Covid19, plastiques, déchets: si on arrêtait de jouer au coucou-caché?

Vous souvenez-vous de vos jeux de cache-cache ? A-t-on grandit depuis cette phase heureuse de la petite enfance ? Pas vraiment, il semble. La façon dont la pandémie de Covid-19 a surpris les gouvernements du monde entier en est une démonstration éclatante. Il en va de même avec les déchets et les risques qu’ils nous font encourir à petit feu. Des mesures d’urgence s’imposent.

Si vous n’avez plus le souvenir de vos premières années, alors visualisez vos dernières facéties avec vos enfants tout petits ou vos petits-enfants. Le jeu du “coucou-caché” fonctionne avec les très jeunes enfants parce que dans sa construction psychologique, un enfant qui se cache (entièrement derrière un poteau, un rideau ou en mettant ses mains devant les yeux) ne peut pas imaginer qu’on puisse le voir.

Il me semble qu’on n’a pas agit autrement avec cette catastrophe actuelle de Covid-19. Car cette pandémie était prévisible. Richard Werly nous rappelait hier que, depuis la crise du H1N1 il y a onze ans, les pays européens savent qu’ils doivent se préparer. Notamment en constituant des stocks de matériel de protection, de médicaments et de masques. Voir son article “Ces stocks médicaux européens imaginés puis peu à peu délaissés“. Jouer au “coucou-caché”, c’est penser: “je suis (mal) caché, je ne risque rien et je vais gagner au jeu”. Dans le contexte actuel, cela équivaut à penser : “cela arrive en Chine, c’est très loin la Chine, le virus y restera”! Idem avec le virus d’Ebola (“bah, c’est un truc en Afrique, mais chez nous, c’est impossible, y’en a point comme nous!”).

D’autres que moi tirent un parallèle entre l’impréparation constatée partout dans le monde et la crise climatique que l’on annonce depuis plus de 40 ans maintenant. Même schéma de base: les données irréfutables sont là, les experts s’expriment, les rapports s’accumulent… et on oublie. On s’occupe de choses plus urgentes et plus pressantes. Des sujets immédiats qui rapportent sans doute plus de voix en période électorale…

C’est pareil avec le volet plus ciblé des “déchets” et des “plastiques à usage unique”. L’ONU prédit qu’il y aura plus de plastiques que de poissons dans les océans d’ici 2050.

“Chaque année, la population mondiale jette une quantité de plastiques qui serait suffisante pour faire quatre fois le tour de la Terre. Au moins 8 millions de tonnes de plastiques finissent dans les océans, l’équivalent d’un camion à ordures complet chaque minute, causant la mort d’un million d’oiseaux de mer et de 100.000 mammifères marins. Le monde utilise 500 milliards de sacs en plastique chaque année et 50% du plastique que nous utilisons est à usage unique ou jetable.

Les bouteilles en plastiques sont aussi un gros problème puisque que nous consommons 1 million de bouteilles en plastique chaque minute. Le plastique représente 10% de tous les déchets que nous produisons.

Pour le bien de la planète, l’ONU estime qu’il est temps de repenser notre utilisation du plastique et de renoncer au plastique jetable.”

Antonio Guterres, 5 juin 2018

Faites une rapide recherche avec ces quelques mots : vous obtenez un panel très large d’articles venant de différentes sources. Le Forum économique mondial de Davos, les grands journaux, la presse scientifique et spécialisée, les gouvernements… tous le savent, tous l’ont rapporté. Pas pour réfuter cette prédiction hautement probable, mais pour la faire connaître.

Et ?

Fait-on quelque chose contre cette menace directe de notre approvisionnement alimentaire (et de tout le reste)? Non, notre Parlement chipote et refuse d’interdire les bouteilles PET à boissons ou les sachets en plastique. Les océans de plastique, c’est si loin. Il n’y a pas ça chez nous, n’est-ce pas? On est les champions du recyclage, entend-on tout le temps ! Depuis, des évidences nous ont montré que dans nos lacs et nos rivières aussi, le plastique est un fléau en quantité importante. Regardez ce sujet que la RTS a consacré au problème du Léman l’année passée.

C’est effarant: chez nous, la majorité de nos parlementaires jouent encore à coucou-caché quand il s’agit d’environnement et de déchets. D’autres pays, autrement plus impactés par ce plastique destructeur (Inde, Indonésie, Thaïlande, Oman, même l’Union européenne, mais oui!) ont pris les bonnes mesures: l’interdiction pure et simple.

(c) Reuters

Gouverner, c’est tenir le gouvernail, mille sabords!

Prévoir, se préparer, prendre des mesures, c’est gouverner, dit-on. Alors, comment se peut-il qu’on subisse une pénurie scandaleuse de masques et de gel hydroalcoolique alors que l’on sait qu’une pandémie nous pend (et que d’autres nous pendront) au bout des bronches ? Où était caché le capitaine ? Pas derrière son gouvernail, on dirait.

On va vivre une profonde récession, prédisent les économistes. Ah, les économistes, on les écoute, ceux-là. Et on les croit un peu trop aveuglément, aussi quand ils prétendent qu’une croissance infinie dans un monde par définition fini, aux ressources limitées, est possible (c’est la base du capitalisme du 18ème siècle, juste?). N’est-il pas temps de changer d’oracles ?

Au moment du pénible redémarrage de nos échanges commerciaux, nos gouvernants ont l’opportunité de prendre des mesures courageuses, celles qui s’imposent pour faire passer notre vieux schéma économique linéaire à un modèle moderne et vertueux comme celui de l’économie circulaire. Vous savez, cette économie qui ne produit aucun déchet, qui réutilise à l’infini les ressources qu’elle a utilisées pour produire des biens ?

Ce modèle, vous le connaissez, vous le croisez à chaque foulée quand vous allez respirer le bon air (sans virus) en forêt: c’est le modèle qui fonctionne dans la nature depuis que la Terre existe. C’est aussi celui qui a prévalu en majorité jusqu’avant la dernière guerre mondiale. On allait faire ses courses avec son panier en osier (pas de sacs en papier), on emballait la salade dans du papier journal (pas de sachet plastique), on remplissait son bidon à lait (pas de bouteilles en PEHD) ou son dentifrice en poudre à la pharmacie dans sa petite boîte personnelle (pas de tube plastique). En autres exemples… Relisez la “Guerre des boutons” de Louis Pergaud au passage.

OFEV, 2016. Elimination des déchets – Illustrations en Suisse.

Il est possible de prendre des mesures énergiques et rapides, le Conseil fédéral l’a démontré en cette période de crise pandémique. La nécessité de les prendre ne fait pas débat en période de pandémie, car l’urgence est là, et le but est de permettre à notre système hospitalier et de santé de pouvoir continuer de soigner toutes les urgences. Il est donc primordial que la courbe des infections soit la plus étalée possible dans le temps.

Question: la crise engendrée par le gaspillage quotidien des ressources n’est-elle pas suffisamment grave pour autoriser d’autres décisions tout aussi brutales et nécessaires en matière d’économie et d’environnement ? Ma réponse est oui. C’est grave, ça l’était déjà avant Covid-19, cela le sera toujours une fois la crise passée.

Alors comment s’y prendre ? Comme pour les épidémies…

Changeons de modèle économique… radicalement!

Première étape: le Parlement adopte une loi qui autorise le Conseil fédéral à se substituer aux cantons et aux communes et à prendre des mesures fortes quand cela est nécessaire. Maintenant, quoi! Adressez-vous à ceux et celles que vous avez élu.e.s! Ils vous doivent des comptes!

Deuxième étape: nos sept sages, en se basant sur les travaux des scientifiques et en concertation avec eux, prennent des mesures urgentes. Cela veut aussi dire que les les lobbies économiques sectoriels sont laissée de côté (industrie agro-alimentaire, liée à celle de l’emballage, du plastique, etc…).

Quelques idées de mesures :

  • Tous les fabricants qui veulent vendre quoi que ce soit dans notre pays fixent désormais le prix de leurs produits en fonction de leur utilisation et pas de leur possession. Vous n’êtes plus propriétaire de votre ordinateur, de votre machine à laver le linge ou de votre voiture: vous ne faites que d’acheter les fonctions que ces objets vous rendent. Du coup, les constructeurs et les industriels auront un véritable intérêt à récupérer vos vieilles bécanes (pour les matériaux à réutiliser), à leur garantir de nombreuses réparations possibles et une longue vie (c’est dans leur intérêt), à conserver les pièces de rechange nécessaires, etc. En fin de course, quand l’objet ne remplit plus ses fonctions ou que de nouvelles sont développées, qu’il ne peut plus être réparé, le constructeur le remplace chez vous.
  • Taxer très fortement tout objet qui a été conçu pour être fichu au bout de quelques mois ou quelques années. On combat ainsi efficacement l’obsolescence programmée, comme en France.
  • Tout ce qui est à usage unique est par principe interdit, à moins d’une dérogation pour des raisons d’intérêt ou de santé publique ne doive être accordée (pour une partie du matériel médical, mais là aussi, on peut réutiliser beaucoup de choses en passant par la case stérilisation).
  • La consigne est de retour, obligatoire pour tous les contenants de vente, quels qu’ils soient (boissons, produits de nettoyage, sauces, confitures…).
  • Servir les produits alimentaires au poids dans les contenants amenés par les clients est la règle. Ou alors on met en place des contenants consignés, comme les boîtes ReCircle utilisées dans la restauration rapide: on ramène sa boîte sale, qui sera lavée et remise en circulation par le commerçant.
  • L’enseignement de l’économie est renouvelé dans toutes les universités et instituts spécialisés: on pense désormais au modèle circulaire, on oublie le modèle linéaire.

Certes, il y a du job à repenser notre modèle économique. Rien n’est simple. D’autres mesures seront nécessaires, leur ordre de priorité peut-être plus judicieux. L’important est d’ouvrir le chemin, de faire le premier pas.

Vous avez peur d’une nouvelle catastrophe ? Moi pas. On l’entend aussi souvent: les entreprises (comme les êtres humains en général) savent s’adapter à de nouvelles règles très rapidement, heureusement.

Au lieu de jouer à coucou-caché sans arrêt, si on ouvrait grand les yeux ? N’est-il pas temps de grandir enfin ?

En attendant, restez confinés le plus souvent possible et portez-vous bien.

Valérie Sandoz

Valérie Sandoz

Valérie est engagée sur la réduction des déchets à titre privé depuis des années. Elle est l'auteur de plusieurs guides, donne des conférences, des cours et anime des ateliers. Géographe et ethnologue de formation, elle interroge notre façon de consommer et partage ses découvertes. Adepte du «fait maison» (conserves alimentaires, lacto-fermentation, cosmétiques, produits de nettoyage, etc.), Valérie anime un blog personnel consacré à la cuisine sans gluten, à la réduction des déchets et du gaspillage et à un mode de vie simple et joyeux.

3 réponses à “Covid19, plastiques, déchets: si on arrêtait de jouer au coucou-caché?

  1. Le temps des sorcières serait-il revenu? On pourrait le croire à lire et à entendre les discours exaltés et les incantations absolutistes de tous ces personnages féminins s’acharnant contre l’espèce humaine. Les messes noires ne sont pas loin.

    1. Faut-il que vous craigniez mes “incantations” pour me ranger dans une catégorie, selon vous, peu enviable…! Mais en me taxant de sorcière, vous me faites grand plaisir! J’adore l’idée d’en être une, libre de mes pensées, libre des diktats de la culture dominante, curieuse des choses de la nature, inventive et plus encline à passer à l’action qu’à gloser sans fin… Je vous encourage à suivre ce cheminement aussi, vous y découvrirez des merveilles, sur vous-même et sur les autres!
      Merci! You made my day, cher Hervé!

      1. Votre commentateur voulait sans doute dire “Ma sorcière bien-aimée”, d’après la célèbre série télévisée américaine “My beloved witch”, qui fit le buzz sur les petits écrans dans les années soixante.

        Ceci dit, les idéaux que vous défendez sont ceux-là même pour lesquels celles et ceux de ma génération, qu’on appelle aujourd’hui les “baby boomers” (je suis de la cuvée 1946, un excellent millésime) militaient – parfois au prix de risques extrêmes. Pourtant, nous sommes aujourd’hui accusés par certains d’être à la fois responsables du réchauffement climatique, de la pollution, de la mal-bouffe, du trou dans la couche d’ozone et de la fonte de la banquise, du sida, de la crise des subprimes avant celle du coronavirus, du vieillissement de la population, des maladies AVC, du diabète et du cancer. Et nos vieilles peaux inexorablement flétries, nos viandes rassies, farcies de cholesterol et d’enzymes, de l’explosion des coûts de la santé et du prix de l’assurance maladie (pour ne citer que quelques-uns des innommables forfaits dont nous aurons à rendre compte le jour du Jugement Dernier – jour qui promet d’être vraiment le plus long).

        Si vous n’étiez là pour me rajeunir d’un demi-siècle, il y a longtemps que j’aurais déclaré forfait.

        Merci donc par avance de continuer à nous ensorceller par vos bienfaisantes incantations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *