Covid 19: vers plus d’institutions et d’agences gouvernementales?

Puisque l’Histoire nous permet de mieux saisir le présent et, par anticipation, mieux prévoir le futur, Bruce Katz dans ForeignPolicy nous rappelle que “les crises provoquent la création de nouvelles agences et institutions gouvernementales. En prenant les Etats-Unis pour exemple, le pays a créé

  • le Département de la Sécurité Intérieure (Department of Homeland Security) après les attaques du 11 septembre, et
  • le Bureau de la Protection des Finances des Consommateurs (Consumer Financial Protection Bureau) suite à la crise des subprimes de 2008-2009.

[Dans les centres urbains] la pandémie du coronavirus encouragera sûrement les changements institutionnels où de nouvelles compétences émergeront afin de répondre au dévaste économique”. Peut-on dès lors parler d’innovation institutionnelle voire gouvernementale?

Dans un autre registre, l’innovation étatique avait su mettre en place un plan d’action pour combattre d’éventuelles pandémies. En effet, le Plan suisse de pandémie Influenza datant de 2018 refait timidement surface et sa lecture est vivement recommandée (l’exergue liminaire “If you fail to plan, you are planning to fail” attribuée à Benjamin Franklin fait rire jaune au vu de la situation). Sa mise en application demeure toutefois une énigme et on se demande quel grain de sable a enrayé la machine, en termes de préparation, alors qu’on annonce fièrement que “cela fait une semaine […] que la Confédération ravitaille le commerce de détail en masques à raison d’un million de pièces par jour.” Verra-t-on un renforcement majeur de l’Office Fédéral de la Santé Publique qui est sur le devant de la scène? Assurément si l’on prend le pouls de la population qui replace derechef la santé au centre des préoccupations. Quant aux Etats-Unis, y verra-t-on le retour d’une task force dédiée à la gestion des risques de pandémies alors qu’elle a été quasiment dissoute par l’administration Trump en 2018? Il s’agit d’une nécessité que nul ne contestera.

En ce début du mois de mai, tandis que nos voisins déconfinent prudemment et que le “retour” de notre système politique est prôné haut et fort par notre Présidente, on assiste toutefois, comme le soulignait Annabelle Timsit dans Quartz, à une reprise de l’activité étatique: “[…] alors que nous sommes collectivement confinés chez nous, l’un des plus grands réarrangements de pouvoir de l’histoire moderne se déroule sous nos yeux – et l’on craint vraiment que nous soyons trop débordés pour y faire quoi que ce soit.

Au cours des dernières semaines, les dirigeants du monde entier ont étendu leurs pouvoirs de manière sans précédent au nom de la lutte contre le nouveau coronavirus.

  • En Thaïlande, le gouvernement peut désormais censurer les médias.
  • En Corée du Sud, les autorités utilisent les enregistrements des téléphones portables, des cartes de crédit et des GPS pour suivre les patients atteints de Covid-19 en temps réel.
  • Aux États-Unis, le ministère de la justice a demandé aux législateurs le pouvoir de demander que les accusés soient détenus indéfiniment sans procès en cas d’urgence.

Dans un récent épisode du podcast Talking Politics, deux experts en théorie politique ont discuté du moment où les pouvoirs d’urgence deviennent tyranniques. Selon eux, l’état d’urgence est justifié si la menace est publique, universelle et existentielle, et si les pouvoirs extraordinaires sont autorisés par le peuple, limités dans le temps et proportionnels. Le Covid-19, que l’on a appelé “le grand égalisateur”, correspond certainement à la première moitié de cette description, mais qu’en est-il de la seconde ?

Il y a très peu de choses dans l’Histoire pour nous convaincre que les États sont désireux de rendre des pouvoirs une fois qu’ils ont été attribués. […] Il convient de noter que peu de déclarations d’urgence adoptées dans le monde pour faire face à la crise du Covid-19 sont assorties d’une clause de temporisation.

Quant aux autres points, qui détermine quelle perte de nos droits personnels est proportionnelle à la menace ? Et qui parle au nom du peuple ?”

Pour reprendre la récente déclaration de la Conseillère Fédérale Sommaruga: “Que la démocratie reprenne ses droits!”, il est impératif que celle-ci ne tombe pas dans l’oubli lorsque l’on assistera à une vague d’ “innovation” d’Etat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *