Chamby

Pensées d’aujourd’hui…


De la couche de nuages ou de brumes émergent quelques sommets, comment ne pas penser à la période que nous traversons actuellement… dans une couche de brume sociale, nous nous rapprochons et nous éloignons de nos semblables. Nos élus, ici en démocratie, se vouent par moment à la science, par moment à l’économie. Et dans nos ressentis individuels, nos appuis sont bouleversés, cet inconscient collectif se peuple autant d’incertitudes que de douloureuses ou heureuses certitudes…. « J’ai fait le bon choix, je peux vivre avec lui, avec elle, avec moi-même, ou au contraire quelle issue pour la suite, quel chemin continuer, oser revenir sur mes pas, oser prendre une voie perpendiculaire, oser s’inscrire dans une parallèle »…
Pris dans nos pensées, dans nos sentiments, nous donner l’occasion de nous sentir participer à cette brume, à cette couche de brouillard qui laisse quelques sommets émerger. Le paysage rendu invisible par cette nappe blanche continuer à exister.

Faire partie de l’incertitude, des multiples questionnements qui nous renvoient à nos choix, se sentir interdépendant les uns des autres, reconnaître cette autonomie restreinte et pouvoir dans cette ambiance humide de larmes et d’eau reconnaître encore et toujours les prémisses de la vie et de l’évolution.

Il est question d’ambiance, de celle à laquelle nous participons que ce soit par un regard dubitatif, désespéré ou confiant. Cette ambiance que nous allons respirer, intégrer et utiliser comme ferment pour continuer à vivre…

Les conseils, les recettes, les projets pour le retour à l’essentiel nous ramènent à nous-mêmes, à cette opportunité étrange d’oser avec nos proches, tout proches que ce soit de façon virtuelle et dans la présence, nous faire voir tel que nous sommes avec nos projets, nos espoirs et nos souhaits.

Revenons à la brume, laissons-nous envelopper de cette ouate qui protège et intrigue et plaçons dans cette matière de milliards de gouttelettes la même solidarité que celle qui nous étreint devant l’éclosion de la vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *