Des entreprises suisses à l’assaut des NFT

Le monde des NFT est encore largement méconnu du grand public et pourtant, c’est une vraie révolution qui est en train de s’opérer dans l’industrie du divertissement et du sport. Les entreprises suisses de la high tech s’y sont lancé et visent même le marché américain.

 

Que sont les «Non Fungible Tokens»?

Prenons l’exemple du sport: pour le dire simplement, les «Non Fungible Tokens», ou NFT sont comparables à des jetons numériques. Cela peut être, à la base, des billets d’entrée pour un match évènement, une image ou une vidéo se rattachant à un club de foot, de basket, un joueur de tennis ou un cycliste prestigieux, ou des séquences vidéo avec des phases de jeu particulièrement spectaculaires. On trouve des NFT dans tous les sports grand public et l’engouement est basé sur deux notions clés: la rareté et la possession personnelle.

 

Imaginez le supporter du Real Madrid qui s’est rendu à la récente finale de la Champions League pour soutenir son équipe favorite. Le billet, rare et gagnant, pourra être transformé en mémoire NFT. Il deviendra une sorte de trophée digital, grâce à la technologie de la blockchain, avec certificat d’authenticité numérique infalsifiable. Le supporter possédera donc un objet virtuel unique, «à lui», qu’il pourra échanger ou vendre, un peu à la manière des bons vieux Panini. Le jeton digital pourra aussi devenir un objet de collection, qui pourra faire l’objet d’une vraie spéculation. Après tout, le Real Madrid a gagné 14 trophées! Ces biens numériques lui permettront aussi de profiter de privilèges, que lui seul aura: rencontrer les joueurs, assister à des conférences, à des entrainements ou même de vrais matchs. Une manière aussi pour le club de fidéliser ses fans et de faire vivre les évènements sportifs, en dehors des stades.

 

Trois types de population s’intéressent aux NFT: les fans qui cultivent une relation d’appartenance à une communauté, qui montrent leur passion et leur engagement auprès d’un club (d’un film, etc) en acquérant des nouveaux statuts digitaux, des collectionneurs motivés par la possession d’assets rares, pour qui il s’agit d’un nouvel eldorado et des spéculateurs qui espèrent réaliser une plus-value à la revente. La plateforme de NFT Sorare a déjà obtenu les licences officielles de plus de 230 clubs de 39 ligues. Parmi eux, le Real, le FC Liverpool ou le Paris Saint-Germain. Et des investisseurs et partenaires comme Antoine Griezmann ou Gérard Piques.

 

Un marché qui explose

Tous les clubs, même suisses, s’intéressent désormais à ces jetons numériques et se sont lancés dans cette technologie de stockage et de transmission d’informations, qui représentent une source de revenus supplémentaire et un nouveau moyen d’augmenter les communautés de fans. En Suisse, le FC Sion a été le premier club à lancer un partenariat avec Sorare, qui permet à ses supporter d’échanger et de jouer librement avec des cartes numériques de joueurs comme Guillaume Hoarau ou Kevin Bua. L’intérêt pour ce secteur en pleine croissance est donc mondial. Les marques digitales sont d’ailleurs en train de prendre le pouvoir sur le marché du sport et de remplacer les sponsors traditionnels. Ainsi la plateforme texane DigitalBits trône au centre du maillot de la Roma, en tant que sponsor principal. A Los Angeles, le «Staples Center» (foyer des Lakers) a été renommé «Crypto.com Arena». Au PSG, l’Argentin Messi est payé en partie avec ces cryptoactifs qui réinventent la relation entre les supporters et leurs équipes favorites. La gamification est devenue un élément fondamental de l’engagement des fans dans l’industrie du sport.

 

Une technologie blockchain

Le phénomène NFT a été lancé il y a quelques années, aux Etats-Unis, au sein de la NBA. Les fans ont commencé à filmer des clip vidéo, de 5 à 6 secondes, avec les plus beaux gestes techniques du basket professionnel américain, qu’ils se sont mis à échanger ou vendre. Le marché était lancé. Aujourd’hui, certaines vidéos peuvent atteindre des sommes faramineuses, comme le fameux dunk de Lebron James, des LA Lakers, vendu pour 387 600 dollars après un match de février 2020.

Les NFT sont basés sur la technologie blockchain. Comme pour les crypto-monnaies, lorsque des NFT sont vendues, les informations, difficilement falsifiables, sur qui possède quoi, sont stockées dans un répertoire décentralisé.

 

Les solutions suisses

L’écosystème du métavers et des NFT attire bien évidemment aussi les entreprises et les utilisateurs suisses, qui trouvent de plus en plus de valeur ajoutée dans le monde virtuel et interconnecté. Secutix, une société Elca, a imaginé une solution TIXnGO, un prototype de trophée digital pour un club américain. Après le match, les billets sont convertis en souvenirs numériques pour devenir des collectors. Les clubs peuvent dès lors proposer des avantages uniques aux possesseurs d’avoir digitaux et développer la communauté des fans dans le monde numérique.

Des millions de personnes sont sur ce marché qui n’est pas près de se tarir et est même exponentiel.

 

Marc Mazzariol - ELCA

Marc Mazzariol, doctorat en informatique à l’EPFL, a développé au sein du Groupe Elca le secteur de la billetterie où dès 2003 il a mis au point les premiers billets imprimables à domicile (Swiss Technology Award). En tant que VP Product et Software engineering chez SecuTix, il dirige aujourd’hui les équipes en charges des solutions de billetterie d'ELCA telles que S-360, TIXnGO et Oxynade.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *