Covid19, plastiques, déchets: si on arrêtait de jouer au coucou-caché?

Vous souvenez-vous de vos jeux de cache-cache ? A-t-on grandit depuis cette phase heureuse de la petite enfance ? Pas vraiment, il semble. La façon dont la pandémie de Covid-19 a surpris les gouvernements du monde entier en est une démonstration éclatante. Il en va de même avec les déchets et les risques qu’ils nous font encourir à petit feu. Des mesures d’urgence s’imposent.

Si vous n’avez plus le souvenir de vos premières années, alors visualisez vos dernières facéties avec vos enfants tout petits ou vos petits-enfants. Le jeu du “coucou-caché” fonctionne avec les très jeunes enfants parce que dans sa construction psychologique, un enfant qui se cache (entièrement derrière un poteau, un rideau ou en mettant ses mains devant les yeux) ne peut pas imaginer qu’on puisse le voir.

Il me semble qu’on n’a pas agit autrement avec cette catastrophe actuelle de Covid-19. Car cette pandémie était prévisible. Richard Werly nous rappelait hier que, depuis la crise du H1N1 il y a onze ans, les pays européens savent qu’ils doivent se préparer. Notamment en constituant des stocks de matériel de protection, de médicaments et de masques. Voir son article “Ces stocks médicaux européens imaginés puis peu à peu délaissés“. Jouer au “coucou-caché”, c’est penser: “je suis (mal) caché, je ne risque rien et je vais gagner au jeu”. Dans le contexte actuel, cela équivaut à penser : “cela arrive en Chine, c’est très loin la Chine, le virus y restera”! Idem avec le virus d’Ebola (“bah, c’est un truc en Afrique, mais chez nous, c’est impossible, y’en a point comme nous!”).

D’autres que moi tirent un parallèle entre l’impréparation constatée partout dans le monde et la crise climatique que l’on annonce depuis plus de 40 ans maintenant. Même schéma de base: les données irréfutables sont là, les experts s’expriment, les rapports s’accumulent… et on oublie. On s’occupe de choses plus urgentes et plus pressantes. Des sujets immédiats qui rapportent sans doute plus de voix en période électorale…

C’est pareil avec le volet plus ciblé des “déchets” et des “plastiques à usage unique”. L’ONU prédit qu’il y aura plus de plastiques que de poissons dans les océans d’ici 2050.

“Chaque année, la population mondiale jette une quantité de plastiques qui serait suffisante pour faire quatre fois le tour de la Terre. Au moins 8 millions de tonnes de plastiques finissent dans les océans, l’équivalent d’un camion à ordures complet chaque minute, causant la mort d’un million d’oiseaux de mer et de 100.000 mammifères marins. Le monde utilise 500 milliards de sacs en plastique chaque année et 50% du plastique que nous utilisons est à usage unique ou jetable.

Les bouteilles en plastiques sont aussi un gros problème puisque que nous consommons 1 million de bouteilles en plastique chaque minute. Le plastique représente 10% de tous les déchets que nous produisons.

Pour le bien de la planète, l’ONU estime qu’il est temps de repenser notre utilisation du plastique et de renoncer au plastique jetable.”

Antonio Guterres, 5 juin 2018

Faites une rapide recherche avec ces quelques mots : vous obtenez un panel très large d’articles venant de différentes sources. Le Forum économique mondial de Davos, les grands journaux, la presse scientifique et spécialisée, les gouvernements… tous le savent, tous l’ont rapporté. Pas pour réfuter cette prédiction hautement probable, mais pour la faire connaître.

Et ?

Fait-on quelque chose contre cette menace directe de notre approvisionnement alimentaire (et de tout le reste)? Non, notre Parlement chipote et refuse d’interdire les bouteilles PET à boissons ou les sachets en plastique. Les océans de plastique, c’est si loin. Il n’y a pas ça chez nous, n’est-ce pas? On est les champions du recyclage, entend-on tout le temps ! Depuis, des évidences nous ont montré que dans nos lacs et nos rivières aussi, le plastique est un fléau en quantité importante. Regardez ce sujet que la RTS a consacré au problème du Léman l’année passée.

C’est effarant: chez nous, la majorité de nos parlementaires jouent encore à coucou-caché quand il s’agit d’environnement et de déchets. D’autres pays, autrement plus impactés par ce plastique destructeur (Inde, Indonésie, Thaïlande, Oman, même l’Union européenne, mais oui!) ont pris les bonnes mesures: l’interdiction pure et simple.

(c) Reuters

Gouverner, c’est tenir le gouvernail, mille sabords!

Prévoir, se préparer, prendre des mesures, c’est gouverner, dit-on. Alors, comment se peut-il qu’on subisse une pénurie scandaleuse de masques et de gel hydroalcoolique alors que l’on sait qu’une pandémie nous pend (et que d’autres nous pendront) au bout des bronches ? Où était caché le capitaine ? Pas derrière son gouvernail, on dirait.

On va vivre une profonde récession, prédisent les économistes. Ah, les économistes, on les écoute, ceux-là. Et on les croit un peu trop aveuglément, aussi quand ils prétendent qu’une croissance infinie dans un monde par définition fini, aux ressources limitées, est possible (c’est la base du capitalisme du 18ème siècle, juste?). N’est-il pas temps de changer d’oracles ?

Au moment du pénible redémarrage de nos échanges commerciaux, nos gouvernants ont l’opportunité de prendre des mesures courageuses, celles qui s’imposent pour faire passer notre vieux schéma économique linéaire à un modèle moderne et vertueux comme celui de l’économie circulaire. Vous savez, cette économie qui ne produit aucun déchet, qui réutilise à l’infini les ressources qu’elle a utilisées pour produire des biens ?

Ce modèle, vous le connaissez, vous le croisez à chaque foulée quand vous allez respirer le bon air (sans virus) en forêt: c’est le modèle qui fonctionne dans la nature depuis que la Terre existe. C’est aussi celui qui a prévalu en majorité jusqu’avant la dernière guerre mondiale. On allait faire ses courses avec son panier en osier (pas de sacs en papier), on emballait la salade dans du papier journal (pas de sachet plastique), on remplissait son bidon à lait (pas de bouteilles en PEHD) ou son dentifrice en poudre à la pharmacie dans sa petite boîte personnelle (pas de tube plastique). En autres exemples… Relisez la “Guerre des boutons” de Louis Pergaud au passage.

OFEV, 2016. Elimination des déchets – Illustrations en Suisse.

Il est possible de prendre des mesures énergiques et rapides, le Conseil fédéral l’a démontré en cette période de crise pandémique. La nécessité de les prendre ne fait pas débat en période de pandémie, car l’urgence est là, et le but est de permettre à notre système hospitalier et de santé de pouvoir continuer de soigner toutes les urgences. Il est donc primordial que la courbe des infections soit la plus étalée possible dans le temps.

Question: la crise engendrée par le gaspillage quotidien des ressources n’est-elle pas suffisamment grave pour autoriser d’autres décisions tout aussi brutales et nécessaires en matière d’économie et d’environnement ? Ma réponse est oui. C’est grave, ça l’était déjà avant Covid-19, cela le sera toujours une fois la crise passée.

Alors comment s’y prendre ? Comme pour les épidémies…

Changeons de modèle économique… radicalement!

Première étape: le Parlement adopte une loi qui autorise le Conseil fédéral à se substituer aux cantons et aux communes et à prendre des mesures fortes quand cela est nécessaire. Maintenant, quoi! Adressez-vous à ceux et celles que vous avez élu.e.s! Ils vous doivent des comptes!

Deuxième étape: nos sept sages, en se basant sur les travaux des scientifiques et en concertation avec eux, prennent des mesures urgentes. Cela veut aussi dire que les les lobbies économiques sectoriels sont laissée de côté (industrie agro-alimentaire, liée à celle de l’emballage, du plastique, etc…).

Quelques idées de mesures :

  • Tous les fabricants qui veulent vendre quoi que ce soit dans notre pays fixent désormais le prix de leurs produits en fonction de leur utilisation et pas de leur possession. Vous n’êtes plus propriétaire de votre ordinateur, de votre machine à laver le linge ou de votre voiture: vous ne faites que d’acheter les fonctions que ces objets vous rendent. Du coup, les constructeurs et les industriels auront un véritable intérêt à récupérer vos vieilles bécanes (pour les matériaux à réutiliser), à leur garantir de nombreuses réparations possibles et une longue vie (c’est dans leur intérêt), à conserver les pièces de rechange nécessaires, etc. En fin de course, quand l’objet ne remplit plus ses fonctions ou que de nouvelles sont développées, qu’il ne peut plus être réparé, le constructeur le remplace chez vous.
  • Taxer très fortement tout objet qui a été conçu pour être fichu au bout de quelques mois ou quelques années. On combat ainsi efficacement l’obsolescence programmée, comme en France.
  • Tout ce qui est à usage unique est par principe interdit, à moins d’une dérogation pour des raisons d’intérêt ou de santé publique ne doive être accordée (pour une partie du matériel médical, mais là aussi, on peut réutiliser beaucoup de choses en passant par la case stérilisation).
  • La consigne est de retour, obligatoire pour tous les contenants de vente, quels qu’ils soient (boissons, produits de nettoyage, sauces, confitures…).
  • Servir les produits alimentaires au poids dans les contenants amenés par les clients est la règle. Ou alors on met en place des contenants consignés, comme les boîtes ReCircle utilisées dans la restauration rapide: on ramène sa boîte sale, qui sera lavée et remise en circulation par le commerçant.
  • L’enseignement de l’économie est renouvelé dans toutes les universités et instituts spécialisés: on pense désormais au modèle circulaire, on oublie le modèle linéaire.

Certes, il y a du job à repenser notre modèle économique. Rien n’est simple. D’autres mesures seront nécessaires, leur ordre de priorité peut-être plus judicieux. L’important est d’ouvrir le chemin, de faire le premier pas.

Vous avez peur d’une nouvelle catastrophe ? Moi pas. On l’entend aussi souvent: les entreprises (comme les êtres humains en général) savent s’adapter à de nouvelles règles très rapidement, heureusement.

Au lieu de jouer à coucou-caché sans arrêt, si on ouvrait grand les yeux ? N’est-il pas temps de grandir enfin ?

En attendant, restez confinés le plus souvent possible et portez-vous bien.

Plastique: on aura tout vu… et on n’a encore rien vu !

Depuis le 1er janvier, le plastique a usage unique est interdit à la vente en France. Des distributeurs savent déjà comment contourner la loi. Il faut dire que les enjeux sont énormes. Pour s’en rendre compte, faisons un petit tour en Italie et en Russie.

Il est de ces hasards de lecture qui parfois me donnent le frisson.

Dans mon journal du jour, voilà deux articles qui attirent mon attention. Surtout, ils se télescopent avec des photos que j’ai vues passer sur le site de Zero Waste France.

Reprenons dans l’ordre… Le premier article fait état de l’implication de la Suisse dans la gabegie de l’élimination des déchets en Italie, un marché lucratif – le plus lucratif au monde, semble-t-il, qui a été investi par la mafia. On apprend que, selon l’Institut supérieur de recherche et de protection de l’environnement (ISPRA) italien, “la Suisse en exporte quelque 70 000 tonnes par an (…).” Le problème est que l’élimination de nos déchets ne se fait pas du tout selon nos standards suisses. Les mélanges entre types de déchets se feraient allègrement, de sorte que beaucoup de (nos) rebus toxiques finissent dans la nature, près de chez nous ou un peu plus loin. Bien sûr, nos autorités sont persuadées que cette exportation est tip-top en ordre, que les formulaires idoines sont toujours scrupuleusement remplis et correspondent à la réalité…

S’il fallait encore un argument pour (vous?) convaincre qu’il est urgent de ne pas produire de déchets, en voilà un de taille! Même si on trie, même si on a dix poubelles différentes à la maison pour bien faire, nos déchets vont en partie alimenter les activités de la mafia! Rien que ça!

Le second article, toujours dans le même numéro de mon quotidien, m’apprend qu’une déferlante de plastique va arriver en provenance du grand Nord, plus précisément de Russie, qui exploite les ressources de gaz en Arctique. Qui dit industrie extractive de gaz dit aussi production de plastique, en raison des hydrocarbures (méthanol) présents utilisés par l’industrie pétrochimique. Ce procédé de transformation MTO (méthanol to olefins) semble dater d’il y a une douzaine d’années seulement, selon Les Echos, qui publiait un schéma parlant sur le procédé.

(c) Les Echos, article du 15 octobre 2008

Le lien étroit entre industrie du gaz et celle du plastique a déjà été mis en évidence aux Etats-Unis, qui exploitent à fond le gaz de schistes. Ainsi, “(…) l’envahissement actuel du monde par le plastique ne résulte pas tant d’une augmentation de la demande que d’une industrie pétrolière à la recherche de débouchés pour ses hydrocarbures.” dénonçait déjà l’Observatoire des multinationales en 2018.

Donc si je résume, d’un côté de nombreux grands pays se lancent à coup de milliards dans l’exploitation de gaz dans des zones de plus en plus reculées, au mépris des risques qu’ils font encourir à l’environnement, bien plus fragile en zone arctique. Ils font des pieds et des mains – et surtout des ponts d’or – pour attirer l’industrie pétrochimique sur place qui va produire du plastique. Ce plastique, très bon marché, va inonder nos économies, si ce n’est pas déjà le cas.

De l’autre, quelques timides interdictions de plastique à usage unique, comme en France. Toujours rien chez nous, même pas les misérables sacs plastique vendus 5 centimes en supermarché. Que font alors les distributeurs d’outre-Jura ? Ils s’ingénient à contourner la loi en apposant la mention “100% réutilisable” sur de la vaisselle et des couverts qui se jettent normalement après un seul usage. Comme par magie. C’est Zero Waste France qui dénonce la manoeuvre et lance la campagne avec le hashtag #onlaissepaspasser. Le groupe Carrefour mis en cause par des photos de leurs produits semble faire marche arrière, mais ce n’est pas le seul à avoir trouvé l’astuce.

A votre avis, qui va gagner dans cette guerre du polyéthylène et du polypropylène? Il est vrai que ces millions de tonnes produites ne seront pas toutes converties en couteaux et en gobelets. Elles vont servir dans la construction et dans beaucoup d’autres domaines.

Donc même si nous boycottons tous ces plastiques inutiles au quotidien (parce que facilement remplaçables par du réutilisable à l’infini), ce n’est pas demain que le plastique va cesser de nous envahir. Et pourtant, c’est avec notre porte-monnaie qu’on vote et qu’on influence l’assortiment des magasins, on le sait bien! C’est donc toujours aussi urgent d’éviter d’acheter ce genre d’articles, même s’ils sont très bon marché. Histoire de ne pas alimenter la mafia, vous voyez…?

A un niveau global par contre, par où et comment saisir le problème ? Quand des milliards sont investis dans de ces industries par d’immenses groupes privés ainsi que par des gouvernements, il y a aussi des moyens incommensurables pour “trouver les débouchés”. Et par conséquent pour influencer les décisions politiques et soutenir celles qui seront favorables à ce secteur économique d’arrière-garde (parce que basé sur des ressources non renouvelables).

Notre parlement est déjà bien investi par l’industrie du gaz et du pétrole. Selon Lobbywatch, pas moins de 31 organisations, dont Socar et Gazprom dont il est question dans l’article sur la Russie, ont tissé des liens directs et indirects avec 7 élus PLR, 4 UDC, 3 PS, 2 PDC et 1 PBD.

Le frisson est plutôt glaçant ce soir.

Gaspillage alimentaire – Et si février était le mois idéal pour le réduire ?

On jette trop d’aliments en Suisse. En revoyant notre manière de consommer, et où l’on fait ses achats, nous pouvons éviter ce gâchis honteux. Nous jetons en moyenne 330 kg par personne et par an. Les “coupables”? Nous, les ménages pour 39%, puis l’industrie agroalimentaire pour 37%. Mais prenons garde à ne regarder que l’arbre qui masque la forêt…

Commençons par voir de quoi on parle.

OFEV 2019

Le graphique de l’Office fédéral de l’environnement est éloquent. Les ménages sont les premiers responsables du gaspillage alimentaire. Soit. Juste après, c’est l’industrie agroalimentaire. Mais si on y réfléchit bien, c’est cette dernière qui est AUSSI responsable de ce qui est jeté dans les ménages. Pourquoi? Parce que les gens font leurs courses principalement en supermarché. Où les denrées ont subi une transformation, une mise en boîte ou en barquette, justement par l’industrie agroalimentaire.

On peut bien accuser Mme Matthey de jeter trois mandarines pourries, quand bien même elle a acheté un filet de 2 kilos, au prix apparemment avantageux. Est-ce toujours le cas quand on doit jeter une partie du tout? On peut bien pointer du doigt M. Duc qui jette deux filets de poulet à l’odeur nauséabonde, quand bien même il a cédé à l’action de la semaine, soit un pack de 8 filets à un prix imbattable et qu’il n’a pu en consommer que six dans les temps. Quand un quart des filets finit à la poubelle, je ne suis pas sûre que le pack était si avantageux que cela au final… Mais qui va s’amuser à recalculer le prix au kilo d’une denrée “bon marché” quand une partie est jetée parce qu’elle n’est plus consommable ?

Faire des bonnes affaires: un réflexe humain ?

Nous sommes tous des clients qui voulons dépenser le moins possible pour quoi que ce soit. C’est un réflexe humain, j’imagine. Il m’a fallu des années de prise de conscience pour comprendre que le bon marché est toujours trop cher, que le véritable prix (social, environnemental) est forcément payé par d’autres quand il est très bas pour moi. Il faut que des agriculteurs en arrivent à se suicider par dizaines pour qu’on comprenne enfin notre responsabilité de consommateurs dans cette guerre des prix vers le bas que pratiquent grandes surfaces et hard discounters. Oui, en étant d’accord d’ouvrir notre porte-monnaie dans ce genre de commerces, nous alimentons cette spirale et sommes responsables de la détresse du monde agricole. Alors oui, je choisis d’acheter mes produits ailleurs qu’en supermarché. C’est un peu plus cher, mais cela ne plombe pas le budget. Question de priorités: je fabrique par ailleurs produits ménagers et cosmétiques pour deux francs six sous, donc j’ai de quoi dépenser plus pour l’alimentation.

Il faut aussi savoir qu’en Suisse, la part dépensée par les ménages pour se nourrir se monte à seulement un peu plus de 6% de leurs revenus. C’est bien moins que dans les pays voisins. Et cette part ne cesse de diminuer. Je m’interroge sur cette évolution. Certes, les budgets sont plombés par les loyers, les assurances, les transports… Sans revenir à une situation du début du XXème siècle, il devrait quand même être possible de consacrer un peu plus de notre budget à ce qui nous fait vivre chaque jour et de payer le juste prix pour des produits de qualité. Moins de voyages, moins de loisirs, moins de renouvellement de matériel électronique et on pourrait remonter à 10-12%, comme au début des années 2000.

Part du budget consacrée à l’alimentation. Illustration parue dans La Tribune de Genève, 29 août 2018.

Les habitudes d’achat sont en grande partie en cause dans le gaspillage alimentaire. Car l’objectif des supermarchés, on l’a compris, c’est de vendre toujours plus, selon une spirale de croissance infinie de leur bénéfice aussi utopique que dangereuse. En s’appuyant sur le réflexe humain de vouloir faire des économies, les supermarchés savent très bien où et comment faire. A coup d’actions, de multi-packs et autres promotions sur des grandes quantités.

Et si vous releviez le défi ?

Par ailleurs, cela ne vous aura sans doute pas échappé: février est celui de l’initiative “Février sans supermarché”. Dix jours ont passé, il n’est pas trop tard pour s’y mettre !

Cette opération est un défi lancé en 2017 ans par l’association “En vert et contre tout“. C’est la quatrième édition cette année. Pourquoi février? Parce que c’est un mois court et souvent difficile du point de vue économique pour les petits commerçants indépendants.

Ce défi a essaimé sur les réseaux sociaux et on trouve de nombreux défis locaux. Si on rejoint un de ces groupes, on échange alors conseils, informations et astuces pour se passer d’aller faire des achats en grande surface. Durant un mois, ou durant plus longtemps! Je dois avouer que depuis la première édition, je ne m’y rends plus que quand je n’ai vraiment vraiment pas le choix.

Février sans supermarché (c) En vert et contre tout.

A l’origine, un véritable plaidoyer pour les commerces indépendants. Car oui, pour un emploi crée dans la grande distribution, ce sont 3 à 5 emplois qui disparaissent ailleurs, comme l’explique et le démontre la journaliste Leïla Rolli. Dans mon village, les anciens m’ont raconté qu’avant l’arrivée de la Coop et de Denner, il y avait trois boucheries et plusieurs boulangeries. Aujourd’hui, il ne reste qu’une seule boucherie et une boulangerie qui fabrique ses pains sur place. Voilà l’effet concret de l’arrivée de la grande distribution dans un village de 2000 habitants. Et à voir comme il est difficile de trouver un vendeur ou une vendeuse dans l’une de ces grandes surfaces quand j’ai une question à poser, il est certain que le nombre d’emplois dans ces deux supermarchés n’équivaut pas au nombre de ceux qu’il y avait avant dans les commerces indépendants.

Février est donc le mois idéal pour expérimenter autre chose, une autre façon de faire ses courses en évitant la solution de facilité d’un supermarché.

Le charme et la souplesse des petits commerçants

Quand j’en parle autour de moi, immanquablement il y a quelqu’un qui va dire: “oui, mais moi je ne trouve pas ceci ou cela ailleurs qu’au supermarché….” Déjà, j’ai des doutes: par exemple je pensais que le papier WC ne se trouvait qu’en grande surface. En discutant avec l’épicier de “Chez Mamie”, une chaîne romande d’épiceries qui vend (presque) tout en vrac, il m’a appris qu’il vendait le papier WC au rouleau, sans emballage! Pareil que les pastilles pour le lave-vaisselle. Même le pain sans gluten, que je trouve en grande surface (parce que je n’ai pas le temps, ni l’envie d’en cuire tous les trois jours, mea culpa!) peut être commandé par un détaillant indépendant. Leurs catalogues sont grands et leur souplesse souvent infinie! Pas comme en supermarché où l’assortiment est décidé par la centrale. Donc avant de déclarer péremptoirement que ce défi n’est pas possible à tenir à cause de tel ou tel produit, posez la question aux commerçants indépendants. Vous serez surpris des réponses.

L’autre excuse est celle du temps (une excuse qui m’arrange et que je brandis aussi de temps à autre, vous l’aurez remarqué!)

Faire ses courses dans des commerces indépendants, cela demande plus de temps que d’aller une fois par semaine au supermarché. Cela demande un peu de temps, c’est vrai, mais c’est autrement plus sympathique et riche en contacts humains. Mais revenons à cette affirmation. Si on remettait à plat cette habitude? Car se rendre dans une grande surface (une grande) souvent située à l’extérieur d’une localité, s’y garer, puis déambuler entre les allées, cela prend aussi beaucoup de temps! Pour certaines familles, c’est même devenu le loisir No. 1 du samedi matin! Il faut dire que tout est fait pour qu’on y passe bien plus de temps que prévu: par exemple les produits sont régulièrement changés de place pour nous faire passer devant de nouveaux produits qu’on aurait pas vus (et pas achetés) durant notre petite tournée habituelle. Où est le gain de temps quand on parcourt des kilomètres de rayonnages? Mais surtout, tout ce temps passé fait acheter bien plus que ce qui était prévu, c’est l’objectif. Car qui va résister à cette action multi-pack de boîtes de thon (cinq pour le prix de quatre, une aubaine!) ? On en revient au fameux réflexe humain de faire des économies…

Le véritable ressort du gaspillage alimentaire

C’est là qu’intervient la grande distribution dans le ressort du gaspillage alimentaire.

En achetant bien plus que prévu, on fabrique immanquablement du gaspillage. En plus, nous sommes de bons élèves. Nous respectons les dates de péremption à la lettre. Des dates inutiles sur certains produits d’ailleurs (produits de nettoyage, produits secs comme sel et sucre…) et bien trop courtes pour d’autres (un yaourt peut être consommé bien au-delà de la date imprimée sur son couvercle). Mais surtout, quand on ne décide pas de la quantité de la marchandise achetée, le risque est grand que les restes soient stockés au réfrigérateur et, oubliés, finissent à la poubelle.

Oui, nous avons une certaine dose de responsabilité de ne pas cuisiner des légumes un peu fanés dans une soupe ou de cuire des fruits un peu blets pour en faire une compote. Mais à nouveau, faire porter le chapeau uniquement aux consommateurs, c’est regarder l’arbre devant la forêt. En l’occurence, les grandes surfaces, la grande distribution.

Je salue toutes les initiatives prises pour réduire le gaspillage alimentaire, comme celle que la Migros a prise de rejoindre Too Good To Go, cette application qui évite le gaspillage en revendant à très bas prix ce qui n’a pas trouvé preneur aux heures des repas dans les “Take away”.

J’applaudis, mais ne me fait aucune illusion quant à l’impact réel sur les 330 kilos en moyenne de denrées jetés par personne et par année. Il faut savoir que ce qui est proposé sur cette app l’est à des heures fixes, en dehors des heures des repas, et que peu de personnes ont réellement l’occasion ainsi de passer prendre une commande. Le système est juste du point de vue de la concurrence avec les autres magasins, mais pour le consommateur, c’est difficile à caser dans une journée de travail ordinaire.

J’applaudis mais je suis réaliste: si le géant orange ne fait que cela et ne s’occupe pas du problème en amont (retour de la consigne généralisée, vente en vrac, remplissage de produits liquides en magasin, suppression des emballages superflus), cette opération ressemble plus à une opération de re-dorage de blason.

Conseils pratiques en vrac

Et pour savoir que faire concrètement pour limiter le gaspillage alimentaire, je vous renvoie à la Fédération romande des consommateurs, dont le dossier sur le sujet est une mine d’idées et d’informations.

Et au petit guide du Zerowasteur en supermarché que j’ai rédigé, 12 conseils à télécharger gratuitement et libres de toute publicité (une denrée rare, vous en conviendrez!).

(c) valesavabien.blogspot.com