Le couple n’est pas un WC !

CC
Le couple n’est (évidemment) pas un WC

Le Temps a publié un article intitulé : Rage Room – On paie pour casser,  qui traite « d’une chambre de rage », qui vient d’ouvrir à Lausanne. Voir (1) Le Temps du 27 avril 2018. Un lieu pour passer sa rage en sécurité, pour peu avec plaisir aussi, puisqu’on y choisit des objets à casser, comme des ordinateurs, des assiettes, des bouteilles etc.

L’idée ma parait bonne et est un premier pas dans la bonne direction, même si elle ne résout pas tout. Je donne des séminaires sur la colère saine depuis presque trente ans, et je crois qu’ici en Suisse les gens ont besoin de pratiquer un peu plus d’ex-pression = la pression à l’extérieur de soi ». En rage room ou en conscience de mille autres manières. J’ai été interviewé à ce sujet à la RTS (2) et (3) et j’ai partagé ma conviction de thérapeute et spécialiste de la colère, de combien cet acte symbolique et hygiénique peut aider les gens sérieux, gentils et trop retenus.

Une décharge émotionnelle et physique, organisée et sécurisée (chez soi, dehors, seul ou en groupe), relâche les tensions ainsi que le stress et donc, nous met en meilleure posture pour affronter notre vie, nos difficultés.

Cela décongestionne et peut faire du bien à la fonction de nos organes. Cela défoule et décompresse, cela peut faire du bien à notre squelette, c’est-à-dire aux boites articulaires.

Et cela peut faire du bien… au couple. 

Pourquoi ?

Car hélas, le couple est le lieu où nous déchargeons le plus librement et sans pudeur nos états d’âmes, notre stress, notre frustration. Le fusible « pète » avec les êtres que nous aimons le plus au monde. Peut-être parce que nous croyons qu’ils vont rester ? Et si ce n’est pas notre conjoint, ce sera nos enfants, notre chien ou nos subalternes.

Le couple alors devient hélas un WC, un lieu de digestion pénible, de soulagement momentané, de récupération maladroite. Donc malheureusement un endroit facile pour se soulager, pour se lâcher et pour tenter de finir notre « unfinished business », nos affaires pesantes et accumulées.

Qui n’a pas eu un jour une mauvaise journée, et en revenant à la maison, explosé pour un petit prétexte ?

  • Quoi, tu n’as pas posté ma lettre ?
  • Tu n’as toujours pas rangé la table du salon ?

Le stress accumulé se transforme très bien en colère. C’est de la physique, le corps humain essaie d’éliminer la surcharge. Lorsque c’est mal vécu, lorsque c’est balancé – craché – vomi à la figure de l’autre (« Il m’a chié dans les bottes !») ou lorsque ce sont des remarques sèches, froides, dures, c’est toujours mal reçu, c’est de la violence, cela fait des dégâts. Et si cela soulage un peu, ce n’est jamais vraiment libérateur ni satisfaisant. C’est donc inefficace.

Une recherche de l’Université de Fribourg, datant d’il y a environ 12 ans, avait établi que le facteur fragilisant numéro 1 des couples était le stress !

 

Alors les options ?

Pour décharger consciemment le stress, les tensions, les émotions résiduelles, vous devez utiliser inévitablement ces trois clés :

  1. expirez par la bouche, 2. mettez en mouvement le corps et 3. libérez le son par la bouche aussi.

Avec ces 3 clés, créez vos exercices, vos prétextes pour lâcher la pression. Apprenez de manière préventive ou lorsqu’il y en a besoin, des pratiques responsables de décharge qui ne font que du bien, qui n’esquintent pas vos proches. Comme le sport léger pour le plaisir, marcher, danser, chanter, être un supporter enthousiaste et sonore au match, pratique des exercices de décharges spécifiques qui se font dehors ou en appartement.

Et dans le couple ?

Lorsque votre couple rigole ensemble, « déconne », se bagarre amoureusement sur le lit, fait l’amour, la décharge se fait très naturellement. Allez courir ensemble de manière ludique et non performante, parlez italien (expressif et avec les mains !) etc.

En bref d’être vivant dans son corps et dans la relation !

Alors attention, ne déversez pas vos lourdeurs, vos soucis, vos tensions sur votre conjoint. Le couple n’est pas une poubelle, ni une toilette. Il y a de meilleurs moyens pour vous libérer, pour vous alléger, pour vous calmer.

  • (1) https://www.letemps.ch/societe/rage-room-on-paie-casser
  • (2) Journal de midi-trente, le jeudi 12 avril 2018,
  • (3) Couleurs 3, On se calme, le 13 avril 2018.
Stephen Vasey

Stephen Vasey

Stephen Vasey est sociologue, travaille à Lausanne comme Gestalt-thérapeute en consultation individuelle et couple. Anime des séminaires sur la relation et la sexualité des couples, d’autres sur la colère saine. Auteur du livre « Laisser Faire l’Amour ». www.therapie-de-couple.ch

Une réponse à “Le couple n’est pas un WC !

  1. Salut Steven,
    Merci pour ce petit article qui rentre quand même un peu dans le sujet …
    Mon projet de ferme bio près de Paris avance bien (#fermedesclos).
    Nous organisons le 22 septembre une fête de la ferme à laquelle je te convie volontiers si tu passe dans le coin.
    Bises Pascal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *