Donald Trump: Le président de la division et de la peur

Si après plus de trois ans de présidence de Donald Trump certains en doutaient encore, les dernières émeutes nationales parties de Minneapolis sont une nouvelle preuve de sa polarisation. Non Trump n’est pas le président de “la loi et de l’ordre” comme il vient de s’autoproclamer. Il est le président de “la division et de la peur“.

Après une sixième nuit d’émeute aux Etats-Unis, le ton continue de monter. La tension grimpe encore d’un cran et le président poursuit sa démonstration de force désunie. Pour ceux qui en doutaient encore, il ne faudra pas compter sur l’ancien magnat de l’immobilier pour calmer le pays. Si la pression et l’intimidation peuvent fonctionner pour faire fortune dans la pierre et la télé-réalité, ce qui est vrai dans « The Apprentice » ne l’est pas à la tête d’une nation. Une fois encore Donald Trump sème la méfiance et la séparation avec sa réaction inadaptée aux violences et émeutes dans tout le pays. Mais ce n’est ni la première, ni la dernière fois qu’il ajoute de l’huile sur le feu. La preuve en cinq points.

Une campagne présidentielle détestable
Rarement, une campagne présentielle aura été d’une si grande bassesse et médiocrité aux Etats-Unis. A la fin de l’été 2016, au sortir d’une primaire démocrate déjà bien clanique, Donald Trump et Hillary Clinton s’affrontent becs et ongles. Deux personnages peu rassembleurs, des mensonges, des investigations et des débats d’une grande violence. Clinton s’y était pris les pieds, et Trump avec sa rhétorique « America First » avaient triomphé. Un discours populiste qui avait plu et un pari réussi pour remporter le vote des délégués (ou grand électeurs). Pas assez pour le vote populaire, mais qu’importe l’essentiel était acquis. La défaite populaire était déjà due aux « fraudeurs démocrates ».

Premières salves contre les musulmans et les Mexicains
Non content d’être arrivé au pouvoir dans un climat déjà tendu, Donald Trump ne va pas se poser en rassembleur. Bien au contraire. Ses premières mesurent sont d’accuser les musulmans et le Mexicains d’être néfastes au pays. En soupçonnant les uns d’être un danger pour les Etats-Unis et les autres de trafic de drogue. Suivra une interdiction par décret d’entrer sur territoire américain pour certains pays musulmans et une longue bataille personnelle pour la construction d’un mur à la frontière mexicaine. Le dernier cas ira jusqu’à paralyser le pays en provoquant une division extrême entre démocrates et républicains sur le budget 2019.

Médias Réseaux sociaux :
Depuis le début de sa campagne électorale et chaque jour maintenant, Donald Trump a pris les Américains en otage sur les réseaux sociaux. Tweet provocateur d’un côté, message fort et politique de l’autre. Sans oublier les interventions privilégies sur Fox News ou les accusations mensongères accusant à tort CNN de fake news. Le cas Jim Acosta avec le retrait par la présidence de son accréditation à ce journaliste de CNN sera l’apogée.
Pire avec les émeutes de Minneapolis, Donald Trump a réussi créer le trouble entre Twitter et Facebook. Le premier réseau classant ses tweets sur les émeutes à haut risques et les masquant, le second réagissant avec un silence perturbateur. Mark Zurkerberg sera presque soupçonné de complaisance envers le président, ses employés grondant. Quelle division.

L’Université of California d’Irvine où j’étudiais en est d’ailleurs arrivée à elle aussi devoir se justifier sur ses positions après des tensions entre manifestants pour George Floyd et des pro Trump. La publication sur les réseaux d’une « possible « »photo « » d’un de ses étudiants pro Trump avec le logo de l’école flanqué sur sa voiture a nourri les tensions. L’Université a rappelé ses valeurs humanistes et l’égalité pour tous. Tout ceci, dans ce qui est pourtant la 3ème ville la plus sûre des Etats-Unis et une des plus ouvertes.

Repli, taxes et tensions internationales
Depuis l’investiture du 45ème président des Etats-Unis, le pays s’est enfermé et replié comme rarement. Cela a commencé par le retrait de l’accord de Paris, cela a escaladé avec la Chine sur les tarifs. Puis, cela a continué avec les taxes sur l’aluminium, l’industrie européenne ou encore maintenant avec l’OMS. La fin des relations décidée unilatéralement par Trump est un nouveau signal fort d’un «America first ». Nous n’avons besoin de personne d’autre pour réussir et maintenir la santé et la puissance des USA. Quelle drôle de réponse du pays qui est parmi les plus touchés par le Covid19 provoquant une pauvreté un chômage très élevé.

Tensions raciales et religieuses
Dernier exemple, celui peut-être le plus éloquent. On se saura jamais s’il s’agit vraiment d’une parole délibérée, d’une erreur naïve ou d’un calcul politique. Mais prendre les tensions raciales et la religion en otage sont une énième preuve et certainement l’erreur la plus grave. Créer autant de divisions et désunions profondes autours de ces thèmes ne peut qu’attiser la peur et la haine. En 2017 à Charlottesville, Trump déclarait qu’il y avait “des gens biens et des gens méchants des deux côtés des manifestants” lors d’une allusion aux blancs-suprématistes. Très critiqué, il s’en était sorti avec des excuses.

Mais aujourd’hui, en 2020, au sortir d’une crise covid19 où il n’a fait que pointer du doigts les états démocrates, cette nouvelle salve sur la loi et l’ordre passe mal. Mobiliser la garde nationale est une chose. Demander l’intervention de l’armée face aux pillages et à la violence en est une autre. Mais qualifier les manifestants de « terroristes intérieurs » est certainement beaucoup trop exagéré. Calcul politique et mobilisation de sa base ou non. Ce d’autant plus, que Donald Trump a également pris l’église en otage. Avec son vice-président Mike Pence, il dispose pourtant déjà d’un fervent chrétien et ultra conservateur sur les questions sociétales et religieuses. Mais il a fallu qu’il pose avec une bible devant l’église épiscopalienne Saint-John en plein milieu des violences. L’évêque s’est d’ailleurs dit outrée de cette utilisation d’image.

Alors non, Donald Trump n’est pas le responsable des divisions et tensions raciales dans le pays comme certains voudraient le faire croire. Le professeur Mohamed Mahmoud du Graduate Institute le rappelle aussi dans Le Temps. « Trump ne fait que tirer parti avec son idéologie. » De plus, les questions d’égalité ou raciales ont été des actes fondateurs dans le développement du pays de Georges Washington. Que ce soit les batailles pour les droits civiques au milieu des années 1960-1970 ou la discrimination envers les minorités religieuses avant les guerres mondiales. Il faut aussi rappeler que Barack Obama en personne avait connu des violences et révoltes. Egalement autour de la violence policière auprès afro-américains. Mais lui au lieu de présenter en faiseurs de loi et d’ordre, il avait été un homme rassembleur. Donald Trump a pris le pari de la division et de la peur afin de galvaniser sa base en vue d’un deuxième mandat. L’histoire et les Américains jugeront bientôt.

Covid-19 : Le dangereux jeu de Donald Trump

Après avoir longtemps sous-estimé, voire négligé l’importance du Coronavirus Covid-19, Donald Trump semble enfin prendre conscience du vrai danger en ce début avril. Toutefois, plusieurs répercussions de sa tardive réaction risquent d’entraver ses prochaines actions. Tour d’horizon sur ces différentes menaces.

Gouverner n’est pas jouer. Et encore moins en ces temps sensibles. Alors que la manière dont Donald Trump a dirigé les Etats-Unis jusqu’ici a plus ressemblé à une partie de poker (parfois gagnante) qu’à une stratégie, il est aujourd’hui l’heure qu’il se comporte en “commander in chief” que tout un pays attend. Fini les calculs politiciens, le business ou la stratégie de campagne. La situation est grave, avec au soir du 2 avril plus de 250’000 personnes infectées et près de 5’900 morts sur le territoire américain. Et ce n’est malheureusement qu’un début, le pays tout entier ayant réagi bien trop tard.

Atout De Donald, Trump, Donald, Usa, Amérique, Élection

Des actions et prise de conscience bien tardives
Si l’on peut reprocher à la Chine d’avoir caché le véritable visage du Covid-19, on ne peut pas s’empêcher de penser que les Etats-Unis auraient dû et pu se préparer de meilleure manière à la future vague de contagion. En voyant ce qui se passait en Italie, puis ailleurs en Europe, l’administration américaine se devait de prendre les devants. Et de protéger sa population. Il a toutefois fallu attendre que plusieurs états (dont Washington à l’ouest et New York à l’est) soient gravement atteints pour que le président réagisse. Les Américains ne sont eux pas non plus exempts de tout reproche. La population a également mis trop longtemps à se rendre compte du danger et à pratiquer le social distancing. Le prouvent, les images de la fin mars, avec un nombre incroyable de personnes se pressant sur les plages de Californie (Orange County) ou de Floride (plusieurs comtés n’ont fermé que des parkings). Des habitants mal informés et des gouverneurs hésitants, de quoi rendre la situation encore plus complexe pour la suite. Trump avait pourtant (peut-être à raison) fermé dès le 12 mars ses frontières avec l’Europe pour protéger le pays et ses concitoyens.

 

Clivages et affrontements
Si Donald Trump n’est pas le seul responsable, il a toutefois totalement manqué son diagnostic présidentiel. Qualifiant cette pandémie de “petite grippe” fin février, (comme le président brésilien Jair Bolsonaro ou le conseiller d’état vaudois Philippe Leuba d’ailleurs), il a indirectement fait diminuer le respect qu’avait les gens face à ce virus. Voici dix jours, il s’amusait encore en conférence de presse. Blaguant sur une poussée de fièvre d’une de ses conseillères ou se vantant de ne pas avoir été dans un premier temps testé au virus.

D’autres ont clairement mieux affronté la situation et pris les devants. On pense au gouverneur de l’Etat de New York Andrew Cuomo qui a combattu et agi avec vigilance dès le début, ou à celui de Californie Gavin Newsom qui a été un des premiers à déclarer le confinement (ce qui n’empêchera pas certains de se pavaner sur la page). Problème : ces deux gouverneurs sont démocrates. Vous l’aurez compris, le coronavirus ne soigne malheureusement pas toutes les divisions. Les uns reprochant aux autres de n’aider que les états républicains, les autres renvoyant leur manque de préparation à l’impeachment démocrate. Une telle tension est d’ailleurs aussi palpable entre ruraux et urbains ou entre gouverneurs avec les républicains (Texas, Floride) opposés aux démocrates (Californie, New York). Au-delà de savoir qui a raison, le manque de collaboration pourrait être désastreux. L’Europe, pourtant souvent divisée a su montrer une meilleure solidarité.

Les premiers confinement en Californie (orange County, @KTLA)

La santé américaine fébrile
De la solidarité, le Américains risquent d’en avoir besoin. Dans un pays, où plus de 27.5 millions d’habitants n’ont pas d’assurance maladie (voir le très juste article du Temps), nombre sont ceux qui se demandent comment ils pourront payer leurs frais d’hospitalisation. Pire, en guerre ouverte contre l’Obamacare, Donald Trump feint et menace de se servir de cette crise afin de prouver que la loi promulguée par l’ancien président démocrate pourrait être un gouffre pour le système américain. Pourtant, certains de ses concitoyens risquent de devoir renoncer à se faire soigner et diagnostiquer à temps, en raison de l’énormité des coûts et du peu de ressources financières à disposition. Certaines associations caritatives existent bien, mais elles seront trop peu nombreuses pour couvrir tous les besoins.

Soins intensifs à New York (Photo Le Temps, Keystone)

Cependant, un autre mal ronge la population des Etats-Unis. Celui de la différence de qualité des soins et de l’iniquité des services. Selon que vous résidiez dans un comté riche californien (comme l’Orange County) ou dans le Bronx new-yorkais, les hôpitaux et le nombre de ventilateurs seront très disparates. Rajoutez une santé  générale des Américains assez moyenne et bien plus mauvaise que celle des Suisses, et vous comprendrez le défi. En effet, un nombre alarmant d’habitats du pays de George Washington souffre de diverses maladies chroniques comme le diabète, l’hypertension ou l’obésité. Soit, près de 40% de la population selon certains chiffres officiels. Additionnez ceci au service de santé inégal et vous comprendrez la fébrilité du système et du danger guettant.

Les catastrophes économiques et naturelles menacent
Enfin, n’oublions pas les conséquences économiques qui pourraient affaiblir la première puissance mondiale. Près de 7 millions de travailleurs se sont déjà inscrits au chômage et un des pires scénarios prévoirait plus de 30 millions, c’est à dire environ 20% de la population active. Les signes ne trompent pas: certaines PME fabriquent des masques en tissus pour survivre malgré le confinement, et l’administration américaine a honteusement racheté à la Chine des masques en partance pour l’Europe.

Au delà de l’humain, il faut parfois savoir écouter la nature. Et les Etats-Unis ne sont malheureusement pas à l’abri d’une catastrophe naturelle. Ouragans et tornades sont légions entre mai et août dans le centre et l’est du pays. Sans oublier les feux de forêt et les tremblements de terre en Californie. Quid alors d’un pays touché tant économiquement que physiquement ? Le jeu économique en vaut-il vraiment la chandelle ? Ou ne vaudrait-il pas mieux entendre cet avertissement sanitaire pour mieux repartir ?

Donald Trump n’aura peut-être pas le choix. Et le pays sera-t-il d’ailleurs encore la plus grande puissance après cette probable crise qui s’annonce ? La Chine pourrait bien profiter de son avance sur la maladie pour dicter le ton de la relance économique. Presque un comble devrait-on dire. Car au-delà de l’origine de la maladie que surnomment certains républicains “The Chinese virus”, l’Empire du Milieu devra un jour rendre des comptes. Comment le virus s’est-il véritablement développé à l’origine, et à quel rythme ? L’interdiction mondiale des marché sauvages va-t-elle enfin être respectée ?

Alors, oui Donald Trump sera en partie jugé par le Covid-19 comme le rappelle Le Temps dans son éditorial du 12 mars. Mais il aura beau jeu de dénoncer ses meilleurs ennemis : la Chine, Obama et les démocrates.
Car rappelons-le, aux Etats-Unis, pas besoin d’avoir la majorité de la population à ses côtés pour être élu. Le nombre le plus élevé de grands électeurs (du collège électoral) suffit, demandez à Hillary Clinton. Espérons tous que d’ici là, tous les Américains et surtout toutes les populations mondiales seront guéries. Le choix du président nous paraîtra alors peut-être un peu plus secondaire.

Primaires démocrates 2020: La Californie juge de paix du Super Tuesday

Après plusieurs mois de campagne, de débats, de publicités et de levées de fonds, le gros choc avant l’acte final de la primaire démocrate approche déjà à grands pas. La plupart des favoris sont encore en lice pour s’adjuger la course à l’investiture présidentielle mais le Super Tuesday du 3 mars prochain avec le vote Californien pourrait désigner le futur candidat. Ou à défaut en éliminer plus d’un de cette primaire 2020. Et Bernie Sanders semble prêt à en profiter.

Non, il ne s’agit ni d’une finale de Baseball, ni d’un nouveau jour de soldes, ni encore d’un show ou jeu télévisé (quoique le doute est permis sur ce dernier point). Le Super Tuesday fait référence au premier mardi du mois de mars où s’affrontent tous les quatre ans les candidats à la primaire présidentielle pendant une grande journée de votation. Organisée conjointement sur plusieurs états, le Super Tuesday existe depuis 1988 quand fut organisé la première primaire simultanée de plusieurs états du Sud. Ceci a pour avantage de non seulement médiatiser encore plus (s’il est besoin) cet événement mais aussi de donner une tendance claire et un favori à chaque camp à moins de dix mois de l’élection présidentielle. S’en suivent certes encore plusieurs primaires et votes dans de nombreux états, mais il devient dès lors difficile de revenir sur l’homme ou la femme de tête.

Le poids de l’histoire
En effet, les derniers Super Tuesdays ont tous ont vu virer en tête le futur candidat à la présidentielle de chaque parti respectif. Avec un grand nombre de délégués à distribuer et beaucoup candidats encore en lice, les vainqueurs ramassent gros. Et lors des votes suivants dans des états peu peuplés, le leader n’a plus qu’à dérouler. S’en suivent un mini super Tuesday (mi-mars) et les derniers états (avril-juin) avant les conventions nationales démocrates et républicaines (juillet) pour désigner le candidat officiel des deux partis.

Obama, Barack Obama, Président, L'Homme

Ainsi, Bill Clinton (1992), George W. Bush (2000), Barack Obama (2008) et Donald Trump (2016) ont tous posé lors d’un Super Tueday les jalons de leurs victoires à la primaire mais aussi à la présidentielle qui suivait. Pour l’anecdote, rappelons qu’Hillary Clinton l’avait emporté face à Bernie Sanders en 2016, néanmoins pas de manière aussi significative que Donald Trump côté républicain (était-ce un présage ?).

Le poids des chiffres
Si en 2016, douze états représentants 18% des déléguées étaient en jeu lors du Super Tuesday, cette édition 2020 s’annonce encore plus importante et lourde de conséquences. Pas moins de 15 états (Alabama, Colorado, Minnesota, Utah, Massachussetts, Virginia…) totalisant plus de 30% des votes sont à distribuer. Il est vrai qu’avec plusieurs régions à grande densité de population, 1340 des 3979 délégués y seront distribués. Comme pour la présidentielle, plus un état est peuplé, plus il obtient de part de voix ( appelés délégués). Ceci est notamment le cas pour le Texas (228) et la Californie (415) nouvelle venue de ce super mardi cette année. Absente en 2016 avec une primaire en juin, ce n’est toutefois pas la première fois que la Californie y participe. En 2008 un Super Mega Tuesday avait réunis pas moins de la moitié des états.

Bernie Sanders, roi de la Californie ?
En choisissant de s’y greffer cette année, la Californie assumera non seulement un plus grand rôle dans cette élection, mais se posera aussi en faiseur de roi, au détriment du Texas. Après sa défaite face à Hillary Clinton en 2016, le Golden State va-t-il cette fois consacrer Bernie Sanders ? Rien n’est moins sûr, mais au vu des sondages, l’homme de tête après les 3 premiers états (Iowa, New Hampshire et Nevada), malgré une récente alerte cardiaque, semble de plus en plus inarrêtable. La descente aux enfers de Joe Biden couplée à la bataille du centre (avec Buttigieg et Klobuchar) lui offrent une voie royale. Sans oublier l’absence de la Californienne Kamala Harris qui a jeté l’éponge faute de moyens financiers, pendant qu’Elizabeth Warren (sa concurrente à gauche) continue de dégringoler.

man standing on lectern surrounded by people

Pas surprenant dans un état assez inégalitaire mais quelque peu étonnant dans la mesure où l’on attendait une course plus serrée. Notamment avec Buttigieg en défendeurs des droits LGBT et Biden pour la classe moyenne supérieure et des Afro-américains. A moins que Michael Bloomberg ne crée la surprise à coups de spots publicitaires et avec l’appui des latino-américains.

Un comté à surveiller de près : Orange County
Pour terminer, s’il y a bien un comté (province) à surveiller de près, il s’agit de l’Orange County situé au sud de Los Angeles et au nord de San Diego. Dans une région prospère avec un pouvoir d’achat supérieur à la moyenne, ce comté dont fait partie la ville d’Anaheim abrite toutefois également de nombreux étudiants et latino-américains.

Mickey Mouse Ferris wheel across river
La ville d’Anaheim et son célèbre parc

Souvent indicateurs de tendances par son homogénéité démocrate-républicaine, les résultats de cette région n’avaient pas trahi leur réputation en 2016. Une victoire éclatante de Trump à la primaire républicaine et une à l’arraché de Clinton face à Sanders. Hillary Clinton y gagnera au niveau présidentiel mais d’une courte tête, ce qui laissait augurer d’une fin tragique. Enfin, pour conclure, un petit mot sur Donald Trump qui pour une fois n’est pas parmi les acteurs principaux de ce acte. Bien qu’obligé de passer par des « pseudos primaires » sans réel adversaire, l’actuel président semble d’ores et déjà assuré d’être le représentant républicain en novembre 2020. Pour le plus grand bonheur ou malheur (c’est selon ou 50-50) des habitants d’Orange County.

Les dix raisons qui pousseraient Hillary Clinton à se présenter

Depuis novembre 2016 et sa défaite choc face à Donald Trump, Hillary Clinton était devenue discrète sur ses intentions de conquête du pouvoir. Mieux encore, l’ancienne sénatrice semblait s’être définitivement fait une raison sur ses envies présidentielles. Or, de plus en plus de folles rumeurs circulent sur un improbable retour. Alors, ira ou n’ira pas ?

Nous sommes le 8 novembre 2016 et ce que personne ne pensait possible (tout au moins en Europe) vient de se produire. Longtemps sous-estimé, l’improbable Donald Trump créait la surprise, au grand dam des médias et instituts de sondages. La stupeur et l’incompréhension du côté démocrate font face à la jubilation et le goût de revanche dans le camp républicain. Hillary Clinton, est-elle littéralement à terre, incrédule face à ce dénouement inattendu et ce scénario qu’elle n’avait certainement pas envisagé.

Ce n’est en effet, que près d’un jour plus tard qu’elle reconnaîtra sa défaite en public. Concédant la victoire à Trump certes, mais ne pouvant s’avouer vaincue face à son propre esprit. Elle mettra d’ailleurs plusieurs jours, plusieurs mois voire plusieurs années à s’en remettre et à l’accepter.
L’a-t-elle en fait réellement digérée ? On aurait eu tendance à répondre que oui au regard du début 2019 (annonçant qu’elle ne se présentera pas), mais revoilà l’ancienne Sénatrice de New York qui refait parler d’elle depuis quelques mois. Ne pouvant d’ailleurs “s’empêcher de se mêler de l’impeachment”. Alors, Hillary Clinton aurait-elle quelque chose derrière la tête ? Voici 10 raisons pourquoi les candidats (pour ne pas dire “ses adversaires”) à la primaire démocrate feraient bien de se méfier d’elle.

1. En promotion médiatique pour son livre
Sorti le 1er octobre, son livre the book of Gutsy Women (le livre des femmes courageuses) coécrit avec sa fille Chelsea a quelque peu coïncidé avec son retour sur la scène médiatique. Normal me direz-vous, surtout lorsque l’on fait la promotion de son ouvrage. Toutefois, pourquoi avoir choisi cette date-ci en plein débat démocrate, alors qu’elle aurait pu le sortir bien avant ou pour les fêtes de Noël ? En vérité, elle n’aurait pu faire mieux au niveau timing afin que l’on parle d’elle. Et aussi que l’on se rappelle d’elle. Assez en tous cas pour se faire inviter sur la plupart des plateaux de télévisions et remplir des salles de dédicace avec levée de fonds pour la fondation Clinton. Ce pourrait presque avoir l’air d’un début de campagne, mais cela ne l’est pas, restons sérieux.
Résultat de recherche d'images pour "impeachment hillary clinton"

2. Omniprésence dans la campagne
On l’a soulevé lors du premier point, qui dit présence médiatique et shows télévisés, dit aussi questions politiques et par conséquence repositionnement dans une campagne démocrate à laquelle elle ne participe pas précisons-le. En effet, si elle était restée peu bavarde lors des premiers débats, Hillary Clinton ne se gêne plus pour donner son avis, attaquer et se faire interviewer. Cela a commencé par des affirmations et attaques peu justifiées contre la sénatrice de Hawaii et candidate à l’investiture démocrate Tulsi Gabbard. S’en est suivi des règlements de compte avec Bernie Sanders sur son faible soutien en 2016, puis des mots de compassion à Kamala Harris lorsque celle-ci s’est retirée de la course à la nomination. Tout ceci ne constitue bien sûr aucune preuve d’une éventuelle entrée en course, mais sa première présence en 20 ans dans le matinale radio de Howard Stern (la radio-matinale la plus écoutée à New York) a laissé songeur, tant elle faisait le show et souffler le chaud et le froid.

3. En tête des sondages
Lors d’un sondage réalisé en ligne par Harris Poll survey le 9 décembre dernier, Hillary Clinton figurait en tête des intentions de vote à la primaire démocrate. Devançant ainsi avec 21%, Joe Biden(20%) et Bernie Sanders (12%). Un très bon résultat pour quelqu’un qui n’est candidat à rien. Surtout que la femme de 72 ans s’est dit très flattée d’apprendre ces résultats tout en rappelant qu’elle n’est pas dans la course. Ou pas encore, diront les mauvaises langues. Quoi qu’il en soit, les sondages ne vous garantissent pas la victoire, et Hillary en sait quelque chose depuis 4 ans.

4. Son combat contre Trump n’est pas terminé
Si elle avait semblé avoir du mal à accepter d’être battue par Donald Trump (tout en reconnaissant sa défaite), leur haine réciproque à son paroxysme lors de la campagne 2016 n’a pas non plus semblé reculer d’un cran. Si les “lock her in” (jetez la en prison) ont quelques peu cessé lors des meetings de Donald Trump, “Crooked Hillary” (l’illégale) est bien encore présent dans la rhétorique trumpienne. Et la colère de Hillary également lorsque l’on regarde ses critiques et ses tweets envers l’actuel président. La plus belle passe d’armes pour les journalistes fut bien sûr celle du 8 octobre avec le locataire de la maison blanche poussant Hillary l’illégale à se représenter. Ce à quoi Clinton avait répondu : “Don’t tempt me. Do your job “. (Fais ton travail et ne me tente pas). Comme si elle prenait finalement plaisir à laisser planer le doute sur un remake de 2016 dont les médias raffoleraient.

5. Active dans le processus d’impeachment
Comme le racontait très bien un article du Temps, l’ancienne Sénatrice a toujours été impliquée d’une manière ou d’une autre dans les différents impeachments de l’histoire. Cette fois, elle semble jouer le rôle de celle qui veut savourer le goût de la vengeance, tout en s’immisçant dans les plans démocrates. En poussant ainsi Nancy Pelosi et les représentants de la chambre à aller de l’avant pour un vote en décembre, elle s’est sans conteste approprié un rôle dans une hypothétique chute du président. D’un autre côté, on ne peut pas s’enlever de l’esprit qu’elle tentait aussi par là de se blanchir des accusations du candidat Trump et de se refaire une image saine auprès des sympathisants démocrates. Peut-être un peu trop tard.

6. Énorme pression
Comme elle l’a avoué à la BBC en novembre, elle se dit (ou se croit) sous une énorme pression. Et à la question qui devait forcément venir, la réponse quant à sa candidature à la primaire démocrate se fait longue et peu précise. Se contenant de répondre dans un premier temps par un “non pas maintenant”, elle se sent obligée de rajouter : “I never say never”. Rajoutant qu’énormément de monde lui demande d’y aller (je suis sous une énorme pression de pleins de personnes). Mais qui sont ces gens ? Ses supporters, beaucoup de femmes et des associations seraient derrière elle.
Si cette sortie a fait beaucoup de bruit à l’étranger, elle n’a cependant pas tellement eu de crédit aux Etats-Unis, cette déclaration se faisant sur une radio étrangère et en pleine audition d’impeachment.

7. Elle n’a pas accepté sa défaite de 2016
Une autre raison pourquoi elle ne peut s’arrêter de penser à Trump et cette course à la maison blanche est peut-être qu’elle n’a finalement pas digéré sa défaite de 2016 face au milliardaire. Ou pour le moins seulement en public et non pour soi. Or soyons francs, si la campagne et le débat ont été tenus dans une ambiance exécrable voir immorale avec des coups bas de part et d’autres, Hillary Clinton a bien perdu sa présidentielle. Et elle a bien commis plusieurs erreurs stratégiques incroyables. Tout d’abord celle de rentrer dans la médiocrité et l’agressivité de Trump alors qu’elle aurait pu être bien supérieure. Puis, celle de considérer trop tôt comme acquis ces états dits “swings” comme l’Iowa et la Pennsylvanie. Elle n’a ainsi sans aucun doute pas passé assez de temps en fin de campagne dans ces états qu’elle finit par perdre. Constat semblable avec la Floride et l’électorat latino-américain qui lui a coûtèrent la présidentielle. Gageons qu’elle le rumine encore, bien qu’elle clame être fière d’avoir gagné le vote populaire…

8. Aucun candidat émergeant
Un autre élément qui pourrait lui laisser une porte d’entrée est le fait qu’aucun candidat des primaires ne sorte réellement du lot. Certes, il y a bien Joe Biden mais l’on sent sa candidature et sa personne fragile. Tous les autres semblent avoir un moment de gloire éphémère et ce début de primaire ressemble plus à une série éliminatoire qu’à une course à la candidature. Tout cela, l’ancienne Sénatrice l’a bien compris. Si Biden venait à faiblir ou pris dans une autre affaire (qui sait), Clinton sera là et n’hésitera pas à revenir. C’est d’ailleurs sa seule et unique chance de se présenter. Mais au fond, tous les démocrates le savent très bien.

9. Un parti et une primaire démocrate trop à gauche ?
Outre le fait qu’il n’y ait aucun candidat émergeant, le parti semble pencher trop à gauche. Hormis Joe Biden, tous semblent plutôt alignés sur la ligne radicale Sanders-Warren. Les plus au centre ? Kamala Harris, a explosé. Betto O’Rourke a abandonné. Cory Booker n’a pas décollé. Ainsi parmi les modérés, il ne reste guère que le jeune Pete Buttigieg, la peu médiatique Amy Klobuchar et depuis décembre le milliardaire Michael Bloomberg. Cette entrée tardive serait d’ailleurs un bon test pour Clinton afin de voir son impact sur la campagne. Sauf qu’aucun des sénateurs démocrates et encore moins ses hypothétiques rivaux ne veulent revoir l’habitante de New-York retenter sa chance. Ce serait d’ailleurs une erreur de sa part que de croire qu’elle est attendue à bras ouverts. Alors, tente-elle d’appréhender le terrain ?
Résultat de recherche d'images pour "hillary clinton"

10. La cause des femmes
En filigrane de son livre avec Chelsea, la cause des femmes revient souvent également dans le parcours et la vie de l’habitante de Chappaqua. Et dire qu’elle aurait pu (ou dû) être la première femme présidente des Etats-Unis C’est bien ce qu’elle doit se dire en voyant maintenant Elizabteh Warren en position de tirer les marrons du feu. L’ancienne candidate à la maison blanche ne profiterait donc pas du mouvement pour les femmes en politique. Sa récente opération en chirurgie esthétique qui fit couler du bruit outre Atlantique en lien avec une candidature n’y changera d’ailleurs rien.

En conclusion, Hillary Clinton a dix raisons et mille et une autres de se présenter à l’investiture démocrate. Le fera-t-elle ? Nul ne le sait, mais plus le temps passe, plus cela semble irréaliste et démesuré. En effet, le premier vote aura lieu dès le 3 février en Iowa, suivi du crucial New Hampshire et de l’immense Californie en mars. A moins que l’habitante de Chappaqua que tout une région soutient le veuille vraiment ? Dans ce cas, une troisième défaite risquerait de faire d’elle une éternelle mauvaise perdante. Tout en divisant encore un peu plus l’Amérique, avec en cas d’investiture, un potentiel remake de 2016 plus qu’explosif. Avouons qu’elle n’en a ni l’envie ni l’intérêt. Alors Hillary, tu n’oseras point ?

 

Ils sont partis tenter leur chance aux Etats-Unis: Qui a réussi, que sont-ils devenus ?

Voici quelques semaines maintenant, nous avions abordé dans notre précédent article le thème du rêve américain avec toutes les questions, succès et échecs qui peuvent l’accompagner. Petit voyage et plongée au cœur de la vie et de la réalité de ceux qui ont tenté l’expérience. Témoignages et confidences.

“Vous avez la chance d’être dans le pays où tout est possible et dans l’une des meilleures universités de la région pour quelques mois. Alors profitez de ce temps et soyez reconnaissants car beaucoup aimeraient être à votre place”. Je me souviens parfaitement des paroles de Kelly, la doyenne de notre université à Irvine. Originaire d’Asie mais née aux Etats-Unis, elle nous avait adressé ces mots avec sa voix empreinte d’émotion (comme souvent ici), qui sonnaient tant comme une bienvenue tant comme un rappel à la reconnaissance. Si certains d’entre nous n’étaient là effectivement que pour quelques mois, d’autres avaient toutefois bel et bien une autre intention, celle de lancer une nouvelle vie en Amérique.

La fameuse université d’UCLA à Los Angeles

Pour moi, entendre ceci était assez nouveau et exceptionnel, puisque je ne savais pas réellement dans quelle catégorie me ranger. Puis, au fil des jours et des semaines, je fais la connaissance de personnes qui ont émigré ici voici plusieurs années et aussi d’autres étudiants qui viennent d’arriver tout comme moi, mais qui ont un plan bien précis. Soyons néanmoins honnêtes dès le début, on dit souvent que tout est possible aux Etats-Unis, et c’est peut-être vrai. Toutefois, ceux qui tentent et réussissent de rester de nos jours en Amérique, ont souvent beaucoup d’argent et de forts soutiens (pas seulement financiers) derrière eux.

De jeunes gens intelligents et avec des moyens financiers
Le premier exemple est celui de cet universitaire chinois qui étudiait le programme business et administration. Sans forcément nous l’expliquer clairement, on comprend que Vincent a énormément de ressources financières et que son cursus et parcours universitaire ne s’arrêteraient pas après quelques mois. N’ayant pas été admis dans la prestigieuse UC Berkeley, il est toutefois accepté dans la nôtre, celle d’Irvine (Université of California Irvine), et a de plus déjà reçu une promesse de contrat assortie d’une demande de visa par une grande entreprise internationale chinoise. Il est certain que dans ces conditions-là, il partait avec plus d’une longueur d’avance sur tous ceux qui souhaiteraient réaliser leur rêve américain. A l’heure actuelle, Vincent travaille et habite dans la région de Los Angeles.

Un autre chanceux, est l’histoire de Sony un étudiant Taïwanais en mathématiques. Issu d’une famille fortunée de la capitale Taipei, il sait rester très humble et ne parle jamais de ses origines. Tout juste, m’explique-t-il qu’après son Bachelor en finance à Taiwan, il a ensuite géré un fonds de plusieurs millions. En venant en Californie, il cherchait un sens à sa vie et s’est donc inscrit pour un an à UCLA pour parfaire sa formation. Etant devenus amis entre temps, il m’a dernièrement écrit qu’il avait brillamment passé le test GMAT (test universitaire américain) ainsi que celui d’entrée du l’université du Massachusetts à Boston. Il est ainsi actuellement étudiant en master d’ingénierie mathématique de l’autre côté du pays.

Le Massachusetts Institute of Technology

La réussite par le talent et le travail
Soyons francs, ces jeunes gens avaient toutes les bases et des soutiens inconditionnels pour réussir. Toutefois, il est aussi possible d’y arriver par d’autres chemins, ceux que je considérerais déjà plus proches de l’archétype du rêve américain: comme celui de cette famille Iranienne que j’avais rencontrée. Les parents avaient fui leur pays au début des années 1980 peu après la révolution. Leur fille maintenant âgée d’une trentaine d’années est née sur sol américain. Ayant eu la chance de travailler avec elle, la jeune femme est confortablement intégrée et installée en Californie dans la région de Los Angeles. Diplômée de la fameuse Université du MIT (Massachusetts Institute of Technology), elle travaille pour une entreprise dans le domaine scientifique et est très fière de son père. Cependant, cela ne fut pas sans une multitude de sacrifices et des premières années dans des conditions particulièrement difficiles à l’arrivées des parents, avec notamment des premiers emplois précaires.

Parmi ceux qui ont également réussi, il y a aussi Romil, un étudiant venu d’Inde. Ce n’est d’ailleurs pas un secret de dire que beaucoup d’Américains originaires du pays du Taj Mahal habitent aux Etats-Unis. L’Inde fait en effet, figure d’un des pays ayant le plus d’immigrés en Amérique et ses ressortissants à l’instar des Chinois ou Mexicains peuvent compter sur l’aide d’un très bon réseau de double-nationaux. Concernant mon ancien comparse Romil, après des études à New Dehli et à Los Angeles, il enchaîne plusieurs stages afin de décrocher le job de ses rêves chez Uber. Dans la région de San Francisco, ce nouvel analyste financier est conscient qu’il a eu beaucoup de chance d’être soutenu par une grosse entreprise et surtout d’avoir eu son dossier accepté par l’énorme machine ou monstre administratif pour les visa d’immigration aux Etats-Unis. Il savoure et profite maintenant, mais il sait pertinemment que rien n’est jamais ancré dans la pierre, puisqu’il suffirait de perdre son emploi pour perdre son visa. Ce qui pourrait potentiellement le ramener dans son pays d’origine. Oui, comme déjà mentionné dans un ancien article, aux Etats-Unis il est très facile de passer du meilleur au pire et inversement à un rythme très rapide. Notez que ceci est aussi malheureusement valable pour les Américains qui peuvent perdre leurs maisons, leurs jobs ou toute une vie en quelques jours.

La réalité n’est pas si rose
Si nous avons jusqu’ici découverts que des jeunes gens pour qui l’aventure américaine s’est révélée être une réussite, d’autres non pas forcément eu ces honneurs. Pour 100 personnes tentant le grand saut, on estime le taux de réussite tout au plus vers les 8%. Ce qui est déjà un bon chiffre. Dans ceux pour qui le voyage n’a pas été payant, on retrouve Li de Taiwan, Bela de Corée ou encore Alvaro, Eric et Marta d’Europe.

Bela, une jeune Coréenne de 26 ans, a étudié deux ans aux Etats-Unis (UCLA et UCI) dans la région de Los Angeles (Bachelor en poche), avant de faire un stage d’une année dans une entreprise d’informatique. Après n’avoir pu obtenir un visa de travail définitif en raison d’un système de loterie supplémentaire imposé aux entreprises, la compagnie américaine lui propose de s’exiler dans sa succursale chinoise pour un an, en attendant d’avoir les papiers nécessaires. C’est à dire pour recevoir un permis de travail H1B après avoir eu chronologiquement un visa d’étudiant et de stagiaire. Malheureusement pour elle, celui-ci ne viendra jamais, l’impatience de sa société accouplé à la lourdeur administrative ayant eu raison de son dossier. Après un purgatoire d’un an en Chine, elle retourne pleine de regrets en Corée. L’histoire est identique pour Li, ingénieur dans le solaire qui devait être engagé à travers une société sœur en Asie, mais le contrat de travail ne viendra jamais.
Et l’histoire se répète pour de nombreux autres étudiants comme Alvaro et Marta respectivement en Espagne et Italie, qui ont dû rentrer dans leur pays et espèrent revenir un jour avec un visa en bonne et due forme. Aux dernières nouvelles, le rêve semble encore être à quelque part dans leur tête, mais la probabilité s’amenuise de jour en jour.
Quant à Mohamed, un ingénieur civile turque, il a lui définitivement tourné la page, après avoir cherché un projet de construction sur place pendant 3 mois sans relâche.

Le Graal suprême
Outre décrocher un stage, un travail ou un visa depuis l’étranger, il existe évidemment d’autres possibilités légales d’y arriver.
Matilda, une Brésilienne a par exemple rencontré son futur mari à Newport Beach et a pu rester vivre avec lui en Amérique. Presque aussi beau que dans les films me direz-vous.
Il y aussi ce fils d’un riche industriel d’Europe qui a reçu la green card en échange d’un gros investissement de plus de 500’000 dollars. C’est ce qu’appellent les Américains un visa pour grands investisseurs. Néanmoins, il ne suffit pas d’injecter de l’argent pour garder votre sésame. Il faut que votre création d’entreprise génère au moins 10 emplois dits « viables » et que cet investissement de près d’un million de dollars soit pérenne à long terme, c’est-à-dire en croissance pendant au moins deux ans.

Enfin, la dernière solution est celle comme l’annonce le titre de l’article de “tenter sa chance”. En effet, il existe encore aux Etats-Unis la loterie de diversité qui a lieu chaque année. Remise en question par Donald Trump mais toujours d’actualité, ce concours permet chaque année à un peu moins de 50’000 personnes de demander un visa, celle qu’on appelle communément la green card. Parmi tous les participants, vous avez officiellement moins de 0.35% de chance de gagner mais c’est déjà plus de possibilité que de devenir millionnaire. Emre* (prénom d’emprunt, connu par la rédaction), un jeune homme d’une trentaine d’années originaire de Turquie et que j’ai rencontré sur place, est lui la preuve vivante que c’est possible. Il a en effet gagné une green card à la loterie de la diversité voici 4 ans maintenant. Bien que dubitatif au début, j’ai bien dû finir par avouer que c’était bel et bien véridique et qu’il avait comme on dit décroché l’impossible. Emre m’a d’ailleurs fait visiter son restaurant oriental lors de ma dernière visite à San Diego et il travaille d’arrache-pied pour réussir comme de nombreux Américains. Il semble être pour l’instant satisfait et heureux de son chemin de vie.

Pour conclure, en attendant un prochain article en préparation sur un Suisse qui a réussi à Los Angeles, l’histoire ne dit toutefois pas (encore) si Emre ou Romil sont devenus millionnaires au pays de l’once Sam ou s’il auront seulement tenté leur chance dans ce monde d’un business sans pitié.

@Photos Credits: Ludovic Chevalier, @Pixabay

Oui, l’Amérique fait encore rêver

Malgré les crises, les tensions diplomatiques, douanières ou d’immigration et la popularité plutôt basse de Donald Trump en dehors des Etats-Unis, le pays de la Harley-Davidson et Hollywood fait bel et bien encore rêver beaucoup de monde. Notamment une partie de jeunes travailleurs et étudiants internationaux. Récit et analyse de ceux qui ont tenté leur chance sur place.

Il faut tout d’abord avouer qu’aux Etats-Unis, il y a certainement des endroits plus accueillants et qui font rêver plus que d’autres. La Californie et le comté d’Orange County en sont certainement un très bon exemple. Une population jeune et dynamique, une région en pleine croissance économique et une université de haute renommée et qualité. La ville d’Irvine, à un peu plus d’une cinquantaine de kilomètres de Los Angeles, symbolise cette région prospère et riche (voir notre article sur la ville d’Irvine). La population est principalement constituée de travailleurs de la classe supérieure et de retraités américains aisés vivant dans des villas ou loft de qualité. On ne peut d’ailleurs s’empêcher de penser aux séries américaines telles Newport Beach, Sunset Beach ou encore Alerte à Malibu qui ne sont au fond pas une représentation si imaginaire et hollywoodienne que cela de la population locale. Où quand la fiction rejoint presque la réalité.

A côté de ces habitants que l’on décrira comme privilégiés, il y a toutefois également une proportion de travailleurs moins aisés, qui vivent avec un salaire proche du minimum légal en Californie (entre 12 et 15 USD de l’heure). Ils doivent d’ailleurs souvent cumuler deux jobs pour nouer les deux bouts dans un état où les taxes, le logement et le coût de la vie sont parmi les plus élevés du pays. C’est notamment le cas de Luis la quarantaine passée, un concierge dans mon ancienne communauté d’appartement, et venu d’Amérique centrale. Il me raconta dans un anglais très moyen et “hispanique” qu’il a tout quitté voici plus de dix ans pour venir au paradis, son rêve imaginé: aux Etats-Unis et en Californie. Il n’a malheureusement pas assez de temps et d’argent pour prendre des cours professionnels d’anglais, il se limite à un apprentissage basique de la langue sur les applications de son smartphone. La vie n’est ainsi pas forcément plus facile pour lui ici et il travaille plus de 15 heures par jour puisqu’il s’occupe en plus aussi du nettoyage d’un fitness tard dans la nuit. Mais, il m’avoue qu’il croit encore au rêve américain, à son rêve. Il ne sera probablement jamais riche, mais il espère que sa fille de quinze ans très douée à l’école sera un jour médecin. Et il travaillera jour et nuit pour cela s’il le faut, maintenant que son statut est régularisé. C’est ainsi aux Etats-Unis.

Dans ceux que le pays de Georges Washington et particulièrement la Californie fait aussi rêver, il y a une grande majorité d’étudiants internationaux. Venus de tous les continents, la plupart d’entre est originaire de pays émergents avec une formation supérieure. Ainsi, on retrouve de nombreux universitaires de Chine, Taiwan, Inde, Brésil, Turquie ou Arabie Saoudite. Certains ont de très gros moyens financiers chez eux, d’autres un peu moins. Mais ce qui les rapproche, est un pouvoir d’achat suffisamment élevé pour qui leur permet de venir étudier aux Etats-Unis.

Parmi ceux-là, il y a par exemple, Romil un étudiant en finance venu d’Inde, Sony, Li et Bela trois diplômés en ingénierie de Taiwan, Bruno et Matilda* du Brésil et *Emre (prénoms d’emprunt, connu par la rédaction) de Turquie. Tous ont en commun d’avoir réussi de brillantes études dans leur pays d’origine et d’avoir éventuellement un petit bagage professionnel. Attirés par les grandes universités américaines de renom, ils tentent leur chance afin d’obtenir un visa d’étudiant et poursuivre leurs cursus aux Etats-Unis. En effet, ils rêvent des plus réputées comme UC Berkeley, Stanford ou UCLA mais le niveau d’exigence d’entrée est très haut pour un étudiant d’un autre pays. Souvent, leur billet d’entrée pour leur rêve passe donc par des universités réputées mais plus accessible avec un visa d’étudiant étranger. Et comme me disait avec tout son patriotisme naturel la responsable des admissions de mon université à Irvine en Californie (membre de University of California), “l’Amérique avec toutes ses possibilités et opportunités reste très attractive et fait encore beaucoup rêver”.

Enfin, n’oublions pas ceux qui ont succombé au “charme” artificiel ou non de la bannière étoilée venus souvent de pays qui sont ou tentent de rester une grande puissance. On citera par exemple les Européens du Vieux-Continent avec en tête les Espagnols, Italiens, Français, Anglais ou encore les Japonais et Scandinaves.  Au contraire des étudiants des pays émergents, ils viennent pour la plupart avec moins de moyens financiers mais avec une certaine expérience sur place. Leur séjour est souvent motivé par une formation de perfectionnement ou l’envie de lancer un business. Imprégnés dès leur plus jeune âge par le branding et la culture américaine, et avec une idée bien précise du pays véhiculée à travers les films de Hollywood, ils passent souvent par un stade de désenchantement. Ce fut le cas pour Gonzalo de Madrid, Lisa de Rome et Yoiri du Japon. Un sentiment de déception face à la réalité et les inégalités sur place qui fera pourtant à nouveau très vite place à l’impression que tout est vraiment possible aux Etats-Unis. Le meilleur comme le pire. La définition du rêve en d’autres termes.

Alors, comment l’Amérique peut-elle encore nous faire rêver ? Vous retrouverez dans un prochain article l’expérience et le chemin parcouru par certains étudiants et professionnels internationaux qui ont tenté de vivre leur rêve américain.

Vous n’aimez pas le mois de Novembre ? Et si on vous faisait sortir de la grisaille à travers les traditions américaines

Après deux chroniques un peu plus axées sur la politique, laissons-donc Donald Trump, les démocrates et les républicains se battre entre eux pendant les midterms. Nous aurons largement le temps d’analyser et de commenter les résultats dans les semaines qui suivront. Aujourd’hui, à travers cet article quelque peu différent et décalé, plongez dans les festivités américaines ou offrez-vous un petit voyage virtuel dans le pays de George Washington.

C’est bien connu, après l’été et ses belles chaleurs arrive l’automne et ses belles couleurs de septembre et octobre. Mais ensuite, c’est le gris, le froid, la pluie, des journées très courtes avec le changement à l’heure d’hiver en supplément. Vous l’aurez compris, le mois de novembre ne semble à priori pas très festif. Cependant, détrompez-vous, nous allons tenter de vous démontrer le contraire en vous faisant voyager à travers quelques traditions américaines. De Halloween à Thanksgiving, en passant par le Black Friday, vous ne pourrez qu’approuver que certaines d’entres elles ont depuis longtemps largement franchi l’autre côté de l’Atlantique. Et vous comprendrez dans le dernier paragraphe pourquoi il vous faut remercier notre calendrier annuel.

 

Lancement des festivités avec Halloween et El dia de los Muertos
La fête originaire des îles Anglo-Celtes n’a plus besoin d’être présentée. Gagnant en popularité dans les années 1920-1930, Halloween est maintenant fêté par près de 70% de la population américaine dans la soirée du 31 octobre au 1er novembre. Avec ses célèbres citrouilles et autres lanternes, la tradition a maintenant également ses adeptes en Europe où des millions d’enfants partent à la chasse aux bonbons et bravent les premiers froids de l’hiver. Le lendemain de la récolte de sucreries, bienvenue en novembre.

Le 1er novembre est justement un jour férié dans les cantons catholiques suisses et en France avec la Toussaint que l’on retrouve sous le nom de “El dia de los Muertos” (le jour des morts en espagnol) aux Etats-Unis. Cette fête d’origine sud-américaine et mexicaine à la base, se fait petit à petit une place dans le pays de Washington avec les nombreux hispaniques et l’inscription au patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’Unesco. Offrandes de nourritures, costumes, décorations des tombes, défiles et spectacles se côtoient avec un temps pour le recueillement. Preuve de l’internationalisation de cette coutume avec le dernier James Bond sorti en 2015 (Spectre) qui en fait sa part belle dans la scène de lancement.

Un peu de politique ou de recueillement c’est selon
Nous avions tenté de laisser la politique de côté, mais les chaînes de télévisions et de news finissent par se lasser de Halloween et nous rattrapent le mardi suivant le premier lundi de novembre. Comme mentionné dans le dernier article (Midterms 2018: les Américains prêts à se mobiliser pour les élections de mi-mandat), les Américains se passionnent pour l’élection de leur congrès (tous les deux ans) ou de leur président (tous les quatre ans). Cette année, aucun répit avec Donald Trump en guerre contre l’immigration que l’on entend jusqu’en Europe.
Néanmoins, l’histoire fait des fois bien les choses, puisque le 11 novembre est le Veterans Day aux Etats-Unis. Cette journée commémorative en l’honneur des anciens combattants rassemble toute la population et est un jour férié officiel. Coïncidant avec le jour de l’Armistice de la première guerre mondiale, cette journée de recueillement a été insaturée en 1954 par le président Eisenhower. Composé de discours, défilés et rassemblements en l’honneur de tous les soldats ayant combattus (à ne pas confondre avec le Memorial Day au mois de mai), on remarque encore une fois ce jour-là que la place des vétérans est très importante dans la société américaine.
Thanksgiving suivi du très commercial Black Friday 
Plus on avance dans le mois de novembre, plus la période des fêtes avec le début des décorations de Noël arrive à grand pas. Aux Etats-Unis, il y a encore un jour très important avant la folie et la fête du mois de décembre: Thanksgiving. Jour d’action de grâce et de retrouvailles par excellence, cette fête célébrée le quatrième jeudi du mois de novembre est irremplaçable pour tout Américain. Les jours ou soirs précédents, tout le pays se déplace pour retourner dans sa famille et les routes, autoroutes, transports et aéroports sont bondés et les prix au plus haut. Finalement, une fois arrivés chez eux, le repas de Thanksgiving composé traditionnellement d’une dinde est partagé dans la convivialité et la reconnaissance.
Pour avoir été sur place, j’ai également pu constater que c’est peut-être aussi la période la plus solitaire pour les personnes sans familles et seules. Toutefois, les associations et organisations font un travail remarquable en offrant et servant des repas aux personnes seules et sans domicile fixe. De nombreux habitants en font leur mission de cette journée là.
A des années lumières de Thanksgiving se trouve le Black Friday. Le lendemain de la fête, des millions d’Américains se ruent dans les centres commerciaux et autres magasins pour acheter toutes sortes de produits et d’équipements à des prix soldés défiants toute concurrence. Avec l’avènement de l’e-commerce, Amazon et les autres plateformes concurrentes en ont fait un rendez-vous incontournable du mois de novembre. Si les commandes explosent sur le net, il n’est pas rare de voir encore des gens se battre dans les magasins pour acheter le dernier téléviseur ou la dernière tablette disponible à prix réduit. Et vous n’avez pas besoin de partir aux Etats-Unis pour cela, puisque la mode du Black Friday s’est plus que démocratisée en Europe et en Suisse. Alors si vous avez besoin d’un nouvel équipement de ski ou d’une nouvelle veste pour l’hiver, pensez y mais avec calme et raison.
Noël et ses téléfilms sortis tout droit de Hollywood vs le sport américain
Si le temps et le froid ne vous poussent aucunement à sortir de chez vous, soyez rassurés la télévision et l’industrie du cinéma s’occuperont de vous. Comme chaque année, les dizaines de films et téléfilms sur Noël passent en boucle sur les chaînes avec une multitude d’histoires à l’américaine. “Rendez-vous de Noël”, miracle et tragédies sont autant de comédies sorties tout droit des productions de Hollywood. Habituellement programmés dès novembre, ces films ont battu un record cette année en prévoyant le premier dès le début du mois d’octobre.

Enfin, il ne serait pas bon de rester inactif derrière les petits écrans. Bien que la grisaille persiste et que les stations de skis ne soient pas encore ouvertes, la période est propice aux patinoires, terrains de sports couverts voire extérieurs. Le sport américain tout entier est en pleine activité puisque la finale du championnat de Baseball (MLB) a lieu entre fin octobre et début novembre et que tous les autres sports sont en cours de saison. La NHL (hockey), la NBA (Basketball), la MLS (football ou soccer) et la NFL (football américain) offrent du beau spectacle dans les stades, à la télévision et pourraient vous tenter à effectuer un petit essai sportif. Vous l’aurez compris, le froid n’arrête pas les sportifs américains. Toutefois, il est vrai qu’il est plus facile et motivant de s’entraîner en Californie que dans la grisaille du Jura ou de Pittsburgh.

Des vacances sous soleil ou sous les lumières de l’Avent ?
Si vous êtes d’avis que le mois de novembre ne peut être festif et rempli de belles surprises, il vous reste encore l’option de voyager aux Etats-Unis. Certes, il vous faudra économiser un petit peu avant et ne pas tout dépenser pour Thanksgiving ou lors des soldes du Black Friday, mais si recherchez à tout prix le chaud et le soleil, la Californie et la Floride sauront vous accueillir à bras ouverts. Les températures sont encore dignes de la fin de l’été ou début de l’automne en Suisse et les prix et le nombre de touristes ont quelque peu diminués.
Pour ceux qui sont prêts à braver le froid, les villes situées sur la côte de l’Atlantique (dont la capitale et la ville de la statue de la liberté) offrent de magnifiques décorations et couleurs de Noël. Vous pourrez notamment participer à l’inauguration du sapin de Noël (Tree lighting day) le quatrième mercredi de novembre. Là aussi, les prix sont quelque peu plus abordables qu’en pleine saison touristique et que pendant les fêtes de fin d’année. Vous l’aurez deviné, ce petit voyage à travers les traditions et événements festifs du mois de novembre aux Etats- Unis était une manière de vous faire découvrir ou se rappeler l’influence qu’a pris ces dernières décennies le pays sur notre culture et commerce.
Néanmoins, si vous n’êtes pas encore convaincu des richesses du mois de novembre, un petit rappel historique ne vous fera aucun mal. Ainsi, jusque vers le 16ème siècle (avec l’utilisation du calendrier de la Rome antique), le mois de novembre était le dernier mois de l’année avec 61 jours. Ce n’est qu’en 1582 avec le passage au calendrier grégorien qui vit la création du mois de décembre que le mois de novembre fut raccourci à 30 jours. Alors, pas si long le mois de novembre ?

Midterms 2018: les Américains prêts à se mobiliser pour les élections de mi-mandat

Deux ans après la victoire surprise de Donald Trump, les Américains sont rappelés aux urnes pour les élections de mi-mandat appelées “midterm elections” aux Etats-Unis. Si cet exercice est un peu moins connu que la course à la maison blanche en Europe, il est également moins populaire en Amérique. Cette année semble toutefois être une exception, avec une participation qui s’annonce importante. La personne de Donald Trump n’est d’ailleurs certainement pas étrangère à tout cela. Petit tour d’horizon de l’humeur et des enjeux à quelques jours du vote.

Qu’on le soutienne ou qu’on le déteste ouvertement, le président américain Donald Trump a au moins le mérite de ne laisser personne indifférent. Pour lui, les midterms du 6 novembre prochain sont le premier grand test avant une éventuelle campagne pour sa réélection. Soit les républicains gardent le pouvoir au congrès et il pourra très certainement continuer à mener sa politique actuelle, soit les démocrates parviennent à renverser la table et une toute autre constellation politique se profilera à lui pour les deux dernières années de son mandat présidentiel.

Un renouvellement (partiel) du congrès chaque deux ans
Comme évoqué en préambule, le système électoral américain est ainsi fait, que ses concitoyens sont appelés chaque deux ans à renouveler leur congrès constitué de deux chambres. La chambre des représentants (House of Representatives, chambre basse) est complètement recomposée, alors que le Sénat (Senate, chambre haute) ne l’est qu’à un tiers puisque les sénateurs sont élus pour 6 ans. De ce fait, une nouvelle assemblée est à chaque fois élue soit lors de l’élection présidentielle, soit lors du scrutin de mi-mandat comme ce sera le cas le 6 novembre prochain. En résumé, l’élection du congrès a ainsi lieu chaque mardi suivant le premier lundi du mois de novembre des années paires.

Vous l’aurez compris, outre le renouvellement de l’assemblée, les midterms sont aussi une occasion pour les Américains d’approuver ou non la politique du gouvernement en place. Un air de “mini référendum présidentiel”, en quelque sorte. Il est d’ailleurs de coutume que le parti du président en place perde ce scrutin et qu’il doive plus ou moins gouverner avec un congrès moins favorable que lors de la première moitié de son mandat. Dans l’histoire, seuls Bill Clinton (1998) et George W. Bush (2002) sont parvenus à faire gagner leur camp lors de cette épreuve.

Une occasion en or pour les démocrates 
Avec un Donald Trump très populaire dans sa base mais tout aussi décrié par le reste de la population, les démocrates ont donc de très grandes chances de remporter une voire les deux chambres du congrès. Selon les dernières projections, ils devraient ainsi s’emparer de la chambre des représentants alors que leur probabilité de remporter le Sénat paraît beaucoup plus incertaine qu’il y a six mois. En cause, quelques succès “passagers” de Trump sur la scène internationale, et les accusations finalement sans conséquences prononcées contre le nouveau juge fédéral Brett Kavanaugh qui ont eu le mérite de regonfler et mobiliser la base la plus solide et conservatrice de l’électorat républicain. Dans ces conditions, le parti de Barack Obama semble capable de gommer les 23 sièges de différence à la chambre des représentants. Cependant, au Sénat avec 26 sièges à gagner dont 24 remis en jeu (contre 11 à défendre mais 8 seulement à conserver pour les républicains) la tâche s’annonce très ardue et sera certainement déterminée par la participation du jour.

Les artistes se mobilisent pour les inscriptions sur les listes électorales: Taylor Swift vs Kanye West
La participation, parlons-en. L’une des excuses des démocrates pour la défaite d’Hillary Clinton à la présidentielle était le manque de moyen pour se déplacer le jour du vote. Cette fois-ci, plusieurs artistes ont donné de la voix pour appeler les américains à se mobiliser. Phénomène très ordinaire pour l’élection présidentielle, cette incitation au vote l’est moins pour des midterms. Ainsi, Taylor Swift a ouvertement demandé à ses “followers” d’aller voter, et pour le camp démocrate si possible. Kanye West a lui préféré s’offrir un mono-dialogue incroyable avec Donald Trump. Quoi qu’il en soit, les résultats sont là, avec plus de 170’000 nouveaux inscrits (en 4 jours) suite aux posts de Taylor Swift, beaucoup en comparaison des 70’000 sur tout le mois d’août. Ses fans étant plutôt jeunes et ayant tendance à être contre Donald Trump, cela laisse présager une course serrée le 6 novembre prochain. Reste encore à voir la mobilisation des 45-75 ans qui semblent dans leur majorité pencher très légèrement en faveur du parti du président pour le vote au Sénat.
La bataille du Texas et les county de Californie
Comme mentionné plus haut, la voie des démocrates pour récupérer la majorité aux deux chambres passe par des succès voire des exploits dans quelques états stratégiques. Ainsi, qui aurait cru voici encore deux ans que le Texas, terre républicaine, patrie de la famille Bush et base solide pour Donald Trump pourrait vaciller en mains démocrates? Le sénateur Ted Cruz tente en tous les cas de sauver sa tête face au challenger Beto O’Rourke. Le président en personne a appuyé la candidature de Cruz après l’avoir pourtant personnellement attaqué à maintes reprises lors de la présidentielle. Preuve que l’heure est à la vigilance du côté d’Austin.
Du côté de la chambre des représentants, l’attention se porte vers la Californie avec plusieurs comtés ( county en anglais) à tendance républicaine qui vont très certainement passer chez les démocrates. L’un des meilleurs exemples est celui d’Orange County, une région riche et privilégiée située entre Los Angeles et San Diego (voir aussi l’article sur la ville d’Irvine).
Cette enclave républicaine au pays des démocrates semble lassée par son représentant de la ligne pro-Trump et tout porte à croire que le modéré Harley Rouda remportera la partie. Un professeur de l’Université de Califonria se réclamant des républicains confiait d’ailleurs: ” Je suis républicain, mais rien ne m’oblige cette fois-ci à voter pour eux. Cette ligne n’est pas celle historiquement défendue ici. Je voterai pour l’autre candidat”. En d’autres termes, il votera démocrate. D’autres sons de cloches auprès de femmes blanches de la communauté de Newport Beach laissent penser que le candidat démocrate est plus proche des vraies valeurs républicaines notamment sur l’économie et le libéralisme. Elles aussi miseront sur lui pour sortir de la ligne trumpiste. Ces cas isolés mais assez nombreux pour pouvoir faire pencher la balance feront-ils le jeu des démocrates ? On ne demande qu’à voir.
La baie de Newport Beach (Orange County, California)

 

Trump se posera en vainqueur

En conclusion et en attendant la décision des Américains, l’ampleur de la participation devrait être le juge de paix. Les derniers midterms de 2014 avaient vu 36% de participation (dans la moyenne basse) contre près de 60% pour la présidentielle de 2016. Nous devrions pour 2018 être très certainement au-dessus de 45% soit une vraie prouesse pour des élections de mi-mandats américaines. Une autre donnée cruciale sera la réaction des démocrates en cas de victoire. Iront-ils jusqu’à tenter de voter l’impeachment contre Donald Trump ou attendront-ils l’heure de la présidentielle comme Joe Biden, l’ancien vice-président de Barack Obama, le conseille. Tout dépendra de la marge de manœuvre et des rapports de force des futurs candidats à la primaire. Si l’aile gauche emmenée par Bernie Sanders et Elizabeth Warren sort renforcée, l’impeachment est probable. Si, par contre, les modérés comme le Texan O’Rourke et la jeune Californienne Kamala Harris à qui l’on prédit un grand destin prennent le pouvoir, ils devraient normalement laisser le président terminer son mandat pour mieux attaquer ensuite

Une seule chose paraît toutefois certaine. Donald Trump maniera la victoire ou la défaite avec opportunisme comme il sait le faire. Si les républicains gardent leur majorité, il  aura la voie libre et se posera en grand vainqueur et sauveur de la nation. Il n’aura ainsi plus qu’à lancer sa campagne pour 2020 assortie d’un “keep America Great again”. Si les démocrates gagnent à une courte majorité, il se présentera en grand rassembleur et “roi du deal” comme il se vend si bien. Et non content de pouvoir nommer de nouveaux juges conservateurs à la cour suprême, il utilisera cet argument et ses promesses électorales tenues lors de la première partie de son mandat pour se tourner vers 2020.

Pourquoi Donald Trump est-il en passe de réussir son pari

Après plus d’un an et demi de pouvoir et à quelques mois des élections de mi-mandat prévues en novembre prochain, Donald Trump semble plus solidement que jamais installé au poste de « commander in chief» des Etats-Unis. Tentative d’explications sur la base de mon vécu américain.

On le dit détesté, acculé et mis sous pression par ses nombreuses affaires. Mais cette vision d’un Donald Trump proche de la destitution, c’est-à-dire de « l’impeachment » à l’américaine est loin d’être une réalité. Le fait qu’il soit critiqué, inaudible, insupportable et fortement remis en cause par la plupart des observateurs et politiques internationaux est un fait. De là à ce que ceci représente une réelle menace pour le président américain, il y a un fossé (ou une frontière lui qui aime tant ce terme) que l’on ne franchira pas.
Ainsi l’espoir de voir l’homme de la maison blanche éjecté du pouvoir au vu de son impopularité et mensonges semble plus tenir du doux rêve des Européens et des élus démocrates que d’une véritable réalité. Ce qui est vrai d’un côté de l’Atlantique, n’est pas forcément vrai de l’autre côté de celui-ci. Et quoi qu’une bonne partie de l’élite mondiale se dise qu’au vu de ses nombreux tweets insensés l’imperturbable septuagénaire va finir par être lâché par ses électeurs, rien n’y fait.

Une cote de popularité au sommet
Oui, vous l’aurez compris, Donald Trump n’est pas seulement au sommet de son art, il est également au sommet de sa popularité aux Etats-Unis. En effet, avec près de 45% d’opinions favorables, l’homme le plus puissant du pays a encore augmenté sa cote au retour de son voyage d’Europe en juillet dernier. Aussi improbable que cela puisse paraître, ses violentes piques contre Angela Merkel, l’immigration européenne ou l’OTAN ont été plus que bien accueillies au sein de l’électorat républicain et dans une moindre mesure dans par les Américains.

Un des nombreux Tweet de Donald Trump lors de son voyage en Europe

Si un tweet comme celui-ci horrifie les politiques et nombre de personnes en Europe, le but et l’objectif de Donald Trump est à chaque fois parfaitement atteint. Non seulement, il met au défi les Européens en les questionnant sur leur rôle, mais il s’attire également toute la sympathie de nombre ses des électeurs.  Et pas seulement de ses électeurs, mais de bon nombre de personnes qui pensent que les Etats-Unis payent beaucoup trop pour le confort et la sécurité de l’Europe. Au final, non seulement sa base dure mais aussi une partie élargie de son électorat lui pardonne ses sorties un peu trop « osées » ou « ses frasques et tweets trop poussifs ». Il faut le savoir, en Amérique c’est « business first» comme me l’expliquait une famille américaine lors du dernier memorial day.

Tous les moyens sont bons pour rendre l’Amérique great again
Si nous ne pardonnons pas ces excès et cette politique dangereuse pour la stabilité et l’économie mondiale, certains républicains applaudissent. Comme ils l’ont fait lorsque Trump va rendre visite à des sinistrés avec un drapeau étoilé ou du Texas. L’essentiel pour eux est là, lorsque chez nous il est ailleurs. Sortie de l’accord du nucléaire iranien, taxes et tarifs sur l’acier et l’aluminium européen et chinois, menaces ou sorties de l’accord de Paris et de l’UNESCO, tout passe et tout est justifiable. Au nom de la grandeur et de la santé de l’économie américaine. Certains Américains m’avouaient d’ailleurs que si c’est les conditions à payer pour que la croissance et l’emploi soient au rendez-vous, c’est une solution comme une autre.

Comme le dit si justement Romain Huret, spécialiste de l’histoire des Etats-Unis dans une interview à la TV belge RTBF,  Trump a promis de redonner du travail aux Américains, par tous les moyens possibles. Que ce soit par du protectionnisme, les menaces ou les industries polluantes telles que le charbonne et le pétrole :
« Romain Huret : Ce qui est intéressant, c’est la solidité de la base Trump. Son électorat ne regrette pas son vote et lui pardonne ses excès de langage. Les bons résultats du chômage l’aideront à démontrer que cette stratégie fonctionne, bien qu’elle puisse heurter certaines élites. »

L’économie et le dollar au plus haut
Lorsque j’ai entendu cette interview de cet historien respecté, j’ai immédiatement su et reconnu qu’il avait totalement raison. Ayant eu la chance de pouvoir cohabiter avec des électeurs « Trumpistes », leur discours était à tout point similaire. Et si finalement ils avaient raison ? La croissance est à un chiffre record de 4.1%, alors qu’elle stagne autour des 0.5% au mieux en Europe. Le dollar est au plus haut depuis longtemps. Et le taux de chômage est inférieur à 4%, ce dont seuls les pays comme la Suisse peuvent encore péniblement rêver.

Toutefois, il faut aussi se rendre compte que l’homme de la maison blanche a pris beaucoup de risques. Une éventuelle guerre commerciale avec la Chine, une crise boursière ou plusieurs événements d’insécurité tels que des attentats pourraient mettre à mal cette réussite insolente. C’est ce que me disait une de mes professeures ouvertement démocrate :”les Américains ne se rendent pas encore compte qu’il joue avec eux. En cas de grosse catastrophe, je doute que le pays qui est maintenant plus divisé que jamais ne se relève aussi facilement. Trump n’aura plus d’alliés et les gens seront montés les uns contre les autres.”

Des élections de mi-mandat décisives
Alors Trump est-il parti pour rester ? Son « make America great again » va-t-il se transformer en « keep America great again»? Et si c’était la meilleure solution pour le pays ?
Il est beaucoup trop tôt pour répondre à toutes ces questions, mais une partie des réponses dépendra de la capacité du parti républicain à maintenir ou non sa suprématie sur les trois pouvoirs que sont la chambre des représentants, le Sénat et la Présidence. Sans oublier la Cour Suprême qui valide les décrets parfois plus que contestables comme celui sur les familles immigrées séparées de leurs enfants.

Mais pour cela, Donald Trump a son arme secrète: son vice-président. Le plus que conservateur et très religieux Mike Pence. Proche de la base conservatrice, il permet de gommer les lacunes et excès du président comme lorsque celui-ci se prend à vouloir limiter le port d’armes après une fusillade dans une école. Impensable pour le parti du lobby des armes, mais parce que c’est Donald Trump il peut se permettre presque tout.
Un premier combat a d’ailleurs été remporté par le parti de Paul Ryan et Mike Pence, une courte victoire dans une élection anticipée dans le fief de l’Ohio. Sera-ce suffisant en novembre ? On en doute, avec plusieurs sondages qui prédisent une marée bleue démocrate. Mais les sondages sont les sondages, Hillary Clinton peut en témoigner. D’autant plus que le président saura à nouveau jouer sur le rejet des élites et des médias qui ne cessent de mentir selon lui.

Un des tweets dont l’homme de la maison blanche raffole.

Et il ressortira à coup sûr toutes les promesses tenues pendant la première partie de son mandat. Sur ce point de vue, il a parfaitement raison et sera difficilement attaquable. Il n’y a guère que le mur au Mexique qui ne soit encore officiellement prêt à être construit. Mais ce n’est pas un argument dont les démocrates useront.

La victoire ou le grand déballage
Quoi qu’il en soit, le camp opposé au président tentera d’utiliser les supports de l’ancien homme fort Barack Obama ou autres LeBron James avec parcimonie cette fois-ci. En cas de victoire démocrate, il se pourrait certes que toutes les conditions soient réunies pour un lancement de procédure d’impeachment ou pour un début du grand déballage avec les histoires d’ingérences russes et de démissions au FBI.
Mais dans le cas contraire, et au grand désarroi des Européens pourrait-on presque dire, la machine Trump ne sera pas qu’un événement éphémère et aura de très grands risques de se prolonger. Au grand bonheur du mari de Melania Trump qui ne manquera pas de s’attribuer cette victoire sur Twitter et dans les médias. Alors, vous en reprendrez bien pour quatre ou six ans ou doit-on appeler Madame Obama ?

Pourquoi les fusillades au Texas et au Nevada ne changeront en rien la situation sur les armes à feu aux États-Unis

Comme souvent, la population est choquée, assommée et les messages de prières et de courage affluent de toutes parts du pays et du monde. Après la fusillade la plus meurtrière des États-Unis en octobre dernier (58 morts et 550 blessés dans l’hôtel Mandala Bay), c’est au tour du paisible hameau de Sutherland Springs au Texas de connaître l’effroi avec une nouvelle tuerie (26 morts) en ce début de mois de novembre. Pourtant, ni le président américain Donald Trump, ni une large majorité des citoyens ne semblent prêts pour un grand changement.

Des gestes, des larmes et de prières
A chaque fusillade, et ce fut encore le cas en octobre et ce dimanche au Texas, des voix s’élèvent afin de mieux légiférer et durcir ce qui est devenu un véritable fléau aux États-Unis. En effet, chaque année, plus de 12’000 personnes meurent dans une fusillade dans le pays et on ne compte que 109 jours sur 365 sans une tuerie de ce genre par année. Trop, beaucoup trop, comme le scandent les anti-armes et milieux proches des démocrates. Et sur les seuls cinq premiers jours de novembre, trois exemples criants et révoltants sont à prendre en compte : Chicago (restaurant 2 morts), Colorado (supermarché 3 morts) ou Texas (église 26 morts). Néanmoins, nous aurions tort d’accabler toute la population et les instances politiques américaines.
La population fait à chaque fois preuve de courage et de solidarité envers les victimes et des messages de prières sont envoyés de toute part, en passant par les républicains de Donald Trump aux démocrates de Barack Obama. Et ce dimanche au Texas, les habitants étaient justement en train de prier dans l’église avant d’être abattu, d’où le choc et la révolte des militants anti-armes. Réaction toutefois sans action majeure à suivre comme nous avons pu le constater par le passé et aujour’dhui encore.

Le puissant lobby pro-armes NRA et le deuxième amendement
Deux principales raisons et piliers de la société et de l’histoire américaine expliquent cette inaction et situation inchangée. La puissante National Rifle Association (lobby pro-armes) fondée en 1871 et dont de nombreux acteurs et politiques sont connus pour en être proches est le premier garant des armes à feu et au maintien de la situation actuelle. Crée dans le but de protéger les détenteurs de fusils, les sports de tirs et l’entraînement des citoyens, elle ne manque jamais de rappeler que son principal objectif est la mise sur pied de programmes de sûreté par l’usage et l’éducation des armes à feu. Double hypocrisie, un peu banale au pays de la bannière étoilée devrait-on presque avouer. De plus, en citant entre autres les pourtant pacifistes Clint Eastwood ou Bruce Willis, nombre d’acteurs de Hollywood se déclarent en faveur des armes si elle garantit leur sécurité. Son de cloche similaire du côté républicain avec Donald Trump et Paul Ryan (homme fort du sénat) qui se posent en fervents partisans et dont les campagnes ont été en partie financées par la NRA.

La deuxième raison de cet attachement aux armes, est-elle bien plus historique encore. Il s’agit bien sûr du deuxième amendement de la constitution américaine. Il est dit que nul ne pourra attenter au droit des citoyens de porter une arme. Cet amendement profondément ancré dans l’histoire et les lois américaines a de plus été renforcé par le passé, la Cour Suprême déclarant l’autodéfense comme un élément central de ce droit. Si ni les républicains, ni les démocrates d’aileurs  ne contestent ce texte, ils sont cependant en désaccord sur leur interprétation. Le parti de Barack Obama et Hillary Clinton arguant par exemple depuis fort longtemps que le port d’armes ne devrait être autorisé qu’en cas de milice organisée et n’est pas un droit illimité. On comprend toutefois ainsi mieux pourquoi près de 40% des foyers américains possèdent une arme à feu et que 47% des citoyens estiment que c’est une liberté et un droit essentiel.
Barack Obama avec ses discours pourtant remplis de larmes s’était ainsi « cassé les dents » et resté bien malgré lui impuissant sur ce dossier.

« Si plus de personnes avaient été armées …»

Dernier argument et non des moindres qui me fait penser que le temps du changement n’est pas venu aux États-Unis, c’est bien la pensée assez répandue que l’on est jamais mieux protégé contre « les fous et les méchants » que par son arme. Au lendemain de la tuerie de Sutherland Springs, le procureur républicain de l’état demandait ainsi plus d’armes afin de contrer les « méchants ».
S’appuyant comme bon nombre d’américains sur ces héros qui auraient permis d’éviter un plus grand massacre, en se précipitants dans l’église avec leur armes et pourchassant Devin Patrick Kelley l’homme qui avait déjà abattu 25 personnes. A tort ou à raison, ils ont en effet réussi à mettre fin à cette tuerie au prix d’une course poursuite digne d’un film de farwest. Difficile de contrer ses arguments appuyés par le président Donald Trump en personne pour qui « le problème ce ne sont pas les armes mais la santé mentale des tireurs ». Compliqué pour les démocrates et les groupes anti-armes de faire passer un message de changement face au président et à tant d’émotions.

Cette Amérique à deux visages et deux pensées me rappelle un peu la discussion que j’ai eue avec ma famille d’accueil Californienne, dans un état pourtant pas autant réputé pour son lobby d’armes que le Texas. La famille m’avait alors expliqué qu’ils possédaient une arme afin de nous protéger en cas d’intrusion ou d’attaque dans la maison tout en comprenant mes craintes et que cela suscite le débat. Face à mes réticences, ils avaient alors sorti la constitution américaine avec le deuxième amendement en me prouvant que l’arme à feu n’était pas le problème et une arme en soi mais bien la personne qui pouvait la posséder.

Malgré toutes les interventions et paroles de courage et prières, cet énième fusillade qui plus est dans une église me laisse à penser qu’elle n’est malheureusement qu’une parmi tant d’autres. Et la petite lueur d’espoir sur l’encadrement des armes ouverte par la Maison-Blanche sur une éventuelle interdiction des mécanismes de transformation des fusils semi-automatiques est pour l’instant restée sans suite. Pour l’instant…
En finalité, nul ne sait combien d’autres tueries faudra-t-il encore pour qu’un réel changement ait lieu. Preuve en est, en habitant aux États-Unis, je m’étais d’ailleurs surpris en acceptant presque cette situation comme un risque parmi tant d’autres.