“Si j’aurais su, j’aurais pas venu”

Tous ces Britanniques qui regrettent aujourd'hui d'avoir voté en faveur du Brexit me font penser à tous ces Suisses qui regrettent aujourd'hui d'avoir voté en faveur de l'initiative populaire "contre l'immigration de masse".

"On ne savait pas", "on nous a menti", "je croyais que mon vote ne comptait pas". Les regrets, les complaintes se ressemblent au Royaume-Uni comme en Suisse.

Dans le célèbre film "La Guerre des Boutons" d'Yves Robert, P'tit Gibus, voyant la tournure des événements, s'était lui aussi écrié: "Si j'aurais su, j'aurais pas venu".

Au fond, la devise de la démocratie directe devrait être: "FAIS CE QUE TU FAIS, MAIS PENSE AUX CONSEQUENCES!".

 

 

Philippe Le Bé

Désormais journaliste indépendant, Philippe Le Bé a précédemment collaboré à divers médias: l’ATS, Radio Suisse internationale, la Tribune de Genève, Bilan, la RTS (Radio), L'Hebdo, et Le Temps. Il a publié deux romans: «Du vin d’ici à l’au-delà » (L’Aire) et « 2025: La situation est certes désespérée mais ce n’est pas grave » (Edilivre).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *