Covid-19: les géants du numérique se renforcent

Tandis que toute l’économie subit l’impact paralysant du coronavirus, les affaires des plus grandes entreprises technologiques se maintiennent, voire prospèrent. Les gens étant invités, voire forcés, à travailler à domicile et à rester à l’écart des autres, la pandémie a renforcé la dépendance aux services des plus grandes entreprises du secteur technologique (les GAFAM par exemple) tout en accélérant les tendances qui leur profitaient déjà.

Pour les entreprises qui gèrent leurs infrastructures sur l’Internet, l’adaptation des besoins informatiques est coûteuse et compliquée. Le cloud computing facilite cette tâche et offre une alternative rapide et scalable. Les entreprises se débarrassaient déjà de leurs propres centres de données pour louer des ordinateurs chez Amazon (Web Services AWS), Microsoft (Azure) et Google (Cloud). Cette évolution devrait s’accélérer car des millions d’employés sont obligés de travailler à domicile, des étudiants de suivre leurs cours depuis chez eux, etc., ce qui met à rude épreuve les infrastructures technologiques des différentes organisations.

  • Utilisation croissante des outils de collaboration et de télétravail

Microsoft a fait une promotion agressive de son nouvel outil de messagerie et de collaboration, Microsoft Teams, qui est en concurrence avec la société indépendante Slack qui avait vraiment démocratisé la messagerie instantanée au travail. Récemment, Microsoft a déclaré que le nombre d’utilisateurs de Teams avait augmenté de 37 % en une semaine, pour atteindre plus de 44 millions d’utilisateurs quotidiens. Chaque jour, il y a eu au moins 900 millions de réunions et de comptes rendus de conférences téléphoniques sur Teams.

  • Les applications de livraison de produits d’épicerie sont très demandées

Depuis plusieurs années déjà, Amazon s’est allié aux détaillants en magasin (brick and mortar) en rachetant par exemple la chaîne nord-américaine Whole Foods. Cependant, désormais réticents à se rendre en magasin, les acheteurs se tournent d’autant plus vers le géant du commerce en ligne pour une plus grande variété de produits, comme les produits d’épicerie et les médicaments en vente libre (rappelons qu’en 2018, Amazon était possédait 49% des parts du commerce de ventre en ligne aux USA). Pour faire face à la demande, le groupe cherche actuellement à recruter 100’000 personnes pour ses centres et ses réseaux de distribution. Après les livres, Amazon chamboule les habitudes d’achat pour les produits d’épicerie.

D’autres applications de livraison de produits d’épicerie, dont Instacart (cherche 300’000 personnes dans les trois prochains mois, soit plus du double de sa base actuelle), Walmart Grocery (cherche 150’000 personnes pour ses centres de distribution) et Shipt, ont commencé à enregistrer un nombre record de téléchargements quotidiens.

  • Augmentation du trafic vers les sites de streaming vidéo et les plateformes de médias sociaux

Les appels vocaux sur le service de messagerie WhatsApp (2 milliards d’utilisateurs au niveau mondial, appartenant au groupe Facebook) ont doublé en volume. L’application Messenger de Facebook (1.3 milliards d’utilisateurs au niveau mondial) a connu une croissance similaire. Les analystes sont optimistes quant aux perspectives de Facebook, car de nombreuses personnes s’y tournent pour obtenir des nouvelles en temps de crise et pour se distraire lorsqu’elles travaillent à la maison (Facebook News, tout comme LinkedIn Newsroom avec notamment un feed spécifique sur le coronavirus).

Les téléchargements de l’application Netflix (167 millions d’utilisateurs au niveau mondial) ont augmenté de 66 % en Italie, de 35% en Espagne et de 9% aux USA où Netflix a été fondé et était déjà largement populaire (Netflix et YouTube ont même réduit leur qualité pour ne pas bloquer le réseau). Aujourd’hui, alors que les salles de cinéma ferment sur ordre du gouvernement, Netflix et YouTube gagnent un nouveau public.

L’utilisation des jeux vidéo et de la diffusion en direct a aussi connu une forte hausse: le week-end du 14 mars a vu une augmentation significative du nombre de spectateurs de la diffusion en direct par rapport au week-end précédent, avec une hausse de 10 % pour Twitch et de 15 % pour YouTube Gaming. Verizon a constaté que les jeux en ligne ont augmenté de 75 % aux heures de pointe en Amérique du Nord, tandis que la diffusion en continu a augmenté de 12 %.

  • Augmentation de l’utilisation des applications

Même Apple, une entreprise qui compte des centaines de magasins fermés dans le monde, semble de plus en plus vouloir sortir de la pandémie en bonne santé. De nombreuses usines d’Apple sont presque revenues à la normale. Les gens consacrent plus de temps et d’argent à ses services numériques. Apple a même annoncé le lancement d’une gamme de nouveaux gadgets.

L’augmentation du temps et de l’argent consacrés aux téléphones est également une bonne nouvelle pour Apple et Google, car ils réduisent la plupart des ventes et des achats d’applications. En deux semaines aux USA, les recettes de l’App Store d’Apple et d’Android ont augmenté de 14 à 20%.

  • Les plus grandes entreprises technologiques pourraient en sortir beaucoup plus fortes

Cela ne veut pas dire que les grandes entreprises technologiques ne doivent pas s’inquiéter. La publicité, le moteur de Google et de Facebook, a tendance à souffrir en période de ralentissement économique. Les actions d’Apple, de Microsoft, d’Amazon, de Facebook et de la société mère de Google, Alphabet, ont perdu collectivement plus d’un trillion de dollars en valeur marchande au cours des dernières semaines. Et Microsoft, Twitter et Apple ont réduit leurs prévisions financières à court terme en raison du ralentissement des dépenses de consommation.

Au-delà des cinq grands protagonistes, les choses ont été plus difficiles. Les outils de communication comme Zoom sont désormais essentiels, mais les entreprises de location de voitures comme Uber and Lyft et les sites de location de propriétés comme Airbnb voient leurs clients disparaître. L’industrie technologique mondiale, qui pèse 3’900 milliards de dollars, en souffrira cette année, mais on à quel point? Difficile de le prédire.

En résumé, lorsque l’économie finira par s’améliorer, les grandes technologies pourraient bénéficier de l’évolution des habitudes de consommation. Et malgré des mois de critiques de la part des législateurs, des régulateurs et des concurrents avant que la pandémie ne frappe durablement les USA et le reste du monde, les plus grandes entreprises finiront probablement l’année plus fortes que jamais.

(source AngelList)

Une réponse à “Covid-19: les géants du numérique se renforcent

  1. “…en 2018, Amazon était possédait 49% des parts du commerce de ventre en ligne aux USA”

    On connaissait le gros appétit d’Amazon, mais pas encore son tour de ventre. A quand la déclaration publique de son taux de cholestérol?

    Ceci dit, votre excellent article ne cache-t-il pas quelques ombres du tableau? Prenons l’exemple de l’enseignement à distance. Sa pratique ne date pas d’hier. A ses débuts, un message de la NSA (la CIA intérieure des Américains) s’affichait sur l’écran de l’utilisateur pour l’avertir que le “home schooling” était illégal. Aujourd’hui, crise sanitaire aidant, enseigner à distance est devenu un quasi devoir d’état pour élèves, parents et enseignants. La crise passée, quelle leçon en retiendra-t-on? L’école en sortira-t-elle changée ou reviendra-t-elle au statu quo?

    Voici déjà plus d’un demi-siècle, le philosophe Ivan Illich prévoyait l’enseignement en réseau et la fin de l’école traditionnelle. Aujourd’hui, les moyens techniques disponibles en source libre rendent possible sa vision d’une société sans école, telle qu’il l’a décrite dans sa célèbre thèse “Deschooling Society”, qui pourrait s’appliquer aussi bien à la presse qu’au monde de la recherche.

    Si certaines entreprises, dépassées par l’ampleur de leurs besoins informatiques, peuvent sans doute profiter des facilités offertes par AWS et le Google Cloud, existe-t-il un seul outil commercial qui ne trouve pas aujourd’hui son équivalent en source libre? Plutôt qu’au renforcement des géants du Web, n’est-ce pas, en fait, à leur chant du cygne qu’on assiste?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *