Un an après… le Nicaragua est toujours en crise

Il y a des anniversaires qu’on se passerait de fêter, comme celui du début de la crise au Nicaragua, il y a un peu plus d’un an. En guise de carte de vœux, un signe qui ne  trompe pas: les communiqués des organisations de défense des droits humains et des Nation-unies qui tirent la sonnette d’alarme, parlant d’arrestations arbitraires, d’intimidations et de journalistes harcelés.  Amnesty International s’inquiète de cette “spirale de violence étatique,” témoignages à l’appui. À Pâques, les manifestants n’ont pas été les seuls à subir la répression car même les participants à une procession religieuse auraient été inquiétés, selon l’organisation.

En termes d’habitants, le Nicaragua est un peu moins peuplé que la Suisse, avec quelque 6 millions d’habitants. En un an, un Nicaraguayen sur 100 a cherché refuge ailleurs: plus de 62’000 personnes ont fui le pays depuis le 18 avril 2018, indique le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’Homme. Celui-ci dénombre plus de 300 morts, parmi lesquels des enfants, plus de 2000 blessés et des centaines de personnes emprisonnées.

Image: ferme aux environs de La Dalaia, Nicaragua
Ferme aux environs de La Dalia, Nicaragua

Parmi les personnes qui ont fui le pays, la plupart ont trouvé refuge dans l’État voisin du Costa-Rica, selon la Cour interaméricaine des droits de l’Homme. Celle-ci s’inquiète par ailleurs de l’expulsion de centaines de travailleurs dans le domaine de la santé et de journalistes contraints à l’exil. Les négociations entre le gouvernement et la société civile sont au point mort malgré les appels réitérés de la communauté internationale.

Le Nicaragua est le deuxième pays le plus pauvre d’Amérique Latine. Dans les zones rurales, plus de 60% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté (moins de 2 dollars par jour), rappelle l’ONG Swissaid. Aux violences politiques s’ajoutent les phénomènes climatiques extrêmes: les petits agriculteurs vivant dans le “corridor sec” qui traverse l’Amérique centrale ont été victimes, qui de terribles sécheresses, qui de précipitations catastrophiques, attribués au phénomène climatique “El Niño. Selon différents offices des Nations-unies, seule la revitalisation de ces régions peut empêcher un exode massif. Cet appel à la coopération au développement apparaît un peu comme un cri dans le désert, à l’heure où d’aucuns, parmi les pays européens, délaissent l’Amérique latine pour d’autres continents plus en phase avec les préoccupations supposées des électrices et des électeurs.

Emmanuelle Robert

Emmanuelle Robert

Après des études de lettres et un parcours de journaliste, Emmanuelle Robert a travaillé dans la coopération au développement. Désormais active dans la communication, elle est aussi coach professionnelle et passionnée de course à pied.

3 réponses à “Un an après… le Nicaragua est toujours en crise

  1. C’est tellement navrant. Ce pays a un potentiel incroyable: son peuple. Eduqué, travailleur.
    J’y ai travaillé et cela fut les meilleures expériences humaines et de coopération de ma carrière. J’ai même rencontré D. Ortega à Léon quand il n’était plus président en 1997. Plein de projets, de volonté.
    Comment a-t-il pu sauver ce pays de la dictature, rendre les terres aux paysans, moderniser le système scolaire, médical, organiser des élections prouvées libres, les perdre, transmettre le pouvoir sans une goutte de sang (à Mme Chamorro), gagner à nouveau et… devenir un tyran accroché au pouvoir comme Somoza qu’il chassa? Incompréhensible.
    Son peuple a le plus à perdre. Pour l’instant. Mais il se relèvera, car il est fort, et plein de ressources.

      1. Vous avez raison, un zéro a sauté, merci de l’avoir remarqué. Cet article s’appuie sur des sources crédibles et fiables et oui, les informations qu’il contient sont sérieuses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *