Howey Ou: pour le climat et pour le Mormont

 

 

J’ai rencontré Howey Ou à Lausanne. Cette jeune femme chinoise a initié le mouvement de la Grève pour le climat en Chine( Twitter, Wikipedia).

Howey Ou est venue en Suisse et s’est jointe au défenseurs de la colline du Mormont. Arrêtée lors de l’évacuation de la ZAD, elle a été détenue 34 heures dans un commissariat suisse et été condamnée à 2 mois de prison. Elle a entamé une grève de la faim car elle estime que les défenseurs de l’environnement ne devraient pas être poursuivis. C’est une idée intéressante, un principe important. Ils luttent pour sauvegarder nos conditions de vie sur Terre, et évitent des morts et des catastrophes dans le Futur. Ils considèrent donc que leur action est justifiée. 

Hier, Howey Ou en était à son 9ième jour de grève de la faim, avec Robin, un jeune français. Apparemment la cimenterie  Holcim a retiré sa plainte.

Article du Temps: Howey Ou 

Je me penche en particulier sur les catastrophes climatiques en Chine et sur les risques futurs:

La ville natale de Howey Ou,  Guilin, a subi des inondations l’année passée. Selon elle, la population s’entraidait et se portait secours en bateau. L’armée est aussi intervenue pour les aider. Les logements ont été dégradés, les meubles emportés par les eaux, une couche de boue couvrait les rues  et les habitants n’ont pas reçu de compensation pour remplacer les pertes.

Son action en Chine semble terriblement justifiée et urgente. Ce pays est touché par des nombreuses catastrophes. Le réchauffement climatique en est la cause, et une aggravation est prévue, mais le public chinois n’est pas suffisamment informée à ce sujet.

Le rapport du GIEC 2014 prévoit une augmentation des inondations en Chine, des inondations fluviales, côtières et urbaines qui causeront des dommages étendus, un risque accru de mortalité lors de vagues de chaleur et de sécheresses.

Dans les montagnes chinoises, en Himalaya,  les inondations pourraient tripler à cause de la fonte des glaciers (article ) . 

L’été 2020, la Chine a été touché par d’immenses inondations qui ont provoqué l’évacuation de 2 millions de personnes (blog). Les pluies record ont été provoquées par la température élevée de la surface des océans, et le réchauffement pourrait aggraver ce phénomène (lien).  Le changement climatique accroît la mousson et la rend plus chaotique (lien).

La vallée du Yangtze est très menacée.  Le barrage des Trois -Gorges était au maximum de ses capacités l’été passé, et pourrait se rompre et inonder la vallée et les villes adjacentes. 

Les métropoles de Guangzhou, Dongguan, Shenzen et Zanhjiang subiront des dégâts considérables à cause de la montée du niveau de la mer (Banque Mondiale; Will Nichols, Verisk Maplecroft). Ces prévisions et les dégâts résultants pourraient être recalculées à la hausse si la fonte des glaces du Groenland et de l’Antarctique s’accélère.

Plusieurs métropoles chinoises ont aussi des graves problèmes de pollution de l’eau, ou courant un risque de pénurie d’eau.

Il y a deux semaines, la Chine a été touchée par des vents très forts et des tornades, à Wuhan et près de Shanghai. Il y a une semaine, plusieurs sportifs ont péri lors d’un marathon en montagne, pris dans une fort orage imprévu. Ce pays pourrait subir une aggravation  imprévue des tempêtes et d’événements météo (blog Wuhan).

Une centaine de rivières et fleuves chinois a déjà atteint le niveau d’alerte, et la Chine s’attend à des inondations majeures en été 2021, comme l’année passée.

Le ciment est une des causes importantes d’émissions de CO2 (Prof Schellnhuber, PIK), et nous ne pouvons plus nous permettre d’augmenter celles-ci.   Il faut réduire fortement la production de ciment.

Aujourd’hui, Howey Ou entame probablement son dixième jour de grève de la faim à Lausanne.  J’espère qu’elle va toujours bien.

Une école heureuse demain!

L’école aujourd’hui

Cette semaine j’ai appris que l’état de Genève veut modifier l’école en mélangeant les 9ièmes et les 10 ièmes de niveau différent. En tout cas, c’est ce que j’ai compris. Un tel système existe dans le canton de Vaud jusqu’à la 6ième,  10 élèves de 5ième et 10 élèves de 6ième sont assis en alternance dans la même salle. La maîtresse donne un cours, puis distribue du travail personnel aux élèves, et passe au programme de l’autre classe. J’ai pu assister à de tels cours, j’ai vu des techniques d’enseignement intéressantes, mais aussi, en une heure, plusieurs évènements aggressifs, tels qu’écrire sur la main de l’autre élève, se mettre en travers du chemin de l’autre pour l’empêcher de travailler. Les enfants ont aussi dit qu’ils ne voulaient pas de nouveaux élèves dans leur classe. Je dois dire nous aurions entendu que nous devons être gentils avec le nouveau et ces bases de civilisation n’étaient peut-être pas inutiles.

Je suis assez perplexe face à l’école actuelle. Je ne cesse de me dire ‘mais ce n’est pas possible’. Depuis mon époque lointaine, le Wir Sprechen Deutsch’ a été abandonné au profit d’une bien meilleure méthode d’allemand, bien conçue pour des petits. L’apprentissage de la lecture a été retardé. L’écriture manuscrite semble en cours d’abandon. L’allemand et l’anglais sont enseignés bien plus tôt, deux ou trois ans plus tôt, c’est très bien. Les mêmes matières, les mêmes compétences sont évaluées très différemment : les tests de maths ont 3 fois plus de questions que de mon temps, le test d’histoire ou de français consiste en 50 questions sur une liste de détail appris par coeur. Il y a plus de formes verbales françaises archaïques, et plus de Sciences. L’histoire était un joli récit, et il n’y avait pas de géographie. Il y a moins d’heures de cours dans l’ensemble, mais paradoxalement plus d’exigences. J’avais vraiment de la facilité, et j’ai un peu un sentiment d’irréalité car il me semble qu’aujourd’hui l’école demande plus à toute la population qu’aux bons élèves de la génération passée, qui sont pour certains devenus les professeurs d’université actuels. Un futur maçon semble apprendre plus  aujourd’hui. Je trouve que la culture générale est très importante pour toute la société, mais elle pourrait être acquise de façon plus légère et plus informelle. L’excès de difficulté me semble contreproductif, quand l’école était facile, j’avais envie d’en savoir plus, le cas contraire peut engendrer un rejet et une fuite. Lorsqu’un élève apprend que ses notes sont insuffisantes, il faudrait peut-être au moins ajouter ‘pour devenir professeur d’université’, mais bien sûr ce serait inexact aussi, car il peut s’améliorer par la suite.

L’école explose

Simultanément, il y a plus d’harcèlement scolaire, plus de coups. Je vois parfois des adolescents se frapper, d’autres pousser dans le bus pour passer au lieu de dire ‘pardon’. Je n’ai jamais vu ça de mon temps. Il semble vraiment y avoir plus de violence. Mercredi, un gosse de dix ans a tenté de trancher la gorge d’une copine. Récemment, les journaux rapportaient que la criminalité, les suicides et les dépressions des jeunes augmentent fortement. La drogue existe aussi, et en Angleterre le porno fait des ravages chez les enfants. Ils se couchent très tard, et ne dorment pas assez. Dans le canton de Vaud, il y a eu plus de dix fausses alertes à la bombe ce printemps. Elles montrent un refus de l’école actuelle. Une assistante sociale à la télévision parlait d’un rejet de la société dès dix ans, qui conduit à la délinquance, j’ai vu des enfants en agressivité constante à huit ans et je crois qu’il devraient être pris en charge à ce moment-là.

Je crois que l’école a sa part de responsabilité. Elle maintient les élèves dans un stress continu et nocif, qui peut en conséquence entraîner de l’agressivité, des troubles de sommeil, des abus d’alcool et pourrait les rendre plus vulnérables à la dépression. Il s’agit d’un tiers ou de la moitié de la population future dont la santé est fragilisée dans l’enfance par l’école. C’est absolument scandaleux !

Les professeurs sont trop critiques, parfois abusifs. Les tests et les notes sont bizarres, en plus de la longueur, de la fixation sur les détails, ils reviennent avec ‘mot illisible’ de mauvaise volonté qui soustrait encore un demi-point. Ils ne répondent plus à la question si l’élève a compris le chapitre et acquis la compétence, ne sont pas bien conçus pour cela, cette information se perd dans les détails excessifs. Je dois dire que je me suis promise que ma fille travaillerait plus consciencieusement que moi, pour avoir les notes maximales parce que j’ai découvert bien plus tard que quelques lacunes de vocabulaire allemand me posaient problème, m’ont par exemple empêché de me diriger dans une bonne section (mathématiques spéciales). L’excellence peut ouvrir des voies dans la vie. Elle travaille donc très bien, comme je l’ai décidé. L’application sur le téléphone fonctionne bien, mais il y beaucoup plus de vocabulaire à apprendre, nous avions 20 mots, actuellement c’est plutôt 100 mots. Il y énormément de géométrie, utile peut-être à l’EPFL mais pas ailleurs, le cours d’économie utilise l’algèbre qui n’a pas encore été traitée à l’école. Par contre, ils s’ennuient probablement moins en classe que nous, et ils font une partie de devoirs pendant l’heure de cours. Je trouve que les demandes sont parfois excessives, les tests mal planifiés, la faisabilité n’est pas prise en compte, et les commentaires destructeurs des professeurs à la limite de l’abus.  Quant aux cours, lorsque je donnais des conférences à l’Université pour d’autres doctorants et chercheurs, j’ai appris à mettre au maximum trois phrases par diapositive en gros caractères, colorées et visibles,  des images, montrer les différentes parties de l’image dont je parlais, souvent rappeler le but et les conclusions.  Il fallait être comprise malgré des instants d’inattention de l’auditoire. J’espère que les enseignants appliquent ce type de règles.

Le stress nocif

Environ une fois par mois, les élèves de 9ième sont confrontés à un test énorme, nécessitant environ 20 heures d’apprentissage par coeur. Il y a une semaine, dans une telle situation, toute la classe, en tout cas plusieurs élèves, étaient stressés, avaient de la peine à dormir, étaient agités en classe, et ont moins bien suivi les autres cours. Il faut vraiment leur éviter de tels stress, qui mettent leur santé en danger. S’ils doivent vraiment connaître par coeur l’emplacement de tous les peuples barbares au 6ième siècle et mille autres détails, le travail devrait être réparti par l’enseignante en plusieurs sessions de devoirs. J’ai entendu qu’il faut responsabiliser les élèves pour qu’ils répartissent leur travail. A mon avis, cette tâche devrait être accomplie par les adultes. Avant, les psychologues disaient qu’il ne faut pas  culpabiliser les enfants. Il ne faut pas les piéger par des exigences inadaptées, mais se rappeler qu’ils ne sont pas encore responsables. L’enfant n’a justement pas les capacités d’organisation des adultes. Il vaudrait mieux que l’enseignante répartisse le travail, et par là elle donnera progressivement des bonnes habitudes d’étude régulière. Il faudrait le plus possible leur dire : nous vous avons préparé une tâche possible, faites nous confiance, vous pouvez le faire.

Dans cette conférence, vers 107 minutes, Solange Denervaud explique que le stress peut empêcher le raisonnement correct et causer une agressivité chez l’élève (lien). Dans son example, elle provoque le stress  en limitant le temps et en interdisant de faire le calcul par écrit. L’école d’aujourd’hui fait exactement cela, des sortes de chicanes qui rendent le travail pénible. Il faut absolument aller dans l’autre direction, celle du confort, de la faisabilité, se concentrer sur l’essentiel et non pas sur les détails inutiles. Il faut adapter les manuels, la façon d’enseigner à des enfants et à des adolescents.

Je crois qu’il faut voir que nous vivons dans un monde nouveau, dans une société en crise, et que l’école devrait s’y adapter. Sa première mission doit être que les élèves sortent sains d’esprit. Des tests de niveau de stress, de dépression, devraient être effectués. Il faut cependent garder à l’esprit que par le passé des nombreux comportements ‘pathologiques’ étaient éliminés par des punitions sévères. La normalité est probablement assez étendue.

En théorie, les élèves qui ont des mauvaises notes n’ont pas assez travaillé, par manque de discipline, par révolte, par déprime ou n’ont pas compris le cours. D’autres ont des lacunes préexistantes. En réfléchissant aux personnes que j’ai connu, il me semble que les mauvais élèves ont souvent eu des problèmes familiaux et ont des barrières psychologiques, qui nuisent à leur performance. Ceux-là peuvent réellement s’améliorer. D’autre part, aujourd’hui, environ un quart d’élèves est francophone, la majorité parle une autre langue à la maison.

Utiliser les bases, alléger les détails

Je ne crois pas qu’un mélange avec des meilleurs élèves  et des classes aux exigences plus élevées soit adapté. Je propose le contraire, des petites classes par niveau. Les surdoués sont probablement moins d’un pour mille.

L’enseignement me semble actuellement très fragmenté, l’élève apprend de nombreux détails en deux ou trois semaines et passe rapidement à un sujet complètement différent.

Tous les élèves gagneraient à entraîner régulièrement les bases, à calculer et à écrire des textes en français chaque semaine. Cet enseignement pourrait faire appel à beaucoup plus d’exemples pratiques. L’école pourrait racheter un magasin en faillite et utiliser le stock réel, tangible, pour les mathématiques et l’économie. Actuellement, le calcul est très concentré sur quelques semaines dans l’année avec des longues interruptions qui permettent d’oublier.  Les films et les jeux vidéo sont d’excellents moyens d’enseignement, même s’il y a aussi des aspects négatifs.

Les sciences intéressent vraiment les enfants. J’ai donc montré à la fille des dessins animés qui expliquaient de façon simple et amusante le fonctionnement du corps humain. Mais à  l’école, elle a dû apprendre la structure du coeur en dix parties.  Je crois que je n’ai pas appris tous ces détails en études universitaires de Biologie. Je vois que le niveau d’éducation s’élève, et la raison principale pourrait être l’éducation des enseignants et des responsables du programme. Peut-être avons-nous maintenant atteint ou légèrement dépassé les limites de l’Humain.  Je trouve que l’excès de détail nuit à l’enseignement et à l’intérêt des élèves. Je me demande aussi s’il est possible de réussir le test sur les dix parties du coeur ( par coeur) sans savoir s’il s’agit d’un coeur.

 Devons-nous pousser tout le monde vers le bac? Dans une société écologique, de nombreuses personnes effectuaient des métiers utiles, elles seraient paysan(ne)s,  artisan(ne)s ou s’occuperaient des enfants. Une autre idée est que chacun devrait suivre ses talents naturels.

Un adolescent pourrait encore apprendre par intérêt, par curiosité naturelle, comme un jeune enfant. Une culture générale scientifique pourrait tout à fait être acquise par des films et des articles de journaux. Les promenades d’observation de la Nature et les musées sont aussi une excellente approche, et des supports matériels, des modèles, devraient être utilisés le plus possible. J’aimerais que le vocabulaire du cours de Sciences, et le cours même soit simplifié. Il faudrait refaire les manuels avec des pages d’introduction que l’élève comprend facilement, qui le relient à la vie réelle, l’alléger dans l’ensemble, et le rendre plus attractif.

L’école et le bien-être

J’ai personnellement remarqué que sans stress, les performances étaient largement meilleures. Par contre, dès que la personne est effrayée par la tâche, ou qu’elle doit se dépêcher, la compréhension baisse.

Idéalement, les enfants et les adolescents devraient vivre sans stress, ils se développeraient mieux ainsi. J’aimerais que l’école fasse beaucoup d’efforts dans cette direction.

Les classes devraient être petites, l’enseignement par classe de 10 élèves fonctionnait très bien, l’ambiance étaient meilleure, l’enseignante détendue, les problèmes de discipline disparaissaient.

Il serait peut-être réalisable, et certainement bon de créer des classes sans notes pour les élèves en difficulté ou les mauvais élèves, des classes dans lesquelles leur santé psychologique et l’acquisition des bases seraient les vraies priorités. Je ne sais pas exactement comment organiser l’école sans notes. La diminution du stress et l’augmentation de confiance en soi pourraient être impressionnantes. L’école Montessori fonctionne très bien, chaque élève y avance en individuel, avec une maîtresse pour dix et des tâches individuelles de trente minutes environ. Ou alors, un cours de base serait enseigné à toute la classe, tranquillement, et des sujets optionnels seraient travaillés individuellement, à choix avec des révisions. Les devoirs seraient faits en classe ou dans un temps d’étude donné. Il faudrait bien sûr garder au moins la possibilité de rejoindre une autre section par un pont à 15 ans.

Il faudrait permettre d’effectuer les tâches d’apprentissage correctement. L’enfant doit avoir le temps d’effectuer son exercice attentivement, cela évite l’automatisation des erreurs et donne des meilleurs habitudes de travail par la suite. Je croyais que c’était une règle connue et admise.

Je cite ici un exemple d’une école australienne, d’une région difficile (lien). De nombreux élèves sont de culture aborigène, et les familles ne soutenaient peut-être pas le projet de l’école, de plus leurs propres trajectoires de vie étaient parfois tragiques. L’école a introduit des cours de méditation (mindfulness, conscience et concentration, plus exactement), de culture indigène et un chien de thérapie qui les aide dans les moments difficiles. Les comportements graves ont baissé de 90%, les infractions sont passées de 120 à 5 par jour. C’est un exemple de ce qu’une organisation bienveillante et intelligente peut obtenir.

Je précise que ma propre fille est d’abord allée dans une école Montessori bienveillante, la Ferme des Enfants. Son cerveau fonctionnait très bien dans cet environnement sans stress aucun, elle avait de la curiosité, envie d’apprendre et confiance en elle pour réussir.  Je pensais qu’elle avait envie d’essayer des jeux complexes car elle y était habituée et qu’elle n’avait pas été découragée de remarques négatives.  Je crois qu’une école relax jusqu’à 15 ans ne met pas vraiment en péril la réussite future, car elle correspond mieux aux capacités des enfants et leur permet de les utiliser. Seules les langues doivent être apprises tôt. Le système MYP qui mène au Baccalauréat International et aux meilleures universités est basé sur cette idée, d’intégrer le développement naturel et les intérêts des adolescents. Les manuels sont complètement différents, légers et amusants.

Il faut d’abord s’assurer que les élèves soient en bonne santé, en bon état psychologique (et physique bien sûr) pour travailler. La méditation et de nombreuses activités de bien -être, p.ex à midi abaisseraient le niveau de stress. Les enfants ont envie de communiquer, j’entends des discours sur le rôle social de l’école. Ces interactions se produisent essentiellement pendant les 15 minutes de la récré, il en faudrait plus. L’acceuil périscolaire pourrait avoir lieu dehors, et permettre aux enfants de socialiser en jouant et en parlant.

Je vois des jeunes révoltés, dans le rejet d’un côté, et des cours très détaillés, aux définitions ampoulées, déconnectés de la réalité de l’autre. J’ai l’impression qu’il s’agit de deux mondes très éloignés qui devraient se rapprocher.

Ted talk sur la pleine conscience (mindfulness), sous-titré en français: Mindfulness

Commentaire d’une lectrice: ‘Point de vue que je partage entièrement. Je vis à Zurich et jusqu’en 6eme Harmos l‘école suit très bien les enfants sans les stresser. Dès la 7eme cela change et la pression devient insoutenable. En plus à Zurich, ils ont une école d‘élite (lanzeitgymi) avec examens d’entrée super hardus qui rend la situation encore plus explosive. J’ai vues tests et malgré que j’ai fais un master à l’uni, le niveau à atteindre à 12 ans est surréel.’

Commentaire Dorota: Je trouve que l’école suisse fait les maths lentement et vite à la fois: lentement parce qu’elle les fait tard, mais par contre elle leur demande des dizaines de calculs en un temps limité. Je crois qu’il vaut mieux introduire les concepts tôt, quand ils intéressent l’enfant, mais sans stress et de façon ludique. Ils font beaucoup  d’exercices sur la position de stands dans un marché, ce qui introduit la lecture de coordonnées, utile probablement pour la géométrie et pour EPFL. Dans d’autres systèmes les multiplications, les divisions, les fractions et l’algèbre interviennent 2 ans plus tôt, en Montessori même plus tôt, il y a une sur YouTube une belle vidéo d’un petit de 5 ans qui multiplie très bien (vidéo).  Il me semble aussi que des nombreux parents concentrent beaucoup les activités et les intérêts de leurs enfants sur le sport. Parfois, ils les forcent au début, vers 3-4 ans, puis disent que l’enfant n’aime que le sport vers 8-10 ans. J’ai l’impression que c’est une conséquence de leur éducation.

Edité le 16 mai

Commentaire le 28 juin 2021: Il semble que 9 enfants sur 21 dans une classe de 9ième n’ont pas obtenu la moyenne suffisante cette année, presque 50%.

Biden lance un plan pour l’emploi et sécuriser les infrastructures contre le réchauffement. Le fera-t-il bien?

Biden face à la réalité climatique

Le président américain lance un grand plan pour l’emploi à hauteur de 2,3 billions de dollars. Ces investissements sont destinés au renforcement des infrastructures face au réchauffement. Ils déclarent que « chaque dollar dépensé pour la reconstruction des autoroutes, des aéroports, des systèmes d’eau etc sera utilisé ” prévenir, réduire et résister aux impacts de la crise climatique. “

Le nouveau président américain semble faire face à la réalité. Il serait très intéressant de savoir quelles mesures ont été prévues pour que les infrastructures résistent au changement climatique. Elles doivent être adaptées à l’urgence climatique.

Le changement climatique provoquera probablement des inondations croissantes, des ouragans plus forts  des glissements de terrain, des vagues de chaleur, des feux de forêt et la montée du niveau de la mer (GIEC).

Des vents plus forts, et des grands orages, s’étendant sur plusieurs pays semblent aussi se produire depuis quelques années. Ils pourraient apporter des grosses grêles, de tornades et des foudres très nombreuses ou intenses.

Inondations

De nombreux dégâts se produisent déjà: Le nombre et la gravité des inondations augmentent. Elles inondent les sous-sols, détruisent les possessions dans les appartements et les stocks dans les entrepôts. Ce danger est très répandu, un rapport américain estimait que la moitié des bâtiments des Etats -Unis sont en danger d’inondation.  La petite catastrophe de Lausanne de 2018, a déjà causé des dommages coûteux dans de nombreux sous-sols. En 2020, la Chine a été touchée par d’immenses inondations, qui ont couvert des villes entières.  Elles sapent et emportent des bâtiments entiers. Plus d’un million de personnes ont été évacuées, et un nombre comparable a été employé dans l’aide aux victimes.  Le danger d’inondation a été relativement bien annoncé par le GIEC, même si les précipitations sont parfois plus intenses que prévu. La fonte de la glace Arctique et le dérèglement du courant-jet pourraient créer des perturbations atmosphériques supplémentaires, et amener des fortes précipitations dans l’hémisphère Nord. 

Glissements de terrain

Des glissements de terrain inhabituels se produisent suite au dégel du permafrost boréal et de montagne. Les chutes de pierre dans le Massif du Mont-Blanc se sont surtout produit depuis 1990, et augmentent ces dernières années, dues au réchauffement (Lien preventionweb).  Les pluies intenses en provoquent aussi, les feux de forêt déstabilisent les pentes de montagne. D’autres glissements de terrain se produisent en bord de mer à cause de la montée du niveau de la mer  et en bord de rivière en crue, après des fortes pluies. En Californie, le Highway 1 est très vulnérable et a déjà subi des nombreux glissements de terrain (lien) , notamment après une grande tempête

Parfois, les glissements affectent des grandes étendues, quand un éboulement bloque une rivière. Après des pluies intenses en 2019, un tiers de la Colombie avait été coupé du monde par des glissements de terrain sur les routes (lien). 

Des glissements de terrain importants se sont produits récemment en Nouvelle Zélande, au Canada, en Turquie, en Equateur,

au Pérou , en Chine au Séchouan, à Hubei, ou à Chongking. Ils augmenteront probablement de concert avec les précipitations intenses. 

Orages plus importants et destructeurs

Les orages semblent plus grands et plus forts, les nuages s’étendent plus haut , l’humidité atmosphérique augmente, les courants polaires humides se heurtent à de l’air très chaud et pourraient des intempéries plus violentes.

Des grêles avec des projectiles de glace de près de 20 centimètres se sont produits récemment à plusieurs endroits des Etats -Unis (Oklahoma, Texas). Ces dernières années, les grêlons géants  ont tué en 2019 en Chalcidique, Grèce. Ils ont détruit des voitures et percé des toits en Italie, en Australie.  Un article rapportait que les fortes grêles avaient détruits quasiment tous les toits.  Un autre discute les événements de grêle géante en Europe.

Ces orages s’accompagnent parfois de tornades et de foudre. Des records du nombre d’éclairs ont été atteint ces dernières années, des foudres beaucoup plus fortes pourraient aussi se produire (blog, Reuters).  La Suisse est assez exposée à la foudre, et relativement moins au vent. 


Vent


Des vents étrangement forts se sont produits ces dernières années. Les statistiques sur la vitesse du vent semblent difficiles à faire. Cependant, jai l’impression que le nombre d’arbres cassés par les vents s’accroit.

Les jeux olympiques de Corée avaient été perturbés par des vents étonnants (lien).

En 2020, un vent fort a balayé  l’état de l’Iowa et a provoqué des dommages très étendu, a privé d’électricité et coupé du monde de nombreuses villes, qui ont été livrées à elles-mêmes dans une chaleur intense (mon blog). 

Le mois passé, en avril 2021 des vents violents ont ravagé au moins la Russie, le Brésil et la Chine. J’ai remarqué dans les vidéos que les toits des immeubles sont arrachés en entier, s’envolent en plaques immenses de dizaines de mètres. Les  arbres cassent, les tempêtes plient les grues de chantier , de nombreux poteaux sont arrachés, tout objet non fixé s’envole et peut causer des dommages, les trampolines en particulier volent très bien. 

L’article phys.org en lien cite plusieurs chercheurs en génie civil sur ce sujet. Ils confirment que l’infrastructure devra être adaptée à une gamme plus large de conditions climatiques.

Le professeur génie civil Baker de Stanford estime que les agences concernées devraient exiger que les projets d’infrastructure soient conçus en tenant compte des risques futurs liés au changement climatique. Le rétablissement de la norme fédérale de gestion des risques d’inondation de l’ère Obama serait un bon pas dans cette direction. Les entités privées devraient également être tenues d’évaluer et de déclarer leurs risques liés à l’exposition aux impacts du changement climatique – une transparence accrue sur ces risques profiterait à tous les décideurs.

Le professeur Billington de Stanford a déclaré que récemment des liens solides ont été trouvés entre les caractéristiques de conception de l’environnement bâti et les politiques de logement historiques qui peuvent être directement responsables de l’exposition disproportionnée des populations mal desservies aux événements de chaleur actuels. La lutte contre les effets des îlots de chaleur urbains en accordant une attention à la fois aux infrastructures bâties et naturelles dans les villes peut aider à remédier à ces inégalités.

 Une meilleure politique de construction pourrait limiter les vagues de chaleur en ville et dans les appartements. 

Solutions

Personnellement, au vu des événements catastrophiques dont j’ai connaissance et que je tente de porter à la connaissance du public, j’estime que: 

– L’aggravation de tous ces phénomènes, inondations, vents, foudres, tornades, glissements de terrain ainsi que des vagues de chaleur devrait être bien calculée pour chaque degré de réchauffement. 

– Il faut des toits résistants, et peut-être des volets obligatoires pour protéger les fenêtres. Les panneaux publicitaires doivent disparaître, les feux de circulation et les poteaux de l’électricité sont aussi fragiles.  Des arbres cassent aussi, ils devraient parfois être taillés ou remplacés par d’autres espèces.

– Il faut aussi estimer la probabilité que la maison entière s’écroule en cas de glissement de terrain, de violente inondation ou de tornade pour tout bâtiment existant et prévu.  Ces bâtiments ne doivent pas être construits.

– Les bords de mer et les zones proches des embouchures des rivières sont très exposées, et les nouvelles données sur la fonte des glaciers Antarctiques signifient que la montée du niveau de la mer atteindra, lentement et progressivement plusieurs mètres. A d’autres endroits,  les risques d’inondation pourraient être réduits en creusant des grands canaux, des vrais lits de rivières, pour évacuer l’excès de pluie. 

– J’espère qu’ils mettront en place des mesures pour sauver les forêts, essentielles pour le climat et la biodiversité.   Les forêts protègent contre les petits glissements de terrain, et conduisent l’eau de pluie en profondeur.  Il faudrait voir si les pentes de montagne pourraient aussi être drainées ou si les précipitations pourraient être dirigées dans des canaux. 

Si l’estimation des dégâts climatiques futurs à l‘infrastructure est faite correctement, elle sera énorme, tous les bâtiments sont à risque. Il faut peut-être sécuriser surtout l’infrastructure essentielle, créer des abris et transformer les hôpitaux en bunkers amphibies.

Et si on prend en compte tous les coûts, il deviendra clair qu’il sera moins cher, de réduire fortement les activités économiques que de transformer les centres commerciaux en bunker d’autant plus que nous vivrions en bouleversement climatique perpétuel.  De plus, il existe de sérieux risques d’aggravation rapide du changement climatique,  par exemple quand les températures battront des nouveaux records lors de la prochaine année El Nino. 

 

 

L’action pour le climat est justifiée par le danger et par l’urgence climatique

Activistes du Crédit Suisse

Toute la Suisse romande sait-elle déjà  que les activistes de LAC, Lausanne Action Climat, qui ont pastiché la pub du Crédit Suisse mettant en scène le joueur de tennis Roger Federer et qui ont occupé la banque  en y jouant un match de tennis ont été innocentés par le tribunal (article du Temps)?

Ils ont bénéficié de l’aide d’avocats et des témoignages de plusieurs experts du climat, membres du GIEC ainsi que du professeur Jacques Dubochet, prix Nobel de chimie.  Le canton de Vaud est en état d’urgence climatique depuis l’année passée.

Extraits du jugement:

Je reprends là une citation du jugement fournie par un ami: “La cour estime que la réalité et l’imminence du danger représenté par le changement climatique, la faiblesse et la lenteur des mesures politiques/juridiques, justifiaient l’acte incriminé”
“Seule la façon de procéder choisie (par les prévenus) pouvait avoir le retentissement nécessaire”, à savoir “attirer l’attention des médias” et “faire un lien clair avec la banque incriminée et la figure populaire de Roger Federer”, a poursuivi la cour.
Et le tribunal de conclure que les prévenus ont agi “de manière licite”. Mais il a souligné que le jugement résulte de la non-violence des manifestants et du fait que la manifestation a été courte et de faible ampleur, avec peu de risques de débordements.”

Le problème du CO2

Le tribunal a reconnu le problème climatique. Le climat est dangereux, les investissements dans les énergies fossiles sont nocifs pour toute la terre et pour toute l’Humanité.  Les lois actuelles permettent le fonctionnement d’entreprises polluantes et d’organismes financiers qui les encouragent alors même que leurs projets mènent aux pénuries alimentaires, à la destructions des bâtiments par les intempéries, aux vagues de chaleurs mortelles, aux catastrophes climatiques dangereuses, au chaos climatique. Le système actuel n’assure pas la sécurité des citoyens.   La désobéissance civile actée aussi par Extinction Rebellion (XR Lausanne) a pour but de démontrer l’absurdité de nos lois actuelles qui mettent nos vies en danger et empêchent un fonctionnement correct de nos sociétés futures.

La résistance

Dans des nombreux pays, les citoyens et les organisations écologiques portent cette affaire devant les tribunaux pour prouver que l’Etat ne protège pas efficacement les citoyens et pour l’obliger à le faire. Ce problème n’a peut-être pas été prévu dans les constitutions nationales. Précisent-elles explicitement que les gouvernements ne doivent pas détruire les conditions de vie des habitants du pays?  A-t-on même pensé à un tel danger?  Aujourd’hui, il nous guette et différentes stratégies inventives sont employées pour porter cette question devant les tribunaux et pour obtenir un jugement garantissant la sécurité des citoyens. Ainsi, les Pays-Bas ont déjà été condamnés à améliorer leurs mesures climatiques pour la sécurité de leurs citoyens.

J’espère que bientôt, les blocages de routes d’Extinction Rebellion, le blocage du port de charbon de bâle par Greenpeace etc,  les actions de la Grève du Climat , qui fait descendre massivement les jeunes dans la rue pour le climat depuis un an, et qui célébrera un an d’existence le 17 janvier (Lausanne), ou des grèves dans les entreprises polluantes, seront jugés comme les réponses correctes et justifiées face à trafic ou des industries polluantes dangereux pour nos vies. J’espère que les lois progresseront vite et que ces activités polluantes seront interdites. Le temps presse!

 

Qu’est-ce qui était urgent il y a six mois? Le climat! Et il l’est encore plus aujourd’hui!

Le climat doit être maîtrisé au plus vite. Nous devons réduire les émissions de carbone rapidement, avant que les glaciers suisses ne fondent, que les forêts tropicales ne meurent, que la fonte des glaces polaires n’inonde la moitié des terres cultivables.

Le réchauffement provoque déjà des inondations, des tempêtes plus fortes, des vagues de chaleur sans précédent, partout sur Terre et ces catastrophes vont s’aggraver. La Suisse sera aussi touchée par des nombreux glissements de terrain ou coulées de boue dans les montagnes.

Le canton de Vaud a déclaré l’état d’urgence climatique il y a six mois, en mars 2019.  Mais rien n’a changé.

De nombreuses mesures d’urgence devraient suivre rapidement cette déclaration et assurer notre sécurité. J’en propose trois, enfin quatre qui sont immédiatement réalisables et devraient être déjà en place.

Voitures

Les villes pourraient limiter fortement les voitures. La circulation automobile individuelle devrait être réservée aux personnes qui ne peuvent se déplacer autrement.  Le transport devrait être essentiellement assumé par les tram, les vélos et les taxis, et plusieurs rues pourraient être libérées du trafic.  La vie en ville se passe en priorité dans les rues piétonnes, et y est beaucoup plus agréable.  Sans voitures, il n’y a pas de bruit, de danger ni de pollution. Le stress diminue, et nous prenons le temps de vivre.  L’achat par correspondance réduit actuellement le besoin d’un véhicule pour le transport des achats, et leur nombre pourrait diminuer. Il faudrait peut-être assurer plus de transports publics.

De nombreuses excursions nature ou ski en transports publics pourraient partir de chaque quartier. Elles limiteraient l’usage de la voiture pour retrouver la Nature. Les changements pourraient être facilement rendus attractifs ou amusants, avec des petits trains touristiques en ville, des animations dans le bus, des fêtes, des activités sportives, etc.  Une ville sans voitures aurait un effet immédiat sur la santé de la population, limitant la pollution, le stress, et augmentant un peu l’activité physique. Elle serait aussi bénéfique pour la survie de la population aux inondations et catastrophes climatiques qui seront bientôt une menace très réelle pour nos vies.

Plastique

Le plastique à usage unique pourrait être rapidement interdit, avec préavis de quelques mois. Le plastique est à base de pétrole, il émet du gaz carbonique lors de la production et du transport, et crée une grave pollution. Surtout, il me semble qu’il se multiplie de façon incontrôlable, et rien, même pas des pailles, ne peut croître à l’infini.  Les objets et gadgets quasiment jetables en plastique devraient aussi être interdits ou fortement régulés.  Les emballages pourraient aussi être limités ou repris par le vendeur.

Construction

Enfin, les constructions devraient être devraient être suspendues pour la période d’urgence climatique. Les projets en cours pourraient éventuellement être menés à terme, même si cela n’a pas forcément de sens. La construction, y compris les matériaux et leur transport, pourrait être globalement le secteur économique le plus polluant (Prof Schellnhuber, PIK). Il faudrait prévoir sa contribution à la destruction future de la ville par les catastrophes climatiques, ou de combien chaque projet augmente ce risque.

Il faudrait aussi vérifier la sécurité de ces bâtiments face aux catastrophes que nous avons déjà provoquées pour 2030 ou 2040. Le risque d’inondation et de glissement de terrain augmentera tellement que les normes de constructions devraient être complètement modifiées, les tempêtes semblent plus fortes, peut-être plus fortes que les prévisions existantes. Nous ne nous rendons pas compte de ce qui nous arrivera bientôt. Dans ce cas, il faut vite améliorer les prévisions et y confronter les projets, ou se donner une grande marge de sécurité. Nous devrions par contre isoler et sécuriser les bâtiments existants, poser des volets qui protégeront les vitres, des toits solides, etc.

Finalement, dans un monde balayé par les catastrophes, de nombreux aménagements prévus n’ont simplement plus lieu d’être et il vaut mieux y renoncer rapidement.  Le commerce deviendra plus local à mesure que les transports et l’approvisionnement seront perturbés.

 

Plat végétarien

Un plat végétarien ou même végan devrait être exigé de tout lieu public. Logiquement, il devrait être moins cher, car les lentilles et le soja sont bon marché. La vente à grande échelle pourrait faire baisser les prix.  Et cela pourrait être très simple, une salade, des pâtes sauce tomate, des falafels ou des lentilles. Dans son rapport sur le sol publié en septembre 2019, le GIEC recommande de limiter la consommation de viande et de fromage.  L’élevage intensif des bovins, nourri au soja provenant de la déforestation de l’Amazonie, a un effet négatif, dangereux sur le climat terrestre et l’excès de ces aliments nuit à la santé, augmentant le risque de maladies cardiaques et de cancers. Le consommateur devrait avoir un vrai choix, idéalement de plusieurs plats végétariens pour en trouver un à son goût.  Et c’est urgent!

Mis à jour le 25.09 à 11h42

Le nombre de jours chauds en Europe a triplé et augmente plus vite que prévu

L’Europe vit un réchauffement rapide. Cet été, les températures ont dépassé les 46°C.  Ce changement est certain et prompt. Une nouvelle étude a analysé les jours très chauds et très froids de chaque année. Elle établit qu’en Europe, le nombre de jours très chauds et de jours de stress de chaleur a triplé depuis 1950. Le réchauffement est observable dans la quasi-totalité de l’Europe.  Il rend les étés torrides, et les hivers doux.

Le nombre de jours d’été de chaleur extrême a augmenté depuis 1950, et les étés ont globalement été plus chauds.

L’étude a également montré que la région se réchauffait plus rapidement que les modèles climatiques ne l’ont prévu. Il semble que la température de l’Europe et des Etats-Unis augmente particulièrement vite. Les graphiques montrent que le réchauffement de l’Europe pourrait s’accélérer. 

Certaines régions ont connu des extrêmes plus élevés. Les températures des Pays-Bas, de la Belgique et de la France augmentent le plus vite, et des nouveaux records sont atteints au moins deux fois plus soudainement que prévu. 

Le changement climatique augmente le nombre de jours de chaleur extrême et diminue le nombre de jours de froid extrême en Europe, posant ainsi un risque pour les résidents au cours des prochaines décennies.

C’est vraiment un signe du changement climatique », a déclaré Ruth Lorenz, climatologue à l’École Polytechnique Fédérale de Technologie de Zurich, en Suisse, et auteur principal de la nouvelle étude.

Selon les auteurs de l’étude, les étés et les hivers européens se réchaufferont au cours des prochaines années, à mesure que le changement climatique s’accélérera, ce qui affectera les villes et les habitants non préparés à la hausse des températures. “Beaucoup de gens n’ont pas la climatisation, par exemple, et c’est donc très important”.

Je peux aussi imaginer que les mesures de températures en Europe et aux Etats-Unis soient meilleures que dans le reste du monde, surtout meilleures que dans des régions inaccessibles.  Si c’était le cas, si les conclusions de cette étude étaient étendues à toute la Terre, cela signifierait que le réchauffement global est plus rapide que prévu. Les auteurs de l’étude concluent à un réchauffement accéléré de l’Europe et des Etats-Unis.

 

Orage sur le Léman le 15 juin – un avant-goût des prochaines décennies

Un grand orage sur la région Lémanique

Un fort orage a touché samedi la région Lémanique, la Suisse Romande et les Alpes françaises. Sur la photo, le rideau de pluie tombe justement sur Genève (photo Rolf Dubs). Lausanne a essuyé 32.1 mm de pluie, et près de Saint-Gall les précipitations se sont élevées à 56.2 mm (Association suisse des risques naturels).  L’écoulement des flots a provoqué des inondations à plusieurs endroits, entre autres à Genève, à Lausanne et à Nyon. La gare de Lausanne a de nouveau été balayée par un torrent.

Lausanne, le 15 juin 2019. Photo Antoine Wegmüller

 

 

D’immenses orages

Cette semaine, des grandes et violentes tempêtes se sont produites sur l’Europe centrale. Elles ont touché la Suisse, l’Allemagne, la Slovénie, la Pologne, le Nord de l’Italie. Elles ont amené des pluies abondantes, des inondations et des grêlons énormes de près de dix centimètres de diamètre.

Tout le printemps, les Etats-Unis sont martelés de forts orages qui causent des nombreuses inondations et nuisent à l’agriculture. La production mondiale de maïs en sera réduite cette année (Bloomberg).  Le lac de Côme et d’Ontario débordent à la suite de précipitations abondantes. L’Iran a aussi subi des graves inondations, la quasi-totalité du pays a été recouverte par les flots.

L’année passée, au début du mois de juin, des violents orages ont provoqué des pluies tropicales en France et une inondation à Lausanne.

Ces dernières années,  des grands systèmes orageux, s’étendant à plusieurs pays, ont fait leur apparition, des millions d’éclairs explosent dans le ciel, et des pluies diluviennes inondent nos villes, l’une après l’autre.

Lien sur l’inondation à Nyon: vidéo Living in Nyon.com (Facebook):

https://www.facebook.com/livinginnyon/videos/412929716221322/

 

Des pluies plus intenses sont prévues

Le GIEC (groupement international d’experts du climat), qui compile les informations scientifiques sur le climat, a prévu un accroissement de pluies intenses dû au réchauffement climatique.  Elles augmentaient déjà en 2012, et se multiplient depuis (Organisation Météorologique Mondiale, Papalexiou et Montanari, Water Ressources Research, 19 mai 2019).

Dans son dernier rapport, le GIEC prévoit que les inondations vont fortement augmenter à chaque demi-degré de réchauffement, et qu’à +2°C plus de 90% d’européens, donc presque tous, seraient exposés aux inondations.  Elles deviendraient aussi de plus en plus sévères, le niveau d’eau plus élevé et le flux rapide et important les rendraient dangereuses. Et le réchauffement pourrait  se révéler plus rapide que le GIEC ne le prévoyait.

Les données géologiques indiquent que quand il faisait 30-40°C en moyenne sur la Terre, la planète était parcourue d’immenses rivières, et les pluies cataclysmiques avaient érodé, décapé le sol jusqu’à la roche.

Aujourd’hui aussi, le réchauffement apporte des pluies intenses.

De plus, les intempéries s’accompagnent déjà de grosse grêle, tornade, et de vents déracinant les arbres. Elles deviendront certainement plus dangereuses.

Selon toute vraisemblance, les précipitations et les tempêtes augmenteront encore, et changeront nos vies et nos économies. Elles sont très coûteuses,  nuisent à la production agricole, détruisent des stocks alimentaires, interrompent les transports et causeront des graves problèmes économiques.

Il faudrait creuser de nouveaux lits de rivières pour les immenses pluies à venir, mais surtout essayer de limiter les émissions de CO2 et planter un trillion d’arbres (Tom Crowther, ETHZ) pour limiter l’aggravation.

 

Si vous voulez en savoir plus:

Association suisse des risques naturels:

https://scilogs.spektrum.de/klimalounge/warum-die-globale-erwaermung-mehr-extremregen-bringt

https://saskatoon.ctvnews.ca/mobile/global-warming-causing-more-torrential-rains-threatening-agriculture-u-of-s-study-finds-1.4449551