IL N’EST JAMAIS TROP TARD!

Les populations de mammifères, poissons, oiseaux, amphibiens et reptiles dans le monde se sont effondrées de 58% entre 1970 et 2012. Ce déclin va se poursuivre si nous ne faisons rien, alerte le WWF dans son rapport Planète vivante 2016.

A voir les programmes politiques des principaux candidats à la présidentielle américaine et française, ce constat du WWF est totalement ignoré. Il n'y a donc pas grand chose à attendre des dirigeants des Etats, actuels et futurs. Les solutions? Une lutte sans merci contre tous les prédateurs "humains" guidés par l'appât du gain doit être encouragée et organisée. Mais rien ne sera
efficace sans une prise de conscience des consomm'acteurs que nous sommes tous.

Achats responsables en privilégiant les produits écologiques – notamment les aliments bio – et en écartant systématiquement les produits issus du pillage et du braconnage, habitats le moins énergivores possible, mobilité douce dans nos déplacements autant que faire se peut, gestion responsable de nos déchets, etc. : notre mode de vie doit et peut changer.

Après le "plus avoir" du siècle passé, vient le temps du "plus être", autrement plus exaltant! Il ne s'agit en effet pas de rétrograder mais bien de progresser dans notre évolution individuelle et collective.

La disparition des espèces animales serait le prélude à la disparition de l'humanité. Ce n'est qu'en changeant nos comportements que nous pourrons inverser la tendance à notre auto-destruction. Il n'est jamais trop tard!

 

Philippe Le Bé

Philippe Le Bé

Vieux journaliste, jeune auteur, Philippe Le Bé navigue sur les vagues de l’ATS, Radio Suisse internationale, la Tribune de Genève, Bilan, la RTS (Radio), l'Hebdo, avant de surfer celles du Temps. En 2011, il a découvert une première île, aux couleurs fantastiques. «Du vin d’ici à l’au-delà » (L’Aire), son premier roman.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *