Le long terme, c’est (aussi) l’avenir des entreprises

C’est sans doute un hasard, mais il est frappant et il tombe au bon moment. Le 23 novembre dernier, la 4e édition du Prix vaudois des entreprises internationales (PVEI) – que co-organise la CVCI – a récompensé trois sociétés qui ont deux éléments forts en commun : un ancrage familial et une vision à très long terme. Deux facteurs a priori désuets, mais qui prennent tout leur sens lorsqu’on considère le succès impressionnant de ces entreprises. Chacune dans leur domaine, elles sont des leaders et ne cessent d’innover.

A l’occasion du PVEI, à l’IMD à Lausanne, Alexandre Pesci (CEO de LEMO), André Wider (CEO de Wider SA) et Thibaud Stoll (dir. des sites de production biotechnologique de Merck), ont reçu leur prix des mains de Claudine Amstein (Directrice de la CVCI), Jean-Frédéric Berthoud (Directeur du DEV) et Philippe Leuba (Conseiller d’Etat – DEIS, à dr.). (Photo: Christian Brun)

La plus petite d’entre elles, Wider SA, « coup de cœur du jury », a démarré comme simple menuiserie à Morges voici bientôt septante ans. L’actuel directeur, André Wider, l’a reprise des mains de son père alors qu’il était encore très jeune. Aujourd’hui, cet agencier d’intérieur, qui conçoit des cuisines, des showrooms pour l’horlogerie, des salles de conférence et toutes sortes de réalisations en bois mais aussi dans d’autres matériaux, livre en six semaines ses conceptions Swiss made sur mesure aux quatre coins de la planète. Comment fait-il dans un marché si concurrentiel, où chaque centime compte ? Il investit. Il innove, en misant à fond sur la 3D, afin de pouvoir appliquer une logique industrielle à la fabrication de pièces uniques. Il forme ses employés. Il mise sur le canton de Vaud, où il trouve de la compétence, de la clientèle et du soutien. En vingt ans, il a ainsi créé plus de 200 emplois.

L’histoire de LEMO SA est du même ordre. Le grand-père de l’actuel patron, Alexandre Pesci, a inventé le connecteur « push-pull » il y a cinquante ans et, depuis, cette entreprise discrète et méconnue du grand public équipe les instruments médicaux les plus sophistiqués, les grandes chaînes de télévision, la Formule 1… en internalisant presque tout ! Mis à part la fourniture de matière première, LEMO contrôle toute sa chaîne de production, en Suisse. Pour assurer une qualité optimale et un Swiss made indispensable aux yeux des clients. Là aussi, il a fallu consentir à d’importants investissements, payants à long terme, et qui contribuent à sa distinction dans la catégorie « entreprise suisse » du PVEI 2017.

Quant à « l’entreprise internationale »  de l’année en terre vaudoise, elle s’appelle Merck. C’est un géant de 350 ans d’âge, toujours contrôlé à 70% par sa famille fondatrice. Sa division biotechnologie avait repris, il y a une décennie, les sites de Serono dans le canton de Vaud. Depuis cette intégration, qui avait fait couler beaucoup d’encre, Merck a investi environ un milliard de francs sur ses sites de Corsier-sur-Vevey et d’Aubonne, et a accru de 350 son nombre d’employés (ils sont 1500 dans le canton de Vaud). Une tendance qui devrait se poursuivre. Car Merck est engagé pour une longue durée dans l’environnement très favorable de la « Health Valley » lémanique, avec l’objectif d’y réaliser sa révolution numérique.

Comme quoi, entreprise familiale et vision à long terme n’ont jamais été aussi modernes qu’à l’heure de l’industrie 4.0 ! Une belle leçon.

Immigration et économie, un couple indissociable

Ce sont des chiffres qui n’ont pas fait les gros titres, mais ils sont significatifs d’une réalité têtue : en Suisse, l’immigration est un indicateur de la marche de l’économie. Les statistiques fédérales de septembre 2017 – les plus récentes que l’on puisse consulter en libre accès – montrent, sur une année, un recul net de près de 5% de la population immigrée résidente permanente, une baisse de l’immigration effective de 5,6% et une chute du solde migratoire de près de 17%.

En trois ans et demi, le contexte qui avait vu l’initiative « Contre l’immigration de masse » être adoptée par le peuple suisse, à une courte majorité, a donc passablement changé. Et s’il est probable que l’accroissement des contrôles visant les abus en matière de travailleurs détachés a pu jouer un rôle, c’est d’abord la baisse de la demande de main-d’œuvre qui est en cause.

Bonne ou mauvaise nouvelle ? Tout est affaire de point de vue. L’économie suisse poursuit une croissance légère, et certains de ses secteurs durement touchés – par la fin du taux plancher avec l’euro, les excédents de stocks ou une chute des ventes (l’horlogerie en l’occurrence) – montrent des signes encourageants de reprise. Cependant, la pression sur les marges et la mutation numérique accroissent un climat de tension sur la place économique suisse, qui, plus que jamais, doit créer de la valeur ajoutée si elle veut conserver sa solidité.

Privilégier la souplesse

Bien sûr, l’apaisement du débat migratoire est à saluer, mais le contexte qui y préside ne doit absolument pas déboucher sur une nouvelle surenchère de restrictions ou de barrières à la libre circulation des biens, des services et des travailleurs, qui seraient préjudiciables à l’économie suisse. Car si les chiffres de l’immigration baissent, cela ne veut pas dire qu’il sera plus facile de remplir les conditions d’application de la politique acceptée par le peuple le 9 février 2014 (initiative populaire «Contre l’immigration de masse»). Mieux intégrer les seniors et les femmes dans le monde du travail, améliorer la formation continue pour trouver ici les compétences nécessaires à assurer l’avenir de nos entreprises : autant d’objectifs ambitieux qui ne trouveront leurs réponses qu’avec une économie dynamique. Celle-là même qui a justement besoin d’un accès souple à l’immigration pour bien fonctionner.

La réforme fiscale vaudoise ne peut plus attendre

Le 19 octobre dernier, le Conseil d’Etat vaudois annonçait des mesures compensatoires d’urgence (dès le 1er janvier 2018), destinées à subventionner une partie de la population pour le paiement des primes d’assurance-maladie. Conjointement, il décidait d’anticiper au 1er septembre 2018 l’application de l’une des mesures sociales négociées dans le cadre de la troisième réforme de l’imposition des entreprises (RIE III), en plafonnant à 12% le niveau maximal des primes dans le revenu d’un ménage. En sachant que ce plafond sera abaissé à 10% dès le 1er janvier 2019.

Bien entendu, le conseiller d’Etat Pierre-Yves Maillard justifie ces subsides supplémentaires – qui touchent désormais un tiers des Vaudois ! – par la forte hausse des primes pour l’an prochain, et par le nombre de demandes de soutien parvenant à ses services. Sauf que cette politique d’accroissement des subventions étatiques a un coût : 37 millions de francs, uniquement pour 2018.

On le sait, la RIE III cantonale a été plébiscitée par le peuple vaudois. Mais sa version nationale a été retoquée et, depuis, l’incertitude règne à nouveau sur le régime fiscal exact qui prévaudra pour les entreprises de ce canton, ainsi que sur sa date d’application. Or, il y a urgence. On ne peut, d’un côté, respecter à la lettre les termes de l’accord côté social (et même les anticiper !) et, dans le même temps, retarder la mise en œuvre pour le volet économique. C’est non seulement introduire un dangereux déséquilibre dans les comptes de l’Etat, mais surtout replacer le canton dans une situation concurrentielle défavorable. A l’heure où les implantations d’entreprises internationales se font rares, pareil atermoiement n’est pas acceptable.

Rappelons que le canton de Vaud dépend pour quelque 25’000 emplois de ces grandes entreprises. Si leur taux d’imposition va bien sûr augmenter avec la suppression des statuts spéciaux, cette clarification fiscale à long terme – soit une imposition à 13,8% selon la RIE III vaudoise – se révèle un argument déterminant pour les convaincre de rester dans le canton.

La première priorité de cette législature, pour le Conseil d’Etat, est donc de mettre en œuvre au 1er janvier 2019, comme prévu,  la volonté exprimée par le peuple en mars 2016. Il ne faut pas attendre que le Projet fiscal 17 (la nouvelle version fédérale de la réforme) ait franchi l’entier du processus d’examen parlementaire, puis populaire, qui risque de repousser son application d’un an au moins.

La fiscalité est un gage de la réussite économique. Pour le canton de Vaud, dont la position concurrentielle est défavorable, d’autres mesures doivent être envisagées : une suppression de l’impôt sur la succession en ligne directe, qui pénalise injustement les PME ; un abaissement de l’impôt sur la fortune, que la progressivité appliquée dans notre canton rend particulièrement lourd ; et une fiscalité juste et modérée sur les personnes physiques, pour ne pas risquer de voir les plus importants contribuables déserter nos contrées.

A lire: “Pour une fiscalité vaudoise compétitive – Nos quatre priorités”, CVCI, octobre 2017

Mieux observer la société pour réussir la réforme des retraites

Le paquet Prévoyance 2020 a donc été renvoyé à l’expéditeur par une majorité du peuple suisse. Une nouvelle fois, une réforme – partielle ou complète – de notre système de prévoyance a échoué en votations fédérales. La fédération des oppositions l’a emporté sur la réalisation, alors que, tôt ou tard, il faudra procéder à des ajustements, et que personne ne pourra se soustraire à la pression démographique.

Remettre l’ouvrage sur le métier ne doit pas se limiter à reprendre les diverses composantes du paquet et à en renégocier les conditions. Il s’est écoulé huit ans entre les fondements de la réforme et son rejet le 24 septembre dernier. A l’échelle de l’évolution de notre société, c’est beaucoup. En 2009, pour rappel, ni Instagram, ni WhatsApp, ni Snapchat – les principaux canaux numériques d’échange d’information et de conversation des « millenials » – n’existaient encore, et Twitter était embryonnaire. On ne parlait pas beaucoup de crowdfunding ni de coworking, deux terminologies qui occupent de plus en plus l’espace économique.

L’impression de calme et de lenteur que peut dégager la société suisse ne doit tromper personne. Ici aussi, les grandes tendances qui s’observent dans les pays développés modifient le rapport au travail, les attentes des jeunes générations et les comportements, individuels et collectifs. Pour élaborer la réforme de notre système de prévoyance, il est impératif de tenir compte de ces nouvelles réalités. Trois éléments devraient ainsi être retenus.

Gotham – le plus grand espace de coworking de Suisse récemment inauguré à Lausanne – illustre l’une des tendances dont il faut tenir compte sur le marché du travail et, par ricochet, dans la future réforme de la prévoyance. (Photo: www.gothamco.com)

De nouvelles réalités à considérer

Première évolution, la généralisation du travail à temps partiel – ou, plutôt, de la réduction partielle du taux d’activité. Celle-ci ne se limite plus aux femmes qui entrent dans le marché du travail, ou y reviennent après une interruption due à une grossesse, un schéma classique qui commence à être battu en brèche. Les hommes sont de plus en plus nombreux à choisir un travail à 80%, voire moins. Soit pour disposer de plus de temps « pour eux », mais souvent pour le consacrer à une autre activité qui donne du sens à leur vie, et qui n’est pas toujours rémunératrice ou rentable financièrement.

Cette multiplication des sources de revenus, très inégaux, constitue la deuxième tendance forte. Elle s’inscrit aussi dans une individualisation du travail, qui implique une hybridation des statuts, où une même personne peut cumuler un état d’employé d’une structure publique, de salarié d’une entreprise et d’indépendant.

Cette souplesse s’inscrit enfin dans le temps : les carrières bifurquent plus souvent qu’à leur tour, les reconversions sont fréquentes, soit par choix, soit par nécessité, dans un monde très compétitif où les situations acquises se raréfient.

Même si ces tendances restent émergentes, c’est aujourd’hui que les réponses se préparent, pour qu’au moment où ces actifs arriveront à l’âge de la retraite, le système puisse répondre à leurs besoins. Outre la flexibilisation de l’âge de la retraite, qui paraît une évidence, la création d’un taux de cotisation unifié dans le 2e pilier, quel que soit l’âge des cotisants, pourrait être un axe de réflexion intéressant pour faire avancer l’indispensable réforme de la prévoyance.

Le CHUV mérite une gouvernance moderne

Fleurons de la médecine suisse, garants de la haute qualité des soins et de la recherche de pointe en matière de santé, les  grands hôpitaux universitaires suisses sont de fascinantes organisations. Elles attirent des talents du monde entier et totalisent des dizaines de milliers d’emplois, destinés à la meilleure prise en charge des patients. Leurs budgets sont à la hauteur de leur mission et de leurs responsabilités. Pour gérer cette complexité, ces établissements d’importance vitale sont dotés d’une certaine autonomie. Et d’un conseil d’administration représentant diverses facettes de la société, et des compétences complémentaires pour s’insérer dans le système suisse de santé.

Tous, sauf un : le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), qui n’est qu’un service de l’Etat, directement soumis à l’exclusive autorité du chef du Département de la Santé et de l’Action sociale (DSAS). Même les Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) n’ont pas de cordon ombilical aussi net avec le pouvoir politique – même si celui-ci est largement représenté au sein du conseil d’administration. A Zurich, à Berne, à Bâle, les structures varient quelque peu mais elles adoptent toutes le principe d’un organe de surveillance stratégique, qui englobe aussi plusieurs établissements affiliés.

A l’heure où les enjeux stratégiques et financiers du système de santé suisse n’ont jamais été aussi importants, cette singularité n’est pas sans poser de sérieuses questions. La première saute aux yeux : le conseiller d’Etat en charge de la Santé est plus souvent qu’à son tour juge et partie. Il arbitre les financements croisés, puisque le canton finance une partie des soins et décide comment cet argent est dépensé dans le cadre du CHUV ; il décide de la politique d’acquisition des équipements lourds ; il tranche sur le nombre de lits accordés au domaine privé. Cette double casquette souveraine d’employeur et “subventionneur”, source de conflits d’intérêt, ne va pas sans poser problème. Non seulement aux établissements privés, mais aussi aux hôpitaux régionaux.

 

“Sur le plan financier, le budget du CHUV n’occupe que deux des 283 pages du budget cantonal.” (Crédit image: Gzzz)

 

De manière plus générale, la nécessité de veiller à une efficience optimale dans la maîtrise des coûts et la gestion des ressources exige une approche moderne et ouverte de la gouvernance hospitalière. Les enjeux sont colossaux. La spécialisation des domaines de pointe le dispute à l’importance croissante des traitements ambulatoires, à la pression démographique grandissante, à des traitements lourds toujours plus chers, et à une concurrence internationale très forte pour continuer de s’assurer le concours des meilleurs.

Sur le plan financier, le budget du CHUV n’occupe que deux des 283 pages du budget cantonal. La proportion en francs est différente : le CHUV touche 1,3 milliard là où l’Etat en dépense au total 9,3 milliards ! Ces chiffres démontrent presque à eux seuls la nécessité d’une réflexion de fond autour de la façon dont est régi le géant hospitalier vaudois.

Pour faire face à ces défis, il doit pouvoir s’appuyer sur des partenariats de tous ordres. Ceux-ci doivent répondre à des critères de qualité et d’efficacité. Une approche pragmatique, et non dogmatique, est indispensable pour permettre de dégager les meilleures pratiques. La supervision du CHUV par un organisme indépendant – où l’Etat aurait naturellement sa place, mais pas de manière prépondérante – s’inscrirait dans cette approche « métier ». Et permettrait une analyse indépendante, dynamique et novatrice de sa stratégie.

Le 22 août dernier, les quatre principales organisations économiques vaudoises ont présenté un catalogue de mesures qu’elles estiment utiles à l’avenir du canton. La transformation du CHUV en établissement autonome de droit public, doté d’un conseil d’administration, y figure en bonne place. Partout, la pression augmente pour une meilleure gouvernance, plus transparente, plus indépendante. Financé par les deniers publics et privés, pourvoyeur de plus de 10’000 emplois, stratégique pour le canton et le pays, le CHUV ne peut échapper à cette indispensable mise à jour.

L’emploi: prochaine victime de la transition numérique?

L’emploi total devrait augmenter de 2% par an d’ici 2025 au niveau suisse. Il faudra cependant veiller à adapter les qualifications aux nouvelles réalités économiques.

La transformation numérique est désormais une réalité pour bon nombre de PME. Une enquête menée à l’automne dernier par la CVCI auprès de ses membres montrait même que 40% des entreprises vaudoises allaient prochainement procéder à des adaptations en raison de la digitalisation et le même pourcentage de personnes déclara qu’elles allaient “peut-être” le faire. Mais comment prévoir les répercussions qu’un tel bouleversement aura sur le marché suisse du travail? Jusqu’à présent, le nombre d’emplois total a continué à augmenter et cette tendance devrait se confirmer à l’avenir, selon une analyse publiée au mois de juin à l’occasion de la Journée des employeurs. Il sera cependant crucial d’adapter les qualifications à l’évolution des besoins afin de garantir les emplois à long terme.

 

Plus de postes à qualifications élevées

En effet, si globalement l’emploi progresse, la situation est en revanche très variable selon le degré de formation des employés. L’analyse, qui compile près de 100 études nationales ou internationales consacrées aux effets de la numérisation sur l’emploi et transpose les résultats à la Suisse, révèle que le nombre d’emplois de collaborateurs disposant de qualifications “moyennes” a régressé de 10% au cours des 20 dernières années et les activités “routinières” sont de plus en plus souvent réalisées par des machines ou des programmes intégrés. Les postes à qualifications élevées ont en revanche progressé de 7,6% et ceux ne requérant que peu de formation ont augmenté de 1,9%. Il en résulte un accroissement de l’emploi de l’ordre de 2% par an au niveau suisse jusqu’en 2025.

La maîtrise des TIC

A priori, la Suisse est donc tout à fait capable de maîtriser la mutation structurelle qu’impose la transformation numérique. Mais faudra-t-il encore que l’Etat garantisse la mise en œuvre de conditions-cadres efficaces, avec des lois adaptées aux nouvelles réalités. En matière de formation, notre système dual figure parmi les plus efficaces au monde, mais il s’agit maintenant de conserver cet avantage en renforçant l’enseignement et la maîtrise des nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC). Le virage numérique exige plus que jamais le développement de cette culture de l’apprentissage!

 

 

L’industrie 4.0 est une chance pour la Suisse

Les entreprises industrielles vont-elles à nouveau produire en grande série en Suisse? Actuellement, l’industrie manufacturière traditionnelle connait une transformation numérique sans précédent grâce au développement d’usines entièrement robotisées et pouvant fonctionner 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. Après des décennies de production dans les pays émergents, notamment en Chine ou dans les pays d’Asie du Sud-est, l’idée d’une relocalisation fait donc son chemin parmi les entrepreneurs européens.

La relocalisation est possible

L’année passée, le fabricant allemand de chaussures Adidas annonçait par exemple le rapatriement d’une partie de sa production dans une nouvelle usine 4.0, basée à Ansbach en Bavière. Si ce choix stratégique réduit notamment les coûts de transport de millions de produits livrés en Europe, il permet, surtout, l’embauche de quelque 160 ingénieurs et techniciens capables de gérer un parc de machines high-tech. Espérons que cette décision, qui fait preuve d’audace, va contribuer à encourager l’idée qu’une relocalisation est non seulement possible mais également rentable.

Renforcer l’attractivité du secteur

Interviewé dans le cadre d’une série de vidéos consacrées à la digitalisation des entreprises vaudoises (voir vidéo ci-dessus), Eric Schnyder, directeur de la PME Sylvac, spécialisée dans les outils de précision, confirme cette tendance: “Le développement de l’industrie 4.0 et de la robotisation est une réelle opportunité pour l’économie suisse et pourrait signifier le retour d’une production industrielle florissante”. Si nous disposons, certes, d’une formation duale efficace faudra-t-il encore renforcer l’attractivité du secteur afin de disposer de suffisamment d’ingénieurs répondant aux critères 4.0 à l’avenir. Nous avons donc tous les atouts en main pour être les artisans de la quatrième révolution industrielle, à condition de s’y prendre à temps.

Notre attractivité économique s’essouffle, mais ce n’est pas une fatalité!

Le canton de Vaud devient moins attractif pour l’implantation de nouvelles entreprises. Les chiffres le montrent depuis quelques années. Derniers en date: les résultats 2016 de Promotion économique vaudoise communiqués récemment. Si l’an dernier, une trentaine de sociétés seulement ont choisi notre région pour y développer leurs affaires, elles étaient plus du double à faire ce choix dix ans auparavant.

Cette baisse d’attractivité de 50% – un phénomène semblable à ce que l’on constate au niveau suisse – s’explique en partie par la crise financière de 2008, mais également par une série de facteurs instaurant une certaine instabilité économique. Nous ne pouvons que souhaiter, par exemple, une rapide solution quant à la réforme de la fiscalité des entreprises, refusée au niveau fédéral en février dernier. Le futur projet qui accompagnera la suppression des statuts spéciaux devra permettre à notre pays de garantir sa compétitivité et son attractivité.

C’est indéniable, les sociétés étrangères nous permettent de concrétiser de nouvelles opportunités d’affaires, de diversifier nos activités et de générer de précieux emplois. Nous en avons besoin pour faire prospérer notre économie. Pour y parvenir, le maintien d’un marché du travail ouvert et d’un accès sans entrave au marché européen constituent deux autres priorités incontournables. Nous devons pérenniser les accords bilatéraux.

L’ implantation d’entreprises étrangères

 a chuté de 50% en dix ans dans le canton de Vaud.

Il est également indispensable de bien traiter nos jeunes pousses – et favoriser un cadre juridique attrayant. Mais le chemin est long: pas plus tard que la semaine passée, le Conseil fédéral a rejeté une motion de la commission de l’économie du national qui réclamait une imposition privilégiée des participations détenues par les collaborateurs de start-up afin de soutenir l’innovation suisse.

Si nous voulons donc, à terme, retrouver notre attractivité d’antan et séduire des acteurs clés pour notre développement économique, il faudra, plus que jamais, mettre tout en œuvre afin d’offrir des conditions cadres optimales. Avec plus de 1000 entreprises accompagnées en moins de quatre ans, le travail fourni par la plateforme Innovaud constitue notamment un exemple d’initiative à suivre.

JO 2026, et si la magie opérait?

Les Jeux Olympiques 2026 seront-ils l’aiguillon qui permettra de repenser le tourisme alpin? La Chambre vaudoise du commerce et de l’industrie (CVCI) a lancé l’un des deux projets romands il y a deux ans déjà. Une étape importante a été franchie juste avant Pâques, avec le feu vert du Parlement du sport de Swiss Olympic. Le projet va pouvoir prendre forme…

Les Jeux Olympiques 2026, dont Sion sera la ville hôte, ont pour ambition d’être à taille humaine. Faisons un vœu supplémentaire: ils doivent être les jeux de l’innovation et de la durabilité, dans le respect de l’agenda 2020 du Comité international olympique (CIO), en utilisant au mieux les infrastructures déjà existantes (la nouvelle patinoire de Malley, à Lausanne, qui sera inaugurée en 2019, ou celle de Berne, parmi les plus grandes d’Europe).

Les artisans des deux projets de JO 2026 – celui de la CVCI pour Vaud et celui de Christian Constantin en Valais – ont su dépasser les frontières cantonales. Ils ont vite compris qu’il fallait voir plus grand pour bénéficier au maximum des pistes, installations sportives et infrastructures hôtelières et para-hôtelières déjà existantes.

L’occasion de se réinventer

Pour les Vaudoises et les Vaudois, cette aventure ne sera pas synonyme de chantiers et de nouvelles infrastructures inutiles. Elle doit tout au contraire être l’occasion de repenser le tourisme, en montagne comme en plaine, et de lui apporter des améliorations absolument indispensables.

Le tourisme mérite une attention toute particulière, au moins aussi soutenue que le commerce ou l’agriculture. Plus de 22’000 postes de travail dépendent directement ou indirectement de ce secteur, qui contribue à 7,2% du produit intérieur brut (PIB). La venue d’un événement planétaire dans notre écrin romand ne peut qu’avoir des répercussions positives… A condition, évidemment, de faire les bons choix et de profiter au mieux de la vitrine phénoménale de cette parenthèse sportive qui restera gravée dans les annales.

Notre région s’est déjà hissée parmi les leaders mondiaux comme site d’implantation de start-up, alors qu’elle n’y était absolument pas prédestinée. Il n’y a aucune raison que nous n’arrivions pas à atteindre la même excellence et le même dynamisme dans le domaine olympique. Nos stations alpines en sortiront renforcées et peut-être réinventées. C’est un pari que nous devons oser.

Le biathlon des JO 2026 pourrait avoir lieu sur le plateau des Mosses

La transition numérique: une opportunité pour innover!

Les entreprises vaudoises avancent sur le chemin de la digitalisation! A l’heure où la transition numérique s’accélère et touchera très bientôt un nombre beaucoup plus important de sociétés qu’aujourd’hui, les PME prennent conscience du phénomène. En effet, selon une récente enquête commandée par la CVCI à l’institut de sondage M.I.S Trend, plus de deux tiers des 388 entreprises sondées ont déjà entendu parler du concept d'”industrie 4.0″ ou de “numérisation de l’économie”. Des résultats encourageants qui sont néanmoins contrebalancés par le manque d’informations disponibles sur cette thématique. Un réel obstacle pour 60% des interrogés. Et ce n’est pas faute de consacrer du temps à se documenter sur la digitalisation: près de deux tiers des participants assurent s’informer un peu ou beaucoup. Il est sans doute possible d’expliquer cela par l’absence d’une documentation structurée, sur une thématique encore relativement récente et peu étudiée. Des informations encore trop lacunaires qui poussent les entrepreneurs à se renseigner principalement sur Internet ou dans les médias.

Un verdict sans appel

Dans un contexte ou la numérisation des activités intègre des concepts comme l’Internet des objets, le bigdata, la robotique, les applications mobiles ou les réseaux sociaux, il faut insister sur les opportunités de cette transition. D’ailleurs, les entrepreneurs ne s’y trompent pas et le verdict est sans appel: 60% des sociétés vaudoises voient dans la transition numérique une chance contre 16 % un risque. Les 24% restants ne se prononcent pas. Les effets les plus positifs évoqués sont notamment l’augmentation de l’efficacité, la possibilité de mieux adapter les produits à la demande, la réduction des coûts de production et de distribution et l’amélioration de la capacité concurrentielle en général.

Conséquences sur l’emploi

Et les points négatifs? Si une majorité d’entreprises craignent pour la protection des données et le droit du travail, elles sont partagées quant aux conséquences sur l’emploi.  En effet, l’impact sur les effectifs a été ou serait neutre pour 52% des répondants. En dépit de la persistance d’un franc fort et de conditions-cadres toujours plus menacées, la transition numérique représente une réelle opportunité pour notre économie. Il est donc nécessaire que la CVCI soutienne activement cette transition, afin d’encourager l’innovation et garantir la compétitivité de nos entreprises.

 

Ci-dessus, un exemple de résultat obtenu grâce à l’enquête commandée par la CVCI à l’institut de sondage M.I.S Trend.