Agriculture, énergie: pénurie ou heure de vérité?

Depuis la guerre menée par Poutine contre l’Ukraine, plus personne ne peut nier la nécessité de revoir les circuits d’approvisionnement. La pandémie du Covid en avait déjà donné un aperçu et on s’était rendu compte à quel point le libre-échange avait un coût non seulement écologique et social, mais aussi géopolitique. La situation actuelle ne fait que le confirmer.

Il reste toutefois incertain que la volonté politique d’un rééquilibrage entre libre-échange (et donc de notre dépendance du bon fonctionnement des relations internationales) et résilience locale soit durable, tant les vertus supposées intrinsèques du libre-échange se sont inscrits dans l’ADN des décideurs des pays industrialisés. Adapter un corpus doctrinal à la réalité est toujours douloureux, on l’a vu avec la chute de l’URSS. Mais ne pas le faire est bien plus douloureux encore.

La pénurie questionne la demande, et pas seulement l’offre

Un autre enjeu est la manière de considérer la pénurie. Et à cet égard on note un parallélisme parfait entre les enjeux énergétiques et ceux de la production agricole. Alors que, en particulier sous l’angle des risques climatiques croissants – que nos étés toujours plus chauds viennent souligner – on avait déjà commencé à questionner les choix privilégiant les perspectives quantitatives, la guerre devrait être l’occasion d’un changement de cap, en prenant le meilleur du passé et du présent pour imaginer un futur à la hauteur de nos attentes…

En effet, la notion de pénurie n’est pas une réalité univoque. En matière agro-alimentaire, elle suppose qu’il est normal que les pays du Sud, en particulier en Afrique, aient négligé leur production agricole vivrière, leurs sortes traditionnelles sélectionnées durant des millénaires pour leur résistance aux conditions locales, et se soient rendus autant dépendants du blé importé.

Elle suppose qu’il est normal que l’on doive satisfaire dans les pays industrialisés une moyenne calorique de 3100 kcal/jour/personne, alors qu’elle dépasse nos besoins nutritionnels d’un tiers. Et qu’elle est obtenue par une course au productivisme qui nivelle les campagnes, les goûts et les sortes, et finalement les paysans eux-mêmes, dont le nombre est en diminution constante, réduisant d’autant nos capacités d’autonomie locale.

Qu’il est normal de dépendre massivement d’intrants importés et polluants, au risque de lourds impacts écologiques. Qu’il n’est pas grave que le monde dépende pour les deux tiers de sa nourriture de 9 espèces végétales, car on a tout sacrifié à une vision purement financière et court-termiste de la rentabilité. Ni qu’on assiste à la perte d’un tiers, entre « la fourche et la fourchette », de la nourriture produite… Tous ces points étant autant de leviers d’action à mettre rapidement en oeuvre!

Quelle stratégie agro-alimentaire pour la résilience des territoires ?

A l’examen, c’est bien la stratégie de « verdissement » de l’agriculture qui nous libère des dépendances, bien plutôt que l’accélération de la fuite en avant. Pourtant c’est cette dernière option que le lobby de l’agrobusiness, incapable de se remettre en question, tente de faire passer, profitant de l’inquiétude ancestrale ne pas avoir assez à manger que le terme pénurie suggère. Et on oublie que le secteur agro-industriel mondial émet 25 à 33 % de tous les gaz à effet de serre anthropogènes. D’ailleurs, la FAO prône aujourd’hui l’agroécologie comme seule façon de nourrir une humanité en nombre croissant sans détruire les sols ni la condition paysanne.

En matière énergétique, le schéma est exactement le même. Alors que depuis un demi-siècle (première crise du pétrole 1973), on connaît les risques géopolitiques et écologiques de notre dépendance du fossile, ce n’est que très progressivement et par à-coups qu’on a valorisé les ressources que nous avons dans notre environnement direct : géothermie, bois, biogaz, eau, vent, soleil, chaleur de l’environnement, qui ne font actuellement à peine que le quart de notre approvisionnement – alors qu’elles sont les plus sûres et les moins polluantes.

Energie : prendre au sérieux les économies possibles

Quant aux mesures pour agir sur la demande, elles sont connues de longue date : chauffer moins en hiver, rouler moins vite, redéployer les transports publics, réduire la place de l’aviation, notamment. Et chaque petite action pour concrétiser cette liste est un combat, qu’on se rappelle des discussions en France sur l’aviation courte distance – et la mise dans un grand tiroir des propositions de la convention citoyenne du climat, malgré l’engagement de Macron de les suivre quasiment à la lettre…

Là aussi la pénurie doit d’abord être l’occasion de redéployer tout l’arsenal du questionnement de la demande, et surtout pas, comme l’UDC vient de le faire sur le mode démagogique qu’on lui connaît, de renoncer aux mesures climatiques et de relancer l’atome. Car si des panneaux solaires ou des éoliennes s’implantent techniquement en peu de mois, prôner le nucléaire ne fait que repousser les échéances d’au moins une décennie. Et pendant ce temps, on ne ferait rien ?

Raser gratis, c’est la promesse des démagogues de toujours, mais on connaît le prix des lendemains qui déchantent. Et dire que d’aucuns continuent à refuser les éoliennes, soit 7% de notre production électrique disponible en peu de temps si les opposants voulaient bien retirer leurs objections d’enfants gâtés. Une chose est sûre : les réponses communes aux risques climatiques et aux risques de dépendance géopolitique existent, à nous de les mettre en œuvre.

Les trois défis de la finance durable

Trois enjeux sont critiques pour la réussite de la nécessaire transition vers la durabilité. La première : une partie suffisante de la population se sent-elle assez concernée et motivée pour s’y impliquer ? La deuxième : si la transition devait aggraver les inégalités sociales au lieu de les réduire, il n’y aura pas d’adhésion de la population. La troisième : la trajectoire de la finance doit être fondamentalement modifiée.

C’est sur ce dernier point que les évolutions ont été les plus rapides. A long terme il ne devrait y avoir plus que de la finance conformes aux exigences de la durabilité, assurant un taux de retour sur investissement raisonnable mais pas abusif, et avec des engagements ayant un impact écologique et social avéré. Même si on en est loin, l’évolution est spectaculaire.

Le dernier rapport de Swiss Sustainable Finance montre une multiplication par 50 en dix ans des activités financières qualifiées de durables en Suisse, passant de 40 milliards en 2011 à près de 2000 milliards en 2021 (environ un quart des actifs sous gestion des banques suisses). Mais tout se passe actuellement comme si on était sur un replat, sur des hésitations, des doutes, des risques pour la crédibilité de la transition du système financier vers la durabilité. Or ce n’est plus le moment d’hésiter, il faut mettre la vitesse supérieure! Et pour ce faire trois questions doivent maintenant être clarifiées.

Première question : qu’entend-on par « durable » ?

Il n’y a pas longtemps encore, des versions assez divergentes de ce que serait la durabilité circulaient. Mais depuis l’adoption par l’Assemblée générale de l’ONU de l’Agenda 2030, avec ses 17 objectifs de développement durable (ODD) et leurs 169 cibles, on ne peut plus affirmer que la durabilité serait à géométrie variable.

Elle apparaît au contraire comme un système d’objectifs concrets et cohérents, définis de manière normative. Et résumée en deux mots, la durabilité signifie proportionner l’empreinte écologique de nos activités aux capacités des systèmes naturels, et veiller à une hiérarchie des besoins. Ces deux objectifs sont loin d’être atteints et le but de la transition est bien d’y parvenir.

En matière de financement durable, un consensus s’est progressivement établi autour de la mesure de l’atteinte d’objectifs environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG), comme par exemple l’égalité des genres, la neutralité climatique ou encore des possibilités de participation des salarié.e.s.

A ce jour, il manque toutefois une norme mondiale, par exemple définie par un standard ISO, fixant un minimum d’exigences contraignantes à appliquer dans chacune des trois atégories. Certes la « taxonomie » de l’UE a précisé le volet environnemental, non sans controverses (le rôle du gaz et du nucléaire comme énergies de “transition” – donc en quelque sorte provisoirement tolérés – vient d’y être confirmé par le Parlement européen), et on attend avec intérêt les contenus qui seront retenus pour les deux autres volets.

Mais la clé sera la concordance avec le système des ODD, cadre de référence pour de nombreux territoires et organisations, y compris économiques.

Deuxième question : comment mesurer l’état d’atteinte des objectifs fixés ?

Une fois le niveau d’exigence minimum défini (conditions plancher que chaque établissement financier ou gestionnaire de fonds peut ensuite renforcer à sa guise), comment vérifier si l’entreprise cible y répond ?

Il faut pour cela que les deux parties s’équipent : les entreprises doivent, tout comme elles doivent le faire depuis toujours avec la comptabilité financière classique, documenter (avec des données vérifiées voire auditées) leurs performances ESG. Et les établissements financiers devant pour leur part se doter des capacités d’analyser ces performances – de la même manière dont elles disposent d’analystes financiers.

L’approche la plus directe est toutefois celle de la finance d’impact : on ne corrige pas ce qui existe mais cible la mise de fonds exclusivement sur ce qui est positif en termes d’impact ESG, tant au niveau du fonctionnement de l’entreprise que de ce qu’elle met sur le marché.

Troisième question : quelle conséquence tirer d’une notation ESG ?

Quasiment aucune entreprise, aucune personne morale (ni physique d’ailleurs) n’est parfait en matière de durabilité, et les procès d’intention seraient de nature à décourager quiconque voudrait se mettre en chemin.

Il faut donc clairement distinguer entre greenwashing, qui est une forme de tromperie de soi et des autres et qui doit être combattue, et greenwishing, qui est le souhait de s’améliorer, lequel demande au contraire à être soutenu.

Dès lors, il vaut bien mieux (sauf critères d’exclusion bien sûr) doter les investissements ou les crédits alloués de conditionnalités ESG fortes et facilement vérifiables, plutôt que de céder les actifs insuffisamment durables à d’autres investisseurs bien moins exigeants, qui ne feront rien pour faire progresser l’entreprise en cause.

L’ensemble de ces démarches s’inscrivent dans la nécessité de reconnecter l’économie avec les enjeux de société dont elle s’était abusivement détachée, et de conjuguer désormais de pair rentabilités financière, écologique et sociale. Un tournant qui n’a que trop tardé à être initié.

 

Ne laissons pas les sols se dérober sous nos pieds

Mauvaise gestion de l’eau, notamment des eaux de pluie dans les régions arides, mauvaise attribution de la ressource (par exemple en priorisant le tourisme ou en développant des cultures demandant beaucoup d’irrigation) ; mauvais usage des terres (par exemple par surpâturage) faisant que les sols se dégradent de plus en plus : voilà deux fléaux qui se conditionnent mutuellement.

Le changement climatique ajoute sa dynamique délétère : quand il fait 50°C au Pakistan ou en Irak, les zones humides et même les cours d’eau s’assèchent rapidement. Les images de la mer d’Aral réduite au dixième de ce qu’elle était, de plans d’eau en Irak aujourd’hui totalement desséchés, du lac Tchad qui n’est plus que l’ombre de lui-même jalonnent cette dynamique négative.

Les pays industrialisés ne sont pas à l’abri. La sécheresse y progresse aussi, et les cultures n’y sont pas nécessairement adaptées (comme planter du maïs dans des régions arides). Le compactage du sol par des machines agricoles de plus en plus lourdes, l’usage de pesticides et autres intrants perturbe, voire détruit, la vie biologique des sols, réduits à l’état de seuls supports.

Partout au monde, l’enjeu est de soutenir sa productivité naturelle : c’est la vie du sol, dans sa couche superficielle, qui l’assure – et assure notre subsistance. « Dans les sols agricoles, le taux minimum de matière organique devrait être de 3 à 6%. Mais actuellement, dans près de 40% des terres agricoles mondiales, le taux de matière organique est inférieur à 0,5% » souligne l’activiste Indien Sadhguru, qui a parcouru ce printemps les capitales européennes pour les sensibiliser à cet enjeu-clé (Tribune de Genève, 26 avril 2022).

Un état des lieux sans concessions

Selon « Perspectives territoriales mondiales », le 2e rapport sur l’état des sols établi par le secrétariat de la Convention des Nations Unies pour la lutte contre la désertification (LCD), 40% de terres sont désormais dégradées, impactant la moitié de l’humanité. Voici 5 ans seulement, elles étaient 25% – une progression aussi fulgurante qu’inquiétante. Près de 70% des terres émergées ont été transformées par les usages humains. Le rapport souligne le lien direct entre la dégradation des capacités productives des sols et des écosystèmes, et celle des conditions de vie des populations, conduites à s’entasser dans les bidonvilles, voire à migrer plus loin.

« À l’échelle mondiale, les systèmes alimentaires sont responsables de 80% de la déforestation et de 70% de l’utilisation de l’eau douce. Ils constituent aussi la principale cause de perte de biodiversité terrestre. La santé des sols et la biodiversité sous terre – la source de presque toutes nos calories alimentaires – ont été également largement négligées par la révolution agricole industrielle du siècle dernier « souligne ce document.

Ses auteurs ajoutent : « L’agriculture moderne a modifié la surface de la Terre plus que toute autre activité humaine, de la production de denrées alimentaires, d’aliments pour animaux et d’autres produits de base jusqu’aux marchés et aux chaînes d’approvisionnement qui relient les producteurs aux consommateurs. Rendre nos systèmes alimentaires durables et résilients contribuerait de manière significative à la réussite des programmes mondiaux concernant les terres, la biodiversité et le climat. (…) Plus de 700 milliards de dollars sont versés en subventions agricoles chaque année, mais seulement 15 % environ de ce montant a un impact positif sur le capital naturel, la biodiversité, la stabilité de l’emploi à long terme ou les moyens de subsistance.»

Oui, les enjeux du climat, de la biodiversité et des sols sont complètement imbriqués. D’ailleurs, les conventions sur les changements climatiques, sur la biodiversité et sur la désertification ont été lancées ensemble, lors du plus grand rassemblement de l’ONU depuis sa création, le “Sommet de la Terre” tenu voici 30 ans (du 4 au 14 juin 1992) à Rio de Janeiro, et sont entrées en vigueur respectivement en 1994, 1993 et 1997.

Les solutions sont à portée de mains, mettons-les en œuvre

Perspectives territoriales mondiales rappelle que «fin 2021, plus de 115 pays avaient pris des engagements quantitatifs territoriaux pour restaurer 1 milliard d’hectares d’exploitations agricoles, de forêts et de pâturages ; cela représente une superficie supérieure à celle des États-Unis ou de la Chine. (…)  La restauration des terres est entendue au sens large comme un continuum de pratiques de gestion durable des terres et de l’eau qui peuvent être mises en œuvre pour conserver ou ‘ré-ensauvager’ les zones naturelles, ‘intensifier’ une production alimentaire respectueuse de la nature dans les paysages ruraux, et ‘verdir’ les zones urbaines, les infrastructures et les chaînes d’approvisionnement. »

En lançant en 2007 le gigantesque projet de Grande muraille verte afin de stopper l’avancée du désert, l’Union Africaine avait vu juste. Mais le long des 7775 km séparant Dakar de Djibouti à travers 11 Etats, seuls 20% des environ 100 millions d’hectares prévus ont été réhabilités. Et encore, il ne suffit pas de planter des arbres, il faut les protéger, les entourer, les insérer dans une gestion durable des sols à travers des pratiques culturales et pastorales appropriées. Indécision et fragilité des administrations, insécurité, implication insuffisante des populations locales, corruption entravent l’avancée de cette vaste entreprise. Mais le signal est donné.

A la COP 15 (15e conférence des Etats parties à la convention) de la LCD tenue en mai dernier à Abidjan, capitale de la Côte d’Ivoire, il a été retenu d’accélérer d’ici 2030 le programme de restauration d’un milliard d’hectares de terres; on y a aussi noté d’»assurer de plus grandes synergies entre les trois conventions de Rio y compris des complémentarités dans la mise en œuvre de ces traités grâce à des solutions fondées sur la nature et à la définition d’objectifs au niveau national. » 

Jusqu’à quand les demi-mesures ?

Toutefois, alors que divers pays auraient souhaité un Protocole sur la lutte contre la sécheresse, la conférence s’est contentée d’»établir un groupe de travail intergouvernemental sur la sécheresse (…) afin d’examiner les options possibles, y compris les instruments politiques mondiaux et les cadres politiques régionaux, pour soutenir le passage d’une gestion réactive à une gestion proactive de la sécheresse.»

Elle a aussi souligné la nécessité « lutter contre la migration forcée et les déplacements provoqués par la désertification et la dégradation des terres en créant des opportunités sociales et économiques qui augmentent la résilience rurale et la stabilité des moyens de subsistance, et en mobilisant des ressources, y compris de la diaspora, pour des projets de restauration des terres. »

A ce jour, 128 États se sont engagés pour un objectif de neutralité en matière de dégradation des terres d’ici 2030. Reste que les politiques agricoles peinent à prioriser les pratiques agro-écologiques, une sylviculture durable et un pâturage régénératif, sans lesquelles rien n’est possible. Précisément, la Côte d’Ivoire a perdu 90% de ses forêts en 60 ans. Perdu signifiant ici par négligence de l’Etat ou délibérément, pour un profit financier à courte vue de quelques-uns. On détruit ainsi ce qui protège le sol et la biodiversité et absorbe du CO2 : le couvert arboré. Alors que l’agroforesterie permettrait de concilier forêt et cultures de qualité, par exemple de cacao. A quelques kilomètres de destructions massives de la forêt, certains montrent la voie, produisant parmi les meilleurs chocolats au monde…

 

Dérégulation: une dérive cher payée

La différence entre libéralisme et néolibéralisme ? Le libéralisme correspond idéalement à une économie de marché où l’Etat fixe les conditions-cadre et assure les infrastructures de base au service de la population et des entreprises. Quant aux acteurs privés, personnes physiques et morales, ils savent – idéalement aussi – que la liberté des uns s’arrête là où commence celle des autres, et devient tyrannie si elle n’est pas guidée par le sens des responsabilité.

Le néolibéralisme est une dérive qui prétend faire table rase de ce subtil équilibre, pour revenir à la « vraie foi » : la loi de Ricardo ; la loi d’Adam Smith. La loi de Ricardo : celle dite des avantages comparatifs: chaque pays est prié de se concentrer sur ce qu’il sait le « mieux » faire. La loi de Smith : la « main invisible », soit la croyance que l’intérêt général est le produit de l’addition des intérêts individuels. Ces deux affirmations se sont révélées fausses.

Un coût écologique et social énorme

Cette dérive a un coût écologique et social énorme, car la mise en compétition globalisée s’est jouée à armes inégales. Au lieu de répandre les bienfaits d’une prospérité largement partagée, elle a vidé des régions entières, fait disparaître des savoirs-faire précieux, des biens et services de qualité. Et de l’addition des égoïsmes individuels n’est aucunement sorti comme par miracle l’intérêt général.

Car le marché est faussé, avec des externalités positives qu’il ne parvient pas à rémunérer, et des externalités négatives donnant un avantage indu à des façons de faire qui, en complète transgression du principe du pollueur-payeur, n’intègrent pas dans leur prix le coût des dommages écologiques et sociaux infligés à autrui.

Ces deux erreurs de perspective ont poussé des populations entières dans les bras de populistes réclamant la fermeture des frontières, et prônant le repli sur soi et un nationalisme revanchard. Et qui, se refusant eux aussi à réguler l’économie, n’arrivent pas non plus à tenir leurs promesses.

Pas de marché sans régulation, pas de régulation sans marché

Il est temps de rappeler qu’il n’y a pas de marché sans régulation – et pas de régulation sans marché. La vertu, les égards pour autrui et l’éthique n’étant pas équitablement répartis parmi les humains, ce qui est important pour la vie en société ne peut pas être laissé au libre choix des personnes. C’est ainsi par exemple pour le paiement de l’impôt ou le respect des règles de la circulation routière, et personne ne songerait à les laisser à l’adhésion volontaire des individus…

Le marché – la rencontre entre une offre et une demande – et sa régulation – l’affirmation de l’intérêt public – se conditionnent mutuellement. Déjà dans l’Antiquité, l’État se faisait garant des moyens d’échange (l’étalon monétaire, la vérification des poids et mesures) et contrôlait la loyauté de l’offre (qualités alléguées, hygiène et sécurité, probité…). Puis on a réglementé les taux d’intérêt, les relations de travail, les risques pour la santé et l’environnement…

Garantir l’intérêt général

À chaque fois, il a fallu trancher entre profit à court terme pour quelques-uns et bien commun, et contrer des intérêts particuliers. La difficulté de le faire, face aux grands enjeux actuels, souligne la faiblesse de l’État, alimentée par cette dangereuse dérive clairement démentie par les faits : que l’économie fonctionnerait d’autant mieux qu’on ne s’en mêlerait pas.

Les mesures tant de soutien de l’économie que sanitaires prises durant la pandémie, les sanctions contre la Russie de Poutine agressant un pays indépendant depuis 30 ans, marquent le réveil de la puissance publique. Mais elle reste encore timide face aux « paradis fiscaux » organisant une prédation éhontée par un petit cercle, qui prive chaque année les États de quelque 420 milliards de dollars de recettes hautement nécessaires; face à des délocalisations sacrifiant les humains et les territoires sur l’autel de la baisse des coûts ; face aux licenciements économiques abusifs opérés pour augmenter marges et dividendes ; face à la difficulté de trouver du travail quand on est trop jeune, trop âgé, pas assez qualifié, trop qualifié…

Réhabiliter l’Etat mais quel Etat ?

Il nous faut donc réhabiliter l’État, car l’alternative est la loi du plus fort. Mais quel État ? Si cet État est corrompu, inefficace, ne respecte pas les droits fondamentaux, il pratique à son tour la loi du plus fort. Il n’y a pas d’autre solution que l’État de droit, la séparation des pouvoirs et leur contrôle mutuel, la proportionnalité des mesures édictées, le monopole étatique de la violence, une prise de décision démocratique et informée, une organisation décentralisée.

L’État se portera garant du faible face au fort, sollicitera ceux qui peuvent aller de l’avant et soutiendra ceux qui ne le peuvent pas, afin qu’ils le puissent plus tard. Son rôle est d’agir sur ce qui relève du collectif, non de se mêler de ce qui appartient à la sphère individuelle: il est libéral pour les modes de vie, mais interventionniste lorsque la liberté d’autrui est concernée. Son souci sera que toutes et tous aient un accès à un emploi et/ou à un revenu équitable, il fixera des minimums et des maximums salariaux, encouragera le partenariat social, édictera des normes en matière de travail et organisera la couverture sociale.

Parmi ses rôles : la formation ; la recherche ; la garantie d’un système de santé fonctionnel (en incluant la promotion de la santé et la prévention) et de bonnes infrastructures de transport et de communication ; la justice et la sécurité interne et externe. Mais aussi la bonne gestion des bases naturelles de la vie et le soutien à un ordre international fondé sur le droit et la concertation entre les nations.

Pour une relocalisation solidaire

Face aux dérives de la globalisation, une relocalisation solidaire, une prise de responsabilités et une résilience des territoires sont indispensables. Une voie du milieu entre un commerce mondial sans foi ni loi et une autarcie qui tournerait vite à l’enfermement ! Développer la capacité productive locale est un premier axe, mais le second est la généralisation des principes du commerce équitable aux échanges économiques. Il ne doit plus être possible de ne viser que le bénéfice financier, ni de l’obtenir au prix d’une destruction de valeurs écologiques et sociales. Tout au contraire, il s’agit de viser de pair une rentabilité écologique, économique et sociale. Les entreprises à mission, telles prévues dans la législation française, ou l’approche B-Corp montrent ici le chemin.

Il a beaucoup été question ces dernières années des traités de libre-échange. De tels traités seraient hautement nécessaires, mais pas pour déréguler davantage – pour mettre un terme à la sous-enchère écologique et sociale. Par exemple, en faisant des conventions de l’OIT le standard social mondial. Ou encore en rendant obligatoires les Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme, ou les Principes directeurs pour les entreprises multinationales de l’OCDE.

Acter la fin du néolibéralisme

L’avenir dira si Emmanuel Macron, en se découvrant d’un coup partisan de la planification écologique, a compris le changement de paradigme que cela implique : acter la fin du néolibéralisme et admettre la nécessité et la légitimité d’un État régulateur afin de garantir le bien commun et la primauté de l’intérêt général. L’enjeu est fondamental : la lutte contre les inégalités, et pour le respect des capacités productives des systèmes naturels, sans lesquels rien d’humain ne saurait prospérer. Ce n’est qu’à ces conditions qu’on pourra endiguer un populisme destructeur et assurer les conditions du vivre ensemble sur notre petite Planète.

 

Trump/Clinton 2016, Le Pen/Macron 2022, ressemblances, dissemblances

A première vue les parallèles sont saisissants entre l’élection présidentielle américaine de 2016 et celle qui se déroule ce mois d’avril en France :

  • Dans les deux pays, la fonction présidentielle est placée au centre des débats et des institutions.
  • Si les USA sont parmi les grandes puissances mondiales, la France est au cœur de l’UE, un des six Etats fondateurs, capable de la faire évoluer positivement ou négativement.
  • Les deux élections présentent dès lors des enjeux globaux majeurs.
  • Dans les deux cas, s’affrontaient et s’affrontent des candidats perçus comme les représentants de l’»élite» de la capitale (Hillary Clinton, Emmanuel Macron), et des challengers se présentant comme les porte-parole des populations exclues du festin des riches (Donald Trump, Marine Le Pen).
  • Dans les deux cas, les premiers pensaient gagner parce qu’ils avaient la raison pour eux, et dans les deux cas les challengers ont réussi leur pari de rassembler une bonne partie des « exclus » sous une bannière souverainiste et de préférence nationale.
  • Dans les deux cas, la Russie de Poutine a clairement indiqué ses préférences et est intervenue directement.

« Avant c’était mieux »

Dans les deux cas, enfin, on note, après des années de pilonnage médiatique notamment sur les réseaux dits sociaux, un déplacement net du curseur électoral vers la droite. Le/la candidat.e populiste récupérant les craintes du milieu populaire d’être concurrencé par plus pauvres qu’eux et de ne plus reconnaître son pays comme il était « avant » (avant l’arrivée de migrant.e.s en nombre, avant la dissolution des mœurs et l’insécurité dans les quartiers, etc.), craintes consécutives au grippage de l’ascenseur social et signes de perte de confiance dans le « progrès ». Le/la candidate « de l’élite » se situant du coup également plus à droite, notamment en matière économique. Et si Trump racolait les foules avec son Make America Great Again, le discours lepéniste ne dit pas autre chose, en recyclant l’image de la douce France des villages prospères d’autrefois, regroupés autour de l’école, la mairie et le clocher – qui avait fait élire Mitterrand voici 40 ans.

Le risque ? Que la démagogie, la versatilité, les insultes, les outrances et le bain de foule permanent prennent le dessus sur un discours de responsabilité, comme Trump, Salvini ou Orban l’ont tristement illustré tout au long de leurs mandats. Mais surtout, et cela explique toute la sollicitude de Poutine pour l’extrême-droite souverainiste européenne, celui d’un affaiblissement notable de l’UE.

Un enjeu clé : consolider ou déstabiliser l’UE ?

La guerre menée par Poutine contre l’Ukraine a souligné clairement l’importance vitale pour les peuples d’Europe que UE soit solide et solidaire, s’ils tiennent à leur souveraineté et à leur liberté. Car la souveraineté ne peut désormais plus s’exercer qu’ensemble, si l’on veut peser sur le monde. Nous devons donc pouvoir compter les uns sur les autres en Europe, et, quel que soit le prochain président américain, il devra avant tout s’occuper du Pacifique bien plus que de l’Atlantique. En effet, tôt ou tard la Chine passera à l’action face à Taïwan, qui démontre au quotidien l’intolérable pour Xi Jinping, à savoir que la démocratie est parfaitement compatible avec la mentalité chinoise – et ce sera alors l’heure de vérité pour l’Amérique.

L’élection présidentielle française – tout comme celles de 2016 et de 2020 en Amérique – a donc une dimension géopolitique de premier ordre. C’est là qu’on mesure à quel point, dans son assurance et sa superbe, Macron a négligé de susciter l’adhésion des Français. Il a assumé sans broncher l’étiquette délétère de président des riches, limitant l’impôt sur la fortune au foncier et voulant augmenter l’âge de la retraite, ignoré l’état de délabrement social de son pays, occulté les drames des territoires qui se désertifient et des banlieues – fabriques d’exclusion et d’extrémismes laissées à elles-mêmes. Il n’a pas su saisir la crise des gilets jaunes pour décentraliser le pouvoir et introduire des éléments de démocratie directe, ni les propositions de la convention citoyenne pour le climat, trahissant au passage sa promesse de les reprendre intégralement.

Négliger le lien avec la population se paie cher

Il a ainsi gravement fragilisé sa position. Mais au-delà de tous les parallèles entre Trump et Marine Le Pen, il y a une différence de taille entre les deux modes d’élection : celui en France est simple et direct ; est élu le candidat qui a obtenu le plus de voix. Aux Etats-Unis, le système électoral fait que Hillary avait 3 millions de voix de plus que Trump, mais a quand même perdu. Il a fallu à Biden un différentiel de 8 millions de voix en sa faveur pour l’emporter. Souhaitons donc à la France et à l’Europe que Macron fasse un résultat positif, et espérons que le souvenir du vent du boulet lui rappellera la nécessité de cultiver les dimensions écologique, sociale et de gouvernance, pour que la France puisse être enfin en paix avec elle-même.

Six leçons de la guerre en Ukraine

Un mois que l’agression ignoble dure, un mois que le pays se vide de ses femmes et de ses enfants, un mois qu’il résiste les armes à la main. Et déjà se dessine sous nos yeux un monde nouveau, plein de périls pour ce qui nous tient à coeur, pour ce à quoi nous croyons. On a parlé de changement d’époque au sujet de la pandémie. Ce n’était qu’un prélude.
Six premiers enseignements me semblent s’imposer.

Un combat pour des valeurs

La première leçon est de l’ordre des valeurs. Ce 18 mars, le président Biden appelait son homologue chinois Xi Jinping. Ce dernier est resté évasif sur son soutien à la Russie mais son message n’en est que plus clair sur le fond: pour lui, le temps des démocraties est révolu, l’avenir appartient aux régimes autoritaires.

Désormais, il suffirait que Poutine et Xi Jinping décident de quitter l’ONU et ses engagements en matière de droits humains, de règlement pacifique des conflits, de concertation et de durabilité, pour créer une contre-ONU fédérant les pays dépendant d’eux ou qui sympathisent avec eux. Par détestation de l’Occident, Poutine est semble-t-il devenu un héros dans le monde arabe et africain. Xi Jinping quant à lui récolterait là les fruits des réseaux patiemment tissés par la Chine dans le monde, à travers ses achats massifs de terrains en Afrique et Amérique latine et les infrastructures construites dans de nombreux pays désormais endettés auprès d’elle.

Il suffirait que les républicains reprennent cet automne le contrôle du Congrès américain et que Trump revienne dans 3 ans pour que les Etats-Unis redeviennent cette puissance erratique, fascinée par les hommes forts et leurs pratiques, que Bolsonaro soit réélu au Brésil – pour que l’Europe se retrouve assez seule au monde comme garante des valeurs humanistes et de l’Etat de droit.

Europe : s’unir ou disparaître

Le second message en est la conséquence. Ce que l’agression contre l’Ukraine a su provoquer en Europe est un sursaut qui n’était pas évident mais qui a soudainement rappelé le continent à l’essentiel et la réaction à l’électrochoc a été la bonne: se recentrer sur nos valeurs communes. D’un coup, une évidence longtemps occultée, négligée s’est imposée, et qui est au coeur de la construction politique européenne: aucun pays, même pas la Grande-Bretagne qui s’est bercée de l’illusion de pouvoir s’en sortir toute seule, ne peut plus aspirer à être souverain seul.

Désormais, en Europe la souveraineté s’exerce en commun ou pas du tout. Une défense militaire européenne doit être une évidence, prête à succéder à une OTAN qu’une Amérique néo-trumpienne quittera sans doute sans états d’âme, Amérique qui aura quoi qu’il en soit fort à faire dans l’espace du Pacifique et qui devra tôt ou tard faire de l’Atlantique une priorité de second ordre.

La fin du libre échange insouciant

Le troisième message est la fin de la confiance béate dans les vertus du libre-échange illimité, irresponsable et globalisé. On sait depuis un demi-siècle qu’on grille la chandelle des capacités productives de la nature par les deux bouts, on sait depuis 30 ans qu’il faut pratiquer la sobriété énergétique et se fonder sur les ressources locales, renouvelables, nettement moins polluantes. Mais on n’a à ce jour pris que des mesures indolores qui n’ont pu changer les choses qu’à la marge.

Désormais une relocalisation solidaire, une économie circulaire, un meilleur degré d’autosuffisance alimentaire (y compris en termes d’intrants et de produits auxiliaires), doit redevenir un axe essentiel de la toute politique de sécurité, le socle de toute politique.

La crise sanitaire l’avait déjà laissé percevoir, l’agression contre l’Ukraine nous en livre la confirmation : le temps du libre échange insouciant, des batailles pour le moindre coût (financier, en négligeant généralement les aspects politiques, écologiques et sociaux) et des avantages comparatifs est révolu. L’activité économique doit s’inscrire dans un jeu géopolitique redevenu terriblement incertain.

Contrer la 5e colonne des dictateurs

Quatrième enseignement : depuis des années Poutine soutient tant qu’il le peut les mouvements populistes, souverainistes et d’extrême-droite en Europe. Ce n’est pas que par affinité naturelle entre ces formations et sa posture d’homme fort qu’elles prennent pour modèle. C’est avant tout pour saboter le projet d’unité politique de l’Europe, qui est désormais la clé de la survie de nos valeurs communes. Et les populistes sont définitivement démasqués comme la 5e colonne de la dictature.

Le mieux est l’ennemi du bien

Cinquième conclusion: il y a dans ce monde surtout le choix du moindre mal. On a pris l’habitude en Occident de «comprendre« la posture agressive de Poutine et de l’expliquer, en se culpabilisant, par des postures semblables prises par l’Occident en Afrique (pour la France) ou au Proche et Moyen Orient (pour l’Amérique). Mais on oublie là un élément essentiel : en Occident il est possible de contrer ces postures, elles sont loin de faire l’unanimité. La lassitude de l’opinion publique a forcé le gouvernement américain de mettre fin à la guerre du Vietnam et à se retirer, un demi-siècle plus tard d’Afghanistan. La France a pour sa part quitté le Mali (pour être aussitôt remplacée par la troupe sanguinaire de Wagner). L’immixtion durant des décennies des Etats-Unis dans leur « arrière-cour », généralement en faveur des dictateurs, n’a jamais fait l’unanimité en Amérique.

On peut aussi proposer des lois et légiférer pour inscrire les activités économiques dans une responsabilité écologique et sociale, en débattre, échanger sur ce qui est le mieux pour le bien commun. Il y a des élections, une alternative, par exemple entre Trump et Biden, Salvini et Draghi, et en France entre Macron et Le Pen (ou serait-ce au final Mélenchon ?)… S’il faut être sous l’ombrelle d’un « impérialisme », mieux vaut que ce soit celui qui nous a naguère débarrassé d’Hitler plutôt que celui qui l’a remplacé par Staline.

Essentiel : tenir ses promesses

Enfin, sixième enseignement. Les aspirants à la gouvernance autoritaire voire totalitaire du monde voient s’offrir un boulevard par les dirigeants du monde démocratique, dont ils sont entièrement responsables : ils ne réalisent que peu leurs promesses. Une immense défiance, une grande lassitude minent nos démocraties de l’intérieur, au point que beaucoup (le mouvement «antivax » par exemple) ne ressentent pas de vraie différence entre Etat de droit et dictature; ils ont tort mais c’est ainsi. On parle de démocratie, mais tolère une fracture sociale grandissante. On parle de changement climatique, mais ne fait quasiment rien qui fasse mal aux lobbies et réflexes dominants. On parle de créer des emplois, mais rien de significatif ne vient.

Les dictateurs, eux, réalisent en général leurs promesses, fussent-elles terrifiantes. Ainsi tous les crimes abominables dont Hitler s’est rendu coupable étaient détaillés dans ce fatras hystérique appelé Mein Kampf, écrit dix ans avant sa prise de pouvoir et appliqué ensuite à la lettre… La démocratie est un contrat entre un peuple et ses dirigeants et sa crédibilité est entièrement fonction de la mise en œuvre des promesses sur lesquelles les candi

Guerre: un train peut en cacher un autre

On se rappelle de ces panneaux qui figuraient autrefois France aux abords des passages à niveau: «Attention, un train peut en cacher un autre». L’expression peut désormais s’appliquer à d’autres domaines. En effet, occulté d’abord par deux ans de pandémie, le changement climatique l’est maintenant par la guerre contre l’Ukraine. Or il se poursuit de plus belle, nous promettant des effets dévastateurs bien pires que la pandémie et la guerre réunies.

Malheureusement notre attention n’arrive pas à se focaliser sur plus d’un sujet à la fois, et cassé par le refus de la loi sur le CO2 en juin dernier – qu’il avait pour partie préconisé – le mouvement climatique paraît bien oublié, comme d’une autre époque.

Tout se tient

Or tous ces enjeux sont bien entremêlés, et la guerre d’agression menée par Poutine vient en rappel de l’urgence de sortir du fossile et de se focaliser sur les ressources locales, renouvelables, disponibles dans notre environnement direct. Et surtout, elle souligne la nécessité d’enfin prendre au sérieux la lutte contre le gaspillage et les incohérences de nos modes de produire et de consommer. Le temps des futilités et du prêt-à-jeter est révolu.

Pour ce faire, point n’est besoin de condamner l’automobile, pas plus que le tout-électrique ne saurait être la solution. Mais si déjà on limitait les puissances des véhicules (en interdisant les SUV sauf nécessité professionnelle démontrée, voitures qui émettent 30% de CO2 en plus et constituent actuellement la moitié des nouvelles immatriculations !), développait davantage les transports publics, sécurisait plus largement les déplacements en mobilité douce, imposait le covoiturage pour les personnes faisant le même trajet, on aurait fait beaucoup pour ne plus financer, à chaque plein, les dictateurs, oligarques et corrompus du monde.

Autre lien entre ces sujets : c’est parmi les antivax que se recrutent en Occident les personnes appelant à «comprendre» les motifs de Poutine et son action criminelle. Ils s’alimentent aux mêmes sites de désinformation troubles, animés qu’ils sont par le fantasme de devoir être contre tout ce qui est pour et pour tout ce qui est contre. Ils condamnent comme « pensée unique» tout consensus majoritaire, même fondé sur l’évidence et recherchent les «dessous des cartes», même là où il n’y en a pas car tout est sur la table… A croire que le virus a aussi attaqué le mental. Pas étonnant que c’est dans ces eaux fangeuses que se recrutent aussi les climatosceptiques, qui continuent de mettre en doute le changement climatique (comme ils ont mis en doute l’existence du virus), son ampleur ou son caractère anthropogène.

Le désespoir du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat)

Dans ce contexte le dernier rapport du GIEC («Changement climatique 2022: impacts, adaptation et vulnérabilité»), dûment validé quasiment ligne par ligne par les 195 Etats qui en sont membres, vient nous rappeler le caractère dramatique de l’impasse vers laquelle nous continuons de foncer à toute allure. Même en Suisse, où tout récemment il s’est trouvé une majorité au conseil national pour rejeter, au nom du réalisme économique, l’initiative sur les glaciers visant à interdire les énergies fossiles d’ici à 2050, soit dans … 28 ans.

C’est le monde à l’envers : le réalisme économique commande au contraire de changer radicalement de cap, si l’on veut préserver nos entreprises et nos emplois. Contre la pandémie, on a su prendre des mesures fortes. Pour soutenir l’Ukraine les Etats démocratiques ont été aussi loin que possible – notre pays, dans les deux cas, a suivi et c’est heureux. Mais contre le risque planétaire du changement climatique, rien de comparable. Rien qui puisse nous sortir des schémas de pensée dans lesquels nous restons englués. Dans le rapport du GIEC, le désespoir des scientifiques devant cette folle inertie suinte à toutes les lignes, tout comme celui du secrétaire général des Nations Unies pour qui «ce rapport du GIEC est un atlas de la souffrance humaine et une accusation accablante de l’échec du leadership climatique».

Une guerre contre la nature que nous ne pouvons que perdre

Guerre et changement climatique : deux catastrophes causées par l’homme, expressions d’une même violence faite aux humains et à la nature. Mais gagner la guerre contre la nature, c’est la perdre, et perdre la nature c’est tout perdre. Il est vrai qu’il a fallu une guerre de destruction massive en Europe pour qu’on réalise qui était Poutine, car tant qu’il massacrait en Tchétchénie, amputait la Géorgie du tiers de son territoire et écrasait les villes de Syrie par son aviation en ne prenant aucun risque, cela nous paraissait bien lointain ; même l’éradication systématique de toute liberté d’expression en Russie, la mise au pas de tout son peuple, n’a suscité que notre indifférence polie.

Il en va de même pour le changement climatique. Cette fin d’hiver, les forêts d’Argentine sont en flammes, l’Australie connaît à nouveau des inondations meurtrières. La Banque mondiale annonce pour 2050 220 millions de réfugiés du climat – la moitié de la population de l’Europe. Quand le changement climatique mettra aussi notre continent à feu et à sang, il sera bien tard pour réagir. Ce qu’on appelle un peu négligemment «environnement» (suggérant «luxe de nantis» ou «déco pour bobos») est en réalité la base de toute existence sur Terre, la condition du vivre ensemble sur notre Planète.

Poutine passe à l’acte, et nous?

Il s’était minutieusement préparé. Eteint les derniers feux de la société civile en Russie, aligné les parlementaires, verrouillé toute liberté d’expression et toute contestation, fait condamner Navalny à la prison à vie, bétonné sa présidence au moins jusqu’en 2034, s’est assuré du soutien de son double, le dictateur et président à vie chinois. Il fallait juste attendre la fin de l’hiver… et la demande à l’aide des pseudo-républiques créées à cette fin dans le Sud-Est de l’Ukraine, méthode déjà éprouvée dans le Caucase. 

L’attaque était prévue mais nous laisse néanmoins sans voix. Le prétexte que l’Ukraine voulait se rapprocher de l’OTAN est absurde. D’une part l’OTAN n’est pas entrée en matière et ne le fera pas. D’autre part l’OTAN n’a aucunement volonté de s’attaquer à la Russie ni à n’importe quel autre pays. D’ailleurs l’argumentaire pseudo-historique de Poutine quelques jours avant de passer à l’acte ne mentionnait rien de tout cela, il niait tout simplement l’existence d’un peuple ukrainien.

Ce ne sont que des prétextes et des falsifications du même ordre que lorsque Poutine traite les dirigeants ukrainiens de nazis et les accuse de génocide! Si des comparaisons de cet ordre peuvent être faites, ce serait plutôt à Poutine qu’elles pourraient s’appliquer, ancien agent du KGB qui est tout simplement en train de propulser la Russie 80 ans en arrière. Il ne peut tolérer le moindre mouvement démocratique dans ce qu’il considère comme ses „marches de l’empire“, que ce soit en Biélorussie, en Ukraine et tout récemment dans la répression d’un soulèvement populaire au Khazakstan. Et après l’Ukraine, côté chinois : Taiwan, bien sûr, démonstration vivante inacceptable d’une population chinoise connaissant et appréciant la démocratie.

L’heure du réveil sonne

Trois urgences en Occident, bientôt dernier bastion des Droits humains naguère universellement reconnus et de l’Etat de droit. Il est urgent de comprendre

1) La dangerosité des mouvements populistes qui gangrènent nos sociétés, attisant les mauvais côtés de l’être humain, semant les fake news à la volée et en boucle, réclamant une „liberté“ sans limites tout en admirant les régimes chinois ou russe où la moindre dissidence signifie disparition, torture et prison. Tout comme dans les années 30 les admirateurs de l’”ordre nouveau” nazi allemand ou fasciste italien, les mouvements populistes sont aujourd’hui la 5e colonne des dictateurs. D’ailleurs ils ont souvent accepté de l’argent sale venant de manière occulte de Poutine. Et on se rappelle du cri du coeur de Trump qualifiant son collègue de Corée du Nord de „nice guy“. Pas de tolérance à l’intolérance : aucune des affirmations de ce camp politique ne doit rester sans réfutation méthodique. Comme par exemple le démographe Hervé Le Bras vient de le faire en démontant magistralement les affabulations d’un « grand remplacement », mensonge asséné quotidiennement par le démagogue Zemmour. Et demandons à chaque personne attirée par les sirènes populistes: voulez-vous vraiment vivre sous le régime russe ou chinois? Peut-être cessera-t-elle de jouer avec le feu.

2) L’urgence des économies d’énergies et d’une indépendance de nos pays des fournisseurs d’énergies fossiles – trop souvent des régimes corrompus, autoritaires et/ou dictatoriaux. Actuellement 2/3 de l’énergie que nous consommons est du fossile, essentiellement du pétrole mais aussi du gaz. Il faut mettre les bouchées doubles pour passer du fossile aux pompes à chaleur et à la géothermie et enfin lancer un vaste programme d’assainissement du parc immobilier, dont le rythme actuel est totalement insuffisant, mettant fin à d’immenses gaspillages, pour modifier aussi nos pratiques en matière de mobilité. Pour ne pas avoir froid les prochains hivers, pour limiter les émissions de gaz carbonique, pour ne plus financer les destructeurs des droits humains, il nous faut cesser de croire que les politiques énergétiques et climatiques seraient des gadgets pour bobos, un luxe pour nantis. Au contraire ce sont des exigences de survie qui méritent des investissements massifs.

3) La nécessité de lutter au quotidien contre les inégalités de chance et sociales, dont la croissance détruit toute confiance au sein de la société, qui la sépare et la fractionne en catégories qui ne se parlent plus et ne se sentent plus acceptées à la même table. Il est urgent de décréter tant des revenus minimum décents que des revenus maximum et d’assurer à chaque personne un emploi utile et durable. Faute de quoi les sociétés occidentales seront définitivement minées de l’intérieur. Les forces humanistes doivent urgemment se regrouper autour d’un programme de réformes écologiques et sociales et définir une ligne claire contre la dérégulation locale et globale, qui expose les populations fragiles à une constante compétition déloyale; c’est la seule manière de réduire l’attractivité d’un populisme délétère et de défendre nos valeurs constitutives.

 

 

 

Retour du nucléaire ? Il y a mieux à faire !

Le «grand retour» du nucléaire va-t-il signer la fin de la « parenthèse écologique » – inaugurée par le mouvement antinucléaire voici un demi-siècle? C’est en tous cas le rêve d’un certain nombre d’acteurs politiques. Qui ont appris la leçon de l’histoire: la clé est de changer le référentiel des gens, de reformuler l’imaginaire, d’implanter des craintes de pénurie, de bien polluer les esprits. Puis, les réalisations suivront, «quoi qu’il en coûte«…

La recette ? Capitaliser sur le rejet des mesures sanitaires, qui ont décrédibilisé dans de larges milieux la science (le fameux Professeur Tournesol-Raoult ne s’est-il pas déclaré climatosceptique ?). Capitaliser, aussi, sur le rejet du principe du pollueur payeur – qui devrait tenir à cœur à tout adepte du libéralisme économique – en tirant un maximum profit du momentum historique qu’a été le refus de la loi sur le CO2, rejet sur lequel d’aucuns ne se lassent pas de prendre appui pour continuer à mettre la tête dans le sable. Comme par exemple ce 13 février dans le canton de Berne, en obtenant le rejet d’une taxation des SUV, émettant 30% de CO2 de plus que les véhicules ordinaires, par la mobilisation de la peur des seuls qui pourraient vraiment en avoir besoin, les habitants des campagnes (tiens ça donne une idée, pourquoi n’a-t-on pas prévu d’exception pour le monde agricole ?). Capitaliser, enfin, sur le rejet des éoliennes, mais aussi, dans une moindre mesure, de la géothermie, et parfois même du solaire.

La transition à condition qu’on ne s’en aperçoive pas…

Le message est clair : la transition, si déjà il en faut une, ne doit rien coûter à personne, ni aux riches, ni aux pauvres, ni aux entreprises, ni aux collectivités. Elle doit être inodore, indolore, insipide – bref elle n’aura pas lieu. Là aussi les libéraux sont en plein paradoxe, car usuellement raser gratis n’est pas trop leur tasse de thé…

La clé de tout cela ? Nous en avons eu un aperçu à travers le mouvement anti-vax : liberté, liberté sans contraintes, liberté égocentrique, pour Moi, moi et moi. Et on rejoint là le discours du président Bush père déclarant au Sommet de la Terre en 1992 que le mode de vie américain n’était pas négociable. Alors que l’empreinte écologique de ce mode de vie est une agression pour toute de la Planète, et que son résultat, après quelques décennies, est une dégradation certaine de la santé physique et psychique d’une bonne part de la population américaine (dépendance massive de stupéfiants, diabète, obésité…).

Défendre un mode de vie destructeur ?

Défilés d’énormes véhicules pétaradants, empilements de viande rouge cancérigène et de fast food faisant exploser les coûts de la santé, addiction aux médias d’extrême-droite et à leurs ululements répétitifs contre l’avortement, l’homosexualité et pour la famille dite traditionnelle dont ils ne sont nullement l’exemple, le machisme, diverses formes d’intégrisme religieux et de xénophobie (un comble pour une population issue presque exclusivement d’immigrés…) et tous les “hommes forts” du monde, aggravation des inégalités territoriales et sociales sont le visage de cette orientation.

La liberté sans responsabilité ni solidarité, c’est au mieux une illusion, au pire une tyrannie. En matière de mode de vie, il y a un clair parallélisme entre ce qui est bon pour la santé humaine et ce qui est bon pour la santé de notre Terre. Cela devrait faciliter nos choix, mais cela cumule aussi les dégâts quand on ne veut rien entendre.


L’alternative à la durabilité : la non-durabilité, voulons-nous vraiment cela ?

Ne nous laissons pas impressionner. Ne nous laissons pas faire. La seule alternative à la durabilité c’est la non-durabilité, soit l’épuisement rapide des ressources qui fondent la vie sur Terre et l’essor de la loi du plus fort pour s’emparer de ce qu’il en restera. Ce seront aussi 220 millions de réfugiés du climat, selon la Banque mondiale, pour 2050… alors qu’il a suffi en 2015 d’un million de migrants du Proche Orient (sur 500 millions d’Européens) pour installer durablement l’extrême-droite et les régimes « illibéraux » dans les pays de l’ex-Est.

Rétablissons les faits : le nucléaire ? Même s’il était sans dangers, c’est beaucoup trop cher, beaucoup trop lent pour être d’une quelconque utilité face à la montée continue du niveau de CO2 dans l’atmosphère. Les mêmes sommes investies dès maintenant dans l’assainissement thermique du parc immobilier, dans les transports publics, la mobilité douce, le covoiturage, l’électromobilité, et aussi – oui il le faut – dans les diverses énergies renouvelables et disponibles localement que sont l’éolien, le solaire, la biomasse, la géothermie de diverses profondeurs, la chaleur de l’environnement, la force hydraulique… seraient infiniment plus efficaces pour atteindre le but de nous libérer du fossile. Enfin, sur tous les plans, la sobriété énergétique doit désormais s’imposer: la meilleure énergie reste celle dont on peut se passer, et cela c’est notre responsabilité de tous les jours.

Ne pas se laisser détourner du bon chemin

Il n’y a pas d’autre chemin pour réduire les risques géopolitiques, sanitaires, environnementaux de notre dépendance actuelle à 75% du fossile et du fissile. Dans tous les domaines, nous savons quoi faire, comment le faire, comment le financer, nous savons que c’est un gisement d’emplois utiles, non délocalisables et pérennes: aux Etats-Unis, les énergies renouvelables totalisent 850’000 emplois, et le charbon, 100’000 !

Mais il n’y a pas que le CO2, c’est toute notre empreinte écologique qui doit diminuer. Voici ce qu’en dit l’Office fédéral de la statistique : « le déséquilibre entre empreinte écologique par personne de la Suisse et la biocapacité mondiale existe depuis plusieurs décennies. Ce mode de vie est uniquement possible grâce à l’importation de ressources naturelles ainsi qu’en exploitant des biens communs globaux (comme l’atmosphère). Toutefois, ce mode de vie n’est pas durable car la consommation suisse par personne est 2,8 fois plus grande que les prestations et ressources environnementales globales disponibles par personne. Nous vivons donc aux dépens des générations futures et d’autres régions du globe. »

Pour parvenir à réduire notre pression sur les capacités de charge des systèmes naturels (et augmenter d’autant l’empreinte sociale), aller vers la chimie propre, la finance durable, l’économie circulaire, l’agroécologie, les bâtiments à énergie positive (qui produisent plus d’énergie qu’ils n’en consomment) est infiniment plus productif, intéressant et judicieux que de poursuivre la chimère nucléaire juste par peur de devoir changer quelque peu son mode de vie et ses façons de faire. Ignorons les appels au retour en arrière et comprenons que la vraie liberté, c’est de vivre en harmonie avec autrui et notre environnement, base de toute existence sur terre.

Vote du 13 février: pas de démocratie sans information de qualité

Les chiffres sont clairs : concernant la presse écrite, en 20 ans, la contribution de la publicité s’est pratiquement réduite de moitié. Conséquence : une longue série de restructurations, de fermetures et de concentrations, avec la disparition de 70 titres souvent fortement représentatifs d’une région ou d’un courant d’opinion. Mais pas assez rentables. Les métiers de la presse sont désormais marqués par une grande insécurité et instabilité.

Les forces politiques qui combattent le soutien à la presse sont prêtes à la livrer à une logique purement commerciale, peu importe leur contenu. Ou, plus précisément, plus ce dernier est fait de sensations, de superficiel et d’émotionnel, mieux l’on escompte attirer le chaland. Ce nivellement par le bas privilégie les raccourcis, les slogans, les affrontements et fragilise la société dans son ensemble.

Or, lorsque dominent des médias faisant du chiffre à travers la confrontation et l’exacerbation, la démocratie est menacée dans son essence même. Car elle fonctionne par la recherche des équilibres et des convergences, la concertation, la compréhension des enjeux, l’harmonisation des intérêts, leur inscription dans un dessein commun.

Les Fake News, dissolvants du corps social

Notre époque est de plus en plus polluée par des Fake News circulant en boucle, par l’obsession de démasquer à tort et à travers et d’entretenir une méfiance abusive.

L’indépendance, la qualité, la diversité de la presse sont un bien public d’autant plus précieux que les médias dits sociaux se révèlent de plus en plus anti-sociaux, bien plus prompts à diviser qu’à rassembler.

Ce qui se passe dans les pays anglo-saxons est de mauvais augure. Ce sont aujourd’hui des pays radicalisés, divisés en deux blocs qui ne font que se détester. En Grande-Bretagne entre pro et antieuropéens, aux Etats-Unis entre républicains et démocrates. La notion du vivre ensemble n’est pas du tout comprise de la même manière ; pour les deux camps, le seul point commun est l’anathème mutuel.

Lorsqu’on ne fait plus la différence entre un fait prouvé et une opinion purement subjective, entre une information et un commentaire, il n’a plus moyen de dialoguer, il n’y a plus de bases communes à partir desquelles débattre, on n’est plus citoyennes et citoyens du même pays, du même monde.

Souhaitez-vous, souhaitons-nous que dans nos médias les commentaires, la sélection des messages, les titrages soient orientés selon les souhaits de propriétaires de journaux peu scrupuleux, voire d’investisseurs désireux d’influencer l’opinion ?

Ou préférons-nous une presse attachée à une éthique professionnelle éprouvée et qui soit capable d’enquêter là où ça fait mal, de donner leur juste place aux divers points de vue, de séparer clairement faits, hypothèses et opinions ?

A l’exemple du statut de la RTS

Le statut de service public de la RTS a ici parfaitement fait ses preuves comme pilier de la démocratie. Voici 4 ans presque jour pour jour, le peuple suisse a confirmé ce statut en rejetant une initiative ouvrant la voie aux influences d’investisseurs privés, c’était le 4 mars 2018 et avec un score sans appel : 71,4% de non.

Le vote du 13 février est la suite logique de cette sage décision et le statut de la RTS souligne qu’il n’y a aucune crainte à avoir d’augmenter les dispositifs de soutien à la presse écrite et à ses versions en ligne. La RTS ni ses journalistes n’ont jamais fait l’objet d’ordres de marche des autorités politiques, ou d’instructions sur les sujets à traiter ou à éviter.

Au contraire, l’aide publique à la presse est indispensable pour éviter que les médias écrits ne tombent sous la dépendance d’intérêts privés et d’investisseurs pas toujours bien intentionnés, et permet à la presse d’assurer le service d’intérêt public que le marché ne permet pas de suffisamment financer. L’éthique des médias, leur pluralisme, leur fiabilité est un élément clé de toute démocratie.