Gaspillage alimentaire – Et si février était le mois idéal pour le réduire ?

On jette trop d’aliments en Suisse. En revoyant notre manière de consommer, et où l’on fait ses achats, nous pouvons éviter ce gâchis honteux. Nous jetons en moyenne 330 kg par personne et par an. Les “coupables”? Nous, les ménages pour 39%, puis l’industrie agroalimentaire pour 37%. Mais prenons garde à ne regarder que l’arbre qui masque la forêt…

Commençons par voir de quoi on parle.

OFEV 2019

Le graphique de l’Office fédéral de l’environnement est éloquent. Les ménages sont les premiers responsables du gaspillage alimentaire. Soit. Juste après, c’est l’industrie agroalimentaire. Mais si on y réfléchit bien, c’est cette dernière qui est AUSSI responsable de ce qui est jeté dans les ménages. Pourquoi? Parce que les gens font leurs courses principalement en supermarché. Où les denrées ont subi une transformation, une mise en boîte ou en barquette, justement par l’industrie agroalimentaire.

On peut bien accuser Mme Matthey de jeter trois mandarines pourries, quand bien même elle a acheté un filet de 2 kilos, au prix apparemment avantageux. Est-ce toujours le cas quand on doit jeter une partie du tout? On peut bien pointer du doigt M. Duc qui jette deux filets de poulet à l’odeur nauséabonde, quand bien même il a cédé à l’action de la semaine, soit un pack de 8 filets à un prix imbattable et qu’il n’a pu en consommer que six dans les temps. Quand un quart des filets finit à la poubelle, je ne suis pas sûre que le pack était si avantageux que cela au final… Mais qui va s’amuser à recalculer le prix au kilo d’une denrée “bon marché” quand une partie est jetée parce qu’elle n’est plus consommable ?

Faire des bonnes affaires: un réflexe humain ?

Nous sommes tous des clients qui voulons dépenser le moins possible pour quoi que ce soit. C’est un réflexe humain, j’imagine. Il m’a fallu des années de prise de conscience pour comprendre que le bon marché est toujours trop cher, que le véritable prix (social, environnemental) est forcément payé par d’autres quand il est très bas pour moi. Il faut que des agriculteurs en arrivent à se suicider par dizaines pour qu’on comprenne enfin notre responsabilité de consommateurs dans cette guerre des prix vers le bas que pratiquent grandes surfaces et hard discounters. Oui, en étant d’accord d’ouvrir notre porte-monnaie dans ce genre de commerces, nous alimentons cette spirale et sommes responsables de la détresse du monde agricole. Alors oui, je choisis d’acheter mes produits ailleurs qu’en supermarché. C’est un peu plus cher, mais cela ne plombe pas le budget. Question de priorités: je fabrique par ailleurs produits ménagers et cosmétiques pour deux francs six sous, donc j’ai de quoi dépenser plus pour l’alimentation.

Il faut aussi savoir qu’en Suisse, la part dépensée par les ménages pour se nourrir se monte à seulement un peu plus de 6% de leurs revenus. C’est bien moins que dans les pays voisins. Et cette part ne cesse de diminuer. Je m’interroge sur cette évolution. Certes, les budgets sont plombés par les loyers, les assurances, les transports… Sans revenir à une situation du début du XXème siècle, il devrait quand même être possible de consacrer un peu plus de notre budget à ce qui nous fait vivre chaque jour et de payer le juste prix pour des produits de qualité. Moins de voyages, moins de loisirs, moins de renouvellement de matériel électronique et on pourrait remonter à 10-12%, comme au début des années 2000.

Part du budget consacrée à l’alimentation. Illustration parue dans La Tribune de Genève, 29 août 2018.

Les habitudes d’achat sont en grande partie en cause dans le gaspillage alimentaire. Car l’objectif des supermarchés, on l’a compris, c’est de vendre toujours plus, selon une spirale de croissance infinie de leur bénéfice aussi utopique que dangereuse. En s’appuyant sur le réflexe humain de vouloir faire des économies, les supermarchés savent très bien où et comment faire. A coup d’actions, de multi-packs et autres promotions sur des grandes quantités.

Et si vous releviez le défi ?

Par ailleurs, cela ne vous aura sans doute pas échappé: février est celui de l’initiative “Février sans supermarché”. Dix jours ont passé, il n’est pas trop tard pour s’y mettre !

Cette opération est un défi lancé en 2017 ans par l’association “En vert et contre tout“. C’est la quatrième édition cette année. Pourquoi février? Parce que c’est un mois court et souvent difficile du point de vue économique pour les petits commerçants indépendants.

Ce défi a essaimé sur les réseaux sociaux et on trouve de nombreux défis locaux. Si on rejoint un de ces groupes, on échange alors conseils, informations et astuces pour se passer d’aller faire des achats en grande surface. Durant un mois, ou durant plus longtemps! Je dois avouer que depuis la première édition, je ne m’y rends plus que quand je n’ai vraiment vraiment pas le choix.

Février sans supermarché (c) En vert et contre tout.

A l’origine, un véritable plaidoyer pour les commerces indépendants. Car oui, pour un emploi crée dans la grande distribution, ce sont 3 à 5 emplois qui disparaissent ailleurs, comme l’explique et le démontre la journaliste Leïla Rolli. Dans mon village, les anciens m’ont raconté qu’avant l’arrivée de la Coop et de Denner, il y avait trois boucheries et plusieurs boulangeries. Aujourd’hui, il ne reste qu’une seule boucherie et une boulangerie qui fabrique ses pains sur place. Voilà l’effet concret de l’arrivée de la grande distribution dans un village de 2000 habitants. Et à voir comme il est difficile de trouver un vendeur ou une vendeuse dans l’une de ces grandes surfaces quand j’ai une question à poser, il est certain que le nombre d’emplois dans ces deux supermarchés n’équivaut pas au nombre de ceux qu’il y avait avant dans les commerces indépendants.

Février est donc le mois idéal pour expérimenter autre chose, une autre façon de faire ses courses en évitant la solution de facilité d’un supermarché.

Le charme et la souplesse des petits commerçants

Quand j’en parle autour de moi, immanquablement il y a quelqu’un qui va dire: “oui, mais moi je ne trouve pas ceci ou cela ailleurs qu’au supermarché….” Déjà, j’ai des doutes: par exemple je pensais que le papier WC ne se trouvait qu’en grande surface. En discutant avec l’épicier de “Chez Mamie”, une chaîne romande d’épiceries qui vend (presque) tout en vrac, il m’a appris qu’il vendait le papier WC au rouleau, sans emballage! Pareil que les pastilles pour le lave-vaisselle. Même le pain sans gluten, que je trouve en grande surface (parce que je n’ai pas le temps, ni l’envie d’en cuire tous les trois jours, mea culpa!) peut être commandé par un détaillant indépendant. Leurs catalogues sont grands et leur souplesse souvent infinie! Pas comme en supermarché où l’assortiment est décidé par la centrale. Donc avant de déclarer péremptoirement que ce défi n’est pas possible à tenir à cause de tel ou tel produit, posez la question aux commerçants indépendants. Vous serez surpris des réponses.

L’autre excuse est celle du temps (une excuse qui m’arrange et que je brandis aussi de temps à autre, vous l’aurez remarqué!)

Faire ses courses dans des commerces indépendants, cela demande plus de temps que d’aller une fois par semaine au supermarché. Cela demande un peu de temps, c’est vrai, mais c’est autrement plus sympathique et riche en contacts humains. Mais revenons à cette affirmation. Si on remettait à plat cette habitude? Car se rendre dans une grande surface (une grande) souvent située à l’extérieur d’une localité, s’y garer, puis déambuler entre les allées, cela prend aussi beaucoup de temps! Pour certaines familles, c’est même devenu le loisir No. 1 du samedi matin! Il faut dire que tout est fait pour qu’on y passe bien plus de temps que prévu: par exemple les produits sont régulièrement changés de place pour nous faire passer devant de nouveaux produits qu’on aurait pas vus (et pas achetés) durant notre petite tournée habituelle. Où est le gain de temps quand on parcourt des kilomètres de rayonnages? Mais surtout, tout ce temps passé fait acheter bien plus que ce qui était prévu, c’est l’objectif. Car qui va résister à cette action multi-pack de boîtes de thon (cinq pour le prix de quatre, une aubaine!) ? On en revient au fameux réflexe humain de faire des économies…

Le véritable ressort du gaspillage alimentaire

C’est là qu’intervient la grande distribution dans le ressort du gaspillage alimentaire.

En achetant bien plus que prévu, on fabrique immanquablement du gaspillage. En plus, nous sommes de bons élèves. Nous respectons les dates de péremption à la lettre. Des dates inutiles sur certains produits d’ailleurs (produits de nettoyage, produits secs comme sel et sucre…) et bien trop courtes pour d’autres (un yaourt peut être consommé bien au-delà de la date imprimée sur son couvercle). Mais surtout, quand on ne décide pas de la quantité de la marchandise achetée, le risque est grand que les restes soient stockés au réfrigérateur et, oubliés, finissent à la poubelle.

Oui, nous avons une certaine dose de responsabilité de ne pas cuisiner des légumes un peu fanés dans une soupe ou de cuire des fruits un peu blets pour en faire une compote. Mais à nouveau, faire porter le chapeau uniquement aux consommateurs, c’est regarder l’arbre devant la forêt. En l’occurence, les grandes surfaces, la grande distribution.

Je salue toutes les initiatives prises pour réduire le gaspillage alimentaire, comme celle que la Migros a prise de rejoindre Too Good To Go, cette application qui évite le gaspillage en revendant à très bas prix ce qui n’a pas trouvé preneur aux heures des repas dans les “Take away”.

J’applaudis, mais ne me fait aucune illusion quant à l’impact réel sur les 330 kilos en moyenne de denrées jetés par personne et par année. Il faut savoir que ce qui est proposé sur cette app l’est à des heures fixes, en dehors des heures des repas, et que peu de personnes ont réellement l’occasion ainsi de passer prendre une commande. Le système est juste du point de vue de la concurrence avec les autres magasins, mais pour le consommateur, c’est difficile à caser dans une journée de travail ordinaire.

J’applaudis mais je suis réaliste: si le géant orange ne fait que cela et ne s’occupe pas du problème en amont (retour de la consigne généralisée, vente en vrac, remplissage de produits liquides en magasin, suppression des emballages superflus), cette opération ressemble plus à une opération de re-dorage de blason.

Conseils pratiques en vrac

Et pour savoir que faire concrètement pour limiter le gaspillage alimentaire, je vous renvoie à la Fédération romande des consommateurs, dont le dossier sur le sujet est une mine d’idées et d’informations.

Et au petit guide du Zerowasteur en supermarché que j’ai rédigé, 12 conseils à télécharger gratuitement et libres de toute publicité (une denrée rare, vous en conviendrez!).

(c) valesavabien.blogspot.com

 

 

 

Valérie Sandoz

Valérie Sandoz

Valérie est engagée sur la réduction des déchets à titre privé depuis des années. Elle est l'auteur de plusieurs guides, donne des conférences, des cours et anime des ateliers. Géographe et ethnologue de formation, elle interroge notre façon de consommer et partage ses découvertes. Adepte du «fait maison» (conserves alimentaires, lacto-fermentation, cosmétiques, produits de nettoyage, etc.), Valérie anime un blog personnel consacré à la cuisine sans gluten, à la réduction des déchets et du gaspillage et à un mode de vie simple et joyeux.

4 réponses à “Gaspillage alimentaire – Et si février était le mois idéal pour le réduire ?

  1. Félicitations aux femmes blogueuses, elles sont à peu près la parité sur ces blogs.

    Honte à tous ces machistes, déguisés sous un pseudo et distillant leurs sarcasmes sans boule aucune, ni cochonnet.
    (ce quotidien qui se veut de référence actionnariale m’a compris).

    Maintenant les filles, il faut vous bouger les miches, c’est pas tout de défiler dans la rue, dans la couleur qui vous sied si mal, bon d’acc, il ne restait que celle-là… .
    (pour vous et dans une phase de transition, on vous accordera de vous exprimer sous pseudo, au bénéfice du futur et dans une phase transitoire).

    Allez les femmes, les vraies 🙂

  2. Merci pour cet article, j’adhère à 100% a votre démarche qui est la mienne et que j’ai su inculqué à mes garçons. L’un de mes fils étudiant à l’université fait ses courses au marché local tous les jeudis. Il s’est aperçu que cela lui coutait bien moins cher et que les produits sont bien plus frais. Je suis très heureuse de ce constat qu’un jeune de 18 ans prennent le temps d’aller au marché sur la place principale de sa ville.
    Il est vrai que cela coute moins cher de cuisiner des produits bruts que transformés et bien meilleurs.
    Merci et bonne journée.

  3. J’adhère totalement à ce mode de vie. Je voulais juste dire que le papier de toilette certes sans emballage chez Mamie est en bambou et fabriqué en Asie si je rappelle bien. Pourquoi pas en bois suisse? Le transport annule le côté bénéfique de l’achat en vrac.

    1. Si effectivement les rouleaux sont faits en Asie et en bambou, alors cette alternative n’est pas une bonne idée! Les rouleaux que j’ai encore de ma supérette sont faits en Suisse: leur bilan CO2 doit être moindre que des rouleaux asiatiques, c’est certain, même avec un fin film en plastique (que je réutilise de toute façon pour autre chose)! Je dois avouer que je n’ai pas vérifié, mais je le ferai à la prochaine occasion. Merci de relever! Le diable se cache dans les détails, et il faut rester vigilant, même en épicerie vrac ou bio ou autre…! C’est un plaidoyer pour continuer d’exercer et d’affiner son esprit critique de consommateur!

Répondre à Felicitas Cepleanu Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *