Le point Oméga

Dans ma vie de jeune adulte, j’ai été fasciné par la théorie de l’évolution du jésuite et paléontologue Pierre Teilhard de Chardin. Le fait qu’au cours des millénaires, par le jeu de ce qu’il appelait la « complexité conscience », atomes, molécules, cellules se sont organisés pour donner naissance aux règnes minéral, végétal, animal puis finalement humain, au bout de la chaîne, cette perspective me ravissait. D’autant plus que, toujours selon Teilhard, au fur et à mesure de leur déploiement sur la planète, les hommes tendraient naturellement et biologiquement à se rapprocher et à se socialiser. Autrement dit, l’humanité finirait par devenir un tout organique, une réflexion collective unique, dont le terme idéal serait une parfaite communauté de pensée et d’amour. Le point Oméga serait ainsi le sommet de la pyramide évolutive, le point ultime de la conscience planétaire. Dans cette perspective, la vie, la mienne comme celle des êtres humains, avait un sens. Je baignais, comme chacun d’entre nous, dans cette nappe pensante, la « noosphère », où l’amour énergie s’accumulait.

Mais quand je vois aujourd’hui comment cette humanité s’y prend pour dérégler le climat, détruire les écosystèmes, se complaire dans des jeux de pouvoir et de domination politique, économique et militaire, ou faire de l’argent la référence suprême, je me demande si Teilhard ne s’est pas fourvoyé. Même dans un pays comme la France de ma jeunesse, considérée jadis comme la fille aînée de l’Eglise, que reste-t-il de sa vocation spirituelle, elle qui a même oublié que ses valeurs chrétiennes étaient le fondement même de ses fameuses valeurs républicaines ?

Vers un nouvel état de conscience ?

 e Pourtant, c’est plus fort que moi, je ne parviens pas à me désespérer. Est-ce à cause de l’énergie d’amour de la Terre que dégage cette jeune paysanne lancée dans l’agriculture biodynamique ? Est-ce à cause de la fougue passionnée de ce jeune danseur, de l’enthousiasme silencieux de ce chercheur réalisant une découverte majeure, de l’abnégation sans borne de ce médecin sans frontière qui se porte au secours des victimes de la guerre ? Tous ces gestes du quotidien que nous montrent les médias dans le flot d’une actualité démoralisante ne viennent-ils pas enrichir la « noosphère », comme des éclats de lumière projetés dans une matière chaotique ? Ces gestes nous révèlent qu’au-delà des effondrements dont nous sommes les acteurs-observateurs, l’humanité vit peut-être un accouchement, certes douloureux mais annonciateur d’un nouvel état de conscience. Des petits gestes aussi insignifiants et grandioses à la fois que les lumières de la Voie lactée. (Publié dans Echo Magazine du 6 octobre 2021)

 

Philippe Le Bé

Désormais journaliste indépendant, Philippe Le Bé a précédemment collaboré à divers médias: l’ATS, Radio Suisse internationale, la Tribune de Genève, Bilan, la RTS (Radio), L'Hebdo, et Le Temps. Il a publié deux romans: «Du vin d’ici à l’au-delà » (L’Aire) et « 2025: La situation est certes désespérée mais ce n’est pas grave » (Edilivre).

3 réponses à “Le point Oméga

  1. Monsieur Le Bè, vous avez tout compris. Notre civilisation se meure mais comme le jour meure au nouveau jour, l’an à l’an nouveau, l’hiver au printemps, il n’y a pas de raison de s’attrister. L’Arche de Noé n’a-t-elle échoué sur une terrre nouvelle, graine du sapin de 30 mètres de haut et aux 100’000 aiguilles ?
    Theilard de Chardin ? Grand penseur chrétien mais victime du préjugé occidental qui croit que sa civilisation et sa religion sont seule dans le vrai ! Soyons donc le ferment de la nouvelle civilisation à venir !

  2. Genevieve
    Merci Mr Le Bé, je sais que nous sommes à la fin d’un cycle. Comme toutes les aurores, notre époque actuelle doit se révéler à elle-même. J’ai, moi aussi, fulminé contre ces pouvoirs occultes et gouvernementaux dans les débuts de cette époque où, usant de mensonges, notre mental s’est enflammé et où la peur a dominé nos cerveaux, pour un jour me rendre compte que la lumière du ciel avait tout à coup changé. Le ciel était plus clair, mais d’une clarté pleine d’espoir et de renouveau. Alors j’ai compris que nous vivions la dernière grande épreuve avant que la Terre et l’Humanité ne se transforment pour devenir enfin une paix et une beauté universelle. Ne regardons plus derrière nous. Au contraire, l’épreuve est en pleine mutation et la lumière des 4 ième puis 5 ième dimensions sont à naître dans très peu de temps. Voyons plus loin que le bout de notre nez. Générons l’espoir et il se réalisera. Merci à l’Univers de me permettre de vivre cette expérience!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *