Mon profond mépris à l’égard des manifestants de Morges

Meurtre. Assassinat. Bâtards. Crime. Prison. Tous ces mots sont parus dans la presse ou les discours de figures de gauche dans les heures qui ont suivi les événements survenus en gare de Morges ce lundi 31 août. Alors que le sang était encore visible sur le quai 4, Le Matin relançait déjà le débat sur les bavures policières, alors que la RTS titrait sur l’homme mort sous les balles de la police – le ton était donné.

J’ai coutume de respecter toutes les opinions et, a fortiori, toutes les personnes qui en expriment – c’est l’un des acquis de mes valeurs chrétiennes. J’ai ainsi l’habitude de différencier les personnes de leurs dires et de leurs actes. Aujourd’hui, je parle avec les sentiments le plus profonds que m’inspirent les comportements abjects de celles et ceux qui ont sauté sur ce terrible événement pour justifier leur idéologie antipolicière voire abolitionniste.

Aujourd’hui, j’exprime un profond mépris à l’égard des manifestants de Morges, avides de visibilité, dénués de décence.

Je méprise la conseillère communale verte Mathilde Marendaz lorsqu’elle ose prétendre, avant de se rendre à la manifestation, que la police assassine des personnes noires et alimente le racisme structurel. Je la méprise lorsqu’elle parle de police colonialiste et raciste et demande son abolition.

Je méprise la juriste chez Unia et ancienne conseillère communale socialiste (que je ne nomme pas en l’absence de fonction politique actuelle) lorsqu’elle accuse la police de meurtre et de biais racistes, avant de traiter tous les agents de police de bâtards (ACAB) – cela quelques heures à peine après les faits.

Je méprise les personnalité publiques – politiques et médiatiques – lorsqu’elles exploitent les drames qui ont eu lieu aux Etats-Unis et le désespoir des familles d’autres agresseurs décédés, notamment à Bex, pour justifier leurs actions politiques. Les personnes qui se nourrissent de sang pour rassasier un appétit dogmatique.

Comprenez-moi bien : je respecte ces personnes en tant que telles. Je respecte leurs idées en tant que croyances, opinions. Je ne respecte cependant pas l’action qu’elles mènent depuis quelques jours, la personne qu’elles sont depuis ce lundi soir.

Et maintenant, qu’en est-il ? Maintenant, prenons un peu de hauteur : attendons les résultats de l’enquête et respectons la douleur des personnes concernées. Les éléments accessibles au public et les témoignages vont dans le sens d’un cas d’école de légitime défense. Que se serait-il passé sans intervention policière ? Les récents événements de Nouvelle Zélande nous offrent une hypothèse. Qu’en est-il du temps d’attente ? Je propose aux manifestants de nous raconter l’état dans lequel ils étaient la dernière fois qu’ils ont été obligés d’ôter la vie d’un individu qui leur sautait dessus, armé d’un couteau de 26 cm. Peut-être pourront-ils nous éclairer. A défaut, encore une fois, attendons les résultats de l’enquête.

Derrière le débat idéologique, il y a des humains. Mes prières vont ainsi aux proches de l’agresseur décédé. Elles vont d’autant plus aux agents et à leurs proches ainsi qu’aux tiers impliqués. Tout le reste est vil, bas, abjecte.

 

Yohan Ziehli

Né à Lausanne en 1993, Yohan Ziehli a grandi entre les vignes de Lavaux et de la Riviera. Amateur de produits du terroir, lecteur compulsif et pianiste à ses heures perdues, il travaille pour le groupe de son parti au parlement fédéral en tant que juriste, spécialisé dans les questions de politique extérieure, institutionnelle et démographique. Il est conseiller communal et vice-président de l’UDC Vaud.

66 réponses à “Mon profond mépris à l’égard des manifestants de Morges

  1. Vos mots sont trop forts et transforment le soutien à la police en un combat politique.

    Mais je soutiens les policiers de Morges.

    La vidéo du Blick (bien sûr, pas diffusée par la chaîne publique en Suisse romande) montre la réalité.
    Vous devriez la diffuser, encore et encore.

    https://www.blick.ch/fr/news/suisse/une-video-exclusive-le-montre-lhomme-abattu-par-la-police-a-morges-se-ruait-sur-les-agents-id16796148.html

    Je n’en reviens pas du parti pris du journaliste de forum lors de “l’interrogatoire” du procureur général. C’est incroyable que le Conseil suisse de la presse n’est pas saisie. Je n’ai jamais de ma longue vie entendu des questions aussi orientées, utilisant la peine du procureur général pour la perte d’une vie, pour jeter le discrédit sur le travail de la police. Je suis outré par la TSR !

    #bluelivematters !

    1. Pas toujours d’accord avec Monsieur Ziehli (! ) mais il a complètement raison de défendre la police des bobos de gauche surtout que l’instruction n’a pas encore été close!
      La gauche affaiblit la société, elle la paupérise, elle se pose en défenseure de l’opprimé sans discernement, comme pour ce qui est de la défence de la nature. Le manque de discernement et d’intelligence au sens le plus large de ce terme met la gauche, Vert, socialiste et autres dans une position incompréhensible pour le citoyen. Elle va à l’encontre des valeurs de notre société, celle construite par nos anciens, qui ont défendu de vraies valeurs. Merci Monsieur Ziehli !

      1. Pour info, les bobo de gauche se sont cassés des centres des grandes villes suisses, fuyant l’insécurité. Qui sort encore le soir, seul, à Bâle, Genève, Lausanne ou Zurich?

        Vous vous rappelez la lausannoise qui promouvait une application pour signaler l’insécurité à Lausanne? Vous êtes surpris qu’elle ne donne pas les résultats de son application ? 🤫😴😴

        Eyes up, mon oeil…

        https://www.popupmag.ch/2019/05/11/sorcieres-1-eyes-up/

        En 2021, le problème n’est plus les bobos de gauche (qui se lèvent à 0800 selon le co-président du PS), mais des groupes révolutionnaires qui veulent allumer la guerre civile en racisant les conflits. D’ailleurs, si vous lisez les manifestes des groupuscules qui appellent à la révolte contre la police, ils reprochent à la presse de parler de jeune zurichois, et non pas -comme ils le souhaiteraient – de jeune métisse.

        Il faut renforcer les centres de compétence anti-extrémistes des polices cantonales. Le travail a été fait (un peu) contre les extrémistes de droite (années 1990), puis les hooligans (années 2000), mais il y a une complaisance mortifère en faveur de l’extrémisme de gauche et anarchiste. Parce qu’ils sont les enfants de ceux au pouvoir…

        Nous sommes en train de voir éclore les graines de la violence, issues du clientélisme, du népotisme et de la compromission idéologique. Pourtant il y a un message simple: la violence n’est pas une opinion, c’est un délit. Que tu casses une synagogue, une mosquée, une église, un tribunal… ou même une banque, ta place est en prison. Et si tu utilises des moyens terroristes pour assurer tes objectifs, ta place est en prison pour longtemps.

  2. J’ajoute.

    Qui a fait son école de recrues en Suisse, sait qu’à moins de 7 mètres, un homme avec un couteau à une supériorité sur le défenseur avec un pistolet. Sur la vidéo du Blick, on voit très clairement que les policiers étaient attaqués et qu’ils risquaient leur intégrité physique/vie.

    On voit en outre qu’ils avaient une position purement défensive.

    Dommage qu’on a pas les cris des policiers, mais le tir de semonce est clair, et l’homme a continué à se ruer sur eux.

    Pensées à tous.
    Les deux policiers vont porter le poids d’avoir effectué leur devoir jusqu’au sacrifice ultime (prendre une vie) toute leur vie.

    J’aimerais savoir si les policiers n’ont pas été entravés pour porter secours à l’homme pendant ces fameux 4 minutes, car des badauds et autres se montraient menaçants à leurs égards.

    #bluelivematters !

    1. Votre #hashtag est ridicule y compris pour un pays comme les USA ou la profession de policier ne fait même pas partie des 20 professions les plus dangereuses… dans ce pays vous avez 10x plus de chance de mourir au travail en étant bûcheron que policier. Elle montre simplement que votre jugement est totalement biaisé et à ranger dans la même catégorie que celle de vos opposants de l’ultra gauche.

      1. C’est pas exclusif.

        #jesoutienslesBûcherons
        #jesoutienslesEboueurs
        #jesoutienslesPaysans

        et je n’ai jamais dit que mon soutien n’était qu’objectif, 🦸🦸‍♀️🦸‍♂️👮‍♂️👮👮‍♀️😍

        #bluelivesmatter

  3. Selon le film, de loin, l’on voyait l’assaillant courir vers les policiers pour les attaquer. Les policiers lui ont tiré dessus en lui donnant encore une chance de survivre. La gauche est dans sa mission de base pour désorganiser la société et l’affaiblir, c’est à la droite de s’unir pour les ramener à 20 ou 25% toutes tendances comprises aux prochaines élections.

  4. pire encore:

    https://www.20min.ch/fr/story/personne-ne-veut-quitter-son-pays-on-senfuit-pour-nos-vie-498988472087

    Ils ne combattent pas pour leur pays, ne manifestent pas là-bas, mais osent bafouer les règles sur l’hospitalité en manifestant ici…

    On les croira le jour où ils ne laisseront pas femmes et enfants là-bas !

    et vous avez vu le Marocain de 135 ans, qui se fait passer pour un Afghan de 17 ans ? Et qui passe à la télé ! 🙀🤦‍♂️🤦‍♂️🤦‍♂️

    https://www.dailymotion.com/video/x83uh97

  5. La presse est prête à exacerber cette idéologie antipolicière par des articles qui, dans de tels événements, se contentent de poser des questions suggérant déjà la réponse. C’est le travail du journaliste d’enquêter, révéler, donner des avis, mais dans le cas de Morges et d’autres, à différents niveaux de gravité, il est à relever que ces acteurs de l’information sont à peine présents quand suffisamment d’éléments permettent d’éclairer et comprendre une situation. Après les conjectures orientées dans le sens de dénoncer, salir, dénigrer en posant de multiples points d’interrogation, ceux-ci ne se manifestent plus au moment des faits établis pour se faire une opinion objective : cela ne les motive plus. Nous aurons par la suite un bref compte rendu, sans plus, et c’est ainsi que cette catégorie de journalistes mène ses lecteurs tout en se prévalant d’être crédibles.

    Il faudrait se poser cette question : la qualité d’analyser et transmettre l’information, avec honnêteté, est une qualité qui se manifeste plus parmi des auteurs de blogs que chez les professionnels de la presse. Que peut-on en conclure ? N’y a-t-il plus assez de lecteurs recherchant une vraie qualité ? Ou peut-être les personnes exigeantes vont-elles voir ailleurs ? Les moyens de communication sont aujourd’hui extraordinaires pour transmettre les contenus les plus riches et essentiels, comme les plus pauvres. J’ai délaissé les journaux pour aller me nourrir dans la jungle d’internet, à la recherche de sources sérieuses. C’est tout à fait possible pour un retraité comme moi qui ne dispose pas d’un temps limité au retour de son travail pour s’informer, comprendre, échanger des avis entre amis ou ici. Ces journaux sont devenus des pizzas livrées dans l’ordinateur ou le smartphone, on s’y habitue pour être moins déçu ?..

  6. Je ne partage absolument pas les points de vue extrémistes exprimés contre la police, mais la question se pose de savoir si ces deux agents auraient pu neutraliser l’agresseur sans le tuer en lui tirant dessus à bout portant. Les policiers ne sont-ils pas censés être bien entraînés, aux situations de stress, aux arts martiaux ainsi qu’à l’autodéfense, et que là ils étaient deux de surcroît? Peut-être était-il aussi possible de tirer plutôt dans les jambes pour immobiliser l’assaillant, ou de le neutraliser avec un spray ou un taser (si toutefois les agents en sont équipés)? C’est clair que c’est absolument effrayant une telle attaque avec un grand couteau sur un quai de gare, au lieu de la police ce type aurait pu s’en prendre à n’importe qui d’autre avec des conséquences potentiellement mortelles. Comment cela a-t-il pu arriver, alors que tout est d’habitude si calme dans ce pays? La vérité est sans doute que l’agent a eu très peur et qu’il a tiré sans réfléchir, car tout s’est passé très vite. Il ne faut donc pas porter de jugements hâtifs sans savoir de quoi il retourne exactement, en laissant l’enquête et la justice faire leur travail. Manifester pour accabler d’emblée la police est très inapproprié, car la responsabilité incombe avant tout à un agresseur qui avait visiblement la volonté de blesser ou de tuer, ce qui est très grave. Le mépris ne me semble pas non plus adéquat en ce sens qu’il exacerbe les animosités, alors qu’il faudrait au contraire calmer les esprits.

    1. Je crois que tu mélanges Chuck Norris et la vraie vie.

      Nul n’exigera jamais d’un policier de tenter de désarmer au péril de son intégrité ou de sa vie un agresseur armé d’un couteau et décidé à l’utiliser.

      Dans ta petite vie confortable, tu imagines ce qu’aurait fait Chuck Norris dans un de ses films. Dans la vraie vie, regarde la vidéo du Blick, ils ont fait tout ce qui était possible.

      Oui, certains décident de tenter de désarmer un assaillant avec un couteau; la plupart finissent blessés ou morts; ou pire encore sur les pancartes des mêmes manifestants pour usage illégitime de la force. Avec des vidéos coupés au montage.

      Il y a un seul message à faire passer: quand un policier te crie d’obtemoérer, tu te soumets.

      Foncer sur un policier avec un couteau, c’est comme foncer à pied sur l’autoroute. Il n’y a qu’une issue… malheureusement.

      #bluelivematters

      1. @Vic
        Tu crois donc que je connais pas la “vraie vie”?
        Quand je devais moi-même convoyer beaucoup d’argent en tant que postier et que des collègues se faisaient attaquer en se faisant tirer dessus, je m’étais plaint que c’était vraiment dangereux et pas du tout notre rôle, ce à quoi il me fut répondu que “ça faisait partie des risques du métier”.
        Alors par rapport à ça, un policier n’est-il pas censé être lui-même un vrai professionnel de l’ordre public, apte à faire face aux situations les plus difficiles (et là ils étaient deux)?
        À t’écouter, il suffit donc de simplement tirer pour tuer afin de résoudre une situation périlleuse? Pourquoi donc requérir une formation exigeante et coûteuse pour la police, alors que ce serait sans doute plus simple dans ce cas de faire appel à des shérifs, des mercenaires ou des milices privées?
        Si le gabarit d’un Chuck Norris n’est pas à la portée de tout le monde, les méthodes expéditives du Far-West ne devraient pas non plus être satisfaisantes pour des hommes responsables et civilisés (ou qui se prétendent tels). L’usage de la force létale dans une gare n’est absolument pas anodin, ce qui s’est passé est très grave, un voyageur aurait tout à fait pu être blessé ou tué par une balle perdue tirée par la police.
        C’est aussi absolument inacceptable d’évoquer la soit disant “petite vie confortable” des citoyen(ne)s de ce pays pour faire taire les critiques. Et également très hypocrite de légitimer ce genre de situation en concluant qu’il n’y a qu’une issue… “malheureusement”, car tes propos démontrent à l’évidence que tu penses exactement le contraire.

        1. Manifestement, tu as un problème entre le moi et l’autre.

          Tu as beaucoup de considération pour toi. Et si tu n’obtiens pas ce que tu exiges, tu es alors sans pitié pour les autres. C’est généralement l’apanage des gens à la petite vie confortable. 🥰

          Les policiers de Morges ne se sont pas comportés comme des cow-boys! Ils ont tout fait pour la désescalade, et on voit clairement sur la vidéo qu’ils reculaient.

          Ce que tu ne comprends pas, c’est qu’il existe une zone mortelle pour les policiers. A moins de 7 mètres, lors d’un agresseur qui se déplace rapidement avec un couteau, ce sont les policiers qui sont en infériorité. Avec la munition (perforante) et les règles d’engagement, à moins de 7 mètres, les policiers ne peuvent pas stopper un agresseur sans risquer leur vie. Le seul moyen est:
          1. Reculer pour conserver une distance de sécurité (et tirer dans les parties molles);
          2. Le corps à corps (généralement le policier meurt ou est gravement blessé face à un agresseur déterminé);
          3. Viser la tête.

          Là, ils ont constamment choisi l’option défensive. Et leur mission de service publique, leur interdit de partir à la course et de laisser le quai à un homme armé d’un couteau.

          Et oui, malheureusement, car les policiers vont devoir vivre avec le fait d’avoir accompli leur devoir jusqu’au sacrifice ultime (prendre une vie). Ils vont vivre avec cette journée en tête jusqu’à la fin de leur vie. Malheureusement.

          Sur ces 30 secondes, les policiers avaient le choix: accomplir leur devoir ou mettre leur vie en danger en excédant tout ce que la société peut attendre d’eux et se lancer dans un corps à corps. Personne ne peut leur jeter la pierre d’avoir choisi d’accomplir leur devoir plutôt que de mourir en héros.

          #bluelivematters

    2. Bonjour Monsieur, la vidéo du Blick ne démontre-t-elle suffisamment pas l'(in)efficacité du tir dans les jambes ? L’aspect du bout portant résulte précisément du fait que l’agresseur, malgré 2 précédents tirs, court vers le policier et se retrouve à très courte distance de lui, malgré qu’il recule rapidement. Pas d’un choix délibéré des intervenants, donc. La police suisse n’est pas équipée de tasers (hormis quelques unités spéciales), dans la mesure où l’on leur refuse ce moyen pour satisfaire ces mêmes gauchistes qui criaient alors au scandale (le taser peut tuer…)
      Il ne reste plus que la self-défense à mains nues… Contre un couteau ? Sérieusement ?

      1. Bonjour
        Et d’abord merci pour votre commentaire.
        L’issue dramatique nous interpelle (probablement?) tous.
        Et si la lame du couteau avait tranché la carotide de l’agent ?
        Je me demande ce que nos « amis » de gauche auraient trouvé comme explication(s)…
        Le problème est-il vraiment sur le quai de la gare de Morgen ? Ou dans notre mode de vie où tout est – à priori – justifiable ?
        J’aimerais encore poser une question à celles et ceux qui crient au scandale : et si le policier qui est sous la menace de cette arme blanche était ton chéri/mari, ou ton frère ou ton fils ?

        1. Votre dernière phrase est EXCELLENTE !!!

          Il est plus facile de clouer au pilori un policier faisant son travail sans réfléchir aux conséquences si la personne tuée avait menacé une ou des personnes sur les quais 2 et 3 puisqu’ils se font face.

    3. @Monsieur Mojon
      Oui oui bien sûr les arts martiaux… vous oubliez un petit détail, c’est que si l’agresseur s’y connait également un minimum en arts martiaux, il peut facilement glisser sa lame à la gorge d’un policier, voir des deux policiers.

      Et croire que tirer dans les jambes peut immobiliser l’assaillant est pur mythe. Avec l’adrénaline, même si la balle atteint son artère, l’assaillant ne ressentira pas la douleur, et donc ne l’empêchera pas de continuer sa course. Par contre, il se videra de son sang en quelques minutes, et les policiers ne pourront pas s’approcher de lui afin de lui faire un garrot puisque l’assaillant aura toujours la pleine capacité de manier son couteau.

      Ayant regardé la vidéo du Blick, je n’ai pas l’impression que les agents ont agi par la panic. Au contraire, les observations suivantes démontrent leur sang froid.
      – leur positionnement leur a permis de s’assurer que personne d’autre ne pouvait se trouver dans leur axe de tir.
      – un coup de semence a pu être tiré.
      – lorsque l’assaillant s’est relevé après avoir reçu les deux balles, l’agent a attendu le dernier moment pour tirer une nouvelle fois.

      Enfin, vous suggérez de calmer les esprits, mais en même temps vous proposez qu’un policier municipal soit muni à la fois d’un pistolet, d’un taser et d’un spray au poivre… Pas sûr que se balader dans les rues avec un tel arsenal ça va calmer les esprits, surtout à gauche.

    4. Je pense qu’il faut regarder un peu moins les films policiers avant de parler d’arts martiaux. Dans la vie réelle, le policier père de famille ou en devenir, ne peut pas prendre un risque de 25% à 50% de se faire tuer pour sauver un malfrat, qui voulait partir de ce monde probablement en emportant quelqu’un avec lui. Le policier aurait dû lui mettre la première balle entre les yeux mais il voulait encore lui donner une chance, et certains assis tranquillement sur leurs canapés à échafauder des scenarii foireux pour retenir cette personne dans ce bas monde !!!
      Toute le laideur de la gauche s’est réveillée grâce à cette affaire, et cela est le second sujet très grave de l’incident.

    5. “qu’il a tiré sans réfléchir”

      Comment pouvez-vous écrire cela, après avoir vu la vidéo ?

      Comment pouvez-vous porter ce message ?

      Vous pensez sérieusement que ce policier “a tiré sans réfléchir” ? Ou faites-vous, ce que vous prétendez ne pas faire, manifester votre mépris pour accabler d’emblée la police ?

  7. @Vic – @PAD EVO
    Vraiment incroyable de lire vos commentaires! Quelques questions et remarques pertinent(e)s, c’est à votre avis avoir un problème avec les autres, c’est exiger quelque chose, c’est être sans pitié, c’est avoir trop de considération (d’égoïsme) pour soi-même? Le sacrifice ultime, c’est selon vous de prendre une vie? C’est inouï de vouloir faire gober des choses pareilles!
    Quand on a déjà vu des passants ou des voyageurs désarmer à mains nues (self-défense) des agresseurs très déterminés, il y a quand même de quoi s’interroger. Mais je ne porte toutefois aucun jugement sur ces policiers, en comprenant très bien la peur et les réflexes qui peuvent résulter d’une situation extrême. Sur cela, c’est à une enquête et à la justice de statuer, pas à vous ni à moi.
    Par contre, je m’étonne beaucoup d’être pris à partie pour des questions légitimes que n’importe qui de sain d’esprit et de sensé se poserait, et cela de surcroît dans un blog du journal Le Temps visant à susciter un débat démocratique. Car le simple fait d’être en désaccord n’autorise pas forcément le ton cavalier du tutoiement (que je vous ai donc renvoyé par effet miroir) ni de l’arrogance. À expérimenter ça par rapport à ce qui s’est passé à la gare de Morges, j’en suis hélas amené à penser que certains éléments de la police ne sont pas à la hauteur de leur mission et qu’il y a sans doute effectivement des problèmes à régler à ce sujet.

    1. “Mais je ne porte toutefois aucun jugement sur ces policiers, ”

      Puis

      “j’en suis hélas amené à penser que certains éléments de la police ne sont pas à la hauteur de leur mission”

      🤦‍♂️🤦‍♀️🤦

      Tes questions ne sont pas légitimes, mais oppressives. Tu fais du mainsplaining.

      Netiquette:
      En francophonie, on utilise fréquemment le tutoiement sur les forums, ou les chats, sans que cela soit considéré comme grossier ou familier, mais le vouvoiement pour les correspondances plus formelles.

      1. @Vic
        Je ne porte aucun jugement sur ces policiers, je ne les condamne ni pour la mort d’un agresseur très violent ni pour le fait de n’avoir pas été tout à fait à la hauteur de leur mission.
        Mes questions sont parfaitement légitimes dans un Etat de droit, c’est vous qui les considérez comme oppressives parce qu’elles révèlent à l’évidence des manquements de la part de ces policiers.
        Non, je ne fais pas du “mansplaining” (explication de quelque chose par un homme, généralement à une femme, d’une manière considérée comme condescendante), je vous explique simplement et de façon claire et nette ce que je pense.
        Le tutoiement d’office de quelqu’un que l’on ne connaît pas est une forme d’impolitesse et d’insulte, le “vous” est d’usage courant entre personnes éduquées et respectueuses, et cela même dans les correspondances informelles.
        C’est énormément de culot de se cacher derrière un pseudonyme pour se permettre de se comporter ainsi, j’espère que vous ne travaillez pas dans la police et ne serez jamais confrontée à une situation comme celle de la gare de Morges, car je sais d’expérience que quelqu’un qui n’est ni franc ni très courageux n’est en général pas du tout fiable, et que cela peut très facilement aboutir à des catastrophes.

        1. “car je sais d’expérience que quelqu’un qui n’est ni franc ni très courageux n’est en général pas du tout fiable, ”

          Je suis désolé pour toi.
          J’espère que tu te remettras un jour d’avoir manqué à tes propres attentes. Tout n’est pas perdu. Et je te trouve très courageux d’admettre publiquement ton expérience.

          Courage, personne ne te juge ici.

          On aimerait juste que tu ne juges pas les autres de manière aussi péremptoire. Sois plus humble, et motive mieux tes jugements de valeur. Et tu trouveras toute ta place dans le débat.

          1. Puisque que tu persistes à me tutoyer, moi je te connais pas (ou en tout cas plus depuis très longtemps). Cela n’a rien d’étonnant, car je ne fréquente pas des personnes avec un grave déficit d’humanité, de franchise et de courage tel que cela apparaît clairement dans ce blog. Je ne vois pas de quoi tu parles dans ton imposture, tant il est vrai que je n’ai jamais eu d’attentes particulières et n’ai donc rien perdu à ce sujet. Je me trouve au contraire très bien comme ça et te défie bien de prouver le contraire, car sans aucun doute tu ne me connais pas du tout; tu crois peut-être savoir quelque chose, mais ce ne sont certainement que des apparences très trompeuses! Il n’y a rien de péremptoire ni aucun jugement de valeur dans mes propos, c’est toi qui ressens les choses ainsi parce que tu apparais effectivement dans ce blog sous un éclairage peu reluisant. Et ce n’est pas une question d’humilité que de se défendre efficacement face à une attitude profondément malhonnête. Mes propos dans ce blog sont parfaitement fondés pour trouver leur place dans un débat (pas besoin de ton avis), mais par contre il semble bien que ce que tu as écrit à mon sujet te concerne plutôt en particulier. Il vaudrait mieux balayer devant ta porte, avant de lancer in fine une attaque ad hominem parce que tu n’as plus rien à dire, après t’en être pris plein la figure pour certaines de tes considérations très choquants voire démentielles. Tu es certainement bien plus à plaindre qu’autre chose, cela te conviendra-t-il comme ça ou penses-tu pouvoir en rajouter encore ?

          2. Monsieur Ziehli, pourriez-vous lui demander de rester courtois ? et de débattre sur le fond ?

            😌

    2. Novembre 2020
      Agression au couteau à Lugano.

      La présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga (PS) a téléphoné au président du gouvernement cantonal Norman Gobbi pour exprimer sa sympathie aux femmes touchées et au peuple tessinois, ainsi que pour les assurer du soutien de la Confédération, indiquent ses services à Keystone-ATS.

      Septembre 2021
      Morges, couteau de 26 centimètres !
      On attend toujours l’appel de Guy Parmelin (UDC)…

      Lorsque la police assume son travail et évite des blessés, c’est inculpation pour “meurtre”. Lorsque la police est avisée trop tard et ne peut éviter des blessées, ce sont des félicitations ?

      Je soutiens la police.

    3. @M. Mojon
      “Sur cela, c’est à une enquête et à la justice de statuer, pas à vous ni à moi.”

      Voilà c’est ça.

      Sauf que vous vous permettez quand même d’exprimer votre jugement, et vous vous offusquez que certains fassent pareil.
      Très égocentrique comme attitude.

  8. Les réactions sont peu nombreuses dans ce blog, dommage. Peu de commentateurs également dans les blogs de M. Frédéric Maillard, qui joue un rôle auquel nous devrions nous intéresser, car voici sa fonction : « Interlocuteur privilégié entre les pouvoirs politiques, les corps de police et la population, il partage publiquement son diagnostic… » Quoi de plus idéal pour se faire des avis de la réalité sur le terrain, puisqu’il a analysé les pratiques professionnelles de plus de 5000 policiers et agents… Les aspects qu’il a déjà abordés sont le délit de faciès, les moyens de contrainte proportionnés en rapport de la situation, les limites de la notion de légitime défense… Ce ne sont là pas les titres des articles, ceux-ci définissent un sujet plus large, mais à leur lecture j’ai le sentiment d’un travail orienté où des messages sont audibles entre les lignes : « Abus du pouvoir lié à la fonction, violence, racisme, justification des dérives… » Nous sommes loin des cris de manifestants dans la rue, de bonnes capacités intellectuelles et la maîtrise de l’écriture permet d’être bien plus efficace en matière de communication.

    D’un côté des gars mal dans leur peau qui gueulent dans la rue, de l’autre un expert désigné pour créer une Police qui doit évoluer « en rapport des changements de société ». Exemple justifiant cette « nécessaire évolution » : L’urgence climatique…
    Peut-être vous intéresserez-vous aux articles qui seront donnés en trois volets*, si vous êtes sensibles au problème du climat, du rôle que vous attendez de la Police et de chacun… Pour ma part je lirai ces prochains textes, c’est plus directement à M. Maillard que je m’intéresse.

    (* Premier volet déjà publié le 23 août 2021)

    1. Ce monsieur représente un avis, généralement que le sien, et manque d’expérience pratique sur le terrain à mon humble avis.

      Il ne publie en outre jamais les commentaires qui ne vont pas dans son sens sur son blog. Ca en dit beaucoup sur l’homme, toujours amha.👨‍🌾

      Il est intéressant pour le débat d’idées, mais heureusement que les corps de police ne s’en inspirent pas trop. 🤭🙆‍♂️🙆‍♀️🙆

      1. Je ne pense pas qu’il ne représente que son propre avis, au contraire il conforte dans leurs idées les contestataires qui s’efforcent de donner l’image d’une mauvaise police qui a besoin d’être bridée. Il ne le dit évidemment pas en ces termes, mais les sujets qu’il traite vont tous dans ce sens. Il a cependant publié mes commentaires où je mets en doute son impartialité, et a répondu à l’une de mes questions : « Je pense que vos blogs sont lus par de nombreux policiers, qu’ils s’y intéressent et ont des opinions à formuler. Pourquoi ne viennent-ils pas s’exprimer dans ces colonnes ? » Sa réponse : « En effet, je reçois régulièrement des avis de policiers praticiens ou retraités, majoritairement favorables. Ils s’expriment in vivo sur les terrains lors de mes interventions ou conférences ; quasi jamais sur les réseaux sociaux, ce qui est une bonne chose. Je désapprouve ces commentaires policiers qui se répandent sur la toile bien souvent sous la forme d’un double langage peu constructif ou sous couvert d’une autre identité ». Le terrain, les réseaux sociaux… Et le jardin des commentaires de ses blogs ? Les policiers ne sont pas invités aux pique-niques ?

        Ce n’est pas M. Maillard qui crée notre police, mais il joue cependant un rôle certain puisqu’il conseille les pouvoirs politiques en rapport de ses évaluations. Le choix n’est pas donné aux corps de Police de s’en inspirer ou non, à leur commandant non plus, mais bien sûr que si M. Maillard décrit une collaboration bien accueillie et fructueuse, il donne lui-même le sentiment des policiers, et ils n’ont donc pas besoin de se manifester dans ses blogs (à prendre au 2 ème degré).

        Si vous désirez connaître plus amplement les questions et réponses données en extraits : Blog « Le ciel s’assombrit », 2 septembre 2019, Frédéric Maillard.

  9. Rassurez-moi, ce communiqué ne représente pas l’opinion morgienne ?

    https://mobile.twitter.com/trabulsyeh/status/1433813031419514894

    Question:

    Les cantons de ZH et SG ont fait usage de l’art. 7 al. 2 CPP.


    Les cantons peuvent prévoir:
    b. de subordonner à l’autorisation d’une autorité non judiciaire l’ouverture d’une poursuite pénale contre des membres de leurs autorités exécutives ou judiciaires, pour des crimes ou des délits commis dans l’exercice de leurs fonctions.

    Pourquoi pas les cantons romands?

    J’appelle instamment donc tous les cantons romands à faire usage de cette clause ET à protéger les policiers de ces mises de prévention pour “meurtre” puis d’être traînés dans la boue… pour être finalement innocentés après 4,5, … 10ans. Avec toutes les conséquences que l’on sait sur leur vie, leur famille…

    Il faut qu’une commission administrative indépendante se prononce préalablement – mais très rapidement – sur la mise en accusation. Dans un cas comme à Morges, la légitime défense est suffisamment manifeste pour que l’autorité assume de ne PAS ouvrir une action pénale.

    #bluelivesmatter

    Il faut changer les mentalités; la parole du policier doit être crue; le policier doit être protégé par l’état. Ils ne sont pas des fusibles.

    1. @Vic
      Cela ne sert à rien de faire tout ce battage, c’est pas ici que t’obtiendras gain de cause et que tu feras changer les lois, les cantons romands sont souverains chez eux!
      Calmes-toi et laisses donc la justice faire son travail, il fait peu de doutes que ces policiers seront innocentés au final.
      Mais il y a tout de même eu mort d’homme avec des tirs dans une gare en plein jour et donc d’inévitables conséquences, dont une enquête approfondie, ce qui est parfaitement normal dans un tel cas.
      C’est pas difficile à comprendre, toi tu exiges quoi, une garantie d’impunité quoiqu’il arrive?
      Faut pas rêver, 95% des gens ne seront jamais d’accord avec une mesure aussi arbitraire.

      1. Je demande simplement que les policiers soient soutenus. Pas de privilège, simplement le même statut que les juges et procureurs.

        Les cantons de St Gall et de Zurich ont instauré ce soutien en faveur des policiers (ce n’est donc pas théorique), pourquoi pas les cantons romands ?

        Pourquoi la question n’est pas débattue dans les parlements cantonaux ? haine de la police ?

        Un juge a une immunité de fonction;
        Un procureur a une immunité de fonction;

        Pourquoi pas un policier ?

        S’il y a faute, la commission indépendante ordonnera assurément l’ouverture de la procédure pénale. Mais les policiers doivent être soutenus lorsqu’ils agissent manifestement conformément à la loi.

        Le poids d’une mise en prévention pour meurtre n’est pas moins lourd à porter pour un policier, que pour un juge ou un procureur.

        Cette inégalité de traitement me choque. Pas toi ?

        1. @Vic Non, ça me choque pas du tout, un policier n’est pas un magistrat, il n’y a pas de magistrats extrémistes, les magistrats sont scrupuleux et respectueux de leurs fonctions, mais il y a hélas des policiers extrémistes qui ne le sont pas, c’est avéré.
          Ce qui me choque de façon sidérale, je vais te le dire : c’est quand tu demandes une impunité pour quelqu’un que tu considères comme ayant accompli un sacrifice ultime en ayant pris la vie d’autrui (non, je rêve pas, c’est écrit sur ce blog).
          Je ne sais pas si tu mesures toute la portée de ce que tu as écrit là, mais je considère pour ma part que de tels propos monstrueux n’émanent pas de quelqu’un de sain d’esprit.
          Et je dois dire que je suis profondément horrifié que l’on puisse s’exprimer ainsi. Cela dit, je n’aurai rien d’autre à ajouter à ce terrible constat, pour moi la discussion est close.

          1. Il n’y a pas de peine plus lourde à porter pour un policier – qui a juré de servir et protéger – que la perte d’une vie, fût-ce en légitime défense.

            Donc, oui, faire usage de son arme de service, c’est le sacrifice ultime qu’un homme bon fait dans des circonstances exceptionnelles en faveur de l’intérêt public.

            La doctrine d’engagement est très stricte car la préservation de la vie passe au-dessus de tout.

            Tu comprendras le prix de ce sacrifice, si tu te mets deux secondes à leur place, et que tu dois choisir entre ta propre vie et celle que tu as juré de protéger (sans la possibilité de fuir). Ils ont juré de préserver la vie, et ils se retrouvent face à un homme qui fonce sur eux avec une lame de 26 cm… le choix de tirer pour sauver leur propre vie, ils le porteront toute leur vie …

            Ta vision des magistrats versus des policiers est enfantine. La vie, réelle, est plus complexe.

          2. Bien sûr qu’il y a des nuances d’importance selon quel juge s’occupe d’une affaire, les critères du « bon juge » sont pour une part subjectifs, et évoluent au cours des époques. Si chaque juge était identique dans son appréciation, il n’y en aurait pas trois ou cinq qui finalisent par votation à billet caché au TF.

            Moi ce qui me choque dans vos propos, c’est que vous niez la dangerosité du déséquilibré de Renens qui, à défaut de présence policière, aurait agressé n’importe quelle personne qui aurait tenté de le retenir, d’autant plus si son plan de suicide se confirme. Le sacrifice possible d’un policier, cela ne vous pose pas problème parce que ce n’est pas vous qui irez dans une chaise roulante ou au cimetière.

            Vous n’en êtes pas pour autant « monstrueux et fou », mais seulement égocentrique et loin des réalités : un grand enfant.

          3. Donc, pour vous, un policier qui ne se sacrifie pas lors d’un assaut d’un homme armé, est un policier extrémiste ? Un lâche ? Un moins que rien ?

            Ici aussi ?
            https://www.lacote.ch/articles/monde/nouvelle-zelande-6-personnes-poignardees-dans-un-supermarche-le-suspect-abattu-1105872

            Quelle haine envers nos frères et soeurs humains en uniforme qui se lèvent tous les matins (resp. veillent tard tous les soirs) uniquement pour assurer la tranquillité publique. Quel mépris envers leur vie et leur droit à une vie.

            Monsieur Mojon, vous n’avez pas ma sympathie. Votre vision méprisante de la police n’est pas la mienne.

  10. Ayant suivi l’école de recrue chez les “fusillers territoriaux” (ER Inf/Ter de Colombier), ayant moi-même instruit dans ce domaine:
    – à moins de 7 mètres, face à un couteau, c’est coton (coup de pied d’arrêt, c’est joli, mais….)
    – le tir de semonce ne peut se faire que si la zone de tir est dégagée de civils (un quai de gare n’est vraiment pas idéal)
    – les tirs sur cibles en papier, où on apprend à tirer dans une zone non-létale pour immobiliser, c’est mignon, mais dans la réalité, c’est “légèrement” différent
    – sous le stress, avec tout ce qu’il faut encore se souvenir pour sa sécurité et celles des autres, ajuster un tir dans une zone précise (genou, hanche) dans le but d’immobiliser est presque impossible.
    Même avec des années d’entraînement – ça devient au mieux du tir réflexe, on est “dans la zone”, en évitant les dommages collatéraux.

    Avec mon “bagage” (certes rouillé – c’était en 1999), au vu de la vidéo du Blick qui circule, je n’aurais pas fait différemment. Si la personne se relève et continue son assaut, on tire pour neutraliser, protéger sa vie, celles de ses collègues, celles des civils autour.

    Meurtre ? Non. Assassinat ? Non.
    Légitime défense ? Oui. Réponse proportionnée à l’attaque? Oui.
    Suicide par police interposée ? Possible. Accès de démence ? Possible (rappel: la “victime” était connue des service de police de Zurich, et avait des problèmes).

    Que la police prenne les noms des manifestants anti-police, et refuse d’intervenir si ces personnes sont victimes d’un vol, viol, tentative de meurtre, etc. On n’est ni aux USA, ni en France – nos polices font leur job correctement. Et sont des êtres humains, avant tout.

    1. Merci pour vos explications détaillées et convaincantes. Sympa d’avoir partagé votre vécu.

      J’y souscris entièrement.

      Je vous invite par ailleurs à regarder cette vidéo. Un manifestant a été invité à endosser le rôle d’un policier et (je vous laisse regarder la suite):

      https://m.youtube.com/watch?v=yfi3Ndh3n-g

  11. En participant à ce blog, j’ai commencé à comprendre pourquoi l’UDC et la police sont autant détestées par une partie de la population. Cela éclaire bien des termes extrêmes d’une “gauche” que vous haïssez (et qui vous le rend bien), qui m’ont énormément choqué par leur virulence. Mais beaucoup de commentaires ici également n’inspirent que le dégoût, à commencer par le mépris ouvertement affiché du titre de ce blog, alors que le devoir le plus élémentaire d’un vrai responsable politique serait de calmer la situation. je me fiche complètement d’avoir la sympathie de Mme Rebecca S. ou d’être compris d’individus qui réclament insolemment une impunité d’office pour pouvoir tuer sans avoir aucunement à se justifier et qui se permettent en plus de réclamer de la pitié. Je n’ai aucune sympathie pour vous tous(tes) et ne souhaite aucunement vous connaître, en vous conseillant vivement de ne pas croiser mon chemin en jouant la provocation avec le genre d’argument que j’évoque, car je n’ai jamais craint de coller des claques à des voyous. Vous n’êtes qu’un ramassis de gens dangereux (comme d’autres extrêmes qui vous sont opposés) contribuant à fracturer délibérément la société, alors qu’il y déjà beaucoup trop de problèmes. La police s’efforce d’être exemplaire, avec succès en général, mais il suffit de quelques brebis galeuses sorties de vos rangs pour jeter le discrédit sur l’ensemble de cette institution. À continuer ainsi, vous ne viendrez pas vous plaindre le jour où il faudra assumer la haine que vous avez semé, un aboutissement qui se rapproche dangereusement tant il est évident qu’on se dirige de cette façon vers un affrontement et un effondrement. Je doute fort que vous saurez écouter l’appel de Monsieur Parmelin qui s’inquiète à juste titre des dérives des uns et des autres. C’est un UDC que vous ne méritez pas et que je respecte, un homme plein de bon sens et de bonne volonté. Je l’ai rencontré une fois et m’en souviens très bien, nul doute que comme moi il aurait vraiment honte pour vous de certains de vos propos.

    1. En cas d’effondrement (bizarre comme pensée), tu pourras compter sur les policiers pour t’apporter toute leur aide. Qu’importe ton manque d’objectivité ou ton manque de soutien, ils répondront toujours à un appel d’urgence. Et mettront leur vie en danger pour préserver la tienne. 👮‍♂️👮‍♀️👮=🦸‍♂️🦸‍♀️🦸 😍

      Pour le reste, je crois que tu t’es assez donné en spectacle, non ? 🤷‍♂️🧑‍🍼

      1. @ Vic Pour ta gouverne, non, je ne compte absolument pas sur l’aide de la police en cas de gros pépins suite à des troubles et n’y ferai en aucun cas appel quoiqu’il arrive, car j’ai accepté mon destin. Et de toute façon, dans un chaos total, faudra pas trop compter dessus.
        Je ne leur demande pas non plus, ne veux pas et n’ai pas besoin qu’ils mettent leur vie en danger pour préserver la mienne qui est déjà bien entamée, je souhaite faire face et me défendre seul quelles que soient les circonstances et l’issue, question de dignité et d’éthique, tant il est totalement inacceptable de vouloir mettre en danger et de sacrifier volontairement la vie d’autrui pour se tirer d’affaire.
        Question objectivité, je ne souscrirai jamais à un projet de demande d’impunité couvrant l’usage de la force létale, il y a en effet là-dedans beaucoup trop de risques d’abus et de dérapages. La mise en place d’un truc pareil constitue pour moi rien d’autre qu’un projet criminel. Toi aussi et d’autres vous êtes également bien donné(e)s en spectacle, sans doute que vous en êtes fiers, tant il est facile de hurler avec la meute et de harceler, suscitant ainsi le dégoût et l’aversion de la personne ciblée. Mais quand on se trouve face à un fou furieux, c’est une toute autre affaire comme on l’a vu à Morges. Quant à mon soit disant manque de soutien, c’est vous qui l’interprétez ainsi pour m’accabler gratuitement et parce que ça vous arrange bien pour votre sale pub d’activistes, mais ça ne correspond pas à la réalité comme on peut le vérifier dans mes propos sur ce blog. Et j’aimerais aussi bien pouvoir comprendre comment un pauvre type résidant à Zürich et souffrant de graves troubles mentaux s’est soudain retrouvé seul en crise, catapulté depuis ZH sur les quais de la gare de Morges pour attaquer des agents de police avec un grand couteau. Rien n’est clair dans tout ça, ce gars est mort mais on sait même qui c’est précisément, Désolé de devoir encore dire que c’est absolument lamentable ce black-out total et pas du tout rassurant pour la population, d’autant plus que les images de la police prenant la fuite en ouvrant précipitamment le feu en pleine gare ne sont pas du tout non plus de nature à apaiser les esprits. Répondre à ces questions me semble fondamental pour essayer d’éviter à l’avenir de telles situations. Peut-être que vous vous en foutez complètement et que ça ne fait absolument pas partie de vos préoccupations, que ça ne vous est même pas venu à l’esprit, comme le démontrent bien vos commentaires. Mais avec tous les problèmes actuellement et qui se multiplient, vous devriez, car ce genre de choses peut se reproduire n’importe où et n’importe quand. Merci d’écouter un peu et de sortir de vos discours autistes et propagandistes. Dans le fond, vos mentalités ne valent guère mieux que celles de l’extrême-gauche que vous vous complaisez à dénigrer, car c’est bien là votre fond de commerce principal. Désolé si ça plaît pas, mais c’est toi qui a insisté pour discuter sur le fond dans ta démarche de Caliméro, alors voilà t’es maintenant bien servi(e) !

        1. Désolé, mais tu ne discutes pas du fond. Tu continues à user d’un ton inapproprié à mon égard et à donner une interprétation très personnelle de mon soutien à la police.🤥 Relis nos différents messages. Tu verras où se situe l’agressivité. 🌈

          Que te répondre?
          Je suis aussi étonné que l’on ne sache pas plus sur l’agresseur. Mais c’est généralement le cas en Suisse. Protection des données oblige. La barrière de la langue fait aussi… Et nous n’avons pas de chaîne d’info. Cela dit, depuis la vidéo diffusée par le Blick et les témoignages concordants, la presse a compris qu’il n’y avait pas matière à accabler la police. Le cas a été classé par la presse comme un suicide by cop. Dans 3 ou 4 ans, le jugement des policiers nous en dira plus. Mais tu admettras que c’est pas ordinaire de se déplacer de Zurich a Morges avec une lame de 24 cm…

          Mais, même toi, tu sais que les policiers doivent être acquittés. Cela ne te fait rien de savoir qu’ils vont vivre avec un casier avec la mention “instruction pénale ouverte pour meurtre” alors que 99% de la population sait qu’ils seront acquittés… A leur place, tu t’imagines devoir présenter ce casier a chaque mutation, promotion, déménagement, etc… et donner les mêmes explications, encore et encore… pendant 3, 4… 10 ans ?

          1. @Vic Penses-tu que tout ce que tu as écris sur ce blog soit très approprié? Que ce n’est pas du tout agressif ni violent? J’ai donc répondu sans ménagement à des attaques personnelles totalement inadmissibles.
            Je sais depuis aujourd’hui qui est l’agresseur, Suisse de 37 ans, costaud et adepte d’arts martiaux ayant déjà fait parler de lui dans la presse. C’était un cas difficile, pourtant pas considéré comme irrécupérable puisque de très gros frais ont été engagé à cet effet.
            Je n’ai aucune envie d’accabler la police, j’y ai rencontré des personnes remarquables à qui je dois beaucoup. Mais je ne suis pas du tout certain que ce gars (qui n’avait rien à faire à la gare de Morges en brandissant un couteau à lame de 13 cm, 24 c’est la longueur totale de l’objet) n’y a pas été attiré dans un traquenard où les choses ont mal tourné pour la police, qui n’a eu d’autre choix que de l’abattre pour s’en sortir.
            Ce n’est absolument pas à nous de présumer du résultat de l’instruction pénale ouverte par le Procureur, qui me connais et saura à ce sujet de quoi il s’agit si ce commentaire est porté à sa connaissance. Je souhaite sincèrement pour ton ami policier qui a tiré que “l’instruction pénale pour meurtre” ne se transformera pas en “instruction pénale pour assassinat”.
            D’autres devront probablement aussi rendre des comptes et je ne doute pas que ce sera le cas d’une manière ou d’une autre. Les préoccupations que tu exposes ne sont pas de mon fait et je n’ai pas du tout les mêmes certitudes que toi, bien au contraire. Votre acharnement à vouloir leur sauver la mise démontre au contraire qu’il y a là un très sérieux problème. Désolé pour eux s’ils rencontrent des problèmes, mais ils pourront toujours quitter le canton de Vaud pour avoir la paix, c’est d’ailleurs ce que je leur conseillerais d’après ma propre expérience.

          2. “Penses-tu que tout ce que tu as écris sur ce blog soit très approprié?”

            Oui.

            “Que ce n’est pas du tout agressif ni violent? ”

            Il n’y a rien d’agressif ou de violent dans mes propos. Les tiens, oui (et c’est étonnant pour un spécialiste de la desescalade comme toi), mais les miens ? J’ai uniquement marqué mon soutien à la police (qui ne sont ni mes collègues ni des proches. Des complets inconnus donc).

            Tu te sens agressé parce que je soutiens la police et que je ne suis donc pas du même avis que toi ?

            “n’y a pas été attiré dans un traquenard”

            Tu nous la joues complot maintenant ?

            “et je n’ai pas du tout les mêmes certitudes que toi, bien au contraire.”

            Je te cite: “Calmes-toi et laisses donc la justice faire son travail, il fait peu de doutes que ces policiers seront innocentés au final.”
            Déjà oublié ?

            Au fait, que penses-tu de:
            https://www.parlament.ch/press-releases/Pages/mm-ik-n-2021-09-07-a.aspx

            https://www.parlament.ch/press-releases/Pages/mm-ik-n-2021-09-97-b.aspx

            Tu vas me dire que c’est normal qu’ils n’aient pas à affronter un procès ?

            Et comme tu connais le procureur général, passe-lui le bonjour de notre part. Et dis lui qu’il n’a pas été top lors de son interview à forum. Il aurait pu, à mon humble avis, mieux soutenir la police (et recadrer le journaliste avec ses questions captieuses).

        2. Pierre-Olivier Mojon a écrit le 5 septembre 2021 à 7h12 :
          “Quand je devais moi-même convoyer beaucoup d’argent en tant que postier et que des collègues se faisaient attaquer en se faisant tirer dessus, je m’étais plaint que c’était vraiment dangereux et pas du tout notre rôle”

          Pierre-Olivier Mojon a écrit le 6 septembre 2021 à 21h26 :
          “je ne compte absolument pas sur l’aide de la police en cas de gros pépins suite à des troubles et n’y ferai en aucun cas appel quoiqu’il arrive […] Je ne leur demande pas non plus, ne veux pas et n’ai pas besoin qu’ils mettent leur vie en danger pour préserver la mienne qui est déjà bien entamée, je souhaite faire face et me défendre seul quelles que soient les circonstances et l’issue, question de dignité et d’éthique, tant il est totalement inacceptable de vouloir mettre en danger et de sacrifier volontairement la vie d’autrui pour se tirer d’affaire.”

          Voilà voilà… la mauvaise fois l’aura emporté.

          1. De quelle mauvaise foi parlez-vous? J’ai effectivement fait ce travail et j’appliquerai exactement toutes mes considérations (ce que je fais d’ailleurs depuis des années). En quoi cela vous concerne-t-il pour faire ce commentaire minable et dépourvu de sens? Vous mettez en doute que ce soit le libre-arbitre qui décide du crédit et de la confiance accordés ou pas à un système et à ses institutions. Expliquez-vous, je suis curieux de vous lire!

          2. Vous ne voyez vraiment pas la contradiction dans vos deux propos ?

            Dans le premier vous dites “C’est pas notre rôle d’être exposé à un danger certain.”
            Dans le second vous dites : “Si ma vie est en danger, je préfère me défendre seul.”

            Pas facile de comprendre votre point de vue.

            Je ne souhaite d’ailleurs pas débattre davantage avec vous. Je vous avais adressé un commentaire argumenté (5 septembre 2021 à 12h32) qui apparemment ne vous a pas intéressé. Et vu vos propos violents, haineux et remplis d’amalgames et de préjugés dans vos autres commentaires (rappelons que dans votre tout premier commentaire, vous affirmez que les policiers n’étaient pas à la hauteur de la situation, et j’ai peu de doute que si les policiers sont acquittés par la justice, votre jugement ne changera pas)

    2. Vous devriez commencer vos commentaires par “âme sensibles s’abstenir de lire” beaucoup de violence dans vos propos que rien ne justifient.

      1. @Elie Hanna Surtout beaucoup de dépit dans mes propos. Que rien ne justifie? Je ne suis pas d’accord, moi aussi ou n’importe qui d’autre aurait pu se retrouver soudain face à face avec le gars au couteau (je transite de temps à autre par la gare de Morges). Sans autre choix alors que de m’enfuir ou de surmonter la peur pour aller lui parler avec bienveillance afin de l’éloigner et de le calmer pour pouvoir le désarmer. Je l’ai déjà eu fait et ça peut fonctionner, car je suis pas de la police et j’ai une toute autre approche de ce genre de problèmes. Les gendarmes ont sans doute essayé de le coffrer, mais chez une personne en crise qui a déjà été rudoyée, la vue des uniformes en étant pourchassée peut déclencher la panique avec une violence aveugle et incontrôlable. Très peu le réalisent (et absolument personne à part moi sur ce blog) et c’est très regrettable, car l’issue aurait pu être très différente et beaucoup plus conforme à la mission de la police qui est avant tout de protéger les personnes (et pas de devoir les tuer).
        C’est normal qu’on cherche à comprendre, qu’on se pose des questions, les gens ont le droit de savoir la vérité, d’avoir des explications pour exorciser une telle situation, mais à ce sujet il n’y a curieusement rien de consistant à ce jour. Et puis c’est humain aussi, ce gars n’est pas tombé de la lune et quoi qu’il ait fait, il avait un nom, un passé, une famille sans doute, et on aimerait bien savoir ce qui lui est arrivé pour qu’il aboutisse là. Mais, dans tout ce que j’ai pu voir, il est comme transparent et escamoté, on sait juste qu’il avait 37 ans. Les images de cette intervention sont très pénibles à regarder et impossibles à accepter selon les explications officielles. Par rapport à de telles horreurs, c’est déjà depuis longtemps chez moi un réflexe instinctif de fuir comme la peste toute source potentielle de troubles, police y compris. Par rapport à ce que j’ai expliqué, c’est aussi insupportable de voir combien certain(e)s intervenant(e)s sont odieux dans leurs propos, d’où ce que j’ai écrit dans mes commentaires. Les attaques personnelles à mon encontre illustrent également très bien ce genre de mentalité. Vous pouvez penser ce que vous voulez, cela ne me concerne pas.

    3. Vous n’êtes pas capables de vivre avec les autres, là est votre handicap, et pour être aidé qui voudrait avoir affaire à vous ? On parle de réinsertion pour les personnes qui retrouvent leur liberté à la sortie de prison, dans votre cas c’est la liberté jamais trouvée à votre entrée dans la vie d’adulte qui fait défaut, une insertion manquée. Vous n’êtes retenu nulle part parce que votre comportement inspire le rejet, et où pourrez-vous encore aller ? Là où on vous poussera pour vous garder à l’écart ?

      1. @Dominic
        Ceci c’est votre interprétation tout à fait gratuite, qui est celle d’un idiot ignare et plein de haine, d’un lâche qui se cache sous un pseudonyme pour pouvoir insulter plus aisément. Si vous pensez toutefois être mieux que ça, organisons une rencontre pour vérifier, vous vous sentirez sans aucun doute alors extrêmement mal à l’aise et regretterez vos propos, cela je peux vous le garantir.

  12. Aux intervenants s’acharnant sur ce blog, vous pouvez écrire tout ce que vous voulez, ça n’effacera jamais la véritable mise à mort qui a eu lieu sur ce quai de gare, une scène d’une cruauté et d’une horreur indicible qui éclabousse la police vaudoise. Ces images n’auraient jamais dû être diffusées, si les autorités souhaitaient étouffer l’affaire en donnant un minimum d’informations. Maintenant c’est trop tard, ça circule partout. Je pressens d’après ce que j’ai vu et entendu qu’il faudra payer et que ça va vous coûter cher, bandes de bâtards, bastardi ! Après des discussions hier, ces mots de la Gauche qui m’avaient d’abord tellement choqués ne me semblent plus du tout excessifs, tant j’ai maintenant la quasi-conviction que le gars est tombé dans un piège et a été massacré. Cela a fait ressurgir dans mes souvenirs qu’il m’est presque arrivé la même chose en 2003, j’ai pas oublié ce qui s’est passé à cette époque. Cette étiquette d’instruction pénale pour meurtre va vous coller aux fesses pour très très longtemps et franchement c’est bien fait ce qui vous arrive, c’est amplement mérité. Je vous plains pas, j’ai pas du tout pitié de vous maintenant à la réputation couverte de merde, à chacun son tour de morfler. Et j’espère bien que le sang de ce gars vous retombera sur la tête, que vous serez envoyés en enfer pour ça, misérables que vous êtes !

    1. Pour moi, ce message excessif met fin à la conversation.

      Tout cela pour un hashtag ? #bluelivesmatter
      J’ai encore plus d’admiration après notre conversation pour les femmes et les hommes qui veillent à notre sécurité au prix de leur vie, de leur santé et de leur intégrité corporelle. Chers policiers, chères policières, vous êtes mes héros 🥰

      Je te laisse le dernier mot. Je ne répondrai plus.

      🤐

  13. @Vic 13h28 – @Nicolas Besson 8h50
    J’ai lu vos commentaires de ce jour et tiens à y répondre, ce que ferai en m’efforçant de ménager vos “âmes sensibles” suite aux remarques que j’ai reçu après mon avant-dernier post sur ce blog.
    Eh oui, Vic, mes propos mis à la suite sont contradictoires, mais c’est parce que j’ai totalement changé d’avis. Je ne pense pas comme toi qu’il soit utile d’étendre ce débat à d’autres sujets afin de noyer le poisson, il ne faut pas tout mélanger, toutes les affaires ne sont pas du même degré de gravité. Ta dernière remarque est plutôt gonflée et malvenue, cela prouve que vous êtes même prêts à tenir tête et à contrecarrer le Procureur général en personne, en oubliant apparemment que la justice est imperméable aux pressions et totalement souveraine en vertu de la séparation des pouvoirs, que les décisions d’un magistrat de ce niveau font autorité. Cela en dit très long à votre sujet (la démonstration est faite), dès lors vous pouvez m’agresser autant que vous le voulez, cela n’a plus aucune importance.
    Monsieur Besson, vous n’avez pas compris que dans ma fonction de postier je n’avais pas choisi ni surtout donné mon accord pour être exposé à des dangers certains (pris en otage ou transformé en écumoire), et que cela m’a été imposé sans demander mon avis et maintenu malgré mes protestations (au final ça a été : “Si vous êtes pas d’accord, si ça vous plaît pas, cassez-vous, ici c’est tout ou rien et il y a pas à discuter, un point c’est tout!”).
    Mais si je dois me trouver face à un danger que j’ai décidé par moi-même d’affronter seul, c’est une toute autre affaire. La nuance est d’importance et pas difficile à saisir.
    Pour votre post du 5 septembre, ce que vous qualifiez de “jugement” de ma part n’est pas une sentence de tribunal, mais un point de vue personnel servant à alimenter un débat. D’autres peuvent faire de même et ne pas être d’accord avec moi, ce qui fâche ce sont les procédés utilisés. On peut faire le choix de dire sobrement : “Cher Monsieur, je ne suis pas du tout d’accord avec vous, avec la conviction que ces policiers ont agi totalement dans leur bon droit et sont innocents d’une accusation de meurtre” ou répondre par des attaques ad hominem et des railleries. En se limitant simplement à l’expression d’opinions opposées, on reste dans ce qui est légitime et ne pose pas problème. Mais ce n’est pas ce qu’on voit sur ce blog. J’aurais aussi pu sous-entendre que je sais très bien qui tu es Vic reconnu d’après son style et son mode d’expression, et qu’il a fait ceci ou cela, qui est moche et pas en accord avec l’exemplarité qu’il prétend avoir par rapport à son opinion à mon sujet, à ses activités, etc.., etc… Mais ça restera ici confidentiel et réservé à une explication prévue plus tard entre nous, vu que je ne l’ai pas vu en juin (l’intéressé qui s’est désisté en décevant tout le monde sait de quoi il s’agit).

    1. “J’aurais aussi pu sous-entendre que je sais très bien qui tu es Vic”

      Qu’est-ce que tu racontes ?
      Je n’ai qu’un pseudo et je ne me rappelle aucunement avoir déjà échangé avec toi (sur un blog du Temps?)… 🤯 en juin? tu confonds visiblement… 😅

      ça va? Tu as besoin de parler? On est là si tu as besoin d’aide. ❤❤🌈🌈

      “réservé à une explication prévue plus tard entre nous”

      Par “prévu”, je suis censé être au courant?
      Et par “explication”, je suis censé demandé une protection policière? 🤷‍♂️🙀

      C’est #bluelivesmatter qui te met autant en colère ? 🙄😴😴

    2. @Pierre-Olivier Mojon
      J’ai parfaitement compris en quoi votre fonction de postier consistait, et qu’il est effectivement révoltant d’être exposé à un danger sans pouvoir contester. Je saisis maintenant votre nuance que vous ne voulez pas être exposé à un danger contre votre volonté, mais si danger imminent il y a, vous ne voulez pas qu’autrui vous aide en risquant sa vie.
      Assez originale comme vision.
      “si je dois me trouver face à un danger que j’ai décidé par moi-même d’affronter seul” ==> est précisément une méthode du Far-West.
      La mission du policier est de protéger la population et il n’a pas à demander préalablement à la victime d’un danger si elle a besoin qu’il intervienne ou non. Ca fait partie du contrat civil.

      Concernant mon post du 5 septembre, veuillez me dire où se trouve une attaque ad hominem. Mes critiques se portent sur votre analyse, pas sur ce que vous êtes. Et de me dire en quoi lorsque vous écrivez “La vérité est sans doute que l’agent a eu très peur et qu’il a tiré sans réfléchir” ne peut pas être interprété comme un “jugement”.
      Pour répondre à votre leçon de politesse, il me semble bien avoir débuté le commentaire par “Monsieur Mojon”. De votre côté par contre, je ne trouve pas que vous faites figure d’exemple.

      ” J’aurais aussi pu sous-entendre que je sais très bien qui tu es Vic reconnu d’après son style et son mode d’expression”
      => Du coup, vous ne le sous-entendez pas seulement, vous l’affirmez de façon péremptoire. C’est précisément ce type de commentaire qui n’a rien à faire dans un espace de discussion.

      1. Cher Monsieur Besson, c’est peut-être une méthode du Far-West, mais c’est mon choix et ça n’implique que moi-même. Le contrat civil avec la police est imposé aux gens, dont l’avis n’est pas demandé, il est donc faux de penser que c’est obligatoirement un accord tacite, car c’est du même ordre qu’une exposition non consentie à un danger. Et ça peut être dangereux d’être exposé avec la police au mauvais moment et au mauvais endroit, comme dans la situation de Morges. Alors merci bien pour votre contrat civil, c’est plein de bonnes intentions mais ça m’expose dans une gare aux balles de la police ou à l’attaque potentielle (et redoutable) d’un gars en crise qu’elle pourchasse. J’aurais préféré que votre police l’éloigne de la gare ou le laisse partir en train pour l’appréhender plus tard d’une façon appropriée et sans aucun danger pour personne (lui, la police et les voyageurs ou les passants).
        Il n’y a pas d’attaque ad hominem de votre part, c’est le fait de Vic. Mais c’est bien la réalité incontestable que l’agent a eu très peur, puisqu’il s’enfuit et tire précipitamment dans un réflexe de défense, ça se voit très bien sur la vidéo et ça n’est donc pas une simple interprétation (un “jugement”) de ma part. Pour la politesse, vous chipotez, je n’ai pas été malhonnête avec vous, ne vous ai pas insulté ni traité avec mépris, à ce que je sache. Ma phrase est basée sur un sous-entendu de ce qui peut être vrai ou pas, ce n’est donc pas du tout du même ordre qu’une affirmation péremptoire qui serait sans sous-entendu, vous saisissez la nuance? Pourquoi est-ce que ça n’aurait rien à faire dans un espace de discussion? Au contraire c’est très utile pour éclairer la vérité sur les motivations et la personnalité des gens, car Vic est tombé dans le panneau. Des attaques personnelles sont-elles plus appropriées dans un espace de discussion? Si on vous suit, c’est évidemment non, mais de cela vous ne parlez pas, vous ne précisez rien et n’êtes donc pas objectif, car dans votre esprit c’est évidemment moi qui ai tout faux.

  14. Mes héros à moi, ce sont celles et ceux notamment aussi capables de compassion, d’empathie et de compréhension, qui ont aussi le mérite de pouvoir reconnaître leurs torts et de s’excuser le cas échéant, pas ceux qui tuent dans le cadre de circonstances troubles comme dans cette affaire et réclament une impunité de l’Etat pour se protéger en échappant d’office à toute responsabilité. Etre honorable, aider les autres et sauver des vies est totalement incompatible avec un pouvoir arbitraire de tuer. Tout comme clamer son mépris pour autrui et se réclamer d’un héritage chrétien dont les préceptes de base sont aux antipodes d’une telle attitude.
    Dès que les choses sont devenues sérieuses ici et qu’il faut vraiment assumer, vous vous débinez avec facilité (toi, Besson, Dominic), ce qui confirme bien mes propos sur la franchise, le courage et la fiabilité, pour lesquels tu t’es permis une attaque personnelle très inappropriée, puisque tu affirmes maintenant ne pas du tout me connaître.
    Non, j’ai besoin de rien, merci bien, et surtout pas de gens qui ont la conscience si peu tranquille qu’ils craignent à ce point d’être agressés. Rassurez-vous, je n’ai jamais blessé ni tué personne en ce qui me concerne. Vous ne savez pas grand-chose de la complexité de l’âme humaine et n’en êtes même pas conscients, ce qui explique votre très grande faiblesse et votre désarroi devant ce qui vous dépasse totalement. #bluelivesmatter, #blacklivesmatter ne sont que des slogans, ça ne rend pas les gens meilleurs, bien au contraire, c’est même assez nul avec tous les dérapages qu’ils suscitent, notamment les vôtres. La mort de policiers ne me réjouit pas, ça me consterne, ce n’est pas la vengeance qui me motive, mais le besoin de vérité et de justice pour des faits épouvantables. Ce qui je l’espère sera le cas, car la mort d’un être humain, fut-ce un délinquant, est totalement inacceptable dans de telles circonstances en plein jour et dans une gare très fréquentée (merci pour les risques pris par la police et exposant les passants). Cela pouvait parfaitement être évité et vous le savez très bien, je vous en veux énormément de vouloir vous débarrasser de vos responsabilités en minimisant et en étouffant cette affaire, Heureusement que je n’ai pas assisté en direct à un truc pareil, auquel cas ma réaction aurait encore été d’une toute autre ampleur.

  15. Bonjour,
    Permettez-moi d’abord, de présenter mes condoléances à la famille du défunt. Et de prier ensuite pour notre frère 🖤, que la terre lui soit légère.
    Mes pensées vont aussi vers l’agent de police…

    Votre texte est fort. En effet, il y a beaucoup de mépris.

    Vous savez, nous ne sommes pas des « personnes noires », comme vous l’écrivez.
    Nous sommes des personnes de couleur noire, brune ou même très proche de la couleur de votre peau, pour certains d’entre-nous.
    Je vous invite à faire plus (et mieux) connaissance avec vos concitoyens, différents certes, mais ne détestant pas la police. Car nous avons confiance en l’État de droit. Nous savons donc que la police est là pour faire respecter l’ordre, selon la mission qui lui est confiée par les institutions, donc par la société.
    Et aussi longtemps que des forces politiques comme vous et votre parti s’investiront dans la recherche de solutions durables et humainement équitables, nous avons espoir de lendemains, meilleurs.
    Le vivre-ensemble de qualité est une affaire de tous !
    (les hommes, les femmes et même les politiciens)

    Meilleures salutations 🤗

    Ndaté Sylla,
    Il y a toujours une solution. Il suffit de la trouver.

    1. Je vous remercie pour votre commentaire et le ton posé et poli. Je préciserai que je ne parle nulle part de “personnes noires” : il ne s’agit que d’une citation que je critique, exprimée par une conseillère communale écologiste présente à la manifestation de Morges (cela fait partie du centre de ma critique, par ailleurs).

      Vous me proposez de faire mieux connaissance avec mes concitoyens. Je suis bien entendu le premier à vouloir faire un pas vers quiconque, mais je ne considère pas les “personnes noires” comme des “concitoyens différents”.

      Vous aurez bien compris que la dureté de mes propos et mon “mépris” ne sont pas adressés au comportement généralisé d’une grande partie de la population, mais aux réactions que je qualifie de choquantes de personnes qui refusent précisément le vivre-ensemble, insultent les forces de l’ordre et exploitent sans vergogne de tels drames pour des visées politiques.

      Avec mes meilleurs messages
      Yz

Répondre à Farida Mine Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *