Monnaie, crédit et bien commun

John Maynard Keynes observa que «s’il est une chose qui ait perdu plus d’hommes que l’amour, c’est l’argent.» Il est en effet indubitable que l’argent est au centre de la société contemporaine, au sein de laquelle les banques peuvent émettre des sommes de monnaie sans aucune limite, lorsqu’elles décident d’octroyer une ligne de crédit à n’importe quel agent économique (à savoir, les entreprises, les ménages, le secteur public ainsi que les institutions financières dont les banques elles-mêmes). L’évolution de n’importe quelle activité économique dépend avant tout du crédit bancaire, parce que les entreprises ne peuvent rien produire si les banques refusent de leur octroyer des crédits pour payer les coûts de production. Aucune entreprise n’utilise en effet ses fonds propres pour ce faire, parce que cela ne lui permettrait pas de durer longtemps dans le système économique.

Or, si les banques abusent de leur capacité à octroyer des crédits, notamment lorsqu’elles exploitent cette capacité pour faire les intérêts de leurs managers et actionnaires au lieu de contribuer au bien commun, l’ensemble du système économique devient de plus en plus fragile sur le plan financier, étant donné que cela fait alors augmenter la masse monétaire de manière plus que proportionnelle à l’augmentation du revenu national. Cette masse monétaire excédentaire enfle alors les prix des actifs financiers, comme les titres cotés en Bourse, sans aucun lien avec la situation de l’économie «réelle» et son évolution. Toutes les crises financières récentes ont été engendrées par les crédits excessifs que les banques ont octroyés, sachant qu’en cas de problèmes majeurs elles pouvaient compter sur l’aide de la banque centrale, voire l’intervention de l’Etat pour éviter leur propre faillite.

Les propositions de réforme du système bancaire ne manquent pas et leur nombre a augmenté suite à l’éclatement de la crise financière globale en 2008. En Suisse, l’initiative «Monnaie pleine» propose une réforme radicale sur le plan monétaire, parce qu’elle veut attribuer seulement à la banque centrale la possibilité d’émettre des sommes de monnaie dans l’ensemble de l’économie nationale. Vu que les banques continuent à abuser de leur pouvoir «monétatif», la réforme proposée par l’initiative «Monnaie pleine» revient à soustraire le levier monétaire aux banques, pour le confier à titre exclusif à la Banque nationale suisse (BNS). Au-delà de l’émission des billets de banque et à la mise en circulation des pièces de monnaie métalliques, la BNS va ainsi émettre toute la monnaie scripturale dont l’économie suisse a besoin pour mener à bien l’ensemble de ses activités. Les partisans de cette réforme veulent ainsi garantir que l’émission monétaire se fasse dans l’intérêt général et selon les besoins de l’économie «réelle», au lieu de satisfaire les intérêts des élites financières au détriment du bien commun.

Sergio Rossi

Sergio Rossi

Sergio Rossi est professeur ordinaire à l’Université de Fribourg, où il dirige la Chaire de macroéconomie et d’économie monétaire, et Senior Research Associate à l’International Economic Policy Institute de la Laurentian University au Canada.

5 réponses à “Monnaie, crédit et bien commun

  1. Je soutiens l’initiative «monnaie pleine ». Toutefois, si elle était implémentée avant, pourrais-t-elle d’une manière ou d’une autre éviter le crash financier majeur, lequel devrait arriver dans les 12 à 24 mois, dû principalement aux dettes (obligations) d’Etats cumulées au travers du « Quantative Easing » que les banques centrales (y compris la BNS) ont utilisé suite à la crise de 2008 ? Autrement dit, cette initiative n’aurait-t-elle pas tout son sens une fois le crash derrière nous ? Ne va-t-elle pas s’imposer d’elle-même finalement ?

  2. Commentaire de Jean-Marc Heim
    Accepteriez-vous que des sociétés privées fassent la police ou mobilisent une armée ? Accepteriez-vous que nos lois soient édictées par des clubs privés ?Accepteriez-vous de payer un impôt en faveur d’entreprises privées ?Alors pourquoi acceptez-vous que le pouvoir de créer votre argent soit remis entre les mains de banques privées ? La Monnaie Pleine est pour une démocratie vraiment souveraine

    Mon commentaire:

    Nous sommes conscients de quelques points à améliorer et travaillons sur un projet de loi ou sur un contre-projet. Toutes personnes peut nous aider, merci
    http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/projet-de-loi-dapplication-de-monnaie.html

    http://desiebenthal.blogspot.ch/2015/12/swiss-positive-money-social-credit.html

  3. Que voilà une excellente synthèse du projet “monnaie pleine”!

    Tant qu’on aura pas résolu le problème de la monnaie, on ne pourra pas non plus résoudre les problèmes liés au financement de la prévoyance, des services publics, du social, du travail et de la santé. Tant que la monnaie restera une dette, et par conséquent une forme d’esclavage déguisée sous de beaux habits, toutes les promesses politiques ne seront que des mensonges.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *