Les banques créent-elles de la monnaie à partir de rien ?

 

Il y a encore quelques mois, il était difficile d’imaginer que l’initiative Monnaie pleine, soumise à votation le 10 juin, puisse susciter des débats aussi vifs que ceux auxquels on a assisté mercredi dernier lors de la dernière émission d’Infrarouge. On rappellera que l’idée de base est d’empêcher les banques de faire de la création monétaire en accordant des crédits. La tension était d’autant plus forte qu’au-delà de l’initiative elle-même, les participants ne parvenaient pas à s’entendre sur le fonctionnement de notre système monétaire. Ainsi, Jean-Pierre Heim, le coordinateur romand du comité d’initiative, affirmait que les banques faisaient de la création monétaire à partir de rien, par un simple jeu d’écriture. Affirmation suscitant la réaction outrée de Michel Juvet, associé de la banque Bordier, qui mettait notamment en avant les contraintes législatives imposées aux banques, tel le ratio de liquidité, de fonds propres ou de levier.

Les crédits font les dépôts

Essayons d’y voir plus clair. Dans ce but, on peut se tourner vers le site très pédagogique de La finance pour tous* semblant donner raison aux partisans de l’initiative : «En accordant un crédit, la banque crédite du même montant le compte de dépôt de l’emprunteur. Elle réalise pour cela une simple écriture comptable. La banque vient de créer de la monnaie.(…) Une fois crédité sur son compte, l’emprunteur pourra l’utiliser pour payer ses fournisseurs ou le bien qu’il souhaite acheter grâce au crédit. On dit alors que “les crédits font les dépôts”.»

 Les banques font de la transformation

Mais cette écriture comptable n’est que la partie émergée de l’iceberg, car la banque doit pouvoir face à ses engagements, en faisant de la gestion actif-passif : «Les dépôts collectés par les banques sont liquides à court terme, alors que les prêts qu’elles accordent sont à plus long terme et illiquides. On dit que les banques font de la transformation. Comme une banque doit faire face à ses engagements, elle doit gérer cette asymétrie entre l’actif et le passif de son bilan en ayant continuellement les ressources suffisantes pour faire face aux décaissements sur les dépôts de ses clients. S’ajoutent les risques pris sur les crédits qui peuvent se traduire en pertes sèches, correspondant au montant du capital non remboursé, beaucoup plus important que les bénéfices d’un emprunt non remboursé.»

Les dépôts et les fonds propres font les crédits

Les banques peuvent-elles prêter sans limites ? Réponse : «La Banque centrale va limiter le volume de crédits afin de tenir ses objectifs de stabilité des prix mais aussi de stabilité du système financier. Pour maîtriser l’inflation, la Banque centrale va réguler indirectement la quantité de monnaie en circulation dans l’économie en agissant sur les taux directeurs qui sont les taux auxquels les banques peuvent venir se refinancer. (…) La Banque centrale va aussi utiliser le levier réglementaire mais davantage pour garantir la pérennité du système bancaire. Elle va ainsi fixer les règles de prudence. En particulier, les banques doivent détenir un montant de fonds propres proportionnel aux risques des crédits accordés. La création monétaire des banques doit donc s’accompagner d’un renforcement de leur capital. Elles doivent aussi détenir un montant minimum dans un compte à la Banque Centrale qui est proportionnel aux dépôts. C’est pour cette raison, que l’on peut aussi dire que “les dépôts font les crédits”. On peut même ajouter depuis que la réglementation internationale s’est attachée à amener les banques à renforcer leurs fonds propres que “les dépôts et les fonds propres font les crédits”.»

Système pas infaillible

 Si l’on suit ce raisonnement, on est obligé de rejeter l’idée que la création monétaire par les banques repose sur du vent ! Ce qui n’empêche pas les dérapages de temps à autre car le système n’est pas infaillible. Mais c’est là une autre question.

*La finance pour tous est L’Institut pour l’Éducation Financière du Public (IEFP) est une association d’intérêt général indépendante, soutenue par la Banque de France, l’Autorité des Marchés Financiers, la Fédération Bancaire Française, ainsi que de grands établissements financiers.

 

Pierre Novello

Pierre Novello

Pierre Novello est journaliste économique indépendant et auteur d’ouvrages de vulgarisation dans le domaine de la prévoyance, de l’investissement sur les marchés financiers ou encore pour l’accession à la propriété de son logement. Avant d’embrasser la carrière journalistique en entrant au Journal de Genève et Gazette de Lausanne, il a été formé comme analyste financier pour la gestion de fortune.

2 réponses à “Les banques créent-elles de la monnaie à partir de rien ?

  1. Cher Pierre,
    oui “outré” car il manque dans ta citation un autre élément. l’argument était : les banques créent de l’argent pas simple écriture pour aller spéculer sur les marchés…d’où ma réaction 🙂 1000 milliards d’hypothèques je n’appelle pas cela aller spéculer dans les marchés et également car les initiants refusent le travail effectué par les banques dans le processus que tu décris très bien également, d`où leur argument sur le “vol” opéré par les banques sur le dos des citoyens…
    si jamais j’ai une petite vidéo sur ma page Facebook pour expliquer ( un peu) ce que signifie Monnaie pleine 😉
    merci pour ton explications !
    amitiés
    michel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *