Voyons (aussi) l’intelligence artificielle comme une opportunité

Bien que l’intelligence artificielle (IA) présente des défis importants en termes de gouvernance et d’éthique, cette nouvelle technologie nous permet déjà de mieux comprendre l’ensemble de notre planète, des régions les plus reculées et les plus intactes, aux pics de haute montagne et jusqu’aux profondeurs des océans.

Avec environ deux milliards de photographies générées chaque jour [1], la collecte de données par satellite n’est plus un problème. Au contraire, les volumes de données collectées nécessitent l’utilisation de technologies spécifiques pour les analyser. Selon Stuart Russell de l’Université de Californie, Berkeley, “nous savons enregistrer de nombreux phénomènes dans le monde depuis de nombreuses années, ce qui nous a permis d’accéder à un ensemble de données sans précédent. Cependant, en raison de la complexité du monde, nous pouvions encore avoir du mal à toujours en comprendre le sens. Grâce avec l’intelligence artificielle, peut-être que nous pouvons” [2].

Alors que les nouvelles technologies soulèvent de nombreuses préoccupations (méritées), ce court article a pour ambition d’en montrer une facette positive, et d’illustrer brièvement comment l’IA peut contribuer à atteindre un certain nombre des Objectifs du Développement Durable (ODD).

Tout d’abord, l’intelligence artificielle peut aider à mieux gérer les villes et grands centres urbains, et ainsi contribuer à atteindre l’objectif 11 des ODD intitulé «Faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables» [3]. Nouveaux modes de transport public autonomes ; une allocation plus efficace des ressources ; et une planification urbaine basée sur des modèles prédictifs combinant un vaste ensemble de critères (imagerie satellitaires, activités économiques, flux de transport, consommation privée, activités de divertissement et de loisirs, et taux de criminalité) sont quelques exemples d’application de l’IA pour développer des zones urbaines intelligentes et durables.

En intégrant les données de production et de consommation de nourriture à grande échelle et en temps réel, l’IA peut améliorer l’efficacité de la production, distribution et consommation alimentaire, afin de réduire les déchets et atteindre l’objectif 12 des ODD «Établir des modes de consommation et de production durables» [4].

Même si nous avons conscience de la nécessité de développer les énergies renouvelables comme l’énergie solaire, éolienne, hydroélectrique, à biomasse et géothermique, leur production prend du temps à se développer car elles sont intermittentes, contrairement aux centrales électriques à gaz ou nucléaires, qui peuvent être gérée en fonction de la demande de consommation d’électricité. Cette irrégularité de la production, qui est liées aux aléas du climat, est l’un des principaux défis auquel font face les énergies renouvelables. Grâce à la collecte et à l’analyse de données en temps réel, l’IA peut développer des modèles de prévision de consommation précis, augmentant ainsi l’utilisation des énergies vertes et leur intégration dans le réseau électrique traditionnel, conformément à l’objectif 7 de l’ODD intitulé «Garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes, à un coût abordable» [5].

D’ici 2020, l’Union Européenne a pour objectif de mettre en réseau plus de 200 millions de compteurs d’électricité intelligents, destinés à la consommation privée. Ces compteurs fournissent des données en temps réel sur la consommation d’électricité. Les données volumineuses collectées sont ensuite analysés par l’IA pour élaborer des modèles de prévision de la demande d’électricité en fonction des contraintes et des préférences des consommateurs. Sur la base de cette analyse, l’IA peut adapter l’approvisionnement en électricité presque en temps réel: les compteurs intelligents ont la capacité de réduire l’électricité fournie en baissant temporairement la lumière ou en éteignant les appareils de chauffage électriques. Les fonctionnalités des compteurs intelligents, combinées à l’intelligence artificielle, permettent ainsi une meilleure prévision et une plus grande intégration d’énergie renouvelables dans le réseau électrique, permettant ainsi une production et une consommation d’énergie plus durables.

De manière similaire, l’IA peut établir des modèles de consommation d’eau basés sur des données provenant de l’ensemble de la population d’un pays ou d’une région en temps réel ( non basé sur les données des d’années précédentes). Grâce à ces prévisions, la distribution d’eau potable et l’assainissement peuvent être planifiés plus précisément, ce qui devient de plus en plus essentiel dans un monde où l’eau tend à se raréfier, voire devenir une source de conflits inter- et intra-étatiques. Dans ce sens, cette technologie peut contribuer à atteindre l’objectif 6 des ODD intitulé «Garantir l’accès de tous à des services d’alimentation en eau et d’assainissement gérés de façon durable» [6].

Par exemple, la ville de Melbourne (Australie) développe une plateforme basée sur l’IA, qui permet d’adapter la distribution de l’eau potable en temps réel et selon la demande en eau propre émanant des habitants de la ville. Cela conduit à une réduction d’environ 20% de la quantité d’énergie utilisée pour traiter l’eau [7]. Cette plateforme du nom de “Python” combine des données de consommation historiques et en temps réel pour déterminer l’utilisation la plus efficace des pompes à eau sans aucune intervention humaine. Lancé en tant que projet pilote dans une usine de traitement des eaux, il s’étend rapidement à d’autres en ville [8].

Ces quelques exemples n’ont que pour ambition de donner un bref aperçu des utilisations actuelles de l’intelligence artificielle en relation avec les ODD. Ce n’est pas exhaustif et de loin. Face à un monde en perpétuelle transformation, l’IA peut nous aider à mieux gérer les ressources et réduire l’impact des activités humaines sur le climat et la qualité des écosystèmes, pour n’en citer que quelques-uns. Le prochain défi pour les organisations internationales et les ONG qui œuvrent dans ce domaine sera de développer les compétences en intelligence artificielle nécessaires afin de tirer le meilleur parti de cette technologie pour le bien de la planète et de toutes et tous.

Pour plus d’information sur cette thématique, voir mon dernier ouvrage sur la Governance environnementale à l’ère numérique. 

Références:

[1]Photographies d’un mégapixel. Voir ITU, 2018. AI and satellite imagery: Proposed ‘global service platform’ to scale AI for Good projects https://news.itu.int/ai-and-satellite-imagery-proposed-global-service-platform-to-scale-ai-for-good-projects/

[2] Traduction de l’Anglais: “We have recorded the whole world for a long time,” which has led to having access to this unprecedented dataset. However, due to the complexity of the world, humans have a hard time making sense out of it. However, “with AI, perhaps we can.” Voir ITU, 2018. AI and satellite imagery: Proposed ‘global service platform’ to scale AI for Good projects https://news.itu.int/ai-and-satellite-imagery-proposed-global-service-platform-to-scale-ai-for-good-projects/

[3]Voir https://www.un.org/sustainabledevelopment/fr/cities/

[4]Voir https://www.un.org/sustainabledevelopment/fr/sustainable-consumption-production/

[5]Voir https://www.un.org/sustainabledevelopment/fr/energy/

[6]Voir https://www.un.org/sustainabledevelopment/fr/water-and-sanitation/

[7] Voir ITU, 2018. How Melbourne, Australia uses AI to cut water treatment costshttps://news.itu.int/melbourne-cut-down-water-costs-using-ai/

[8] Voir Wells, H. 2018. Melbourne cuts water treatment costs using AI. Cities Today. https://cities-today.com/melbourne-cuts-water-treatment-costs-using-ai/

Jérôme Duberry

Jérôme Duberry

Jérôme Duberry est enseignant-chercheur Post-Doc au Centre de Compétences Dusan Sidjanski en Études Européennes, Global Studies Institute, Université de Genève, et chercheur associé à l’IHEID. Ses activités de recherche s'articulent autour de la convergence entre technologies numériques, politique et développement durable (ODD).

Une réponse à “Voyons (aussi) l’intelligence artificielle comme une opportunité

  1. Mettons déjà l’IA au service de l’évasion fiscale.
    On aura à coup sûr de quoi payer la transition énergétique et sans doute même le remboursement d’une partie de la dette de nombreux pays… !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *