Pour nous, hommes, le temps est venu de prendre le pouvoir

Le 8 mars dernier, à l’occasion de la journée internationale des droits des femmes, j’avais l’occasion de participer à une table ronde. J’étais l’homme quota parmi quatre autres femmes toutes plus compétentes les unes que les autres, avec des parcours professionnels admirables. Pour la première fois, je découvrais le syndrome de l’imposteur, et je passais une bonne partie de la journée à réfléchir à ce que je pourrais bien y dire, devant un parterre probablement très féminin. Sans cette journée internationale et sans cette invitation, il n’y aurait pas eu ce papier.

 

Une affaire de pouvoirs

En matière de promotion d’égalité des sexes comme dans d’autres domaines, on entend souvent que le pouvoir ne se donne pas, mais se prend. Autrement dit, même si les hommes encore majoritaires doivent permettre cette place, l’aménager même, l’égalité ne se fait que si certaines pionnières prennent ce pouvoir. Si au final il en va de responsabilités partagées, il s’agit souvent dans un premier temps de renégocier les pouvoirs. Mais là n’est pas mon sujet.

 

A propos de première ministre

Il est un domaine où les hommes manquent cruellement de pouvoir : la sphère familiale, et en particulier dans les ménages avec enfant. Si on a aujourd’hui presque tous conscience de l’importance du partage des tâches (à des degrés de concrétisation divers il est vrai) on est encore très loin du partage du pouvoir.

Mais attention, je ne parle pas là de pouvoir global, mais de pouvoir pour tout ce qui tient de la planification, de l’organisation et de la gestion du ménage au sens très large.

Sous une forme très pernicieuse pour les deux sexes, la femme tient souvent un rôle du premier ministre dans la monarchie anglaise. Elle est en charge du gouvernement exécutif, et gère la bonne marche du pays, souvent de facto parce que depuis la naissance des enfants, elle a endossé ce rôle en étant plus souvent à la maison.

Selon les cas, l’homme remplit un certain nombre de tâches domestiques, qui va de descendre les poubelles, réparer un objet, s’occuper du jardin, voire même du foot du garçon le samedi matin (ou rien du tout, voire pour cela le dessin de Chappatte du 20 mars 2020 dans Le Temps https://www.chappatte.com/) Bref, je caricature, mais vous me suivez. Le partage des tâches n’est pas un partage du pouvoir ni de responsabilités, mais une forme de délégation. L’attribut le plus lié à cette forme de gouvernance est la charge mentale, une découverte récente, probablement il y a trois ans pour moi.

 

La reine mère

Là où le système devient clairement injuste, et je reviens à mon analogie avec la monarchie anglaise, c’est si l’homme a laissé avec complaisance sa femme au poste de premier ministre à la naissance des enfants, la coutume veut qu’il endosse la fonction de Reine mère. Il ne fait rien, mais il a le pouvoir sur le premier ministre. En cas de crise, sa parole a plus de poids, et en situation protocolaire, c’est à lui que l’on s’adresse. Mais les problèmes, ce n’est pas lui qui les gère… La reine mère, c’est ce que l’on appelle le patriarcat.

 

Le modèle suisse

Si l’on veut changer cela, il ne suffit pas que les hommes abandonnent la fonction de reine mère. Mais il leur faut prendre leur place dans un gouvernement au pouvoir partagé, à la Suisse, ou chaque membre a des dicastères et des pouvoirs bien définis.

Au niveau de la gestion de la famille et du ménage, les hommes doivent donc reprendre du pouvoir exécutif, et prendre leur place au gouvernement familial. Ils ne seront plus ni reine mère, ni commis. Ce changement est inconfortable, il peut être source de conflit, et demande de l’engagement, des preuves par l’acte ; aucun premier ministre ne laissera son poste sans être sûr que son nouveau collègue s’engagera pleinement. Cela implique de se laisser chacun plus de place, cela implique de faire confiance à l’autre, et cela implique de (re)définir les domaines de responsabilité. Par jour de la semaine ou par moment de la journée, par domaine (alimentation, finances, ménage, enfants, loisirs, relations sociales, projets de vie), par phase de vie, que sais-je. Mais surtout, ne pas confondre partage des tâches, partage des responsabilités et partage du pouvoir. Faire les courses lorsqu’on nous demande de les faire est une tâche ; faire en sorte que le frigo soit plein et que ce qu’il y a dedans permette de cuisiner 3 repas en fonction des activités de chacun est une responsabilité, en même temps qu’un pouvoir.

 

Pas d’égalité dans la sphère professionnelle sans égalité dans la sphère privée

Bref, si l’on veut que les femmes puissent aussi prendre des responsabilités dans la sphère professionnelle sans devoir être exceptionnelles, il faut que les hommes, exceptionnels ou non, prennent plus de pouvoir et de responsabilités dans la sphère privée. Ils en lâcheront alors automatiquement au niveau professionnel. Pour le bénéfice de l’une comme de l’autre, et pour une égalité de fait, et non seulement de droit.

 

Pas de blog sans Corona :

Aujourd’hui, nous avons une chance unique de changer cela, au moment où le Covid-19 nous confine pendant quelques semaines dans la sphère familiale, permettant à l’autre comme à l’une de changer ses habitudes… D’autant plus que statistiquement, les femmes sont aujourd’hui surreprésentées dans les activités indispensables pour résister à la crise (soins, alimentation). C’est le moment ou jamais… Alors, on le prend ce pouvoir ? Ensemble?

Marc Münster

Marc Münster

ApaRtide féru de politique suisse et curieux de l’avenir de mes deux filles, arpenteur inlassable de la twittosphère (@Munsterma) et de ma planche à repasser, je poursuis la chimère de l’humanisme des Lumières. Suisse allemand de culture vaudoise ou inversement, je m’entraîne de longues heures au retourné de röstis dans ma cuisine bernoise. Passionné de passé – latiniste puis géologue - je consacre ma vie professionnelle au futur et à la société (formation et accompagnement stratégique en développement durable).

2 réponses à “Pour nous, hommes, le temps est venu de prendre le pouvoir

  1. Pour une fois que je peu lire un article du temps, permettez moi de vous donner mon impression.
    Théorie intéressante, malheureusement c est comme l écologie, plus de 40ans qu on en parle et toujours le même discours… Faire prendre conscience dans les écoles ne conduit qu a déléguer une peur communautaire a nos enfants… Le travail donne du pouvoir en société, mais la société es déjà là conséquence du pouvoir de l amour pour la femme. Je me considère déjà comme un sur hommes capables de comprendre les vivants.
    Chacun son pouvoir 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *