La libra creuse sa tombe à Genève

Ou comment l’avantage de cette localisation en dehors des Etats-Unis et de l’Union Européenne est en train de se retourner contre le projet monétaire de Facebook et de ses vingt-sept partenaires. 

Il n’est guère difficile de deviner quels raisonnements ont incité Facebook et ses vingt-sept entreprises partenaires à localiser leur projet de monnaie numérique libra à Genève:

#    meilleure acceptabilité dans le monde que s’il était basé aux Etats-Unis ;

#    ou même dans l’Union Européenne ;

#     sans parler de la Chine ni de l’Asie, plus problématiques du point de vue de la sécurité juridique ;

#    mauvais timing sur Londres (Brexit chaotique) ;

#    gains d’image sur la neutralité, grâce aux organisations internationales et à la Banque de règlements internationaux à  Bâle (BRI, dite communément banque centrale des banques centrales) ;

#    secteur financier et fintech très globalisés en Suisse ;

#    gestion relativement bonne de la crise de 2008 et de ses effets ;

#    régulation bancaire et financière ouverte et reconnue sur le plan  international .

Tout se passe cependant comme si ces pieuses considérations étaient en train de se retourner contre Facebook et Genève. Il semble même ardu de rejeter en bloc un autre fil conducteur possible de ce qui se déroule depuis l’annonce du projet en avril. Le narratif se réfère alors aux politiques de puissance des grands Etats en premier lieu.        

#    Les Etats-Unis ont mal pris le projet de libra dès le début. Comme s’ils ne voyaient pas pourquoi une innovation de cette importance ne serait pas basée sur le territoire américain. En plus, les réactions dans le monde ont aussitôt relevé que la libra pourrait assez vite devenir un concurrent pour le dollar.   

#    Voyant les délégations de dignitaires américains se rendre à Berne depuis la mi-août pour discuter avec les instances locales de régulation (assez flattées sans doute de tant d’attention), le ministre français de l’économie et des finances Bruno le Maire saisit l’occasion d’une conférence de l’OCDE à Paris pour prendre la souveraineté monétaire des Etats en otage (12 septembre) : « Nous ne pouvons pas autoriser le développement du libra sur le sol européen. » On ne peut évidemment s’empêcher de penser que c’eût été un peu différent si la libra avait été basée à Paris (comme l’OCDE).

#    Mise sous pression par la France, l’Allemagne se réveille à son tour, mais pour calmer le jeu (la libra n’est pourtant pas non plus basée à Francfort). Un communiqué franco-allemand paraît le lendemain au sommet ECOFIN à Helsinki pour annoncer que cette affaire représente un vrai défi et qu’un rapport du G7 paraîtra en octobre à ce sujet. On ne saura pas ce que les vingt-cinq autres membres de l’UE en pensent. On ne sait pas non plus si la Suisse est consultée, ni partie prenante dans ces travaux (qui ont l’air d’être en cours avec l’OCDE également).

C’est dire si les jeux paraissent faits et refaits. On ne voit pas très bien pourquoi le cartel des grandes puissances occidentales laisserait une chance à Facebook et à Genève. A moins d’une intervention divine de dernière minute, d’un accès de bon sens ou d’un compromis permettant de sauver la face en vidant le projet d’une partie de sa substance.

#    Le ton est sans surprise très différent en Suisse. La Réserve fédérale américaine et la Banque centrale européenne ont assez vite exprimé des craintes élevées s’agissant des effets pervers probables de la libra sur la politique monétaire et la stabilité financière. A contrario, Thomas Jordan, président de la Banque nationale suisse (BNS), s’est montré beaucoup plus ouvert par rapport à cette expérience intéressante, qui doit être soigneusement régulée, mais pas inutilement entravée ni surtout interdite. « Au final, c’est le marché qui décidera des formes de monnaies auxquelles les ménages et les entreprises accorderont leur préférence à long terme.» (Le Temps, 6 septembre)  

La localisation en Suisse n’est évidemment pas seule en cause s’agissant du sort de la libra. Il y a surtout l’image accablante des GAFAM en général. De Facebook en particulier, avec ses dérapages commerciaux. Le réseau social des réseaux sociaux a aussi rendu la vie politique encore plus inconfortable. Genève n’est certainement qu’un handicap complémentaire dans cet environnement hostile, mais il n’est à coup sûr pas insignifiant. Il s’avérera peut-être même décisif au final.

Bruno Le Maire à l’OCDE (12 septembre).
Il veut interdire la libra en Europe. On ne peut guère s’empêcher de penser que ce ne serait pas tout à fait la même chose si le projet était basé à Paris.

Le catalogue des mauvaises raisons

On ne parlera pas d’hypocrisie, puisqu’il s’agit de politique et de raison d’Etat. Mais les motifs invoqués au plus haut niveau contre le projet monétaire de Facebook sonnent passablement faux. On s’en rend mieux compte en évaluant de manière un tant soi peu critique l’argumentaire dominant et quasi-officiel.

#    Un danger pour la souveraineté des Etats et de leurs banques centralesComme toutes les innovations, personne ne sait ce que la libra va donner sur le plan sociétal. Ce n’est qu’à l’usage qu’on se rendra compte en quoi il met ou non la souveraineté monétaire des Etats en danger. Préjuger de l’importance qu’il prendra dans les paiements, dans la thésaurisation et dans la spéculation n’a aucun sens à ce stade. D’autant plus que le phénomène dépendra beaucoup de la régulation évolutive qui lui sera imposée. En tout état de cause, les Etats peuvent déjà, et pourront encore intervenir à tout moment pour détruire de que bon leur semble. Fût-ce la libra ou même Facebook.

#     Un risque particulier de substitution dans les Etats à forte inflation et monnaies faibles. Quelle soudaine sollicitude pour ces Etats à problèmes. Mais pourquoi particulier ? Ce risque est déjà pleinement réalisé aujourd’hui avec le dollar, l’euro ou encore le yuan accessoirement. Utilisés dans ces pays pour les paiements et surtout la thésaurisation (la mauvaise monnaie chassant la bonne).     

#     L’importance de la libra dans le monde requiert une régulation globale qui ne peut être assumée par un petit Etat comme la Suisse. Le global et son assimilation aux grandes puissances relève de la sophistique, voire de la pure contradiction. Toutes les activités financières sont domiciliées quelque part. Morgan Stanley ou Deutsche Bank sont basés et régulés dans leur Etat d’origine. Ils relèvent ensuite d’une régulation secondaire locale dans tous les Etats dans lesquels ils sont actifs (Finma, BNS et d’autres instances en Suisse). UBS et Credit Suisse sont soumis à une régulation primaire en Suisse, et à des régulations secondaires dans le monde. Ces régulations sont elles-mêmes influencées par des dispositions relevant du droit international. Même constat s’agissant du dollar ou de l’euro, monnaies quasi-nationales dans de nombreux Etats. Leur usage est plus ou moins régulé localement en tant que tel.    

On retrouve ce genre d’architecture régulatrice générale s’agissant d’Internet ou des réseaux sociaux. Facebook en sait quelque chose. Le groupe fait l’objet de procédures judiciaires dans plusieurs pays. Et s’y soumet. Ce ne serait guère différent pour la libra. Invoquer la perte de souveraineté des Etats comme le fait Bruno Le Maire s’apparente surtout à de l’agitation politique.             

#      Un danger pour la stabilité financière. On a entendu (et probablement dit) la même chose du bitcoin. Plus personne ne s’inquiète aujourd’hui des risques systémiques du bitcoin, qui a semble-t-il atteint sa maturité. Dans ses intentions, la libra s’apparente d’ailleurs bien plus à des plateformes de micro-paiement déjà existantes, ou aux transferts d’argent de type Western Union. S’agissant des importantes réserves financières de garantie que la libra générera en contreparties (produits de la vente d’unités de libra), elles ne représenteront pas un risque systémique bien supérieur aux multiples grands fonds d’investissement, aux fonds souverains ou aux bilans des banques centrales. Il y a d’ailleurs beaucoup d’autres dangers pour la stabilité financière, et d’une toute autre importance. A commencer probablement par le surendettement public, le déséquilibre des balances commerciales et la concentration des capitaux.

#     Une aubaine pour le blanchiment et le financement du terrorisme. L’une des phobies préférées du grand complotisme. Oui, ce risque existe. Dans tous les systèmes de paiement. Il n’est guère cohérent d’affirmer à la fois que la monnaie scripturale et les paiements électroniques ont l’avantage de la traçabilité par rapport aux coupures, mais que la libra représenterait un risque particulier sur ce plan.

#      Un danger pour la protection de la personnalité. Oui, certainement, et c’est un combat permanent. Facebook en sait aussi quelque chose. Il s’agit probablement de l’entreprise la plus scrutée du monde. Il n’est évidemment pas question que les données personnelles des utilisateurs de la libra puissent être utilisées à d’autres fins. Sachant bien entendu qu’aucune entreprise ne peut répondre à 100% de son personnel ni de ses prestataires de service. C’est le cas également des plateformes de paiements, des banques ou encore des administrations fiscales.

#     Ce sont aux organisations internationales, aux Etats et à leurs banques centrales de concevoir et développer des systèmes de paiement correspondant aux objectifs de la libra. Oui, certainement, et Bruno Le Maire a eu la délicatesse de reconnaître que la libra avait au moins le mérite de mobiliser ces différentes instances publiques sur le sujet. Parce que si l’on avait attendu sur elles pour prendre ce genre d’initiative, on en serait encore au téléphone à manivelle. A priori, le public ne devrait d’ailleurs pas empêcher le privé. Sauf qu’il ne dispose pas d’un réseau homogène et à hautes performances de 2.4 milliards d’utilisateurs. Et que la nationalisation de Facebook ne figure dans aucun agenda. Sans parler du simple potentiel d’excellence technologique. Le secteur public n’est vraiment à l’aise dans ce domaine que lorsqu’il se trouve en position de monopole, avec ou sans recours à des sous-traitants. Comme dans le cas de l’industrie d’armement. Ça donne une idée des vertiges que l’affaire libra pourrait encore susciter.

Annexe

La libra et l’autre fin du monde (pas l’écologique)

(Paru dans Le Matin Dimanche du 15 septembre)

Ce n’est peut-être qu’une vague start-up financière de quelques personnes, localisée dans un espace de coworking sur le Quai de l’Ile à Genève, mais la libra concentre un maximum d’attention au plus haut niveau dans le monde. Rien à voir avec les techno-pignoufleries spéculatives du bitcoin.

Le moyen de paiement projeté par Facebook a d’autres ambitions : faire en sorte qu’envoyer de l’argent à quelqu’un, en face de vous ou à l’autre bout de la planète, s’avère aussi facile que lui envoyer un selfie. Les diverses implications du projet en font quelque chose qui pourrait assez vite ressembler à une monnaie. Une monnaie banale pour 2,4 milliards d’utilisateurs de Facebook. C’est presque autant que le dollar.

Une délégation du Congrès américain s’est rendue à Berne au mois d’août. Les parlementaires ont visité le Palais fédéral et rencontré tout ce que le pays compte de régulateurs financiers. Certains ont été quelque peu rassurés de constater que la Suisse n’était pas qu’une zone de non-droit dédiée au blanchiment d’argent. La localisation de la libra à Genève restant néanmoins très incongrue à leurs yeux, il a fallu leur expliquer en plus ce qu’était la neutralité. Les fonctionnaires fédéraux se sont peut-être même surpris à devoir préciser ce à quoi ils n’avaient jamais pensé jusque-là : la neutralité peut aussi avoir un sens économique.

Plus encore que les gouvernements et parlements, ce sont les banques centrales que le projet de libra perturbe sur les bords. Ne surgit-il pas au moment où elles ont renié leurs principes de rigueur et d’indépendance ? Après la crise de 2008, la création monétaire sans limite a permis de regonfler les marchés financiers. Il s’agissait surtout de sécuriser l’emploi et les systèmes sociaux en relançant l’investissement industriel et la consommation par effet de richesse. La croissance se retrouve aujourd’hui dans un état d’addiction profonde. Elle ne peut plus se passer de taux d’intérêt anormalement bas, voire négatifs. Et les banques centrales ne parviennent plus à résister à la pression politique. Elles s’exécutent. Le modèle de développement du demi-siècle écoulé a perdu ses repères.

Cette dérive vient s’ajouter aux grands cercles vertueux devenus lourdement pervers à force de ne plus vouloir les maîtriser : déséquilibre des balances commerciales entre Etats, endettement public, concentration des capitaux. Une nouvelle crise de confiance généralisée semble programmée. Elle sera sans doute provoquée par un battement d’aile imprévisible. Il n’est pas certain que les banques centrales aient cette fois la crédibilité nécessaire pour rétablir l’optimisme. La suspicion monétaire pourrait même venir s’ajouter à la crise financière. Sonnant le grand retour de l’inflation. Ce mal tellement éradiqué que l’on ne parvient même plus à le réhabiliter au niveau raisonnable de 2%.

Créé pour n’être qu’une monnaie parallèle, comme il y en a déjà beaucoup à plus petite échelle (en dollars, en euros, en francs), la libra pourrait alors devenir une vraie monnaie de substitution. Souveraine et privée, comme il en existait encore au XIXe siècle en pleine révolution industrielle. C’est ce genre de scénario qui plane au-dessus de nos têtes. S’il se réalisait, ce serait dans un environnement économique et politique tellement pétrifié que cette libra libertaire pourrait tout d’un coup apparaître comme un moindre mal. (FS)

 

 

François Schaller

François Schaller

Philo, hist, théol, anthropo, science po, éco. Ancien de la Presse Riviera-Chablais et de L’Hebdo à Lausanne, rédacteur en chef de PME Magazine à Genève dans les années 2000 (groupe Axel Springer), de L’Agefi dans les années 2010 (Quotidien de l’Agence économique et financière), François Schaller pratique depuis 1992 un journalisme engagé sur la politique européenne de la Suisse.

5 réponses à “La libra creuse sa tombe à Genève

  1. Je pense qu’il n’y a pas beaucoup de ressemblance entre les 2 crypto-monnaies; Bitcoin et Libra. La première est totalement sans valeur palpable, née de l’imaginaire d’une personne, ou d’un groupe de personnes, qui se sont enrichis d’une façon incroyable. Or la seconde c’est du lourd, puisque l’achat d’une une unité Libra donne lieu à la conversion de l’argent reçu, par les administrateurs de cette monnaie, à un panier de devises. Je pense que la libra aura besoin d’une seule licence bancaire, éventuellement en Suisse, mais pas ailleurs en Europe ni dans le reste du monde. L’UE ne peut pas empêcher ses citoyens d’acheter de la marchandise via internet ou une monnaie qui a cour ou pas, cela rentre dans le cadre de la libre circulation de la monnaie. Le problème est la masse énorme d’argent que Facebook va récupérer, car la tentation sera grande pour elle d’investir, donc de prendre des risques. Les pays de l’UE seront contraints d’admettre que certains contribuables détiennent des comptent bancaires sous la forme de la Libra pour les déclarations fiscales. J’espère que la FINMA ne va pas s’aventurer à unir la planète entière contre nous en autorisant fb à devenir la banque la plus liquide du monde.

    1. Vous avez raison, régulation n’est pas synonyme de réglementation. Régulation a un sens plus générique en français, qui inclut la réglementation. Il me semble que régulation convient mieux dans le contexte politique: la libra peut-elle, ou doit-elle être régulée, etc. La question ne se limite pas à de la réglementation. On pourrait imaginer par exemple que des entités publiques obtiennent d’entrer dans le capital ou le conseil de l’entreprise Calibra, ou que celle-ci prenne la forme d’une fondation, ou encore que des organes de surveillance soient mis sur pied pays par pays (des compromis régulatoires destinés à favoriser l’acceptabilité politique du projet).

  2. Dieudonné promeut en ce moment une cryptomonnaie africaine. Au moins c’est un petit espoir si cela permettait au continent de virer vers la maitrise comme semble le faire quelque uns de ses composants comme le Rwanda, le Ghana et le Maroc.

  3. Tout d’abord, merci pour cet article.

    J’aimerais réagir à l’une de vos remarques :

    “C’est dire si les jeux paraissent faits et refaits. On ne voit pas très bien pourquoi le cartel des grandes puissances occidentales laisserait une chance à Facebook et à Genève. ”

    Par rapport à ça, je me réjouis de voir ce que les “grandes puissances occidentales” trouveront comme rempart contre le Libra, lorsque ce dernier aura déposé ses véritables joker sur la table. Pour l’instant, le combat se fait au niveau des élites, des régulateurs, des gens informés, d’un pourcentage très faible de la population qui connaît le secteur ou s’y intéresse, et n’a pas encore atteint les foules. Mais Libra, il me semble, détient un argument massue sur le grand public.

    Cela fait plusieurs années maintenant que Facebook développe des programmes de diffusion d’internet dans les pays du tiers-monde, ainsi que d’éducation numérique dans ces mêmes pays. L’un des partenaires du projet libra est la “Women’s World Banking” qui entend donner accès à l’émancipation aux femmes des pays les plus défavorisés grâce à des services monétaires.

    Quand Libra communiquera là-dessus, vous l’aurez votre “intervention divine” auprès des foules. Je me réjouis de voir ce que les “grandes puissances” arriveront à faire contre ce type d’arguments “humanistes”.

    Note : pour aller plus loin sur la question des projets Facebook dans les pays défavorisés, un excellent article ici : https://www.aljazeera.com/indepth/opinion/digital-colonialism-threatening-global-south-190129140828809.html

    Bien à vous,

    Elliot.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *