Classement mondial de la bonne gouvernance : Le Rwanda en tête des pays africains

Singapour a lancé le 26 avril 2021 l’Indice Chandler Good Government (CGGI) dont l’objectif est de dresser un classement concernant plus de 100 pays en termes de bonne gouvernance. Sans surprise, les pays occidentaux trustent les premières places. Aucun pays africain ne figure dans le Top 20, ce qui ne veut pas dire que des progrès ne sont pas à signaler sur le continent. Un pays comme le Rwanda, par exemple, figure à une honorable 53 ème place, ce qui en fait le meilleur représentant du continent.

Dans un rapport paru en 1992 et intitulé “Gouvernance et développement”, la Banque mondiale définit la bonne gouvernance comme « étant la manière dont le pouvoir est exercé pour gérer les ressources nationales économiques et sociales consacrées au développement ». La bonne gouvernance présente les avantages d’être au coeur du développement durable et de la réduction de la pauvreté, tout en renforçant les facteurs de production tels que la main-d’oeuvre et le capital, et en accroît la productivité.

L’Afrique est un continent particulièrement touché par sa mauvaise gouvernance en général, ce qui constitue un frein à son développement. Confronté à la pauvreté, à un niveau de santé des plus bas, à des carences en éducation, à de la corruption et à des tensions sociales sources d’instabilité, le continent doit incontestablement faire des progrès en matière de bonne gouvernance.  Selon ce classement basé sur plus de 50 sources de données, la Finlande est le premier pays au monde en termes de gouvernance. L’indice se concentre sur sept piliers, à savoir, le leadership et la prospective; la robustesse des lois et des politiques publiques, la solidité des institutions, la gestion financière, l’attractivité du marché, l’influence et la réputation mondiale. L’indice utilise une méthodologie rigoureuse élaborée en consultation avec des praticiens du gouvernement, des dirigeants, des experts de l’indice et des chercheurs en gouvernance.

Au niveau mondial, la Finlande est donc le premier pays en termes de gouvernance. Le top 20 est dominé par l’Europe et l’Amérique à l’exception de l’Australie et du Japon. Derrière la Finlande, la Suisse (2ème) et Singapour (3ème) complètent le podium. Au niveau africain, le Rwanda sort son épingle du jeu, classé leader en Afrique et 53ème au classement mondial, suivi du Botswana (56), du Maroc (61e), de l’Afrique du Sud (70e), du Sénégal (71), du Ghana (72), de l’Egypte (73e), de la Tunisie (75e), de la Namibie (76e), Kenya (81e), Tanzanie (83e), Ouganda (84e), Malawi (90e), Ethiopie (93e), Algérie (94e), Zambie (95e), Burkina Faso (96e), Madagascar (98 e), Mali (100 e), Mozambique (101), Nigeria (102), Zimbabwe (103). Aucun pays de l’Afrique centrale ne figure sur ce classement dont la lanterne rouge est un pays latino-américain, le Venezuela en l’occurrence.

Selon Richard F. Chandler, fondateur du Chandler Institute of Governance, « les pays bien gouvernés attirent les capitaux et les talents, ce qui favorise l’innovation sur le marché, conduisant à des entreprises fortes et à des économies dynamiques. Cela permet à son tour un plus grand investissement dans les services publics, créant un cercle vertueux ». Quant à Wu Wei Neng, directeur exécutif du Chandler Institute of Governance, il déclare : «Nous avons conçu l’indice comme un moyen de mesurer un bon gouvernement qui est pratique, pertinent et axé sur les capacités. Des milliards de dollars de financement du développement ont été décaissés, mais relativement peu se sont concentrés sur le renforcement des capacités des gouvernements. Les capacités sont essentielles aux résultats qui comptent. Le monde doit investir dans des gouvernements plus compétents et plus fiables. ».

Pour rappel, le Chandler Institute of Governance (CIG) est une organisation internationale à but non lucratif, dont le siège est à Singapour. Il n’est affilié à aucun gouvernement et propose son aide aux  gouvernements qui souhaitent développer leurs talents, leadership et capacités de service public à travers des programmes de formation, d’initiatives de recherche et de travaux de conseil.

Concernant le Rwanda, il faut signaler que ce pays ambitionne de devenir une économie à revenu intermédiaire à l’horizon 2035 et à rejoindre les pays à revenu élevé en 2050. A son actif, on peut citer des réformes qui lui ont permis de mettre en place deux stratégies de développement économique et de réduction de la pauvreté de 2008 à 2018 avec d’excellents résultats économiques et sociaux. La croissance du pays était de 7,2 % en moyenne durant la dernière décennie alors que le PIB par habitant progressait de 5 % par an. Cependant, il est probable que les effets néfastes du Covid 19 viennent freiner cette progression, comme pour l’ensemble des pays du continent. À voir comment les dirigeants africains, d’une manière générale, vont gérer cette crise. Une chose est sûre. Ils devront améliorer leurs stratégies de bonne gouvernance pour propulser plus de pays africains dans le Top 100 des nations les mieux gouvernées. 

Tidiane Diouwara

Tidiane Diouwara est journaliste RP et spécialiste des sciences de l’information. Il est titulaire d’une maîtrise universitaire en linguistique, d’un doctorat 3 ème cycle en sciences de l’information. Il est Directeur du CIPINA (www.cipina.org), une association spécialisée dans la promotion de l'image de l'Afrique. Il est également Conseiller diplomatique et expert des Droits de l'Homme.

Une réponse à “Classement mondial de la bonne gouvernance : Le Rwanda en tête des pays africains

Répondre à BIGIRIMANA Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *