L’Amérique latine vit sa crise syrienne

Ce n’est pas un mince exploit: avec leur marche vers les États-Unis, les migrants honduriens se sont attiré les caméras et les micros du monde entier. C’est que, vu d’une Europe aux prises avec ses propres crises migratoires, l’Amérique latine, c’est loin.

Pendant que les regards se braquent sur ces 7’500 personnes qui fuient l’ultraviolence du Honduras, d’autres drames de l’exil, sur le même continent, passent au second plan. Ainsi la situation interne qui a poussé les Vénézuéliens à quitter leur pays. Selon les Nations-Unies, en terme de flux de personnes, cette crise occupe le 2e rang des crises migratoires, derrière celle qui sévit en Méditerranée.

 

Angelina Jolie au Pérou

Colombie, Argentine, Chili, Brésil, Équateur et Pérou voient affluer qui des centaines, qui des dizaines de milliers de réfugiés fuyant le Vénézuela. On estime à 2,3 millions le nombre de personnes ayant quitté le pays, sur une population totale de 31 millions. « Cela me rappelle la Syrie », me confiait récemment le collaborateur d’une ONG, rentré d’une mission au Pérou. « Il y a d’abord eu le départ des personnes de la classe moyenne, avec une formation et un certain pouvoir d’achat. Mais maintenant ce sont les plus pauvres qui s’en vont. » Certains, notamment des enfants, arrivent dans états de santé catastrophique dans les pays voisins.

On ainsi vu récemment la star américaine Angelina Jolie, ambassadrice de bonne volonté du Haut Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR), rendre visite à des réfugiés au Pérou et prendre la parole devant la presse. On était habitué à voir l’actrice portant les couleurs du HCR au Moyen-Orient, en Iraq notamment, ou en Afrique. Pas en Amérique latine.

 

Terreur sur le Nicaragua

Plus discrètement, un petit pays d’Amérique latine, le Nicaragua, voit des dizaines de milliers de personnes chercher asile dans l’État voisin du Costa Rica, un peu comme si la population belge cherchait asile aux Pays-Bas. Dans cette zone frontière entre le Nicaragua et le Costa Rica, le HCR a aussi renforcé sa présence. Des Nicaraguayens se trouvent d’ailleurs aussi dans la caravane de Honduriens actuellement en marche au Mexique.

Même s’il est un des pays les plus pauvres du continent, le Nicaragua a longtemps tenu le rôle de bon élève, en terme de stabilité et de démocratie. Avant de basculer dans la terreur, comme le documente le récent rapport d’Amnesty International, sorti fin octobre dans une relative indifférence.

Le président du Nicaragua «Daniel Ortega ne s’est pas contenté de déployer les forces de police pour arrêter arbitrairement et torturer des manifestants, mais il a également eu recours à des groupes progouvernementaux lourdement armés pour tuer, blesser et intimider toutes les personnes assez courageuses pour résister à sa stratégie répressive.» Ces mots sont ceux de Erika Guevara-Rosas, directrice du programme Amériques d’Amnesty International.

Vous me direz que l’Amérique latine, c’est loin et que l’Europe et la Suisse ont déjà bien assez à faire avec ce qui se passe en Méditerranée. Il n’empêche que la déstabilisation de tout un continent aura forcément des répercussions sur le reste du monde.

P. S. Pour mon premier billet de blog pour Le Temps, je voulais parler d’un sujet léger. Ce sera pour une prochaine fois.

Emmanuelle Robert

Emmanuelle Robert

Après des études de lettres et un parcours de journaliste, Emmanuelle Robert a travaillé dans la coopération au développement. Désormais active dans la communication, elle est aussi coach professionnelle et passionnée de course à pied.

4 réponses à “L’Amérique latine vit sa crise syrienne

  1. L’Amérique latine, c’est surtout loin dans la tête des gens. Malgré web et smartphones, la mentalité de beaucoup reste très “locale”.

    Je vous le dis, car je vis (pour l’instant) en Uruguay, ce qui ne m’empêche pas de vous lire 🙂
    Par contre, on voit bien qu’on a l’imression de vivre sur la lune pour des européens!

    Bienvenue à votre blog qui ouvre les horizons suisses, autant que francophones.

    1. Oui, l’Amérique latine c’est psychologiquement à des années-lumières… Je suis désolée de répondre si longtemps après à vos encouragements (le décalage-horaire, sans doute!) Bonne continuation en Uruguay et bienvenue sur mon blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *