Le parlement des enfants donne la parole aux plus jeunes

Quand des enfants me donnent une belle leçon de vie

La journée mondiale de l’enfance est célébrée chaque année le 20 novembre pour promouvoir le respect et les droits de l’enfant. A cette occasion, j’ai assisté hier à la séance du Plénum du Parlement des Enfants dans la Salle du Grand Conseil, à Sion.

Constitué en 2009 par des professionnels de l’Institut Sainte-Agnès à Sion – qui accueille et accompagne depuis plus de 50 ans une quarantaine d’enfants en difficulté -, ce Parlement souhaite offrir une place réelle à la parole de l’enfant.

La philosophie de base, les thèmes abordés et l’organisation du Parlement des Enfants, profondément inspirantes, sont détaillées ici.

 

Des mini-parlementaires en action

L’ordre du jour, suivi minutieusement par Mademoiselle la Présidente (13 ans) adressait l’utilisation de la télévision dans les groupes, la récréation (horaires, boissons et place de jeux), l’autonomie et le droit à la participation. Chacun des enfants parlementaires, âgés de 9 à 13 ans, a pris le micro à tour de rôle et partagé son rapport et ses suggestions.

Le dernier point de l’ordre du jour m’a particulièrement touchée: le droit à la participation, plus particulièrement “que signifie pour vous le droit à la participation?”.

 

En voici leurs témoignages:

 

“Partager un avis sur ce qui me concerne”

“Prendre des responsabilités”

“Devoir me concentrer et me tenir droit”

“Respecter mes camarades même si ils n’ont pas le même avis que moi”

“Oser m’affirmer” et “Parler devant beaucoup de monde”

“Accepter les résultats d’un vote à la majorité même si ils ne me font pas toujours plaisir”

“Me débarrasser de ma timidité”

“Sourire et être joyeux”

 

Avec l’aide de leurs parents et de leurs enseignants, ces enfants ont pris la parole au nom de leurs droits. Tous ont partagés l’angoisse qu’ils ont ressentie en arrivant dans cette salle du Grand Conseil. Et pourtant. Ils ont surmonté leurs peurs. Pour prendre la parole. Pour partager. Pour s’affirmer.

 

Cultiver des valeurs essentielles

Hier, ces enfants ont aussi pris la parole au nom de valeurs essentielles. Des valeurs qui guident de nombreux adultes sur leur chemin individuel.

Au quotidien, dans les entreprises, donner la parole à ses collaborateurs et leur offrir l’écoute permet de cultiver ces valeurs essentielles. Et, quand celles-ci sont intégrées, elles permettent de créer un collectif, une économie positive, inclusive et collaborative.

Participer à cette initiative n’a fait que renforcer mon envie de poursuivre sur cette voie, en prenant chaque jour conscience de cet essentiel.

Je remercie ces enfants et toute l’équipe de l’Institut Sainte-Agnès pour ce partage. Ils ont semé une graine de plus au nom du partage et de la culture de valeurs essentielles, tout simplement humaines.

Je souhaite une longue vie à cette initiative et à toutes les autres qui donne la parole aux enfants. Grâce à elles, je sens que la relève est assurée!

Et en attendant, à quand un siège au Conseil d’Administration pour les enfants?

Sofia de Meyer

Sofia de Meyer

Avocate de formation, Sofia de Meyer a a travaillé à l’international dans de grandes villes comme Londres et Chicago. Puis, après plus de 7 ans au service de multinationales, elle part à la quête de sens et s’engage pour une économie de conscience. Elle fonde Whitepod en 2004 (concept d’éco-hébergement) et Opaline en 2009 (producteur de jus et limonades suisses) qu’elle dirige à ce jour avec 8 collaborateurs. Récemment, elle a également créé la Fondation Opaline, dont la mission est de valoriser les métiers de la Terre et de favoriser les liens que nous cultivons avec elle.

2 réponses à “Quand des enfants me donnent une belle leçon de vie

  1. Oui, à quand la journée des chiens et celle des chats?
    Non, je le dis pas contre vous (expérience magnifique apparemment).

    Mais fatigué par…”la journée du St-Esprit”,…le père Magloire, le gd-pére harceleur en chef, la Fée verte perverse et bla…. bla… black Friday
    (on s’étonne qu’aucun ricain ne dénonce ce terme “raciste”!
    Remarquez, je n’aimerais pas plus un “green Friday”, promu par les écolo-lo-greenpeaciens 🙂

    Si on a encore besoin de faire une “journée de l’enfance”, alors qu’on veut aller sur Mars, il faut tirer la prise tout de suite!

    1. Je suis bien d’accord avec vous. Mais. Mais si une journée “à thème” permet à une communauté de faire rayonner ses activités du quotidien un peu plus loin et que ce rayonnement peut servir à inspirer d’autres personnes à faire à leur tour, alors pourquoi pas…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *