L’affaire Buttet – chance inattendue pour la cause des femmes.

 Héros malgré lui |

Peut-être que dans quelques années nous nous souviendrons en fin de compte de Yannick Buttet comme d’un Conseiller national qui a  fait avancer la cause des femmes – malgré lui.

Penchons-nous un instant sur les circonstances uniques qui pourraient en faire un héros malgré lui de l’égalité des sexes et du respect des femmes.

Une conjonction d’affaires particulière |

L’impact de cette affaire est due à la combinaison unique entre un contexte momentané favorable (Weinstein, #MeToo & Co), et un amalgame inadapté entre deux situations : une plainte pour harcèlement qui relève à priori du domaine privé, et un comportement public à Berne totalement inadapté.

Ou plutôt, un comportement public à Berne SOUDAINEMENT considéré comme inadapté. Car soyons honnêtes, personne, dans le petit cercle des parlementaires fédéraux, lobbyistes et journalistes n’ignorait les attitudes du Conseiller Buttet (et semblerait-il, de plusieurs autres).

Après un article du Temps, en une nuit, un comportement toléré, minimisé, est subitement devenu inadmissible. La fuite vaudevillesque sur la plainte pénale valaisanne a mis le Conseiller Buttet dans une lumière suffisamment scandaleuse pour rendre attaquables ses actes bernois. Sans son affaire privée, ce comportement public inacceptable serait resté celui d’un gros lourd gênant, comme nous en connaissons bien trop, tout juste qualifié d’un haussement d’épaule, de sourcil, ou pire, d’un sourire amusé.

La nocivité sociale des « gros lourds » |

Ce que nous entendons aujourd’hui dans les témoignages de politiciennes courageuses déclenchés par les révélations du Temps, c’est que ce comportement de « gros lourd » fait des victimes. Le machisme et le harcèlement sexiste ont un prix social. D’un côté celles qui refusent un tel traitement se tiennent à l’écart de la politique ; de l’autre celles qui s’y frottent doivent régulièrement s’en défendre, elles sont usées, rabaissées (et cela sans pouvoir en parler, pour ne pas passer pour ce qu’elles ne sont pas: des faibles femmes) utilisant à chaque fois de l’énergie qu’elles ne peuvent investir dans le jeu politique.

Dépasser l’affaire et le cas isolé – du #MeToo au #WeToo |

Laissons de côté l’élément déclencheur qu’est «l’affaire Buttet», la justice en traitera le pan valaisan ; pour le côté politique, un lynchage ne servira aucune cause, si ce n’est celle de ses adversaires politiques, probablement tout aussi concernés par certains collègues.

Nous devons ensemble faire notre Glasnost phallocrate et lutter contre les signes de machisme que nous rencontrons. Gardons les projecteurs sur ces comportements déviants. Réagissons systématiquement en présence d’un dérapage, et si la chose se répète, cherchons une solution.

Les langues doivent se délier, les personnes qui dysfonctionnent doivent s’en rendre compte et le cas échéant, être recadrées, accompagnées, voire soignées.

Les victimes doivent pouvoir en parler, être prises au sérieux, et ne plus devoir accepter cette situation parce que c’est le jeu. Les pulsions sexuelles n’ont rien d’attirant, lorsqu’elles servent d’arme de pouvoir envers des tiers non consentants.

J’attends le moment où quelqu’un osera passer des #MeToo des victimes au #WeToo de celui qui demande d’être excusé – et ceci spontanément, avant-même d’être dénoncé…

Ou alors faut-il être beaucoup plus réaliste, et commencer par élire davantage de femmes au Parlement pour en changer la culture?

By Vassil (Own work) [Public domain], via Wikimedia Commons

La contraception, une bagatelle? Pour les hommes, peut-être…

Une histoire d’effets secondaires

La contraception a depuis toujours été une histoire d’effets secondaires plus ou moins mal maîtrisés. Elle est une alternative aux familles nombreuses, à l’interruption de grossesse, au coitus interruptus, au préservatif ou à l’abstinence (oui je sais, la sexualité ne se limite pas à la pénétration, mais là n’est pas le sujet de ce papier).

Elle est la plupart du temps aux mains des femmes, et en grande partie aux mains des gynécologues et des vendeurs d’hormones. Je ne ferai pas la liste ici des effets secondaires liés aux diverses pilules et stérilets, dont le web regorge, mais que l’on minimise bien trop souvent ; par pudeur, ou parce que personne n’a vraiment envie d’en connaître les détails. Et surtout pas nous, les hommes.

La solution miracle

Il existe pourtant une solution miracle pour les hommes, au prix d’un vélo de course d’occasion, pour des désagréments moindres que ceux du traitement d’une carie, et cela en l’espace d’une demi-journée.

J’ai nommé la « vasectomie ». Ce mot qui évoque encore trop souvent les pires supplices dans de lugubres cliniques, une émasculinisation aux effets psychologiques insoutenables, des blagues machistes, ou alors simplement rien du tout, car la question ne s’est jamais posée.

Et cela alors que cette méthode a tout pour convaincre : pour moins de 1’000 CHF, avec une douleur maximale qui est celle de la narcose locale (et qui ne dépasse pas celle de la piqûre chez un dentiste), et tout cela en une opération ambulatoire de moins d’une heure, pour être sur pied une heure après et sans douleurs (pour être tout à fait honnête, après l’opération, je n’ai pas apprécié du tout les poils mal rasés entre les cuisses – mais j’ai bien entendu supporté cela avec grande vaillance).

Pourquoi si peu ?

Après un tableau si rose, la question qui se pose est bien: “Pourquoi la vasectomie est-elle si peu connue, et surtout si peu pratiquée ?” Autorisée depuis 2001 seulement en France, on n’y compte que quelques milliers de cas par année.  En Suisse, malgré l’absence de statistiques, les hommes ne sont pas bien plus motivés, avec quelques centaines d’opérations annuelles.

Quelles sont donc les raisons qui expliqueraient que la plupart des hommes de plus de 40 ans, non abstinents, préfèrent la coûteuse contraception féminine et son cortège d’effets secondaires.

  1. Les couilles, c’est sacré : il semble que oui. Il est encore bien des hommes qui associent leur statut à la qualité de leur scrotum. Mais qu’ils soient rassurés : la vasectomie est indétectable dans un vestiaire de fitness. Et leur voix ne se transformera pas en celle d’un magnifique castrat.
  2. Les hommes sont des chochottes : oui. Pourtant, ils vont bien chez le dentiste (et certains feraient même du sport, avec toutes les douleurs qui y sont associées).
  3. Parce que la contraception a toujours été une histoire de femmes : Oui. La méconnaissance (pour ne pas dire le désintérêt) de la chose est probablement la raison principale de ce partage de responsabilité plutôt inéquitable en terme de contraception. J’en veux pour preuve que même beaucoup de féministes engagés ont une vision terrible de la vasectomie. Je pense au « bon mot » que certains d’entre eux colportent régulièrement sur les réseaux sociaux « les hommes qui parlent d’une interruption volontaire de grossesse (IVG) « de confort » ferait bien d’essayer la vasectomie « de détente » » (rappel : la vasectomie n’est en rien comparable avec les douleurs physiques et mentales de l’IVG ; au contraire, c’est plutôt détendant et confortable comme méthode).
  4. Parce que ça ne rapporte rien : oui. En matière de contraception, les femmes (pour rappel, responsables en général de ce domaine là), consultent leur propre spécialiste : le gynécologue. Et ce dernier a toutes les raisons économiques de ne pas déléguer cette poule aux œufs d’or aux urologues des partenaires de leurs patientes, qui auraient tôt fait de régler le problème définitivement. Existe-t-il parmi les lectrices de ce blog une seule femme qui pourrait témoigner que son gynécologue lui a déjà conseillé la vasectomie ?
  5. C’est irréversible : Oui. En effet, si on ne peut exclure de souhaiter encore un jour des enfants (« Familienplanung abgeschlossen » est la case que j’ai du cocher sur le formulaire), ce n’est pas la bonne méthode (même si médicalement, l’opération est réversible dans la plupart des cas).

La bagatelle

Bref, il est temps que les hommes prennent en main leur contraception. Les menstruations, les accouchements et bien d’autres joies de la féminité, nous ne les assumerons jamais. Dans un couple, assumer la contraception pour la seconde partie de sa vie (oui, je suis quadragénaire) à peu de frais, sans douleurs et sans effets secondaires me paraît faisable, même pour un homme (à noter que la vasectomie ne protège pas des maladies sexuellement transmissibles et n’est pas indiquée pour une carrière tardive de Casanova). Pour promouvoir cela, après avoir raté le lancement des ironing clubs, je songe à lancer un vasectoclub. Ceux qui sont intéressés peuvent me contacter.

Au lieu de croire que la contraception est une bagatelle dont leur partenaire se charge, les hommes pourraient un jour faire de la contraception une vraie bagatelle: pour eux-mêmes.

 


Addenda: Suite à ce blog, j’ai été contacté par l’émission Mise au point de la Radio Television Suisse RTS pour un témoignage, qui visiblement, ne courent pas les rues.

Voici le lien pour ceux qui souhaiteraient voir l’émission. “Vasectomie plutôt que pilule ?”   du dimanche 4 février 2018.

#STOPBonnant – ou lorsque l’éloquence ne suffit plus.

J’aurais pu débuter ce court pamphlet par le célèbre „Quousque tandem abutere, Catilina, patientia nostra? Quamdiu etiam furor iste tuus nos eludet? quem ad finem sese effrenata iactabit audacia?”, mais je ne le ferai pas, pour deux raisons; la première est que Monsieur Bonnant tient plus de Verres que de Catilina, et la seconde, plus essentielle, est que ce n’est pas sur le plan de la rhétorique que je me positionnerai aujourd’hui, mais sur le fond. Je dis donc simplement:

#StopBonnant.

Cela fait longtemps que son verbe emphatique mais stérile se déverse dans les médias et les scènes les plus diverses, bête de cirque terriblement performante pour l’audimat. Tel Miss Univers, son show excite les pulsions des jeunes coqs inexpérimentés tout en ravivant la flamme molle de ceux de sa génération. Sous prétexte de surmoi, il ne touche que le ça, et ça fonctionne parfaitement. Une reine de beauté plaît, et on ne lui en demande en général pas plus.

Le problème avec l’avocat du bout du lac est que par la beauté de son verbe choisi et de sa rhétorique fulminante, lorsqu’il ne défend pas quelque riche crapule, il fait mine de nous transmettre de brillantes idées, qui pour la plupart du temps sont au mieux vieillies, souvent sinistres et au pire discriminatoires envers les femmes, les non judéo-chrétiens ou les plus faibles.

Si Miss Univers ravit par la beauté de son physique, il n’y a en général pas de corrélation avec la beauté de sa pensée, pour laquelle nous n’avons que peu d’attente. A défaut de plumage, le Mister francophonie de l’éloquence ravit par son ramage ; mais là non plus, il n’y a pas corrélation avec la beauté de sa pensée; et pourtant trop se laissent gruger.

Si beaucoup prennent plaisir à ses performances dans quelques joutes oratoires sans conséquences au sein de coteries estudiantines, on a assisté mardi 21 mai dernier à une farce d’un tout autre calibre. C’est ainsi que « Maître Bonnant » s’est donné en spectacle en tant qu’avocat de la défense lors d’une audience publique au tribunal de Sion. Vous en lirez le récit instructif dans l’article de Xavier Lambiel >ici. Le show réalisé par Monsieur Bonnant a tellement flatté son auditoire de groupies d’extrême droite que le juge a dû rappeler: «On n’est pas au cirque». Ce jour là, les mots choisis et la rhétorique du septuagénaire servaient l’ineptie suivante sous les vivats de l’assemblée « L’islamophobie est non seulement légitime, mais c’est le devoir de toute intelligence structurée dans notre civilisation judéo-chrétienne ».

Nous n’avons pas le droit de nous laisser tromper par le parfum musqué de son verbiage autour de sa pensée malodorante et dangereuse. Il est dès maintenant de notre devoir de dire:

#StopBonnant.

Le Dorian Gray de l’éloquence française a fait son temps. La justice s’occupera un jour, peut-être, de ses activités côté jardin, mais son activité côté cour doit prendre fin aujourd’hui. Il ne s’agit pas ici de lui interdire de parler, comme personne n’interdit à une Miss Univers vieillissante de se montrer. Mais ne lui offrons plus les tréteaux pour se produire en public, où malgré son âge, il se plaît à diffuser ses idées fétides, sous couvert de libre pensée, dans des esprits momentanément éblouis. Ne le laissons plus répandre son compost, joliment ciselé mais malodorant, sur le terreau de l’extrême-droite. Et offrons ces planches libres à la génération en devenir, qui, sur des idées belles et neuves, saura polir son éloquence et nous refaire rêver !

Pourquoi j’ai pleuré en entendant Michelle Obama #EnoughIsEnough

Il est des jours où mon féminisme va au delà de mon fer à repasser. Une fois n’est pas coutume, je n’ai pas touché ma pile de repassage.

Aujourd’hui j’ai pleuré; pas à chaudes larmes; juste au coin des yeux, avec la mâchoire qui tremble un peu; discrètement, un peu comme on le fait au cinéma.

Pleuré? Mais pourquoi?

Bêtement, pour un discours tenu par un second couteau lors d’un meeting électoral des élections américaines. Mon attention avait été attirée par cet article du Temps (lien vers l’article et le discours entier, ou alors ici à la RTS pour une version raccourcie et sous-titrée (4′)):

flotus_lt
L’article du Temps qui a attiré mon attention.

Après un premier moment d’admiration pour cette femme sur la forme et la maîtrise du discours, une réflexion sur les conséquences sur l’issue du scrutin, restait soudain la question : pourquoi cela me touche moi, si fort? Et pourquoi toutes ces autres réactions émues en suisse aussi.  Alors que Michelle Obama ne nous apprend rien de neuf sur rien ni personne, que  nous ne sommes pas concernés par cette campagne (du moins pas directement), et que ce discours fait probablement partie d’une brillante stratégie politique orchestrée par l’équipe de Hillary Clinton.

Et les réponses arrivent. Simples. Evidentes. Terribles:

  • C’est une femme qui nous parle; une fille, une mère; pas une politicienne, pas une journaliste, pas une psychologue.
  • Elle nous parle d’un homme en particulier; mais en ne le nommant pas, elle en évoque mille autres que nous connaissons nous; ici, là-bas; hier, et même aujourd’hui…
  • Cette femme nous dit que nous avons le droit d’être blessés par cette attitude et ces comportements; que nous avons même le devoir  d’être choqués par une telle situation.
  • Cette citoyenne nous dit que si un tel homme arrive et reste au pouvoir si longtemps, c’est que des milliers de barrières n’ont jamais été mises, et que nous sommes tous complices de cette violence verbale (sans entrer en matière sur d’éventuelles violences physiques) que nous nourrissons par nos silences.
  • Cette mère nous fait comprendre qu’en baissant le regard face à de telles situations, qu’en ricanant servilement, nous renforçons la puissance de ces attitudes perverses.
  • Elle nous fait voir que ce n’est pas parce qu’ils sont nos collègues, nos chefs, nos pères, nos maris, nos frères ou nos dirigeants que nous devons les laisser rabaisser une femme, alors qu’ils n’arrivent pas à s’élever d’eux-mêmes…
  • Elle nous donne à entendre qu’en tolérant ces agissements, nous ne respectons pas nos autres collègues, chefs, pères, maris, frères, dirigeants ou fils…

Et là je me dis avec elle: “Enough is enough!”

Partout, constamment…

C’était ce vendredi 14 octobre, en fin d’après-midi… Et puis, coup sur coup dans la demi-heure qui suit, je tombe sur trois infos, brûlantes, qui viennent se loger dans les plaies fraîchement ouvertes. Je n’ai pas trié ni cherché, et laissé les DSK et autres cas emblématiques plus proche de nous là où ils étaient. Je me rends alors compte qu’une fois l’oeil rendu attentif, il trouve cette chienlit partout… Et oui, “it hurts”.

Voilà les trois infos, sous trois formes classiques de la violence faite aux femmes:

1. La forme humoristique

Libération (ici) m’apprend qu’à la télévision française, on tolère allègrement agression sexuelle et dénigrement public … sous couvert d’humour trop médiocre…

hanouna

2. La forme népotique complice

On apprend aussi que le népotisme n’a aucune peine et fait bon ménage avec la prédation sexuelle (lorsque Bolloré (à la tête de Vivendi et Canal +) impose et soutient indirectement Morandini, accusé de harcèlement sexuel et de corruption de mineur), avec quelques détails ici.

morandini

 

3. La forme où le bourreau est transformé en victime

Lorsque un compte rendu dans un journal de référence de la récente “procédure simplifiée” accordée à Warluzel, donne l’impression que l’accusé masculin au comportement notoirement inadéquat est la vraie victime, et que la victime passe pour une profiteuse… Les mâles alpha ont bien fait leur show et leur boulot.

warluzel

 

La pointe de l’iceberg…

Ces aspects ne me toucheraient cependant pas autant s’ils n’étaient que l’apanage de vieux mâles alpha mal éduqués… Et contrairement à ce que dit la First Lady of the United States, il ne s’agit là que de la pointe de l’iceberg, car la plus grande masse de ces attitudes, gestes, pensées et mots rabaissants sont faits, souvent de manière invisible, par nos collègues, nos chefs, nos pères, nos maris, nos frères ou nos dirigeants. Par moi aussi…

De manière involontaire souvent, avec bienveillance parfois même, nous avons ces réflexes ancrés en nous. Dans un groupe d’hommes inconnus, on imaginera qu’une femme seule sera soit la femme de l’un, soit la secrétaire. On utilisera du mademoiselle pour ajouter à la différence de sexe une différence d’âge. Et il suffit de penser aux situations de conflit, de concurrence, pour voir un collègue bienveillant dégainer les armes du macho pervers. Le pouvoir se bâtit souvent avec la force, et les hommes de l’accabit de Trump utilisent l’arme du rabaissement féminin pour s’affranchir de la moitié de la concurrence. Le machisme et le paternalisme sont le niveau le plus simple et accessible des moyens de puissance.

Comme le dit Michelle Obama, et c’est là un des points qui m’a le plus secoué, le premier moyen de défense est de dire que cela ne nous affecte pas vraiment, de garder la tête au dessus de l’eau, de simuler le détachement, d’accepter que cela fasse partie de la norme. Et avec cela, nous laissons libre cours à ces comportements. Chez les autres, chez soi, chez moi…

Enough is Enough

Bref. Enough is Enough. Michelle a bien parlé. Barack l’a eu fait aussi de manière brillante, glamour même (ici par exemple), mais n’a pas su nous toucher autant. J’espère intimement que son discours aura un choc salutaire non seulement dans la campagne américaine, mais aussi hic et nunc.
Ce ne sont pas les associations féministes qui ont la responsabilité de ce sursaut de dignité; mais bien nous, pères, mères, collègues, dirigeantes, citoyens et tous les autres; parce que ce n’est pas de la politique ni de la psychologie. Parce que c’est dans notre quotidien que cela se passe, et que c’est quotidiennement que nous devons dire “Enough is Enough”, lorsque des êtres humains sont rabaissés, ignorés, moqués, attouchés juste parce qu’ils sont des femmes. Nous sommes en 2016, et ces méthodes perfides pour se sentir fort alors qu’on est faible sont intolérables. Cela n’a plus rien à voir avec la campagne électorale américaine. C’est simplement une affaire d’humanité et de respect. Trop, c’est trop!

flotus_hand

 

Et vos pères, vos frères et vos fils repasseront en choeur.

Tendance en émergence, les Ironing clubs for men s’apprêtent à ouvrir dans plusieurs capitales du monde. Pratique méditative et acte citoyen, l’ironing s’annonce comme une contribution essentielle à la prochaine révolution sociale.

Main de l'auteur, repassant. (Mai 2016)
Main de l’auteur, repassant. (Mai 2016)

Ce n’est pas en lisant une étude américaine récente, mais bien en pratiquant cette activité d’avenir que l’évidence du phénomène m’est apparue. Laissez-moi vous glisser quelques pistes brèves sur les vertus cachées de ce qui était jusqu’à peu considéré comme la corvée de la ménagère, et du sens éminemment citoyen et noble qu’il faut lui accorder.

Mais avant cela, quelques conseils pour une pratique dans les règles de l’art.

 

 

>THE IRONING CODE OF CONDUCT (version courte, 2020)

  1. L’ironing est une activité purement masculine. Dans sa version évoluée, elle se pratique en groupe dans des clubs fermés. Plus pragmatiquement, certains l’exercent également seuls au foyer.
  2. L’ironing se pratique sur des vêtements véritables et n’est pas rémunéré. Le fait de repasser un habit est un acte engageant et socialement fort envers la personne qui portera l’habit. Il renforce les liens sociaux, qu’ils soient intrafamiliaux ou plus larges.

 

>UNE ACTIVITE AUX VERTUS INSOUPCONNEES

  • Méditation et réflexion à haute performance.
    “Tous ces divers projets m’offraient des sujets de méditation pour mes promenades : car, comme je crois l’avoir dit, je ne puis méditer qu’en marchant ; sitôt que je m’arrête, je ne pense plus, et ma tête ne va qu’avec mes pieds” confessait Rousseau. Il en est de même pour la pratique du repassage, dont le rythme lent du balancé de bras et le souffle de la vapeur laisse toute liberté aux pensées de fleurir. Ces quelques lignes ont été rédigées sous cette influence. L’Ironing est particulièrement conseillé aux professionnels à l’emploi du temps exigeant, et permet de développer des idées riches, larges et affûtées à bon prix.
  • Une activité bonne pour la santé.
    Le repassage est une activité sûre et sans risque, contrairement à la pratique de sports; pour des raisons inconnues, le complot mondial et Alain Berset – probablement sous l’influence d’Adolf Ogi – nous cachent le fait que les activités sportives sont le facteur de coût le plus important des assurances-accidents (le double de la part professionnelle). Je vous laisse juger des montants sur l’image ci-dessous, et consulter cette source si vous n’êtes pas encore convaincus.

    Coûts courants des accidents durant les loisirs selon l’activité, AANP et AAC (Statistique des accidents LAA 2015)
    Coûts courants des accidents durant les loisirs selon l’activité, AANP et AAC (Statistique des accidents LAA 2015)

     

  • Une question d’honneur et d’égalité.
    Les femmes consacrent encore plus du double du temps aux tâches ménagères que celui consacré par les hommes (sans compter le fait qu’elles seraient plus efficaces). Le temps de repassage est une façon agréable et peu fatigante de rétablir cet équilibre. On trouve quelques graphiques intéressant auprès de l’OFS; même si les chiffres sont anciens, ils n’ont pas (encore) été secoués depuis.Nombre moyen d’heures hebdomadaires de travail familial et domestique, selon le sexe, la nationalité et l’âge du plus jeune enfant, en 2'000. (Recensement fédéral de la population 2000 Avancée et stagnation dans la problématique de l'égalité entre hommes et femmes de 1970 à 2000)Nombre moyen d’heures hebdomadaires de travail familial et domestique, selon le sexe, la nationalité et l’âge du plus jeune enfant, en 2’000.
    (Recensement fédéral de la population 2000 – Avancée et stagnation dans la problématique de l’égalité entre hommes et femmes de 1970 à 2000 > consulter)
  • Le temps du futile et de l’inutile.
    Dans notre monde utilitariste, l’ironing s’aparente à un acte rebelle qui accorde de l’importance à l’inutile. Il permet de prendre pleinement conscience du temps qui s’écoule. Il remplace avantageusement des pratiques comme le Yoga, inacessibles aux rigidités masculines.
    Sans aucune utilité intrinsèque, il est essentiel que le repassage soit dorénavant considéré en fonction de ses vertus indirectes méditatives, de santé publique et sociales mentionnées ci-dessus.

 

TENDANCES FUTURES

Au vu des considérations précédentes, il faut s’attendre à une forte augmentation de l’engouement pour l’ironing. Les prospectivistes imaginent – outre des clubs à l’image de ceux de l’Angleterre victorienne où les hommes pourraient ironner entre gentlemen en sirotant un whisky – des rassemblements sous les platanes dans le midi, ou l’organisation de véritables compétitions. Des compétitions d’extreme ironing sont déjà réalité depuis le début du millénaire (“Get Out Your Boards: Extreme Ironing May Soon Be Hot”, Article du New York Times, May 21, 2004).

Le temps où vos pères, vos frères et vos fils repasseront en choeur est proche.

Il faudra néanmoins attendre le jour où une femme sera élue PrésidentE d’un ironing club pour fêter le succès de la démarche. Ce jour là, je pourrai raccrocher mon fer.

C’est en repassant que l’on devient repasseur

Après ces modestes lignes de mise en route, je prévois de poursuivre cette activité psychophysique avec ardeur et soin, en laissant de temps à autre un fil de pensée s’ébrouer sur ces “chroniques du #ferarepasser”. Même si mes pensées vagabondent depuis longtemps depuis ma planche, l’expérience est nouvelle pour moi; elle sera plus riche si je peux compter sur vos commentaires.

 

Mente ferroque.