Les lois empiriques de la tech

Récemment, la plateforme CB Insights publiait un article sur les huit “lois empiriques” que les années de développement technologique ont confirmées et qui, par voie de conséquence, ont donné les lettres de noblesse aux personnes qui ont repéré ces tendances. Retour sur celles qui ont façonné le domaine de la tech depuis plusieurs décennies.

  • Loi de Moore

Peut-être la plus connue, elle date de 1965 lorsque le co-fondateur d’Intel, Gordon Moore, prédit que chaque année, les fabricants de semi-conducteurs sont capables de doubler le nombre de transistors sur les puces électroniques alors que leur prix est divisé par deux. Cette observation se confirma à tel point qu’elle fût apparentée à une sorte de “prophétie auto-réalisatrice” dans l’industrie, permettant aux industriels de planifier leurs chiffres ventes, stratégies et ressources nécessaires. En 1975, Moore ajuste sa prédiction exponentielle en précisant que la puissance des circuits intégrés double chaque deux ans, ce qui s’avèrera correct jusqu’à il y a peu à cause de la complexité de réduire encore plus la taille des transistors de façon économiquement viable. Avec l’avènement des ordinateurs quantiques, Neven pourrait détrôner Moore.

  • Loi de Metcalfe

En 1980, un des pères de la technologie Ethernet, Robert Metcalfe, observe que l’augmentation de la valeur des réseaux de communication est proportionnelle au nombre de leurs utilisateurs. En effet, à l’instar des premières installations de téléphones, le coûts initial de connexion au réseau excède généralement la valeur qui en résulte. Cependant, à un certain moment, une masse critique d’utilisateurs connectés est atteinte: les coûts initiaux deviennent alors inférieurs aux bénéfices dus aux connexions supplémentaires. Facebook, Twitter et Snap sont trois exemples suivant cette logique: plus les gens s’inscrivent sur les réseaux sociaux, plus il devient intéressant de les rejoindre. Le but est d’ensuite de réussir à fidéliser les utilisateurs pour qu’ils restent, sinon gare à la chute.

  • Loi de Gall

En 1975, Robert Gall écrit: “Un système complexe qui fonctionne se trouve invariablement avoir évolué depuis un système simple qui fonctionnait. La proposition inverse se révèle également exacte: un système complexe développé de A à Z ne fonctionne jamais et vous n’arriverez jamais à le faire fonctionner. Vous devez recommencer depuis le début, en commençant par un système simple.” Ce principe deviendra une pierre angulaire du développement de nouveaux produits afin que leur finalité devienne la priorité, à savoir faire en sorte que les gens veulent utiliser ces produits. On pensera donc par exemple au concept de “minimum viable product” lors de l’élaboration de nouveaux produits et services, pratique largement répandue dans les startups: on vise d’abord un produit sans trop de fonctionnalités et on l’améliore au fur et à mesure grâce aux feedbacks des utilisateurs.

  • Règle des deux pizzas (Amazon)

Début 2002, Jeff Bezos décide de s’attaquer à la surabondance de communication interne afin d’augmenter la productivité. Il réorganise donc toutes ses équipes en suivant la règle des deux pizzas: les d’employés sont réunis en groupes assez petits afin de se sustenter de seulement deux pizzas lors des tardives sessions au bureau. Cette volonté de limiter la taille de groupes de travail garantit une forme d’agilité alors même que l’entreprise est très large et compte de nombreux départements. Elle encourage également une certaine dépendance dans la prise de décision au lieu de trop dépendre de la hiérarchie. Résultat: une croissance moins coûteuse, une facilitation d’expérimentation et, au final, plus d’innovations proposées aux utilisateurs. Bezos l’exprime en 2013: “La distribution [décentralisée] des inventions dans toute l’entreprise […] est le seul moyen d’obtenir une innovation robuste et à haut débit.” Chez Spotify, les squads de maximum huit personnes s’inspirent de la même logique générale.

  • Loi de Conway

En 1967, Melvin Conway remarque que “les organisations qui conçoivent des systèmes […] sont contraintes de produire des designs qui sont des copies de la structure de communication de leur organisation.” Autrement dit: si par exemple deux développeurs n’échangent pas souvent ni librement, l’intégration d’un logiciel se fera difficilement; si au contraire leur communication est ouverte et fréquente, les chances que l’expérience utilisateur soit fluide sont bien plus grandes. Un exemple: Apple qui organise ses équipes non pas autour d’un produit mais en assemblant diverses expertises fonctionnelles (p.ex. design, marketing, etc.) afin d’unifier les expériences à travers tous les produits et services de la marque. Un autre: la manière de fonctionner de la plateforme GitHub reflète la nature décentralisée et asynchrone de la collaboration entre leurs programmeurs-contributeurs.

  • Loi des “clics de m*”

Attribuée à Andrew Chen, associé dans le bureau de capital risque Andreessen Horowitz, elle stipule que tout nouveau canal marketing, aussi utile soit-il initialement, perd peu à peu son efficacité avec le temps. L’investisseur attribue trois raisons à cela: i) la nouveauté: les gens y répondent par la curiosité mais reconnaissent vite des habitudes, ii) les fast followers: l’efficacité d’un canal se répand comme traînée de poudre et une certain fatigue s’installe chez les personnes, iii) l’échelle: si des early adopters répondent positivement à des nouveaux outils marketing, le grand public sera plus hésitant. Cela pose également la question centrale des métriques afin de mesurer l’efficacité d’une campagne marketing (p.ex. le taux d’ouverture d’une newsletter envoyée par email).

  • Loi de Zimmermann

En 2013, le pionnier de l’encryption d’emails Phil Zimmermann affirme que de nos jours, la trajectoire naturelle d’une technologie est de rendre la surveillance (de masse) plus facile, de telle sorte à ce que la capacité des ordinateurs à collecter des données d’utilisateurs double chaque deux ans (vous avez dit Moore?). Ce n’est plus un secret que les données sont le bien le plus précieux de notre époque et qu’il est donc naturel d’offrir des services gratuits en échange de données d’utilisateurs. Facebook, Google et tant d’autres en sont les fers de lance afin de mieux connaître leurs utilisateurs et donc offrir des publicités encore plus ciblées à de potentiels clients. Avec l’avènement de l’Internet of Things (IoT), le débat continuera de faire rage: avantages et utilités versus effritement de la sphère privée.

  • Principe de Pareto

Vers la fin du 19ème siècle, l’économiste italien Vilfredo Pareto consigne une observation: 80% des terres du pays sont entre les mains de seulement 20% de la population. En étudiant d’autres contrées, il y découvre les mêmes proportions. Dès ce moment, cette règle générale trouve un magnifique écho dans une multitude de situations, allant du sport aux assurances qualité. Ce principe s’illustre particulièrement bien dans le monde du capital risques où la majorité des investissements dans des jeunes pousses ne rapportent que peu ou pas alors qu’une minorité surpasse de loin le retour sur investissement moyen.

(source CB Insights)

Covid 19: vers plus d’institutions et d’agences gouvernementales?

Puisque l’Histoire nous permet de mieux saisir le présent et, par anticipation, mieux prévoir le futur, Bruce Katz dans ForeignPolicy nous rappelle que “les crises provoquent la création de nouvelles agences et institutions gouvernementales. En prenant les Etats-Unis pour exemple, le pays a créé

  • le Département de la Sécurité Intérieure (Department of Homeland Security) après les attaques du 11 septembre, et
  • le Bureau de la Protection des Finances des Consommateurs (Consumer Financial Protection Bureau) suite à la crise des subprimes de 2008-2009.

[Dans les centres urbains] la pandémie du coronavirus encouragera sûrement les changements institutionnels où de nouvelles compétences émergeront afin de répondre au dévaste économique”. Peut-on dès lors parler d’innovation institutionnelle voire gouvernementale?

Dans un autre registre, l’innovation étatique avait su mettre en place un plan d’action pour combattre d’éventuelles pandémies. En effet, le Plan suisse de pandémie Influenza datant de 2018 refait timidement surface et sa lecture est vivement recommandée (l’exergue liminaire “If you fail to plan, you are planning to fail” attribuée à Benjamin Franklin fait rire jaune au vu de la situation). Sa mise en application demeure toutefois une énigme et on se demande quel grain de sable a enrayé la machine, en termes de préparation, alors qu’on annonce fièrement que “cela fait une semaine […] que la Confédération ravitaille le commerce de détail en masques à raison d’un million de pièces par jour.” Verra-t-on un renforcement majeur de l’Office Fédéral de la Santé Publique qui est sur le devant de la scène? Assurément si l’on prend le pouls de la population qui replace derechef la santé au centre des préoccupations. Quant aux Etats-Unis, y verra-t-on le retour d’une task force dédiée à la gestion des risques de pandémies alors qu’elle a été quasiment dissoute par l’administration Trump en 2018? Il s’agit d’une nécessité que nul ne contestera.

En ce début du mois de mai, tandis que nos voisins déconfinent prudemment et que le “retour” de notre système politique est prôné haut et fort par notre Présidente, on assiste toutefois, comme le soulignait Annabelle Timsit dans Quartz, à une reprise de l’activité étatique: “[…] alors que nous sommes collectivement confinés chez nous, l’un des plus grands réarrangements de pouvoir de l’histoire moderne se déroule sous nos yeux – et l’on craint vraiment que nous soyons trop débordés pour y faire quoi que ce soit.

Au cours des dernières semaines, les dirigeants du monde entier ont étendu leurs pouvoirs de manière sans précédent au nom de la lutte contre le nouveau coronavirus.

  • En Thaïlande, le gouvernement peut désormais censurer les médias.
  • En Corée du Sud, les autorités utilisent les enregistrements des téléphones portables, des cartes de crédit et des GPS pour suivre les patients atteints de Covid-19 en temps réel.
  • Aux États-Unis, le ministère de la justice a demandé aux législateurs le pouvoir de demander que les accusés soient détenus indéfiniment sans procès en cas d’urgence.

Dans un récent épisode du podcast Talking Politics, deux experts en théorie politique ont discuté du moment où les pouvoirs d’urgence deviennent tyranniques. Selon eux, l’état d’urgence est justifié si la menace est publique, universelle et existentielle, et si les pouvoirs extraordinaires sont autorisés par le peuple, limités dans le temps et proportionnels. Le Covid-19, que l’on a appelé “le grand égalisateur”, correspond certainement à la première moitié de cette description, mais qu’en est-il de la seconde ?

Il y a très peu de choses dans l’Histoire pour nous convaincre que les États sont désireux de rendre des pouvoirs une fois qu’ils ont été attribués. […] Il convient de noter que peu de déclarations d’urgence adoptées dans le monde pour faire face à la crise du Covid-19 sont assorties d’une clause de temporisation.

Quant aux autres points, qui détermine quelle perte de nos droits personnels est proportionnelle à la menace ? Et qui parle au nom du peuple ?”

Pour reprendre la récente déclaration de la Conseillère Fédérale Sommaruga: “Que la démocratie reprenne ses droits!”, il est impératif que celle-ci ne tombe pas dans l’oubli lorsque l’on assistera à une vague d’ “innovation” d’Etat.

Covid-19: les géants du numérique se renforcent

Tandis que toute l’économie subit l’impact paralysant du coronavirus, les affaires des plus grandes entreprises technologiques se maintiennent, voire prospèrent. Les gens étant invités, voire forcés, à travailler à domicile et à rester à l’écart des autres, la pandémie a renforcé la dépendance aux services des plus grandes entreprises du secteur technologique (les GAFAM par exemple) tout en accélérant les tendances qui leur profitaient déjà.

Pour les entreprises qui gèrent leurs infrastructures sur l’Internet, l’adaptation des besoins informatiques est coûteuse et compliquée. Le cloud computing facilite cette tâche et offre une alternative rapide et scalable. Les entreprises se débarrassaient déjà de leurs propres centres de données pour louer des ordinateurs chez Amazon (Web Services AWS), Microsoft (Azure) et Google (Cloud). Cette évolution devrait s’accélérer car des millions d’employés sont obligés de travailler à domicile, des étudiants de suivre leurs cours depuis chez eux, etc., ce qui met à rude épreuve les infrastructures technologiques des différentes organisations.

  • Utilisation croissante des outils de collaboration et de télétravail

Microsoft a fait une promotion agressive de son nouvel outil de messagerie et de collaboration, Microsoft Teams, qui est en concurrence avec la société indépendante Slack qui avait vraiment démocratisé la messagerie instantanée au travail. Récemment, Microsoft a déclaré que le nombre d’utilisateurs de Teams avait augmenté de 37 % en une semaine, pour atteindre plus de 44 millions d’utilisateurs quotidiens. Chaque jour, il y a eu au moins 900 millions de réunions et de comptes rendus de conférences téléphoniques sur Teams.

  • Les applications de livraison de produits d’épicerie sont très demandées

Depuis plusieurs années déjà, Amazon s’est allié aux détaillants en magasin (brick and mortar) en rachetant par exemple la chaîne nord-américaine Whole Foods. Cependant, désormais réticents à se rendre en magasin, les acheteurs se tournent d’autant plus vers le géant du commerce en ligne pour une plus grande variété de produits, comme les produits d’épicerie et les médicaments en vente libre (rappelons qu’en 2018, Amazon était possédait 49% des parts du commerce de ventre en ligne aux USA). Pour faire face à la demande, le groupe cherche actuellement à recruter 100’000 personnes pour ses centres et ses réseaux de distribution. Après les livres, Amazon chamboule les habitudes d’achat pour les produits d’épicerie.

D’autres applications de livraison de produits d’épicerie, dont Instacart (cherche 300’000 personnes dans les trois prochains mois, soit plus du double de sa base actuelle), Walmart Grocery (cherche 150’000 personnes pour ses centres de distribution) et Shipt, ont commencé à enregistrer un nombre record de téléchargements quotidiens.

  • Augmentation du trafic vers les sites de streaming vidéo et les plateformes de médias sociaux

Les appels vocaux sur le service de messagerie WhatsApp (2 milliards d’utilisateurs au niveau mondial, appartenant au groupe Facebook) ont doublé en volume. L’application Messenger de Facebook (1.3 milliards d’utilisateurs au niveau mondial) a connu une croissance similaire. Les analystes sont optimistes quant aux perspectives de Facebook, car de nombreuses personnes s’y tournent pour obtenir des nouvelles en temps de crise et pour se distraire lorsqu’elles travaillent à la maison (Facebook News, tout comme LinkedIn Newsroom avec notamment un feed spécifique sur le coronavirus).

Les téléchargements de l’application Netflix (167 millions d’utilisateurs au niveau mondial) ont augmenté de 66 % en Italie, de 35% en Espagne et de 9% aux USA où Netflix a été fondé et était déjà largement populaire (Netflix et YouTube ont même réduit leur qualité pour ne pas bloquer le réseau). Aujourd’hui, alors que les salles de cinéma ferment sur ordre du gouvernement, Netflix et YouTube gagnent un nouveau public.

L’utilisation des jeux vidéo et de la diffusion en direct a aussi connu une forte hausse: le week-end du 14 mars a vu une augmentation significative du nombre de spectateurs de la diffusion en direct par rapport au week-end précédent, avec une hausse de 10 % pour Twitch et de 15 % pour YouTube Gaming. Verizon a constaté que les jeux en ligne ont augmenté de 75 % aux heures de pointe en Amérique du Nord, tandis que la diffusion en continu a augmenté de 12 %.

  • Augmentation de l’utilisation des applications

Même Apple, une entreprise qui compte des centaines de magasins fermés dans le monde, semble de plus en plus vouloir sortir de la pandémie en bonne santé. De nombreuses usines d’Apple sont presque revenues à la normale. Les gens consacrent plus de temps et d’argent à ses services numériques. Apple a même annoncé le lancement d’une gamme de nouveaux gadgets.

L’augmentation du temps et de l’argent consacrés aux téléphones est également une bonne nouvelle pour Apple et Google, car ils réduisent la plupart des ventes et des achats d’applications. En deux semaines aux USA, les recettes de l’App Store d’Apple et d’Android ont augmenté de 14 à 20%.

  • Les plus grandes entreprises technologiques pourraient en sortir beaucoup plus fortes

Cela ne veut pas dire que les grandes entreprises technologiques ne doivent pas s’inquiéter. La publicité, le moteur de Google et de Facebook, a tendance à souffrir en période de ralentissement économique. Les actions d’Apple, de Microsoft, d’Amazon, de Facebook et de la société mère de Google, Alphabet, ont perdu collectivement plus d’un trillion de dollars en valeur marchande au cours des dernières semaines. Et Microsoft, Twitter et Apple ont réduit leurs prévisions financières à court terme en raison du ralentissement des dépenses de consommation.

Au-delà des cinq grands protagonistes, les choses ont été plus difficiles. Les outils de communication comme Zoom sont désormais essentiels, mais les entreprises de location de voitures comme Uber and Lyft et les sites de location de propriétés comme Airbnb voient leurs clients disparaître. L’industrie technologique mondiale, qui pèse 3’900 milliards de dollars, en souffrira cette année, mais on à quel point? Difficile de le prédire.

En résumé, lorsque l’économie finira par s’améliorer, les grandes technologies pourraient bénéficier de l’évolution des habitudes de consommation. Et malgré des mois de critiques de la part des législateurs, des régulateurs et des concurrents avant que la pandémie ne frappe durablement les USA et le reste du monde, les plus grandes entreprises finiront probablement l’année plus fortes que jamais.

(source AngelList)

De la digitalisation en ces temps de confinement

Auparavant quelque peu décrié dans nos organisations, qu’elles soient helvètes ou européennes, le télétravail s’est désormais imposé dans un grand nombre de professions. D’aucuns diraient “comme une lettre à la poste”, comparaison anachronique dans ces temps de changement de routines. Les barrières à l’adoption de cette pratique aussi répandue aux Etats-Unis qu’auprès des “nomades digitaux” à travers la planète seront tombées bien rapidement.

Cette nouvelle pratique de masse donne lieu à des réflexions évoquées ci-dessous.

  • Qui est responsable de la transformation digitale dans l’entreprise?
    • CEO
    • CTO
    • groupes “agiles”
    • coronavirus

Sans nul doute, le confinement imposé pour contrer la pandémie aura rendu le plus fier service à la conversion massive des entreprises – employeurs et employés – aux outils digitaux. digitalswitzerland ne pourra que s’en réjouir et continuer ses efforts pour, cette fois-ci, ancrer ces pratiques (nouvelles pour certains) au lieu d’inciter les entreprises à opérer un changement.

  • Internet comme service de première nécessité

Pointée par Ephrat Livni, une des conséquences de la pandémie est le fait qu’Internet devrait être un service public (“public utility”). Alors que des millions de personnes dans le monde entier travaillent à domicile – si elles ont de la chance – et que les étudiants se tournent vers l’apprentissage en ligne, l’importance de l’égalité d’accès à l’internet n’a, selon elle, jamais été aussi claire. Pour rappel, l’ONU a déclaré l’accès à l’Internet un droit humain en 2016.

Reposté par Memes décentralisés sur Instagram, l’Internet est un pierre angulaire du maintien du contact social à distance.

  • Les géants du numérique y gagnent

Conséquence du concept: “the winner takes all” bien connu dans le monde digital, les utilisateurs moutonnent et rejoignent de plus en plus les bastions créés au fil du temps par les GAFA. En effet, l’utilisation d’une plateforme (p.ex. WhatsApp, Microsoft Teams, Facebook Messenger, Instagram, etc.) sera d’autant plus aisée si la majorité des personnes est inscrite cette même plateforme. La conséquence directe est que les utilisateurs délaissent les plus petits compétiteurs qui, ne pouvant rivaliser ni avec le budget (qui dit plus de moyens dit plus de fonctionnalités avancées, plus de “sticky gimmicks“, plus de budget marketing également) ni avec les volumes de données collectés par les géants (le nerf de la guerre), se retrouvent pris dans une spirale menant à leur faillite.

  • La tech au service de l’humain?

Phil Libin, ancien CEO d’Evernote et actuellement CEO d’All Turtles, twittait la semaine dernière: “J’étais à l’instant dans une conférence téléphonique Zoom qui s’est auto-magiquement terminée après 40 minutes car l’organisateur avait un compte gratuit. C’est la plus grande avancée en matière de productivité de meetings que j’ai jamais vue. Je paierais un supplément pour cette fonctionnalité.

Alors que les applications de conférences téléphoniques, de messagerie instantanée et partages de documents dynamiques ont assisté à une explosion de la demande de leurs services, l’humain se les approprient tout en les adaptant leur utilisation afin de garder une certaine humanité. On montrera son visage au lieu de garder sa caméra éteinte, on limitera du temps d’écran à domicile, on détournera des applications pour organiser des événements pour garder le contact malgré la distanciation sociale (skypéro, mix DJ en direct, etc.).

La capacité de concentration aura sûrement atteint sa limite, retournons donc regarder des vidéos de chats!

 

De l’importance du relationnel dans l’innovation

Café Borrone, Menlo Park, 08:30: il est difficile de trouver une table de libre mais à peine trois personnes s’en vont que je m’y précipite. Quelques minutes d’avance avant que mon interlocuteur arrive pour jeter un regarde aux alentours: les rendez-vous formels et informels battent leur plein en cette matinée ensoleillée.

Venture Café, Cambridge, 18:00: comme chaque jeudi, une foule d’entrepreneurs, de chercheurs, d’employés de la tech et de visiteurs curieux de comprendre ce qui fait la particularité de cet événement se presse à l’étage où les discussions vont bon train et les présentations se succèdent. Impressionné par un membre du jury lors d’une séries de pitchs de startups, je me présente, nous échangeons nos cartes de visite. Le soir même, le rendez-vous est pris pour trois jours plus tard. Rencontre, café, échange, entraide.

Appel téléphonique, Lausanne, 16:00: sorti quelque peu de nulle part, je reçois un SMS me demandant si je connais des protagonistes dans le monde du FoodTech en prévision d’un prochain déplacement sur la côte Est des Etats-Unis. Trois mises en relation plus tard via LinkedIn, deux rendez-vous sont confirmés dans la foulée, la disponibilité des contacts est étonnante, au même titre que leur rapidité à répondre et à faire le suivi.

Visite d’entreprise, Silicon Valley, 10:00: un ami me raconte le pitch de moins d’une minute qu’il a pu faire au CEO d’une entreprise bien implantée dans la Vallée lors d’une tournée en groupe sur la côte Ouest. Intrigué, celui-ci lui propose un rendez-vous deux jours plus tard avec son équipe. Un non-disclosure agreement plus tard, c’est une nouvelle opportunité qui se profile, des synergies qui s’annoncent.

Tous ces souvenirs en lien avec le pays de l’Oncle Sam me reviennent en mémoire en cette période de rentrée des classes où, par un certain hasard, j’ai eu vent, des années plus tard, de bonnes nouvelles (investissements dans des jeunes pousses, partenariats pour une conférence, offres d’emplois, etc.) liées à des rencontres (in-)formelles qui sont le lubrifiant de toute interaction dans les écosystèmes d’innovation (où chaque acteur est un rouage de la machinerie au sens large).

Dans ce domaine, la Suisse accuse un retard certain, conséquence peut-être directe d’une culture moins digitalisée, d’un penchant moins important à la rencontre ou à la mise en relation si les enjeux ne sont pas clairement définis, d’une disposition moins marquée à l’organisation ou à la participation d’événements “juste” pour échanger, se rencontrer, discuter de tout et de rien sans oublier que cela est à la base d’un réseautage porté aux nues par tant mais si peu pratiqué dans l’ensemble.

Mon point est simple: alors qu’un-e Américain-e vous dira “(let me know) how can I help you?” et sera généralement disponible pour vous échanger sans but affiché – sans même souligner l’incroyable réactivité et le court délais de réponse de vos contacts, il est nettement plus difficile d’accéder à cette fluidité d’échanges parmi les acteurs de l’innovation en Suisse.

Alors si vous doutez du retour sur investissement d’une prochaine rencontre, ne cherchez pas à le quantifier et donnez une chance afin de poser les bases d’une relation à plus long terme dont les retombées vous parviendront peut-être un jour où vous les attendrez pas. Et avec un peu de chance, celles-ci auront un impact très positif sur votre entreprise, organisation et avant tout personne (ou celle de votre interlocuteur). A vos agendas!

Ecosystème startups: une offre trop abondante?

«Il me faudrait engager un stagiaire pour passer en revue toutes ces sollicitations!» s’exclamait derrière moi un CEO de startup alors que j’assistais à la dernière édition des Swiss Startup Days. Mais que voulait-il dire par-là?

 

Petit tour d’horizon

 

Un petite mise en perspective est ici de mise. Il n’y a pas photo: l’écosystème des startups en Suisse ne cesse de gagner en maturité. Plusieurs éléments viennent étayer ce propos:

 

  • entre 2013 et 2018, les jeunes pousses installées sur le territoire ont quasiment triplé le capital qu’elles ont levé pour atteindre plus de 1.2mia; les tours de financement gagnent également en importance. Cette activité n’échappe pas aux Echos.
  • On note aussi des rachats et des participations conséquents à tous niveaux et dans toutes les industries, tels qu’Actelion par Johnson & Johnson, Darix par Bullard, Symetis par Boston Scientific, Autoform par Astorg, et j’en passe. La liste ne se veut pas exhaustive mais souligne que le terreau helvète est propice à satisfaire les appétits d’acteurs majeurs internationaux (ne pas s’en cacher!).
  • Entre 2002 et 2018, le nombre de startups fondées par année a quadruplé pour atteindre environ 300. Les cantons de Zurich et Vaud arrivent en tête, notamment grâce aux deux écoles polytechniques fédérales.

 

A n’en pas douter, c’est dans l’entrepreneuriat dans l’innovation trouve ici sa suite logique et un engouement nécessaire pour son envol. On observe une plus grande fluidité dans le processus from lab to market: la technologie concrétise tout d’abord une idée et se transforme ensuite en une offre qui intéresse le marché. Il faut prendre garde à ne pas pécher par orgueil et se concentrer sur le market fit. C’est d’ailleurs la première des raisons identifiée par CB Insights pour lesquelles les startups mettent la clé sous la porte: le marché ne veut pas ou n’a pas besoin de ce que la startup lui propose. A ce titre, un journaliste scientifique de Cambridge au Massachusetts le soulevait: “Too many engineers focus on what they have developed [during their studies] but the market doesn’t want technology [per se], it wants a value proposition.

 

Un écosystème amené à se renforcer

 

Cette vague d’intérêt pour la voie entrepreneuriale a aussi un effet sur l’écosystème en général: on assiste à une sorte de sur-offre pour toute personne qui voudrait se lancer (parfois atteinte du virus du wantrepreneur dont les symptômes sont caractérisés par un éblouissement du hype de la start-up et l’engagement pas toujours raisonné dans une carrière entrepreneuriale). On ne compte plus la myriade de concours, de programmes de soutien, de séances de coaching, de compétitions de pitchs, de prix, de classements à intégrer, de cursus à rejoindre (p.ex. accélérateurs, academy, etc.), de subventions à fonds perdus (étatiques ou non), de prêts à taux nul, etc.

 

Il ne s’agit pas là de se faire juge ou bourreau de toutes ces initiatives qui sont le fruit d’intentions extrêmement louables. D’immenses labeurs et batailles ont dû être menés pour les lancer. Il est incontestable que plusieurs d’entre elles amènent une valeur importante aux startups et les aident à prendre leur envol. Aussi, d’un point de vue purement marketing et relations publiques, elles favorisent l’émergence d’une culture startup en Suisse, ce qui fait positivement évoluer les mentalités. Enfin, toutes ces possibilités densifient le tissus dans lequel vont germer les jeunes entreprises.

 

Cependant, ne serait-il pas temps de passer à la prochaine étape? Comme dans tout système en constante évolution, ne faudrait-il pas se concentrer sur un nombre plus restreint d’initiatives et préférer les renforcer d’une manière stratégique, afin d’éviter un environnement où il est parfois difficile de s’y retrouver? Comme le diraient les Américains: «it is difficult to navigate the fog of opportunities.» A ne plus savoir où donner de la tête et à trop vouloir lancer sa propre initiative, on néglige la qualité de l’offre, mais également des participants qui ont tout simplement plus d’opportunités pour solliciter une aide quelle qu’elle soit. On a l’impression d’assister à une forme “d’auto-entretien” du système à coup d’encouragements à la portée de tout un chacun.

 

Voici quelques pistes et suggestions:

 

  1. éviter de créer ou d’entretenir une compétition entre structures: davantage de ressources seront disponibles pour l’investissement dans les projets, au lieu de faire du marketing
  2. Clairement différencier son offre: cela évitera le sentiment de same but different.
  3. A petit pays, un nombre adéquat d’initiatives: la Suisse n’a pas la taille critique pour leur multiplication. On retrouve souvent les mêmes projets (régulièrement ou forcément sélectionnés) et les mêmes jurés.
  4. Diversifier ses membres de jurys: les jurés sont très sollicités et sont souvent les mêmes, parfois peu spécialisés pour juger objectivement une technologie et un modèle d’affaire précis.
  5. Prendre garde aux conflits d’intérêts: certaines initiatives se créent uniquement pour positionner une institution ou une industrie plutôt que de soutenir les start-ups.
  6. Concentrer les financements pour augmenter leur impact: l’effet n’est-il pas plus important lorsque l’on donne CHF 500’000.- à une start-up particulièrement prometteuse, plutôt que dix fois CHF 50’000.- à des projets sélectionnés à la va-vite? Au niveau du coaching, ne vaudrait-il pas mieux un ou deux coaches spécialisés suivant de près une start-up, plutôt qu’une dizaine de personnes de tous horizons lui consacrant chacune une ou deux heures? Trop de points de vue et de conseils – même avisés – peuvent apporter un sentiment d’embrouillamini.

 

Une dynamique à cibler

 

Un clair engouement pour les start-ups se fait entendre, des écoles polytechniques au parlement, des parcs de l’innovation aux accélérateurs, des bancs d’universités aux communes. On entend souvent que le système suisse offre une forme de perfusion aux start-ups, à qui on ne dit pas assez la vérité en face. A ce petit jeu, les Etats-Unis sont beaucoup plus directs et donnent à qui veut bien l’entendre un unfiltered feedback, dont le seul but est de pointer du doigt les faiblesses d’une idée afin de lui donner toutes les chances de réussir. Quand on sait qu’une infime minorité des start-ups ne survit, il est nécessaire d’éviter de prolonger leur agonie et d’être plus critique. La qualité de l’écosystème ainsi que de ses acteurs ne s’en trouvera que renforcée.

San Francisco: la scène tech vue de l’intérieur

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, les murs du métro de San Francisco sont placardés d’affiches en papier vantant la plateforme de vidéos virtuelle Vimeo. Aussi insignifiant que cela puisse paraître, cela nous rappelle à la constante présence de ces tech giants dont l’utilisation quasi quotidienne anime notre quotidien.

«Les entreprises dont nous parlons sont vraiment emblématiques.» me rappelle une investisseuse de la place. Il suffit de lever les yeux pour voir les logos des enseignes des sièges sociaux et bureaux d’entreprises telles qu’Adobe, Google, Salesforce, Tesla, etc. On est pris d’une grisante sensation à s’imaginer que ces mastodontes du XXIe siècle opèrent ici et non loin, in the Valley.

Ballet de présentations

Parlons-en, de la Vallée. Prenant le vétuste mais bondé Caltrain – j’y reviendrai plus tard – je me rends à Menlo Park, une des trois «Stanford Cities» aussi connue comme base de Facebook. Pour mon rendez-vous avec le directeur d’une startup, le café le plus proche de la gare nous sert de lieu de rencontre. La terrasse ensoleillée est parfaite en ce début de printemps. Rapidement, mon regard ne peut s’empêcher de glisser vers les autres tables, où les ordinateurs sont en mode présentation et où les pitch sont soit en phase de peaufinage soit en mode combat. L’atmosphère bouillonne au rythme des questions des potentiels investisseurs; les serveurs, impassibles, débarrassent les tables d’entrepreneurs parfois chanceux, mais souvent renvoyés à la case départ. Mon interlocuteur me fait remarquer que nous ne sommes qu’à quelques encablures de grosses pointures de fonds à risque (Khosla Ventures, Kleiner Perkins, etc. et également NanoDimension fondé par un alumni de l’EPFL) et que le ballet alentour est ici la normalité.

Dans cet univers, la première impression est capitale. «Comment puis-je vous aider?» voilà bien une question qui m’aura été posée plusieurs fois depuis mon arrivée aux Etats-Unis en 2017.«What goes around comes around» et je ne peux que confirmer cet adage («Ce que vous donnez vous reviendra d’une façon ou d’autre.»). La mise en relation – hot introduction – est un outil d’un rare pouvoir dans cette sphères où les relations priment sur tant d’autres choses.

Train suisse en Californie

Au Pier17, la Suisse est sur le devant de la scène grâce à la présence de swissnex San Francisco et du Consulat Général de Suisse, qui abrite notamment Switzerland Global Enterprise (SGE) et Swiss Tourism. En ce début février, six startups helvètes profitent du soutien de l’agence de l’innovation suisse InnoSuisse et du travail de l’équipe startup de swissnex pour faire leurs premiers pas sur le marché américain. Pendant ce temps-là, les PMEs en manufacture sont représentées par SGE à une conférence medtech à Anaheim pour trouver des clients et poser les bases de futurs partenariats.

Caltrain: «bientôt» remplacé par les rames Stadler, ces vieilles locomotives diesel enchantent encore (voyons le verre à moitié plein) avec leur carillon et sifflement mais irritent avec leur cadence ridicule, leur moteur à explosion, leur vitesse et leur prix. Le people watching est de mise dans ces wagons où se mêlent étudiants et employés d’entreprises telles que 23andMe. En effet, trois jeunes dans la vingtaine, bonnet vissés sur la tête et barbes clairsemées n’ont d’yeux que pour leurs écrans où les lignes de code se succèdent. Ils débattent de la nouvelle mise à jour, du temps de transfert sur le serveur ou encore des fonctionnalités à améliorer. Serait-ce donc cela le Graal d’un informaticien aujourd’hui?

«Les gens ne pensent plus qu’à une chose: se faire promouvoir», me lance un ami ingénieur. «Croissance croissance croissance. Les gens s’attendent à ce que les choses fonctionnent immédiatement et oublient à quel point elles sont difficiles [à mettre en place].» Il semblerait dans l’ère du corporate America, la prise de risque est de moins en moins de mise, tant la machine prend le dessus sur l’employé, qui n’améliore un algorithme que très modestement. Il joue toutefois le jeu de l’entreprise, pour donner de la valeur à sa contribution et son leadership, notions prises en compte lors de l’évaluation des membres de l’équipe en vue des promotions et boni de fin d’année.

Conversations en circuit fermé

 

Plus tard au siège de LinkedIn, une chose marque d’emblée le visiteur néophyte: l’inscription sur tablette à l’entrée proposé à choix: business (donc client), candidate (donc interview), cafe guest (donc profiteur des lunch gratuits). Aussi, une énorme salle attenante à la réception avec tables et chaises fourmillent de gens. Mon hôte m’explique que les bâtiments avoisinants ont tous un tel espace désigné comme Privately Owned Public Open Space qui est ouvert au public qui l’utilise pour des rendez-vous ou pour prendre un café (cf la photo ci-dessus). L’ami que j’y rencontre mentionne que malgré une grande diversité au sein des entreprises tech, la diversité de sujets abordés ne dépasse que rarement la technologie (sites internet, applications, etc.). Reprenons une truffe en chocolat en ce jour de la Saint Valentin (les repas sont gracieusement offerts) pour aborder le fine tuning opéré par l’entreprise dans les divers marchés à travers la planète: les Néerlandais utilisent bien différemment la plateforme en comparaison avec les Japonais (il serait irrespectueux de montrer que l’on est plus qualifié que son chef et ô sacrilège! vous pensez à changer de job?), les Indiens (version allégée pour portable) ou encore les Allemands.

L’expérience des avancées digitales se fait en permanence. Par exemple, les magasins seront-ils bientôt remplacés par des versions sans caisses comme celles d’AmazonGo? Il fallait essayer. Toutefois, l’excitation de départ laisse vite place à l’ennui, à l’instar de l’expérience de ce journaliste lors de son trajet en véhicule autonome Waymo en fin d’année passée.

Le potentiel innovant et entrepreneurial de la région est bluffant et son gigantisme nous est constamment rappelé notamment par l’annonce de tours de financement qui donnent le tournis. Durant mon séjour, Nuro, fondée il y a moins de trois ans et basée à Mountain View, a levé 940 millions de dollars du Vision Fund de Softbank alors que le service de location de trottinettes électriques Lime a annoncé lever 310 millions de dollars supplémentaires. L’addition des deux nous donnent le montant total des fonds levés par l’ensemble des startups suisses en 2018 comme nous le confirme le Swiss Venture Capital report paru en début d’année.

Votre temps d’attention aura sûrement été mis à rude épreuve: peut-être préfériez-vous une courte pause vidéo? Comme quoi la publicité dans le métro marche tout de même à la fin…

Les 5 tendances de swissnex Boston pour 2019

Bienvenue en 2019! Cette dernière année de la décennie s’annonce déjà comme historique en termes d’innovation. Voici cinq tendances majeures sur lesquelles les yeux de l’équipe de swissnex Boston se portent:

 

  • L’éthique et la machine

 

Crédit Photo: Roberto Parada / The Atlantic

2019 s’annonce comme l’année pendant laquelle l’intelligence artificielle (IA) devient monnaie courante et s’infiltre toujours plus dans notre quotidien, aussi bien consciemment qu’inconsciemment. Bien que nous ne remarquions pas que notre liste de lecture Spotify est devenue une sélection de titres hyper personnalisée, nous pourrions choisir, de façon délibérée, de partager nos données médicales avec des applications de tiers pour des programmes d’entraînement, des moyens contraceptifs ou un menu diététique sur mesure.

 

Comme toute technologie émergente, l’IA est une arme à double tranchant. Avec des scandales grandissant autour de ses implémentations, les consommateurs font part de leurs préoccupations quant aux machines qui prennent le dessus. The Atlantic s’est demandé à propos des assistants personnels Alexa d’Amazon si ceux-ci nous mettent en danger en écoutant et en enregistrant des conversations personnelles dans un espace a priori sûr. Pendant ce temps-là, l’industrie de la tech travaille sans relâche pour humaniser cette dernière. Les assistants de Google copient les patterns des discours humains tels que les courtes pauses ou mots de remplissage. Et les designers travaillent sur des technologies faciles d’utilisation, pour les humains et à la maison, qui s’intègrent naturellement dans, par exemple, des meubles afin d’amener l’IA dans nos espaces physiques.

 

Les chercheurs, philosophes et le grand public élèvent le débat: comment les humains et l’IA peuvent-ils coexister d’une manière intelligible sans nous mettre en danger? Quel rôle doit jouer l’éthique dans l’IA? Et, d’un point de vue plus provocateur: avons-nous besoin de machines qui pensent comme les humains alors que nous sommes déjà humains nous-mêmes? Si nous copions une entité qui est imparfaite par essence, comme les êtres humains, le résultat doit-il également être imparfait par défaut?

 

  • Les drones sur le devant de la scène

 

Crédit Photo: CyPhy

En 2018, swissnex Boston s’est penché sur les possibilités ouvertes par les technologies liées aux drones; il a été constaté que les applications des UAV (Unmanned Aerial Vehicles) sont quasi illimitées. En 2019, les drones devraient continuer leur transition des laboratoires et centres de recherches vers la vie de tous les jours. L’an dernier, la Suisse est devenue le premier pays à mettre en place un système de contrôle du trafic aérien et Wing, filiale de Google, s’apprête à démarrer des essais pour un service de livraison en Finlande. Ceci sera potentiellement la première vague d’applications au sens large qui aura un rôle disruptif sur une large gamme d’industries, du commerce en ligne à la construction, en passant par les fournisseurs d’électricité. Les drones trouvent également de plus en plus d’utilisations dans les arts et les divertissements et le récent exemple du chanteur Drake qui est parti en tournée avec un spectacle de drones, on peut supposer que d’autres vont s’en inspirer.

 

  • La course vers l’espace

 

Crédit Photo: Julien Mauve

Le cinquantième anniversaire de l’alunissage d’Apollo concentrera énormément l’attention sur les voyages spatiaux en 2019. Dès les premiers jours du mois de janvier, la Chine entrait dans l’histoire en devenant la première nation à faire alunir un véhicule de l’autre côté de l’astre. D’autres pays sont aussi en passe de renforcer leurs rôles dans la course actuelle vers le deep space: l’Inde a annoncé vouloir être la première à envoyer un rover au pôle Sud de la Lune, le Japon tentera de récolter des échantillons de l’astéroïde Ryugu et le monde sera aux premières loges pour observer SpaceX lors des premiers essais de vol du vaisseau pour la planète Mars. Il est également à noter qu’un projet lunaire, uniquement financé par des privés, pour lequel l’acteur israélien SpaceIL prévoit d’envoyer une sonde, a pour but de ressusciter “l’effet Apollo”: inspirer les générations futures en Israël et autour du globe à (re-)penser différemment la science, l’ingénierie, la technologie et les mathématiques.

 

  • Espaces artistiques multi-sensoriels

 

Crédit Photo: Magic Leap

2018 a été l’année des moments (par-)fait(s) pour Instagram. Les salles d’exposition clinquantes du Museum of Ice Cream, de l’interactive Color Factory ou encore du restaurant pop-up  Egg House à New York autour du thème de l’œuf ont pris d’assaut le monde, mais aussi votre flux sur les réseaux sociaux. En 2019, la scène de l’art s’étend enfin au-delà des installations simplement photographiques et génère des expériences immersives qui stimulent tous les sens tout en déclenchant des interactions profondes. Le collectif artistique tokyoïte teamLab crée la sensation avec leurs installations “sans limites” (borderless). Un des hauts lieux de l’art situé dans l’Etat du Massachusetts, MassMoCA, reçoit l’artiste Laurie Anderson dont l’expérience de réalité virtuelle (RV) met en scène des arbres renversés ainsi que des graffitis luminescents.

 

Ces tendances dans le monde de l’art sont généralement récupérés par l’industrie de la mode. Pour le lancement de leur collaboration, H&M et Moschino se sont emparés du faible de l’humain pour l’évasion et le jeu. Les deux marques se sont associées à la startup de RV Magic Leap basée en Floride afin de créer une chaîne de télévision à 360 degrés montrant les habits exposés ainsi qu’un environnement réagissant aux visiteurs. La tendance vers ces “mondes fantaisistes” est une énorme opportunité pour les créatifs du monde entier: réimaginer le rôle du spectateur à travers une nouvelle forme de travail d’agence.

 

  • Hacking de l’ADN

 

Crédit Photo: Joey Camacho

Fin 2018, l’annonce de la prétendue première naissance de “bébés CRISPR” en Chine a créé l’émoi dans le monde scientifique. Malgré cet accomplissement sans précédent, les critiques ont rapidement pris le dessus. CRISPR est une technique de mutation génétique qui permet des modifications relativement simples de gènes et de séquences d’ADN humains. Par le passé, elle a été utilisée avec succès pour corriger des désordres génétiques.

 

Si les déclarations du scientifique chinois sont vraies, ses actions vont à l’encontre des codes éthiques en vigueur dans le monde scientifique. Il y a pléthore de bonnes raisons pour lesquelles les chercheurs se sont retenus d’appliquer CRISPR sur un embryon humain. Il est à rappeler que la mutation d’un génome ne perturbe pas seulement chacune des cellules de l’embryon mais également l’ADN des futurs descendants. En résumé: “l’ingérence génétique” pourrait avoir des conséquences sur les générations à venir; et les scientifiques ne sont pas encore certains de l’étendue de celles-ci.

 

Le cas spécifique des jumeaux CRISPR chinois ajoute néanmoins une tout autre dimension au débat. L’espoir de cette technique prometteuse est d’enrayer des maladies mortelles ou des handicaps de longue durée en “découpant” certaines protéines dans la séquence d’ADN. Dans ce cas précis, il s’agit du gène CCR5, une protéine qui favorise la propagation du virus VIH dans les cellules humaines. Le MIT Technology Review argumente qu’une telle intervention dans l’ADN humain n’est pas seulement considérée comme une prévention ou une cure pour une maladie, mais comme un avantage médical notoire. Il existe une fine ligne de démarcation entre sauver une vie humaine de longues souffrances et créer des bébés “éprouvette”. Que l’on soit pour ou contre, le “hacking” d’ADN sera un des sujets dominants les plus controversés dans le débat sociétal, scientifique et politique.

 

La version originale de l’article rédigé par swissnex Boston est à consulter ici.

De la nécessité de l’open innovation pour les sciences de la vie (partie 2/2)

(co-écrit avec Gilles Suard, MBA)

 

Où sont les exemples de sociétés suisses dans tout cela?

 

Le siège des Novartis Institutes for Biomedical Research (NIBR) sont localisés au cœur de la biotechnologie de Cambridge: Kendall Square. Ils servent de centres névralgiques d’échange entre les différents NIBR dispersés dans les hubs d’innovation dans le monde. Ces centres ont pour but d’être immergés dans les écosystèmes qui comprenant universités, instituts de recherches, hôpitaux et entreprises de biotechnologie et de pharmaceutique. Ainsi, dynamiques des recherches sont nourris par les innovateurs du domaine qui sont géographiquement voisins.

 

  • Roche

Figurant au 5ème rang mondial des entreprises qui investissent le plus en recherche et développement, Roche emploie un Head of External Innovation à Cambridge pour renforcer son rôle comme partenaire pour des phases de développement de médicaments. En effet, il semblerait que les grosses entreprises biopharmaceutiques sont de plus en plus dépendantes sur les startups afin d’innover et cela change, par voie de conséquence, l’état d’esprit de ces premières : la recherche prend le pas sur le développement. Quels effets cela a-t-il sur la perception des gros joueurs quant à la création de valeur ?

 

  • Nestlé

Avec sa force de frappe financière, et pour opérer sa transition vers le monde de la santé, Nestlé a souvent privilégié les acquisitions car l’entreprise manque de l’expertise dans le domaine. On parle alors plus une approche de requin. Lors du même panel cité précédemment, Bram Goorden, Directeur général de Prometheus, rachetée par Nestlé, relève une question de taille: «comment intégrer ces innovations au sein de l’entreprise? Une partie de l’innovation est perdue dans ce processus.» En parallèle, Nestlé a récemment implémenté un programme d’open innovation nommé HENRI dans le but d’accéder à des projets et des talents à travers le monde. Ceci devrait permettre de combiner l’esprit créatif et l’ingéniosité des innovateurs externes, principalement les startups, avec l’envergure et l’expertise de la première entreprise mondiale de nutrition, de santé et de bien-être. Citons également que l’entreprise basée à Vevey a ouvert il y a quelques années le Nestlé Innovation Outpost au sein de swissnex San Francisco. Sa directrice Stéphanie Nägeli explique cette fructueuse collaboration qui a déjà débouché sur le lancement de nombreux produits: «lors d’une collaboration, un minimal viable product est rapidement développé et testé auprès des consommateurs. Puis, les itérations se succèdent jusqu’à l’industrialisation.»

 

En tant que véritable matchmaker «made in Switzerland», le réseaux swissnex orchestre des activités dont les buts sont notamment d’inspirer et d’encourager les entreprises suisses à franchir les frontières helvétiques afin d’accélérer leur processus d’innovation. Ainsi, swissnex dynamise les collaborations et facilite l’accès au partage de la connaissance en interconnectant différents industriels, startups, entrepreneurs, institutions académiques et acteurs suisses à travers le monde. Par exemple, swissnex Boston aide les organisations suisses à acquérir des collaborations au sein de l’écosystème d’innovation de Boston, supporte la découverte de nouvelles tendances et assiste la veille technologique des entreprises.

 

Les recherches démontrent que la stratégie d’open innovation s’harmonise bien avec la vision des entreprises du secteur des sciences de la vie et que sa mise en œuvre ne devrait qu’augmenter au cours des cinq prochaines années. L’interconnexion croissante, le développement de plateformes de crowdsourcing et l’accessibilité à des partenaires dans le monde renforce la durabilité de cette approche. Steve Arlington le répète dans STAT News: «les industriels doivent faire plus pour encourager la croissance de startups desquelles ils dépendent ainsi qu’améliorer la collaboration avec elles.» Avec 46% de revenus générés par des sources externes en 2016, c’est une nécessité qui est déjà réalité.

De la nécessité de l’open innovation pour les sciences de la vie (partie 1/2)

(co-écrit avec Gilles Suard, MBA)

Dans son livre éponyme, Henry Chesbrough, Professeur et Directeur exécutif du Centre pour l’Open Innovation à l’Université de Californie à Berkeley, définit en 2003 ce concept que de nombreuses entreprises tentent d’appliquer: «L’open innovation est un paradigme qui suppose que les entreprises peuvent et doivent utiliser des idées externes ainsi que des idées internes et des voies internes et externes pour commercialiser leurs technologies.» C’est l’universitaire qui parle. On peut toutefois distinguer trois processus au coeur de sa vision:

  • Outside-in: c’est sans doute le plus utilisé. Il vise à inclure des innovations extérieures à l’entreprise et à les incorporer à  leur pipeline dans le but de les développer plus avant, de les combiner à une technologie existante ou de les commercialiser. Le défi des entreprises est de faciliter l’intégration des connaissances en leur sein, tâche ardue mais nécessaire.
  • Inside-out: les entreprises peuvent diversifier l’utilisation de leurs technologies et se servir d’autres marchés en utilisant des collaborations tels que joint ventures, spin-offs et licensing out pour créer plus de revenus à partir de leurs propres innovations.
  • Coupled: il s’agit de co-développement.Les idées entrent et sortent des limites de l’entreprise grâce à la co-création, les joint ventures et les alliances.

L’écosystème bostonien est un terrain de jeu parfait pour qui veut s’aguerrir à cette approche de l’innovation. En effet, la concentration de grandes entreprises, d’universités de classe mondiale, d’entrepreneurs, d’investissements publics et privés, et la nature collaborative de cet environnement, participent à créer une atmosphère d’excellence. A la quête des meilleures sources d’innovation, les organisations

  • déploient des scouts dédiés à l’identification d’opportunités et de menaces compétitives;
  • installent leur innovation outpost dans les hubs technologiques;
  • collaborent avec le monde académique, les instituts de recherches;
  • se rapprochent des incubateurs/accélérateurs ainsi que des startups;
  • recourent aux services d’experts et de consultants;
  • utilisent le crowdsourcing pour accéder aux talents où qu’ils se trouvent;
  • font appel aux besoins de leurs lead users.

Les quelques exemples suivant  ne manquerons pas de souligner l’importance de cette démarche pour de nombreuses compagnies actives dans les sciences de la vie.

 

Comme l’a précisé Anders Linden, Manager senior chez J&J, lors d’une récente table ronde à swissnex Boston, «établir une relation de confiance est une priorité». Par métaphore, il a poursuivi: «un small fish peut nager à sa guise dans un environnement qui lui est entièrement dédié afin qu’il puisse se concentrer sur les choses qu’il sait le mieux faire, avec le soutien de J&J. Lorsque la startup atteint un point d’inflexion, c’est là que tout le monde s’assied autour de la table pour discuter de la suite.» Cette approche, communément appelé «no strings attached», mise sur la création d’un réseau dans un hub technologique tel que Boston. La stratégie du groupe américain est axée autour des relations privilégiées créées dans leur entourage, qu’ils soient chercheurs ou entrepreneurs. Actifs depuis cinq ans, ces laboratoires verront une nouvelle entité s’ouvrir en 2018 à New York.

 

  • Merck US

Merck US a elle aussi installé son Innovation Hub à Boston avec une équipe pluridisciplinaire afin d’accélérer les décisions, les transactions et créer des relations durables avec les parties prenantes au cours d’un processus complet, allant de la veille technologique, l’identification, jusqu’à la collaboration à long terme avec startups, universitaires et centre de recherches. Cette approche «à la mode» a remplacé les «scouts» en poste dans les hubs d’innovation, qui rapportaient aux quartiers généraux d’une part des relations engagées et d’autre part les informations glanées. Cette pratique réduisait l’efficacité du transfert de savoir ainsi que la rapidité des transactions, avec pour conséquence des opportunités manquées ou fortement ralenties.

 

  • Pfizer

Récemment, la firme pharmaceutique a annoncé qu’elle soutenait financièrement la création de la startup SpringWorks de six personnes dont le but est de développer un nouveau médicament. Utopie ou réalisation rationnelle qu’une forte bureaucratie interne empêche l’entreprise de prendre  conscience des ’excellents candidats pour des médicaments qui dorment dans ses coffres? Il semblerait que la direction se rende compte des avantages qu’offre la versatilité et l’aptitude à la prise de risque de jeunes pousses. Steve Arlington, Président de l’organisation à but non lucratif Pistoia Alliance qui promeut la recherche et le développement, ne mâche pas ses mots: «les entreprises pharmaceutiques sont parmi les organisations les plus conservatrices de la planète et sont lentes à adopter le changement.» Désormais à la tête de SpringWorks, une ancienne employée, Dr. Lara Sullivan, pose le constat suivant: «le problème est très simple: il y trop de bonne science et pas assez de ressources pour la faire avancer.» A noter que si l’échec est au rendez-vous pour SpringWorks, Pfizer ne propose pas de filet de sécurité.

 

  • Bayer

Bayer a aussi étendu sa stratégie d’innovation et de partenariat dans le domaine des sciences de la vie avec l’ouverture d’un centre d’innovation à Boston, le «Bayer East Coast Innovation Center». Ce dernier sert de plaque tournante régionale pour renforcer les liens entre Bayer et la communauté florissante des sciences de la vie. Par exemple, l’équipe, présente à Kendall Square, facilite la gestion d’une collaboration avec le Broad Institute (MIT et Harvard) afin de développer des nouvelles thérapies pour les maladies cardiovasculaires.

 

Où sont les exemples de sociétés suisses dans tout cela? La suite dans la seconde partie.