington.

C’est bien connu, après l’été et ses belles chaleurs arrive l’automne et ses belles couleurs de septembre et octobre. Mais ensuite, c’est le gris, le froid, la pluie, des journées très courtes avec le changement à l’heure d’hiver en supplément. Vous l’aurez compris, le mois de novembre ne semble à priori pas très festif. Cependant, détrompez-vous, nous allons tenter de vous démontrer le contraire en vous faisant voyager à travers quelques traditions américaines. De Halloween à Thanksgiving, en passant par le Black Friday, vous ne pourrez qu’approuver que certaines d’entres elles ont depuis longtemps largement franchi l’autre côté de l’Atlantique. Et vous comprendrez dans le dernier paragraphe pourquoi il vous faut remercier notre calendrier annuel.

 

Lancement des festivités avec Halloween et El dia de los Muertos
La fête originaire des îles Anglo-Celtes n’a plus besoin d’être présentée. Gagnant en popularité dans les années 1920-1930, Halloween est maintenant fêté par près de 70% de la population américaine dans la soirée du 31 octobre au 1er novembre. Avec ses célèbres citrouilles et autres lanternes, la tradition a maintenant également ses adeptes en Europe où des millions d’enfants partent à la chasse aux bonbons et bravent les premiers froids de l’hiver. Le lendemain de la récolte de sucreries, bienvenue en novembre.

Le 1er novembre est justement un jour férié dans les cantons catholiques suisses et en France avec la Toussaint que l’on retrouve sous le nom de “El dia de los Muertos” (le jour des morts en espagnol) aux Etats-Unis. Cette fête d’origine sud-américaine et mexicaine à la base, se fait petit à petit une place dans le pays de Washington avec les nombreux hispaniques et l’inscription au patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’Unesco. Offrandes de nourritures, costumes, décorations des tombes, défiles et spectacles se côtoient avec un temps pour le recueillement. Preuve de l’internationalisation de cette coutume avec le dernier James Bond sorti en 2015 (Spectre) qui en fait sa part belle dans la scène de lancement.

Un peu de politique ou de recueillement c’est selon
Nous avions tenté de laisser la politique de côté, mais les chaînes de télévisions et de news finissent par se lasser de Halloween et nous rattrapent le mardi suivant le premier lundi de novembre. Comme mentionné dans le dernier article (Midterms 2018: les Américains prêts à se mobiliser pour les élections de mi-mandat), les Américains se passionnent pour l’élection de leur congrès (tous les deux ans) ou de leur président (tous les quatre ans). Cette année, aucun répit avec Donald Trump en guerre contre l’immigration que l’on entend jusqu’en Europe.
Néanmoins, l’histoire fait des fois bien les choses, puisque le 11 novembre est le Veterans Day aux Etats-Unis. Cette journée commémorative en l’honneur des anciens combattants rassemble toute la population et est un jour férié officiel. Coïncidant avec le jour de l’Armistice de la première guerre mondiale, cette journée de recueillement a été insaturée en 1954 par le président Eisenhower. Composé de discours, défilés et rassemblements en l’honneur de tous les soldats ayant combattus (à ne pas confondre avec le Memorial Day au mois de mai), on remarque encore une fois ce jour-là que la place des vétérans est très importante dans la société américaine.
Thanksgiving suivi du très commercial Black Friday 
Plus on avance dans le mois de novembre, plus la période des fêtes avec le début des décorations de Noël arrive à grand pas. Aux Etats-Unis, il y a encore un jour très important avant la folie et la fête du mois de décembre: Thanksgiving. Jour d’action de grâce et de retrouvailles par excellence, cette fête célébrée le quatrième jeudi du mois de novembre est irremplaçable pour tout Américain. Les jours ou soirs précédents, tout le pays se déplace pour retourner dans sa famille et les routes, autoroutes, transports et aéroports sont bondés et les prix au plus haut. Finalement, une fois arrivés chez eux, le repas de Thanksgiving composé traditionnellement d’une dinde est partagé dans la convivialité et la reconnaissance.
Pour avoir été sur place, j’ai également pu constater que c’est peut-être aussi la période la plus solitaire pour les personnes sans familles et seules. Toutefois, les associations et organisations font un travail remarquable en offrant et servant des repas aux personnes seules et sans domicile fixe. De nombreux habitants en font leur mission de cette journée là.
A des années lumières de Thanksgiving se trouve le Black Friday. Le lendemain de la fête, des millions d’Américains se ruent dans les centres commerciaux et autres magasins pour acheter toutes sortes de produits et d’équipements à des prix soldés défiants toute concurrence. Avec l’avènement de l’e-commerce, Amazon et les autres plateformes concurrentes en ont fait un rendez-vous incontournable du mois de novembre. Si les commandes explosent sur le net, il n’est pas rare de voir encore des gens se battre dans les magasins pour acheter le dernier téléviseur ou la dernière tablette disponible à prix réduit. Et vous n’avez pas besoin de partir aux Etats-Unis pour cela, puisque la mode du Black Friday s’est plus que démocratisée en Europe et en Suisse. Alors si vous avez besoin d’un nouvel équipement de ski ou d’une nouvelle veste pour l’hiver, pensez y mais avec calme et raison.
Noël et ses téléfilms sortis tout droit de Hollywood vs le sport américain
Si le temps et le froid ne vous poussent aucunement à sortir de chez vous, soyez rassurés la télévision et l’industrie du cinéma s’occuperont de vous. Comme chaque année, les dizaines de films et téléfilms sur Noël passent en boucle sur les chaînes avec une multitude d’histoires à l’américaine. “Rendez-vous de Noël”, miracle et tragédies sont autant de comédies sorties tout droit des productions de Hollywood. Habituellement programmés dès novembre, ces films ont battu un record cette année en prévoyant le premier dès le début du mois d’octobre.

Enfin, il ne serait pas bon de rester inactif derrière les petits écrans. Bien que la grisaille persiste et que les stations de skis ne soient pas encore ouvertes, la période est propice aux patinoires, terrains de sports couverts voire extérieurs. Le sport américain tout entier est en pleine activité puisque la finale du championnat de Baseball (MLB) a lieu entre fin octobre et début novembre et que tous les autres sports sont en cours de saison. La NHL (hockey), la NBA (Basketball), la MLS (football ou soccer) et la NFL (football américain) offrent du beau spectacle dans les stades, à la télévision et pourraient vous tenter à effectuer un petit essai sportif. Vous l’aurez compris, le froid n’arrête pas les sportifs américains. Toutefois, il est vrai qu’il est plus facile et motivant de s’entraîner en Californie que dans la grisaille du Jura ou de Pittsburgh.

Des vacances sous soleil ou sous les lumières de l’Avent ?
Si vous êtes d’avis que le mois de novembre ne peut être festif et rempli de belles surprises, il vous reste encore l’option de voyager aux Etats-Unis. Certes, il vous faudra économiser un petit peu avant et ne pas tout dépenser pour Thanksgiving ou lors des soldes du Black Friday, mais si recherchez à tout prix le chaud et le soleil, la Californie et la Floride sauront vous accueillir à bras ouverts. Les températures sont encore dignes de la fin de l’été ou début de l’automne en Suisse et les prix et le nombre de touristes ont quelque peu diminués.
Pour ceux qui sont prêts à braver le froid, les villes situées sur la côte de l’Atlantique (dont la capitale et la ville de la statue de la liberté) offrent de magnifiques décorations et couleurs de Noël. Vous pourrez notamment participer à l’inauguration du sapin de Noël (Tree lighting day) le quatrième mercredi de novembre. Là aussi, les prix sont quelque peu plus abordables qu’en pleine saison touristique et que pendant les fêtes de fin d’année. Vous l’aurez deviné, ce petit voyage à travers les traditions et événements festifs du mois de novembre aux Etats- Unis était une manière de vous faire découvrir ou se rappeler l’influence qu’a pris ces dernières décennies le pays sur notre culture et commerce.
Néanmoins, si vous n’êtes pas encore convaincu des richesses du mois de novembre, un petit rappel historique ne vous fera aucun mal. Ainsi, jusque vers le 16ème siècle (avec l’utilisation du calendrier de la Rome antique), le mois de novembre était le dernier mois de l’année avec 61 jours. Ce n’est qu’en 1582 avec le passage au calendrier grégorien qui vit la création du mois de décembre que le mois de novembre fut raccourci à 30 jours. Alors, pas si long le mois de novembre ?

Midterms 2018: les Américains prêts à se mobiliser pour les élections de mi-mandat

Deux ans après la victoire surprise de Donald Trump, les Américains sont rappelés aux urnes pour les élections de mi-mandat appelées “midterm elections” aux Etats-Unis. Si cet exercice est un peu moins connu que la course à la maison blanche en Europe, il est également moins populaire en Amérique. Cette année semble toutefois être une exception, avec une participation qui s’annonce importante. La personne de Donald Trump n’est d’ailleurs certainement pas étrangère à tout cela. Petit tour d’horizon de l’humeur et des enjeux à quelques jours du vote.

Qu’on le soutienne ou qu’on le déteste ouvertement, le président américain Donald Trump a au moins le mérite de ne laisser personne indifférent. Pour lui, les midterms du 6 novembre prochain sont le premier grand test avant une éventuelle campagne pour sa réélection. Soit les républicains gardent le pouvoir au congrès et il pourra très certainement continuer à mener sa politique actuelle, soit les démocrates parviennent à renverser la table et une toute autre constellation politique se profilera à lui pour les deux dernières années de son mandat présidentiel.

Un renouvellement (partiel) du congrès chaque deux ans
Comme évoqué en préambule, le système électoral américain est ainsi fait, que ses concitoyens sont appelés chaque deux ans à renouveler leur congrès constitué de deux chambres. La chambre des représentants (House of Representatives, chambre basse) est complètement recomposée, alors que le Sénat (Senate, chambre haute) ne l’est qu’à un tiers puisque les sénateurs sont élus pour 6 ans. De ce fait, une nouvelle assemblée est à chaque fois élue soit lors de l’élection présidentielle, soit lors du scrutin de mi-mandat comme ce sera le cas le 6 novembre prochain. En résumé, l’élection du congrès a ainsi lieu chaque mardi suivant le premier lundi du mois de novembre des années paires.

Vous l’aurez compris, outre le renouvellement de l’assemblée, les midterms sont aussi une occasion pour les Américains d’approuver ou non la politique du gouvernement en place. Un air de “mini référendum présidentiel”, en quelque sorte. Il est d’ailleurs de coutume que le parti du président en place perde ce scrutin et qu’il doive plus ou moins gouverner avec un congrès moins favorable que lors de la première moitié de son mandat. Dans l’histoire, seuls Bill Clinton (1998) et George W. Bush (2002) sont parvenus à faire gagner leur camp lors de cette épreuve.

Une occasion en or pour les démocrates 
Avec un Donald Trump très populaire dans sa base mais tout aussi décrié par le reste de la population, les démocrates ont donc de très grandes chances de remporter une voire les deux chambres du congrès. Selon les dernières projections, ils devraient ainsi s’emparer de la chambre des représentants alors que leur probabilité de remporter le Sénat paraît beaucoup plus incertaine qu’il y a six mois. En cause, quelques succès “passagers” de Trump sur la scène internationale, et les accusations finalement sans conséquences prononcées contre le nouveau juge fédéral Brett Kavanaugh qui ont eu le mérite de regonfler et mobiliser la base la plus solide et conservatrice de l’électorat républicain. Dans ces conditions, le parti de Barack Obama semble capable de gommer les 23 sièges de différence à la chambre des représentants. Cependant, au Sénat avec 26 sièges à gagner dont 24 remis en jeu (contre 11 à défendre mais 8 seulement à conserver pour les républicains) la tâche s’annonce très ardue et sera certainement déterminée par la participation du jour.

Les artistes se mobilisent pour les inscriptions sur les listes électorales: Taylor Swift vs Kanye West
La participation, parlons-en. L’une des excuses des démocrates pour la défaite d’Hillary Clinton à la présidentielle était le manque de moyen pour se déplacer le jour du vote. Cette fois-ci, plusieurs artistes ont donné de la voix pour appeler les américains à se mobiliser. Phénomène très ordinaire pour l’élection présidentielle, cette incitation au vote l’est moins pour des midterms. Ainsi, Taylor Swift a ouvertement demandé à ses “followers” d’aller voter, et pour le camp démocrate si possible. Kanye West a lui préféré s’offrir un mono-dialogue incroyable avec Donald Trump. Quoi qu’il en soit, les résultats sont là, avec plus de 170’000 nouveaux inscrits (en 4 jours) suite aux posts de Taylor Swift, beaucoup en comparaison des 70’000 sur tout le mois d’août. Ses fans étant plutôt jeunes et ayant tendance à être contre Donald Trump, cela laisse présager une course serrée le 6 novembre prochain. Reste encore à voir la mobilisation des 45-75 ans qui semblent dans leur majorité pencher très légèrement en faveur du parti du président pour le vote au Sénat.
La bataille du Texas et les county de Californie
Comme mentionné plus haut, la voie des démocrates pour récupérer la majorité aux deux chambres passe par des succès voire des exploits dans quelques états stratégiques. Ainsi, qui aurait cru voici encore deux ans que le Texas, terre républicaine, patrie de la famille Bush et base solide pour Donald Trump pourrait vaciller en mains démocrates? Le sénateur Ted Cruz tente en tous les cas de sauver sa tête face au challenger Beto O’Rourke. Le président en personne a appuyé la candidature de Cruz après l’avoir pourtant personnellement attaqué à maintes reprises lors de la présidentielle. Preuve que l’heure est à la vigilance du côté d’Austin.
Du côté de la chambre des représentants, l’attention se porte vers la Californie avec plusieurs comtés ( county en anglais) à tendance républicaine qui vont très certainement passer chez les démocrates. L’un des meilleurs exemples est celui d’Orange County, une région riche et privilégiée située entre Los Angeles et San Diego (voir aussi l’article sur la ville d’Irvine).
Cette enclave républicaine au pays des démocrates semble lassée par son représentant de la ligne pro-Trump et tout porte à croire que le modéré Harley Rouda remportera la partie. Un professeur de l’Université de Califonria se réclamant des républicains confiait d’ailleurs: ” Je suis républicain, mais rien ne m’oblige cette fois-ci à voter pour eux. Cette ligne n’est pas celle historiquement défendue ici. Je voterai pour l’autre candidat”. En d’autres termes, il votera démocrate. D’autres sons de cloches auprès de femmes blanches de la communauté de Newport Beach laissent penser que le candidat démocrate est plus proche des vraies valeurs républicaines notamment sur l’économie et le libéralisme. Elles aussi miseront sur lui pour sortir de la ligne trumpiste. Ces cas isolés mais assez nombreux pour pouvoir faire pencher la balance feront-ils le jeu des démocrates ? On ne demande qu’à voir.
La baie de Newport Beach (Orange County, California)

 

Trump se posera en vainqueur

En conclusion et en attendant la décision des Américains, l’ampleur de la participation devrait être le juge de paix. Les derniers midterms de 2014 avaient vu 36% de participation (dans la moyenne basse) contre près de 60% pour la présidentielle de 2016. Nous devrions pour 2018 être très certainement au-dessus de 45% soit une vraie prouesse pour des élections de mi-mandats américaines. Une autre donnée cruciale sera la réaction des démocrates en cas de victoire. Iront-ils jusqu’à tenter de voter l’impeachment contre Donald Trump ou attendront-ils l’heure de la présidentielle comme Joe Biden, l’ancien vice-président de Barack Obama, le conseille. Tout dépendra de la marge de manœuvre et des rapports de force des futurs candidats à la primaire. Si l’aile gauche emmenée par Bernie Sanders et Elizabeth Warren sort renforcée, l’impeachment est probable. Si, par contre, les modérés comme le Texan O’Rourke et la jeune Californienne Kamala Harris à qui l’on prédit un grand destin prennent le pouvoir, ils devraient normalement laisser le président terminer son mandat pour mieux attaquer ensuite

Une seule chose paraît toutefois certaine. Donald Trump maniera la victoire ou la défaite avec opportunisme comme il sait le faire. Si les républicains gardent leur majorité, il  aura la voie libre et se posera en grand vainqueur et sauveur de la nation. Il n’aura ainsi plus qu’à lancer sa campagne pour 2020 assortie d’un “keep America Great again”. Si les démocrates gagnent à une courte majorité, il se présentera en grand rassembleur et “roi du deal” comme il se vend si bien. Et non content de pouvoir nommer de nouveaux juges conservateurs à la cour suprême, il utilisera cet argument et ses promesses électorales tenues lors de la première partie de son mandat pour se tourner vers 2020.

Pourquoi Donald Trump est-il en passe de réussir son pari

Après plus d’un an et demi de pouvoir et à quelques mois des élections de mi-mandat prévues en novembre prochain, Donald Trump semble plus solidement que jamais installé au poste de « commander in chief» des Etats-Unis. Tentative d’explications sur la base de mon vécu américain.

On le dit détesté, acculé et mis sous pression par ses nombreuses affaires. Mais cette vision d’un Donald Trump proche de la destitution, c’est-à-dire de « l’impeachment » à l’américaine est loin d’être une réalité. Le fait qu’il soit critiqué, inaudible, insupportable et fortement remis en cause par la plupart des observateurs et politiques internationaux est un fait. De là à ce que ceci représente une réelle menace pour le président américain, il y a un fossé (ou une frontière lui qui aime tant ce terme) que l’on ne franchira pas.
Ainsi l’espoir de voir l’homme de la maison blanche éjecté du pouvoir au vu de son impopularité et mensonges semble plus tenir du doux rêve des Européens et des élus démocrates que d’une véritable réalité. Ce qui est vrai d’un côté de l’Atlantique, n’est pas forcément vrai de l’autre côté de celui-ci. Et quoi qu’une bonne partie de l’élite mondiale se dise qu’au vu de ses nombreux tweets insensés l’imperturbable septuagénaire va finir par être lâché par ses électeurs, rien n’y fait.

Une cote de popularité au sommet
Oui, vous l’aurez compris, Donald Trump n’est pas seulement au sommet de son art, il est également au sommet de sa popularité aux Etats-Unis. En effet, avec près de 45% d’opinions favorables, l’homme le plus puissant du pays a encore augmenté sa cote au retour de son voyage d’Europe en juillet dernier. Aussi improbable que cela puisse paraître, ses violentes piques contre Angela Merkel, l’immigration européenne ou l’OTAN ont été plus que bien accueillies au sein de l’électorat républicain et dans une moindre mesure dans par les Américains.

Un des nombreux Tweet de Donald Trump lors de son voyage en Europe

Si un tweet comme celui-ci horrifie les politiques et nombre de personnes en Europe, le but et l’objectif de Donald Trump est à chaque fois parfaitement atteint. Non seulement, il met au défi les Européens en les questionnant sur leur rôle, mais il s’attire également toute la sympathie de nombre ses des électeurs.  Et pas seulement de ses électeurs, mais de bon nombre de personnes qui pensent que les Etats-Unis payent beaucoup trop pour le confort et la sécurité de l’Europe. Au final, non seulement sa base dure mais aussi une partie élargie de son électorat lui pardonne ses sorties un peu trop « osées » ou « ses frasques et tweets trop poussifs ». Il faut le savoir, en Amérique c’est « business first» comme me l’expliquait une famille américaine lors du dernier memorial day.

Tous les moyens sont bons pour rendre l’Amérique great again
Si nous ne pardonnons pas ces excès et cette politique dangereuse pour la stabilité et l’économie mondiale, certains républicains applaudissent. Comme ils l’ont fait lorsque Trump va rendre visite à des sinistrés avec un drapeau étoilé ou du Texas. L’essentiel pour eux est là, lorsque chez nous il est ailleurs. Sortie de l’accord du nucléaire iranien, taxes et tarifs sur l’acier et l’aluminium européen et chinois, menaces ou sorties de l’accord de Paris et de l’UNESCO, tout passe et tout est justifiable. Au nom de la grandeur et de la santé de l’économie américaine. Certains Américains m’avouaient d’ailleurs que si c’est les conditions à payer pour que la croissance et l’emploi soient au rendez-vous, c’est une solution comme une autre.

Comme le dit si justement Romain Huret, spécialiste de l’histoire des Etats-Unis dans une interview à la TV belge RTBF,  Trump a promis de redonner du travail aux Américains, par tous les moyens possibles. Que ce soit par du protectionnisme, les menaces ou les industries polluantes telles que le charbonne et le pétrole :
« Romain Huret : Ce qui est intéressant, c’est la solidité de la base Trump. Son électorat ne regrette pas son vote et lui pardonne ses excès de langage. Les bons résultats du chômage l’aideront à démontrer que cette stratégie fonctionne, bien qu’elle puisse heurter certaines élites. »

L’économie et le dollar au plus haut
Lorsque j’ai entendu cette interview de cet historien respecté, j’ai immédiatement su et reconnu qu’il avait totalement raison. Ayant eu la chance de pouvoir cohabiter avec des électeurs « Trumpistes », leur discours était à tout point similaire. Et si finalement ils avaient raison ? La croissance est à un chiffre record de 4.1%, alors qu’elle stagne autour des 0.5% au mieux en Europe. Le dollar est au plus haut depuis longtemps. Et le taux de chômage est inférieur à 4%, ce dont seuls les pays comme la Suisse peuvent encore péniblement rêver.

Toutefois, il faut aussi se rendre compte que l’homme de la maison blanche a pris beaucoup de risques. Une éventuelle guerre commerciale avec la Chine, une crise boursière ou plusieurs événements d’insécurité tels que des attentats pourraient mettre à mal cette réussite insolente. C’est ce que me disait une de mes professeures ouvertement démocrate :”les Américains ne se rendent pas encore compte qu’il joue avec eux. En cas de grosse catastrophe, je doute que le pays qui est maintenant plus divisé que jamais ne se relève aussi facilement. Trump n’aura plus d’alliés et les gens seront montés les uns contre les autres.”

Des élections de mi-mandat décisives
Alors Trump est-il parti pour rester ? Son « make America great again » va-t-il se transformer en « keep America great again»? Et si c’était la meilleure solution pour le pays ?
Il est beaucoup trop tôt pour répondre à toutes ces questions, mais une partie des réponses dépendra de la capacité du parti républicain à maintenir ou non sa suprématie sur les trois pouvoirs que sont la chambre des représentants, le Sénat et la Présidence. Sans oublier la Cour Suprême qui valide les décrets parfois plus que contestables comme celui sur les familles immigrées séparées de leurs enfants.

Mais pour cela, Donald Trump a son arme secrète: son vice-président. Le plus que conservateur et très religieux Mike Pence. Proche de la base conservatrice, il permet de gommer les lacunes et excès du président comme lorsque celui-ci se prend à vouloir limiter le port d’armes après une fusillade dans une école. Impensable pour le parti du lobby des armes, mais parce que c’est Donald Trump il peut se permettre presque tout.
Un premier combat a d’ailleurs été remporté par le parti de Paul Ryan et Mike Pence, une courte victoire dans une élection anticipée dans le fief de l’Ohio. Sera-ce suffisant en novembre ? On en doute, avec plusieurs sondages qui prédisent une marée bleue démocrate. Mais les sondages sont les sondages, Hillary Clinton peut en témoigner. D’autant plus que le président saura à nouveau jouer sur le rejet des élites et des médias qui ne cessent de mentir selon lui.

Un des tweets dont l’homme de la maison blanche raffole.

Et il ressortira à coup sûr toutes les promesses tenues pendant la première partie de son mandat. Sur ce point de vue, il a parfaitement raison et sera difficilement attaquable. Il n’y a guère que le mur au Mexique qui ne soit encore officiellement prêt à être construit. Mais ce n’est pas un argument dont les démocrates useront.

La victoire ou le grand déballage
Quoi qu’il en soit, le camp opposé au président tentera d’utiliser les supports de l’ancien homme fort Barack Obama ou autres LeBron James avec parcimonie cette fois-ci. En cas de victoire démocrate, il se pourrait certes que toutes les conditions soient réunies pour un lancement de procédure d’impeachment ou pour un début du grand déballage avec les histoires d’ingérences russes et de démissions au FBI.
Mais dans le cas contraire, et au grand désarroi des Européens pourrait-on presque dire, la machine Trump ne sera pas qu’un événement éphémère et aura de très grands risques de se prolonger. Au grand bonheur du mari de Melania Trump qui ne manquera pas de s’attribuer cette victoire sur Twitter et dans les médias. Alors, vous en reprendrez bien pour quatre ou six ans ou doit-on appeler Madame Obama ?

Pourquoi les fusillades au Texas et au Nevada ne changeront en rien la situation sur les armes à feu aux États-Unis

Comme souvent, la population est choquée, assommée et les messages de prières et de courage affluent de toutes parts du pays et du monde. Après la fusillade la plus meurtrière des États-Unis en octobre dernier (58 morts et 550 blessés dans l’hôtel Mandala Bay), c’est au tour du paisible hameau de Sutherland Springs au Texas de connaître l’effroi avec une nouvelle tuerie (26 morts) en ce début de mois de novembre. Pourtant, ni le président américain Donald Trump, ni une large majorité des citoyens ne semblent prêts pour un grand changement.

Des gestes, des larmes et de prières
A chaque fusillade, et ce fut encore le cas en octobre et ce dimanche au Texas, des voix s’élèvent afin de mieux légiférer et durcir ce qui est devenu un véritable fléau aux États-Unis. En effet, chaque année, plus de 12’000 personnes meurent dans une fusillade dans le pays et on ne compte que 109 jours sur 365 sans une tuerie de ce genre par année. Trop, beaucoup trop, comme le scandent les anti-armes et milieux proches des démocrates. Et sur les seuls cinq premiers jours de novembre, trois exemples criants et révoltants sont à prendre en compte : Chicago (restaurant 2 morts), Colorado (supermarché 3 morts) ou Texas (église 26 morts). Néanmoins, nous aurions tort d’accabler toute la population et les instances politiques américaines.
La population fait à chaque fois preuve de courage et de solidarité envers les victimes et des messages de prières sont envoyés de toute part, en passant par les républicains de Donald Trump aux démocrates de Barack Obama. Et ce dimanche au Texas, les habitants étaient justement en train de prier dans l’église avant d’être abattu, d’où le choc et la révolte des militants anti-armes. Réaction toutefois sans action majeure à suivre comme nous avons pu le constater par le passé et aujour’dhui encore.

Le puissant lobby pro-armes NRA et le deuxième amendement
Deux principales raisons et piliers de la société et de l’histoire américaine expliquent cette inaction et situation inchangée. La puissante National Rifle Association (lobby pro-armes) fondée en 1871 et dont de nombreux acteurs et politiques sont connus pour en être proches est le premier garant des armes à feu et au maintien de la situation actuelle. Crée dans le but de protéger les détenteurs de fusils, les sports de tirs et l’entraînement des citoyens, elle ne manque jamais de rappeler que son principal objectif est la mise sur pied de programmes de sûreté par l’usage et l’éducation des armes à feu. Double hypocrisie, un peu banale au pays de la bannière étoilée devrait-on presque avouer. De plus, en citant entre autres les pourtant pacifistes Clint Eastwood ou Bruce Willis, nombre d’acteurs de Hollywood se déclarent en faveur des armes si elle garantit leur sécurité. Son de cloche similaire du côté républicain avec Donald Trump et Paul Ryan (homme fort du sénat) qui se posent en fervents partisans et dont les campagnes ont été en partie financées par la NRA.

La deuxième raison de cet attachement aux armes, est-elle bien plus historique encore. Il s’agit bien sûr du deuxième amendement de la constitution américaine. Il est dit que nul ne pourra attenter au droit des citoyens de porter une arme. Cet amendement profondément ancré dans l’histoire et les lois américaines a de plus été renforcé par le passé, la Cour Suprême déclarant l’autodéfense comme un élément central de ce droit. Si ni les républicains, ni les démocrates d’aileurs  ne contestent ce texte, ils sont cependant en désaccord sur leur interprétation. Le parti de Barack Obama et Hillary Clinton arguant par exemple depuis fort longtemps que le port d’armes ne devrait être autorisé qu’en cas de milice organisée et n’est pas un droit illimité. On comprend toutefois ainsi mieux pourquoi près de 40% des foyers américains possèdent une arme à feu et que 47% des citoyens estiment que c’est une liberté et un droit essentiel.
Barack Obama avec ses discours pourtant remplis de larmes s’était ainsi « cassé les dents » et resté bien malgré lui impuissant sur ce dossier.

« Si plus de personnes avaient été armées …»

Dernier argument et non des moindres qui me fait penser que le temps du changement n’est pas venu aux États-Unis, c’est bien la pensée assez répandue que l’on est jamais mieux protégé contre « les fous et les méchants » que par son arme. Au lendemain de la tuerie de Sutherland Springs, le procureur républicain de l’état demandait ainsi plus d’armes afin de contrer les « méchants ».
S’appuyant comme bon nombre d’américains sur ces héros qui auraient permis d’éviter un plus grand massacre, en se précipitants dans l’église avec leur armes et pourchassant Devin Patrick Kelley l’homme qui avait déjà abattu 25 personnes. A tort ou à raison, ils ont en effet réussi à mettre fin à cette tuerie au prix d’une course poursuite digne d’un film de farwest. Difficile de contrer ses arguments appuyés par le président Donald Trump en personne pour qui « le problème ce ne sont pas les armes mais la santé mentale des tireurs ». Compliqué pour les démocrates et les groupes anti-armes de faire passer un message de changement face au président et à tant d’émotions.

Cette Amérique à deux visages et deux pensées me rappelle un peu la discussion que j’ai eue avec ma famille d’accueil Californienne, dans un état pourtant pas autant réputé pour son lobby d’armes que le Texas. La famille m’avait alors expliqué qu’ils possédaient une arme afin de nous protéger en cas d’intrusion ou d’attaque dans la maison tout en comprenant mes craintes et que cela suscite le débat. Face à mes réticences, ils avaient alors sorti la constitution américaine avec le deuxième amendement en me prouvant que l’arme à feu n’était pas le problème et une arme en soi mais bien la personne qui pouvait la posséder.

Malgré toutes les interventions et paroles de courage et prières, cet énième fusillade qui plus est dans une église me laisse à penser qu’elle n’est malheureusement qu’une parmi tant d’autres. Et la petite lueur d’espoir sur l’encadrement des armes ouverte par la Maison-Blanche sur une éventuelle interdiction des mécanismes de transformation des fusils semi-automatiques est pour l’instant restée sans suite. Pour l’instant…
En finalité, nul ne sait combien d’autres tueries faudra-t-il encore pour qu’un réel changement ait lieu. Preuve en est, en habitant aux États-Unis, je m’étais d’ailleurs surpris en acceptant presque cette situation comme un risque parmi tant d’autres.

 

Irvine et l’University of California : Histoire d’une ville planifiée

La ville d’Irvine située dans le comté d’ Orange County (Californie du Sud ) est un cas d’étude très intéressant pour comprendre comment certaines aglomérations américaines se sonts construites et développées. Bâtie de toute pièces pour son Université, la ville compte aujourd’hui plus de 250’000 habitants.

L’une des Universités les plus connues en Californie est sans aucun doute celle de Berkeley située au Nord de l’état. Forte d’une solide réputation, elle demeure avec celle historique d’UCLA (University of California Los Angeles) un graal difficilement accessible. Que cela soit d’ailleurs pour les étudiants américains ou étrangers. Outre des frais d’inscription et de scolarité exorbitants, une sélection drastique est au rendez-vous des plus téméraires.

C’est cependant oublier que le pays et la Californie regorgent d’autres établissements prestigieux. L’University of California d’Irvine en est un parfait exemple et l’une d’entre elles. Avec plusieurs prix Nobel et la visite de Barack Obama, ” l’UCI ” s’est construit un nom dans l’un des plus grands états du pays et certains professeurs de Berkeley enseignent également dans cette académie moderne et multi-culturelle.
Afin de comprendre l’histoire du lieu, il est intéressant de noter que ce campus et la ville ont été crées et construits de toutes pièces en 1965 seulement. Sous l’impulsion du président Lyndon Johnson voulant inaugurer de nouvelles universités, c’est toute une agglomération qui en a profité pour sortir de terre, dans ce qui n’était qu’un désert de gravier et de sable. Cette successtory à l’américaine a été permise grâce notamment à l’apport de la famille Irvine et de leur compagnie (Irvine Company) qui cédèrent les terres constructibles pour la ville et le complexe universitaire.


Les travaux conduits par l’architecte William Pereira, le petit ranch et ses fermes se sont transformés en une ville de 50’000 habitants, pensée et construite pour son Université. Tout fut savamment calculé, étudié et planifié au point que les architectes de la Grèce Antique ne renieraient pas cette nouvelle ville. Avec une place précise pour les zones industrielles, résidentielles, récréatives, ainsi que des espaces verts et lacs artificiels. Tout ceci, bâtis bien sûr autour de la partie centrale qui est l’University of Irvine. En se déplaçant dans la ville, cette constante est d’ailleurs facilement remarquable.

 

Toutefois, cette “little city” à moins de 10 kilomètres de la très riche Newport Beach et du bord mer n’en était qu’à ses prémices, puisqu’en 1972 la population et ses autorités décidèrent d’agrandir considérablement la ville et de définir de nouvelles zones,constructibles, commerciales et industrielles. Ainsi, en moins de 35 ans, la population est passée de 50’000 à plus de 250’000 habitants. Ceci a notamment permit l’arrivée de grandes multinationales comme Toshiba, Arcos, Blizzard Entertainment ou Verizon, qui ont installé leurs sièges principaux à Irvine. Au total, ce sont plus de 200’000 emplois et habitations qui ont été crées autour de la ville universitaire. Et l’établissement accueille maintenant des étudiants de toute la California du Sud, sans oublier un grand nombre du monde entier. Il faut avouer, que la ville est la 3ème plus sûre du pays, avec un taux de criminalité très inférieur à la moyenne du pays et un niveau et qualité de vie des plus élevés.

 

Cependant, tout cela à un prix. Et il se calcule en “chers dollars”. Irvine est un lieu où il fait bon vivre mais où les loyers et les taxes sont très élevés et coûteux. Beaucoup de travailleurs ou d’étudiants logent d’ailleurs dans les villes voisines d’Anaheim ou de Costa Mesa, avec à la clé un trafic sur les routes et autoroutes souvent surchargé. Le réseau de transport public étant des plus médiocres, la voiture ou plutôt les belles voitures devrait-on dire étant reines dans cette région.

 

 

Ceci est l’un des revers de médaille. Tout comme le phénomène des rivières asséchées qui se remplissent de sable avec l’aide du vent au cours de l’été (le lieu était un désert de sable et de pierre voici encore 60 ans, faut-il le rappeler). Il n’est donc pas rare de voir des inondations pendant l’hiver en cas de fortes pluies, la ville et la région n’étant pas planifiées pour ce genre d’imprévus.

En conclusion, Irvine reste cependant une ville universitaire où il fait bon vivre, avec son cœur et son campus historique. Les prévisions et objectifs sont d’atteindre les 315’000 habitants d’ici 2035 et d’attirer des multinationales supplémentaires dans cette agglomération multiculturelle.Tout ceci, en préservant la qualité de vie, la sécurité avec son quota de policiers impressionnant par habitants et les espaces verts avec leurs golfs adjacents bien irrigués par la municipalité. Et tout ceci, dans l’Amérique de Donald Trump.
Mais en Californie, tout semble possible…

 

Huits jours de pluie consécutifs en Californie: Du jamais vu depuis près de cinq ans

Alors que le froid et un vent glacial soufflent sur l’est des Etats-Unis , beaucoup s’imaginent que la Californie profite d’un climat sec et ensoleillé en ce début d’année. Néanmoins, il en est tout autre, puisque de fortes pluies s’abattent sur l’un des plus grands états américains.

Presque dix jours consécutifs de pluie, accompagnés d’inondations et de vents violents. Voici près de cinq ans que la Californie et la région de Los Angeles n’avaient pas connu de telles précipitations. Cependant, la région et sa nature en ont grandement besoin, comme l’indique l’un de nos professeurs. Les derniers étés ont été particulièrement secs et arides, laissant peu de place au renouvellement de la nappe phréatique. Les habitants sont donc particulièrement contents comme l’indique mon interlocuteur. Avec une joie à peine cachée, il finit par avouer en bon américain, qu’il se réjouit aussi de pouvoir bénéficier de plus de liberté quand à la quantité d’eau utilisée pour soigner son gazon son jardin.

Ne tombons cependant pas dans les clichés de mauvais genre, puisqu’il m’indique aussi que c’est une vraie bouée de sauvetage pour les glaciers du nord de l’état appelé “Northern California”. En effet, les régions de la Sierra Neveda et de Yosemite Valley ont en grandement besoin. Les derniers hivers ayant été plus doux que par le passé et les étés plus arides que jamais. Si l’état situé sur la côté ouest et pionner dans l’écologie américaine ne veut pas que son sol devienne plus désertique qu’il ne l’est déjà par endroit, cette pluie et ces torrents d’eau sont presque de l’eau bénite.

Profitant de quelques heures de congé, nous nous rendons dans une petite station de ski de Californie du sud, nommée mont Baldy. Située à une heure de Los Angeles qui bénéficie de plus de 330 jours de soleil par année, le ressort est à l’image des Alpes tributaire des canons à neige pour garantir une saison entière aux amateurs de glisse. Avec une altitude de 1280 mètres, je me rends compte en discutant avec un des employés que l’or blanc tombé les derniers jours a déjà presque totalement fondu et en comparant les images des deux dernières décennies, on ne peut que s’incliner devant ce phénomène. N’en déplaise à Donald Trump et à son administration de climato-sceptiques.

 

En conclusion, ces précipitations en abondance ont donc fait beaucoup de bien à la Californie, mais auront aussi causé plusieurs sueurs froides aux autorités de Californie du Nord. En effet, à plus de 750 km de Los Angeles, le barrage d’Oroville, l’une des principales réserves d’eau de l’état a vu son réservoir être endommagé et plein à craquer, suite aux fortes pluies. Le gouverneur a d’ailleurs donné l’ordre d’évacuer plus de 200’000 personnes, le risque d’effondrement et d’inondations étant très important. Finalement, après plusieurs jours d’interventions, à coup de sacs de pierre et de sable lancés par hélicoptère, le barrage et les eaux ont pu être maintenues à distance de la ville et un retour à la normale est prévu entre et début mars.

Le jour où Donald prêta serment: un matin comme un autre en Californie 

Après près de trois mois de discussions, de tensions et de questionnement, le moment fatidique est “enfin” arrivé aux Etats-Unis. Nous sommes le vendredi 20 janvier et Donald Trump s’apprête à être investi en tant que 45ème président de son pays. Si tout un peuple s’agite et attend de voir ses premiers actes, il semble en être tout autre en Californie.

Ce matin en me levant, outre mes mails et messages privés, j’ai déjà plus d’une dizaine de notifications et autres push rien que pour investiture de Donald Trump sur mon téléphone portables. Il faut dire que la Californie a 9 heures de décalage avec l’Europe et trois heures avec la côte est. En faisant quelques petits calculs matinaux, je me rends compte que je serai encore en plein cours lorsque Trump prêtera officiellement serment. L’application live TV de CNN ne sera donc pas de trop pour suivre ce “spectacle” et je me demande si notre le professeur du jour fera quelques illusions à ce sujet.

Arrivés en classe, nous traitons le sujet du jour sans autre commentaire et personne parmi mes collègues internationaux ne mentionne également l’événement du jour.Notre professeur, appelé Marty va finalement faire une petite allusion au nouveau président lorsque notre cours traite du management de projet et du calcul de coûts, en faisant un petit lien avec le mur à la frontière.

Il faut également dire que Marty n’a pas le profile atypique du professeur californien. Ancien officier américain de la Navy mais de parents allemands, il a grandi à Brooklyn et a beaucoup voyagé en Asie, Europe et Amérique du Sud au cours de sa seconde carrière de Marketing et Project Manager.Cependant, dans ses propos et contrairement à beaucoup d’autres professeurs américains, aucune possibilité de lire sa préférence. 

En sortant du cours, je décide donc de suivre la suite de l’investiture derrière l’un des écrans de l’Université, où la foule ne se fait toutefois pas tellement pressante. Il est vrai que nous sommes vendredi midi et que c’est pour beaucoup le début du weekend. Les Californiens qui faut-il le rappeler ont voté à près de 70% Hillary Clinton ont certainement mieux à faire que de suivre le “Donald show”. Sur beaucoup de voitures figurent d’ailleurs encore l’autocollant de campagne de Bernie Sanders.

Après avoir suivi quelques minutes ce discours sur une ligne similaire à sa campagne, je me résous également à abandonner le direct. Je regarderai finalement les commentaires, analyses et résumés plus tard dans la journée dans différents médias.


Quelques jours plus tard, après que la “Women March” ait connu un véritable succès dans toutes les grandes villes américaines y compris en Californie, une rencontre sonne comme un rappel que le rejet de Donald Trump est assez profond dans l’état le plus peuplé des Etats-Unis.

 En effet, je tombe sur un ancien professeur, un “anti-Trump” avéré et je lui demande ce qu’il pense des premiers décrets signés par le président. Il me dit qu’il n’est ni impressionné, ni résigné par ses mesures anti-avortements, ses attaques contre l’Obamacare ou encore par la construction du mur du Mexique. Pour lui, cette nouvelle administration n’a tout simplement aucune connaissance et expérience et il espère que le congrès américain saura jouer un rôle unificateur et de gardien de la nation.
Il termine finalement par un brin d’humour, la situation ne semblant pas encore être si catastrophique pour la Californie. Il faut aussi dire, que la ville d’Irvine dans l’Orange County, résolument multi-culturelle est encore en plein développement et que les états américains disposent encore d’une certaine marge de manœuvre. Néanmoins, je serai curieux de savoir son sentiment et sa position après 100 jours de pouvoir du nouveau locataire de la maison blanche.

@Images credits : CNN

Semestre d’études en Californie: de l’aéroport aux campus

En choisissant de quitter la Suisse afin d’étudier et travailler aux Etats-Unis dans le cadre d’un programme de visa universitaire de six mois, la première étape est l’arrivée sur le sol américain. Après près de 13 heures de vols, c’est là que commence l’aventure, et l’immersion est d’ailleurs immédiate. Retour sur les premiers jours de ce séjour sous la bannière étoilée en commençant par l’aéroport de Los Angeles.

 

​​20160712_075512

« Welcome to the United States of America ». Lorsque vous entendez cette petite phrase anodine mais de très haute importance de la part de l’officier à l’immigration, cela signifie que vous pouvez enfin vous diriger vers la sortie officielle de l’aéroport, non sans oublier de récupérer vos bagages et de faire l’inventaire complet si nécessaire auprès du deuxième contrôle de sécurité.
Avant d’entendre ces paroles bénites, vous devez toutefois vous armer de patience et espérer avoir correctement préparé votre arrivée aux pays de Georges Washington.

 

En effet, pas plus tard qu’au mois de novembre dernier, un étudiant suisse s’était présenté sur la côte est sans le visa et l’autorisation de séjour et d’études de son université. Pensant qu’un simple « ESTA » (voyage de moins de trois mois) était suffisant ou mal informé par son école, il en fut pour ses frais et fut renvoyé sur le champ dans le premier avion pour l’Europe. Suisse, européen ou d’un autre continent, la règle est d’ailleurs identique pour tous.
Revenons donc au passage de l’immigration à la sortie de l’avion. La plupart des passagers sont sans aucun doute fatigués, certains sur-excités et d’autres complètement perdus, comme ce couple de Séoul arrivé sur un vol quelques minutes avant nous. Ils me demandent de l’aide dans le langage universel des mains, je leur fais signe de suivre le cordon sécuritaire. Cordon qu’une famille suisse prend une certaine liberté de couper devant moi, la file étant il faut l’admettre assez vide ce jour-là.

Les Helvètes et leurs enfants d’abord amusés se feront rapidement intercepter par le personnel de sécurité qui leur demande de revenir se placer juste devant moi à l’endroit où ils s’étaient permis de sortir du tracé et du « passage officiel ». Les enfants me regardent un peu pantois et surpris, je leur adresse un sourire et quelques mots en français avec un « bienvenue aux États-Unis ». Je leur conseille également de suivre scrupuleusement les instructions dans cette partie officielle, s’ils ne veulent pas prolonger leur chemin d’accès à leurs vacances. Ce petit épisode sonne comme une première piqûre de rappel de l’administration américaine et me fait réaliser que je suis bien arrivé sur leur sol.

 

IMG_20170112_014554.jpg
Pour quelques heures encore, c’est bien la photo de l’administration Obama qui vous accueille l’aéroport international de Los Angeles

Lorsque arrive mon tour auprès de l’officier à l’immigration, je suis déjà le cinquième étudiant dans ma file, autant dire que la personne devant moi est parfaitement rodée. Je présente tous les documents nécessaires (visa, autorisation d’étudier, contrat de résidence), réponds aux questions traditionnelles des raisons du choix américain, de l’université, du lieu et de la durée de séjour. Sauf que lorsque je dois déposer mes empreintes, une de mes mains remplie de sacs, de la veste d’hiver et de mes documents officiels tremble un peu de fatigue. L’officier me regarde et me demande la raison, mais je lui explique que le fait de n’avoir pas fermé les yeux depuis plus de 25 heures tout en voyageant en est la cause. Après quelques sueurs froides inutiles, sa réponse avec un  » Welcome to the United States and take a rest » se veut finalement rassurante.

 

Le trajet et la prise en charge par un shuttle pour 25 dollars au milieu des dizaines disponibles se passe de commentaires, ayant tout réservé à l’avance après une minutieuse comparaison de l’offre, le prix pouvant tripler d’une compagnie à l’autre.
Après 7 heures de sommeil bien méritées, je me lève le lendemain matin afin de prendre un bus public m’emmenant vers le campus universitaire. Oubliez la précision et le confort des horaires suisses, un bus par heure et au timing s’avérant plus ou moins juste, c’est le mieux que la Californie puisse vous offrir.Sur la côte ouest comme dans le reste du pays d’ailleurs, si vous n’avez pas de voiture, vous êtes assez rapidement limité. Uber ou Lyft peuvent par contre devenir vos meilleurs amis.

 

La prise en charge par le bus, restera pourtant comme l’un des premiers meilleurs souvenirs. N’ayant pas le change pour 2 dollars exacts, le conducteur me demande de faire le tour des passagers afin de demander de l’aide. Une mère de famille me tend immédiatement 2 dollars et me les offre avec un grand sourire, me disant « la prochaine fois c’est vous qui aiderez quelqu’un ». Je suis un peu gêné, mais je n’ai pas le choix avec mon billet de 20 dollars. Je la remercie vivement et nous discutons ensemble tout le trajet sur l’Amérique et l’Europe qu’elle venait de visiter en décembre. Une conversation nommée « small talk » d’ailleurs presque obligée aux Etats-Unis contrairement en Suisse (le fait qu’elle m’ait payé mon trajet à l’université n’entrant ici plus en ligne de compte).

 

8437372.png

 

Me voici donc arrivé à l”University of California d’Irvine” pour mon premier cours de marketing et project management. Le campus et la ville ont été crées et construits de toutes pièces en 1965. Sous l’impulsion du président Lyndon Johnson voulant inaugurer de nouvelles universités, c’est toute une ville qui en a profité pour sortir de terre, dans ce qui n’était qu’un désert de gravier et de sable. Cette successtory à l’américaine sera d ailleurs l’objet d’un prochain article sur l’évolution de cette ville aujourd’hui peuplée de 250’000 habitants, nommée Irvine du nom de la famille qui céda les terres constructibles pour le complexe universitaire.