Le petit virus qui change le monde…

Pendant des années, on s’est gaussé de la faiblesse des Etats, du manque de réactivité des pouvoir publics, de la passivité de nombre d’élu.e.s devant la croissance des inégalités, une globalisation très mal régulée, les menaces écologiques, et bien d’autres choses encore. A juste titre, il faut le dire.

Voilà qu’un petit virus change radicalement la perspective. En quelques jours, pleins pouvoirs aux présidents, aux gouvernants. L’urgence coronavirienne est déclarée. Les frontières ferment, tout un continent ou presque est placé sous couvre-feu, les humains sont isolés les uns des autres, de même les générations, la population est consignée à domicile, le télétravail devient la règle. Aucun lobby d’aucune sorte n’a été consulté, même pas pour la forme, aucun passe-droit n’a été accordé. Et ceci non pour quinze jours, mais peut-être pour tout un printemps.

Une capacité d’action qu’on croyait perdue

Un bien supérieur est en jeu, la santé, la vie humaine. Nous sommes prêts à lui subordonner nos habitudes, nos liens, nos rencontres, nos sorties, nos façons de vivre. Ce choix est indiscutablement juste. 50 ans de société de consommation et de loisirs n’auront donc pas réussi à tout réduire à l’économique, à phagocyter le sens du bien commun, à dissoudre le collectif dans un individualisme exclusif.

Un petit doute cependant : on connaît en matière de santé les effets désastreux du sucre, du fast-food, de l’excès de viande, de l’huile de palme, du tabac, de la pollution chimique, mais là, on est encore loin, très loin, de sortir le quart des grands moyens mobilisés contre le petit virus. Pourtant, cette bataille serait bien moins impactante pour nos vies de tous les jours : qui a besoin d’une double dose de sucre ou de viande, d’un trop-plein de lipides saturés, de molécules toxiques dans ses veines ? Pour cela, aucune nécessité de confiner les gens à la maison, il faut juste faire d’autres choix de production et de consommation…

Ces jours, ces semaines, que nous allons passer d’une manière tout à fait inédite, cette situation de guerre sans bombes, sans tranchées ni destructions physiques, va laisser des traces dans nos vies individuelles et collectives. Nous allons apprendre à travailler autrement, à communiquer autrement, à apprécier, quand nous serons à nouveau libres de nos gestes et de nos mouvements, les petites joies de l’existence. Nous allons voir la mondialisation autrement, œuvrer, devant les impressionnantes fragilités de nos fonctionnements économiques et technique, à davantage de résilience locale ; nous aurons également à faire un tri entre les activités que nous nous réjouissons de reprendre – et celles que nous abandonnerons volontiers.

Santé humaine, santé de la Terre vont de pair

Oui l’agitation de nos sociétés avait atteint des niveaux insoutenables. Tourbillon incessant de sollicitations. Aviation au taux annuel de croissance de bientôt 10%. Réunions pléthoriques, avantageusement remplacées par skype, messageries et conférences téléphoniques. Bateaux de croisière destructeurs. PIB gonflé à la surconsommation et au gaspillage. Oui, dans tout cela aussi, il faudra faire un tri – salutaire, nécessaire, pour ne pas retomber dans la frénésie d’avant. Notre relation à l’espace et au temps devra durablement changer.

Prendre ce virage sera bon pour notre santé physique et psychique. Mais aussi pour celle de la Terre. Car paradoxalement, le petit virus, s’il fait du mal à l’humanité, a fait du bien à la Terre: ainsi, les émissions de CO2 ont nettement reculé. Administrant au passage la preuve des liens directs entre l’activité humaine et les émissions de gaz à effet de serre – en quelques semaines, voilà les climatosceptiques définitivement démasqués. Et si nous poursuivions sur cette trajectoire de réduction, une fois l’attaque virale surmontée?

Ce que nous aurons su faire pour notre santé, il nous faudra le faire avec la même détermination, la même énergie, la même cohérence pour la santé de la Terre. Car notre Terre est malade de notre suractivité, de notre omniprésence, de notre négligence. Alors tournons définitivement le dos au plastique, au pétrole, à la société de l’obsolescence (des objets, suivie très rapidement de celle des humains), à toute cette chimie non maîtrisée qui s’incruste dans chaque interstice du vivant, préservons la biodiversité aussi fort que nous menons la guerre contre le petit virus. La santé de la Terre et notre santé, décidément, vont de pair.

Au bout du lac : les limites au développement de Genève, la cocotte-minute déborde – un débat désormais incontournable

Sonderfall Genf ? Ou situation emblématique d’un développement dont on s’obstine à corriger les effets, à défaut de vouloir ou de pouvoir agir sur ses causes ? Genève, enserrée dans ses frontières, ressemble à une cocotte minute qui déborde. Une crise du logement endémique depuis un demi-siècle, une crise des déplacements idem. Une qualité de vie qui s’en ressent, une société et une classe politique déboussolées.

Davantage qu’un mouvement d’humeur

Jusqu’il y a peu, on diagnostiquait dans les refus des déclassements et des densifications ce classique motif, le même qui bloque le développement des éoliennes : « où vous voulez, mais pas chez moi «, connu aussi sous son acronyme anglais NIMBY, Not in my backyard. Mais le mouvement a pris de l’ampleur et a abouti cet automne sur un refus, à quelques voix près, de deux déclassements en vote référendaire cantonal. Accident, malentendu, égoïsme, mauvaise humeur ? Toutes choses auxquelles on pensait pouvoir répondre par des projets davantage issus de processus participatifs, ou en optimisant la qualité des aménagements. Le peuple s’est trompé, on fera mieux la prochaine fois…

Mais moins de trois mois plus tard, l’écart s’est creusé et il n’est plus possible de nier un malaise plus profond, issu d’un sentiment d’étouffement et d’absence de choix, d’engrenage. On ne peut pas se limiter à « comment » gérer le développement, mais devra évoquer aussi le « pourquoi ». Le débat sur les causes de l’attractivité de Genève ne peut plus être éludé.

La crise du logement est une évidence, mais depuis les années 1960, l’offre n’arrive pas à suivre une demande qui semble sans limite ; le déficit est structurel. Il en va de même pour les transports. Le regard condescendant porté durant des décennies par une majorité politique sur les transports publics a entraîné un sous-équipement considérable qui dégrade les conditions de vie dans tout l’espace franco-valdo-genevois.

Pas de croissance sans limite dans un territoire limité

Il y a une contradiction de base entre l’attractivité économique du canton et son exiguïté. Un emploi sur trois dans l’économie genevoise est occupé par une personne n’habitant pas sur le territoire. Et pour ceux qui y habitent, le logement trop cher, trop rare est un casse-tête.

Au cours du dernier demi-siècle on a tout essayé :

• Construire sur la zone agricole. Le développement massif de la couronne suburbaine des années 1960 à 1980 s’est largement fait sur du terrain agricole. Mais depuis, on a redécouvert la valeur d’une production agricole de proximité, Genève s’est dotée d’une loi de promotion de l’agriculture et d’un Office dédié à cette tâche. Par rapport au plan d’assolement fédéral, il n’y a pratiquement plus de possibilités de réduire encore la zone agricole.
• Mettre en question la zone villas. Il y a des arguments écologiques et économiques pour cela, mais aucun argument juridique pour obliger les légitimes propriétaires d’habitats individuels à faire place à de nouveaux quartiers. Le Sonderfall Genf n’ira pas jusque-là…
• Continuer à exporter les besoins en logement sur les territoires limitrophes ? Même si les prix augmentent dans un rayon de 50 km autour de Genève, pour qui touche un salaire suisse, cela reste fort intéressant par rapport à ceux, inaccessibles au commun des mortels, pratiqués dans le canton. Le revers de la médaille? Des terrains devenus trop chers pour les résidents qui ne travaillent pas à Genève ; la poursuite du mitage du territoire et de sa conséquence : des mouvements pendulaires croissants.
• Restait la solution qui jusqu’à présent semblait avoir les faveurs de la population, la densification en milieu urbain et en zone d’habitat individuel. Sauf que… là aussi on touche, maintenant, aux limites de ce que habitantes et habitants sont prêt.e.s à accepter. Et même si, en effet, on peut faire mieux que diverses réalisations récentes à juste titre pointées du doigt, on ne ferait que repousser les échéances.

Donc retour à la case départ : où construire ? Et c’est reparti pour un tour de carrousel: toucher à la zone agricole en réduisant encore les apports alimentaires locaux? Annoncer délibérément la fin de la zone villas – plus de place pour cela à Genève ? Densifier malgré tout, en serrant les dents, l’espace se faisant rare? Assumer de repousser l’habitat hors des frontières, mais à une époque où, devant la montée inquiétante du repli sur le territoire national, il faudrait d’abord défendre l’espace de concertation transfrontalier et contribuer à son équilibre? Autant de dilemmes, autant d’impasses.

La question qui fâche: les causes

La question de fond s’impose dès lors d’elle-même. Elle est générale et particulière. Générale : Est-il juste que dans l’Europe entière les campagnes se vident, sous l’effet d’une industrialisation continue de l’agriculture et d’une concentration générale des activités sur les villes, ou ne faut-il pas promouvoir, ainsi que nous l’avons inscrit dans nos législations, un peuplement décentralisé du territoire ? C’est aussi l’ambition de l’UE avec ses fonds de soutien aux régions. Particulière : Quelle économie souhaite-t-on promouvoir pour Genève, sur la durée ?

Ne faut-il pas commencer à interpeller l’orientation poursuivie ? Fixer des priorités avant de se réjouir de toute nouvelle entreprise arrivant d’ailleurs ? La base, le tissu des PME locales, doit d’abord répondre au marché local, en circuit court. Dans l’esprit d’une économie circulaire, il y a de la place pour davantage de capacité de réparation, d’entretien, de mise à jour de l’existant.

Dépendre par trop du marché extérieur, de l’aéroport présenté comme le poumon de l’économie genevoise, alors que des restrictions aux vols seront inéluctables à terme, est-ce vraiment durable et prometteur ? Accueillir encore plus de traders et autres activités hors sol, est-ce cela le destin de Genève ? Un bilan des forces et des faiblesses de l’économie genevoise, une prospective sur ce que nous voudrions qu’elle soit, seraient vraiment nécessaires. L’avenir appartient aux technologies répondant à l’exigence d’un usage économe des ressources planétaires, et c’est sur ces marchés que convergeront rentabilité et utilité. Donnons davantage de chances à ce qui existe plutôt que d’importer constamment du nouveau.

Un débat inéluctable

Ainsi, on pourrait traiter deux difficultés à la fois : une certaine fragilité de l’économie locale, et l’impasse au niveau de la réponse à la demande tant de transport que de logement. Certes débattre de l’avenir de l’économie est ingrat et complexe, mais quel autre choix y a-t-il? Pouvoir prendre son avenir collectivement en mains nécessite de ne plus tourner autour du pot. On peut aussi choisir, au bout du compte, de ne rien changer, mais ce serait alors en connaissance de cause et non subi comme une sorte de fatalité. Et tôt ou tard, ce débat concernera d’autres régions du pays, une fois les zones à bâtir remplies et bien remplies.

En attendant, il est vraisemblable que quelques grands projets urbains, réalisés d’une traite et cohérents, tels que développés par le canton et en partie votés par le peuple (comme celui des Cherpines) seraient mieux acceptés qu’un grignotage constant dont on ne voit pas la fin.

Vote populaire du 9 février: mettre des limites à l’agressivité

Quand des possibilités technologiques et des comportements conjuguent leurs effets, cela peut donner une force de frappe redoutable. Ainsi les ressources du monde dit virtuel font que chaque individu est techniquement en mesure de communiquer à peu près n’importe quoi à à peu près n’importe qui. Et sur le net, les opinions les plus farfelues – partisans de la Terre plate, créationnistes, climatosceptiques, théories du complot – côtoient avec le même sérieux les recherches de scientifiques et de journalistes confirmés, appuyées sur une déontologie confirmée.

Exploitant sciemment leur potentiel de nuisance, de nombreux «trolls» polluent le net en submergeant de critiques malveillantes et dénigrantes ce qui leur déplait, en répandant haine, méfiance et approximations. Ce ne sont que salves de mots violents, menaces, préjugés à l’encontre d’opinions, de personnes et de groupes (musulmans, juifs, écologistes, la finance, les médias…). Cette intrusion est intimement liée à la montée dans de nombreux pays de positions anti-démocratiques, «illibérales«, primaires et fières de l’être. Ces mouvements attisent les émotions négatives, revendiquent le simplisme et le rejet de tout ce qui est différent de leur norme auto-proclamée.

La démocratie vit de la dissidence…

En démocratie, le débat – même virulent, la critique – même irrévérencieuse, l’existence de dissidences, de minorités divergentes et le droit à la différence sont constitutifs des libertés publiques et doivent être fermement défendus. Mais jamais sans garde-fous. Les divergences d’opinion ne doivent pas empêcher de vivre ensemble sur un même territoire, ni délégitimer ou fissurer les fondamentaux d’une société. Après que les extrémismes aient mis le 20e siècle à feu et à sang, la leçon est claire: pas de tolérance pour l’intolérance !

La violence verbale peut détruire une personne, l’image qu’elle a d’elle-même, mais aussi son image publique. A l’instar de la presse déchaînée des années 30 ne reculant devant aucun mensonge ni aucune bassesse, cette violence – proférée aujourd’hui généralement sous couvert d’anonymat – peut faire aussi mal que la violence physique. Et le passage à l’acte physique n’est jamais bien loin, comme l’assassinat de personnalités politiques (en Grande-Bretagne de la députée Cox, en Allemagne du préfet Lübcke) l’a souligné.

Les grandes entreprises de l’informatique, après avoir longtemps regardé ailleurs, ont commencé à mettre en place des dispositifs d’effacement des messages particulièrement haineux ; des législations se préparent ou ont déjà été votées dans divers pays. Oui, la vie en société exige un certain nombre de normes. La liberté trouve ses limites dans la liberté d’autrui, et les règles de bonne éducation servent à garantir le respect mutuel sans lequel la vie en société ne serait qu’un pugilat permanent. Comme toute liberté, celle d’expression a donc nécessairement des limites.

mais le vivre ensemble a besoin de règles

Une première limite est ancienne, c’est l’interdiction de la diffamation. Le code pénal, expression de ce qu’une société permet ou ne permet pas de faire, réprime le dénigrement mensonger, l’insulte, la destruction de la réputation d’une personne. Une seconde est plus récente, et a trait aux atteintes «à la dignité humaine une personne ou un groupe de personnes en raison de leur race, de leur appartenance ethnique ou de leur religion » ou au fait de minimiser «grossièrement ou chercher à justifier un génocide ou d’autres crimes contre l’humanité», pour reprendre la formulation de l’article 261 bis du code pénal suisse.

Parmi les objets soumis en votation le 9 février prochain figure l’ajout à cette liste, devant la claire augmentation de l’agressivité à l’égard de personnes homosexuelles, de la notion d’»orientation sexuelle «, la mouvance populiste ayant là aussi pris la différence pour cible. Le paradoxe est que les adversaires de cette interdiction sont précisément ceux qui se plaignent de trop de laxisme dans nos sociétés et les voudraient plus autoritaires. Et lorsque la société veut renforcer une norme, les voilà qu’ils parlent de censure et revendiquent une liberté sans entraves ! Non on ne peut pas tout dire, et l’agressivité doit clairement trouver ses limites.

COP 25 : Paralysie des dirigeants, paradoxe des peuples, gros temps sur la Planète !

La COP 25 de Madrid confirme l’évidence : les décisions politiques ne sont aucunement à la hauteur des potentiels déstructeurs que le changement climatique porte en lui. La volonté politique n’est pas là. Cupidité, stupidité, court-termisme ? Oui, dans le monde, il y a de tout cela, et ces dernières semaines, prenant souvent de très gros risques, de vastes foules sont descendues dans la rue, au Chili, en Irak, à Hong-Kong, en Colombie ou en Iran, au Liban et en Algérie, crier leur ras-le-bol devant la malgouvernance, la confiscation de l’Etat par un petit cercle, son inefficacité.

Mais il y a aussi une sorte de neurotoxique collectif, embrumant les esprits des décideurs politiques et les paralysant. Ce neurotoxique, qui entrave le fonctionnement normal du cerveau, est constitué d’un certain nombre de dogmes :
1) Celui de la main invisible : l’intérêt général se définit par l’addition des intérêts individuels, et tout dessein collectif est rejeté comme étant de l’économie planifiée…
2) Celui de la percolation : plus il y a de riches, moins il y aurait de pauvres, ce qui permet l’économie de toute politique de redistribution !
3) Celui de la maximisation de la possession d’objets et de loisirs comme but de l’activité économique, voire de la société tout entière.
4) Celui de la spécialisation des territoires en fonction de leur prétendus avantages compétitifs, au lieu de valoriser leur potentiel et de développer leur autonomie.
5) Celui du moindre coût, au prix de coûts écologiques et sociaux élevés.
6) Celui que la science finira par trouver les solutions, lui donnant des pouvoirs quasi-magiques.
7) Celui d’ignorer délibérément les limites de la nature à produire des ressources et à absorber nos rejets.

Un modèle qui tourne en rond

Alors on s’en remet au modèle des 30 Glorieuses, qui a permis au milieu du 20e siècle au monde industrialisé de passer du « capitalisme de la pénurie » à celui de la prospérité, puis de l’obsolescence (des biens et bientôt aussi des hommes). Qui a apporté à des centaines de millions de personnes du confort, des facilités, un niveau de vie appréciable et apprécié. Et dans lequel sont entrées depuis une quinzaine d’années les économies dites émergentes.

Alors que Gandhi disait lucidement voici 80 ans qu’«Il faut mettre un terme à cette course délirante qui conduit à vouloir toujours plus d’argent», l’intellectuel et homme politique Burkinabé Joseph Ki-Zerbo (1922-2006) soulignait que «malheureusement, les Africains sont (…) tournés vers la Terre promise de la Modernité, qu’ils interprètent en termes d’avoir et non d’être».

Or, depuis 30 ans ce modèle d’une société de consommation inégalitaire est grippé et tel un disque rayé tourne en rond. Fonctionnant de plus en plus sur des besoins artificiels et non sur l’utilité, il détruit sa base écologique et accroît les disparités sociales. Qu’il s’enraye et c’est la catastrophe sociale, qu’il redémarre, la catastrophe écologique. Mais les gouvernements, ceux parmi d’eux qui ont un quelconque souci de l’intérêt général et de leur rôle, s’entend, n’arrivent pas à concevoir que ce modèle est obsolète. Ils s’obstinent encore et toujours autour du véhicule économique en panne, sans arriver à autre chose que des mots.

Il faut retrouver la légitimité de cadrer l’évolution économique, c’est vital, et déjouer ce sortilège maléfique qui nous endort, nous plombe, alors qu’il nous faut bouger, et vite. Depuis toujours, l’on sait qu’il n’y a pas de marché sans régulation (et pas de régulation sans marché).

Ceux qui agissent ne sont pas les bons

Mais précisément, que font les peuples, prompts à descendre dans la rue, à dénoncer ces dirigeants qui semblent ne plus rien diriger? Ils ne trouvent rien de mieux, dans leur désarroi devant une mondialisation mal régulée, que de se jeter dans les bras de populistes sans scrupules, à des degrés divers menteurs, vantards, affairistes, sectaires, égocentriques, démagogiques : Trump, Orban, Bolsonaro, Salvini, maintenant Boris Johnson. On leur passe tout, car chez eux parole et action sont un, ce qui n’est que rarement le cas chez les élu.e.s traditionnel.le.s. Et contrairement à ces derniers, ils tiennent leurs promesses, pour le meilleur et surtout le pire.

Leur action est, une fois la «nation» glorifiée et portée aux nues, de démanteler les protections environnementales et sociales, de nier ce qui constitue de manière irréversible le monde actuel : la gestion des interdépendances. Et ça va très vite, très fort, on l’a vu avec l’Amazonie. Car ils ne s’intéressent pas le moins du monde aux enjeux environnementaux et accélèrent la course à l’abime. Paradoxe des peuples, auquel les humanistes doivent urgemment trouver une parade.

Par exemple, en faisant savoir aux perdants de la mondialisation séduits par ce populisme ravageur que notre seul avenir réside dans les revenus et les emplois pérennes et non délocalisables offerts par la réparabilité, l’agro-écologie, les énergies renouvelables, un commerce équitable… L’Accord de Paris parle de transition juste et d’emplois de qualité ; l’OIT estime à 24 millions les emplois nécessités par la transition énergétique. D’ores et déjà, aux Etats-Unis, deux fois plus de salarié.e.s gagnent leur vie dans le solaire que dans le charbon!

Transition: obsolète, la durabilité?

Comme dirait Greta du haut de ses 16 ans : vous qui m’avez mise au monde et qui vous me volez ce monde, écoutez ce que dit la science. Alors, que dit la science?

Le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) nous indique un réchauffement moyen à la surface de la Terre de + 1°C depuis le début de la mobilisation du carbone fossile (+2° en Suisse !) et une montée des mers de 0,4 cm/an, parmi d’autres nouvelles du même acabit. Avec 660 millions de personnes vivant à un altitude de moins de 10 m au-dessus du niveau de la mer… bonjour les dégâts !

Quant à l’IPBES (Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques), elle signale que les ¾ des milieux terrestres et 2/3 des milieux marins sont sévèrement altérés et qu’un quart des espèces de vertébrés, d’invertébrés et de plantes sont menacées d’extinction. Ce serait ainsi la 6e grande extinction de la vie sur notre Planète.

A cela s’ajoutent des inégalités croissantes au sein de nos sociétés : en 1970 les 50 Américains les plus riches devaient payer 50% de leurs revenus en impôts, aujourd’hui seulement 25%; 1% de la population américaine la plus riche représentait voici 50 ans 10% des revenus de toute la population, aujourd’hui c’est 20%. De l’égalité de chances promise, on a passé à la fracture sociale ! Et dans le monde, quelque 800 millions de personnes ne mangent pas à leur faim, n’ont pas de véritable toit… alors que d’autres ne savent que faire de leurs gadgets inutiles.

Face à ces menaces concrètes sur le vivre-ensemble sur cette Terre, qui peuvent parfaitement déboucher sur un monde en miettes et en ruine marqué par une lutte de tous contre tous, on note une certaine radicalisation : collapsologie, décroissance, altermondialisme plaident pour un changement de système, et la notion de durabilité est rejetée pour celle de rupture. Ce procès en obsolescence, voire en complicité, fait à la durabilité est-il justifié ?

Que faut-il faire ?

En effet, l’avidité, l’accaparement et le matérialisme sont parmi les causes profondes de la situation actuelle, tout comme la course à la facilité, une séparation croissante avec la nature et ses fonctions, et la négation de sa fragilité, l’illusion aussi que la science finira par trouver des solutions…

Le cœur de la question est bien aujourd’hui que l’économie marche sur la tête, est devenue sa propre loi, a quitté la sphère de l’utilité, néglige ses coûts écologiques et sociaux. Mais on peut parfaitement soutenir une rentabilité des entreprises, tout en demandant que celles-ci répondent à une utilité, aient un effet écologique et social positif et que leurs bénéfices restent limités (et bien entendu honnêtement gagnés). Autrement dit, il s’agit d’aligner les rentabilités écologiques, financières et sociales; c’est ce que préconise par exemple l’Economie sociale et solidaire.

Réparer plutôt que jeter, fournir des énergies renouvelables plutôt que du fissile et du fossile, généraliser des bâtiments positifs, le commerce équitable et l’agro-écologie (seule façon de nourrir une population croissante sans détruire les sols), remplacer la recherche de l’obsolescence par la mise en valeur de la durée de vie et la réparabilité (économie circulaire) sont autant de sources de rentabilité (raisonnable) que les modèles fonctionnant sur le court terme et la fragilisation écologique et sociale.

Le vrai problème est ailleurs. Il est dans le refus des Etats de réguler l’économie, d’imposer cette mutation indispensable. L’écologique et le social sont vus comme les conséquences d’une économie prospère – alors qu’ils en sont tout au contraire la conditions et le but!

S’il existe aujourd’hui dans pratiquement toutes les filières des produits de qualité «durable», si personne n’est obligé d’acheter des biens ou des services inutiles, produits dans de mauvaises conditions écologiques et sociales, il n’en reste pas moins que les loisirs destructeurs (zapping du weekend dans des villes européennes qui finissent toutes par se ressembler, croisières dans des bateaux gigantesques), l’achat de 4×4 inutiles et fortement émettrices de CO2, l’engouement pour la viande et le fast-food issus du massacre de la forêt tropicale (et de ses habitants) restent des options encore bien trop répandues. L’action des consommateurs, aussi indispensable soit-elle, ne suffira pas. Tout comme du côté producteurs, il y aura toujours des acteurs qui iront jusqu’au bout de ce qui est permis, voire au-delà.

En matière de fiscalité ou de circulation routière, on nous demande de respecter la loi – et les conditions d’une planète viable et vivable, seraient abandonnées au seul volontariat ? L’économie de marché exige un pouvoir étatique fort, équitable, efficace et indépendant des lobbies du court terme et du profit maximum pour quelques-uns et à n’importe quel prix, actuellement infiniment trop écoutés.

La durabilité exige un changement en profondeur

Ceux qui rejettent aujourd’hui, devant tant d’inaction ou d’action insuffisante, la notion de durabilité la remplaceraient volontiers par celle de transition. Oubliant de dire : transition vers quoi ? or, ce ne peut être que vers la durabilité. En effet, comment mieux définir ce qu’il faut faire, à savoir :

– Opter pour »un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs. Deux concepts sont inhérents à cette notion: le concept de besoins, et plus particulièrement des besoins essentiels des plus démunis, à qui il convient d’accorder la plus grande priorité, et l’idée des limitations que l’état de nos techniques et de notre organisation sociale imposent sur la capacité de l’environnement à répondre aux besoins actuels et à venir».

– Constater que “des changements fondamentaux dans la façon dont les sociétés produisent et consomment sont indispensables pour réaliser un développement durable à l’échelle mondiale».

– Vouloir une économie «qui entraîne une amélioration du bien-être humain et de l’équité sociale tout en réduisant de manière significative les risques environnementaux et la pénurie de ressources» ?

Et se référer à la notion d’empreinte écologique, qui fait dire à l’Office fédéral de la statistique que notre «mode de vie (…) n’est pas durable car la consommation suisse par personne est 2,8 fois plus grande que les prestations et ressources environnementales globales disponibles par personne (…). Nous vivons donc aux dépens des générations futures et d’autres régions du globe.»

– et au principe de précaution : “En cas de risque de dommages graves ou irréversibles, l’absence de certitude scientifique absolue ne doit pas servir de prétexte pour remettre à plus tard l’adoption de mesures effectives visant à prévenir la dégradation de l’environnement», auquel d’aucuns veulent substituer un «principe d’innovation» ?

Tous ces contenus énoncés par des documents officiellement validés se retrouvent aujourd’hui dans les 17 Objectifs de développement durable (ODD) – avec leurs 169 cibles et 232 indicateurs – adoptés en septembre 2015 par les Nations Unies dans l’Agenda 2030.

Ceux qui ont inventé la notion de durabilité «faible», ou qui ont réduit la durabilité à une vague conciliation entre économie, écologie et social ne sont aucunement dans la cible de la définition originelle. Leur interprétation ne doit pas être prise pour argent comptant et, encore moins, légitimée par la mise en question de la durabilité comme telle.

Rejeter une notion désormais largement répandue et reconnue, adéquate en termes de contenus et universellement valable, sous prétexte d’application insuffisante, c’est un peu comme récuser la notion de droits humains du fait que trop d’Etats ne la respectent pas. Ce serait se priver de l’instrument même permettant de faire pression sur les acteurs défaillants. Pas besoin de réinventer constamment de nouveaux concepts pour dire en gros la même chose, mais appliquons ce que nous avons!

Après la vague verte, quelles priorités ?

Le 20 octobre dernier, les partis verts ont doublé leur score. Le seul parti ouvertement climatosceptique, l’UDC perd une douzaine de sièges. Quelles sont les échéances qui attendent le nouveau parlement en matière environnementale? Ces derniers mois, tant le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) que l’IPBES (Plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques) ont diffusé des résultats qui font froid dans le dos.

Côté biodiversité, l’IPBES signale qu’un million d’espèces sur les 8 millions existantes sont menacées… ¾ des milieux terrestres, 2/3 des milieux marins sévèrement altérés, un quart des espèces de vertébrés, d’invertébrés et de plantes menacées d’extinction.

La forêt tropicale part en fumée pour les cultures intensives de soja et d’huile de palme, et un élevage massif, tout cela pour satisfaire notre appétit démesuré de viande nocif pour la santé (et concurrencer notre propre paysannerie) – la santé de la Terre et notre santé vont de pair. Côté climat, l’augmentation de la température moyenne sur la surface terrestre est de + 1°C (et 2° en Suisse!), entraînant une montée des mers de 0,4 cm/an. Avec 660 millions de personnes vivant à une altitude de moins de 10 m au-dessus du niveau de la mer, bonjour les dégâts.

La dégradation des sols et de leur couvert végétal réduit les capacités d’absorption de CO2, la fonte des sols gelés libère des quantités importantes de méthane… Le changement climatique s’emballe et l’humanité file du bien mauvais coton.

Voici dix ans, l’équipe du chercheur suédois Johan Rockström identifiait neuf « frontières écologiques» déterminant la viabilité de nos sociétés et le vivre ensemble sur cette Terre: le changement climatique, les atteintes à la biodiversité, les bilans du phosphore et de l’azote, les atteintes aux sols, la dissémination de substances de synthèse, la pollution atmosphérique, l’altération du cycle de l’eau, l’acidification des océans et la dégradation de la couche d’ozone stratosphérique. Plusieurs sont déjà franchies, risquant fort de rendre la Planète peu agréable à l’espèce humaine.

Il nous faut des mesures à la hauteur de la situation

De deux choses l’une. Soit les synthèses des organismes scientifiques mondiaux sont crédibles et reflètent la réalité, et des mesures fortes doivent être prises. Soit elles sont entachées de biais, et peuvent être relativisées ou contestées. Malheureusement, la première hypothèse semble bien être la bonne et ce alors sont des mesures telle que celles-ci qui s’imposent globalement, mais aussi localement:

1) Rationner (c’est-à-dire fixer des priorités en fonction des besoins et de l’équité) mondialement l’aviation, la voiture, les poids lourds…
2) Fermer les centrales électriques au charbon et les mines de charbon.
3) Revérifier tous les produits chimiques en circulation et retirer tous ceux dont l’innocuité n’est pas positivement prouvée.
4) Remplacer l’agriculture industrielle par l’agro-écologie, seule capable de nourrir une humanité en nombre croissant sans détruire les sols.
5) Interdire les plastiques, à moins d’une garantie d’un recyclage à 100%.
6) Planter massivement des arbres.
7) Protéger les sols.
8) Empêcher la surpêche.
9) Interdire tout bien qui ne peut pas être recyclé, réparé ou réutilisé.
10) Orienter les emplois, les modèles d’affaire et les investissements dans ce sens.

On voit clairement qu’on ne pourra pas ni en Suisse ni ailleurs se contenter d’aménagements périphériques de notre mode de vie. Il s’agira de réduire nos prétentions en matière de facilités au profit du bien commun, et dans le respect d’une meilleure équité sociale. On peut faire des compromis entre forces politiques mais on ne fera pas de compromis avec la climat et les conditions d’existence sur Terre. Et sortir de l’agro-industrie, du chauffage excessif de nos logements (chaque °C supplémentaire signifie 7% d’énergie en plus), de notre addiction aux véhicules surmotorisés et de la frénésie des loisirs énergivores nous fera le plus grand bien.

La coopération au développement, un devoir et une chance

La coopération au développement suisse est efficiente, crédible, ciblée et se construit avec des partenaires de terrain responsables, structurés, en fonction d’une analyse des situations et des priorités. Elle vise à l’autonomie des populations et se projette dans la durée. Nous pouvons en être fiers.

Alors que notre monde a tout à fait les moyens de répondre aux besoins élémentaires de tout être humain, 820 millions d’humains ne mangent pas à leur faim, 750 millions n’ont pas pu aller à l’école, 750 millions doivent vivre avec moins d’1,9 $ par jour (seuil de la pauvreté absolue) et 850 millions n’ont pas de toit digne de ce nom. La moitié de l’humanité n’a pas accès aux soins nécessaires et 785 millions de personnes ne disposent pas d’une eau potable de qualité hygiéniquement sûre. La coopération est une contribution essentielle pour remédier à ce scandale quotidien.

Dans le contexte actuel de changement climatique, de destruction de bases naturelles de l’existence (menaces sur la biodiversité, le cycle de l’eau, les sols, etc.), de mauvaise gouvernance et de migration forcée, ces actions sont particulièrement indispensables pour permettre aux populations du Sud de pouvoir vivre dignement au pays, droit que chacun.e de nous réclame comme une évidence pour soi-même.

Ces thématiques sont aujourd’hui au cœur des 17 Objectifs de développement durable, et de leurs 169 cibles, retenus voici exactement 4 ans, le 25 septembre 2015, par l’Assemblée générale des Nations Unies, dans l’Agenda 2030. Ce document lie tous les Etats et la Suisse y a également souscrit ; la coopération est une des clés de sa mise en œuvre.

La coopération, un engagement citoyen…

De très nombreuses ONG, petites et grandes, reflètant l’engagement citoyen, s’impliquent dans des projets en partenariat avec des communautés dans le Sud. Comme l’indique la Fédération genevoise de coopération dans sa prise de position sur le projet de message 2021-2024 sur la coopération internationale de la Suisse, « chaque projet est le fruit d’une étroite collaboration entre les organisations membres de notre Fédération et leurs partenaires au Sud. Ces projets permettent d’améliorer de façon durable les conditions de vie des communautés défavorisées et combattre les inégalités à travers le droit à la santé, l’éducation, les emplois locaux, la valorisation de ressources locales, l’autonomie agro-alimentaire et énergétique. Ils reposent sur une mobilisation et la participation active des populations concernées, en collaboration avec les autorités locales. » (https://fgc.federeso.ch/system/files/attachments/news/fgc_consultation_message_2021-24_2019.07.18.pdf)

Les collectivités publiques de tout niveau, communes, cantons et Confédération soutiennent par leur financement ces projets, et les expertisent par leurs propres organes techniques et financiers ou ceux des Fédérations cantonales de coopération.

…en partenariat avec les collectivités publiques

La politique étrangère suisse est définie par l’article 54 de la Constitution qui dit en particulier : « La Confédération (…) contribue notamment à soulager les populations dans le besoin et à lutter contre la pauvreté ainsi qu’à promouvoir le respect des droits de l’homme, la démocratie, la coexistence pacifique des peuples et la préservation des ressources naturelles. »

Aux termes de la loi qui la régit, la coopération vise à soutenir « les efforts des pays en développement en vue d’améliorer les conditions de vie de leurs populations ». Selon la loi, «la coopération au développement et l’aide humanitaire internationales expriment la solidarité qui figure au nombre des principes régissant les relations de la Suisse avec la communauté internationale et répondent à la situation d’interdépendance qui existe entre les diverses parties du monde. »

Le devoir de cohérence

Cette philosophie correspond à notre responsabilité de pays aux ressources provenant essentiellement d’autres parties du monde. Ce qui se traduit notamment par une empreinte carbone deux fois plus importante que le CO2 émis depuis le territoire national, et par une empreinte écologique trois fois plus importante que ce à quoi nous aurions droit. Comme le dit l’Office fédéral de la statistique, « la consommation suisse par personne est 2,8 fois plus grande que les prestations et ressources environnementales globales disponibles par personne. Nous vivons donc aux dépens des générations futures et d‘autres régions du globe ».

En 1970, les pays industrialisés se sont engagés lors de l’Assemblée générale de l’ONU à accorder au moins 0,7% de leur revenu national brut (RNB) au financement d’actions de coopération au développement. Cinquante ans plus tard, ils sont à peine une demi-douzaine à atteindre l’objectif. Suite à une pétition signée par plus de 200’000 personnes et déposée en mai 2008, le parlement suisse a fixé l’objectif à 0,5% pour notre pays.

Investir dans la coopération c’est investir dans l’équilibre du monde

Malheureusement, le projet de message du Conseil fédéral sur la coopération internationale de la Suisse mis en consultation ce printemps comporte de graves risques de recul. Citons, entre autres :

1) L’accent mis sur les intérêts économiques suisses à court terme, qui peuvent tout à fait être à l’opposé des intérêts des plus démunis du monde.
2) Une répartition floue entre aide humanitaire et aide au développement, au détriment de cette dernière, soit du plus long terme.
3) Une diminution de l’engagement financier qui passerait du 0,5% du RNB postulé par la parlement à 0,45% voire à 0,4%, très loin du 0,7% convenu.
4) Une contribution de la coopération à la mise en œuvre de l’Agenda 2030 minimisée voire occultée, or il n’y a pas de durabilité sans coopération – tout comme il n’y a pas de coopération sans durabilité.

Il est à espérer que, suite aux réponses reçues au cours de la consultation, la version finale du message apporte les correctifs nécessaires et réaffirme clairement qu’il est dans notre intérêt à tous que soient combattues les inégalités et les menaces environnementales dans le monde. Nous vivons tous sur la même planète et la dignité humaine est indivisible. Investir dans la coopération c’est investir dans l’équilibre du monde.

La forêt brûle, la Planète trinque, et les Peuples autochtones boivent la tasse…

La forêt amazonienne brûle. Elle brûle à cause d’un système agro-alimentaire mondial aberrant, où le fast-food et l’agrobusiness sont les deux faces d’un même dérapage global qui porte gravement atteinte à notre santé et à celle de la Terre.

Elle brûle à cause d’un président qui, tel Néron mettant le feu à Rome, restera dans l’histoire comme un des grands pyromanes de la Planète.

Elle brûle et ne repoussera pas de sitôt car:

• Morcelée et réduite dans sa surface, la forêt tropicale voit son système d’évaporation-retombées pluvieuses entravé, s’assèche peu à peu et perd son caractère humide qui fait son exubérance et sa richesse biologique.

• Une fois mis à nu, le sol est rapidement lessivé lors de la saison des pluies, et ce qui en reste transformé en terre cuite par l’ardeur du soleil lors de la prochaine saison sèche. Il n’y a alors plus assez de sol pour assurer une repousse naturelle des arbres (au contraire de ce qui se passe en zone tempérée, où la forêt revient spontanément, par exemple sur les terrains délaissés par l’agriculture, car le support fertile est resté en place).

• Et surtout, une fois déboisée, l’aire naguère forestière est livrée à l’agriculture industrielle et transformée en immenses zones de pâturage ou de production de soja, généralement transgénique (en Amérique latine ; en Asie du Sud-Est, il s’agit avant tout de planter des palmiers à huile).

Ce soja ne sert pas à nourrir ceux qui dans ces régions ont faim, mais à engraisser des millions d’animaux dont la viande sera vendue avantageusement en Europe ou en Chine. D’ailleurs, nous importons chaque année près de 300’000 tonnes de tourteau de soja pour augmenter le rendement laitier de nos vaches – alors qu’on se plaint régulièrement de la surproduction laitière!

Tout ce sol est volé à une biodiversité globale déjà mal en point, et à la résilience climatique, les incendies envoyant d’énormes quantités de CO2 dans l’atmosphère et réduisant d’autant la capacité de stockage par les végétaux de ce même gaz.

Mais ce sol est surtout volé à ses habitant.e.s, les Peuples autochtones.

Qui colonise qui ?

Le président du Brésil accuse Emmanuel Macron, qui le rappelle à ses devoirs, d’ingérence néocolonialiste. Totale inversion de la réalité ! Bolsonaro véhicule l’idéologie des conquistadores, pour qui les Peuples autochtones sont des primitifs qu’il faut civiliser, exploiter ou éliminer physiquement, et pour qui la nature ne peut connaître d’autre destin que d’être « mise en valeur », alors que c’est elle, à travers ses services écosystémiques, qui nous fait vivre. A juste titre, Macron a mis en évidence que la souveraineté nationale ne permet pas de tout faire, et notamment pas de porter atteinte au patrimoine commun de l’humanité ! Il n’y a à ce sujet pas d’indépendance mais que des interdépendances.

Les Peuples autochtones ont une chose essentielle à nous dire. Tout fiers de no facilités, de nos capacités techniques, nous oublions que nos façons de faire et de voir le monde ont à peine quelques siècles. A moins de réaliser rapidement de vrais changements de cap (les bonnes pratiques existent, mais sont loin d’être généralisés), nos acquis sont tout sauf durables. Alors que le rapport à la nature qu’ont développé les peuples autochtones leur a permis de survivre et de vivre depuis des milliers d’années en interaction positive avec leur milieu. Quel est le vrai primitif ? Le prédateur occidental ou l’habitant.e originel.le des lieux ?

Et qui, comme de plus en plus d’experts de la protection de la nature le soulignent, en sont les meilleurs gardiens. Le paradoxe est qu’alors qu’ils commencent peu à peu à être reconnus comme titulaires de droits et partenaires de négociation au sein du système des Nations Unies, c’est sur le terrain national et local que les Peuples autochtones et leurs leaders sont de plus en plus en danger. En danger, parce que leurs lieux de vie sont plus convoités que jamais pour des installations minières, l’agriculture, les grands barrages, le tourisme, dans des concepts de développement qui n’ont rien de durable. En danger, parce que de nombreux Etats tolèrent – voire mènent eux-mêmes – une attitude répressive de plus en plus affirmée.

Une ONG particulièrement attentive à ces enjeux est l’International Work Group for Indigenous Affairs basé au Danemark, qui publie une revue annuelle, The Indigenous World. L’édition 2019 nous apprend qu’en 2017 plus de 400 défenseurs des droits humains et de l’environnement ont été tués de par le monde, dont la moitié étaient des représentants de Peuples autochtones. De nombreux autres sont soumis à des brimades, des restrictions de déplacement et des emprisonnements arbitraires.

L’année 2018 a été marquée par une recrudescence de ces agressions. Cette situation a été dénoncée par la rapporteure spéciale des Nations Unies sur les droits des Peuples autochtones, Victoria Tauli Corpuz; elle est elle-même une autochtone des Philippines, du peuple des Kankanaey Igorot.

Pas de fumée sans feu

L’incendie des forêts amazoniennes survient au moment où le système international est mis à mal par les dirigeants populistes du monde, fondamentalement habités par l’esprit de prédation, de domination et de profit à court terme. On peut le considérer comme l’incendie d’une certaine conception du monde, faite de recherche d’équilibre, de dialogue et de coopération pour un monde viable et vivable.

Il signale le retour de la brutalité, du seul rapport de force, de la domination de l’Homme blanc sur les autres, fussent-ils là depuis des millénaires, et, symétriquement, sur la Nature sans laquelle, pourtant, nous ne sommes rien. Mais, obnubilés par la promesse du progrès – que la devise du Brésil (« Ordre et Progrès ») proclame depuis 150 ans (et dont le côté tragique apparaît désormais à la lueur des feux de forêt) – nous ne voulions pas le savoir. Sous cet angle, il devient clair que le sort infligé aux Peuples autochtones ne fait que préfigurer notre propre sort.

La Suisse dans le monde, réflexion à l’occasion de la fête nationale

Si à l’occasion de la fête nationale, nous ne parlions pas de la Suisse, mais de ce monde dont nous dépendons – pour nos importations, nous qui sommes pauvres en ressources, pour notre balance commerciale, pour nos échanges intellectuels et culturels? Et donc de ce que ce monde représente pour nous ? Car il y a péril en la demeure…

A nouveau : la tentation du mal

Telle une épidémie attaquant les neurones de l’humanité, se répandent dans le monde l’»illibéralisme» et la mise en avant de l’égoïsme national à courte vue, l’admiration des hommes forts-chefs de meute, la négation des interdépendances… Et alors que c’est le libéralisme économique qu’il faudrait d’urgence réguler et moraliser, c’est au libéralisme politique et à la capacité de dialogue et de construire des solutions consensuelles que s’attaque le vent mauvais qui souffle.

Oui, vent mauvais, qu’ils s’agisse :
• Du mensonge éhonté revendiqué par des chefs d’Etat comme Trump ou Bolsonaro («Tout le monde mange à sa faim au Brésil ; les photos aériennes du déboisement de l’Amazonie sont des faux et j’y mettrai fin»),
• De la mise en avant d’une des composantes de la nation au détriment des «minorités» (Modi en Inde) au risque de détruire définitivement l’héritage gandhien,
• Des abus des apprentis dictateurs comme Erdogan, Orban ou les dirigeants polonais,
• De la démagogie anti-requérants d’asile la plus primaire à la manière Salvini,
• Des rodomontades agressives de l’ex-agent du KGB Poutine, en passant par la première puissance du monde, la Chine, qui allie le pire de l’étatisme et le pire du libéralisme économique,
… tous ces dirigeants se congratulent, se soutiennent, se ressemblent.

Ce qui a changé en quelques années ? Alors qu’autrefois de tels personnages parvenaient au pouvoir par la force – une insurrection, jadis, de type mussolinien ou, naguère, un coup d’Etat de militaires autoproclamés sauveurs de la patrie, aujourd’hui, les peuples se donnent à eux. Qui n’ont alors plus qu’à cueillir les majorités comme autant de fruits mûrs, puis à les consolider une fois au pouvoir à travers toutes les ficelles de la flatterie, de la dénonciation, du clientélisme et de la répression.

Aujourd’hui comme hier : la faiblesse des démocraties

Comment se fait-il que l’affirmation d’une éthique individuelle et collective, d’un partage de droits et de devoirs, de la dignité de chaque personne, de la coopération internationale et de la démocratie puisse être ressentie par beaucoup comme une utopie d’un autre temps?

Aujourd’hui comme hier, les grands responsables de la tournure que prennent les choses sont ces «décideurs» qui promettent de servir le bien commun mais abdiquent devant la réalité des injustices. Leur difficulté à agir sur les causes des déséquilibres fait confondre démocratie et démission ; leur défaite devient la défaite de la démocratie.

Dans les années 30, c’était bien l’absence de réaction de l’Etat face aux inégalités croissantes et aux crises économiques – additionnée de la manière dont la «paix» a été dictée aux perdants de la première guerre mondiale – qui a fait que les partis fasciste en Italie et national-socialiste en Allemagne ont pu se doter d’une base populaire forte. En prenant les défis économiques et sociaux à bras le corps, Roosevelt grâce à son New Deal a préservé son pays de ce destin.

Par contre, ce qui diffère de cette époque est que 1) ces partis étaient nettement plus violents et extrémistes que le « mainstream » populiste actuel et, que 2), ce dernier est bien plus haut en terme de score électoral, frôlant voire dépassant la barre des 50%. Ce qui ne rassure qu’à moitié, car les extrémismes peuvent se radicaliser toujours plus, comme on l’a vu au cours de la 2e guerre mondiale en Allemagne et au Japon.

Une autre cause de leur montée était aussi la tolérance excessive des démocraties devant les populismes. Le prix ? plus de 50 millions de morts, des souffrances et des destructions inouïes. Plus jamais ça ? Alors, il faut vraiment se réveiller et retenir la leçon: tolérance zéro pour les adeptes de la tolérance zéro. Et se demander comment sortir de là !

Le triple déficit de l’humanisme

La crise de l’humanisme est d’abord une crise de visibilité. Les personnes modérées, pondérées le sont souvent aussi sur le plan de l’expression. Point d’insurrection des consciences, de mise en accusation des destructeurs du respect et de l’éthique, de dénonciation des côtés obscurs de l’humanité. Leurs propos n’«impriment» pas. Or, une certaine virulence, une certaine radicalité s’imposent quand la capacité de l’humanité de gérer son destin est en jeu!

Une crise de l’incarnation, ensuite. De nos jours pas de Mandela ni de Gandhi à l’horizon, ni même de Roosevelt ou de Gaulle, pour activer non les instincts du mal, mais les élans vers le bien.

Enfin, une crise de l’action. Les propos des dirigeants démocratiques sont peu crédibles parce qu’ils ne sont que rarement suivis d’actes – par contre, les mouvements extrémistes appliquent généralement leurs programmes à la lettre. C’est ainsi que le ramassis de vulgarité et d’hystérie intitulé «Mein Kampf» était devenu la partition d’un drame emportant tout un continent.

Le mythe fatal de la « ain invisible»

Que font les dirigeants occidentaux, jamais à court de bonnes paroles, pour imposer l’intérêt général aux destructeurs des équilibres écologiques et sociaux? Pour affirmer les principes démocratiques face aux dictateurs jouant des coudes et offrant d’alléchants contrats? Pour cadrer socialement et environnementalement une mondialisation, qui sinon dérape? Pour endiguer les exigences abusives de nombreux fonds d’investissement et les mettre au service de l’économie réelle? Pour exiger transparence et redevabilité des entreprises transnationales?

C’est bien dans la croyance délétère dans la non-intervention dans l’économie, dans le culte de la capacité mille fois démentie d’autorégulation de cette dernière, que se situent l’origine de cette paralysie, la plupart des dirigeant.e.s des démocraties libérales étant élevé.e.s dans la foi en la «main invisible»… Sans réaffirmation de la légitimité, du devoir, de l’Etat – bien évidemment d’un Etat de droit – à réguler les excès de l’économie, à assurer l’équité et l’égalité de chances et de droits, peu espoir de battre le populisme !

Plus vite dans le mur – grâce à l’extrême-droite

On pensait communément que ce serait le «collapse écologique» qui conduirait au collapse sociétal, au triomphe de la loi du plus fort. Or, c’est l’inverse qui se joue sous nos yeux : une généralisation revendiquée de la loi du plus fort – qui accélère le collapse écologique… Car si l’angoisse fait agir l’être humain, son réflexe est bien plus territorial (défendre son territoire par rapport à des intrus) qu’environnemental (défendre son avenir face à ses propres incohérences).

Greta Thunberg a raison de se faire du souci. Jamais les dirigeants du monde n’ont été si éloignés de se préoccuper des enjeux globaux, de prendre à bras le corps les enjeux du vivre ensemble sur cette Terre. Que de reculs en même pas quatre ans ; l’Accord de Paris paraît aujourd’hui bien loin!

Un point commun aux populistes de tous les pays est bien leur désintérêt pour les enjeux environnementaux. Logique: l’approche d’extrême-droite se résume en ces mots: domination et soumission. Domination de l’Homme sur la nature ; de l’homme sur la femme ; de l’homme blanc sur les autres humains ; de son peuple sur les autres peuples; de majorités conformistes sur les minorités; de dirigeants soupçonneux – mais pas au-dessus de tout soupçon – sur une population prise en tenaille.

Réaffirmer un cadre de référence éthique et s’y tenir

L’alternative au néolibéralisme et au nationalisme qui se soutiennent mutuellement dans leur œuvre de destructuration est dans l’alliance entre le global et le local, du développement durable et des droits humains, de la liberté et de la responsabilité, de la régulation et de l’autonomie. Au stade actuel de son histoire technique, économique, sociale, écologique, l’humanité ne peut s’en sortir qu’ensemble.

Il est temps que se rassemblent autour d’un tel agenda les femmes et les hommes de bonne volonté. Humanistes de toute la Terre, unissez-vous ! Notre politique étrangère ne pourrait-elle pas s’inspirer fortement et clairement de ces priorités et les porter en avant ?

Europe : savoir distinguer le contenant et le contenu

Après la désignation des prochains dirigeants – et dirigeantes ! – de l’Europe, qui a vu le couple franco-allemand s’être une fois encore révélé l’axe structurant de l’UE, une réflexion de fond s’impose. Elle est difficile en Suisse, où le politiquement correct largement admis est depuis un certain nombre d’années un noble dédain pour ce qui se passe autour de nous.

Cette attitude d’autosuffisance – et suffisante – est doublement erronée.

D’une part parce qu’à l’évidence nous avons besoin que le continent dont nous sommes proches du centre géographique s’organise d’une manière qui puisse nous convenir.

D’autre part, parce que la mutation qui attend l’Europe est exactement celle qu’a su accomplir la Suisse, en passant en 1848 d’une vague confédération d’Etats à un Etat fédéral. Et sans la guerre du Sonderbund, si possible…

Sortir de l’UE-bashing
Il est de bon ton d’accabler l’UE de tous les maux.
Il est temps de faire un examen objectif des enjeux, et, surtout, de savoir distinguer le contenant et le contenu.

Concernant le contenant, peut-on vraiment imaginer que les 27 Etats de l’UE s’en sortiraient mieux seuls qu’ensemble ? Laissons la Grande-Bretagne à ses démons, son apprentissage de la « liberté » risque d’être comme une longue et douloureuse adolescence.

Dans un monde instable, livré aux surenchères imprévisibles des puissances façon 19e siècle, une Europe divisée, morcelée en une poussière d’Etats, n’aurait guère de possibilités de faire valoir sa vision des choses, ses valeurs démocratiques, humanistes, sociales et écologiques.

Les « souverainistes » ne s’intéressant pas à ces valeurs, cet aspect leur est évidemment indifférent. Mais ce n’est pas forcément le cas de ceux qui les suivent. Ceux qui, rêvant de grandeur impériale passée, en France, en Grande-Bretagne ou en Italie, pensent que leur pays serait plus fort hors de l’UE se trompent lourdement.Ses 500 millions d’habitants ne sont que 7% de la population mondiale.

Avoir une taille qui permette de compter dans le monde
Par contre, une Europe unie aurait un poids comparable à l’Australie, au Brésil, à l’Inde, à l’Afrique du Sud, aux Etats-Unis, voire à la Chine… autant de pays capables de peser sur le monde, de protéger leurs habitants.

A l’heure des interdépendances, le repli sur soi se révèle une promesse vaine, une coquille vide, une tromperie (trumperie ?) de plus. Sur notre continent, la souveraineté sera partagée ou ne sera pas ; le projet européen n’est rien d’autre qu’une souveraineté exercée en commun, le cadre indispensable à la poursuite de notre histoire commune. Seule, l’Europe se perd ; unie, elle avance.

Un grand marché et c’est tout ? Rien n’est plus faux
Voilà donc pour le contenant. Mais le contenu ? La mouvance populiste ne cesse de le clouer au pilori et les démonstrations contraires ne portent guère. Alors regardons un peu, c’est édifiant.

Tout au marché ? Faux: les régulations en matière de concurrence, de politique économique, environnementale, sociale, agricole et de santé sont nombreuses et se défendent, du moins tout autant que celles de passablement d’Etats membres. Et surtout, elles sont réformables, au gré des volontés politiques.

Ces politiques sont souvent stigmatisées comme des interventions abusives, dénoncées comme autant d’excès de régulation, et on constate que l’on reproche sans gêne à l’UE à la fois de trop réglementer et de trop libéraliser – comprenne qui pourra ! Oui, son bilan en matière de politique régionale, sociale, environnementale est réel, celui en matière de démocratie et de droits humains aussi.

On a constamment fait porter à une UE tiraillée entre des Etats centrifuges et discordants, à la merci de leurs jeux de pouvoir, le chapeau de ce qui n’était pas de son fait.

C’est ainsi que le projet européen, convergence culturelle et politique, s’est rétréci dans la perception des peuples à un « grand marché », ressenti plus comme une menace que comme un territoire d’action commune.

L’existence d’un parlement européen élu par les citoyennes et citoyens des pays membres ? Masquée par la sempiternelle invocation de la bureaucratie de Bruxelles, qui agirait telle une caste redevable à personne.

Signe d’un possible renversement de tendance, les élections européennes du 26 mai 2019 ont été marquées par un regain de participation électorale et la présence dans tous les Etats membres (ou presque) de listes nationalistes et europhobes a fait paradoxalement effet contraire, légitimant l’espace de débat européen qu’elles combattent !

Qui a intérêt au blocage du projet européen ?
Et si les forces qui attaquent inlassablement l’UE, qui l’empêchent constamment de dépasser ses ambivalences, n’avaient pas intérêt à son échec ?
Les Brexiteurs anglais, de se débarrasser des standards sociaux européens ?
Les apprentis dictateurs post-communistes de l’Est, de ne plus être liés aux règles de l’Etat de droit, quand ils entendent mettre sous leur coupe la justice, les médias et les procureurs anti-corruption?
Les néolibéraux, quand ils doivent se justifier devant les autorités anti-cartellaires, de protection des consommateurs ou encore de transparence fiscale de l’UE ?
Les grandes et moyennes puissances qui ne rêvent que de mettre à genoux ce continent qui, uni, pourrait leur tenir tête? L’alliance objective entre populisme et néolibéralisme se fait ici aussi sur le dos de ceux qui auraient le plus besoin d’un cadre garant d’équité.

La seule sortie : par le haut
On ne peut que regretter de n’avoir pas davantage confronté les populations du continent au dessein historique qui leur incombe : construire ensemble la maison commune des peuples d’Europe, y compris de ceux mis de côté dans leur propre Etat, l’Europe pérenne des régions, illustrée naguère par Denis de Rougemont, se substituant avec le temps aux Etats-nation d’un moment.

Le mal dont souffre l’UE est bien son caractère hybride et inachevé : une sorte de confédération d’Etats, plutôt de gouvernements, à géométrie variable, aux procédures complexes et à la force de frappe incertaine.

La sortie par le haut est d’en faire un vrai Etat fédéral, avec un pouvoir législatif, exécutif et judiciaire, même si l’on martèle depuis des décennies que ce serait « impensable » et « impossible ». Pourtant, les Etats-Unis, l’Inde ou le Brésil, le Canada ou l’Australie démontrent le contraire. De plus, la moitié des Etats des Etats-Unis connaissent des instruments de démocratie directe, qui pourraient sans autre être généralisés dans l’ensemble des Etats de l’UE, si leur gouvernement le veut bien.

Si la crise actuelle de l’UE pouvait déboucher sur une relégitimation du projet fédéraliste européen, elle n’aura pas été inutile.