“Les Enfers” de Patrick Dujany: à grand train en direction de La Géhenne avec Duja

Les Enfers : un village qui inspire les écrivains

Ces derniers mois, un village des Franches-Montagnes faisant partie de la paroisse de Montfaucon, l’un des moins habité de Suisse, autrefois rattaché au département français du Mont-Terrible, a singulièrement inspiré les écrivains. Guère étonnant. Cet endroit porte un nom qui éveille l’imaginaire. La légende raconte qu’après le défrichage de ce territoire, qui comprend aussi une tourbière, une épaisse fumée en émana durant des mois. Il n’en fallu pas davantage pour qu’on le nomme Les Enfers. De quoi titiller les chasseurs de fantômes et les écrivains, qu’ils soient admirateurs des poètes du XIXe siècle ou friands de littérature horrifique. Deux livres se déroulant, partiellement, dans ce coin de pays sont parus cet automne. C’est aux Éditions de Fallois que l’on trouve Lucie d’enfer de l’écrivain genevois Jean-Michel Olivier. Un conte noir qui reprend le mythe de la dévoreuse d’hommes, de la mante religieuse qui consomme des mâles forcément voués à la mort. Vous pouvez lire une excellente critique de cet ouvrage en cliquant ici.

Les Enfers a également séduit un natif de cette région, l’enfant terrible de la RTS, le séditieux Patrick Dujany, dit Duja, qui vient de sortir un grimoire death-metalcore qui nous explose les yeux.

Les Enfers de Patrick Dujany : death-metal-core et satanisme

Si Patrick Dujany n’est pas un mâle blanc, cisgenre, hétéronormé, avec un cerveau formaté au siècle dernier, il feint avec génie. Je n’ai pas fouillé sa vie intime et ne sais rien de personnel à son propos. Il se peut, qu’elles que soient ses origines, sa vie, son identité de genre, ses préférences sexuelles et ses pensées profondes, qu’il ait uniquement souhaité écrire un livre hard-death-metal-core aussi lourd que la musique dont se charge ses lignes. Ce qui est encore, et heureusement, la liberté de chaque écrivain-e. Tour infernal parfaitement réussi. Je suggère aux censeurs bien-pensants et politiquement corrects que produit ce XXIe siècle, de s’éloigner de cet ouvrage comme je conseillerais aux anges de fuir les sabots fourchus de Belzébuth si, finir méchamment écrasés n’entre pas dans leurs projets. Les autres… les nostalgiques du XXe siècle et des festivités rock’n’roll au cynisme gras du bide, façon fin de millénaire, puant le houblon d’une mauvaise mousse, c’est probablement de rire qu’ils s’écraseront en lisant la prose épaisse de Dujany. A-t-il écrit Les Enfers, paru aux Éditions Torticolis et Frères, après l’ingestion de trois bouteilles de Damassine, cinq poignées de psilocybes et quelques bouffées de crystal méth ? Je l’ignore. En revanche, je suis en mesure d’affirmer que chaque phrase amène sa claque de trash, de métaphores méphistophéliques et de diaboliques trouvailles. Aussi léger qu’un cinq tonnes parqué sur un nid d’hirondelles, Dujany nous jette sans peine en enfer. Un lieu fort bien habité. Guidés par Lemmy Kilmister, on y rencontre une ribambelle de personnalités : Winnie l’ourson, Colombo, Jimi Hendrix, Simone de Beauvoir, Bruce Lee, David Bowie… et j’en passe.

Les Enfers de Patrick Dujany : l’histoire

Pas loin d’un village au doux nom luciférien, au cours de l’une de ces fameuses torrées comme on n’en fait que sur les crêtes et les flans du massif du Jura, quatre membres de Burning Plane, un groupe de death-metal-core, agrémentent leurs saucisses de champignons hallucinogènes. Pour améliorer le goût de la forestière cuisine, ils l’arrosent de trop d’alcool. C’est au milieu de cette débauche culinaire qu’apparaît Satan. Aux quatre gastronomes, il propose de devenir un groupe de rock mondialement connu, à condition qu’ils lui vendent leurs âmes. Guère embarrassés d’hésitations, ils acceptent. Mais quand on danse avec le Diable, c’est toujours lui qui mène le bal. C’est ainsi que, lors d’une tournée en Norvège, un terrible accident de la route transporte directement le vilain quatuor en enfer.

A la fois grotesque, fantastique, saignant, scatologique et ordurier mais avec suffisamment de bouffonnerie pour que rien ne puisse être pris au sérieux, Les Enfers nous propose une virée dans un univers qui oscille entre le cinéma de Quentin Tarantino et celui de David Lynch. A noter que j’ai dû m’appliquer pour trouver un passage qui puisse être lu de tous sans qu’il n’offense (presque) personne.

 

Patrick Dujany: Les Enfers extrait

“Tandis que la lune, aussi pâle qu’une gothique en phase terminale, segmentait ses stroboscopiques rayons à travers les membres mouvants des conifères chahutés par une sèche bise, une silhouette s’avança des ténèbres, dorénavant vibrantes, pour tournoyer autour de nos musiciens en phase ascendante.

Le Diable s’approcha de Panosse et d’Abel, alors qu’écrasés dans un buisson innocent, Dallas et Seb s’étranglaient d’une passion toute fraternelle. Légèrement agacé par ce manque patent de discipline, il fit tomber la foudre au milieu d’une tourbière dans laquelle copulaient deux martres.

Le rappel à l’ordre fut efficace. Abel tomba dans les pommes, Pan caillait sur place et les deux abrutis se relevèrent, aussi blancs que des merdes de laitier trempées dans de l’eau de Javel.

Le Diable leur expliqua lors d’un monologue abyssal qu’il avait besoin de renouveler son stock d’âmes pures et rêveuses. En échange d’un succès planétaire, il leur offrait l’asile éternel dans son club rock des Enfers.

Choqué, déchiré et en pleurs Abel demanda prestement où il devait signer. Abel pensa furtivement que le groupe n’avait pas le choix et les deux autres continuaient de s’enguirlander à propos d’histoires indépendantes de la situation.

Soucieux de remettre un peu d’ordre dans la procédure, le Diable leur précisa qu’il avait besoin de leurs quatre signatures sur le document officiel, qu’il présenta dans un jaillissement de poussières, d’étincelles et de flammèches rougeoyantes.

Devenir un groupe qui compterait, côtoyer les stars du hard, fermer leurs sales gueules aux policiers du rock national qui les méprisaient, se taper des groupies façon trombone en coulisses et faire la noce comme des gorets dans les meilleurs repères métal de la planète, voilà qui avait de la gueule.

Et tant pis pour les flammes de l’enfer, on verrait plus tard. Pour ceux qui pensaient que la mort allait être de tout repos, la perspective d’une fin possible prenait des allures de pensum sans fin.

Qu’importe les tourments d’une grosse saison en enfer, les quatre membres sévèrement psilocybés de Burning Plane apposèrent leurs fébriles signatures, sur un parchemin en flammes que Panosse contemplait avec un dernier doute incandescent bientôt cramé de fascination.

Puis brutalement, la lumière chut”.

 

Biographie de Patrick Dujany :

Patrick Dujany dit Duja.

Né à Moutier le 12 octobre 1972, Patrick Dujany (alias Duja) est un animateur de radio et de télévision, producteur et chanteur. Depuis 2014, il taquine aussi la plume. Après avoir travaillé pour la radio Couleur 3, il est passé à La Première où il a notamment animé Bille en tête en compagnie de l’historien gastronome Philippe Ligron. Actuellement, il arpente les gares des villes suisses, pour l’émission de la RTS la 1ère Gare à vous, à la rencontre de l’histoire et des personnalités locales.

Musicien d’une formation underground, en juillet 2003 MXD, son groupe de crossover et electro-metal – Duja connaît à la perfection le thème de son dernier livre – est passé en concert aux Eurockéennes de Belfort.

 

Sources :

  • Les Enfers, Patrick Dujany, éditions Torticolis et frères
  • Lucie de l’enfer, Jean-Michel Olivier, éditions de Fallois
  • Fattorius, blog de Daniel Fattore
  • Histoire de la Commune des Enfers
  • RTS
  • Wikipédia
Dunia Miralles

Dunia Miralles

FOLMAGORIES le dernier livre de Dunia Miralles - Éditions L'Âge d'Homme- est un recueil de nouvelles fantastiques en hommage à Edgar Allan Poe, Andersen, Baudelaire ou Stephen King. ALICANTE, des poésies en prose mises en musique par Monojoseph, est paru en librairie en avril 2018. Dunia Miralles est l'auteure de SWISS TRASH, roman culte sur les milieux de la drogue à la fin des années 1980 et d'INERTIE qui a été nominé pour le Prix de l'Académie Romande, le Prix du Roman des Romands et qui a reçu le Prix Bibliomedia 2015. Autres livres: MICH-EL-LE une femme d'un autre genre, FILLE FACILE.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *