Favorisons l’accès des jeunes au marché du travail

La pandémie et la récession qui s’ensuit compliquent l’arrivée des jeunes dans le monde professionnel et pourraient avoir de graves conséquences à long terme. Une étude sensibilise les entreprises à cette problématique. Bon à savoir: le délai pour trouver une place d’apprentissage a été prolongé au 15 novembre.

Les derniers chiffres du Secrétariat d’État à l’économie (SECO) sur la situation du marché du travail donnent la mesure d’un phénomène inquiétant: le chômage des jeunes (de 15 à 24 ans) explose en ces temps de pandémie. Il a ainsi augmenté de 2446 personnes (+13,7%), passant à 20’341 à fin août. Par rapport au même mois de l’année précédente, on dénombre 7199 personnes supplémentaires (+54,8%). La baisse du produit intérieur brut (PIB) due à la pandémie actuelle rend clairement l’accès au monde professionnel plus difficile pour cette catégorie de personnes.

Une récente étude de l’Observatoire suisse de la formation professionnelle a pris la mesure de l’impact de la récession sur l’insertion professionnelle des jeunes en début de carrière. Ces chercheurs ont mis en évidence les mécanismes selon lesquels un départ difficile dans la vie active a un impact négatif à long terme sur le parcours professionnel. Ils en concluent que les employeurs devraient être sensibilisés à cette problématique, et qu’ils devraient embaucher davantage de personnes, même sans expérience professionnelle. Pas toujours évident pour des entreprises encore chahutées par la crise; il faut toutefois garder à l’esprit qu’il peut s’agir d’un investissement pour l’avenir.

Mesures en faveur de l’apprentissage

Se préoccuper des jeunes entrant sur le marché du travail, c’est aussi s’intéresser aux apprentis. A ce propos, signalons que le canton de Vaud a prolongé les délais pour trouver une place d’apprentissage au 15 novembre. L’Etat a en outre décidé, à la demande des associations économiques, au rang desquelles figure la CVCI, de prendre en charge le versement du ½ salaire durant la première année d’apprentissage, de même que pour les apprentis qui ont perdu leur place pour raison économique et qui sont engagés dans de nouvelles entreprises formatrices pour terminer leur formation.

En mai dernier, déjà, j’exhortais les chefs d’entreprise à engager des apprentis à l’heure de la reprise. Même si les perspectives économiques restent floues, le moment est venu de passer à l’acte. L’expérience montre qu’une formation professionnelle solide a une incidence directe sur la santé de l’économie. De nombreuses études l’attestent. Soutenir l’apprentissage, c’est plus que jamais assurer la relève de demain.

Photo: AdobeStock

Claudine Amstein

Claudine Amstein

Claudine Amstein est la directrice de la Chambre vaudoise du commerce et de l’industrie, depuis 2005. Après avoir été juriste et secrétaire générale de la Chambre vaudoise immobilière, elle en reprend la direction en 1993. Elle a été constituante au Grand Conseil vaudois, avant d’en être députée pendant dix ans. Elle est très engagée dans les associations faîtières de l'économie suisse.