La Suisse peut mieux s’armer contre une crise

Récession. Le mot est lâché, et il fait peur. Face aux nuages qui s’accumulent sur l’économie mondiale, la Suisse n’est pas une île et ne va pas pouvoir rester immune face au ralentissement des échanges. Après les tensions récurrentes entre les Etats-Unis et la Chine, qui dominent le climat économique, les récentes attaques qui ont paralysé une partie de l’industrie pétrolière saoudienne ont ajouté un surcroît d’inquiétude.

Plus près de nous, les signaux ne sont pas plus encourageants. L’Allemagne montre déjà une tendance négative, le Royaume-Uni n’en finit pas de s’embourber dans son Brexit, l’Italie retient son souffle entre deux crises politiques, et le moral économique des Français est au plus bas, selon une étude parue à mi-septembre.

Pourtant, on ne sent pas la même préoccupation en Suisse. Politique de l’autruche ou confiance légitime? Les économistes paraissent pencher pour la deuxième réponse. Plusieurs d’entre eux, issus des meilleurs instituts universitaires (KOF, BAK), relèvent que la diversification des exportations, avec un amoindrissement progressif du poids de l’Allemagne – et un accroissement de celui des Etats-Unis, et la très bonne tenue de l’industrie pharmaceutique retiennent encore largement la digue. La question du Brexit n’a que peu d’incidence négative directe, d’autant moins qu’un accord commercial avec Londres a été passé et garantit le cadre des échanges entre les deux pays.

Et pour l’instant, le climat de consommation en Suisse ne souffre pas de ces soubresauts. On ne sent pas davantage les banques tirer sur le frein à main du crédit. Ni, qui plus est, le consommateur se dire qu’il vaut mieux épargner que dépenser. Trois facteurs qui, cumulés, entraînent un marché intérieur dans la spirale de la récession.

Bonnes nouvelles? Pas uniquement. Cette situation est aussi à mettre en relation avec le coût de l’épargne. Ce qui a l’air d’être un oxymore est maintenant une réalité de moyen terme pour l’économie suisse: on paie pour mettre son argent en banque. Les intérêts négatifs créent un autre problème que, pour le moment, le monde politique ne semble pas considérer comme très sérieux. Pourtant, les taux négatifs détruisent de la valeur, rendent la quadrature du cercle pour les caisses de pension (valoriser les retraites futures des assurés) encore plus complexe, et déstabilisent les flux d’investissements. Le «quantitative easing» s’inscrit dans une spirale dont on se demande quand et comment elle peut s’arrêter.

Répondre par l’investissement

Et si l’heure était pourtant bienvenue d’utiliser cette période aux fondamentaux instables pour investir dans des infrastructures et accélérer la transition vers des solutions durables – qui confèrent à notre pays des avantages concurrentiels futurs? Profiter effectivement de liquidités injectées pour mettre au travail les entreprises, et prendre de l’avance dans des domaines cruciaux et stratégiques: énergie, transport, construction, rénovation, technologies, formation… les défis ne manquent pas. On a vu ce que tergiverser en matière d’équipements de transports peut coûter une, voire deux générations plus tard.

Ces investissements ne seront utiles que si la Suisse conserve une fluidité de ses échanges commerciaux, afin qu’elle puisse continuer à se diversifier et à s’adapter, sans s’ajouter des contraintes inutiles. A cet égard, la poursuite – à travers sa rénovation – de la voie bilatérale avec l’Union européenne est cardinale.

Crédit photo: AdobeStock

L’innovation vaudoise sous la loupe

On salue loin à la ronde la capacité du canton de Vaud à innover. Mais quels sont les contours exacts et l’importance de cet écosystème? L’étude «Vaud innove», réalisée par la CVCI, la BCV et Innovaud, et disponible dès aujourd’hui sur un site internet dédié, répond à ces questions et à bien d’autres.

L’avenir appartient à ceux qui innovent tôt. Cet adage revisité résume les enjeux et défis qui se profilent pour l’économie à l’heure de la digitalisation, des algorithmes et de l’intelligence artificielle. Le canton de Vaud, la Suisse romande et la Suisse ont heureusement compris depuis belle lurette l’importance de l’innovation en dynamisant la recherche et le transfert de technologie, au point de faire de cet écosystème l’un des plus vigoureux du monde. Mais que sait-on réellement de la cartographie et des perspectives de l’innovation vaudoise?

C’est pour dresser un bilan de la dynamique en route que la Chambre vaudoise du commerce et de l’industrie (CVCI), la Banque Cantonale Vaudoise, via son Observatoire de l’économie vaudoise, et Innovaud ont réalisé l’étude «Vaud innove». Chaque semaine pendant deux mois, un thème relatif à l’innovation sera abordé en détail sur le site internet www.vaudinnove.ch. Le premier volet, en ligne dès aujourd’hui, aborde les contours de cet écosystème et détaille quelques-unes créations les plus emblématiques réalisées par des entreprises établies dans le canton, comme la souris de Logitech ou les capsules de café Nespresso.

D’autres chapitres exploreront successivement les différents visages de l’innovation dans le canton, la force de son dispositif de recherche académique, les flux de transfert de technologie vers l’économie, les impacts et les enjeux de l’innovation pour les entreprises et la création d’emplois, les conditions-cadres, etc.

Innover est la clé de la pérennité

Ce travail de recherche, basé sur l’analyse fine de très nombreuses data récentes, n’a pas été réalisé dans la seule intention de célébrer le génie vaudois. Ces informations de référence ont avant tout pour but de montrer les spécificités et les besoins de cet écosystème à tous les acteurs économiques et politiques afin qu’ils en prennent toute la mesure.

Nos entreprises le savent: innover est la clé de la pérennité, d’autant plus que le marché suisse, même s’il croît, est limité et que la matière grise est la seule ressource dont nous disposons. Innover, c’est la condition sine qua non pour rester compétitif, conquérir de nouveaux marchés et participer activement à la prospérité du canton.

Mais rien n’est cependant acquis: l’innovation reste un processus qui doit être encadré et soutenu constamment pour demeurer dynamique.

Crédit photo: DR

L’EPFL, un modèle d’ouverture sur le monde

L’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) célèbre ses 50 ans cette année. Figurant dans les meilleurs classements académiques mondiaux, l’institution a su s’ouvrir vers l’étranger, entraînant tout un canton dans son sillage.

Nul doute qu’il y aura foule, les 14 et 15 septembre prochains, sur le campus de l’EPFL, à Ecublens. A l’occasion de son demi-siècle d’existence, l’institution ouvrira ses portes pour présenter son rôle et ses missions au public, qui aura l’opportunité de mesurer l’excellence de celle qu’on appelait autrefois l’EPUL. Sous la houlette de son ancien président, Patrick Aebischer, l’EPFL est devenue un établissement de premier plan au niveau mondial, trustant les places d’honneur dans les classements académiques planétaires. Ouverture à l’univers des neurosciences, à l’innovation en général et mise en valeur du site – le rutilant Rolex Learning Center en est la parfaite illustration – ont contribué à accentuer et à pérenniser une renommée justifiée.

Son successeur, Martin Vetterli, lui a emboîté le pas afin de maintenir ce haut niveau d’exigence dans un monde universitaire toujours plus concurrentiel. Invité l’autre soir sur le plateau du «19:30» de la RTS, le président actuel de l’EPFL a rappelé combien ces «rankings» donnaient une grande visibilité à l’institution, qui lui permettent d’attirer des professeurs et des chercheurs de renom des quatre coins de la planète. Cette réputation suscite également des vocations dans les auditoires: l’école compte aujourd’hui plus de 11’000 étudiants venant de plus de 116 nationalités.

Ce cosmopolitisme illustre à quel point notre pays a besoin de l’étranger pour prospérer. Interrogé sur le surplace de l’accord-cadre, Martin Vetterli a d’ailleurs fait part de l’inquiétude que ce blocage institutionnel suscitait pour les milieux académiques dans la perspective d’une collaboration scientifique à l’échelle européenne.

Migration bénéfique

Hasard du calendrier, une statistique vaudoise sur la migration diffusée la semaine dernière tombe à point nommé pour rappeler combien l’ouverture est bénéfique pour l’économie suisse. Il ressort ainsi que la part de la population active issue de la migration, prise en compte jusqu’à la troisième génération, a atteint 54% dans le canton de Vaud en 2018. Selon les chiffres publiés, «445’000 résidants exercent une activité professionnelle ou sont à la recherche d’un emploi. La population active vaudoise compte ainsi 104’000 personnes de plus (+31%) qu’en 2002, année de l’entrée en vigueur de l’Accord sur la libre circulation des personnes avec l’Union européenne.» Rappelons, dans ce contexte, que le taux de chômage dans le canton s’est établi à 3,2% à la fin du mois de juillet 2019.

À l’heure où certains prônent le repli et l’isolationnisme, il est bon de rappeler que notre pays ne saurait vivre en vase clos et qu’il a tout intérêt à entretenir les meilleures relations possibles avec ses partenaires européens et d’ailleurs. Il conviendra de s’en souvenir à l’heure de glisser son bulletin de vote le 20 octobre prochain à l’occasion des élections fédérales.

Crédit photo: EPFL

La culture et l’économie du partage

L’été glisse gentiment vers son côté indien, les jours raccourcissent et les vacances se rangent au rayon souvenirs… une fois encore, la période estivale aura été, en nos contrées, d’une richesse culturelle remarquable – avec en toile de fond et en vedette la Fête des Vignerons, ce spectacle total qui ne déroule ses fastes qu’une fois par génération.

Ce foisonnement a-t-il atteint son point de bascule ? L’appétit nous est venu en mangeant, festivals et autres événements originaux se sont multipliés. De la gourmandise, sommes-nous passés à l’indigestion ? Pour la première fois depuis des lustres, Paléo, le plus grand et le plus populaire des festivals suisses, n’a pas joué à guichets fermés. D’autres ont maintenu un fragile équilibre, comme la FeVi, qui a drainé une forte quantité de spectateurs et s’est terminée sur une note finale culturelle resplendissante.

Plus globalement, le monde suisse du spectacle se rationalise et se globalise, en témoigne le rachat récent de Live Music Production par la multinationale allemande DEAG, et l’implication des géants américains Live Nation et AEG.

La culture est une composante particulière de l’offre économique. Elle contribue incontestablement au rayonnement d’une région, à son identité, à sa capacité créatrice, à sa vivacité. Elle est tout à la fois dépenses, investissements et source d’emplois. Son modèle d’affaires suit invariablement la règle des trois tiers (de taille pas toujours égale, du reste) : billetterie, fonds publics et parapublics, et sponsoring. Il est intéressant de noter que de nouvelles formes de financement participatif émergent aussi, notamment pour des festivals de taille relativement modeste qui jouent sur l’enracinement très local et sur des propositions de niche, se démarquant de leurs grands frères.

Des fonds privés nécessaires à la richesse culturelle
Dans ce marché particulier qui répond malgré tout, à travers des filtres pas toujours transparents, aux lois de l’offre et de la demande, le partage du poids financier de la culture est un garant de sa pérennité. A ce titre, il faut s’interroger sérieusement sur les sentences moralisantes qui ciblent de plus en plus l’économie privée et stigmatisent des entreprises (ou des secteurs) au gré de l’air du temps. Bien sûr, il faut s’assurer que les événements culturels ne se transforment pas en panneaux publicitaires ou en opérations marketing – les dérapages sont de toute manière sanctionnés par le public, qui n’adhère pas à ces stratagèmes. Mais la tendance nouvelle est à la suspicion systématique, à la mise à l’index de toute initiative conviviale, à la condamnation des « VIP » comme s’il s’agissait de criminels en bande.

Que voulons-nous ? Une forte décroissance culturelle ? Un tarissement de l’offre et, plus grave encore, des possibilités d’expression de nos artistes ? Ou alors, que les impôts supportent la part que les sponsors auront abandonnée, faute de pouvoir valoriser justement leur apport ? C’est sans doute l’idéologie qui sous-tend certaines des voix qui veulent brider à l’excès les financements privés. Elles vont à l’encontre d’une économie du vrai partage – où les entreprises peuvent contribuer utilement et intelligemment à la prospérité de leur environnement social et culturel.

Photo: Adobe Stock

Le goût pour l’entrepreneuriat ne s’improvise pas

Le volet suisse d’une étude internationale affirme que les intentions de créer une entreprise sont en baisse dans notre pays par rapport à 2017. Ce recul des velléités entrepreneuriales interpelle. Tentative d’explications.

«La Suisse est loin d’être une nation de start-up.» Le constat, cinglant, émane de la Haute école de gestion Fribourg (HEG-FR), qui a réalisé le volet suisse de la dernière édition du Global Entrepreneurship Monitor (GEM), soit la plus grande étude internationale portant sur l’esprit d’entreprise. Selon les chiffres publiés la semaine dernière, les intentions de créer une société (6,9%) sont en baisse en Suisse par rapport à 2017 (10,5%) et même inférieures à la moyenne des autres économies à revenu élevé (17,1%). En outre, seuls 7,4% des Suisses se sont lancés dans des activités entrepreneuriales, un taux de base inférieur à la moyenne des pays comparés (10,4%). Plus de 2400 personnes ont pris part à ce monitorage.

Ces données, avouons-le, constituent une demi-surprise. On sait depuis belle lurette que la peur de l’échec entrepreneurial est culturellement assez développée dans notre pays, alors qu’à l’inverse, les Américains ont une grande confiance en leur propre capacité à créer une société. L’étude met d’ailleurs ce point en exergue: «Les chiffres montrent que les Suisses sont moins confiants quant à leurs capacités à créer une entreprise (taux de perception des capacités de 36,3%), ce qui s’accompagne d’une plus grande crainte de l’échec par rapport à 2017 (39,9%, 2017: 29,5%).»

Prendre des risques… ou pas

Une autre explication réside dans la situation plutôt florissante de notre économie par rapport à celle de la plupart de nos voisins européens. Pourquoi créer sa propre start-up et en assumer les risques alors que de nombreuses sociétés innovantes et bien profilées sur le marché sont en quête de talents? Tout cela ne pousse guère à l’aventure entrepreneuriale. Sans parler du manque de soutiens au lancement d’entreprises ou, disons plutôt, la relative méconnaissance des instruments qui existent.

Cette tendance baissière étonne pourtant dans la mesure où de nombreux experts affirment depuis des années que le fait, pour de jeunes Suisses, de côtoyer toujours plus d’étudiants étrangers et de startuppers sur les campus devrait les pousser à se lancer davantage dans la création d’entreprise. Les faits démontrent – et l’enquête le met aussi en évidence – que le dynamisme est clairement plus élevé du côté de l’arc lémanique et de Zurich que dans d’autres régions du pays. L’émulation suscitée par les Hautes écoles n’y est évidemment pas étrangère.

Surtout, la HEF-FR observe une désaffection très marquée de la part de la jeune génération pour l’entrepreneuriat. Ainsi, en comparaison avec les autres économies à revenu élevé, seuls 2,2% des jeunes Suisses âgés de 18 à 24 ans participent actuellement à la création d’une entreprise ou dirigent une start-up. Il s’agit du taux le plus bas de tous les pays, nettement inférieur à la moyenne (9,5 %). La Suisse occupe ainsi le 30e rang des 32 pays à revenu élevé… Pour les 35 à 54 ans, il est de 48,9%! Commentaire de Rico Baldegger, directeur de la Haute école fribourgeoise: «J’en conclus que notre offre de soutien, qui concerne non seulement mais tout particulièrement les universités, s’adresse en réalité au mauvais groupe d’âge. L’image du jeune entrepreneur de génie – le mythe de Mozart – est trompeuse.»

Capital-risque en hausse

Un point positif, toutefois: le Swiss Venture Capital Report a révélé au début de cette année que les start-up suisses technologiques avaient reçu, en 2018, 1,24 milliard de francs en capital-risque. On se s’improvise certes pas entrepreneur, mais nul doute que ces tendances sur le front de l’investissement, ainsi que la vitalité de l’écosystème innovatif vaudois, devraient contribuer à susciter de nouvelles vocations.

Photo: AdobeStock

La science, ce puits d’emplois et de valeur ajoutée

La récente Conférence mondiale des journalistes scientifiques, qui s’est déroulée à Lausanne, l’a confirmé: notre région s’installe toujours davantage sur la carte internationale de la recherche.

Exposé au sous-sol du Swiss Tech Convention Center, il ressemblait de loin au croisement entre un alambic et un amplificateur à lampes: l’ordinateur quantique prototype issu des laboratoires d’IBM est pourtant un porte-drapeau de la science avancée. Dans les entrailles du grand bâtiment biseauté de l’EPFL, cette merveille de technologie a été vue par près de 1200 spécialistes venus du monde entier, réunis début juillet à l’enseigne de la 11e Conférence mondiale des journalistes scientifiques (WCSJ), qui s’est tenue à Lausanne. L’espace d’une semaine, le chef-lieu vaudois s’est donc mué en capitale mondiale de la transmission du savoir scientifique.

Un honneur qui ne doit rien au hasard. Il consacre une réalité en développement constant: notre région cherche à s’inscrire sur la carte mondiale de ces lieux où le pouls de la recherche s’accélère. La présence d’un événement tel que le WCSJ est un marqueur dans cette progression. Biotechnologies, medtech, sciences de la vie, mais aussi recherche sur le cerveau humain, connectique, technologies de l’information, blockchain, intelligence artificielle, énergie, climat, sciences de la Terre, sciences humaines, les domaines d’excellence sont multiples. Ils attirent des étudiants d’horizons vastes, qui propagent ensuite loin l’image d’une région, d’une Suisse créatrice de valeur ajoutée, ouverte sur l’avenir, riche en potentiels, terreau d’expertise et de savoir-faire.

Des résultats tangibles

Car cette science est adossée à des mécanismes de transfert de technologies et d’incubation d’entreprises qui, déjà, ont donné des résultats passionnants et tangibles. En 2018, les investissements dans les start-up vaudoises ont dépassé les 267 millions de francs. Et derrière les locomotives qu’ont été Sophia Genetics ou ADC Therapeutics, qui ont levé des sommes considérables pour financer leur croissance initiale, une foule d’autres sociétés ont émergé et émergent encore. Elles montrent à quel point il est important d’avoir une politique favorisant, d’une part, la recherche et l’excellence académique et, d’autre part, le venture capital et l’esprit d’entreprise. L’un et l’autre sont comme le yin et le yang d’un cercle vertueux, susceptible de créer des vocations et des emplois qui, eux-mêmes, généreront d’autres richesses et d’autres emplois, pour le plus grand bénéfice de l’ensemble de la société.

Mais comme toute chose vivante, cet essor est fragile si l’on ne s’en occupe pas avec la plus forte intensité. Il faut que tout l’écosystème fasse l’objet de la plus grande attention, pour que les efforts consentis hier continuent de porter les fruits de demain. A cet égard, le soin apporté aux conditions-cadres, qui permettent à des grandes entreprises multinationales, leaders dans leur domaine, de prospérer depuis nos terres est l’une de ces conditions. Leur effet d’entraînement est important, pour les PME qui innovent ici comme pour les start-up. C’est dans ce maillage fin entre science de pointe et économie que réside l’avenir de notre prospérité.

Photo: AdobeStock

L’entreprise de demain sera flexible et modulable

La digitalisation et la préservation de l’environnement sont deux thèmes primordiaux pour l’avenir de la planète et de l’économie. Ils poussent les chefs d’entreprise à l’agilité et à l’inventivité. Dans ce contexte, les maîtres-mots ont pour nom flexibilité et modularité.

Jusqu’à un passé encore récent, les entrepreneurs faisaient construire des usines et des bureaux dans une perspective de long terme. Le monde d’aujourd’hui, qui change à la vitesse Grand V, les contraint à s’adapter en permanence et à remettre en question les certitudes acquises jusqu’alors. L’exemple le plus visible de cette formidable accélération est matérialisé par l’avènement du e-commerce. Notre manière d’effectuer les courses en a été bouleversée. Cette évolution concurrencera frontalement le commerce classique, et le poussera à se réinventer.

Une autre tendance, pour le moins étonnante, se fait pourtant jour: des mastodontes du e-commerce commencent à ouvrir des points de vente physiques, comme Amazon Go, qui propose des magasins sans caisse. Lorsque l’on sait que les géants du Web réalisent leurs principales économies grâce à l’absence de loyers et à des coûts logistiques réduits, on peut s’interroger sur ce revirement.

La première explication réside dans la nécessité de maintenir une véritable expérience client, notamment dans l’industrie du textile où les acheteurs veulent pouvoir essayer des vêtements avant de les acquérir. C’est la raison pour laquelle de nombreuses marques online ouvrent des boutiques éphémères. Ces magasins facilitent avant tout les retours d’articles et accélèrent la livraison. Enfin, la proximité ainsi recréée permet d’alimenter les bases de données clients avec de nouvelles data, le Graal de l’ère numérique.

L’e-commerce, cependant, ne fait pas vivre le secteur de la vente et de la distribution en Suisse, comme nous l’a confié récemment un grand distributeur. Il s’agit d’un passage obligé. Chez nous, le commerce en ligne concerne certes toute la population, mais dans une mesure encore modeste: il pèse 10% des ventes de détail et 16% des ventes non-food.

Du côté de l’industrie, la problématique est différente selon que l’on considère les secteurs de la production et de l’administration. Dans ce premier domaine, on constate que l’automatisation progresse rapidement. Cette tendance risque de faire disparaître des emplois, pour l’essentiel non qualifiés, mais les besoins en espace demeurent, car les machines nécessitent de la place.

Les robots industriels classiques sont rapides et puissants: pour protéger l’humain, ils sont placés dans des enclos, ce qui empêche la collaboration homme-robot. La robotisation totale n’est cependant pas toujours possible: certaines tâches ou lots sont trop complexes ou trop coûteux pour être rentables. D’où l’émergence de robots collaboratifs, capables d’interagir physiquement avec un humain dans un espace partagé. Il s’agit d’utiliser l’homme et la machine pour leurs compétences propres, et de déléguer ce qui est pénible à cette dernière.

L’essor du smartworking

Et qu’en est-il des services? S’agissant des métiers liés directement au bureau traditionnel, le tsunami digital pousse au semi-nomadisme, voire au nomadisme. S’il est difficilement imaginable pour une petite PME, le télétravail se conçoit aisément pour de plus grandes structures. Les attentes des employés sont nombreuses, liées à la mobilité, la durabilité, à la problématique des garderies, etc. Dans ce foisonnement de changements spatiaux, le smartworking prend aussi tout son sens. Derrière ce concept se cache une philosophie de gouvernance «éclairée» basée sur la confiance mettant en valeur l’autonomie, la responsabilisation des collaborateurs et le travail créatif en équipe. Pour les favoriser, le cadre spatial de l’entreprise est redéfini et optimisé.

Mais ce n’est pas tout! Ce séisme numérique laisse entrevoir d’autres évolutions. Nombre d’experts estiment qu’à l’avenir, une bonne partie des employés travailleront en freelance. L’avènement d’outils informatiques toujours plus performants, l’arrivée de la 5G, le boom des métiers liés au numérique, sans oublier la baisse des coûts liés aux déplacements, expliquent ce mouvement de fond.

L’une des pistes actuelles pour absorber ce nomadisme se nomme coworking. Un certain nombre de professions, comme l’architecture, le design, le développement informatique, la consultance technologique ou d’autres demandent un nouveau cadre de travail qui permette de rencontrer, de collaborer, d’échanger et d’apprendre des autres. Les espaces de coworking, qui se multiplient, permettent d’allier ces objectifs à un cadre de travail sérieux et dynamique.

Ce sont là des questions passionnantes et pleines d’enjeux pour l’économie et les humains dans les années à venir. Dans ces circonstances, rappelons-le, la flexibilité et la modularité resteront des axes incontournables.

Crédit photo: CVCI/Zuzanna Adamczewska-Bolle

Une taxe qui pollue les enjeux environnementaux

Le canton de Vaud veut renforcer sa stratégie énergétique pour lutter contre le réchauffement climatique. A priori louable, cette politique se ferait une fois de plus sur le dos des entreprises, qui ont déjà beaucoup contribué et donné. Référendum en vue?

Réduire la consommation d’énergie par habitant de près de 60% et couvrir 50% des besoins énergétiques du canton de Vaud par des ressources renouvelables à l’horizon de 2050: la nouvelle version de la Conception cantonale de l’énergie, rendue publique lundi par le Conseil d’Etat, se veut ambitieuse. Lyrique, l’Etat entend ainsi «renforcer son soutien au virage énergétique et à la lutte contre le réchauffement climatique, tout en assurant prospérité et qualité de vie à la population vaudoise». Vaste programme aux relents vaguement électoralistes.

Pour financer sa politique, le canton aurait pu puiser dans les substantiels revenus que lui rapporte sa lourde fiscalité. Il n’en est rien! Il a opté pour le triplement de la taxe sur l’électricité en la faisant passer de 0,18 ct/kWh à 0,6 ct/kWh dès 2020, avec une progression possible, en cas de besoin, jusqu’à maximum 1 ct/kWh. Étrange cible lorsque l’on sait que la production électrique, majoritairement renouvelable, génère peu ou pas de CO2. Le coût estimé atteint, pour une PME, entre 1000 et 2000 francs par an, et entre 9600 et 18’800 francs pour les grands consommateurs. Le but consiste à renflouer le Fonds cantonal sur l’énergie. Cette augmentation toucherait une fois de plus les entreprises, toujours bonnes à être ponctionnées, et menacerait encore un peu plus leur compétitivité. Le comble, comme l’a relevé «24 heures», c’est que «la quasi-totalité des salaires à la Direction de l’énergie sont financés par un prélèvement sur le Fonds pour l’énergie qui n’a pas cette vocation et qui s’épuise inexorablement», a fait remarquer la Commission de gestion du Grand Conseil… La question du référendum va probablement se poser.

Mais passons! Personne, hormis quelques «climatosceptiques» anachroniques, ne conteste l’ampleur des défis environnementaux que notre planète doit affronter. L’économie, par son activité, génère son lot de CO2 dans l’atmosphère. Mais ce serait faire un bien injuste procès aux entreprises que de nier les efforts qu’elles consentent pour réduire leur empreinte carbone. Pointées du doigt pour leurs rejets divers dans la nature, elles sont conscientes de leur responsabilité face à l’environnement. Les industries ont déjà commencé à s’en préoccuper il y a longtemps en atteignant leurs objectifs. Et elles continuent de cibler les potentiels d’amélioration dans ce domaine. Même si leur consommation et leurs frais sont moindres, les PME travaillent elle aussi sans relâche pour améliorer leur efficacité énergétique.

Des projets enthousiasmants naissent

Depuis 2001, sous l’égide de l’Agence de l’énergie pour l’économie, près de 4000 entreprises ont évité l’émission de 2,3 millions de tonnes de CO2 par année. Selon les chiffres de l’Office fédéral de l’environnement, par ailleurs, les émissions de gaz à effet de serre par franc de PIB ont diminué de 39% pendant la période allant de 1990 à 2016, et cela malgré l’augmentation de l’activité économique. La croissance est souhaitable, d’autant plus qu’elle se veut désormais qualitative. Les départements de recherche et de développement des entreprises s’attellent à résoudre un certain nombre de problèmes climatiques. Des projets enthousiasmants naissent dans les PME, dans les start-up, dans les Hautes écoles de Suisse et de notre canton. Il s’agit de mobiliser tous les moyens possibles pour investir dans l’avenir.

Les entreprises, rappelons-le une énième fois, ne sont pas des vaches à lait que l’on peut traire à merci. Dans ce contexte, il est utile de rappeler que l’impôt vaudois sur la fortune est, en comparaison intercantonale, l’un des plus élevés de Suisse. Au-delà de son impact individuel, cet impôt frappe directement les entrepreneurs propriétaires de leur entreprise – donc de leur outil de travail – puisque la valeur des sociétés est légalement inscrite dans le calcul de l’impôt sur la fortune. Cette imposition lourde ne favorise guère les investissements.

Faire de l’écologie à tout prix est dans l’air du temps. Mais il serait judicieux de souffler dans le bon sens.

Photo: AdobeStock

Le sport, l’un des moteurs de l’innovation vaudoise

L’inauguration du nouveau siège du Comité international olympique (CIO) confirme la place enviable qu’occupe le sport mondial dans le canton de Vaud. Les nombreuses fédérations qui y sont établies jouent un rôle économique important. Un chemin que prend le prometteur Sport Innovation Hub en créant un bel écosystème.

«Plus vite, plus haut, plus fort»: le CIO n’a pas fait mentir sa devise en inaugurant la Maison olympique, dimanche dernier à Lausanne, à l’occasion de ses 125 ans. Avec cet investissement de 145 millions de francs, l’institution confirme son attachement pour la capitale vaudoise. Thomas Bach, son président, n’y est pas étranger: «Je suis tombé amoureux de Lausanne et des Lausannois depuis que j’ai eu la chance de m’y installer, a-t-il déclaré à la presse. Vous pourriez penser que ce ne sont que des mots, mais ce n’est pas le cas. Le CIO est d’ailleurs passé de la parole aux actes avec ce nouveau siège.»

Au moment où la FIFA, draguée par la France, songe à s’établir à Paris pour des raisons fiscales, le renforcement de la présence olympique sur les bords du Léman constitue un signal fort quant à l’aptitude de notre pays à séduire les plus grandes institutions sportives. Les nombreuses fédérations mondiales établies dans le canton constituent un apport indéniable, tant du point de vue de l’image que des retombées économiques. En 2015, un rapport de l’Académie Internationale des Sciences et Techniques du Sport (AISTS) évaluait à plus d’un milliard de francs leur impact sur l’économie locale.

Le sport ne cesse de gagner en importance dans nos contrées, dans le sillage de l’innovation qui, elle aussi, constitue une marque de fabrique. A côté de ce nombre substantiel de fédérations internationales, le canton peut également compter sur un écosystème en perpétuelle évolution. C’est dans ce cadre qu’il faut comprendre l’émergence du Sport Innovation Hub, une plateforme pour le sport et l’innovation dans la région lancée ce printemps. Ce hub a été créé conjointement par le canton, la Ville de Lausanne, ThinkSport, premier réseau réunissant toute la variété d’expertise et d’excellence dans le secteur du sport, l’École polytechnique fédérale de Lausanne, l’Uni de Lausanne et le réseau universitaire Smart Move. Il bénéficie du soutien d’Eurovision Sport, de Nagra Kudelski, de SwissTiming et de l’UEFA.

Un incubateur pour les start-up

Ce pôle, à en croire les autorités cantonales, a pour vocation d’être un incubateur et un accélérateur pour les start-up. Il fonctionnera par ailleurs comme une cellule de réflexion pour le sport et la communauté de l’innovation. Dans la foulée de ce lancement a eu lieu, jeudi dernier, le tout premier UEFA Start-Up Challenge, qui mettait aux prises sept jeunes pousses au siège de l’UEFA, à Nyon. Sélectionnés à l’issue d’un processus minutieux en février, les entrepreneurs avaient trois mois pour proposer des concepts répondant aux besoins actuels de l’UEFA. Chaque start-up a présenté ses concepts novateurs durant dix minutes, avant de répondre aux questions du public composé d’experts d’autres fédérations sportives internationales, du CIO, d’universités et de représentants des autorités publiques.

Directrice de ThinkSport, Anna Hellman a déclaré à l’occasion de cette journée qu’il était «important d’établir des collaborations intersectorielles au sein de notre écosystème unique et de conduire ainsi le progrès dans le sport. Des projets comme l’UEFA Start-Up Challenge illustrent comment ce projet peut se traduire dans la réalité.»

Le sport, on le voit, se profile en véritable moteur de l’innovation vaudoise. Avec un tel écosystème, la balle est désormais dans le camp des investisseurs.

Photo: AdobeStock

Congé paternité: et si l’on parlait de flexibilité?

Faut-il introduire un congé paternité dans la législation suisse? Dans l’air du temps, cette question a été empoignée le 20 juin par le Conseil des Etats lors d’un débat sur l’initiative en faveur d’un congé d’une durée de quatre semaines, proposé par les syndicats, et financé par les allocations pour perte de gain (APG) de manière paritaire, soit 0,06% du salaire. La Chambre haute s’est également exprimée sur un contre-projet indirect portant sur deux semaines à prendre durant les six mois suivant la naissance de l’enfant. C’est cette seconde option qui l’a emporté. 

L’idée d’un congé paternité, c’est une évidence, ne saurait être contestée dans son esprit. La société a évolué ces dernières années et aujourd’hui, nombre de pères de famille se sentent davantage concernés par la parentalité. C’est pourquoi la Chambre vaudoise du commerce et de l’industrie (CVCI) se montre favorable au contre-projet. Ce compromis nous paraît raisonnable et, surtout, supportable financièrement pour les entreprises. Cela dit, ce nouveau prélèvement sur les salaires doit nous faire réfléchir sur les limites d’un tel système: au vu des réformes sociales en vue (AVS, prévoyance professionnelle), il arrivera un moment où nous ne pourrons plus tout financer. Il s’agira alors d’établir des priorités.

Les entreprises ne sont pas restées les bras ballants ces dernières années face à la revendication d’un congé octroyé aux pères de famille. Car c’est déjà une réalité dans un certain nombre de sociétés qui aménagent, lorsque cela est possible, des politiques familiales arrangeantes. Cela dit, le choix d’un tel congé devrait à nos yeux être laissé aux patrons, car toutes les organisations ne disposent pas des effectifs suffisants permettant des remplacements aisés entre collègues, en particulier au sein des petites PME.

Cette réalité a été confirmée par l’enquête conjoncturelle d’automne 2017, dans laquelle la CVCI avait sondé ses membres à propos de cette initiative. Si une très légère majorité des répondants (51%) se montrait favorable à un tel système, les avis étaient toutefois très partagés, puisqu’une majorité des industriels (56%) rejetait cette option. Seuls 22% des sondés accordent en fin de compte un congé paternité, pour une durée moyenne de 6,3 jours. Des freins importants subsistent toutefois, car 63% des répondants opposés à ce texte invoquaient l’obstacle de la structure de l’entreprise, alors que 49% estimaient que cela impliquerait des coûts trop élevés. Des solutions personnalisées adaptées aux moyens et aux organisations pourraient dans tous les cas être encouragées. La CVCI montre elle-même l’exemple en prônant le temps partiel et le télétravail.

D’autres éléments à considérer

Cela dit, l’implication des deux parents dans l’éducation des enfants relève de bien d’autres éléments qu’un congé paternité de quelques semaines. Pour faire avancer les choses dans ce domaine, il faut agir sur la flexibilité des horaires de travail, disposer d’horaires scolaires harmonisés et, surtout, faciliter l’accès à des structures d’accueil pré- et parascolaires. C’est par le cumul de ces biais qu’un partage des tâches plus équitable au sein des couples pourra être envisagé.

Accorder deux semaines de congé paternité, c’est assurément une bonne chose. Mais il nous paraît tout aussi évident que la flexibilité constitue une réponse adaptée à cette problématique.

Photo: Photo: AdobeStock