Les prix du cinéma suisse, sans rire (ou presque)

Et voilà. Vendredi soir s’est déroulée, dans une certaine austérité, la remise des Prix du Cinéma suisse, les Quartz, au Bâtiment des Forces Motrices (BFM) de Genève. Austérité parce que seul Carlos Leal est venu pousser la chanson. Mais que pour le reste, pas de chien pour porter les récompenses comme en 2013, pas de duo d’animateurs qui se prennent les pieds dans les présentations. Non, rien que du lisse, du propre, de l’ordre, du bien suisse, pas très rigolo (sauf à la fin, j’y reviendrai, et au début, grâce à un Omar Porras très en verve lors de son passage dans le cénacle du cinéma). Enfin, comme toujours, des choses drôles ont été dites ; mais certaines fois, c’était les Alémaniques qui comprenaient, d’autre fois c’était les Romands qui riaient. Problèmes de langues et de référents. La meilleure actrice, Sabine Timoteo, lauréate pour son rôle de mère blessée dans Driften de Karim Patwa, a fait très fort. Il faut dire que c’est son troisième Quartz. En arrivant au micro, elle a dit que la première fois, elle n’avait rien pu dire ; la deuxième, elle n’était pas là ; alors là, pour la troisième, il fallait bien qu’elle fasse un effort. Et en effet, elle l’a fait, cet effort. En mélangeant allégrement les deux langues (enfin, trois, elle sautait du Français au Suisse allemand en passant par l’Allemand), et en lançant un joli cri au public pour dire que le cinéma suisse existe et qu’il faut aller le voir dans les salles de cinéma.

Non, le moment le pus drôle fut le film réalisé par Jean-Luc Godard (absent, forcément) pour «remercier» la Confédération de lui avoir décerné le Prix d’Honneur… Le moment où il se jette à terre, touché par une balle (il rejouait L’Histoire du Soldat), dans son appartement, a fait rire l’assemblée. Voir ce maître du cinéma mondial de 85 ans s’amuser en se mettant lui-même en scène redonnait à cette fête des Quartz une légèreté dont elle elle avait eu, auparavant, bien besoin.

 

Frédéric Maire

Frédéric Maire

Frédéric Maire est directeur de la Cinémathèque suisse. Journaliste et réalisateur, il a co-fondé le club de cinéma pour enfants La Lanterne Magique en 1992 et dirigé le Festival international du Film de Locarno de 2005 à 2009.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *