Vivre un événement en ligne : à quel rythme ?

Nous voilà marqués sans doute pour des saisons par l’image de nos parlementaires sous plexiglas, se parlant dans les couloirs dûment masqués. Nous autres, de la foule des anonymes, nous nous contentons de nos réunions en ligne, valsant entre les différents outils qui, au total, opèrent de manière similaire. Mais l’affaire a une autre ampleur lorsqu’il s’agit de participer à une conférence en ligne : vivre un événement en ligne, est-ce le vivre et à quel rythme ?

Après le coup d’arrêt de ce printemps, les travailleurs du monde académique sont forcés de prendre la mesure du chamboulement : leurs rencontres internationales, ces moments importants où se vit la recherche, c’est pour l’instant en ligne ou rien, et pour un certain temps, sans doute jusqu’à l’arrivée du vaccin tant attendu. Tout va si vite que nous n’avons guère l’espace nécessaire pour observer ce qui change ou non dans nos pratiques.

Pour être franche, la mise en ligne de ces événements m’a paru d’abord un soulagement d’agenda et de rythme : on a trop voyagé low cost, consommateurs de carbone effrénés. Mais j’observe avec étonnement que certaines grandes manifestations des milieux de recherche, au lieu d’en rester aux quelques jours prévus, annoncent s’étaler en ligne sur trois semaines, voir sur trois mois, à petites doses de conférences plénières et workshops. A mon sens, ces manifestations risquent fort de disperser leur public. Sans le corps assigné à un lieu, à Paris, Athènes, Bruxelles ou Londres, disposerions-nous soudainement de tout le temps, de plusieurs semaines ou mois pour vivre le même événement ? J’en doute fort.

Montre Swatch GZ121 d’Alessandro Mendini; © CC0 1.0; auteur: User:minicooperfahrer; wikicommons

S’illustre ici l’un des travers patents de cette « COVID-19 atmosphère » dans laquelle nous baignons : nous risquons d’y perdre le sens de la fin, du rythme, de la limite temporelle. C’est sans doute l’une des raisons qui a fait diminuer drastiquement le nombre des manifestants pour le climat vendredi dernier. On nous parle tellement de la fin chaque jour que nous perdons l’intérêt, voire même la préoccupation, pour ce qui serait une fin plus lointaine, pourtant d’une urgence qui ne fait plus aucun doute.

Relire le petit opuscule d’Odysseus Elytis, Temps délié, temps enchaîné [1], permet de prendre la mesure du problème. Elytis y représente le temps dans son ampleur et ses labyrinthes, via la description des célébrations grecques orthodoxes, ce « temps tout entier, celui d’avant, celui d’après, annihilés, devenus éternité ». Mais à chaque instant, il exprime aussi le sentiment du début et de la fin, qui surplombe les volutes en spirales du temps. Sans crier gare, au détour d’une page, il offre des mots pour dire ce que nous expérimentons tous au quotidien : « si nous perdons nos marques, nous allons d’impasse en impasse, et à la fin, nous capitulons ».

Parce que nos corps-personnes ont pris l’habitude de mesurer le monde via un rapport entre le temps et le lieu, il me paraît primordial, dans nos diverses activités, de garder un rythme qui nous rappelle que toute chose a une fin. A nous d’être vigilants face à l’illusion que le numérique nous permettrait l’ubiquité. Nous restons des humains incarnés, et donc assignés à un espace-temps limité, à l’image de nos ressources naturelles. Nous sommes à leur rythme.

[1] Odysseus Elytis, Temps délié, temps enchaîné, L’Echoppe, 2000.

Claire Clivaz

Claire Clivaz

Claire Clivaz est théologienne, Head of DH+ à l'Institut Suisse de Bioinformatique (Lausanne), où elle mène ses recherches à la croisée du Nouveau Testament et des Humanités Digitales.

2 réponses à “Vivre un événement en ligne : à quel rythme ?

  1. Toujours un bon sujet à aborder qui fait rupture dans nos trains trains, en vous lisant. Oui le port du masque devient un nouveau marqueur de nos relations. Déjà nos politiques (en particulier depuis les décryptages de Mr Bismuth!) devaient cacher les messes basses, des caméras … le port du masque règle le problème, les asiatiques y sont habitués, peut-être certaines religions qui cachaient déjà tout ou partie du visage aussi, mais visiblement l’obligation chez nous (en France …) entraine beaucoup de réactions. C’est vous l’avez soulevé le thème qui concentre beaucoup les attentions, mais tout ce qui passe dans les publications des journalistes, qui entraîne leur diffusion et les commentaires sur les réseaux sociaux, nécessaires pour la vente des articles, n’est-il que la seule préoccupation? Évidemment les sondages ne donnent les réponses qu’aux questions qui sont posées et aux façons d’exprimer les questions, selon la raison de la commande du sondage. Alors savoir si le futur pour l’humanité est une priorité pour l’homme sur terre! De quel homme et dans quel temps, de quel âge? Tiens je suis curieux de lire ce petit livre.

  2. “…on a trop voyagé low cost, consommateurs de carbone effrénés.”

    Cette éminente élite d’incomparables talents que sont chercheuses et chercheurs sans frontières (comme il en existe aussi sans diplômes), si prompte à fournir des statistiques, à grand renfort de tableaux Excel et de présentations PowerPoint, sur des questions aussi sensibles que le réchauffement climatique ou la vitesse de propagation du COVID-19, a-t-elle jamais fourni le moindre bilan chiffré de sa contribution à la pollution atmosphérique et sonore par le rail, la route, les ailes (pour reprendre le titre d’une émission radio autrefois célèbre) dans ses déplacements de congrès à conférence et de conférences à colloques internationaux? Sans compter les frais de séjour et d’inscription aux dites conférences et colloques?

    S’il est possible de savoir à la photocopie et au franc près combien coûtent écoles et universités, a-t-il jamais été démontré combien elles rapportent?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *