Deux doses pour remédier à la sinistrose

La plus vaste campagne de vaccination de l’histoire suisse a débuté cette semaine. Même si elle apparaît assez lente au vu des enjeux, sa mise en œuvre reste l’un des moyens permettant de ramener l’indispensable confiance dont les milieux économiques ont tant besoin.

L’économie n’aime pas l’incertitude, elle a besoin de visibilité pour pouvoir envisager l’avenir. Dans le contexte pandémique que nous traversons depuis près de dix mois, les motifs d’entrevoir le bout du tunnel ne sont pas légion. Au milieu de ce marasme, la commercialisation récente de plusieurs vaccins contre le Covid-19 a fait naître l’espoir d’une résolution de la crise. Les marchés financiers ont salué ce vent d’optimisme par l’envol de leurs indices. Des experts se plaisent même à envisager la fin de la pandémie pour cet été. Ces promesses ne constituent certes pas une assurance tous risques, mais elles contribuent à restaurer la confiance, l’un des socles du rebond économique dont nous avons tant besoin.

Swissmedic, institut chargé de surveiller le marché des produits thérapeutiques dans notre pays, a autorisé le premier vaccin contre le Covid-19 en décembre dernier. Les personnes vulnérables peuvent d’ores et déjà se faire immuniser en recevant deux doses dans l’intervalle d’un mois. Fédéralisme oblige, chaque canton organise les vaccinations. La mise en place de ces campagnes est quelque peu chaotique. Entre des doses qualifiées d’insuffisantes, des commandes jugées tardives, le scepticisme d’une partie de la population et un certain manque de coordination, la grogne monte. Beaucoup d’entre nous peinent à comprendre ces atermoiements alors qu’un pays comme Israël, comparable à la Suisse en termes d’habitants, vaccine déjà à tour de bras.

Conditions cumulatives

A l’heure où la Confédération envisage de durcir le semi-confinement, sur la base de chiffres de contamination inquiétants, il paraît clair qu’une accélération de la vaccination serait la bienvenue, de même qu’une bonne politique de communication afin de diminuer la défiance à l’égard de l’acte vaccinal. Il reste qu’en attendant cette immunité collective, les gestes barrières (lavage régulier des mains, port du masque et distanciation sociale) et la discipline individuelle devront continuer à être respectés rigoureusement dans les espaces publics et privés. C’est à ces conditions cumulatives qu’il sera ensuite possible d’envisager un assouplissement des mesures actuelles. L’amélioration rapide de la situation épidémiologique permettra de limiter les dommages à notre économie.

Au-delà du vaccin, c’est bien d’une dose d’optimisme et de responsabilité individuelle dont nous avons tous besoin aujourd’hui.

Photo: AdobeStock

Claudine Amstein

Claudine Amstein

Claudine Amstein est la directrice de la Chambre vaudoise du commerce et de l’industrie, depuis 2005. Après avoir été juriste et secrétaire générale de la Chambre vaudoise immobilière, elle en reprend la direction en 1993. Elle a été constituante au Grand Conseil vaudois, avant d’en être députée pendant dix ans. Elle est très engagée dans les associations faîtières de l'économie suisse.