Journée mondiale de l’eau – Oui à la gourde, non au PET !

Depuis 1992, l’ONU attire l’attention de tous sur l’importance de l’eau et tente de promouvoir la gestion durable des ressources en eau douce grâce à la Journée mondiale de l’eau. En totale opposition à la privatisation de cette ressources essentielle, un des objectifs poursuivis par les Nations Unies est de garantir l’accès de tous à l’eau. Une eau qui mérite notre respect, à chaque bout de la conduite.

La Suisse est le château d’eau de l’Europe, ce qui explique que l’on n’a-t-on plus tellement conscience de la chance que l’on a d’y vivre! Chaque jour, sans interruption, nous ouvrons nos robinets et pouvons nous abreuver d’une eau de qualité. Chaque jour, nous prenons des douches sans devoir cracher tous les deux minutes pour éviter d’ingurgiter des bactéries nocives. Chaque semaine, nous pouvons laver notre linge dans une eau claire et propre. Et chaque jour, nous faisons nos besoins dans de l’eau potable! Malgré notre chance de veinards géographiques, les ventes d’eau en bouteille sont toujours aussi florissantes… Allez comprendre…

Chutes du Rhin

Comme l’écrivait le magazine Bon à savoir en septembre 2016, “en Suisse, hors considérations gustatives personnelles, il n’y a aucune bonne raison de consommer de l’eau en bouteille plutôt que de l’eau du robinet. Elle est moins chère, plus écologique et tout aussi saine.” Mettre de l’eau en bouteille et la vendre est un moyen assez simple de remplir les caisses. Une belle étiquette, beaucoup  de marketing pour faire croire que cette eau-là soignera toutes sortes de bobos et l’affaire est faite. Mais pour garantir de grands profits à moindre coût, encore faut-il avoir fait main basse sur les sources. C’est la stratégie poursuivie par de grands groupes alimentaires depuis des décennies, parfois au mépris des intérêts des populations locales.

L’eau, cette ressource indispensable à la vie, est devenu un bien privé, ici et ailleurs. Il semble que l’air pur non pollué soit aussi l’objet de tels appétits commerciaux du côté de la Chine

Les chères bouteilles d’eau en PET en décharge… Crédit photo: lemieuxetre.ch

Et pour goûter à ces eaux minérales, on va les acheter en bouteilles PET le plus souvent. L’ennui est que pour chaque kilo de polyéthylene terephthalate produit, il est nécessaire d’utiliser un demi kilo de pétrole. Pas très durable comme habitude de consommation.

De plus, au delà d’un certain temps de stockage, un phtalate probablement cancérigène pourrait s’y développer. Une étude américaine a analysé 250 eaux en bouteilles en provenance de 9 pays: publiée il y a une semaine, elle nous apprend que 93% des échantillons contenaient des micro-plastiques: polypropylène, nylon et polytéréphtalate d’éthylène. Pas très sain comme habitude de consommation.

Alors que faire? En cette Journée mondiale de l’eau, vous pouvez tout simplement utiliser votre gourde et la remplir à votre robinet avant de sortir. Toujours avec vous, vous pourrez aussi la remplir aisément à l’une des nombreuses fontaines d’eau potable disponibles partout dans le pays. Rien qu’à Lausanne, il y a 250 fontaines traditionnelles et 100 fontaines à boire… Lausanne où a vu le jour le projet “L’EAUsanne” sur les réseaux sociaux, dont le but est justement de promouvoir les fontaines à boire de la ville de Lausanne afin de réduire la consommation de bouteilles d’eau en PET. Suivra la création d’une association “Fais le plein“…

Voilà un geste simple, qui permet d’économiser pas mal de bouteilles chaque année. Une habitude bon marché qu’il s’agit d’adopter pour le reste de l’année…

En cette Journée mondiale de l’eau, il serait temps de prendre conscience de ce que nous avons la chance de disposer sans effort. Pourquoi ne pas en profiter pour aller visiter les fontaines de la ville ? Samedi 24 mars, de 10h à 14h, depuis la Place Saint-François, le service de l’eau de la ville de Lausanne organise des visites historiques des fontaines de la ville.

Cette prise de conscience doit aussi passer par l’attention à prêter à l’autre bout du tuyau, soit à ce que l’on évacue si facilement dans nos canalisations…

A l’autre bout du tuyau

La gestion des eaux usées est depuis longtemps une tâche de service public dans notre pays. Nos impôts et des taxes prélevées sur notre consommation d’eau financent les stations d’épuration. Le “tout-à-l’égoût” est bien pratique. C’est aussi une médaille qui présente une face sombre: selon la newsletter émanant des autorités de ma commune vaudoise, beaucoup de mes concitoyens prennent leurs canalisations pour une poubelle. Ils y jettent des petits déchets solides (q-tips), des restes de repas, des huiles usagées, des lingettes et des protections hygiéniques sans vergogne. A l’autre bout du tuyau, les employés communaux ramassent ces déchets solides et les acheminent à l’incinération.

Quelle perte de temps, d’énergie et de ressources, alors qu’il est si simple de réduire sa production de déchets, ou à défaut, de mettre ces déchets dans un sac taxé destiné à l’incinération.

Loin des yeux, loin du coeur: cela s’applique malheureusement à l’épuration de nos eaux usées. Je ne pense pas qu’il soit souhaitable d’avoir à nouveau nos égouts à l’air libre comme au Moyen-âge. Chacun jetait ses eaux usées de la nuit ou du jour directement en pleine rue, dont la rigole centrale menait au ruisseau.

Avec le tout-ménage de ma commune en main l’autre jour, je me suis demandée s’il ne serait pas judicieux d’instaurer une journée obligatoire de travail en station d’épuration pour tous mes concitoyens et concitoyennes…

En attendant, à quand une Journée mondiale de l’épuration ?

En visite dans une STEP Crédit photo: Couleurs sauvages.com
Valérie Sandoz

Valérie Sandoz

Valérie est l'une des ambassadrices de l'association ZeroWaste Switzerland. Elle donne des conférences et anime des ateliers. Géographe et ethnologue de formation, elle interroge notre façon de consommer et partage ses découvertes. Adepte du «fait maison» depuis des années (conserves alimentaires, lacto-fermentation, cosmétiques, produits de nettoyage, etc.), Valérie anime un blog personnel (www.valesavabien.blogspot.com) consacré à la cuisine sans gluten, à la réduction des déchets et du gaspillage et à un mode de vie simple et joyeux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *