Le chiffre d’affaires? C’est “has been”

Dans un récent post sur Linkedin, l’investisseur-entrepreneur Michael Jackson relève : “Nous vivons une époque intéressante : le document S-1 pour l’entrée en bourse de Rivian, évaluée à environ 80 milliards de dollars, ne contient pas de poste [line item en anglais] pour les revenus dans les données financières.”

 

Vous avez bien lu: le constructeur automobile électrique états-unien vise une valorisation boursière initiale de 80 milliards de dollars, soit 4 fois celle de Tesla lors de son entrée en bourse en 2010, sans indiquer quelque chiffre que ce soit quant ses sources de revenus. “Combien nous gagnons? Passez votre tour.” Il est à noter que Rivian a déjà levé plus de 10 milliards de dollars depuis sa création en 2009 et s’affiche comme LE concurrent de l’entreprise d’Elon Musk. On y apprend par contre que les pertes s’élèvent à 1 milliard de dollars pour les six premiers mois de l’année, autant que pour les douze mois de 2020.

 

Tableau récapitulatif des données financières consolidées
Tableau récapitulatif des données financières consolidées

 

En parcourant le document soumis aux autorités de surveillance des marchés financiers, l’entreprise estime l’entièreté du marché potentiel à 9 trilliards de dollars (environ 35 fois les ventes annuelles du group Volkswagen) et le marché potentiel pour les services à 1 trilliard de dollars. Ces derniers sont décrits comme suit: “En complément de nos véhicules grand public, notre gamme de services à valeur ajoutée comprend un financement numérique, une assurance basée sur la télématique, un service automobile proactif (entretien et réparation), des services logiciels et d’adhésion flexibles, des solutions de recharge complètes et un programme de revente de véhicules basé sur les données. Nous nous attendons à ce que ces services génèrent une fidélité à long terme à la marque tout en créant un flux de revenus récurrents pour chaque véhicule tout au long de son cycle de vie.”

 

Plus loin: “Notre portefeuille de services complémentaires est conçu pour offrir une expérience client intuitive et transparente tout au long du cycle de vie de nos véhicules grand public et commerciaux. Notre gamme de services offre la possibilité de générer des revenus récurrents prévisibles à marge élevée et d’augmenter le potentiel de revenu à vie de chaque véhicule.”  Nous voilà rassurés. Remplacez “véhicule” par “produits” et vous aurez votre pitch pour votre présentation de start-up.

 

Une importante partie du dossier passe en revue les différents risques auxquels Rivian fait ou va faire face. L’un d’eux est d’importance puisqu’il traite directement d’une commande passée par Amazon Logistics (un des principaux actionnaires) de 100’000 fourgons électriques en 2019. On ne doutera toutefois pas de la multiplicité des clauses de retrait si les délais n’étaient pas respectés: “Nous prévoyons qu’une partie importante de nos revenus initiaux proviendra d’un client qui est une société affiliée à l’un de nos principaux actionnaires. Si nous ne sommes pas en mesure de maintenir cette relation, ou si ce client achète beaucoup moins de véhicules que ce que nous prévoyons actuellement ou n’en achète pas du tout, notre activité, nos perspectives, notre situation financière, nos résultats d’exploitation et nos flux de trésorerie pourraient être affectés de manière significative et négative.”

 

Alors que dire? Dans un épisode de la série télé Silicon Valley, un acteur résume très bien la tactique qui est dans l’air du temps: “Si vous montrez vos revenus, les gens demanderont “combien ?” et ce ne sera jamais assez. […] Si vous n’avez pas de revenus, vous êtes “pré-revenus”. Vous êtes un pure play potentiel. Il ne s’agit pas de savoir combien vous gagnez mais ce que vous valez. Et qui vaut le plus ? Les entreprises qui perdent de l’argent.” Et qui a besoin de revenus lorsque l’on sait bien gérer son marketing?

 

Qui n'avait pas pensé mettre ses enfants dans le coffre?
Qui n’avait pas pensé mettre ses enfants dans le coffre?

 

Tout est dit. Le traditionnel Return On Investment (ROI, retour sur investissement en français) est bel et bien remplacé par Radio On Internet. Tune in!

 

 

“Gig workers”: les nouveaux précarisés de l’innovation

Il est 18h40, vous rentrez du travail et ne vous sentez pas la motivation d’aller vite faire les courses, préparer un plat, faire la vaisselle et j’en passe. Non, ce soir, votre ventre sera rassasié par un plat directement livré sur votre pas de porte par un des nombreux cyclistes ou motards aux vestes de couleurs criardes qui auront trimé pour monter jusqu’à chez vous dans un temps record, comme indiqué sur votre app mobile alors que votre canapé vous aura tendu les bras dans l’intervalle.

 

Après les services de livraison “classiques”, on assiste depuis peu à l’émergence de services similaires de livraison ultra rapide (10-15 minutes). Comme le met en lumière Johannes Lenhard, il ne s’agit pas seulement de la dernière tendance de la course aux start-ups dites “licorne” (1mia+ de valorisation). Insidieusement, cela nous rapproche un peu plus d’une économie de serviteurs. Les investisseurs en capital-risque les plus puissants du monde financent une économie où la technologie permet à une “classe dirigeante” de commander une “sous-classe” de serviteurs d’un simple swipe sur une application.

 

Plus connue sous le nom de l’uberisation de la société, ce recours à l’humain pour accomplir un certains nombre de tâches (nettoyage, livraison, assemblage de meubles, transport, etc.) a drastiquement augmenté ces dernières années (doublement à 10% de la population en Grande-Bretagne entre 2016 et 2019). Les statistiques socio-démographiques de ces travailleurs de l’ombre indiquent également une surreprésentation de minorités ethniques, de classes sociales moins aisées et de générations plus jeunes. Le cas d’UBER a également mis en lumière les conditions très précaires de ces employés que les entreprises ont tenté (et tentent encore de mauvaise foi) de présenter comme auto-entrepreneurs.

 

Les clients de ces services à la demande sont le plus souvent des personnes disposant d’un revenu relativement élevé, disposées à payer d’autres personnes pour effectuer des tâches quotidiennes à leur place. Le “nouveau” luxe (à la mode Covid) n’est pas la mobilité mais le fait de rester sur place et d’avoir d’autres personnes qui courent autour de vous pour satisfaire vos désirs. Pourquoi s’échiner à certaines tâches alors qu’une armée de personnes à portée de clic est prête à les faire pour une modique compensation? Et puisque le prix est si bas, on est vite tenté de considérer ces tâches comme subalternes.

 

A observer les faramineux montants investis dans les start-ups de livraison immédiate ($290mio pour Gorillas, $550mio pour Getir ou $100mio pour Zapp), l’intérêt des VC est établi. Cependant, à y regarder de plus prêt, des services plus anciens tels que Deliveroo font des pertes colossales (fondée en 2013, $309 millions de pertes en 2020 alors que l’action a augmenté de 28% depuis l’entrée en bourse au mois d’avril 2021). Le marché ne valorise donc plus la capacité d’une entreprise à être rentable mais bel un bien une stratégie de croissance à outrance (blitzscaling) financée à coups de centaines de millions. Non, l’intérêt premier est de trouver un investisseur assez fortuné qui soit prêt à racheter vos parts.

 

A n’en pas douter, l’économie de la commodité a un prix: celle de la conscience.

 

 

Quand l’IA invente… et brevette

On connaissait les IAs “journalistes” ou encore l’art assisté par l’IA, cela avait notamment contribué à se poser la question: les systèmes d’IA peuvent-ils inventer? Anathème pour les plus humanistes, révolution pour les plus technophiles.

Au début du mois, la Cour fédérale australienne a considéré que ces systèmes d’IA peuvent bel et bien inventer et qu’ils en ont même, tenez-vous bien, le droit. A l’instar d’un humain qui cherche, crée, invente, un système d’IA peut être nommé comme inventeur à proprement parler dans une demande formelle de brevet.

Cette décision, bien qu’elle ne soit pas définitive (elle fera probablement l’objet d’un appel de la part du commissaire australien aux brevets), constitue à coup sûr un développement intéressant dans le domaine de l’IA et de la protection des brevets.

L’IA protagoniste dans cette affaire est surnommée #DABUS (pour Device for the Autonomous Bootstrapping of Unified Sentience) par son créateur. Ce dernier avait eu moins de succès à faire reconnaître la maternité de l’invention dans d’autres juridictions: les autorités européennes et américaines avaient en effet rejeté les demandes de brevets dans lesquelles elle (ou il?) était nommée inventeur, précisément parce que ces autorités considéraient que seules les personnes physiques peuvent être nommées inventeurs.

Alors, un système d’IA devrait-il avoir le droit d’être nommé inventeur? Si non, qui devrait alors être nommé inventeur d’une invention effectivement découverte par une IA: le programmeur? le propriétaire? la personne qui a fourni les données de base? toutes ces personnes à la fois? Plus important encore, à qui devrait appartenir une telle invention? Il semble admis, du moins pour l’instant, que ce ne devrait pas être le système d’IA. Mais alors qui? et sur quelle bases légales?

 

 

Source

 

Quand le capital risque est en crise et le système des start-ups dysfonctionnel

Cette semaine, le responsable de l’incubateur technologique Fongit basé à Genève, James Miners, publiait un article sur Linkedin pour faire l’apologie des start-ups “deep tech“. Pour mieux comprendre ce domaine, citons l’exemple de The Engine sis à Boston aux Etats-Unis qui se présente comme une organisation qui “soutient les fondateurs qui résolvent les plus grands problèmes du monde grâce à la convergence de la science de pointe, de l’ingénierie et du leadership.” En gros: des problèmes durs à résoudre qui nécessitent de gros efforts de recherche, d’importants moyens financiers et un de longues et fastidieuses années de développement avant une potentielle commercialisation. Les exemples dans les secteurs de l’énergie, du médical, de la construction, etc. sont légion.

 

L’auteur de l’article Jeffrey Funk s’intéresse néanmoins plus aux investissements dans certaines jeunes pousses et commence par un constat flagrant: malgré l’énorme attention et les colossaux investissements dont ont bénéficié des start-ups de la Silicon Valley, celles-ci n’ont fait que perdre de l’argent. Prenons Uber qui n’a jamais réussi à faire des bénéfices et dont les pertes cumulées dépassent les 25 milliards de dollars. Que se passe-t-il? Quelles sont les raisons derrière ces désastres financiers? Les avancées technologiques telles que l’IA, l’IoT, la blockchain, etc. ne devaient-elles pas occasionner une création de richesses si importante que nous serions même en mesure de soutenir les chômeurs avec un revenu de base universel?

 

A y regarder de plus près, le comportement des VCs américains semble conforter le constat que nous serions en train de vivre une période extrêmement innovante: leur financement a établi un record sur cinq ans entre 2015 et 2019, avec des investissements dans une grande variété de secteurs, et 2020 a établi un nouveau record sur une seule année.

 

L’analyse de l’auteur paraît sans appel: les énormes pertes subies par Uber, Lyft, WeWork, Pinterest et Snapchat (plus de 50% des revenus annuels!) ne sont que la partie émergée de l’iceberg. En effet, plus de 90% des “licornes” américaines, c’est-à-dire des start-ups évaluées à un milliard de dollars ou plus et détenues à titre privé (avant leur introduction en bourse), ont perdu de l’argent en 2019 ou 2020, alors que plus de la moitié d’entre elles ont été fondées il y a plus de dix ans. A noter qu’une tendance similaire s’observe pour les start-ups européennes, indiennes et chinoises.

 

De même, des analyses récentes des sociétés VC montrent que les rendements des investissements de capital risque ont à peine dépassé ceux des marchés boursiers publics au cours des 25 dernières années, et leurs pertes actuelles laissent penser que les rendements vont encore baisser. La faible rentabilité des start-ups semble être le reflet de tendances plus larges dans l’économie: ralentissement de la croissance de la productivité documenté par Robert Gordon, stagnation de l’innovation observée par Tyler Cowen, baisse de la productivité de la recherche notamment discutée par Anne Marie Knott, baisse de l’impact de la recherche des prix Nobel récemment constatée par Patrick Collinson et Michael Nielsen.

 

L’article est constitué en 5 parties dont les messages sont les suivants:

  • Les preuves de la faiblesse des rendements des investissements en capital-risque sur le marché actuel sont nombreuses (pour les sociétés créées entre 2000 et 2020). Malgré le risque associés à ces investissements, les retours excèdent rarement ceux des indices boursiers (sauf pour une poignée de VCs). Ceci peut s’expliquer de plusieurs façons: 1) on assiste à plus d’acquisitions que d’entrées en bourse et 2) une grande majorité des entreprises n’est pas profitable lors de leurs entrée en bourse. Un cercle vicieux se met en place et les prix de rachat de sociétés baissent. Des investissements “arrosoirs” qui rappellent une forme de loterie…

 

  • Les performances des start-ups fondées il y a vingt à cinquante ans (pre 2000), à une époque où la plupart des start-ups devenaient rapidement rentables et où les plus prospères atteignaient rapidement les cent premières capitalisations boursières, ne se maintiennent pas pour celles des cadettes plus récentes.

 

 

  • En comparant ces start-ups plus anciennes et plus prospères à l’ensemble actuel des licornes de la Silicon Valley, les start-ups les plus prospères d’aujourd’hui n’arrivent pas à la cheville de leurs aînées. Les performances réelles de ces licornes, tant avant qu’après l’étape de sortie du capital risque, contrastent fortement avec les succès financiers de la période précédente. En 2019, seules 6/73 licornes étaient rentables, tandis que pour 2020, 7/70 l’étaient et celles qui perdent de l’argent perdent un gros pourcentage de leurs revenus. De plus, il semble qu’il y ait peu de raisons de croire que ces jeunes pousses non rentables seront un jour en mesure de surmonter leurs pertes. Ce constat de répète dans d’autres pays comme l’Inde ou la Chine.

 

  • Les raisons pour lesquelles les start-ups d’aujourd’hui réussissent moins bien que celles des générations précédentes:
    1. Loi des rendements décroissants: à mesure que le montant des investissements de capital risque sur le marché des start-ups a augmenté, une plus grande proportion de ces fonds a nécessairement été consacrée à des opportunités plus faibles; la rentabilité moyenne de ces investissements a donc diminué.
    2. Diminution du nombre de start-ups fondées après 2004 qui ont atteint une capitalisation boursière élevée (depuis 2000, seules Facebook et Tesla figurent parmi les cent entreprises les mieux valorisées de 2020; précisons au passage que Tesla ne représentait que 2% du marché automobile US en 2019 et qu’elle a atteint son seuil de rentabilité cette même année en profitant largement de subsides).
    3. Tendance à l’acquisition par les géants du numériques (“FAAMNG” Facebook, Amazon, Apple, Microsoft, Netflix, Google), ce qui pointe du doigt la relative proximité des start-ups avec une forme ou une autre des réseaux sociaux, à défaut d’impliquer des concepts, clients et applications véritablement nouveaux.
    4. Fondamentalement, il y a moins de technologies radicalement nouvelles à exploiter. La croissance exponentielle de la technologie informatique à la fin du XXe siècle a permis aux start-ups de l’époque de fixer des prix élevés et de s’assurer ainsi des bénéfices importants; cependant, les start-ups d’aujourd’hui ne peuvent pas compter sur des circonstances technologiques aussi favorables, notamment parce que le coût par transistor n’a pas sensiblement diminué depuis 2014 (voir la loi de Moore).

En bref, les jeunes entreprises d’aujourd’hui ont ciblé des industries à faible valeur ajoutée technologique et hautement réglementées avec une stratégie commerciale qui, en fin de compte, va à l’encontre du but recherché: lever des capitaux pour subventionner une croissance rapide et s’assurer une position concurrentielle sur le marché en sous-facturant les consommateurs.

 

  • Propositions sur ce qui peut être fait pour régler cette situation. Des changements majeurs sont nécessaires non seulement de la part des investisseurs en capital risque (souvent assimilés à des chasseurs de tendances mal informés), mais aussi dans les universités et écoles de commerce américaines (l’une des grandes erreurs des écoles de commerce serait de privilégier le modèle économique à la technologie). Blamer “l’uberisation” du monde du travail est un peu vain: si les gens travaillent encore pour ce genre de services, c’est aussi car il n’existe pas forcément d’alternatives. Les grands avantages de productivité nécessaires ne peuvent être obtenus qu’en développant des technologies de pointe, comme les circuits intégrés, les lasers, le stockage magnétique et les fibres optiques des époques précédentes.

 

En guise de conclusion, Funk déplore le manque d’accent mis sur le développement de technologies dites révolutionnaires qui permettraient une vraie création de valeur afin d’assurer une prospérité basée sur la science et non un modèle d’affaire (less hype!). Il déplore le chemin que la science a pris, en valorisant plus le nombre de citations que les avancées des sciences fondamentales et s’en enfermant dans une sur-spécialisation. L’aveuglement et le manque d’expertise des VCs est également mis en lumière. L’appel est lancé: revenir à une valorisation des sciences de base et appliquées et à leur commercialisation, surtout aux Etats-Unis.

 

Traditionnellement, la Suisse a toujours favorisé cette approche. Cela lui a valu des critiques car elle n’est pas le berceau de nombreuses licornes. Mais est-ce la voie qu’elle doit suivre? Cela contribuera-t-il à une création de valeur (connaissances, emplois, etc.) qui garantira sa réussite et, comme aime à le souligner Xavier Comtesse, sa résilience?

 

 

Source: American Affairs Journal

 

 

La Suisse entre autogoal européen, fierté de classement et passeport covid défaillant

Fin juin, l’IMD annonce, via son classement mondial de la compétitivité, que la Suisse prend la première place du podium pour l’année 2021. Allez hop, une petite tape sur l’épaule! Peu avant, la Commission Européenne publie son “tableau” d’innovation régionale 2021 où, roulement de tambour, la Suisse sort derechef première. Deuxième tape sur l’épaule, on les roulerait presque!

A n’en pas douter, on associe souvent des points forts à la Suisse tels que les relèvent les instances européennes: systèmes de recherche attractifs, ressources humaines et actifs intellectuels. Les trois meilleurs indicateurs sont notamment les co-publications scientifiques internationales, les doctorants étrangers et la formation continue. Parmi les autres indicateurs figurent notamment les publications scientifiques parmi les 10% les plus citées, les co-publications du secteur public-privé, les applications de design, l’emploi dans les PME innovantes et même les émissions atmosphériques de particules fines. On peut donc se permettre de faire le coq devant nos voisins avec un score de plus de 44% au-dessus de la moyenne européenne.

Et pourtant, comme le relevait Le Temps à la suite de l’abandon des négociations sur l’accord-cadre avec l’UE, notre chère île au milieu du continent se voit désormais exclue de la neuvième édition des programmes-cadres de recherche Horizon Europe qui représentent pas mois de 35% (TRENTE-CINQ POUR CENT) des fonds dont bénéficient les projets scientifiques helvètes. La réponse de nos chères autorités: on financera. Peut-on en être si certain alors que le verbe économiser est érigé en maître au Parlement, comme le démontrait Fathi Derder dans son livre? L’argent ne fait pas tout et l’on ne rattrape pas si aisément un handicap que l’on s’afflige à coups de millions.

Exemple criant en ces temps de crise, la Suisse qui savait depuis longtemps qu’elle avait à se préparer pour mettre en place un passeport covid électronique, accouche d’une mise en œuvre défaillante, le passeport européen n’étant pas compatible avec l’application développé par nos autorités estimées. Pour ne citer que l’exemple d’un acteur genevois de la culture: “Nous y avons cru. Après l’annonce du Conseil Fédéral la semaine passée, nous avons même planifié notre retour sur le devant de la scène. Malheureusement, la mise en place désastreuse du passeport Covid nous a mis face à une tout autre réalité sur le terrain et c’est le cœur gros, mais avec la certitude d’avoir pris la bonne décision, que nous renonçons finalement à ouvrir le club ce week-end.”

Alors que la Suisse a beau briller face aux Bleus et être pays hôte des grands présidents de ce monde, son ambassadeur Nicolas Bideau a de quoi être grisé au micro de la radio quant à l’image du pays cent fois relayée ces derniers temps. Cela étant dit, nos auto-goals géopolitiques ont de quoi nous faire ramer dans les années à venir. Rassurons-nous, nos sept sages sont actuellement en course d’école

 

Le Léman, la voile et ses innovations

A défaut du “Bol d’Air” 2020, le Bol d’Or 2021 aura bel et bien lieu le week-end prochain. Le monde de la voile romand étant en ébullition, c’est l’occasion de revenir sur une vague d’innovations dans ce secteur d’activité, dont de nombreuses premières en Suisse et sur le Léman.

 

Bateaux

  • Monocoques

 

    • Après la guerre, Hermann Egger développe, aux abord du Lac de Neuchâtel, des bateaux dont la réputation traversera les frontières. Marcel Bich (famille des stylos BIC) le mandatera pour aller affronter les Américains et tenter de ravir leur Coupe éponyme grâce à une collaboration franco-suisse.
    • Le Toucan règne en maître incontesté sur le Bol d’Or dans les années 70. Il marque les débuts des bateaux spécialement conçus pour le Léman, alliant légèreté et lestage optimum.
    • Le QFX fait son entrée – ou grand retour pour certains – en ayant pris part au Genève-Rolle-Genève samedi dernier grâce au développement sans relâche de Thomas Jundt. Une “bombe” légère et polyvalent.

 

  • Multicoques

Au début des années 1980, le navigateur Philippe Stern développe les bateaux multicoques (catamaran ou trimaran) qui prennent rapidement le dessus sur les traditionnels monocoques. Quelques années plus tard, leur succès est tel qu’ils poussent notamment les organisateurs du Bol d’Or à créer des catégories pour permettre aux bateaux de même grandeurs de se mesurer entre eux.

 

© Alinghi.com
    • Financé par Ernesto Bertarelli, Alinghi 41, dit “Le Black”, sera la fusée des premières années de l’an 2000! Son prix exorbitant (on parle de CHF 2mio) sera rédhibitoire pour de nombreux marins voulant le concurrencer au Bol d’Or.
    • Lors de l’édition 2004 du Bol d’Or, une idée germe dans la tête du concepteur naval Christian Favre qui, en un an, arrivera à développer les Ventilo M2 dont un terminera au pied du podium l’année suivante. Douze petits mois pour passer de la pensée à un tel résultat de course ou comment passer de l’irréalisable au possible.
    • Purs produit des Ateliers Décision de Bertrand Cardis, les catamarans D35 (pour 35 pieds) s’imposent rapidement comme les bateaux monotype grâce à l’entente des propriétaires qui se mettent d’accord pour lancer cette série de multicoques contrôlée (une façon d’avoir plusieurs équipages au même pied d’égalité en termes de bateaux).
    • L’Hydroptère est un véritable bateau laboratoire, conçu par le bureau Hydros Innovation et soutenu financièrement par Thierry Lombard, bat tous les records de vitesse. Ses concepteurs ont véritablement l’efficacité énergétique en tête.

 

    • Foil
@ La Côte

Cette technologie d’ailette permet aux bateaux de réduire la friction avec l’eau en survolant le plan d’eau. Christian Favre et Jean Psarofaghis se sont notamment associés pour lancer V2 Factory qui a conceptualisé des foils révolutionnaires. Avant eux, le π28 a largement contribué à la recherche et développement, particulièrement au niveau de son gréement. En 2018, le Monofoil Gonet allie innovation technique sur monocoque et facilité d’utilisation. Les TF35 sont les derniers nés sur le Léman, les petits frères des D35 qui ont gagné tant des dernières éditions du Bol d’Or, intégrant la technologie des foils.

 

 

Voiles

  • Aile rigide construite par le légendaire Philippe Durr en 1992 pour Altaïr XII de Philippe Stern et qui équipera les bateaux de la Coupe de l’America vingt ans plus tard.
  • La technologie 3DL (“three dimensional laminated”) est un processus qui permet de mouler les voiles sur une plaque modèle. Elle a été imaginée par le voilier suisse Jean-Pierre Baudet.
  • Prototypées en 2015, les voiles gonflables d’Edouard Kessi (Inflated Wing Sails IWS) offrent une grande flexibilité dans son utilisation et un confort de voile accru selon ses concepteurs.

 

Mât

  • L’aluminium s’invite dans la fabrication des mâts par Albert Coeudevez, notamment pour Eric Tabarly, afin d’augmenter leur solidité et leur sécurité.
  • Premier mât en carbone du monde pensé (1984), dessiné et réalisé par Christian Favre sur les rives du Léman. Le résultat ne s’est pas fait attendre avec une victoire du Bol d’Or en 1985 d’Altaïr XI de Philippe Stern.
  • Premier mât en “L” en 1992 qui sert de support aux voiles dites à corne et qui sera également mis en œuvre sur les bateaux de la Coupe de l’America.

 

Matériaux

Alors que le carbone continue de renforcer er d’alléger des pièces, Edouard Kessi et son acolyte Gérard Gautier développent la TPT (Thin Ply Technology): un procédé de fabrication de membranes composites filamentaires rigides de haute résistance, issu de la technologie des voiles 3Di, qui permet de répartir des filaments de carbone ultrafins dans les directions exactes des efforts. La résine contenue dans la préparation du pré-imprégné (“prepreg”) vient les stabiliser au terme d’une étape de thermodurcissement. On peut également citer MB Composite, entreprise créée par Mathias Bavaud qui navigue sur plusieurs domaines pour faire parler son expertise dans une foule de domaines, pas seulement celui du nautisme.

 

Rodolphe Gautier, président du comité d’organisation du Bol d’Or Mirabaud, l’avoue: “Aujourd’hui, avec les nouveaux matériaux, on ne peut plus fonctionner de manière simplement empirique en testant les choses. Pour arriver à une nouveauté, il faut beaucoup de calculs, de tests et, forcément, cela coûte très cher et cela prend du temps à mettre au point.” Le bassin lémanique a l’énorme avantage de combiner de fantastiques innovateurs ainsi que des mécènes, eux-mêmes férus de voile et entrepreneurs dans l’âme, qui permettent le développement de telles innovations grâce à un financement considérable.

 

Le Léman, ce magnifique laboratoire aux multiples paramètres complexes et conditions rapidement fluctuantes, continuera d’inspirer les navigateurs passionnés qui, à l’instar de leurs homologues guides de montagne, ne cesseront d’innover pour atteindre de nouveaux sommets.

 

 

Sources: Magazine skippers voile & océan, Le Temps interactif, www.notrehistoire.ch (collaboration RTS)

Le soutien politique nécessaire pour les industries d’innovation

Le Temps du jour se fait l’écho des acteurs de la branche des dispositifs médicaux basés en Suisse: fin mai, toute organisation helvète devra disposer d’un représentant légal (et donc d’une adresse) sur sol européen. Si tel n’est pas le cas, les entreprises ne seront pas en conformité avec le droit de nos chers voisins chez qui nous exportons l’équivalent de plus de CHF 5.2 milliards par année pour cette seule branche médicale (63’000 emplois estimés).

 

Cette impasse dans laquelle le pouvoir politique a placé une partie de son économie d’innovation est regrettable. Alors que la medtech est une industrie largement établie dans notre pays, elle semble ne pas (assez) intéresser nos négociateurs politiques pour arriver à arracher ne serait-ce qu’un délais d’adaptation dont plusieurs autres états dits tiers bénéficient (p.ex. Etats-Unis, Japon).

 

A titre de comparaison, certains domaines d’innovation ont profité d’une forme de prescience de la part de nos élites politiques. Citons deux exemples:

 

  • L’industrie des drones: très tôt, l’Office fédérale de l’aviation civile OFAC a cherché des solutions pour faire cohabiter avions et drones. Aux Etats-Unis en revanche, la Federal Aviation Administration FAA a eu tendance à bloquer les démarches, ce qui a freiné l’innovation dans ce secteur, ayant rendu les vols de drones quasi impossibles à réaliser tellement les procédures étaient kafkaïennes. On peut citer le cas d’un maire dans les Grisons qui proposaient des vallées inhabitées pour venir tester ses engins volants. Quand le bon sens fait place à l’étouffement administratif.

 

  • Les cryptomonnaies: la Suisse est régulièrement citée pour sa Crypto Valley d’où émergent produits et services innovants. Cet engouement a notamment été rendu possible grâce aux lois en vigueur soutenues par le Conseil Fédéral alors que de nombreux pays restent extrêmement frileux sur la question. Ce n’est pas un hasard que Facebook ait choisi la Suisse pour y développer ses projets de cryptomonnaie LIBRA. Très récemment, une nouvelle loi a permis l’émergence et la création de titres “tokénizés” comme l’ont fait les banques Sygnum et SEBA afin d’être au premier plan de cet élan (on pense également aux NFT dont les médias parlent fréquemment, notamment dans le monde de l’art).

 

Bien évidemment, le cadre légal et l’implication politique ne sont que des ingrédients complémentaires pour contribuer à l’essor et au succès d’industries. Toutefois, compte tenu de l’ubiquité et de l’importance qu’ils revêtent dans notre pays, ils sont essentiels. Ne laissons pas tomber la medtech suisse!

 

La Suisse numérique: un rêve plus qu’une réalité

La semaine dernière, un entretien avec Martin Vetterli était repris par de nombreux médias : il faisait remarquer que “la Suisse est à la traîne en matière de numérisation de la politique et de la vie quotidienne”. Avait-on besoin d’attendre autant de temps avant que le président de l’EPFL ne pose ce constat dont digitalswitzerland a fait son cheval de bataille depuis de longues années?

 

En ce dernier jour de mars, Le Temps en fait son éditorial en qualifiant de “dramatique” le retard de la Suisse au niveau du numérique. Les récents couacs des différents systèmes mis en place pour lutter contre la pandémie y sont notamment mis en avant mais cela n’est que la partie émergée de l’iceberg.

 

En parallèle, Fathi Derder reprend aussi ce texte sur son compte LinkedIn dans une série intitulée “coma numérique suisse” en citant par exemple un ancien collègue de l’hémicycle fédéral qui s’exprimait sur la question: ” ‘Tout le monde s’en fout’ répète mon fonctionnaire, son thé à la main. Il soupire: ‘Le numérique est trop complexe, trop lointain, électoralement inintéressant. Comment voulez-vous gagner des voix en parlant de numérique?’ ” Quand les enjeux électoraux passent avant la résolution de questions centrales pour le pays… Rien de nouveau mais il est navrant de constater le fossé numérique nationale qui nous sépare de notre première position sur le podium de l’innovation.

 

Mesdames et Messieurs les protagonistes politiques au sens large, quelles actions comptez-vous mettre en place pour remédier à ce cinglant retard? Ne nous dites plus que “tout va bien”: soyez visionnaires! Le défi est à la hauteur de nos capacités d’innovation: énorme.

Le dessous du classement d’innovation OMPI

Il y a peu, le Directeur de digitalswitzerland publiait un post sur Linkedin pour inciter la Suisse, bonne élève modeste, à célébrer un peu plus vocalement sa première place au classement global de l’innovation de l’OMPI (GII). Cela ne nous étonne (presque) même plus, un peu comme une nième victoire de Federer quand il régnait sur les courts: depuis 2011, le pays occupe la première place du GII.

 

Un classement doit cependant rester ce qu’il est: une incitation à faire mieux tout en étant une célébration des efforts réalisés. Mais si classement il y a, quels sont les métriques qui permettent de l’établir? Regardons-y d’un peu plus près.

 

 

Le Global Innovation Index (GII) est la simple moyenne de deux indices:

  • Innovation Input Sub-Index: cinq piliers saisissent les éléments de l’économie nationale qui permettent des activités innovantes.
  • Innovation Output Sub-Index: deux piliers comprennent les outputs de l’innovation qui sont le résultat d’activités innovantes au sein de l’économie.

 

Chaque pilier comprend trois sous-piliers qui sont eux-mêmes composés d’indicateurs individuels (environ 80 au total). La méthodologie est rigoureuse et ce ne sont pas moins que l’Université de Cornell (faisant partie de l’exclusif bastion IVY League) ainsi que l’INSEAD qui sont partenaires de l’OMPI pour mener à bien ce fastidieux travail de collecte, de classement et d’analyse. De plus, le rapport est audité par le Joint Research Centre of the European Union (JRC).

 

Les six piliers sont les suivants:

1. Les institutions

Il est essentiel pour l’innovation d’entretenir un cadre institutionnel qui attire les entreprises et favorise la croissance en assurant une bonne gouvernance et des niveaux corrects de protection et d’incitation.

2. Capital Humain et recherche

Le niveau et la qualité de l’éducation et de l’activité de recherche dans une économie sont les principaux déterminants de la capacité d’innovation d’une nation.

3.  Infrastructure

Composé de trois sous-piliers: technologies de l’information et de la communication (ICT), Infrastructures générales et durabilité écologique.

4. Sophistication du marché

La disponibilité du crédit et un environnement favorable à l’investissement, l’accès au marché international, la concurrence et l’échelle du marché sont autant d’éléments essentiels à la prospérité des entreprises et à l’innovation.

5. Sophistication des entreprises

Le dernier pilier tente de saisir le niveau de sophistication des entreprises pour évaluer dans quelle mesure elles sont propices à l’activité d’innovation.

6. Outputs de la connaissance et de la technologie

Ce pilier couvre toutes les variables qui sont traditionnellement considérées comme étant le fruit d’inventions et/ou d’innovations (p.ex. le nombre de brevets par habitants, nombre d’articles scientifiques, etc.).

7. Outputs “créatifs”

Le rôle de la créativité est largement sous-estimé dans la mesure de l’innovation et les débats politiques. Il comprend trois sous-pilier:

i) statistiques sur les demandes de trademark et indicateur de l’économie sur les marques les plus précieuses;

ii) indicateurs de la créativité et des résultats créatifs d’une économie (p.ex. exportations de services culturels et créatifs tels que des longs métrages) qui visent tous à donner une idée globale de la portée internationale des activités créatives dans une économie;

iii) créativité en ligne, ajustée à la population (p.ex. noms de domaines top-level par pays, nombre moyen d’éditions annuelles de Wikipédia, téléchargements d’application mobiles).

 

Ces métriques mieux comprises, il sera plus aisé pour un pays “d’optimiser” son classement à l’avenir (à l’instar des classements internationaux d’universités), bien que certains piliers demandent des années et des milliards d’investissements pour être mis en place et porter leurs fruits. Les auteurs du rapport avouent qu’il est ardu de trouver/rassembler des métriques qui permettent de quantifier plus directement l’innovation. Toutefois, ils sont plus plus soucieux d’améliorer le “chemin” vers une meilleure mesure, de comprendre l’innovation et d’identifier les politiques ciblées, les bonnes pratiques et les autres leviers qui favorisent l’innovation.

 

Comme le rappelait une récente chronique dans Le Temps: “Les autorités suisses, l’administration et le système sanitaire ont certes fait des efforts, mais ils ne fournissent pas encore des services de classe mondiale aux citoyens sur le plan numérique. Il est temps de se réveiller et de faire mieux, dans tous ces domaines.

 

En Suisse comme dans tout autre pays, les œillères ne sont pas de mise et le repos sur ses lauriers encore moins. Back to work!

 

PS: quelle coïncidence avec l’article du jour “Les trompeurs classements mondiaux de l’innovation”!

 

 

Un, deux, trois, SPAC!

La SPAC, ou Special Purpose Acquisition Company, est une société sans activité opérationnelle dont les titres sont émis sur un marché boursier (IPO) en vue d’une acquisition ou d’une fusion future dans un secteur particulier et avant une échéance déterminée. En d’autres termes, les SPAC sont des sociétés publiques fictives créées pour rendre publiques des entreprises cibles en fusionnant avec elles, ce qui évite à la cible de devoir passer par le processus traditionnel d’introduction en bourse (et de payer 5 ou 6 % de frais).

Les SPAC sont essentiellement l’inverse d’une introduction en bourse traditionnelle: une société s’introduit d’abord en bourse avec l’intention d’acquérir une société privée pour l’intégrer dans sa structure. Ce sont en fait des « coquilles vides » qui s’introduisent en bourse en amont, sans activités commerciales existantes ni résultats à présenter, tout en demandant aux investisseurs une sorte de chèque en blanc.

Il ne se passe pas une semaine sans que l’on ait vent d’une entreprise qui fasse son entrée en bourse via une SPAC. Il est à noter qu’en 2020, les SPAC ont levé plus de fonds lors de leurs introductions en bourse que durant toute la décennie précédente. Rien que l’an dernier, pas moins de 250 SPACs sont entrées en bourse, quatre fois plus que les années précédentes. On assiste en effet à  une SPAC-mania.

Penchons-nous d’abord sur le fonctionnement d’une SPAC comme le présentent Michael Klausner (Université de Stanford), Michael Ohlrogge (NYU) et Emily Ruan (Université de Stanford) qui, en novembre dernier, ont publié A Sober Look at SPACs.

 

Processus classique d’une acquisition via une SPAC

a) Les investisseurs publics achètent des unités composées d’actions et de bons de souscription lors de l’introduction en bourse d’une SPAC; le sponsor reçoit le mêmes type d’unités avec une promotion de 25 % et contribue également en espèces au paiement des frais de fonctionnement de la SPAC en échange d’un plus grand nombre d’unités.
b) Dans un délai de deux ans, la SPAC propose une fusion par laquelle une société privée devient cotée en bourse.
c) Les actions des investisseurs publics (souvent, bien plus des deux tiers du total de la SPAC) sont offertes au rachat.
d) Simultanément à la fusion, le sponsor et/ou des tiers achètent des actions dans le cadre de placements privés (PIPE) pour reconstituer une partie des liquidités que la SPAC a versées pour racheter les actions.
e) La fusion cible est réalisée.
f) Les actionnaires publics restants de la SPAC possèdent une petite partie des capitaux propres de la société issue de la fusion, et
g) le promoteur et les investisseurs privés tiers détiennent également de petites parts du capital de la société.

 

Les auteurs de l’article analysent les 47 SPACs ayant conclu des opérations de fusion entre le 1er janvier 2019 et le 30 juin 2020. Alors Oncle Picsou: le jeu en vaut-il la chandelle?

 

Quelques points sont à considérer:

  • Droit de rachat des investisseurs: l’une des principales caractéristiques de la SPAC est que les investisseurs publics de l’IPO de la SPAC ont le droit de racheter leurs actions avant la fusion cible à un prix de rachat égal au prix qu’ils ont payé plus un rendement; ils conservent également les bons (et les droits). Cet investissement, essentiellement sans risque, a permis d’obtenir un rendement annualisé moyen de 11,6 % pour les investisseurs qui ont racheté leurs actions lors des 47 opérations.
  • Trois causes de dilution: les causes de dilution sont (i) la “promotion” de 25 % par le sponsor, (ii) les frais de souscription de l’introduction en bourse de la SPAC, et (iii) la dilution des actions post-fusion causée par les bons de souscription (et parfois les droits) de la SPAC. Et comme la plupart des investisseurs rachètent leurs actions (au plein prix plus le rendement), l’impact de ces coûts sur la dilution du reste des actions de la SPAC en circulation est arithmétiquement amplifié.
  • Coûts de dilution: Klausner, et al. ont calculé que le coût médian des trois sources de dilution dans les 47 opérations était de 14,1% de la valeur des actions cibles après la fusion – 7,7% provenant de la promotion, 2,3% des frais d’opération et 4% des warrants et droits. Les 6 % pour souscrire à une introduction en bourse traditionnelle ne semblent donc comparativement pas si mauvais…

 

Et là, surprise ! Tous les participants à l’opération ne gagnent pas d’argent.

  • Performance de la SPAC: elle tient en deux mots – pas bonne. Le rendement moyen des actionnaires dans les trois mois suivant la fusion pour les 47 opérations est de 2,9 %. Six et douze mois après la fusion, le rendement moyen des 47 opérations était respectivement de -12,3 % et -34,9 %. Les rendements moyens comparés à l’indice des introductions en bourse sont négatifs sur toutes les périodes. Les performances des SPAC à long terme après la fusion sont également faibles, les rendements moyens des SPAC pour chacune des dix dernières années étant inférieurs de 10 à 75 % à ceux de l’indice Russell 2000 (référence la plus courante pour les fonds communs de placement qui s’identifient comme étant de petite capitalisation).
  • Cause des mauvaises performances: les auteurs ont constaté que la dilution de la SPAC est fortement corrélée aux pertes des actionnaires de la SPAC.
  • Rendement des sponsors: le rendement médian 3 mois après la fusion pour les sponsors des 47 opérations sur leurs liquidités investies est de 202%.
  • Net, Net: les sponsors prennent un certain risque et s’en sortent très bien. Les investisseurs des introductions en bourse réalisent un rendement hors normes sans risque. Et les actionnaires cibles après la fusion (dont le groupe comprend les investisseurs non rachetés) perdent de l’argent.

 

Effet de mode ou leurre, les SPAC ne sont pas prêtes à disparaître mais gare aux beaux discours qui cachent la réalité des chiffres.