La réunification allemande, cette occasion manquée

Le drame de la réunification allemande pour l’Europe, c’est que la taille relative de la grande Allemagne a rendu le fédéralisme européen résolument impossible sur le modèle égalitaire américain, suisse, brésilien et argentin. Avec des Etats membres à parité dans une Chambre haute aux mêmes prérogatives que la Chambre basse. 

Les trente ans de la chute du Mur célébrés ces jours-ci ont ouvert une période de cogitation sur le sens rétrospectif et actualisé de la réunification allemande (qui eut lieu un an plus tard). Sauvetage, rattrapage, annexion, bradage, contamination, tous les maîtres-mots de cet événement historique ont été et seront encore thématisés, jaugés, essorés, confrontés ou retournés. Avec pas mal d’éclat et de profondeur dans bien des cas. La réunification allemande fut un tournant, elle est un beau sujet.

Large focale et profondeur de champ permettent en plus d’explorer de nouvelles hypothèses. Celle-ci au hasard : la réunification allemande n’aurait-elle pas surtout rendu le fédéralisme européen durablement impossible ? Le vrai fédéralisme, égalitaire et participatif. Sur le modèle des Etats-Unis, de la Suisse, du Brésil et de l’Argentine, seuls Etats au monde à être dotés d’une Chambre haute aux mêmes prérogatives que la Chambre basse. Et dans laquelle chaque membre a le même poids. Que ce soit la Californie ou le Wyoming, le canton de Zurich ou celui d’Uri. On peut discuter à l’infini des vertus et perversions de cette formule. Son succès et sa pérennité paraissent peu contestables sur le plan factuel et historique.

C’est bien cela, ou quelque chose d’approchant qui inspirait le projet initial d’Etats-Unis d’Europe après la Seconde Guerre mondiale. La grande difficulté allait être de convaincre la France de partager sa souveraineté paritairement avec le Luxembourg. Rien ne paraissait pourtant impossible. Les Français ne sont-ils pas des gens intelligents et pragmatiques ?… S’agissant des Allemands, vaincus, humiliés et pénitents, on n’en était pas encore à leur demander leur avis. Mais la partition de l’Allemagne en 1949 a tout d’un coup rendu l’utopie un peu plus accessible. Une petite Allemagne au même niveau que le Luxembourg ? Le scénario semblait tout de même mieux emmanché qu’avec une grande.

Paix, puissance et prospérité. Les trois « P » de l’idéal européiste étaient à l’époque portés par l’intangibilité des frontières et l’égalité juridique des nations, principes de droit international à leur apogée dans les années 1980: les nations sont ce qu’elles sont. Ce que l’histoire en a fait. La nouvelle modernité, c’est de régler les conflits en trouvant des arrangements entre Etats existants. Sans plus chercher à en modifier les contours selon des critères linguistiques, culturels ou historiques. Une sorte de fin de l’histoire. De réalisation des idéaux du XXe siècle, incarnés par l’emblématique président américain Woodrow Wilson (1913-1921). Quoi de plus noble, de plus raisonnable que cette élévation politique ?

Au lieu de cela, l’Union est devenue une simple Europe franco-allemande élargie.

Qui s’intitule “association d’Etats sui generis” pour tenter d’oublier

qu’elle n’est pas viable sous cette forme à long terme.

En faisant le choix de la réunification avec l’aval de la France (les autres n’ont même pas été consultés), l’Allemagne est au contraire redevenue une nation au sens francophone et nationaliste du terme (par opposition au sens anglophone et neutre d’Etat). Y renoncer eût été, sous cet angle, la plus belle occasion de consacrer l’intangibilité des frontières par l’exemple. L’Allemagne orientale serait devenue un membre de l’Union Européenne. Elle se serait développée comme les autres Etats d’Europe centrale. Et même certainement mieux (on connaît les Allemands).

En fait d’exemple, c’est un peu le contraire qui s’est produit au nom de l’unité du peuple allemand. Une vraie régression. Les Etats yougoslaves se sont ensuite précipités dans la brèche, en commençant par la Slovénie (indépendance proclamée en juin 1991). On se serait cru en plein XIXe. Quant à la Communauté européenne, elle a surtout perdu sa dernière chance d’évoluer vers le fédéralisme égalitaire dont elle avait de toute évidence besoin.

Au lieu de cela, l’Europe est progressivement devenue la risée du monde : une « association d’Etats sui generis » selon la terminologie officielle. Ni une fédération, ni une confédération, ni une simple zone de libre-échange ni rien de tout cela. Quelque chose de bien plus créatif, à l’image du génie européen : une Europe franco-allemande élargie, euro-centrée et déséquilibrée. Gouvernée par les présidents de la République et les chanceliers par téléphone, sommets franco-allemands et Conseils européens faussement consensuels. Quantités négligeables, les autres Etats se contentent de commissaires. Une fois par génération quand tout va bien, l’un ou l’autre de ces technocrates se permet de tenir tête à Paris et Berlin (la danoise Margrethe Vestager actuellement). On comprend que les Britanniques, qui avaient pourtant connu bien d’autres humiliations depuis la décolonisation, aient fini par trouver celle-là insupportable.

Il est heureusement possible à probable que la farce ne dure pas éternellement. L’histoire ne s’est pas arrêtée. La nostalgie des rapports de force n’est pas non plus une fatalité. Ce sont les avatars de l’après-guerre qui devraient un jour connaître une fin en Europe. Les gens ne comprendront plus très bien à quoi sert la réconciliation franco-allemande s’il n’y a plus rien à réconcilier. Il faudra probablement un choc ou une succession de séismes pour que les Européens découvrent que le fédéralisme égalitaire était fait pour eux. Ou mieux encore : qu’ils aient l’impression de l’avoir inventé. Ce jour-là, une nouvelle partition de l’Allemagne semblera peut-être aussi naturelle et peu problématique que celle de la Tchécoslovaquie en 1993. Il n’est même pas impossible que les Suisses se mettent alors à envisager différemment leur adhésion à une Union Européenne respectueuse et digne de ce nom.

BLOG D’INFORMATION, DE FACT CHECKING ET D’ANALYSE SUR LA POLITIQUE EUROPEENNE DE LA SUISSE

MERCI DE VOUS ABONNER! C’est gratuit…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

François Schaller

François Schaller

Philo, hist, théol, anthropo, science po, éco. Ancien de la Presse Riviera-Chablais et de L’Hebdo à Lausanne, rédacteur en chef de PME Magazine à Genève dans les années 2000 (groupe Axel Springer), de L’Agefi dans les années 2010 (Quotidien de l’Agence économique et financière), François Schaller pratique depuis 1992 un journalisme engagé sur la politique européenne de la Suisse. Les fondamentaux: Généalogie de la libre circulation des personnes https://cutt.ly/1eR17bI Généalogie de la voie bilatérale https://cutt.ly/LeR1KgK

4 réponses à “La réunification allemande, cette occasion manquée

  1. Je trouve votre récit fort intéressant et instructif. Je n’avais jamais vu les faits de cette histoire européenne sous cet angle. J’ai l’impression que votre lecture m’ à permis de comber un vide. Merci.

  2. Rêver de l’explosion de l’Allemagne pour un rêve fédéraliste dont personne ne veut est un bien étrange fantasme. Une bonne nouvelle pour les fédéralistes contempteurs des nations : l’islam radical qui mine toutes les sociétés européennes occidentales va forcer nos pays à redéfinir ce qu’ils sont. l’Europe s’est définie contre l’islam. La dissolution des nations et le renouveau européen seront provoqués, peut-être, par ce retour de l’impensé chrétien.

  3. En réalité, les institutions européennes sont un système bicaméral assez équilibré (Parlement et Conseil).
    Et puis …la Suisse survit même avec Zurich!

    1. Et puis, sur bien des sujets l’unanimité est requise dans l’UE (ce qui est peut-être exagéré à 27 d’ailleurs, une majorité qualifiée serait plus raisonnable). Les “petits” pays ne sont donc nullement “snobés” dans l’Union et les “grands” n’y font pas seuls la loi! Par ailleurs, rien n’empêche les “petits” pays de se coaliser le cas échéant pour faire passer leurs idées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *