Quel sera ce héros, qui mangera le dernier animal sauvage ?

Les quelques lignes qui suivent mettent en lumière une réalité, une réalité choquante, certes, mais que nous ne pouvons pas ignorer.

En ces temps de confinement, peut-être certains d’entre nous souhaitons méditer sur ces chiffres ?

 

De tous les mammifères sur la terre,
seuls 4 % sont des animaux sauvages.

Le reste, c’est vous et moi,
le chat et le chien,
le lapin dans sa cage et le hamster
qui, dans son roue,
tourne en rond.

Et puis, bien sûr,
il y a les poules et les cochons,
les chevaux et les vaches…
tous ces animaux
que l’on mange.

De tous les mammifères sur la terre,
seuls 4 % sont des animaux sauvages.

Un, deux, trois, quatre,
Une main suffit pour compter,
Une petite main… d’homme.

Vous me direz : non,
c’est six ou sept ou dix !
Vous me direz,
tu as tout faux. Tu…
Quelle tristesse !

L’humanité est affamée,
elle consomme plus de 2’000 animaux à la seconde.

2’000 animaux à la seconde,
c’est difficile…
à digérer !

L’homme ou l’ogre ?
Je ne sais pas, disons l’hogr’mme

Chaque année, l’hogr’mme
mange plus de 65 milliard d’animaux !
65 milliards !
Y’a pas à dire,
c’est difficile…
à digérer !

Vous avez un chat,
Imaginez-en 65,

cela fait déjà beaucoup de chats.
Imaginez maintenant 65… milliards d’animaux
que l’on mange par an.

Doit-on continuer ainsi ?
Peut-on continuer ainsi ?

Je vous en prie, dites-moi non !

Dans la publicité, on nous montre
de belles vaches gambadant dans les prés.
Heureuses, elles contemplent les trains qui passent,
mâchouillant leur chewing-gum, avec nonchalance.
Mais est-ce vraiment ainsi ?

En 2019, 2’406 tonnes de viande chevaline ont été importées en Suisse.
Des images, que je n’ai pas regardées, montrent
« Des chevaux battus, insultés
et électrocutés dans les parties génitales ».

Doit-on continuer ainsi ?
Peut-on continuer ainsi ?
Je vous en prie, dites-moi : Non !

Bientôt l’on se battra
pour manger le dernier animal sauvage.
Dites-moi, quel sera ce héros, qui mangera
le dernier animal sauvage ?

Seuls 4 % des mammifères sont des animaux sauvages.
Un, deux, trois, quatre,
Une main suffit pour les compter,
Une petite main… d’homme.

 

Références

https://www.pnas.org/content/115/25/6506

https://www.rts.ch/info/suisse/11096690-de-la-viande-de-chevaux-maltraites-en-australie-est-importee-en-suisse.html

 

Éveillons notre cœur,
Il est l’heure.

Mangeons les produits de la ferme,
les produits de la ferme d’à côté.

Aimons la terre, aimons les animaux,
aimons les femmes et les hommes et les enfants de demain.

Éveillons notre cœur,
Il est l’heure.

Nous sommes responsables de nos actes, nous créons, tous ensemble, notre futur et le futur de nos enfants. Je ne pense pas que tout le monde doive devenir végétarien. Je ne crois pas qu’il y ait une solution toute simple. Par contre, il est certain, que nous avons tous un rôle à jouer. Chacun de nous.

 

 

 

 

 

Afin d’éviter d’alourdir cette page, seuls les commentaires débrutis et constructifs seront publiés. Merci pour votre compréhension.

Fabrice Dini

Fabrice Dini

Fabrice Dini est cofondateur de deux écoles et l’auteur d’un ouvrage préfacé par Matthieu Ricard "Une éducation intégrale pour grandir en s'épanouissant". Il intervient dans de nombreuses écoles et entreprises en Suisse romande. Fabrice s’est formé au CFM de l’Université du Massachusetts et enseigne la pleine conscience, la gestion du stress et l'éducation intégrale.

12 réponses à “Quel sera ce héros, qui mangera le dernier animal sauvage ?

  1. On ne demanderait qu’à vous suivre, si l’homme n’était pas le premier des carnassiers à consommer… sa propre espèce. Relisons l’essai “Des cannibales”, de Montaigne ou Jules Verne dans sa description des moeurs des habitants des îles Fidji.

    Je n’ai d’ailleurs pas eu besoin de références littéraires pour avoir connu l’un des seuls endroits d’Afrique noire où survivent des cannibales (ou réputés tels), dans le sud-est du Nigeria. Homo homini lupus – l’homme est un loup pour l’homme, on le sait. La Bible, qui ne dit pas que des bêtises, confirme que le pire ennemi de l’homme, ce sont ses proches.

    Alors, tout ce tin-touin sur la cruauté infligée aux animaux, clamé par les Nouveaux Tartuffe pour mieux fermer les yeux sur celle que l’homme fait subir à son semblable, me laisse parpaillot. Par exemple, la propension de nos bourgeois à s’émouvoir sur le sort de leur chien, de leur hamster ou de leur poisson rouge, sans avoir une seule pensée pour les sud-soudanais qu’on massacre par dizaines de milliers, m’a toujours laissé coi.

    1. Rien a rajouter sauf que la cause animale et la préservation.de l’environnement me tiennent le plus à coeur.
      La terre irait nettement mieux sans l’homme mais heureusement il existe encore une frange humaine respectueuse mais jusqu’à quand?

  2. Espérons qu’une prise de conscience collective actée impacte désormais notre façon de consommer. Il est certain que nous ne pouvons continuer ainsi sans nous perdre nous-mêmes. Tout, de la naissance à la mort, doit être respectueux de la vie animale sans quoi nos enfants nous maudiront tôt ou tard !

    1. Ne jamais se résigner et toujours espérer.
      J ai chassé le lapin de Garenne mais surtout des migrateurs pendant 30 ans toujours de manière raisonnée, loin des quotas proposés.
      Depuis 4 ans, j ai raccroché mon fusil et l ai troqué pour un reflex Nikon.
      J ai arrêté pour la raison évoquée, il faut préserver le peu de vie sauvage qui reste et permettre ainsi enfants et petits enfants d observer ces magnifiques animaux qui peuplent encore les campagnes du monde.
      Mais cela ne suffit pas et nous avons également reduit notre consommation de viandes et de poissons et sommes à 97 % végétariens. Ce n est que par ces deux types d actions que nous préserverons ce petit reste sauvage
      Je lance donc un appel à tous les lecteurs chasseurs et non chasseurs pour agir sur ces deux volets.
      Esperons donc puisque des vieux chasseurs comme moi changeons notre fusil d épaule.

  3. Pas sûr de bien saisir votre message. Si je comprends bien, cela veut dire que nous sommes trop nombreux sur cette planète.

    Si l’on élève des animaux pour les manger, cela veut dire que l’on ne mange pas d’animaux sauvages. Donc personne ne mangera le dernier!

  4. Belle cause.
    A ne pas confondre mammifère et animal. Poissons et oiseaux ne font pas parti de la première catégorie.
    Pour éviter les détracteurs, il faut faire attention à la justesse du propos.

  5. Bonjour Fabrice,
    Oui, oui, oui, 3x oui à la vie! Quelque soit sa forme … végétale, animale … l’humain a surexploité celle-ci et il en paye maintenant le prix. Que cette leçon nous apprenne quelque chose, vraiment! L’argent ne se mange pas, un peu de sobriété ne nous ferait pas de mal!

  6. Merci pour votre beau poème.

    Je rêve d’une planète où l’homme cesse de dominer les animaux, la terre, et les hommes. Si nous ne réalisons pas que nous sommes tous égaux, alors nous continuerons sur cette voie destructrice, qui est celle du profit au détriment de la santé, de la paix, et de l’amour.

    Ecoutons les enfants. Tous les enfants connaissent le chemin à suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *