Baisser les impôts pour les entreprises nuit à l’économie

Dans bien des cantons latins, le gouvernement veut réduire la charge fiscale des entreprises, parce que cela est censé induire celles-ci à investir davantage dans leurs activités de production, de telle manière à créer des places de travail pour la population résidente. En fin de compte, le secteur public obtiendrait davantage de recettes fiscales et pourrait ainsi compenser les recettes fiscales qu’il n’a pas obtenues suite à la baisse des barèmes d’impôts sur le bénéfice des entreprises.

Cette vision idéologique ne sera pas confirmée par la réalité des faits. Les entreprises qui paieront moins d’impôts auront davantage d’argent pour verser des dividendes à leurs actionnaires et pour faire des placements financiers. Dans ces deux cas de figure, il n’y aura aucune retombée positive pour l’économie cantonale dans son ensemble. Les actionnaires sont très souvent des personnes nanties, qui n’augmentent pas leurs dépenses dans l’économie cantonale lorsqu’ils gagnent davantage. Cet argent est placé sur les marchés financiers, faisant augmenter le prix des titres sans aucun fondement dans les activités de production des entreprises sous-jacentes.

Aussi, les bénéfices des entreprises qui sont placés sur les marchés financiers n’induiront-ils aucun effet positif dans l’économie cantonale, vu le caractère autoréférentiel de la finance de marché, qui est globalisée et détachée de l’économie réelle. Les entreprises évitent d’augmenter leur capacité de production, lorsqu’elles observent (à l’instar de ces dernières années) qu’elles ont de la peine à écouler toute leur production courante. Les «managers» préfèrent placer les profits sur les marchés financiers, augmentant ainsi les bénéfices des entreprises au lieu de le faire grâce à des investissements dans le processus de production.

Somme toute, la baisse des barèmes d’impôt sur le bénéfice des entreprises nuit à l’ensemble de l’économie, parce qu’elle amène l’État à réduire les dépenses publiques dont bénéficient tant les ménages que les entreprises, suite à la diminution des recettes fiscales que ladite baisse entraîne à long terme.

Digitalisation, salaires et emploi: la prochaine crise économique est programmée

Selon une étude publiée ce mois-ci par McKinsey, la digitalisation de l’économie suisse induira la suppression nette de quelque 200’000 places de travail, surtout dans le commerce de détail, le secteur industriel et les activités financières. Certes, il ne s’agit pas de la première étude qui aboutit à des conclusions pessimistes en ce qui concerne l’évolution du niveau d’emploi suite à la «quatrième révolution industrielle» dont la vitesse augmente de plus en plus dans l’économie globale. L’aspect intéressant dans l’étude de McKinsey est la remarque que les nouvelles places de travail créées grâce à la digitalisation des activités économiques pourront être occupées par des personnes ayant des compétences différentes de celles que l’on acquiert en général durant sa propre formation (scolaire, professionnelle ou académique). Il faudra en fait avoir des capacités émotionnelles et d’analyse critique, ainsi qu’une créativité éprouvée même là où (dans le secteur des services) la dimension physique du produit est absente.

Il s’agit indubitablement du défi majeur auquel doivent faire face les écoles de toute sorte ainsi que les institutions académiques en Suisse et dans le reste du monde. La globalisation pousse les entreprises à produire là où le coût unitaire du travail est le plus faible, exerçant de ce fait une pression à la baisse sur les salaires des travailleurs moyennement qualifiés ou qui ont un niveau élevé de qualifications mais dans des branches d’activités ayant un taux de chômage élevé.

L’affirmation que les travailleurs très qualifiés pourront recevoir des salaires plus élevés grâce à l’augmentation de la productivité induite par la digitalisation s’avérera rapidement une illusion: la financiarisation des activités économiques est telle que ce seront les profits, au lieu des salaires, à augmenter suite à l’automatisation de la production et au développement de l’intelligence artificielle, surtout dans le secteur des services. Les seuls salaires qui pourront augmenter – même s’il n’y a aucun lien avec la méritocratie – vont être ceux des «managers», notamment dans les grandes entreprises transnationales.

Nul besoin d’être un économiste hétérodoxe pour comprendre que l’augmentation de ces salaires, ainsi que celle des profits, nuira à la croissance économique et, par là, au niveau d’emploi. Les personnes qui gagnent des salaires très élevés ont une propension à consommer plus faible que celle de la classe moyenne – qui est le vrai moteur de l’économie. La plupart de ces salaires sera en fait placée sur les marchés financiers, sans aucune retombée positive dans l’économie réelle. Même les bénéfices des entreprises sont en grande partie placés sur ces marchés, vu que la demande sur le marché des biens et services est insuffisante pour absorber toute la production, suite à la polarisation de la répartition des revenus vers le haut de la pyramide sociale et sans aucun effet de ruissellement vers la classe moyenne. La «quatrième révolution industrielle» péjorera davantage cette situation.

La prochaine crise économique est dès lors programmée, mais ce ne sera pas un ordinateur à pouvoir la résoudre.

Une monnaie digitale au lieu des billets?

Les banques centrales ont désormais épuisé leurs possibilités d’intervenir afin de soutenir le système économique dans son ensemble, qui reste faible au niveau structurel dix années après l’éclatement de la crise financière globale. Les politiques d’assouplissement monétaire et les taux d’intérêt négatifs n’ont pas entrainé les effets imaginés par les banquiers centraux, qui n’ont pas considéré les implications négatives de leurs décisions sur la répartition du revenu et de la richesse dans l’ensemble de l’économie.

En l’absence d’une politique budgétaire anticyclique de l’État, à travers une augmentation des dépenses publiques favorisant la classe moyenne de la population et, indirectement, les petites et moyennes entreprises tournées vers le marché domestique, les banquiers centraux sont sollicités afin d’intervenir de manière créative pour «sauver les meubles».

Une idée qui continue à faire discuter consiste à émettre une monnaie digitale par la banque centrale, qui à cet effet pourrait utiliser la technologie de la «blockchain» à la base des «cryptomonnaies» (à l’instar du bitcoin et de l’ethereum). Cette monnaie digitale de banque centrale pourrait remplacer (au moins en partie) les grosses coupures des billets de banque, réduisant ainsi la possibilité de soustraire le paiement des impôts. L’avantage principal d’une monnaie digitale de banque centrale concernerait toutefois la politique monétaire, étant donné que la banque centrale pourrait imposer des taux d’intérêt négatifs de manière plus efficace qu’elle a pu le faire jusqu’à présent. En effet, les banques qui ont été contraintes de payer un taux d’intérêt à la banque centrale auprès de laquelle elles ont des dépôts cherchent ensuite d’en répercuter le coût, d’une manière ou d’une autre, sur leur clientèle, faisant augmenter la prise de risque sur les marchés financiers et immobiliers, nourrissant ainsi les risques qu’une autre grande crise comme celle de 2008 éclate au plan national ou global.

S’il y avait une monnaie digitale émise par la banque centrale, la politique des taux d’intérêt négatifs agirait directement sur les ménages et les entreprises (plutôt que sur les banques), de telle manière à induire les consommateurs et les entreprises dans l’économie «réelle» à dépenser leur épargne et investir afin de relancer la croissance et l’emploi dans le système économique, où les banques ne sont pas intéressées à ouvrir des lignes de crédit car elles préfèrent nourrir la circulation financière de l’argent à travers les marchés financiers globalisés.

Une monnaie digitale émise par la banque centrale pourrait aussi être utile à l’État et aux collectivités locales dans la mesure où elle permettrait d’augmenter les recettes fiscales. Les contribuables malhonnêtes auraient plus de difficulté à se soustraire au paiement des impôts et les taux d’intérêt négatifs auraient vraiment les effets imaginés par leurs partisans, c’est-à-dire qu’ils feraient augmenter la consommation et les investissements qui créent du revenu et des places de travail, améliorant aussi en fin de compte la situation des finances publiques.

La promotion économique ne se fait pas avec des cadeaux fiscaux

Ces dernières années, en Romandie et au Tessin, les autorités cantonales ont développé des stratégies de promotion économique afin d’attirer des entreprises étrangères. Ces stratégies sont basées essentiellement sur des baisses d’impôts octroyées durant un certain nombre d’années aux entreprises qui créent de la valeur ajoutée dans l’économie cantonale. L’objectif des autorités est celui d’augmenter le taux de croissance économique et le niveau d’emploi pour dynamiser le tissu économique cantonal.

La théorie économique dominante, de matrice néo-libérale, prétend en effet qu’en réduisant la charge fiscale des entreprises, celles-ci augmenteront les investissements au sein du territoire, afin de produire et vendre davantage. Cela est censé faire augmenter aussi les recettes fiscales, permettant ainsi au secteur public de compenser les pertes fiscales initiales suite à la réduction des barèmes d’impôt.

L’évidence empirique ne corrobore pas du tout cette vision théorique. Lorsque la demande sur le marché des produits est insuffisante pour absorber toute la production – comme cela est le cas en cette décennie de crise –, les entreprises n’ont aucun intérêt à investir leurs bénéfices nets. Elles ont en revanche l’intérêt de placer ces bénéfices sur les marchés financiers, faisant augmenter les prix des titres cotés à la bourse, afin d’accroître le patrimoine financier que les entreprises possèdent à l’avantage de leurs propres actionnaires.

Le secteur public, en fin de compte, aura dès lors moins de recettes fiscales et sera ainsi forcé à mettre en œuvre des politiques économiques restrictives, réduisant ses propres prestations en faveur de l’économie et de la société dans leur ensemble. Les perdants au sein de l’économie seront les personnes de la classe moyenne et les petites et moyennes entreprises: les premières essuieront une baisse de leur capacité d’achat et donc les secondes enregistreront une diminution de leurs ventes, appauvrissant le tissu économique que l’autorité cantonale avait l’illusion de promouvoir par le levier fiscal.

L’illusion du «taux de chômage naturel»

Cette année marque le cinquantième anniversaire de la publication d’un article scientifique de Milton Friedman qui encore de nos jours dicte les choix de politique économique au plan global. Il s’agit d’un article sur le rôle de la politique monétaire au niveau macroéconomique. Selon Friedman, la banque centrale doit se concentrer sur l’objectif d’assurer la stabilité des prix à la consommation sans vouloir agir sur le taux de chômage, parce que, à son dire, la politique monétaire n’est pas en mesure d’influencer les grandeurs réelles (à long terme). Il n’y aurait donc pas de relation inverse entre l’augmentation des prix et le taux de chômage, qui avait été mise en lumière par William Phillips il y a soixante ans.

L’article de Friedman a avalisé l’idée qu’il existe un «taux de chômage naturel». Ce taux serait par conséquent impossible à réduire par des politiques économiques agissant sur la demande de biens et services. L’augmentation de la masse monétaire par des politiques expansives ne ferait dès lors qu’augmenter les prix à la consommation selon Friedman. Il faudrait plutôt agir du côté de l’offre, par des réformes structurelles sur le marché du travail, afin de réduire le coût unitaire de production – qui est devenu désormais le seul critère pour évaluer la «compétitivité» d’une entreprise et celle de l’ensemble de l’économie.

En fait, déjà Friedman expliquait dans son article de 1968 que «[m]alheureusement, nous n’avons pas encore mis au point une méthode permettant d’estimer avec précision et rapidité le taux de chômage naturel». Cependant, comme cela arrive souvent dans les «sciences économiques», bien des chercheurs ignorent ce qui contredit leur idée (et l’idéologie sous-jacente), afin de proposer des solutions parascientifiques qui satisfont davantage leurs intérêts personnels que ceux de la société dans son ensemble. Il en va ainsi, par exemple, sur le plan de la politique monétaire: aux États-Unis, encore récemment, le gouverneur de la banque centrale affirmait dans un discours officiel qu’«il est important d’essayer d’estimer le taux de chômage [naturel] qui équivaut au niveau d’emploi maximum, car lorsqu’on est constamment en dessous de ce taux, l’inflation augmente».

Le même raisonnement est appliqué à la politique budgétaire: l’État ne doit pas dépenser au-delà des ressources fiscales disponibles, parce que l’endettement public ne comporte aucun bienfait pour l’ensemble de l’économie, même lorsque celle-ci est en difficulté suite par exemple à une crise financière globale.

Cette vision idéologique est profondément ancrée dans la pensée de Milton Friedman et ses disciples continuent de croire au «taux de chômage naturel», utilisant cette croyance aveugle pour empêcher toute relance économique dans le sillage des politiques keynésiennes à l’origine des «Trente glorieuses» années qui suivirent la fin de la Deuxième guerre mondiale.

Pour sortir de la crise, il est nécessaire de changer de perspective et de songer au bien commun.

Dix années de crise ne sont pas suffisantes

Ce mois-ci tombe le dixième anniversaire de l’éclatement de la crise financière globale qui a suivi la mise en faillite aux États-Unis de la banque d’affaires Lehman Brothers le 15 septembre 2008. Durant ces dix années, les effets négatifs de la crise ont fait de très nombreux ravages dans les pays occidentaux. Les banques de toute sorte ont dû révéler leurs fragilités face au tsunami provoqué par la première crise systémique du capitalisme financier. Ces fragilités ont induit plusieurs autorités de réglementation à accroître les exigences financières que les banques doivent respecter pour continuer à fonctionner sur le plan global.

Avec les années et l’apparente atténuation des conséquences négatives de cette crise, tant les régulateurs que les autorités politiques ont subi de multiples pressions des milieux intéressés, afin d’édulcorer les règles à respecter par les institutions financières dans le monde occidental. Au fur et à mesure de l’écoulement du temps, ces règles ont été biffées ou affaiblies, permettant ainsi aux banques de s’y soustraire d’une manière ou d’une autre, transférant à d’autres acteurs économiques les risques et les coûts de la prochaine crise financière d’ordre systémique.

La rhétorique anti-réglementation est toujours la même: les adeptes du libre marché affirment – souvent sans conviction et de toute manière sans aucune raison – que les banques soumises à des règles plus sévères vont réduire le volume de crédit octroyé aux petites et moyennes entreprises. Celles-ci n’auront dès lors pas d’autre choix que de diminuer la production et le niveau d’emploi. A moyen-long termes il y aurait ainsi un effet négatif sur l’évolution de l’économie dans son ensemble, qui subirait un ralentissement conjoncturel suite aux réglementations accrues du secteur bancaire.

S’il est vrai que durant cette décennie les banques ont réduit les lignes de crédit qu’elles ont ouvertes aux entreprises de petite taille, cela n’est certainement pas à cause des nouvelles règles à respecter sur le plan financier. Il s’agit en fait d’une conséquence dramatique de la crise économique provoquée par la crise financière: bien des entreprises réduisent la production, donc aussi la demande de crédits bancaires, parce qu’elles ne réussissent pas à vendre tout ce qu’elles ont produit, étant donné la réduction de la capacité d’achat des consommateurs de la classe moyenne dans de très nombreux pays.

Les solutions pour sortir de cette décennie de crise existent et ont été proposées par différents économistes hétérodoxes. Si l’on veut remettre la finance au service de l’économie «réelle» pour satisfaire les besoins de la population mondiale, au lieu de faire souffrir celle-ci et de nombreuses entreprises afin de satisfaire l’avidité des institutions financières, il suffirait d’interdire tous les produits dérivés et structurés, qui ne font qu’enrichir celles et ceux qui spéculent sur le dos de la collectivité.

La prochaine crise financière systémique pourrait donc éclater déjà dans quelques années…

La banque centrale doit être ouverte au public

Le résultat du vote populaire de hier sur l’initiative «Monnaie pleine» doit être interprété comme une invitation à repenser le système monétaire national. Il est nécessaire de mettre en œuvre une réforme structurelle afin que les banques ne puissent plus abuser du levier du crédit, étant donné que cet abus est un facteur de crise systémique au niveau financier.

Comme cela a été récemment suggéré par un article paru dans The Economist, pour garantir la stabilité du système financier dans son ensemble il serait possible de permettre à n’importe quel agent économique d’avoir un compte courant auprès de sa propre banque centrale. De cette manière, l’autorité monétaire pourrait mieux atteindre ses objectifs, en particulier lorsque les instruments traditionnels de politique monétaire sont inefficaces – comme cela a été observé durant les dernières années suite à la crise financière globale, lorsque tant les mesures d’assouplissement monétaire que les taux d’intérêt négatifs se sont avérés inefficaces.

En réalité, les mesures d’assouplissement monétaire mises en œuvre par les banques centrales sont inefficaces car leurs contreparties dans l’achat de titres financiers sont les banques qui, dans une situation de crise, sont encore plus réticentes à augmenter les lignes de crédit aux entreprises et aux particuliers pour relancer l’activité économique. Comme nous l’avons observé durant les dix dernières années, en fait, les banques ont exploité les mesures d’assouplissement monétaire pour augmenter le volume et le pourcentage de leurs activités sur les marchés financiers au lieu de contribuer au mécanisme de transmission de la politique monétaire jusqu’aux consommateurs et aux entreprises de l’économie «réelle».

Les taux d’intérêt négatifs sont tout aussi inutiles, voire contreproductifs, à cet égard. Les banques qui doivent payer des intérêts sur la liquidité qu’elles ont déposée auprès de leur banque centrale, en réalité, augmentent les frais que leurs déposants doivent payer, au lieu de réduire de manière proportionnelle les taux d’intérêt sur les crédits qu’elles octroient aux débiteurs hypothécaires ou aux petites et moyennes entreprises.

À leur place, la banque centrale doit permettre à tout le monde – comme The Economist vient de le suggérer – d’ouvrir un compte courant auprès d’elle, lui transférant dès lors l’épargne déposée à vue auprès des banques secondaires. Ce faisant, l’autorité monétaire pourra agir de manière bien plus efficace tant par la politique des taux d’intérêt que par les mesures d’assouplissement monétaire: dans les deux cas, l’effet de ces interventions de la banque centrale se déploiera directement sur les consommateurs et les entreprises qui ont des comptes courants auprès d’elle. Toute augmentation de la liquidité sur ces comptes pourra dès lors représenter une incitation à dépenser dans l’économie réelle, plutôt que sur les marchés financiers, l’argent que la banque centrale a injecté dans le circuit monétaire.

Cette réforme induirait les banques à mieux travailler pour attirer l’épargne qui autrement serait déposée auprès de la banque centrale. Il y aurait ainsi un système bancaire plus solide et orienté au bien commun.

L’hypocrisie de l’échange automatique de renseignements

Comme le communiqué de presse du Conseil fédéral daté du 9 mai l’indique, « [l]ors de sa séance du 9 mai 2018, le Conseil fédéral a adopté le message concernant l’approbation des accords avec Singapour et Hong Kong sur l’échange automatique de renseignements (EAR) relatifs aux comptes financiers. Dans ce même message, il propose au Parlement d’introduire l’EAR avec d’autres places financières. »

La motivation du Conseil fédéral pour faire ce pas important vers l’EAR est désopilante, parce qu’elle se limite à vouloir « harmoniser les conditions de concurrence à l’échelle mondiale » en ce qui concerne les activités effectuées sur les différentes places financières. En clair, selon le Conseil fédéral, la Suisse doit adopter le régime de l’EAR afin de garantir « [l]a création de conditions de concurrence équitables (level playing field) à l’échelle mondiale » pour l’ensemble des institutions financières qui mènent leurs activités sur l’une ou l’autre de ces places à travers le monde.

Dans les quelque soixante pages de son message, le Conseil fédéral ne mentionne aucunement la nécessité pour chaque État de récolter les ressources fiscales qu’il est légitimé à recevoir à partir de la richesse produite dans sa propre juridiction. Sans l’EAR, en effet, bien des États sont dans l’impossibilité de récolter les ressources fiscales qui leur échappent suite à la soustraction d’impôts des résidents qui déposent une partie de leurs avoirs à l’étranger. Cette perte de ressources fiscales amène de nombreux États à mettre en œuvre des mesures d’austérité, réduisant les dépenses publiques là où il y a moins de résistances, à savoir, en général, dans le domaine des politiques sociales.

Si les autorités helvétiques étaient réellement convaincues que l’EAR doit être mis en place au plan international, elles l’adopteraient pour les bienfaits que celui-ci comporte dans l’ensemble de la société – et par conséquent dans l’ensemble de l’économie – permettant de soutenir notamment le développement économique de manière durable dans le temps comme dans l’espace, au lieu de ne retenir que l’argument de la compétitivité de la place financière suisse.

Sur ce plan, par ailleurs, l’argument utilisé par le Conseil fédéral est faible, considérant que, si vraiment il avait voulu assurer un « level playing field » à l’ensemble des institutions financières, le Gouvernement suisse aurait pu intervenir déjà bien avant qu’il a été obligé de le faire par les pressions internationales induites par l’éclatement de la crise financière globale en 2008.

Faut-il rappeler à la Berne fédérale que « vouloir, c’est pouvoir » ?

L’inflation existe même si on ne la voit pas

Bien des économistes, politiciens et journalistes continuent à se demander comment se fait-il que le taux d’inflation n’ait pas encore pris l’ascenseur, au vu de l’augmentation exorbitante de la masse monétaire suite aux politiques ultra-expansives que les principales banques centrales au monde ont mises en oeuvre durant les dix dernières années, après l’éclatement de la crise financière globale en 2008.

La réponse à cette question est facile à trouver, si l’on abandonne la pensée économique dominante pour comprendre ce qu’est vraiment l’inflation et pourquoi sa prétendue mesure sur le marché des produits reste proche d’un pour cent malgré l’énorme liquidité que les banques centrales ont créée durant cette décennie.

L’inflation n’est pas l’augmentation des prix à la consommation. En réalité, l’inflation est la perte du pouvoir d’achat de la monnaie, suite à l’augmentation de la masse monétaire au-delà de l’augmentation de la production mise en vente sur le marché des biens et services. Le niveau des prix sur ce marché pourrait ne pas augmenter malgré l’inflation, si la masse monétaire excédentaire n’est pas dépensée pour l’achat de biens et services. L’indice des prix à la consommation pourrait même diminuer en cas d’inflation, suite au progrès technique qui permet aux entreprises de réduire leurs prix de vente de manière telle à ne pas réduire leur marge bénéficiaire. L’inflation, dans un cas pareil, empêche les prix de vente de baisser de manière proportionnelle à la réduction des coûts de production.

En fait, l’indice des prix à la consommation ne mesure pas l’inflation mais la variation de ces prix durant une période donnée, habituellement sur base annuelle. Les prix à la consommation peuvent varier pour d’autres raisons que la perte du pouvoir d’achat de la monnaie (entendez l’inflation): si l’Etat augmente la taxe sur la valeur ajoutée ou si les entreprises augmentent leurs prix de vente car elles ont une position dominante sur le marché, l’indice des prix à la consommation augmente sans qu’il y ait de l’inflation. Vice-versa, si la masse monétaire augmente de manière excessive par rapport au produit vendu sur le marché des biens et des services, il y a de l’inflation même si elle n’apparaît dans aucune statistique sur les prix à la consommation.

La réalité montre tout de même une certaine évidence empirique qui devrait faire comprendre qu’il existe une forte inflation sur les marchés financiers, depuis que les banques centrales ont décidé d’intervenir afin de soutenir les banques qui, individuellement ou dans leur ensemble, étaient ou sont encore trop grandes pour faire faillite.

L’énorme liquidité que les banques continuent de recevoir par leur banque centrale est dépensée pour l’achat d’actifs financiers dont les prix ont augmenté bien au-delà de ce qui pourrait être expliqué par rapport à l’évolution de l’économie réelle, tandis que les prix à la consommation n’augmentent pas car les salaires stagnent, voire baissent en termes réels, pour une partie importante de la classe moyenne.

Comprendre l’inflation permet de comprendre ce qu’il faut faire pour l’éradiquer.

La crise a commencé dans les années 1990

Les années 1990 coiffent une période cruciale pour comprendre la trajectoire que l’économie globale a suivie jusqu’à présent. Dans cette période historique, les processus de libéralisation, dérèglementation et globalisation de l’économie et de la finance devinrent prépondérants dans le monde entier. On imposa ainsi à la population mondiale un régime de croissance économique basée sur la finance de marché, au lieu de la production de biens et services, en tant que source de profits pour les entreprises. Si ces profits étaient investis pour produire et augmenter le niveau d’emploi, il n’y aurait rien de mal – pour autant que l’on respecte les droits environnementaux et qu’il y ait des conditions de travail absolument correctes, entendez des rémunérations et des horaires de travail permettant à tout un chacun de vivre dignement. Si, par contre, comme cela est le cas de manière assez générale, les profits sont placés sur les marchés financiers afin d’y gagner des rendements dépassant le taux de croissance économique, alors le système capitaliste est voué à la crise; une crise de surproduction induite par la financiarisation de l’économie dans son ensemble.

Cette crise est aggravée par le fait que la pensée néo-libérale qui en est à l’origine oblige l’État à l’équilibre des finances publiques indépendamment de la situation conjoncturelle. Cette pensée, qui dicte les choix publics dans la plupart des pays, empêche d’utiliser les dépenses publiques de manière anticyclique, évitant que l’État s’endette car cela pourrait l’amener à relever la charge fiscale sur les très hauts revenus et les très grosses fortunes, censés contribuer au bien commun soutenant les personnes les plus démunies au sein de la société. Les années 1990 furent en effet les années durant lesquelles l’État social a commencé à être attaqué par la droite, qui imprima un virage à 180 degrés au secteur public, afin de favoriser les personnes très nanties et les grandes entreprises transnationales. Le slogan qui voulait «moins d’État et plus de marché» fut suivi par l’appropriation de l’État par les pouvoirs forts de l’économie et de la finance, en défense de leurs propres intérêts de court terme.

La crise financière globale éclatée en 2008 marque l’aboutissement et la fin de ce régime de croissance économique. Afin de résorber la production qui ne peut pas être vendue sur le marché, étant donné que l’apport du secteur public a été émasculé en ce qui concerne son soutien à la demande globale, les institutions financières ont enflé une énorme bulle du crédit privé dont l’éclatement a ravagé le système économique dans son ensemble, provoquant des dégâts et des souffrances énormes à long terme.

Une réflexion profonde sur ces problématiques est nécessaire afin de sortir de la crise et mettre sur pied un système économique digne du XXIème siècle.