Les visages masqués de la dette

Devenue ennemi public numéro un de l’économie mondiale depuis la crise de 2008, la dette ne s’est jamais aussi bien portée: plus de 152’000 milliards de dollars selon le FMI, le double du PIB mondial! Alors que les gendarmes financiers consacrent des efforts gigantesques pour la traquer, l’identifier et juger le risque, elle apparaît au détour d’enquêtes multiples et variées sous des aspects parfois inattendus.

C’est ainsi que la Banque des Règlements Internationaux a levé un lièvre en un lieu inattendu, les marchés des changes. dans un article paru sur son site (www.bis.org) à la mi-septembre, la “banque centrale des banques centrales” s’alarme de l’existence d’engagements de 10’700 milliards de dollars pris par les banques commerciales sans que ce montant, qui équivaut à la moitié du PIB des Etats-Unis ou trois fois celui de l’Allemagne, n’apparaisse sur les bilans.

Le procédé est simple dans sa complexité: lorsqu’elles s’échangent des devises, les banques commerciales font un usage intense de produits dérivés aux noms plus ou moins exotiques et/ou barbares (swaps, forwards, etc.) leur permettant de différer les paiements, ou les risques, ou les deux, contre des avantages immédiats ou, plus simplement, pour mitiger le risque. En faisant cela, elles contractent des engagements vis-à-vis de tiers qui n’apparaissent, comme le souligne l’institution bâloise, “que dans les notes de bas de page”.

Un autre lièvre est apparu fin août à l’occasion d’une procédure judiciaire lancée aux Etats-Unis contre UBS, Credit Suisse et quelques autres banques d’affaires internationales par des investisseurs institutionnels américains: celui des titres financiers (généralement des actions) empruntées par ces mêmes institutionnels afin de les vendre à découvert, pour les racheter par la suite en réalisant un bénéfice sur la différence de valeurs entre le moment de la vente et celui du rachat. Ces opérations représentent un pactole moyen de 1710 milliards de dollars, un montant alors totalement masqué aux yeux du public (on espère que les régulateurs le connaissaient) jusqu’alors.

Les chiffres les plus effrayants sont peut-être ceux que l’on ne veut pas voir même s’ils nous sautent à la figure: par exemple l’endettement total de la Suisse. Celui-ci est l’un des plus élevés au monde, largement supérieur à 200% du PIB. Vous dites que les finances publiques sont ultra-saines, avec un taux d’endettement à peine voisin de 35%? C’est vrai. Mais c’est oublier le taux des entreprises (plus de 75%), et surtout… des ménages, dont les dettes sont supérieures à 125% du PIB suisse! A ce niveau, notre pays est nettement plus endetté que l’Allemagne et se compare… avec l’Italie.

Bien sûr, cette dette est gagée sur des actifs tangibles, à commencer par l’immobilier. Mais la seule proportion de cette dette devrait alarmer les investisseurs par le risque systémique qu’elle fait peser en cas de hausse de l’insolvabilité des débiteurs, notamment en cas de hausse des taux d’intérêt. Le franc suisse n’est peut-être pas la valeur sûre que l’on croit.

Yves Genier

Yves Genier

Journaliste économique depuis le milieu des années 1990, historien de formation, je suis particulièrement intéressé aux questions bancaires, financières, fiscales et, naturellement, macroéconomiques et leurs conséquences politiques et sociales.

Une réponse à “Les visages masqués de la dette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *