Un troisième parti politique est-il possible aux Etats-Unis ?

Sous l’impulsion de Donald Trump et de Joe Biden, et en marge des tensions dans les partis républicains et démocrates, un troisième parti américain de premier plan est-il envisageable ? Retour sur l’histoire, analyse des forces en présence et tentative de réponse et décryptage.  

Un système politique fait pour le bipartisme

Si nous devons présenter un paysage politique parfait pour un paysage politique à deux partis et hostile au multipartisme, c’est bien l’exemple américain. Avec son système de vote majoritaire à un tour et sans proportionnelle, il avantage nettement le duel de deux adversaires avec le gagnant qui est dit du « winner takes it all ».

Et c’est le cas pour l’élection présidentielle tout comme pour la chambre des représentants ou le Sénat. La puissance et la force de pénétration de deux partis principaux rend presque caduque et illusoire l’irruption d’un troisième larron. Quant à des coalitions de circonstances, elles ne sont pas dans la culture américaine.
United States presidential election of 1992 | United States government | Britannica

Le poids de l’histoire
Comme expliqué plus haut, aux Etats-Unis, vous êtes soit républicain, soit démocrate. Or, il n’en a pas toujours été ainsi. Il faut rappeler que ces deux monstres sont issus d’une scission du parti républicain-démocrate en 1824 (Democratic-Republican Party). Et oui, aussi incroyable que cela y paraît, les deux géants ne faisaient à l’origine qu’un en opposition au parti fédéraliste de George Washington qui se désintègre lui en 1820. Il y avait donc dès le départ déjà, un bipartisme que les experts attribuent à la simplicité du débat politique américain.

Un court précédant à trois partis
A la division du parti républicain-démocrate en 1824, le parti whig qui deviendra le parti républicain en 1854, ainsi que le parti démocrate prennent les devants de la scène politique américaine en bipartisme pour ne plus la lâcher. Il y aura, toutefois, bien des tentatives de troisième force mettant en danger les deux ogres. Dans une atmosphère encore plus polarisée qu’aujourd’hui (oui, c’est possible), le Populiste Party (défense des paysans) aurait pu faire vaciller les démocrates entre 1890 et 1900, avant de les rejoindre.

Plus incroyable, le Progressive Party était encore plus proche d’imposer une troisième voie aux Etats-Unis. Fondé en 1912 pour ramener l’ancien président Théodore Roosevelt au pouvoir, le parti est une division de l’aile progressive républicaine. Le succès est au rendez-vous, puisque Roosevelt termine 2ème de l’élection avec 27%, mais avec seulement 88 grands électeurs. Le format de l’élection majoritaire à un tour a encore frappé. Le nouveau parti au logo d’un élan (face à l’âne démocrate et l’éléphant républicain) a fait partiellement chuter le grand parti républicain et pensait ensuite pouvoir attirer les progressistes démocrates.
Mais les mid-terms de 1914 qui suivent sont un gros échec. Et en 1916, sous l’influence du revenant Roosevelt, le parti républicain adapte des valeurs plus progressistes pour retrouver leur poids et mettre fin au parti progressiste. L’histoire retiendra que les deux anciens partis ont tremblé et une occasion unique a été manquée.theodore roosevelt a progressive bull moose,Free delivery,OFF67%,welcome to buy!

Les Américains tiraillés

Mais qu’en est-il du souhait des Américains de voir émerger une troisième voie près de 100 ans après ? S’il étaient moins de 35% à en vouloir en 2000 après la défaite d’Al Gore (soi-disant due à l’entrée du Green Party dans la course), ce chiffre bondit à presque 50% en 2019 et 60% en 2021. Un arbre cache cependant la forêt, puisque ce sont en majorité des réactions passagères au sein des partis. D’une part, contre la personne de Donald Trump, ou contre la politique migratoire de Joe Biden (au sein des démocrates).

De simple menaces avec un risque trop élevé
Avec le party Libertarian et le Green Party qui existent maintenant depuis plusieurs décennies, il semble que toute tentative de troisième parti soit vouée à l’échec. En effet, les résultats de ces deux mouvements sont une suite de déceptions sans noms, et l’exemple de la présidentielle de 1992 avec Ross Perot est éloquent. Cet indépendant se lance contre Bill Clinton et Georges Bush, jusqu’à créer un débat à trois à la télévision américaine. Perot obtiendra 19% des voix mais aucun grand électeur. Un exploit en chiffres (20 millions de votes), mais un échec en terne d’élection pure. Et comme l’histoire se répète, Clinton reprendra une partie de ses idées et son mouvement sera marginalisé.

Alors, en 2021, les menaces de certains républicains, Liz Cheney en tête (fille de l’ancien vice-président Dick Cheney), de contrer le pouvoir de Donald Trump au sein du Gran Old Party ne semblent pas tenir la route. Bien que les réactions face à l’ascendance trumpiste et populiste soient de plus en plus nombreuses, un nouveau courant progressiste ne saurait être viable à long terme. Et le constat est encore plus implacable du côté démocrate, où Alexandra Ocasio Cortez et Bernie Sanders ne jouent que sur la peur d’une scission pour renforcer leur courant d’idées.

Vers un statu quo
Pour conclure, comme l’ont montré les élections de 1912, 1992 ou 1912, les troisièmes partis dans la politique américaine sont plutôt perçus comme des solutions de facilité que de recours. Comme semble le confirmer l’éminent politique Gregory Koger de l’University of Miami : « Les Etats-Unis sont un des rares pays démocratiques à avoir un système électoral qui récompense la voie à deux partis. Tant au niveau local que national, il en est ainsi fait. En conséquence, les élections et les électeurs ont tendance à préférer un des deux favoris probables face à l’émergence d’un troisième candidat. La conclusion est que leur influence peut être grande mais leur succès moindre. »
This four-word line packed a punch in 1980's election - CNN Video

Mais en politique, comme en sport, c’est bien connue, il ne faut jamais enterrer quoi que ce soit.

Joe Biden : le retour d’une Amérique unie ?

Plus de Donald Trump, plus de divisions, plus d’incitation au soulèvement. Dans son premier discours, Joe Biden a semblé réussir à rassembler l’Amérique. Mais pour combien de temps ?

On s’était quitté sur le terrible spectacle du Capitole avec un Donald Trump incapable d’assumer et rassembler les Américains les uns aux autres. On se retrouve avec un Joe Biden qui a promis de gouverner uni pour tout un pays, pour tous les Américains. Le président est parti, vive le nouveau président. Alors, est-ce vraiment si simple ? On aimerait y croire, tant ce pays a besoin de retrouver son unité maintes fois fracturée ces dernières années. Et en cas d’échec, les prochains heurts et soulèvements le guettent déjà.

Pas de ratés
En apparences, tout le monde s’accordera pour dire que le mandat de Biden a plutôt très bien commencé. N’en déplaise à ses détracteurs, « Sleepy Joe » n’a pas gaffé. Pas de raté, pas de signe de fatigue ou de faiblesse, et un homme en pleine course sur l’allée menant à la maison Blanche. Union également lors de la prestation de serment et pour les invités à l’investiture. Il n’a pas oublié ses partisans, mais il a également eu un mot et un geste pour ses anciens rivaux ou personnalités de l’autre bord politique.

Du show et de l’émotion
Ah que c’était beau de voir cette élite réunie autour des anciens présidents Barack Obama et George W. Bush. Le tout, sous le regard presque approbateur de Mike Pence. Un poème lu par une jeune étudiante, des chansons et prières par un compositeur proche du parti républicain. Les stars Lady Gaga et Jennifer Lopez (Jlo pour les intimes) qui font le show à l’Américaine. Ou encore, Kamala Harris accompagnée du premier « Second Gentleman » d’origine juive. Et cette première vice-présidente n’est pas n’importe qui. D’un père jamaïcain et d’une mère immigrée indienne, elle fut la première procureur de couleur de Californie. Vous m’avez compris, le symbole fut total. Et on pourrait encore parler des heures de Jill Biden au cœur de la famille présidentielle recomposée ou du soudain « sympathique » Bernie Sanders qui n’est plus “si communiste” avec sa chaise et ses moufles sur les réseaux sociaux.

L’ombre de Donald Trump et des progressistes
Mais attention, cette embellie et « union sacrée » de début de mandat pourrait ne pas durer longtemps. En effet, le crédit dont bénéfice normalement le nouveau locataire de la maison blanche pourrait vite s’effriter. Le premier danger se nomme Donald Trump. Toujours là et encore bien soutenu par les républicains, son procès « d’impeachment » au Sénat ne sera pas une partie de plaisir pour les démocrates. Ni pour Joe Biden et les Américains. C’est presque à se demander si le nouveau commandant en chef ne souhaiterait pas voir le procès liquidé au plus vite, tant chaque débat offre une tribune au magnat de l’immobilier et une chance de division chez les républicains et par enchaînement chez les Américains.

En effet, le danger n’est jamais très loin y compris dans le propre camp de Biden. Face à lui, les progressistes et l’aile gauche du parti démocrate seront une composant très fragile tout au long de son mandat. Tiendra-t-il ses promesses ? Sera-t-il à leur écoute ? Emmenés par Bernie Sanders et l’étoile montante Alexandria Ocasio-Cortez, ils pèseront de tout leur poids mais feraient bien de comprendre une chose pour le bien du pays : Joe Biden n’est pas Barack Obama. Bien que très proche de son ancien président, le nouvel homme fort aura sa propre marque de fabrique.

America First

Et en parlant de fabriques et de présidents, vous rappelez-vous du « America First » de Donald Trump ? Il y à fort à parier que ce courant ne soit pas si mort. Après tout, quel meilleur slogan que celui-ci pour unifier tout un pays ? Et Biden aurait tort de s’en priver. Alors, oui il va sans conditions s’engager pour le climat. Oui, il va rouvrir les relations diplomatiques et redonner une politique plus ouverte à l’immigration. Mais non, le 46ème président des Etats-Unis ne prendra pas de risques sur les relations économiques, taxes en places ou protectionnisme industriel, héritage du Trumpisme avec lequel il faudra composer. Et il ne le pourrait de toute manière que partiellement, preuve en est une de ses mesures retoquées par la Cour Suprême conservatrice.

Joe Biden, dans son mandat digne du jeu de l’équilibre mettra toutes ses forces pour le bien être, la santé et la sécurité des habitants de l’Amérique. Un échec serait fatal, l’épisode du Capitole l’ayant démontré. Mais pourquoi ne réussirait-il pas, lui l’ancien qui revient de si loin ? Alors, bonne chance au nouveau président de la bannière étoilée.

 

Au revoir Président Trump et merci ou pas…

A moins de 10 jours de la fin de son mandat présidentiel, Donald Trump s’apprête à tirer sa révérence de manière insolite. Sous le feu des critiques après l’insurrection du Capitole du 6 janvier, sa présidence s’achève comme elle a commencé. Entre imprévisibilité et chaos. Alors, merci et au revoir ou bon débarras Mister President Trump ?

Plus de passes d’armes sur twitter, plus de prises de têtes dans la maison blanche, plus de conférence de presse ahurissante, mais comment les médias américains vont-ils bien pouvoir occuper leurs journées ? Et que va faire Donald Trump ? Du golf, des affaires immobilières ou lancera-t-il sa campagne 2024 dès le 20 janvier sous les yeux de Joe Biden ?
Vous l’avez compris, à une semaine de la passation de pouvoir à laquelle il n’assistera d’ailleurs pas (une première depuis 1870), l’heure est bien au bilan pour le 45ème président des Etats-Unis. Quelles promesses a-t-il tenues, quelle Amérique laisse-t-il derrière lui et quel sera son héritage et celui du « make America great again » ?

Une économie saine avant le covid
Si Donald Trump a bâti sa campagne sur le protectionnisme et une économie nationale, son bilan chiffré semblait être positif avant la crise du covid. Convaincant jusqu’à Wall Street, le taux de chômage au plus bas depuis 30 ans (moins de 4%) pouvait lui ouvrir la porte d’un second mandat et des électeurs indécis. Relocalisation, relance d’industries mortes, taxes sur l’importation, économie et emplois sous la mention « America First ». Cela semblait fonctionner, non sans froisser la Chine, l’Europe et d’autres au passage.

Néanmoins, pour beaucoup d’Américains, cette politique n’aurait été bénéfique qu’à court terme, avec le risque d’une probable inflation. Mais, Donald Trump en hommes d’affaires qu’il est, n’aurait pas été à un retournement près pour dynamiser le deuxième volet de sa présidence. Le covid et sa mauvaise gestion étant passés par-là, on ne le saura jamais.

Immigration : le mur que l’on ne verra pas
C’était son argument de campagne favori sur le thème de l’immigration. «  We are going to build a great wall » (Nous allons construire un grand mur). Sensé être bâti tout au long de la frontière mexicaine, cette barricade prévue conte les « trafiquants, voleurs et gangs mexicains » ne verra jamais le jour. Ou tout du moins que partiellement puisque seuls 595 km sur les 3’100 km ont été construits ou rénovés. Le Mexique (on s’en doutait bien) a refusé de payer et le Congrès s’est opposé au financement des 25 milliards prévus. Mais l’essentiel était ailleurs : rassurer la base républicaine et montrer les crocs face à la Californie démocrate. Pour avoir traversé légalement la frontière mexicaine (et ses multiples contrôles douaniers à pied sous la supervision des snipers), on vous rassure ce n’est pas une partie de plaisir.

Cour suprême : une large majorité conservatrice
L’histoire et l’âge de certains juges de la Cour Suprême aidant, Donald Trump a pu faire élire pas moins de 3 juges à la plus haute autoritaire judiciaire américaine. Tous bien sûr conservateurs, et proches de la base trumpiste. Néanmoins, ceci n’a pas empêché les magistrats de le désavouer sur l’Obamacare (une de ses grandes défaites) ou dans sa ridicule croisade sur les « élections truquées. » La démocratie américaine est plus forte qu’un seul homme et il ne restera que « le plaisir » au 45ème président d’avoir pu instaurer 3 juges. Toutefois, ces nominations ont fait totalement basculer l’équilibre de la Cour d’une courte majorité progressiste à une large majorité conservatrice. Un lourd héritage avec le retour d’une politique conservatrice sur des thèmes comme l’avortement et l’immigration pourraient en être la conséquence.
Augmenter le nombre de juges comme le suggère Joe Biden ne serait qu’une solution rapide et incontrôlable à long terme. Les républicains peuvent remercier le président Trump.

Tensions raciales : de mal en pire
Si Barack Obama n’avait pas totalement réussi là où on l’attendait, Donald Trump n’a fait que de jeter de l’huile sur le feu. Avec ses multiples appels du pied aux mouvements d’extrêmes-droite et aux suprémacistes blancs, il n’a rien fait pour calmer les tensions. Pire, il a joué avec la réputation de groupes comme « Qanon », refusant parfois de condamner leurs actes. Bien que l’on ne puisse le tenir responsable de tous ces maux, héritages profonds de l’histoire, il n’y a aucun doute qu’il s’en soit servi. En fin stratège, il a su caresser certains au risque de créer des tensions intenables. L’Amérique a besoin d’autre chose.

Sur la scène internationale : une nation en retrait
Bien avant le début de son mandat, on avait compris que Trump ne serait pas l’homme des traités et accords internationaux. Nucléaire iranien, retrait sur le climat, de l’OMS ou du conflit Syrien en sont les preuves. Rompant avec une longue tradition, ce côté populiste a séduit plus d’un Américain. Et on oserait presque ajouter qu’il peut se targuer de n’avoir entraîné le pays dans aucune guerre ou conflit international. Imprégnée d’imprévisibles et de dangereux revirements, sa politique extérieure n’avait pas de lecture claire. Mais Donald Trump n’est pas un homme de guerre. Tout au plus, un personnage incalculable avec trop d’égo.

Une scission et des Américains divisés : l’acte final
Comme décrit précédemment, le 45ème président n’est pas un homme de compromis. Avec lui, il n’y a pas de zone grise. Vous êtes great or not (son mot préféré), vous êtes républicain ou démocrate, gentils ou méchants pour reprendre sa rhétorique. Au bout de quatre ans d’usure, ces divisions se font sentir plus que de raison. Et faire la différence entre riches et pauvres, chrétiens ou non, banlieue et centre-ville devient presque normal. Or, les Etats-Unis sont de par leur origine une union de différents états et populations.

A force de monter les uns contre les autres et faire croire qu’une fraude lui a volé les élections, Trump a directement ou indirectement (l’histoire jugera) encouragé l’assaut et l’insurrection sur le Congres le 6 janvier dernier. L’acte final de son dangereux jeu de scissions en quelque sorte. Et la goutte de trop pour tout un pays, tous bords confondus. On peut être mauvais perdant, mais l’irresponsabilité et le refus de condamner fermement (dans un premier temps) ces manifestants hostiles auront creusé sa perte jusqu’au sein de son propre camp. Et on peut dire merci à la démocratie américaine telle qu’elle existe d’avoir résisté, preuve qu’elle est au-dessus de tout.
Suite à ces événements, il n’y a guère de monde pour le remercier à part quelques féroces partisans. Et les républicains se retrouvent face à un énorme défi: reconstruire avec ou sans Trump ? Nul doute que les démocrates veilleront au grain.

En conclusion, que restera-t-il du président Trump ? Il aurait pu partir en président renversant et opportuniste, sauveur de l’économie mais mauvais perdant. Or, il quitte la scène par la plus petite porte, sans respect de l’adversaire et avec un terrible bilan sanitaire, démocratique et moral sur la conscience. Celui d’avoir tiré sur la corde jusqu’au bout, jusqu’au dernier jour. Alors oui, au contraire de son envol, Donald Trump a totalement raté sa sortie. Et pas que sur Twitter.

Donald Trump VS Joe Biden: Voici notre pronostic

@Reuters, B.Snyder, File foto, Le Temps

Et le vainqueur est….Donald Trump ou Joe Biden. Dans notre article, vivez l’Election Day comme si vous y étiez avec les résultats virtuels de chaque état. En lisant jusqu’au bout, vous découvrirez notre pronostic avec la carte interactive du vote. Alors, notre prévision était-elle juste ? Faites-vous votre idée, la réponse le 3 novembre prochain

A exactement une semaine du vote, une question est sur toutes les lèvres. Qui sera le prochain président des Etats-Unis ? Un républicain ou un démocrate ? Lequel des deux septuagénaires va l’emporter ? Assistera-t-on à un deuxième mandat pour le 45ème président en exercice ou aura-t-on un ancien vice-président à la tête du pays ? On peut tourner la question dans tous les sens, on espère toutefois avoir la réponse mercredi 4 novembre. Suivez les éléments-clés et la répartition du vote état par état pour déchiffrer qui arrivera le premier à 270 grands électeurs afin d’être élu président des Etats-Unis ?

La carte électorale de 2016
Point de départ pour cette élection, la carte représentant le vote d’il y a quatre ans entre Donald Trump et Hillary Clinton. Ceci nous donne une première indication sur le nombre de grands électeurs que l’actuel président doit défendre, et sur la répartition entre états démocrates et républicains. Bien sûr, le vote de ce 3 novembre 2020 risque d’être un peu différent, mais une large partie des régions ne peut pas basculer si facilement d’un camp à l’autre et vice-versa. Si Biden veut être élu, il doit gagner des états sur la côte sud-est ou par le nord. Si Trump veut être réélu, il doit garder le nord ou le sud-est du pays.
final 2016 electoral map

Les Swing States: Focus sur 3 états
Les quelques états qui peuvent basculer d’un camp à l’autre, voici tout l’enjeu comme nous l’avions indiqué dans notre précédent article. Plus nombreux qu’en 2016, ces états appelés “pivots” vont être le juge de paix de cette élection et feront pencher la balance dans un sens ou dans l’autre. Dans les 5 ou 6 en ballotage (Floride, Michigan, Ohio, Pennsylvanie, Iowa, Caroline du Nord), la campagne a fait rage jusqu’au bout. Les candidats investissant des millions en publicité ou meetings (physiques et virtuels) pour tenter d’emporter la mise. La Pennsylvanie (où est d’ailleurs né Biden), la Floride et l’Ohio seront extrêmement serrés et disputés, et nul ne semble pouvoir prédire le résultat précis.

L’Ohio: un cas à part
Durant les 50 dernières années, l’Ohio a toujours voté pour le président élu. Une habitude qui fait que tous les regards se tourneront vers les 18 voix de cet état voisin de la Pennsylvanie en début de soirée électorale. Donald Trump y a d’ailleurs mis les moyens dans son sprint final.  Il se pourrait toutefois que l’exception confirme la règle cette année, puisque la possibilité que Joe Biden perde cet état mais remporte la présidentielle est hautement probable.

File Photos. @Reuters

Que se passe-t-il en cas d’égalité
En cas d’égalité parfaite (oui c’est possible) avec 269 voix chacun, qui est élu ? Ce scénario un peu fou est peu probable mais il y a quelques possibilités non négligeables. Ce fut d’ailleurs le cas une fois…en 1800. La Constitution américaine stipule qu’en cas d’égalité, la décision revient à la Chambre des représentants tandis que le Sénat choisit le vice-président. Mais attention, la chambre sera nouvellement élue et chaque état à droit à un vote, les nombreux représentants de celui-ci devant se mettre d’accord. Compliqué ? Oui, soit oublions ce scénario du casse-tête pour l’instant.

Le rôle du vote par correspondance
Une composante à ne pas mettre de côté, en cette année 2020 très spéciale, est l’importance du vote par correspondance. Critiqué par Donald Trump début septembre, il semble que les républicains aient aussi tenté de le déstabiliser (en Californie) en installant des urnes devant des églises et lieux de rassemblements. Quoi qu’il en soit, nous pourrions avoir des résultats plus tôt que prévus étant donné que beaucoup ont déjà voté (dont Donald Trump et Mike Pence) au moment où ces lignes sont écrites.
Image

Les femmes blanches en arbitre ?
C’est déjà elles qui avaient fait pencher la balance dans certains états en 2016, et c’est à nouveau à elles que s’adresse Donald Trump pour sauver sa peau. Comme le vote des afro-américains semble s’orienter vers Biden, on a normalement tendance à dire que les latino-américains décident souvent de l’élection. Or, il semble y avoir un appel aux “femmes blanches actives des banlieues” par Trump. Le prouve un de ses derniers discours agressifs (“J’ai sauvé votre quartier et banlieue”). Un comté de Californie, l’Orange County à majorité républicaine avec un électorat typique de ce profil sera intéressant à suivre pour notre part (comme micro-test de l’élection). Alors, la situation va-t-elle se resserrer comme l’annoncent de nombreux observateurs? On savait déjà que Biden pouvait compter sur “sa carte magique” des seniors, voilà que Trump nous sort son joker “femme”.

L’Election Day virtuel: Voici notre pronostic et simulation de vote en vidéo
Après cette revue des principaux enjeux, nous voici prêts pour l’élection finale. En visionnant cette courte vidéo (mode plein écran), vous découvrirez enfin qui sera le prochain président des Etats-Unis selon notre ressenti. Attention, je précise bien que ce n’est pas mon souhait mais mon pronostic. Il n’y a donc pas de prise de position ou de choix d’un camp ou de l’autre dans cette simulation, ce blog n’étant pas à caractère “militantisme” mais informatif et de partage.*
*Vidéo à caractère virtuelle et de simulation. Aucune référence à la réalité ne pourrait être reflétée

Faites-votre propre carte électorale
Alors, vous n’êtes pas d’accord avec notre pronostic ? Vous voulez faire une autre simulation et tester certains états swings ? Ou arriver au scénario possible de l’égalité à 269 voix chacun ? Voici un lien pour vous y amuser d’ici à mardi prochain.

En conclusion, un constat et une question. Si Biden s’impose, il ne sera de loin pas le premier vice-président devenant président des Etats-Unis. Il rejoindrait ainsi une longue liste comprenant entre autres Gerald Ford, George H. W. Bush ou encore Théodore Roosevelt. Et du coup, si Trump perd, il rejoindra lui aussi George H. W. Bush dans le camp des présidents défaits après leur premier mandat.
Enfin, la question: Une éventuelle défaite sera-t-elle reconnue ? On en attend pas moins des démocrates, ce qui signifierait toutefois un parti totalement brisé, quatre ans après Hillary Clinton. Quant à Donald Trump ? On ose espérer, car dans le cas contraire, le pire des scénarios (et pas seulement pour la bourse) allant jusqu’à de nouveaux heurts dans le pays n’est pas à exclure. Tant la situation est tendue. Mais croyons (encore un peu) en la démocratie américaine.

 

Et Pour ceux qui n’ont pas pu regarder la vidéo jusqu’à la fin: Notre carte électorale virtuelle finale

@Credits Video: @CNN, @IPO Vidéos, @Fox News @CNN politics
@credits Audio: @CNN
@Credits photos: @Le Temps

Élection présidentielle américaine 2020: Votre mode d’emploi

© EPA /JIM LO SCALZO

A exactement un mois de l’Election day et quelques jours après le premier débat, nous vous offrons notre guide pour cette 59ème élection présidentielle américaine. Débats, horaire des résultats, pronostics et états swings, découvrez les éléments clés de ce face à face entre Donald Trump (parti républicain) et Joe Biden (parti démocrate).*
*NB: Cet article a été rédigé et publié avant l’annonce des tests positifs au covid19 de Donald et Melania Trump)

Quatre ans après le terrible et historique affrontement entre Hillary Clinton et Donald Trump, nous revoici plongés dans la campagne présidentielle américaine. Si Donald Trump est toujours là, celle qui devait selon tous les sondages devenir la première femme à présider l’Amérique a eu plus de trois ans pour accepter sa défaite, ou pas. Quoi qu’il en soit, c’est Joe Biden, l’ancien vice-président de Barack Obama qui affrontera l’ancien magnat new-yorkais de l’immobilier le 3 novembre prochain. Mentionnons aussi le parti libertarien et le Green party (verts américains) qui ont eux aussi un candidat en lice, toutefois sans grande influence.

Très populaire dans la base démocrate, il semble que Joe Biden ait cette fois-ci un parti uni derrière lui (ou contre Trump c’est selon), chose dont ne pouvait se targuer de disposer Clinton. Cela suffira-t-il à éjecter le locataire de la maison blanche ? Rares, sont ceux qui ont été boutés hors du bureau ovale de Washington mais on en trouve tant côté républicain que démocrate. Et Donald Trump a annoncé la couleur, il se battra avec toutes ses forces et tous les moyens pour conserver le pouvoir. Joe Biden est prévenu.

Des débats tendus
Comme il l’avait fait avec l’ancienne secrétaire d’Etat en 2016, Donald Trump va certainement attaquer personnellement, politiquement et moralement son adversaire. C’est là qu’il est le plus fort et il serait fou de s’en priver (quitte à être mensonger), tant il croit Joe Biden fébrile sur cette discipline-ci. Il l’a fait avant le débat avec sa demande d’un contrôle anti-dopage pour son adversaire et pendant leur premier face à face mardi 29 septembre à Cleveland dans l’Ohio.
Les deux suivants se tiendront les 15 et 22 octobre au Michigan et Tennessee, avec forcément des mesures covid strictes et encore plus de tensions et agressivité. Auparavant, vous pourrez aussi assister au débat des vice-président le 7 octobre entre Mike Pence et Kamala Harris.

Enfin, notez que la plupart des duels (ou combats) seront diffusés sur plusieurs chaînes américaines d’information (ABC, NBC, CNN, Fox News…) et sur Youtube. Néanmoins, ce sera toujours autour de 3h du matin en Suisse, loin de l’ambiance que l’on peut trouver aux Etats-Unis. Je me rappelle d’ailleurs du premier débat de 2016 que j’ai suivi dans un restaurant new-yorkais bondé et expressif. Rien à voir avec le premier acte de 2020 qui a d’ailleurs été qualifié par plusieurs médias comme le pire de l’histoire et de “Shit Show” par CNN. J’oserai m’aligner dessus en ajoutant que cela a accouché d’un duel de clowns stupides, séniles et grossiers. A-t-on vraiment envie de voir les suivants quand on sait que 90% des américains ont déjà fait leurs choix et peuvent voter par correspondance ce mois-ci ?

Grand électeurs et états swings
Petit rappel, l’élection présidentielle ne se joue pas au votre populaire mais au nombre de grands électeurs absolu. Pour ceux qui en doutent encore, demandez à Hillary qui a gagné par plus de 2.86 millions de voix d’avance (48% contre 46%) mais a dû s’avouer vaincu face aux 304 voix du collège électoral pour Donald Trump. C’est ainsi et les règles sont connues de tous depuis des décennies (inscrit en 1845 dans la constitution). Il faut donc réunir au moins 270 suffrages, soit la majorité des 538 en jeu. La répartition par état se fait par rapport au recensement de la population et il sera identique à celui de 2016. Concrètement, la majorité des voix d’un état suffit pour remporter la totalité des voix, communément appelé “winner take all”. Quelques états, toutefois, comme le Maine ont une certaines dose de proportionnelle par comtés.

En observant la carte ci-dessous, vous comprendrez mieux la réparation des électeurs par états, les plus importants en nombre de voix étant la Californie (55), le Texas (38), la Floride (29) et l’état de New York (29). Certains sont aussi clairement inflexibles (New York démocrate, Texas républicain), d’autres sont indécis et font à chaque fois pencher le sort de l’élection d’un côté ou de l’autre (NB: Vous pouvez aussi lire l’éditorial du Temps posté indépendamment notre article). Appelés swing states, on citera la Pennsylvanie, l’Ohio ou la Floride, tous trois perdus par Clinton ou gagnés par Trump en 2016 selon votre affinité. Capable de basculer d’un camp à l’autre selon le candidat et la campagne menée, certains présidentiables y investiront plus d’énergies et d’argent que dans des grands états moins indécis. Gageons que Joe Biden et les démocrates ne commettront plus l’erreur de sous-estimer certains états comme l’avait fait Hillary Clinton, et d’autre part que Donald Trump tentera ardemment de garder la Floride, le Michigan et la Pennsylvanie pour l’emporter.

@BBC

Election Day: Horaire des résultats
Comme indiqué dans l’introduction, le vote pour le prochain président des Etats-Unis aura lieu lors de l’Election Day fixé au 3 novembre 2020. Selon la règle, il s’agit toujours du mardi suivant le premier lundi du mois de novembre des années paires (voir notre post sur les Midterms). Parallèlement à la présidentielle, les Américains votent aussi pour la chambre des représentants (House of Representatives, chambre basse) et renouvellent un tiers du Sénat (Senate, chambre haute).

Basé sur la côte ouest en 2016, j’étais de passage en Europe la semaine de l’élection et avait assisté au triomphe « surprise » de Donald Trump. Vivant aux Etats-Unis, cette victoire ne fut pas aussi inattendue pour moi, tant la méfiance ressentie auprès de Hillary Clinton était grande sur place. Ce qui était passionnant était plutôt de voir l’Election Day se transformant comme souvent en « Election Night » tant sur la côte est que sur la côte ouest, et de suivre ceci au milieu de la nuit jusqu’au petit matin depuis l’Europe résultat par résultat. Avec un constat dès 4h45 et la fermeture des bureaux de vote. Trump est bien plus fort que prévu et son élection n’est plus improbable. A 6h30 Clinton maintient le suspens avec le Nevada mais à 7h40 le Minnesota « mine » ses dernières chances. A 8h30 Donald Trump est élu 45ème président des Etats-Unis.

Si cette élection fut serrée en 2016, elle ne l’est pas toujours avec l’exemple d’Obama en 2008 et 2012. Bien sûr, il y eut aussi l’un des cas les plus indécis en 2000 avec George W. Bush. Alors, à quelle heure peut-on attendre les premières tendances et résultats cette année ? Selon toute vraisemblance, un bout de la réponse devrait tomber vers 4h du matin mais le Minnesota et la Pennsylvanie devraient être âprement disputés, tel deux juges de paix entre 7h et 9h du matin. A moins que le vote par correspondance n’accélère les choses. Quoi qu’il en soit, il faudra encore que Donald Trump ou Joe Biden reconnaissent leur défaite, ce qui est loin d’être acquis aujourd’hui.

Les tendances du vote: Vers une nouvelle surprise ?
Alors que tous les instituts de sondage prédisaient une victoire de Hillary Clinton en 2016, les médias et les faiseurs de pronostics se prirent une bonne douche froide à l’annonce des résultats. L’histoire va-t-elle se répéter en 2020, avec un Joe Biden en tête des intentions de vote depuis plusieurs mois ? Nul ne le sait, et ce n’est guère le premier débat médiocre qui nous aiguillera.

Il faut dire qu’il n’y a pas que le vote caché pour Trump qui complique la tâche des sondeurs. La crise sanitaire du covid, et les tensions économiques, politiques et internationales peuvent faire basculer la donne d’un côté comme de l’autre. Surtout avec deux septuagénaires plus proche d’une maison de fou que d’une maison blanche. Par exemple, certains spécialités suisses prédisent à contre marées une victoire républicaine (voir le très bon article du Temps), alors que Biden est donné gagnant à 50% contre 43% ou à 279 grands électeurs électeurs.

Pour finir, il y a aussi l’histoire des 13 clés d’Allan Lichtman, Professeur d’histoire à l’American University de Washington et qui a développé depuis 1981 un système de clés basés tant sur le charisme que sur l’économie ou le social. Lui donne Joe Biden vainqueur d’une courte tête. Du côté de notre blog “Au cœur de l’Amérique”, nous nous oserons également à un pronostic 10 jours avant la présidentielle. Nous vous présenterons ainsi une carte interactive des Etats-Unis avec une simulation virtuelle de l’Election Day et « Night » . Histoire de voire, si notre ressenti était aussi juste qu’en 2016. Ensuite, il ne restera plus qu’à attendre le 4 novembre au matin (ou plus tard) pour suivre sur le site du Temps, les chaînes américaines (ou ailleurs) le verdict des urnes. En espérant que d’ici là, ces deux clowns ne nous gâchent pas Halloween trois jours avant le vote. Déjà que cette élection risque d’être masquée…

Oliver Wyss: Le Suisse qui construit le football de demain en Californie

A 45 ans, Oliver Wyss originaire du canton de Soleure est l’homme fort du football dans l’Orange County californien. Cet ancien joueur et entraîneur, devenu manager, s’est donné comme objectif de promouvoir le football à l’européenne au pays du Superbowl. Portrait d’un visionnaire aussi américain que suisse.

Aux Etats-Unis, le football comme nous l’appelons en Europe n’est pas roi. Si vous prononcez d’ailleurs le mot football devant un américain, vous serez confus. Lui pensera à la NFL, au Superbowl et aux quarterbacks, et vous plutôt aux dribbles de Ronaldo, Messi et à la Champions League. Pourtant, il est bien connu que notre football tel que nous le connaissons en Europe et ailleurs se nomme « soccer » pour les Américains. Première erreur donc à ne pas commettre, confondre le soccer avec le football américain dit « football » USA. En Californie, un homme s’est toutefois mis en tête de donner une place en or au soccer. Et c’est un Suisse.

Oliver Wyss avec la légende Keisuke Honda

Lorsque je rencontre Oliver Wyss pour la première fois, je me retrouve moi aussi devant ce dilemme. Parlant en anglais, j’opte donc pour le mot « soccer », et bien m’en prend puisqu’il est le manager général du « Orange County Soccer Club. » basé à Irvine. Ce Soleurois d’origine qui vit maintenant depuis plus de 25 ans en Californie, a malgré tout gardé son amour pour le « football européen », comme il me le racontera plus tard en Suisse-Allemand. Ainsi, il veut prouver que le soccer peut avoir sa place au pays de la bannière étoilée. Et il s’est donné pour mission de construire un club pour conquérir le cœur des jeunes californiens et de l’Europe.

La construction d’un réseau
Après un début de carrière au FC Solothurn accompagné de sélections en équipes nationales suisses espoirs, Oliver Wyss arrive en 1994 en Californie à l’âge de 23 ans. Contrat en poche chez les Los Angeles Salsa (D1 aux USA avant la MLS), il souhaite participer à la renaissance du soccer dans ce pays. Malheureusement, le début de son rêve américain tourne court sur le terrain. Victime d’une anémie plastique, il est obligé d’arrêter sa carrière et de se faire soigner. Il va dès lors trouver un nouveau sens à sa passion. Soutenu par sa femme originaire de Californie, il va se consacrer au développement du football chez les jeunes, dans cette région qui l’accueilli et soigné.

Ce challenge commence avec le coaching d’une équipe espoirs, puis avec les Orange County Blues FC en 2013 (D2 américaine). Après plusieurs bonnes saisons en tant qu’entraîneur, il reçoit en 2016 une promotion et une mission par le nouveau propriétaire du club James Keston: former et découvrir les futurs stars du soccer en Californie et participer au rebranding de l’équipe. Renommé Orange County Soccer Club (pour la région entre Los Angeles et San Diego), le club lui fait confiance en le plaçant au poste de Manager général et président des opérations. Ses contacts auprès de la fédération américaine, sa philosophie, son réseau et son passé européen offrent toutes les garanties.

La prise en main d’un club dans une région à énorme potentiel
Pour mener ce projet avec succès, Oliver Wyss peut s’appuyer sur une région multiculturelle, jeune, dynamique et économiquement forte. Non seulement, il parvient à enthousiasmer des partenaires et sponsors locaux, mais aussi des investisseurs internationaux comme le joueur Keisuke Honda (passé par l’AC Milan). « Je ne veux pas seulement des sponsors donateurs, je veux des partenaires qui s’identifient et s’investissent dans cette mission » Oliver Wyss en est convaincu, la passion pour le football est bien présente en Californie. Outre les Los Angeles Galaxy, le club du FC Los Angeles vient d’être crée en MLS (D1 USA) et la population s’intéresse énormément au football européen. La proximité avec le Mexique et le nombre de jeunes d’origines multiculturelles est une richesse pour ce sport dans l’Orange County : « chaque jeune de la région doit pouvoir rêver de devenir footballeur professionnel, et nous voulons être leur tremplin ».

Inculquer et s’inspirer du football européen
Sans pour autant glorifier notre système et formation en Europe, il faut reconnaître que le travail effectué ces 20 dernières années avec des campus, des formations et l’accompagnement pour les jeunes footballeurs est bien meilleur qu’aux Etats-Unis. En Amérique, le soccer est encore un peu le parent pauvre, bien que le futur semble meilleur. Ainsi, les Colleges (Universités) et clubs universitaires préfèrent mettre en avant le basketball, le hockey et le American football. Wyss et l’Orange County Soccer Club veulent changer cela. Pour devenir footballeur professionnel, il ne faudra plus nécessairement passer par une équipe universitaire. Il faut donner la chance à tous et s’inspirer du modèle européen.

C’est ainsi que le club organise des visites dans les écoles de la région pour promouvoir ce sport. A travers sa kids Community, il organise aussi des camps d’entraînements et offre des activités aux familles. Lors de mon premier match du club, j’ai d’ailleurs été surpris du nombre d’activités et de jeux avant le coup d’envoi pour les familles, les enfants et les jeunes. C’est une véritable fête autour du match et le club se veut rassembleur, comme c’est souvent le cas en Amérique avec les communautés (Community), ici dans le cas des loisirs. Feu d’artifice, test techniques et footballistiques, lounges d’échanges pour business et VIP, présence de la chambre du commerce ou dégustation de bière, il y en a pour tous les goûts. Vu de l’Europe, un vrai show à l’américaine pourrait-on dire.

Des accords et une stratégie pour le futur
Après une tentative infructueuse de rapprochement avec les Los Angeles FC, l’Orange County soccer club a trouvé son club partenaire officiel. Il s’agit du club écossais des Glasgow Rangers. La synergie avec ce mythe du football va bien au-delà du simple prêt de joueurs déjà en place aux USA. « Notre objectif est de  remporter le championnat USL (D2 USA) et de se positionner comme le club formateur des USA. » Le club compte ainsi 7 internationaux espoirs dans sa première équipe et des transferts dans les plus grands clubs d’Europe semblent possibles. Outre Glasgow, des clubs comme Dortmund, Barcelone ou Porto recherchent typiquement le genre de profils de jeunes joueurs que nous formons.

Oliver Wyss avec Steven Gerrard pour le lancement du partenariat avec les Glasgow Rangers.

Les premiers succès internationaux
Avec le nouveau stade flambant neuf inauguré fin 2017, Oliver Wyss a des arguments de poids pour mener a bien sa mission. Membre de la fédération américaine de soccer, il a aussi attiré plusieurs anciennes légendes européennes dans son staff technique. On y retrouve d’ailleurs aussi un Suisse, le Valaisan Didier Crettenand qui officie comme « Talent Manager. »

Sur le terrain, le succès est aussi au rendez-vous. Lors du championnat 2019, Orange County Soccer Club n’échoué qu’en en demi-finales des playoffs face au Phoenix FC de Didier Drogba. Une promotion en MLS (D1) n’est pour l’instant pas (encore) une priorité pour le club, puisqu’il faudrait acheter une place dans le système de franchises à l’américaine. Mais le niveau du championnat est presque égal et le récent premier transfert d’un joueur du club en Europe en est une preuve. Bryang Kayo a en effet signé pour Wolfsburg en Bundesliga. Auparavant, c’est un autre footballeur encore plus jeune qui avait fait les gros titres. Francis Jacobs était devenu, courant 2019, le plus jeune joueur professionnel au monde. A 14 ans, Oliver Wyss lui a offert sa chance et son premier contrat : “On en a parlé jusqu’en Europe et notre club est une véritable vitrine et fierté pour toute la région. Nous croyons au marché européen et nous pensons aussi inversement pouvoir attirer des bons joueurs en Californie.”

Adieu, Adu! Jacobs youngest to sign U.S. deal
Francis Jacobs 14 ans, le plus jeune footballeur professionnel de l’histoire

Lorsque l’on connaît Oliver Wyss, on a aucun doute qu’on entendra encore parler de l’Orange County Soccer Club. Allier le sérieux suisse au rêve et business américain, avec lui c’est possible. Et on se réjouit que le public et la région d’Irvine puisse à nouveau vibrer dans un stade plein après le covid-19. En attendant, soyez certains que le club et l’homme ont été parmi les premiers à aider, soutenir et donner aux associations, hôpitaux, malades et plus faibles pendant la pandémie.

Plus d’informations sur le club:

Site web du club: https://www.orangecountysoccer.com/

 

 

 

 

 

 

 

Covid-19 : Le dangereux jeu de Donald Trump

Après avoir longtemps sous-estimé, voire négligé l’importance du Coronavirus Covid-19, Donald Trump semble enfin prendre conscience du vrai danger en ce début avril. Toutefois, plusieurs répercussions de sa tardive réaction risquent d’entraver ses prochaines actions. Tour d’horizon sur ces différentes menaces.

Gouverner n’est pas jouer. Et encore moins en ces temps sensibles. Alors que la manière dont Donald Trump a dirigé les Etats-Unis jusqu’ici a plus ressemblé à une partie de poker (parfois gagnante) qu’à une stratégie, il est aujourd’hui l’heure qu’il se comporte en “commander in chief” que tout un pays attend. Fini les calculs politiciens, le business ou la stratégie de campagne. La situation est grave, avec au soir du 2 avril plus de 250’000 personnes infectées et près de 5’900 morts sur le territoire américain. Et ce n’est malheureusement qu’un début, le pays tout entier ayant réagi bien trop tard.

Atout De Donald, Trump, Donald, Usa, Amérique, Élection

Des actions et prise de conscience bien tardives
Si l’on peut reprocher à la Chine d’avoir caché le véritable visage du Covid-19, on ne peut pas s’empêcher de penser que les Etats-Unis auraient dû et pu se préparer de meilleure manière à la future vague de contagion. En voyant ce qui se passait en Italie, puis ailleurs en Europe, l’administration américaine se devait de prendre les devants. Et de protéger sa population. Il a toutefois fallu attendre que plusieurs états (dont Washington à l’ouest et New York à l’est) soient gravement atteints pour que le président réagisse. Les Américains ne sont eux pas non plus exempts de tout reproche. La population a également mis trop longtemps à se rendre compte du danger et à pratiquer le social distancing. Le prouvent, les images de la fin mars, avec un nombre incroyable de personnes se pressant sur les plages de Californie (Orange County) ou de Floride (plusieurs comtés n’ont fermé que des parkings). Des habitants mal informés et des gouverneurs hésitants, de quoi rendre la situation encore plus complexe pour la suite. Trump avait pourtant (peut-être à raison) fermé dès le 12 mars ses frontières avec l’Europe pour protéger le pays et ses concitoyens.

 

Clivages et affrontements
Si Donald Trump n’est pas le seul responsable, il a toutefois totalement manqué son diagnostic présidentiel. Qualifiant cette pandémie de “petite grippe” fin février, (comme le président brésilien Jair Bolsonaro ou le conseiller d’état vaudois Philippe Leuba d’ailleurs), il a indirectement fait diminuer le respect qu’avait les gens face à ce virus. Voici dix jours, il s’amusait encore en conférence de presse. Blaguant sur une poussée de fièvre d’une de ses conseillères ou se vantant de ne pas avoir été dans un premier temps testé au virus.

D’autres ont clairement mieux affronté la situation et pris les devants. On pense au gouverneur de l’Etat de New York Andrew Cuomo qui a combattu et agi avec vigilance dès le début, ou à celui de Californie Gavin Newsom qui a été un des premiers à déclarer le confinement (ce qui n’empêchera pas certains de se pavaner sur la page). Problème : ces deux gouverneurs sont démocrates. Vous l’aurez compris, le coronavirus ne soigne malheureusement pas toutes les divisions. Les uns reprochant aux autres de n’aider que les états républicains, les autres renvoyant leur manque de préparation à l’impeachment démocrate. Une telle tension est d’ailleurs aussi palpable entre ruraux et urbains ou entre gouverneurs avec les républicains (Texas, Floride) opposés aux démocrates (Californie, New York). Au-delà de savoir qui a raison, le manque de collaboration pourrait être désastreux. L’Europe, pourtant souvent divisée a su montrer une meilleure solidarité.

Les premiers confinement en Californie (orange County, @KTLA)

La santé américaine fébrile
De la solidarité, le Américains risquent d’en avoir besoin. Dans un pays, où plus de 27.5 millions d’habitants n’ont pas d’assurance maladie (voir le très juste article du Temps), nombre sont ceux qui se demandent comment ils pourront payer leurs frais d’hospitalisation. Pire, en guerre ouverte contre l’Obamacare, Donald Trump feint et menace de se servir de cette crise afin de prouver que la loi promulguée par l’ancien président démocrate pourrait être un gouffre pour le système américain. Pourtant, certains de ses concitoyens risquent de devoir renoncer à se faire soigner et diagnostiquer à temps, en raison de l’énormité des coûts et du peu de ressources financières à disposition. Certaines associations caritatives existent bien, mais elles seront trop peu nombreuses pour couvrir tous les besoins.

Soins intensifs à New York (Photo Le Temps, Keystone)

Cependant, un autre mal ronge la population des Etats-Unis. Celui de la différence de qualité des soins et de l’iniquité des services. Selon que vous résidiez dans un comté riche californien (comme l’Orange County) ou dans le Bronx new-yorkais, les hôpitaux et le nombre de ventilateurs seront très disparates. Rajoutez une santé  générale des Américains assez moyenne et bien plus mauvaise que celle des Suisses, et vous comprendrez le défi. En effet, un nombre alarmant d’habitats du pays de George Washington souffre de diverses maladies chroniques comme le diabète, l’hypertension ou l’obésité. Soit, près de 40% de la population selon certains chiffres officiels. Additionnez ceci au service de santé inégal et vous comprendrez la fébrilité du système et du danger guettant.

Les catastrophes économiques et naturelles menacent
Enfin, n’oublions pas les conséquences économiques qui pourraient affaiblir la première puissance mondiale. Près de 7 millions de travailleurs se sont déjà inscrits au chômage et un des pires scénarios prévoirait plus de 30 millions, c’est à dire environ 20% de la population active. Les signes ne trompent pas: certaines PME fabriquent des masques en tissus pour survivre malgré le confinement, et l’administration américaine a honteusement racheté à la Chine des masques en partance pour l’Europe.

Au delà de l’humain, il faut parfois savoir écouter la nature. Et les Etats-Unis ne sont malheureusement pas à l’abri d’une catastrophe naturelle. Ouragans et tornades sont légions entre mai et août dans le centre et l’est du pays. Sans oublier les feux de forêt et les tremblements de terre en Californie. Quid alors d’un pays touché tant économiquement que physiquement ? Le jeu économique en vaut-il vraiment la chandelle ? Ou ne vaudrait-il pas mieux entendre cet avertissement sanitaire pour mieux repartir ?

Donald Trump n’aura peut-être pas le choix. Et le pays sera-t-il d’ailleurs encore la plus grande puissance après cette probable crise qui s’annonce ? La Chine pourrait bien profiter de son avance sur la maladie pour dicter le ton de la relance économique. Presque un comble devrait-on dire. Car au-delà de l’origine de la maladie que surnomment certains républicains “The Chinese virus”, l’Empire du Milieu devra un jour rendre des comptes. Comment le virus s’est-il véritablement développé à l’origine, et à quel rythme ? L’interdiction mondiale des marché sauvages va-t-elle enfin être respectée ?

Alors, oui Donald Trump sera en partie jugé par le Covid-19 comme le rappelle Le Temps dans son éditorial du 12 mars. Mais il aura beau jeu de dénoncer ses meilleurs ennemis : la Chine, Obama et les démocrates.
Car rappelons-le, aux Etats-Unis, pas besoin d’avoir la majorité de la population à ses côtés pour être élu. Le nombre le plus élevé de grands électeurs (du collège électoral) suffit, demandez à Hillary Clinton. Espérons tous que d’ici là, tous les Américains et surtout toutes les populations mondiales seront guéries. Le choix du président nous paraîtra alors peut-être un peu plus secondaire.

Primaires démocrates 2020: La Californie juge de paix du Super Tuesday

Après plusieurs mois de campagne, de débats, de publicités et de levées de fonds, le gros choc avant l’acte final de la primaire démocrate approche déjà à grands pas. La plupart des favoris sont encore en lice pour s’adjuger la course à l’investiture présidentielle mais le Super Tuesday du 3 mars prochain avec le vote Californien pourrait désigner le futur candidat. Ou à défaut en éliminer plus d’un de cette primaire 2020. Et Bernie Sanders semble prêt à en profiter.

Non, il ne s’agit ni d’une finale de Baseball, ni d’un nouveau jour de soldes, ni encore d’un show ou jeu télévisé (quoique le doute est permis sur ce dernier point). Le Super Tuesday fait référence au premier mardi du mois de mars où s’affrontent tous les quatre ans les candidats à la primaire présidentielle pendant une grande journée de votation. Organisée conjointement sur plusieurs états, le Super Tuesday existe depuis 1988 quand fut organisé la première primaire simultanée de plusieurs états du Sud. Ceci a pour avantage de non seulement médiatiser encore plus (s’il est besoin) cet événement mais aussi de donner une tendance claire et un favori à chaque camp à moins de dix mois de l’élection présidentielle. S’en suivent certes encore plusieurs primaires et votes dans de nombreux états, mais il devient dès lors difficile de revenir sur l’homme ou la femme de tête.

Le poids de l’histoire
En effet, les derniers Super Tuesdays ont tous ont vu virer en tête le futur candidat à la présidentielle de chaque parti respectif. Avec un grand nombre de délégués à distribuer et beaucoup candidats encore en lice, les vainqueurs ramassent gros. Et lors des votes suivants dans des états peu peuplés, le leader n’a plus qu’à dérouler. S’en suivent un mini super Tuesday (mi-mars) et les derniers états (avril-juin) avant les conventions nationales démocrates et républicaines (juillet) pour désigner le candidat officiel des deux partis.

Obama, Barack Obama, Président, L'Homme

Ainsi, Bill Clinton (1992), George W. Bush (2000), Barack Obama (2008) et Donald Trump (2016) ont tous posé lors d’un Super Tueday les jalons de leurs victoires à la primaire mais aussi à la présidentielle qui suivait. Pour l’anecdote, rappelons qu’Hillary Clinton l’avait emporté face à Bernie Sanders en 2016, néanmoins pas de manière aussi significative que Donald Trump côté républicain (était-ce un présage ?).

Le poids des chiffres
Si en 2016, douze états représentants 18% des déléguées étaient en jeu lors du Super Tuesday, cette édition 2020 s’annonce encore plus importante et lourde de conséquences. Pas moins de 15 états (Alabama, Colorado, Minnesota, Utah, Massachussetts, Virginia…) totalisant plus de 30% des votes sont à distribuer. Il est vrai qu’avec plusieurs régions à grande densité de population, 1340 des 3979 délégués y seront distribués. Comme pour la présidentielle, plus un état est peuplé, plus il obtient de part de voix ( appelés délégués). Ceci est notamment le cas pour le Texas (228) et la Californie (415) nouvelle venue de ce super mardi cette année. Absente en 2016 avec une primaire en juin, ce n’est toutefois pas la première fois que la Californie y participe. En 2008 un Super Mega Tuesday avait réunis pas moins de la moitié des états.

Bernie Sanders, roi de la Californie ?
En choisissant de s’y greffer cette année, la Californie assumera non seulement un plus grand rôle dans cette élection, mais se posera aussi en faiseur de roi, au détriment du Texas. Après sa défaite face à Hillary Clinton en 2016, le Golden State va-t-il cette fois consacrer Bernie Sanders ? Rien n’est moins sûr, mais au vu des sondages, l’homme de tête après les 3 premiers états (Iowa, New Hampshire et Nevada), malgré une récente alerte cardiaque, semble de plus en plus inarrêtable. La descente aux enfers de Joe Biden couplée à la bataille du centre (avec Buttigieg et Klobuchar) lui offrent une voie royale. Sans oublier l’absence de la Californienne Kamala Harris qui a jeté l’éponge faute de moyens financiers, pendant qu’Elizabeth Warren (sa concurrente à gauche) continue de dégringoler.

man standing on lectern surrounded by people

Pas surprenant dans un état assez inégalitaire mais quelque peu étonnant dans la mesure où l’on attendait une course plus serrée. Notamment avec Buttigieg en défendeurs des droits LGBT et Biden pour la classe moyenne supérieure et des Afro-américains. A moins que Michael Bloomberg ne crée la surprise à coups de spots publicitaires et avec l’appui des latino-américains.

Un comté à surveiller de près : Orange County
Pour terminer, s’il y a bien un comté (province) à surveiller de près, il s’agit de l’Orange County situé au sud de Los Angeles et au nord de San Diego. Dans une région prospère avec un pouvoir d’achat supérieur à la moyenne, ce comté dont fait partie la ville d’Anaheim abrite toutefois également de nombreux étudiants et latino-américains.

Mickey Mouse Ferris wheel across river
La ville d’Anaheim et son célèbre parc

Souvent indicateurs de tendances par son homogénéité démocrate-républicaine, les résultats de cette région n’avaient pas trahi leur réputation en 2016. Une victoire éclatante de Trump à la primaire républicaine et une à l’arraché de Clinton face à Sanders. Hillary Clinton y gagnera au niveau présidentiel mais d’une courte tête, ce qui laissait augurer d’une fin tragique. Enfin, pour conclure, un petit mot sur Donald Trump qui pour une fois n’est pas parmi les acteurs principaux de ce acte. Bien qu’obligé de passer par des « pseudos primaires » sans réel adversaire, l’actuel président semble d’ores et déjà assuré d’être le représentant républicain en novembre 2020. Pour le plus grand bonheur ou malheur (c’est selon ou 50-50) des habitants d’Orange County.

Les dix raisons qui pousseraient Hillary Clinton à se présenter

Depuis novembre 2016 et sa défaite choc face à Donald Trump, Hillary Clinton était devenue discrète sur ses intentions de conquête du pouvoir. Mieux encore, l’ancienne sénatrice semblait s’être définitivement fait une raison sur ses envies présidentielles. Or, de plus en plus de folles rumeurs circulent sur un improbable retour. Alors, ira ou n’ira pas ?

Nous sommes le 8 novembre 2016 et ce que personne ne pensait possible (tout au moins en Europe) vient de se produire. Longtemps sous-estimé, l’improbable Donald Trump créait la surprise, au grand dam des médias et instituts de sondages. La stupeur et l’incompréhension du côté démocrate font face à la jubilation et le goût de revanche dans le camp républicain. Hillary Clinton, est-elle littéralement à terre, incrédule face à ce dénouement inattendu et ce scénario qu’elle n’avait certainement pas envisagé.

Ce n’est en effet, que près d’un jour plus tard qu’elle reconnaîtra sa défaite en public. Concédant la victoire à Trump certes, mais ne pouvant s’avouer vaincue face à son propre esprit. Elle mettra d’ailleurs plusieurs jours, plusieurs mois voire plusieurs années à s’en remettre et à l’accepter.
L’a-t-elle en fait réellement digérée ? On aurait eu tendance à répondre que oui au regard du début 2019 (annonçant qu’elle ne se présentera pas), mais revoilà l’ancienne Sénatrice de New York qui refait parler d’elle depuis quelques mois. Ne pouvant d’ailleurs “s’empêcher de se mêler de l’impeachment”. Alors, Hillary Clinton aurait-elle quelque chose derrière la tête ? Voici 10 raisons pourquoi les candidats (pour ne pas dire “ses adversaires”) à la primaire démocrate feraient bien de se méfier d’elle.

1. En promotion médiatique pour son livre
Sorti le 1er octobre, son livre the book of Gutsy Women (le livre des femmes courageuses) coécrit avec sa fille Chelsea a quelque peu coïncidé avec son retour sur la scène médiatique. Normal me direz-vous, surtout lorsque l’on fait la promotion de son ouvrage. Toutefois, pourquoi avoir choisi cette date-ci en plein débat démocrate, alors qu’elle aurait pu le sortir bien avant ou pour les fêtes de Noël ? En vérité, elle n’aurait pu faire mieux au niveau timing afin que l’on parle d’elle. Et aussi que l’on se rappelle d’elle. Assez en tous cas pour se faire inviter sur la plupart des plateaux de télévisions et remplir des salles de dédicace avec levée de fonds pour la fondation Clinton. Ce pourrait presque avoir l’air d’un début de campagne, mais cela ne l’est pas, restons sérieux.
Résultat de recherche d'images pour "impeachment hillary clinton"

2. Omniprésence dans la campagne
On l’a soulevé lors du premier point, qui dit présence médiatique et shows télévisés, dit aussi questions politiques et par conséquence repositionnement dans une campagne démocrate à laquelle elle ne participe pas précisons-le. En effet, si elle était restée peu bavarde lors des premiers débats, Hillary Clinton ne se gêne plus pour donner son avis, attaquer et se faire interviewer. Cela a commencé par des affirmations et attaques peu justifiées contre la sénatrice de Hawaii et candidate à l’investiture démocrate Tulsi Gabbard. S’en est suivi des règlements de compte avec Bernie Sanders sur son faible soutien en 2016, puis des mots de compassion à Kamala Harris lorsque celle-ci s’est retirée de la course à la nomination. Tout ceci ne constitue bien sûr aucune preuve d’une éventuelle entrée en course, mais sa première présence en 20 ans dans le matinale radio de Howard Stern (la radio-matinale la plus écoutée à New York) a laissé songeur, tant elle faisait le show et souffler le chaud et le froid.

3. En tête des sondages
Lors d’un sondage réalisé en ligne par Harris Poll survey le 9 décembre dernier, Hillary Clinton figurait en tête des intentions de vote à la primaire démocrate. Devançant ainsi avec 21%, Joe Biden(20%) et Bernie Sanders (12%). Un très bon résultat pour quelqu’un qui n’est candidat à rien. Surtout que la femme de 72 ans s’est dit très flattée d’apprendre ces résultats tout en rappelant qu’elle n’est pas dans la course. Ou pas encore, diront les mauvaises langues. Quoi qu’il en soit, les sondages ne vous garantissent pas la victoire, et Hillary en sait quelque chose depuis 4 ans.

4. Son combat contre Trump n’est pas terminé
Si elle avait semblé avoir du mal à accepter d’être battue par Donald Trump (tout en reconnaissant sa défaite), leur haine réciproque à son paroxysme lors de la campagne 2016 n’a pas non plus semblé reculer d’un cran. Si les “lock her in” (jetez la en prison) ont quelques peu cessé lors des meetings de Donald Trump, “Crooked Hillary” (l’illégale) est bien encore présent dans la rhétorique trumpienne. Et la colère de Hillary également lorsque l’on regarde ses critiques et ses tweets envers l’actuel président. La plus belle passe d’armes pour les journalistes fut bien sûr celle du 8 octobre avec le locataire de la maison blanche poussant Hillary l’illégale à se représenter. Ce à quoi Clinton avait répondu : “Don’t tempt me. Do your job “. (Fais ton travail et ne me tente pas). Comme si elle prenait finalement plaisir à laisser planer le doute sur un remake de 2016 dont les médias raffoleraient.

5. Active dans le processus d’impeachment
Comme le racontait très bien un article du Temps, l’ancienne Sénatrice a toujours été impliquée d’une manière ou d’une autre dans les différents impeachments de l’histoire. Cette fois, elle semble jouer le rôle de celle qui veut savourer le goût de la vengeance, tout en s’immisçant dans les plans démocrates. En poussant ainsi Nancy Pelosi et les représentants de la chambre à aller de l’avant pour un vote en décembre, elle s’est sans conteste approprié un rôle dans une hypothétique chute du président. D’un autre côté, on ne peut pas s’enlever de l’esprit qu’elle tentait aussi par là de se blanchir des accusations du candidat Trump et de se refaire une image saine auprès des sympathisants démocrates. Peut-être un peu trop tard.

6. Énorme pression
Comme elle l’a avoué à la BBC en novembre, elle se dit (ou se croit) sous une énorme pression. Et à la question qui devait forcément venir, la réponse quant à sa candidature à la primaire démocrate se fait longue et peu précise. Se contenant de répondre dans un premier temps par un “non pas maintenant”, elle se sent obligée de rajouter : “I never say never”. Rajoutant qu’énormément de monde lui demande d’y aller (je suis sous une énorme pression de pleins de personnes). Mais qui sont ces gens ? Ses supporters, beaucoup de femmes et des associations seraient derrière elle.
Si cette sortie a fait beaucoup de bruit à l’étranger, elle n’a cependant pas tellement eu de crédit aux Etats-Unis, cette déclaration se faisant sur une radio étrangère et en pleine audition d’impeachment.

7. Elle n’a pas accepté sa défaite de 2016
Une autre raison pourquoi elle ne peut s’arrêter de penser à Trump et cette course à la maison blanche est peut-être qu’elle n’a finalement pas digéré sa défaite de 2016 face au milliardaire. Ou pour le moins seulement en public et non pour soi. Or soyons francs, si la campagne et le débat ont été tenus dans une ambiance exécrable voir immorale avec des coups bas de part et d’autres, Hillary Clinton a bien perdu sa présidentielle. Et elle a bien commis plusieurs erreurs stratégiques incroyables. Tout d’abord celle de rentrer dans la médiocrité et l’agressivité de Trump alors qu’elle aurait pu être bien supérieure. Puis, celle de considérer trop tôt comme acquis ces états dits “swings” comme l’Iowa et la Pennsylvanie. Elle n’a ainsi sans aucun doute pas passé assez de temps en fin de campagne dans ces états qu’elle finit par perdre. Constat semblable avec la Floride et l’électorat latino-américain qui lui a coûtèrent la présidentielle. Gageons qu’elle le rumine encore, bien qu’elle clame être fière d’avoir gagné le vote populaire…

8. Aucun candidat émergeant
Un autre élément qui pourrait lui laisser une porte d’entrée est le fait qu’aucun candidat des primaires ne sorte réellement du lot. Certes, il y a bien Joe Biden mais l’on sent sa candidature et sa personne fragile. Tous les autres semblent avoir un moment de gloire éphémère et ce début de primaire ressemble plus à une série éliminatoire qu’à une course à la candidature. Tout cela, l’ancienne Sénatrice l’a bien compris. Si Biden venait à faiblir ou pris dans une autre affaire (qui sait), Clinton sera là et n’hésitera pas à revenir. C’est d’ailleurs sa seule et unique chance de se présenter. Mais au fond, tous les démocrates le savent très bien.

9. Un parti et une primaire démocrate trop à gauche ?
Outre le fait qu’il n’y ait aucun candidat émergeant, le parti semble pencher trop à gauche. Hormis Joe Biden, tous semblent plutôt alignés sur la ligne radicale Sanders-Warren. Les plus au centre ? Kamala Harris, a explosé. Betto O’Rourke a abandonné. Cory Booker n’a pas décollé. Ainsi parmi les modérés, il ne reste guère que le jeune Pete Buttigieg, la peu médiatique Amy Klobuchar et depuis décembre le milliardaire Michael Bloomberg. Cette entrée tardive serait d’ailleurs un bon test pour Clinton afin de voir son impact sur la campagne. Sauf qu’aucun des sénateurs démocrates et encore moins ses hypothétiques rivaux ne veulent revoir l’habitante de New-York retenter sa chance. Ce serait d’ailleurs une erreur de sa part que de croire qu’elle est attendue à bras ouverts. Alors, tente-elle d’appréhender le terrain ?
Résultat de recherche d'images pour "hillary clinton"

10. La cause des femmes
En filigrane de son livre avec Chelsea, la cause des femmes revient souvent également dans le parcours et la vie de l’habitante de Chappaqua. Et dire qu’elle aurait pu (ou dû) être la première femme présidente des Etats-Unis C’est bien ce qu’elle doit se dire en voyant maintenant Elizabteh Warren en position de tirer les marrons du feu. L’ancienne candidate à la maison blanche ne profiterait donc pas du mouvement pour les femmes en politique. Sa récente opération en chirurgie esthétique qui fit couler du bruit outre Atlantique en lien avec une candidature n’y changera d’ailleurs rien.

En conclusion, Hillary Clinton a dix raisons et mille et une autres de se présenter à l’investiture démocrate. Le fera-t-elle ? Nul ne le sait, mais plus le temps passe, plus cela semble irréaliste et démesuré. En effet, le premier vote aura lieu dès le 3 février en Iowa, suivi du crucial New Hampshire et de l’immense Californie en mars. A moins que l’habitante de Chappaqua que tout une région soutient le veuille vraiment ? Dans ce cas, une troisième défaite risquerait de faire d’elle une éternelle mauvaise perdante. Tout en divisant encore un peu plus l’Amérique, avec en cas d’investiture, un potentiel remake de 2016 plus qu’explosif. Avouons qu’elle n’en a ni l’envie ni l’intérêt. Alors Hillary, tu n’oseras point ?

 

Ils sont partis tenter leur chance aux Etats-Unis: Qui a réussi, que sont-ils devenus ?

Voici quelques semaines maintenant, nous avions abordé dans notre précédent article le thème du rêve américain avec toutes les questions, succès et échecs qui peuvent l’accompagner. Petit voyage et plongée au cœur de la vie et de la réalité de ceux qui ont tenté l’expérience. Témoignages et confidences.

“Vous avez la chance d’être dans le pays où tout est possible et dans l’une des meilleures universités de la région pour quelques mois. Alors profitez de ce temps et soyez reconnaissants car beaucoup aimeraient être à votre place”. Je me souviens parfaitement des paroles de Kelly, la doyenne de notre université à Irvine. Originaire d’Asie mais née aux Etats-Unis, elle nous avait adressé ces mots avec sa voix empreinte d’émotion (comme souvent ici), qui sonnaient tant comme une bienvenue tant comme un rappel à la reconnaissance. Si certains d’entre nous n’étaient là effectivement que pour quelques mois, d’autres avaient toutefois bel et bien une autre intention, celle de lancer une nouvelle vie en Amérique.

La fameuse université d’UCLA à Los Angeles

Pour moi, entendre ceci était assez nouveau et exceptionnel, puisque je ne savais pas réellement dans quelle catégorie me ranger. Puis, au fil des jours et des semaines, je fais la connaissance de personnes qui ont émigré ici voici plusieurs années et aussi d’autres étudiants qui viennent d’arriver tout comme moi, mais qui ont un plan bien précis. Soyons néanmoins honnêtes dès le début, on dit souvent que tout est possible aux Etats-Unis, et c’est peut-être vrai. Toutefois, ceux qui tentent et réussissent de rester de nos jours en Amérique, ont souvent beaucoup d’argent et de forts soutiens (pas seulement financiers) derrière eux.

De jeunes gens intelligents et avec des moyens financiers
Le premier exemple est celui de cet universitaire chinois qui étudiait le programme business et administration. Sans forcément nous l’expliquer clairement, on comprend que Vincent a énormément de ressources financières et que son cursus et parcours universitaire ne s’arrêteraient pas après quelques mois. N’ayant pas été admis dans la prestigieuse UC Berkeley, il est toutefois accepté dans la nôtre, celle d’Irvine (Université of California Irvine), et a de plus déjà reçu une promesse de contrat assortie d’une demande de visa par une grande entreprise internationale chinoise. Il est certain que dans ces conditions-là, il partait avec plus d’une longueur d’avance sur tous ceux qui souhaiteraient réaliser leur rêve américain. A l’heure actuelle, Vincent travaille et habite dans la région de Los Angeles.

Un autre chanceux, est l’histoire de Sony un étudiant Taïwanais en mathématiques. Issu d’une famille fortunée de la capitale Taipei, il sait rester très humble et ne parle jamais de ses origines. Tout juste, m’explique-t-il qu’après son Bachelor en finance à Taiwan, il a ensuite géré un fonds de plusieurs millions. En venant en Californie, il cherchait un sens à sa vie et s’est donc inscrit pour un an à UCLA pour parfaire sa formation. Etant devenus amis entre temps, il m’a dernièrement écrit qu’il avait brillamment passé le test GMAT (test universitaire américain) ainsi que celui d’entrée du l’université du Massachusetts à Boston. Il est ainsi actuellement étudiant en master d’ingénierie mathématique de l’autre côté du pays.

Le Massachusetts Institute of Technology

La réussite par le talent et le travail
Soyons francs, ces jeunes gens avaient toutes les bases et des soutiens inconditionnels pour réussir. Toutefois, il est aussi possible d’y arriver par d’autres chemins, ceux que je considérerais déjà plus proches de l’archétype du rêve américain: comme celui de cette famille Iranienne que j’avais rencontrée. Les parents avaient fui leur pays au début des années 1980 peu après la révolution. Leur fille maintenant âgée d’une trentaine d’années est née sur sol américain. Ayant eu la chance de travailler avec elle, la jeune femme est confortablement intégrée et installée en Californie dans la région de Los Angeles. Diplômée de la fameuse Université du MIT (Massachusetts Institute of Technology), elle travaille pour une entreprise dans le domaine scientifique et est très fière de son père. Cependant, cela ne fut pas sans une multitude de sacrifices et des premières années dans des conditions particulièrement difficiles à l’arrivées des parents, avec notamment des premiers emplois précaires.

Parmi ceux qui ont également réussi, il y a aussi Romil, un étudiant venu d’Inde. Ce n’est d’ailleurs pas un secret de dire que beaucoup d’Américains originaires du pays du Taj Mahal habitent aux Etats-Unis. L’Inde fait en effet, figure d’un des pays ayant le plus d’immigrés en Amérique et ses ressortissants à l’instar des Chinois ou Mexicains peuvent compter sur l’aide d’un très bon réseau de double-nationaux. Concernant mon ancien comparse Romil, après des études à New Dehli et à Los Angeles, il enchaîne plusieurs stages afin de décrocher le job de ses rêves chez Uber. Dans la région de San Francisco, ce nouvel analyste financier est conscient qu’il a eu beaucoup de chance d’être soutenu par une grosse entreprise et surtout d’avoir eu son dossier accepté par l’énorme machine ou monstre administratif pour les visa d’immigration aux Etats-Unis. Il savoure et profite maintenant, mais il sait pertinemment que rien n’est jamais ancré dans la pierre, puisqu’il suffirait de perdre son emploi pour perdre son visa. Ce qui pourrait potentiellement le ramener dans son pays d’origine. Oui, comme déjà mentionné dans un ancien article, aux Etats-Unis il est très facile de passer du meilleur au pire et inversement à un rythme très rapide. Notez que ceci est aussi malheureusement valable pour les Américains qui peuvent perdre leurs maisons, leurs jobs ou toute une vie en quelques jours.

La réalité n’est pas si rose
Si nous avons jusqu’ici découverts que des jeunes gens pour qui l’aventure américaine s’est révélée être une réussite, d’autres non pas forcément eu ces honneurs. Pour 100 personnes tentant le grand saut, on estime le taux de réussite tout au plus vers les 8%. Ce qui est déjà un bon chiffre. Dans ceux pour qui le voyage n’a pas été payant, on retrouve Li de Taiwan, Bela de Corée ou encore Alvaro, Eric et Marta d’Europe.

Bela, une jeune Coréenne de 26 ans, a étudié deux ans aux Etats-Unis (UCLA et UCI) dans la région de Los Angeles (Bachelor en poche), avant de faire un stage d’une année dans une entreprise d’informatique. Après n’avoir pu obtenir un visa de travail définitif en raison d’un système de loterie supplémentaire imposé aux entreprises, la compagnie américaine lui propose de s’exiler dans sa succursale chinoise pour un an, en attendant d’avoir les papiers nécessaires. C’est à dire pour recevoir un permis de travail H1B après avoir eu chronologiquement un visa d’étudiant et de stagiaire. Malheureusement pour elle, celui-ci ne viendra jamais, l’impatience de sa société accouplé à la lourdeur administrative ayant eu raison de son dossier. Après un purgatoire d’un an en Chine, elle retourne pleine de regrets en Corée. L’histoire est identique pour Li, ingénieur dans le solaire qui devait être engagé à travers une société sœur en Asie, mais le contrat de travail ne viendra jamais.
Et l’histoire se répète pour de nombreux autres étudiants comme Alvaro et Marta respectivement en Espagne et Italie, qui ont dû rentrer dans leur pays et espèrent revenir un jour avec un visa en bonne et due forme. Aux dernières nouvelles, le rêve semble encore être à quelque part dans leur tête, mais la probabilité s’amenuise de jour en jour.
Quant à Mohamed, un ingénieur civile turque, il a lui définitivement tourné la page, après avoir cherché un projet de construction sur place pendant 3 mois sans relâche.

Le Graal suprême
Outre décrocher un stage, un travail ou un visa depuis l’étranger, il existe évidemment d’autres possibilités légales d’y arriver.
Matilda, une Brésilienne a par exemple rencontré son futur mari à Newport Beach et a pu rester vivre avec lui en Amérique. Presque aussi beau que dans les films me direz-vous.
Il y aussi ce fils d’un riche industriel d’Europe qui a reçu la green card en échange d’un gros investissement de plus de 500’000 dollars. C’est ce qu’appellent les Américains un visa pour grands investisseurs. Néanmoins, il ne suffit pas d’injecter de l’argent pour garder votre sésame. Il faut que votre création d’entreprise génère au moins 10 emplois dits « viables » et que cet investissement de près d’un million de dollars soit pérenne à long terme, c’est-à-dire en croissance pendant au moins deux ans.

Enfin, la dernière solution est celle comme l’annonce le titre de l’article de “tenter sa chance”. En effet, il existe encore aux Etats-Unis la loterie de diversité qui a lieu chaque année. Remise en question par Donald Trump mais toujours d’actualité, ce concours permet chaque année à un peu moins de 50’000 personnes de demander un visa, celle qu’on appelle communément la green card. Parmi tous les participants, vous avez officiellement moins de 0.35% de chance de gagner mais c’est déjà plus de possibilité que de devenir millionnaire. Emre* (prénom d’emprunt, connu par la rédaction), un jeune homme d’une trentaine d’années originaire de Turquie et que j’ai rencontré sur place, est lui la preuve vivante que c’est possible. Il a en effet gagné une green card à la loterie de la diversité voici 4 ans maintenant. Bien que dubitatif au début, j’ai bien dû finir par avouer que c’était bel et bien véridique et qu’il avait comme on dit décroché l’impossible. Emre m’a d’ailleurs fait visiter son restaurant oriental lors de ma dernière visite à San Diego et il travaille d’arrache-pied pour réussir comme de nombreux Américains. Il semble être pour l’instant satisfait et heureux de son chemin de vie.

Pour conclure, en attendant un prochain article en préparation sur un Suisse qui a réussi à Los Angeles, l’histoire ne dit toutefois pas (encore) si Emre ou Romil sont devenus millionnaires au pays de l’once Sam ou s’il auront seulement tenté leur chance dans ce monde d’un business sans pitié.

@Photos Credits: Ludovic Chevalier, @Pixabay