De la digitalisation en ces temps de confinement

Auparavant quelque peu décrié dans nos organisations, qu’elles soient helvètes ou européennes, le télétravail s’est désormais imposé dans un grand nombre de professions. D’aucuns diraient “comme une lettre à la poste”, comparaison anachronique dans ces temps de changement de routines. Les barrières à l’adoption de cette pratique aussi répandue aux Etats-Unis qu’auprès des “nomades digitaux” à travers la planète seront tombées bien rapidement.

Cette nouvelle pratique de masse donne lieu à des réflexions évoquées ci-dessous.

  • Qui est responsable de la transformation digitale dans l’entreprise?
    • CEO
    • CTO
    • groupes “agiles”
    • coronavirus

Sans nul doute, le confinement imposé pour contrer la pandémie aura rendu le plus fier service à la conversion massive des entreprises – employeurs et employés – aux outils digitaux. digitalswitzerland ne pourra que s’en réjouir et continuer ses efforts pour, cette fois-ci, ancrer ces pratiques (nouvelles pour certains) au lieu d’inciter les entreprises à opérer un changement.

  • Internet comme service de première nécessité

Pointée par Ephrat Livni, une des conséquences de la pandémie est le fait qu’Internet devrait être un service public (“public utility”). Alors que des millions de personnes dans le monde entier travaillent à domicile – si elles ont de la chance – et que les étudiants se tournent vers l’apprentissage en ligne, l’importance de l’égalité d’accès à l’internet n’a, selon elle, jamais été aussi claire. Pour rappel, l’ONU a déclaré l’accès à l’Internet un droit humain en 2016.

Reposté par Memes décentralisés sur Instagram, l’Internet est un pierre angulaire du maintien du contact social à distance.

  • Les géants du numérique y gagnent

Conséquence du concept: “the winner takes all” bien connu dans le monde digital, les utilisateurs moutonnent et rejoignent de plus en plus les bastions créés au fil du temps par les GAFA. En effet, l’utilisation d’une plateforme (p.ex. WhatsApp, Microsoft Teams, Facebook Messenger, Instagram, etc.) sera d’autant plus aisée si la majorité des personnes est inscrite cette même plateforme. La conséquence directe est que les utilisateurs délaissent les plus petits compétiteurs qui, ne pouvant rivaliser ni avec le budget (qui dit plus de moyens dit plus de fonctionnalités avancées, plus de “sticky gimmicks“, plus de budget marketing également) ni avec les volumes de données collectés par les géants (le nerf de la guerre), se retrouvent pris dans une spirale menant à leur faillite.

  • La tech au service de l’humain?

Phil Libin, ancien CEO d’Evernote et actuellement CEO d’All Turtles, twittait la semaine dernière: “J’étais à l’instant dans une conférence téléphonique Zoom qui s’est auto-magiquement terminée après 40 minutes car l’organisateur avait un compte gratuit. C’est la plus grande avancée en matière de productivité de meetings que j’ai jamais vue. Je paierais un supplément pour cette fonctionnalité.

Alors que les applications de conférences téléphoniques, de messagerie instantanée et partages de documents dynamiques ont assisté à une explosion de la demande de leurs services, l’humain se les approprient tout en les adaptant leur utilisation afin de garder une certaine humanité. On montrera son visage au lieu de garder sa caméra éteinte, on limitera du temps d’écran à domicile, on détournera des applications pour organiser des événements pour garder le contact malgré la distanciation sociale (skypéro, mix DJ en direct, etc.).

La capacité de concentration aura sûrement atteint sa limite, retournons donc regarder des vidéos de chats!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *