Ce sera ta fête?

Nous sommes en décembre, deux fêtes parmi les plus importantes de l’année s’alignent au bout du mois. Avez-vous déjà remarqué la tension qui peut se créer avant une invitation ou un moment de célébration, en vous d’abord et chez vos proches?

Il est surprenant que les fêtes qui sont conçues pour se donner du plaisir sont souvent empêtrées de conventions, de sentiments d’obligation et peuvent causer trop de stress.

Dans quel état êtes-vous ?

Chaque mois de décembre, un certain nombre de couples viennent consulter en crise sur la préparation de Noël par exemple, et sur les invitations.

Et hélas, il nous arrive de très sérieusement s’étriper !

Au sujet de la composition du menu, d’ouvrir les cadeaux avant ou après le repas de Noël, de « trouver le cadeau pour ta sœur », « et cette fois pas de fois gras, je n’ai pas envie de vomir », « cette année j’aimerais vraiment un sapin petit et biologique », « tu ne mettras pas ta chemise à carreaux rouges ! », « si tu bois comme l’année passée je pars à l’hotel », etc…

Au sujet de la liste des convives, « nous sommes obligés d’inviter ton oncle cette année », « moi je ne m’assieds pas proche de ton frère », « on fait comment : ta mère ne parle plus avec ton père et si on n’en invite qu’un on est dans la m… ! », « cette fois on invite un immigré ? »…

Le couple a probablement des milliers de bonnes raisons de se confronter dans leur différence : un couple, deux personnes, deux histoires de vie, deux intégrités, deux cœurs. Mais hélas, aussi deux égos, deux cultures, deux évidences, des valeurs et des principes souvent différents, voir opposés.

Comment peut-on faire alors ?

Nous avons le choix.

Même si nous l’oublions, nous avons l’option d’imposer,  c’est-à-dire de nous déchirer et d’attaquer notre conjoint en croyant vraiment, mais alors VRAIMENT, que nous avons raison ! Ou nous pouvons en discuter, être d’accord que nous ne sommes pas d’accord et essayer de trouver un terrain commun « au milieu », une alternance, une concession partagée, en faire un stretching !

Et l’ambiance… ?

Dans une de mes aventures de couple, nous avions trouvé une vraie marche à suivre efficace et implacable : avoir deux objectifs à égalité : réussir le repas et la fête. Et en sus, au moment où les invités sonnent à la porte, d’être dans un état détendu et réjouis. Et même si la sauce curry n’était pas terminée !

Nous offrons un repas, une réception mais aussi ce que nous sommes. Je vous promets qu’un hôte stressé, ce n’est pas un cadeau !

Se pose aussi la question de la loyauté.

Noël en particulier est une promesse de réunion, de paix, de joyeuses retrouvailles. De croire rendre tout le monde heureux est un objectif titanesque et naïf. Avec beaucoup de mérite et de sagesse, certains décident de participer à deux ou plusieurs Noëls. Parfois nous devons frustrer une partie de notre famille étendue pour protéger la nôtre. Pas facile, mais peut-être nécessaire.

Je vous souhaite une vraie fête dans vos cœurs, et de très belles fêtes avec vos proches !

 

Vois aussi le blog « Flips ou Fêtes ?» de Stephen Vasey

Stephen Vasey

Stephen Vasey

Stephen Vasey est sociologue, travaille à Lausanne comme Gestalt-thérapeute en consultation individuelle et couple. Anime des séminaires sur la relation et la sexualité des couples, d’autres sur la colère saine. Auteur du livre « Laisser Faire l’Amour ». www.therapie-de-couple.ch

2 réponses à “Ce sera ta fête?

  1. C’est bien dit mon ami. Pour moi noël est un vrai moment de joie , les bougies sur le sapin et partout dans la maison , ça sent bon , le sapin , la mandarine et la bonne nourriture. Je me réjouis vraiment de ça. Alors pour bien profiter de ce moment ,j’ai du laisser mon perfectionnisme dans un panier , bien rangé !!! Je préfère que les autres me voient heureuse que parfaite ménagère et cuisinière . Et j’ai remarqué qu’ils préfèrent aussi……..
    Joyeux noël , joyeux retour de la lumière

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *