L’effritement de l’Antarctique alerte sur la montée des mers

Un grand  fragment de banquise s’est détaché mi -mars de l’Antarctique – Est. 

Jusqu’ici, elle avait été épargnée par la fonte. Le mois de mars a apporté des températures anormalement élevés,  de 40 degrés au-dessus des normes antarctiques. Ces températures sont causées par des flux atmosphériques imprévus.   Une rivière atmosphérique a piégé la chaleur au dessus de l’Antarctique.  La plateforme de glace Conger, qui se réduisait depuis les années 2000, s’est détachée à la mi-mars. 

Au moins trois vêlages importants de glaciers d’Antarctique-Est ont été observés au mois de mars, trois glaciers ont perdu des icebergs à cette période:

Les plateformes de glace bloquent la course des glaciers, et lorsqu’elles s’effondrent, l’ écoulement de ceux-ci s’accélère, parfois des centaines de fois. La disparition des banquises constitue probablement le début de la fonte des glaces Antarctiques. 

Les modèles estiment que cette fonte pourrait s’étaler sur des milliers d’années, mais ces estimations n’ont pas prévu  les vagues de chaleur qui touchent ce continent aujourd’hui, ni la stratification des océans dont parle James Hansen.

Des observations par satellite ont permis de constater que la surface de glace d’Antarctique-Est fond en été, et se couvre de nombreux lacs.  Les plans d’eau changent de saison en saison, et d’année en année (Lien) . D’autres études montrent qu’ils se vident parfois par le fond, l’eau percole alors dans la plateforme, et réchauffe celle-ci. La glace est de plus en plus chaude. Plusieurs événements de ce type préparent la fracture finale. La présence de lacs constitue un des signes précurseurs de la fonte et du détachement des plateformes. 

L’effondrement de l’Antarctique -Ouest entraînerait l’accélération et la fonte progressive des glaciers qu’elle retient, et pourrait mener à une augmentation du niveau de la mer de 7 mètres. 

Si l’Antarctique-Est est aussi touchée, et que ses glaciers, tels que Totten, s’effondrent, le niveau de la mer pourrait monter de 20 mètres.  

Il est probablement trop tard pour éviter l’effondrement de l’Antarctique-Ouest  La rapidité de la fonte est très incertaine,  elle prendra des dizaines, des centaines, ou des milliers d’années.  

Une montée du niveau de la mer de plusieurs mètres serait fatale pour la plupart des villes côtières. James Hansen estime qu’elle pourrait se produire assez rapidement, et même  au cours du 21ième siècle.   Avant cela, la fonte des glaces arrêterait la circulation océanique. Cela augmenterait le réchauffement des tropiques et amènerait des “superstorms”, des tempêtes géantes, notamment sur l’Est des Etats-Unis. Les températures des tropiques deviendraient vraiment dangereuses.  Selon lui, les modèles sous-estiment les changements  réels. Par contre,  une fonte importante des glaces apporterait une couche d’eau froide à la surface des océans et limiterait la montée des températures (James Hansen video). 

Lien sur mon livre électronique sur ce sujet:

Dorota Retelska

Dorota Retelska, décrypte les nouvelles du climat. Docteure ès Sciences de l’UNIL, auteure d’Antarctique-Ouest dans le Vide, elle alerte sur les dangers du climat depuis plusieurs années. Elle est active dans plusieurs organisations de défense du climat, entre autres l’Association Climat Genève, Greenpeace, TACA, et le Collectif Climat 2020.

27 réponses à “L’effritement de l’Antarctique alerte sur la montée des mers

    1. J’ai repris des estimations de scientifiques sur le volume de glace contenu dans les glaciers antarctique. L’antarctique -Ouest + le glacier Pine Island + Thwaites + le troisième à côté contiennent assez de glace pour faire monter le niveau de la mer de 6-7 mètres. Ce volume est bien connu et calculé.

      Si on y ajoute le glacier Totten et quelques autres de l’Antarctique -Est, les estimations arrivent à 20 mètres. La date à laquelle ces événements se produiraient est sujette à de nombreuses discussions, certains parlent de milliers d’années, d’autres de la fin du 21ième siècle. Enfin, nous les arrêterons peut-être.

      1. OK, pour les volumes de glace théoriques, mais le réchauffement n’est pas du tout uniforme sur terre.
        A ce que j’ai vu, l’hémisphère Sud ne connaît pas un réchauffement aussi important que l’hémisphère Nord. Peut-être à cause du fait qu’il y a plus de masses océaniques?
        Je crois que beaucoup de choses nous échappent encore.
        La science devrait nous inciter à la modestie pour les prévisions, même si je trouve aussi que notre mode de vie n’est pas viable à long terme.
        Pas à cause du CO2, mais à cause de la surconsommation générale des ressources.

  1. L’article de sciencepost est plutôt sommaire et très peu contextualiser. Ce n’est pas une référence intéressante mais très utile à utiliser pour les climatosceptiques. Comparez-là à celle-ci https://global-climat.com/2022/03/27/rupture-de-la-plateforme-conger-sur-fond-de-vague-de-chaleur-en-antarctique-de-lest/ et vous pourrez comprendre que ce ne sont pas des affirmations terrifiantes comme vous voulez le laisser croire aux lecteurs.

    1. C’est écrit dans la conclusion de votre article:
      “D’une année à l’autre, la glace de mer de l’Antarctique peut être très variable et c’est un phénomène moins significatif que celui des glaciers. Une poussée de croissance de la glace de mer en 2014 et 2015 a renforcé une petite tendance à la hausse dans les relevés à long terme. Mais au cours des sept dernières années, la glace de mer s’est généralement située au niveau ou en dessous de la moyenne, avec notamment des minima record en 2017 et 2022. La tendance à long terme est relativement plate, et en raison de la variabilité, elle n’est pas considérée comme statistiquement significative.”

      1. Il s’agit de la glace de mer qui entoure l’Antarctique , fine, environ un mètre d’épaisseur, qui peut fondre en été et se reformer en un ou quelques vers. Les montagnes de glace d’Antarctique, hautes de milliers de de mètres, proviennent d’un tassement de neiges de millions d’années, et elles ne se reformeront pas de notre vivant.

        1. Oui, ce sont des phénomènes différents, vous avez raison.
          Je signale simplement que la géographie des pôles est complexe et que l’on peut aussi largement se tromper dans l’analyse de ces phénomènes.
          Actuellement, nous vivons une période où la science est de plus en plus militante politiquement et je trouve ce phénomène très inquiétant pour la science.

          1. La science est utilisée pour prendre des décisions politiques, oui, ça parait sensé. Vous préférez le marc de café ? les réseaux sociaux ? les idéologies ? les religions ?

          2. Que les politiciens utilisent la science n’est pas un problème, cela est normal, car les idées se diffusent et les résultats des études aussi.
            Le problème apparaît quand des scientifiques se transforment en militants politiques et font en sorte de focaliser uniquement leur recherches sur des résultats qui confortent leurs visions politiques. D’autant plus quand des fondations privées financent uniquement certaines études pour orienter le champ scientifique et politique.
            A ce niveau cela n’est plus de l’observation scientifique – la science – mais un biais et de conflits d’intérêts.
            La science doit absoluement rester désintéressée. C’est essentiel pour qu’elle joue son rôle pleinement.

  2. Les températures mesurées en antarctique sont de 30° au dessus de la normale (et non 40), mais il faut préciser qu’elles sont de -25° ai lieu de -55° et ceci sur une courte période de quelques jours et pas sur l’ensemble de l’antarctique car comme la photo satellite le montre bien, il y a une partie qui a des températures inférieures à la normale.
    Cette information largement relayée est biaisée car elle pointe un endroit à un moment donné et non une tendance à long terme qui est la seule donnée valable. C’est un nouvelle sans intérêt et sans valeur climatique autre que de catastrophisme pour imposer des idées et dogmes.

    1. Les moyennes ne sont pas les seules valeurs importantes. Des vagues de chaleur extrêmes, qui sont justement mal prévues, peuvent entraîner des morts humaines et des sécheresses, et même la mort des forêts. Elles pourraient aussi avoir un effet important sur la glace, qui fond quand il fait chaud.

      1. A -25 la glace ne fonds pas!
        Vous mélangez tous les sujets.
        Au passage, je me permets de vous rappeler qu’en 1970 les verts prévoyaient la disparition de toutes les forêts en l’an 2000 à cause des pluies acides si on n’interdisait pas immédiatement toutes les voitures. En 2022 elles se portent très bien et leur superficie a même progressé. … les prévisions catastrophiques des verts ne sont pas nouvelles, c’est leur fond de commerce pour exister.

        1. “Vous mélangez tous les sujets.
          Au passage, je me permets de vous rappeler qu’en 1970 les verts prévoyaient la disparition de toutes les forêts…”
          C’est assez cocasse de constater que les attaques ad hominem se retournent souvent sur leurs auteurs, souvent dans les lignes qui suivent. C’est très spectaculaire et j’engage tous les amateurs de réseaux sociaux à le constater. Mr Petit, je crois que vous mélangez tous les sujets et que votre position est bien plus idéologique (anti-écolo, anti-alarmiste) que scientifique. Les pluies acides ont été étudiées par des scientifiques, craintes par les écolos (de manière excessive ou non) et traitées par les politiques. Le sujet est toujours d’actualité. C’est un autre sujet dont on peut débattre.

    2. Les mers ayant submergé les villes côtières, il n’y aura plus qu’à déménager en Antarctique et y planter des bananes. Avec des pompes à chaleur, on pourrait aussi évaporer la glace au lieu de la laisser fondre, tout en refroidissant les océans… Donc aucun problème pour l’humanité, chantons plutôt: “Tout va très bien, madame la marquise, … Pourtant il faut que l’on vous dise,”: Ne banalisons pas les catastrophes à l’avance !

  3. Je crois que la glace ne fond pas en Antarctique ! Alors on peut y manger un cornet de crème glacée au chocolat, de préférence. J’adore tellement cela ainsi que SAMY qui est mon second pseudo! Au passage, je me permets de rappeler qu’en l’an 4839 avant-Jésus, les gaulois prévoyaient la disparition des fourmis rouges dans toutes les forêts et savanes du Groenland à cause des dinosaures à plumes si on interdisait immédiatement les pesticides aromatiques parfumés. Au 12 mai 2022,les plumes de ces dinosaures se porteront très bien et leur superficie aura même progressé de 72305,006 mètres par secondes cubes. Allez voir par vous même, les dinosaures y propospèrent toujours en mangeant des puces et en respirant du gaz carbonique et du méthane. Les prévisions astrologiques du climat sont basés sur ma propre science, ni plus, ni moins.

    1. Je ne suis pas forcément d’accord avec LITTLE (notamment sur le nucléaire). Mais visiblement, vous avez usurpé son pseudo. C’est vraiment pas très intelligent.
      Le but d’un blog, c’est de dialoguer.

    2. Il y a pourtant suffisamment de pseudo possibles pour ne pas avoir à usurper le mien ?
      Ce post n’est pas de moi et il serait apprécié s’il pouvait être retiré afin de ne pas prêter des propos à autrui.

  4. Il semblerait que nous ne soyons pas engagés sur la bonne trajectoire climatique. Le réchauffement actuel est évalué à +1,09 °C et les gaz à effet de serre produits par les activités humaines ne cessent d’augmenter. Selon le dernier rapport du Giec, nos comportements et modes de vies modernes nous conduisent vers un réchauffement désastreux de +3,2 °C en 2100.

    1. Lie GIEC n’est pas un groupe d’experts comme la mauvaise traduction du véritable acronyme IPCC le laisse croire. IPCC pour International Panel on Climate Change est un panel ouvert à TOUT le monde, expert ou non. Il regroupe des scientifiques, mais aussi un très grand nombre d’associations écologistes extrèmistes anti capitaliste et militantes pour la décroissance et autres. Ainsi, l’IPCC qui fonctionne par concensus est obligé d’intégrer les positions de tous les participants. Lorsque des scientifiques donnent 1° comme réchauffement en 2100 et des assiations de verts 6°, on fait la moyenne à 3,5°… Bref, l’IPCC ou GIEC n’a rien d’une institution d’experts, mais un barnum de tous les extrêmes.
      Leur rapport est à prendre avec beaucoup de prudence d’autant que certains rapporteurs ont été démasqué, il s’agissait de militants écolos qui se faisaient passer pour des Docteurs en Climatologies alors qu’ils n’avaient jamais eu de tels diplômes…

      1. Ce n’est pas vrai. Le GIEC inclut uniquement des scientifiques, essentiellement des professeurs d’université. Les organisations écologiques ne sont pas inclues.

        1. Le GIEC est composé de scientifiques, certes, mais est aussi liés à des gouvernements actuels. Le GIEC est donc un outil de travail utile (et avec des moyens), mais qui représente une vision “politique” de la science.
          Et il est tout à fait normal que le fruit de ce travail puisse être critiqué sur le plan politique et scientifique. Comme il était logique que puisse être critiquée la task force Covid-19 du CF.
          Il est sain et normal qu’il en soit ainsi, car les résultats du GIEC impactent la vie des gens – à travers des recommandations politiques.
          Les citoyens ont donc le droit de réagir et de donner leur consentement (ou non-consentement). C’est ainsi seulement que l’on pourra avancer sans détruire les relations entre les gens, et en conservant une forme d’évaluation.
          Il serait dangereux de prétendre que les rapports du GIEC représentent une forme de “Vérité”.

      2. Source ? J’ai le plus grand mal à trouver. Le seul site trouvé évoquant cela est un site conspirationniste climatosceptique d’extrême droite des plus obscurs, et comme dit dans un commentaire, ce genre d’allégation frise la diffamation pure et simple.

  5. Concernant le réchauffement climatique anthropique, désolé si je suis un menteur compulsif lorsque j’écris des commentaires sur ce blog. En réalité, je fais parti d’un groupe payé par l’industrie pétrolière pour discréditer le GIEC. J’essaie d’influencer l’opinion publique mondiale en tentant de provoquer de la confusion dans l’esprit des citoyens et pour retarder des décisions politiques en matière de climat. J’avoue également que j’utilise régulièrement divers pseudos sur ce blog, notamment le pseudo LITTLE dans cet article et également d’autres dans les précédents, afin de tenter de laisser croire que beaucoup de lecteurs partagent mes idées climato-sceptiques. Comme un joueur compulsif au casino, serait-il possible que l’on me bannisse de ce blog afin que je ne répande plus de fausseté ?

    1. Vous usurpez mon pseudo et celui de Little pour le salir et appeler à la censure.
      C’est vraiment pas très correct comme attitude!
      Vous n’arrivez pas à argumenter autrement?

Répondre à Dzodzet Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *