La politique japonaise chamboulée ?

Jusqu’à récemment, Shinzo Abe, le Premier Ministre japonais, semblait invulnérable. Il domine la politique du pays depuis le début de sa seconde administration en 2012 (la première, en 2007, c’était terminée dans l’ignominie) et ni le scandale occasionnel ni les controverses politiques autour des mesures impopulaires comme l’introduction du droit à l’auto-défense collective n’avaient réussi à endommager sérieusement et durablement son soutien populaire. Il semble cependant que sa bonne fortune l’ait finalement abandonné.

 

Le scandale de trop ?

La première profonde blessure est le dernier scandale en date, concernant la création par un ami du Premier Ministre d’une nouvelle école de vétérinaires. Faisant face à un surplus de pratiquants dans la profession, le gouvernement avait en effet interdit l’ouverture de tout nouveau programme d’enseignement. L’ami de M. Abe avait donc visiblement bénéficié d’appuis en haut lieu pour échapper à ce moratoire et le Premier Ministre lui-même a été pointé du doigt par un ex-bureaucrate.

Le gouvernement a tenté de répondre de sa façon habituelle – « circulez, il n’y a rien à voir » – mais les journaux et les partis d’opposition n’ont pas lâché l’affaire et M. Abe n’a pas réussi à éviter les accusations de favoritisme et de copinage. Le scandale, ainsi que le passage récent d’une loi de prévention anti-terrorisme jugée par beaucoup comme trop draconienne et floue dans les nouveaux pouvoirs qu’elle accorde au gouvernement, ont entraîné une chute dans le soutien au cabinet du Premier Ministre de 10% ou plus dans les derniers sondages.

 

La révolution à Tokyo

Ces problèmes ne sont cependant rien face au plus grand défi auquel M. Abe et son parti, le Parti Libéral-démocrate (PLD), font face, à savoir le mouvement lancé par la gouverneure de Tokyo Yuriko Koike (en photo ci-dessus célébrant la récente victoire électorale de son parti). Celle-ci était en réalité un membre du PLD avant qu’elle ne décide de se porter candidate à la mairie de la capitale sans le consentement de sa section locale. Sa plateforme : mettre fin à l’immobilisme et au manque de transparence de l’administration municipale, combattre le copinage entre politiciens et chefs d’entreprises, ainsi que le manque de transparence dans l’assemblée municipale (dominée par le PLD), et créer un gouvernement plus proche des citoyens.

 

Si ce programme semble familier, c’est qu’il évoque en partie celui des mouvements populistes occidentaux et en partie celui de « la République en marche » d’Emmanuel Macron. Mme Koike promet en effet de balayer une classe politique qu’elle décrit comme ossifiée et égoïste et de se battre pour les citoyens ordinaires, mais est plutôt libérale économiquement et n’adopte pas de rhétorique anti-immigrants, se disant représentante de tous les Tokyoïtes sans distinction. Elle est également, tout comme les figures de proue de ces mouvements, charismatique, capable de sentir dans quel sens va l’opinion publique et très habile dans son utilisation des médias.

A l’opposé des déconvenues récentes des populistes européens, cependant, elle a connu un succès impressionnant après sa victoire dans la course à la mairie, gardant le soutien de la grande majorité des Tokyoïtes grâce à des mesures populaires tels que ses efforts pour réduire les coûts des Jeux Olympiques de 2020, le délai du déplacement du marché au poisson de Tsukiji pour des raisons sanitaires, ou une initiative visant à améliorer l’équilibre entre travail et vie privée des employés de l’administration.

 

Après le triomphe électoral ?

Ces succès ont culminé ce week-end en une éclatante victoire aux élections législatives de la ville. Le nouveau parti politique de Mme Koike, « les habitants de Tokyo d’abord », formé il y a un mois seulement et composé principalement de novices et de transfuges, est devenu le plus le plus grand parti dans l’assemblée métropolitaine. Il a délogé le PLD, qui a perdu plus de la moitié de ses sièges, et formé une alliance avec le Komeito – allié de longue date du PLD au niveau national – offrant à Mme Koike une confortable majorité. Qui plus est, cette majorité se repose sur un taux de participation qui a augmenté de presque dix points par rapport aux dernières élections, en atteignant 51%.

 

Tous s’interrogent maintenant sur les conséquences de ce grand chamboulement pour la politique nationale. Dans l’immédiat, ces conséquences seront probablement négligeables. La défaite cinglante du PLD suscite bien entendu beaucoup d’introspection et de récriminations mutuelles au sein du parti, mais le cabinet de M. Abe ne changera probablement pas son agenda pour si peu. C’est cependant un nouveau cou dur pour lui, surtout que le scandale mentionné plus haut est l’objet d’une attention renouvelée maintenant que son parti montre des signes de faiblesse. A plus long terme, l’émergence d’une nouvelle force politique à Tokyo aura un impact non négligeable.

Mme Koike a probablement des ambitions nationales pour son nouveau parti, même si elle se concentrera elle-même sur l’administration de Tokyo au moins jusqu’à la tenue des Jeux Olympiques. Malgré ce répit temporaire, les calculs des autres partis sont devenus plus compliqués. Tokyo est désormais comme Osaka, la seconde plus grande ville du Japon, entre les mains d’un mouvement local, ce qui diminue considérablement les chances de ces partis d’obtenir des sièges au Parlement nationale comme aux assemblées locales dans les deux régions les plus peuplées du pays. Il est trop tôt pour prédire à quel point la carte électorale sera transformée lors des prochaines élections nationales (avant la fin de l’année prochaine), mais une chose est sûre : le pouvoir du gouvernement central, traditionnellement très fort dans l’archipel, se retrouve diminué au profit des autorités régionales.

Antoine Roth

Antoine Roth

Antoine Roth suit des études doctorales à l’Université de Tokyo, Japon. Il a auparavant obtenu un Bachelor en Relations Internationales à l’Université de Genève ainsi qu'un Master en Etudes Asiatiques à l’Université George Washington, et effectué un stage de six mois à l'Ambassade de Suisse au Japon. Il se passionne pour les questions sociales et politiques qui touchent le Japon et l’Asie de l’Est en général.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *