Au coeur de Rome, dans le ventre du promoteur

Les Romains sont connus pour leur amour des abats (interiora): cœur, foie, intestins, poumons ou coratella (une recette contenant tous ces organes émincés avec des artichauts), les habitants de la Ville éternelle adorent la friture de tripes animales avec un peu de vin blanc.
Par conséquent, en tant que Romain, travailler à l’Istituto svizzero sur les archives du promoteur immobilier SGI revient donc à mettre en avant cette association avec les viscères (viscera), au-delà du royaume des plaisirs terrestres: l’Istituto se dresse au sommet d’une colline au cœur de Rome. L’archive SGI, composée de plus de 30 000 dossiers, ressemble elle au ventre gonflé d’une créature sauvage.

La SGI (ou L’Immobiliare – telle que les Romains l’appelaient communément) a été un nom connu dans le bâtiment et le secteur immobilier commercial de la Péninsule. Fondée à Turin juste après la création du Royaume d’Italie (1862), la société s’installa alors à Rome à la suite de la chute de ce dernier dans les mains des Piémontais (1870) et de son établissement ultérieur en tant que capitale du tout récent Etat italien (1871). La SGI a participé à la «fièvre du bâtiment» de Rome dans les années 1880, lorsqu’elle a mis en place plusieurs projets dans le quartier de Ludovisi – les environs-mêmes de l’Istituto – mais son activité a réellement pris son essor pendant le régime fasciste.
En 1933, le Vatican acquiert la majorité de la société avec des fonds reçus de l’État italien après le Traité de Latran quatre ans plus tôt. Un institut est créé dans le seul but de gérer l’importante donation appelée «Administration spéciale du Saint-Siège». Comme cet argent était destiné à compenser la perte immobilière subie par le Vatican après l’avènement de l’unité nationale, il est révélateur que ce dernier l’ait utilisé pour racheter la plus grande entreprise nationale dont l’activité était précisément l’immobilier. À la suite du rachat, l’activité de la SGI a continué de croître davantage dans les années 1930 et n’a cessé que pendant la Seconde Guerre mondiale. Le conflit affectera le commerce, mais offrira à la SGI l’occasion de reprendre son souffle, d’opérer une restructuration et de mettre sur pied des plans ambitieux pour son implication dans le boom de la reconstruction de l’après-guerre. Mes recherches portent sur cette période, de 1945 à 1968, alors que la société était un riche mécène de l’architecture, un leader du marché qui bénéficiait du soutien politique du Vatican.

Pendant cette période, les constructions de la SGI ont doublé chaque année. En vingt ans, la société a construit environ 150 projets dans 10 villes italiennes, pour un total de 710 bâtiments et le nombre impressionnant de 26 000 logements (dont la plupart à Rome). La société a également travaillé avec les meilleurs designers de l’époque, à tel point qu’elle est de facto un annuaire des grands noms de l’architecture de l’après-guerre: Luigi Moretti, BBPR, Adalberto Libera, Pier Luigi Nervi, Franco Albini, Ignazio Gardella, Melchiorre Bega, Ugo Luccichenti et Giuseppe Vaccaro, pour n’en citer que quelques-uns. Parmi les projets de la SGI figurent des bâtiments canoniques et controversés tels que la Torre Velasca à Milan (1958), l’Hôtel Hilton à Rome (1963), la Tour de la Bourse à Montréal (1965) et le complexe Watergate à Washington DC (achevé en 1972).

Au cours des neuf prochains mois, l’Istituto svizzero sera ma base pour les recherches:
je visiterai les bâtiments de la SGI à Rome et environs, étudierai les documents de la SGI aux Archives centrales d’État et interrogerai d’anciens employés de la SGI – d’un âge bien avancé mais toujours remarquablement lucides. L’exploration de la compagnie et des viscères sinueux de la ville contribuera à l’histoire de l’architecture de l’Europe d’après-guerre. En examinant la dynamique du mécénat, l’influence de groupes d’intérêt sur la planification, les mécanismes de l’industrie de la construction et les représentations cinématographiques des bâtiments concernés, ce projet va situer l’architecture –prestigieuse ou ordinaire – comme un phénomène de marché. Plus largement, il fournira un tableau de l’urbanisme, de la culture et de la politique de la Rome du milieu du 20ème siècle.


Davide Spina (1983, Rome/Zurich) – Architecte, Rome
Est d’origine italienne et vit actuellement à Zurich où il prépare un doctorat à l’ETH Zurich, Institut d’Histoire et de Théorie de l’Architecture (gta). Le projet de recherche consiste en une thèse monographique sur la société de constructions romaine Società Generale Immobiliare (SGI). Davide s’est diplômé en Sciences de l’Architecture à l’Université Roma Tre et a obtenu un Master en Architectural History à la Bartlett School of Architecture, University College London (UCL). Il a obtenu des bourses à la Yale University et au Centre canadien d’architecture (Montréal). Il a été été Visiting PhD Scholar à la Columbia University, et a enseigné à l’ETH. Quelques-uns de ses essais ont été publiés sur AA Files, la revue de l’Architectural Association de Londres.

Istituto Svizzero

Istituto Svizzero

L’Istituto svizzero célèbre ses 70 ans. Une bonne raison de mieux le faire connaître et d’illustrer, grâce aux récits de ses résidents de Rome et de Milan, comment cette plateforme interdisciplinaire permet à des artistes et à des scientifiques venus de toute la Suisse de développer leurs projets en croisant leurs expériences et leurs pratiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *