«Le monde est un livre et ceux qui ne voyagent pas n’en lisent qu’une page.»

J'ai entendu et écouté aujourd'hui à la radio RTS Filippo Lombardi, président du Conseil des Etats à qui l'on reproche de trop voyager à l'étranger. Question qui me vient immédiatement à l'esprit: les politiciens et les journalistes qui lui cherchent noise pensent-ils vraiment qu'il s'invite lui-même dans les pays qu'il visite? On reproche à la Suisse de ne pas toujours savoir se faire des amis ou de manquer d'empathie auprès des amis qu'elle  souhaite conserver. Faut-il vraiment reprocher au président de la Chambre haute son goût pour la représentation et le contact? Pour ma part je m'en félicite.

Vu de Genève, ville et canton à vocation internationale, toute action qui vise à tisser et renforcer des liens à l'étranger doit être saluée. On oublie trop souvent que notre système parlementaire n'est pas celui de la plupart des pays de la planète. Nombre de parlements ne possèdent, en fait, que très peu de pouvoirs et servent d'alibi à des présidents et des gouverements de nature proprement dictariorale. Les parlements de ces pays sont demandeurs d'expérience démocratique et recherchent les contacts avec les représentants du parlement suisse. Ce n'est pas qu'une vue de l'esprit, c'est une expérience vécue par tous les élus parlementaires qui ont participé, un jour ou l'autre, à l'accueil d'une délégation parlementaire étrangère.

Par ailleurs, pour toutes celles et ceux qui se soucient de faire avancer la cause des droits de l'homme, le dialogue sur ce sujet rencontre souvent une écoute plus ouverte et moins défensive dès lors que la discussion se déroule au niveau parlementaire.

Et enfin, pour convaincre les plus regardants quant à la dépense publique: les frais de voyage des représentants de notre parlement restent bien inférieurs à tous les moyens investis pour valoriser l'image de la Suisse à l'étranger. Rendre une invitation, répondre à une invitation qui nous est faite relève de la politesse, dans la vie courante. Pourquoi en irait-il autrement dans la vie politique et la politique étrangère de la Suisse? Nous sommes réputés pour notre savoir-faire, mais pas nécessairement pour notre capacité à partager. Voyager, c'est aussi partager et se montrer curieux du monde de l'autre, du monde des autres. Peut-on vraiment prétendre jouer un rôle sur le plan international sans nous intéresser aux autres au point de refuser de leur rendre visite?

 Qui peut mieux le dire que Saint Augustin? : Le monde est un livre et ceux qui ne voyagent pas n'en lisent qu'une page….

Martine Brunschwig Graf

Martine Brunschwig Graf

Martine Brunschwig Graf est une femme politique suisse membre du Parti libéral-radical (PLR). En octobre 2003, elle est élue au Conseil national et intègre la commission de la science, de l'éducation et de la culture. En 2012, elle préside la Commission fédérale contre le racisme.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *