POUR DEVENIR, IL FAUT ÊTRE

À la montagne par un bel après-midi ensoleillé, Kevin et sa mère Sandra vont faire de l’escalade. Un léger courant fait danser leurs cheveux alors qu’ils traversent les prairies riantes et fleuries. Sur le chemin ils dégustent quelques fraises des bois, contemplent une coccinelle et se roulent dans les hautes herbes. Le sifflement d’une marmotte attire leur regard ; elle est debout, attentive, puis s’élance dans une course comique et disparaît sous un rocher. Plus haut les pics enneigés s’élancent silencieusement vers le ciel azuré. Ils s’approchent maintenant du rocher repéré quelques jours plus tôt par Sandra. À peine arrivé, Kevin, du haut de ses trois ans, se précipite avec enthousiasme ; il est prêt à conquérir les plus hauts sommets du monde. Les premières prises sont faciles ; Sandra, le sourire sur les lèvres, l’observe avec amour. Il faut dire qu’après son entraînement intensif du matin dans les escaliers Kevin se réjouissait d’affronter un adversaire à sa hauteur. Ses petits doigts s’accrochent avec aisance sur les plis du rocher, il est confiant, concentré, absorbé dans l’instant. Puis les choses se compliquent ; il arrive à un moment de son ascension où le rocher est escarpé ; il ne trouve pas la prochaine prise, ses bras deviennent douloureux, ses jambes tremblotent, sa voix devient plaintive. Sandra se tient juste derrière lui, prête à le rattraper ; elle ne le touche pas et l’encourage, lui donne quelques conseils. Kevin n’y arrive toujours pas, il est prêt à abandonner et à pleurer. Sandra, s’apercevant que la difficulté lui paraît trop grande, reste malgré tout intraitable, car elle sait qu’il est capable de relever le défi. Elle lui suggère une prise sur la droite tout en le soutenant légèrement de la main. Kevin, sentant sa présence protectrice, sous l’impulsion de ses encouragements, ose alors s’élancer et tenter l’impossible mouvement.

Laissons les enfants vivre et affronter leurs difficultés, grandir en courage, comprendre et mûrir à travers leurs propres expériences ; car cela n’est pas en apprenant le nom des continents que l’on devient marin, c’est surtout en affrontant la mer et ses tempêtes.

Tout en les protégeant quand cela est nécessaire, ne leur évitons pas toutes les situations difficiles et les conflits, mais encourageons-les à trouver leurs propres solutions, à comprendre et intégrer l’autre, à transcender leurs limitations, à conquérir leurs difficultés et à transformer leur caractère ; car c’est bien dans la réalité de tous les jours que l’ascension a lieu, que la maturité croît ; c’est par une expérience concrète et directe.

Si nous voulons travailler en profondeur sur notre nature, il faut savoir saisir les opportunités que la vie nous offre et y consacrer du temps ; même les conflits deviennent alors des opportunités de croissance, des opportunités pour explorer et pour perfectionner notre caractère.
En plus de profiter des situations qui se présentent naturellement, nous pouvons organiser des sorties dans la nature, des activités sportives, des jeux qui offriront de multiples occasions pour grandir intégralement.

 

 

 

Extrait du livre de Fabrice Dini. « Une éducation intégrale pour grandir en s’épanouissant ». Edition Faim de siècle. Préface de Matthieu Ricard.

Fabrice Dini

Fabrice Dini est cofondateur de deux écoles et l’auteur d’un ouvrage préfacé par Matthieu Ricard "Une éducation intégrale pour grandir en s'épanouissant". Il intervient dans de nombreuses écoles et entreprises en Suisse romande. Fabrice s’est formé au CFM de l’Université du Massachusetts et enseigne la pleine conscience, la gestion du stress et l'éducation intégrale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *