Veulerie européenne

Allons-nous nous aplatir encore longtemps devant la Chine? Allons-nous accepter sans broncher que l’Empire du Milieu affiche sans vergogne un autoritarisme croissant, un expansionnisme menaçant en mer de Chine, une attitude agressive face à la démocratie taïwanaise, viole le traité conclu avec Londres sur le statut de Hongkong avec sa nouvelle loi sécuritaire liberticide et, surtout, réprime violemment les Ouighours avec des méthodes qui furent celles des Nazis?

Depuis quelque temps, la veulerie des Occidentaux face à la Chine semble proportionnelle aux provocations de cette dernière. Dernier exemple en date, le constructeur Daimler a supprimé une citation anodine du dalaï-lama qui accompagnait une photo du Coupé C de Mercedes-Benz parce qu’elle indisposait les autorités chinoises. La firme allemande s’est fendue d’un communiqué dans lequel elle se dit profondément désolée. «En tirant leçon de cette erreur, souligne Daimler,  nous prendrons rapidement les mesures concrètes pour que nous, nos collègues à l’étranger également, comprenions mieux la culture et les valeurs chinoises». Les valeurs chinoises? Quelles sont-elles au juste quand l’ambassade de Chine en France accuse sans preuve les membres du personnel soignant français des établissements pour personnes âgées d’avoir «abandonné leurs postes du jour au lendemain (…) laissant mourir leurs pensionnaires de faim et de maladie»?

Daimler n’est pas un cas isolé. Le 11 janvier dernier, le groupe d’hôtellerie américain Marriott International présentait lui aussi ses excuses à la Chine pour avoir classé le Tibet, Hong Kong, Macao et Taïwan comme des pays sur son site Internet et son application. Pékin considère en effet Taïwan comme une province renégate, et qualifie de séparatiste toute revendication d’autonomie du Tibet. Dans la soumission, les États ne sont pas en reste. La NZZ am Sonntag nous apprenait récemment que la Confédération négociait avec Pékin la prolongation d’un accord qui autorise des fonctionnaires de la sécurité chinoise à entrer en Suisse sans statut officiel pour identifier des Chinois entrés illégalement sur le territoire helvétique, afin de les rapatrier en Chine.

C’est clair, les bénéfices tirés de l’immense marché chinois mettent toute autre considération au second plan. Les autorités chinoises en profitent pour avancer sans retenue dans leur stratégie de prise de contrôle en Europe des entreprises comme des richesses agricoles et touristiques. Pourquoi se gêneraient-elles face à des Européens qui bafouent leurs propres valeurs fondamentales comme la liberté d’expression? (Publié dans l’Écho Magazine de mercredi 9 septembre 2020)

 

 

 

 

Philippe Le Bé

Philippe Le Bé

Désormais journaliste indépendant, Philippe Le Bé a précédemment collaboré à divers médias: l’ATS, Radio Suisse internationale, la Tribune de Genève, Bilan, la RTS (Radio), L'Hebdo, et Le Temps. Il a publié deux romans: «Du vin d’ici à l’au-delà » (L’Aire) et « 2025: La situation est certes désespérée mais ce n’est pas grave » (Edilivre).

23 réponses à “Veulerie européenne

  1. C’est le veau d’or..
    Toute proportion gardées, la
    Suisse est dans le même schéma vis à vis de l’Europe..regardez les zones covid, comme par hasard les régions frontalières sont autorisées d’accès, ce qui ne correspond en rien avec la réalité sanitaire Française..
    alors oui l’argent dicte la marche du monde
    c’est comme ça.

  2. Est-ce de la veulerie ou l’envie inavouée de certaines élites européennes de s’inspirer du système autoritaire chinois, mélange de technologie, de contraintes sociales et de libéralisme économique.

    La tentation totalitaire est bien là : des écologistes en mal de purification de la société, des chefs d’entreprises séduits par la perspective de remplacer un personnel revendicatif par une armée de petits soldats aux ordres, des politiciens enfin débarrassés de la pression des élections et des votations qui pourraient gouverner à coup de décrets. Et tant d’autres qui ont les yeux de Chimène pour le système développé par « nos amis chinois ».

    Evidemment, on nous affirmera la main sur le cœur que ce système est horrible et totalitaire, mais au fond je suis persuadé que ce ne sont pas les vocations qui manquent.
    Y compris dans notre Suisse si démocratique.

    De ce point de vue-là il faut reconnaître que la crise du COVID tombe à pic et pourrait bien servir d’accélérateur à la liquidation partielle ou totale de certains des aspects les plus « encombrants » de la démocratie à l’occidentale.

    1. Tout a fait d’accord avec Olivier Caillet. Depuis que le Conseiller fédéral Berset a menti au peuple sur les masques quand ils étaient utiles, en disant qu’ils ne servaient à rien, depuis que le CF s’est arrogé les pleins pouvoirs comme en cas de guerre, depuis qu’on nous ment en nous imposant le masque alors qu’il ne sert plus à rien (car l’épidémie est terminée et le virus a perdu sa virulence) et qu’ils peuvent même être nuisibles à la santé, depuis qu’on essaie de nous imposer un traçage généralisé de nos allées et venues, fréquentations etc., par l’application Swiss Covid, depuis qu’on nous maintient dans un climat de terreur au profit de big Pharma qui prépare un vaccin et des médicaments très chers qui ne soignent pas, alors qu’on nous interdit la chloroquine dont l’efficacité est définitivement prouvée et les (rares) effets secondaires connus depuis trois générations, depuis tout ça nos autorités ont perdu le droit de critiquer celui qui leur sert en réalité de modèle,et dont ils s’inspirent: XI Jin Ping.

  3. Oui, méchante Chine et son diabolique parti communiste ! Le problème, c’est qu’avant de critiquer son voisin, il faut balayer devant sa porte… sinon on n’est pas très crédible.

    Or, la première puissance mondiale qui sert de phare à notre monde occidendal fait assez fort ces dernières années en matière de respect des droits humains et d’autoritarisme: menaces et sanctions contre la cour pénale internationale, repression violente des mouvements anti-racistes, violences policières, racisme, relance de la course à l’armement (nucléaire), sortie unilatérale de nombreux traités internationaux, usage de la torture, record de pourcentage de la population incarcérée, centres de détentions illégaux, emprisonnement d’enfants, peine de mort, demande d’extradition contre des lanceurs d’alerte, etc

    La liste est malheureusement bien longue et les choses ne vont pas en s’améliorant.

    On pourrait encore ajouter quelques points concernant la manière de traiter les pays amis: écoutes téléphoniques des gouvernements, espionnage de masse, ingérence dans les affaires locales, taxes punitives ou protectionnistes, amendes et mesures de rétorsions contre les sociétés européennes.

    La guerre commerciale entre les USA et la Chine n’est pas moins intense qu’avec l’Europe.

    Vous avez donc raison, il est temps que l’Europe ait le courage d’agir contre tous les pays qui agissent contre ses valeurs fondatrices et pas uniquement contre les pays situés dans le continent asiatique.

  4. Je suis rassuré de voir de plus en plus de personnalités dénoncer ce régime communiste aux pratiques insoutenables.
    Merci à vous !

    Car apparemment les médias mainstreams préfèrent que l’on sache si Trump a porté son masque ou non lors de son dernier discours.
    Quant aux gouvernements occidentaux…

  5. Personnellement, suis fatigue de ces jeremiades continuelles contre la Chine, elle n’est pas democrate, mais apres tout, pensez-vous que l’Occident le soit?

    Apres un siecle de colonisation de l’Europe par les US, des pseudo-suisses se rebellent contre la Chine ou la Russie, on croit rever????

    1. D’accord avec vous. Le spectacle outre-atlantique est assez pitoyable en ce moment.
      Les images de repression aux USA, à Hong Kong ou en France (gilets jaunes) se ressemblent. Il serait peut-être temps que l’Europe se démarque et montre qu’elle n’accepte pas l’inacceptable quel qu’en soit l’auteur…

  6. @Olivier Wilhelm
    Ce ne sont pas des jérémiades, mais des protestations tout à fait sensées et légitimes. Le PCC opprime, emprisonne et déporte, torture voire tue massivement Ouïgours et Tibétains, entre autres. Faut-il se taire et accepter ce genre de méthodes? Lisez ou relisez à ce sujet LeTemps du 28 août 2020… C’est abominable et intolérable, quels que soient les motifs invoqués, séparatisme ou intégrisme religieux. La Chine est un très grand pays qui a les moyens d’agir autrement avec ses minorités. 5000 ans de civilisation pour en arriver là, il y a quand même de quoi s’interroger! Il est vrai aussi que dans un passé pas si lointain les gens sont également trop longtemps restés passifs face aux pratiques très similaires et à grande échelle des Nazis, puis il y a eu la guerre et tout le monde ici a morflé… À ne rien faire, cela pourrait aussi arriver de nouveau un jour chez nous. Je m’étonne d’une telle réaction, comment peut-on oublier à ce point nos propres turpitudes? À être “colonisé” (et encore faut-il voir ce que ce terme recouvre par rapport à nos propres manquements et incapacités), je préfère l’être par ceux qui respectent au mieux les libertés fondamentales ainsi que l’intégrité physique et mentale des êtres humains, cela même si la situation n’a jamais été parfaite, je vous l’accorde.

    1. Cher Pierre-Olivier, faites-moi au moins l’honneur d’ecrire mon nom correctement, ceci d’autant plus que nous avons les memes prenoms.

      Et soyez plus pragmatique, l’ideal n’existe que dans certaines tetes, d’ailleurs pas si bien faites 🙂

      P.S. Je compatis, bien sur, avec tous les opprimes et ce n’est pas ce qui manque sur cette pauvre terre…!

      1. Si votre connaissance de l’histoire égale votre capacité à utiliser un clavier avec accents, on comprend que vous n’y compreniez que dalle. Que savez-vous de la Russie et de la Chine? Y avez-vous vécu ou même voyagé? Parlez-vous russe ou chinois? Y avez-vous eu des ancêtres? Sans doute pas, car ils vous auraient laissé quelque trace d’intelligence à cet égard.

        Ah, vous compatissez “avec tous ces opprimés”… ça leur fait une belle jambe. En réalité, vous êtes comme tous ces “Accidentaux” bêtifiés par le mirage socialiste, à répéter par pur réflexe de psittacisme pavlovien les clichés des lendemains qui (dé)chantent.

        Relisez donc Koestler, Soljenitsyne, Zinoviev, Pasternak…

        1. Oui, l’histoire est passionnante. Permettez-moi de compléter vos références: l’histoire de la Chine n’est pas celle de la Russie. Les écrits auxquels vous faites référence décrivent la terrible réalité en URSS notamment sous la dictature de Staline.

          L’URSS s’est effondrée avec Gorbatchev en 1991 et, depuis, la Russie est une décmocratie… d’abord sous le règne de Yelsine puis de Poutine. Le pouvoir est concentré dans une oligarchie qui a mis la main sur l’économie. A vous d’apprécier comment les droits de l’homme sont respectés sous ce nouveau régime. Par contre, la Russie peut exploiter ses richesses naturelles sans le contrôle de l’occident.

          Concernant la Chine, il faut revenir aux deux guerres de l’opium et à la guerre des boxers pour comprendre dans quel contexte l’ère communiste s’est installé en 1949. L’occident exploitait ses colonies notamment à travers la Compagnie des Indes Orientales qui exportait l’opium vers la Chine. La banque HSBC s’est d’ailleurs développée dans le contexte de cette activité. Le monde économique occidental a donc poussé à l’asservissement de la Chine pour des raisons commerciales.

          Comme souvent, les choses sont donc assez subtiles et il faut essayer d’aller au delà des stéréotypes de notre éducation, ce qui n’est pas toujours facile si on n’a pas vécu à l’étranger comme vous le mentionnez.

          Cela ne justifie en aucun cas les violations des droits de l’homme quel que soit le pays mais nous invite à ne pas juger les peuples mais le comportements autoritaires de leur leadership qui tend malheureusement à se répandre sur la planète (et cela sans l’aide des chinois)…

  7. @Olivier Wilhem
    Cher Olivier, désolé, ce n’était pas mon intention de vous blesser, se tromper est humain, c’est persévérer dans l’erreur qui est “diabolique”. Cela dit, pas d’idéalisme excessif chez moi, juste le fait que je ne serai jamais assez “pragmatique” au point d’admettre la soit-disant nécessité ou utilité de traitements inhumains, quelles que soient les raisons invoquées. Les victimes d’atrocités méritent plus que notre simple compassion, au moins aussi notre prise de position claire et nette contre ces procédés, ainsi que la mise en oeuvre de tous les moyens légaux disponibles pour protéger les opprimés et s’opposer aux bourreaux.

      1. L’idéal serait de n’avoir pas trop à subir ni l’une ni l’autre de ces influences délétères. Hélas, par la force des choses le pragmatisme implique qu’il faut les gérer au mieux. Les uns sont des alliés naturels, les autres pas. À cet égard, espérons que D. Trump, par trop impulsif et imprévisible pour sa fonction, ne soit pas réélu, mais cela n’est pas de notre fait. So, wait and see…

  8. Oui, c’est terrible ! Les droits de l’homme ne devraient plus être négociables en 2020. J’ai bien peur que notre monde applique désormais le droit du plus fort sans autre arbitrage que celui de l’économie.

    Je tombe par hasard ce matin sur un article choquant: https://www.24heures.ch/des-ablations-de-luterus-a-linsu-de-migrantes-276946609240.

    La démocratie et la liberté sont d’ailleurs régulièrement malmenés outre-atlantique et les USA se sont retirés du Conseil des Droits de l’Homme en 2018. La condition des réfugiés ne semble pas plus enviable dans d’autres pays: https://la1ere.francetvinfo.fr/enfer-refugies-relegues-australie-ile-du-pacifique-626442.html

    Difficile donc pour l’Europe de se prétendre du bon côté en dénonçant certains pays tout en accordant une immunité à d’autres.

  9. Hiroshima, Nagasaki, Dresde, Vietnam, 1ère et 2ème guerre d’Irak avec leurs millions de victimes civiles, coups d’états en Amérique du Sud, tortures systématiques, Guantanamo, 9.11 (inside job pour justifier le reste), Patriot Act, Windows 10 qui enregistre tous les messages simplement tapés sur un clavier d’ordinateur dans le monde entier et les scanne par mots clés, FATCA…

    Je ne voudrais pas vivre en Chine, mais si je dois choisir entre l’impérialisme chinois et américain, je préfére le chinois qui ne nous menace pas en Suisse.

    1. Ben moi, je suis assez d’accord avec vous. On entend parler sans cesse d’impérialisme chinois et d’un terrible gouvernement totalitaire. C’est peut-être le cas mais l’impérialisme américain nous touche dans notre quotidien et, en particulier, en Europe. De plus, même si les deux puissances c’est “bonnet blanc et blanc bonnet”, on cite les régulièrement les USA comme exemple de démocratie et de liberté proche de nos valeurs occidentales. C’est le “bien” contre le “mal” … et là, je ne suis pas d’accord car ni l’un ni l’autre ne sont des exemples à suivre.

  10. @PAS DE DEUX POIDS DEUX MESURES
    Parce que vous croyez que cet impérialisme-là va simplement rester en Asie? Il va s’étendre inévitablement, tôt ou tard nous l’aurons à nos portes si nous restons passifs face à ses abus et ses excès. Libre à vous de vouloir subir le sort qui vous convient le mieux, mais paradoxalement vous-même ne voudriez pas vivre en Chine et c’est pourtant exactement vers ce mode de vie oppressif que nous dirige votre raisonnement aberrant. Le mode de vie occidental ne nous a jamais menacé, nous en faisons tout simplement partie. Pourquoi ce qui n’est pas bon pour vous le serait-il pour les autres? Adoptez donc ce système totalitaire qui vous semble un moindre mal, mais qui vous menacera en permanence partout et chaque jour de votre vie, pour être en mesure de comprendre (trop tard) la valeur extraordinaire des libertés dont vous bénéficiez encore ici. Je pense que la plupart des gens savent encore faire la différence entre ce qui est acceptable ou pas, ne les prenez pas pour des idiots.

    1. L’espagne (occidental ?) a connu Franco. L’allemagne (occidental ?) Hitler. L’Italie Mussolini (occidental ?).

      Le Chili Pinochet. La Roumanie Ceaușescu. La liste est malheureusement très longue et tout cela n’est pas si lointain. Beaucoup de pays vivent aujourd’hui dans des systèmes totalitaires qui, dans certains cas, ont été mis en place avec l’aide du monde occidental.

      Le totalitarime n’est pas l’appanage de la Chine, il est dans la nature humaine qui vise à la concentration du pouvoir.

      Je crois que ce que certains commentateurs essaient de dire, c’est que depuis un certain temps, les dérives contre la démocratie aux USA sont graves. Les contre-pouvoirs sont éliminés et la liberté n’est plus ce qu’elle était. Certains expatriés reviennent d’ailleurs vivre en Europe. La situation est inquiétante et il est difficile d’en prédire l’évolution.

      Le danger vient parfois de là où on ne le pensais pas…

      Il faut donc rester prudent afin de préserver les libertés fondamentales auxquelles vous tenez tant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *