Les réfugiés climatiques : les oubliés ou les négligés ?

La crise écologique déséquilibre fortement plusieurs domaines au sein de nos sociétés. Un des impacts dans ce dérèglement climatique est la migration. D’après la Banque mondiale, l’aggravation des effets du changement climatique pourrait pousser plus de 140 à 250 millions de personnes à se déplacer à l’intérieur de leur propre pays, ou à émigrer, d’ici 2050. Selon UNHCR au cours de la dernière décennie, les événements météorologiques ont déclenché en moyenne 21,5 millions de nouveaux déplacements chaque année, à savoir plus de deux fois plus que les migrations causées par d’autres facteurs. Autrement dit, les événements climatiques sont (et seront) la raison principale de la migration locale et mondiale indépendamment de la nature et la gravité de changements climatiques. Pourtant, il n’existe aujourd’hui aucune disposition juridique à l’échelle internationale pour reconnaitre les réfugiés climatiques dans le cadre d’une procédure d’asile. La raison principale est la suivante : le critère « climat » ne figure pas dans la Convention de 1951 relative au statut des réfugiés. Pour rappel, ce traité international assure une protection uniquement à l’égard des « réfugiés politiques », c’est-à-dire celles et ceux qui subissent des persécutions ciblées pour des raisons politiques, religieuses ou d’appartenance à un groupe social.

Alors qu’en 2021 on fête les 70 ans de cette Convention internationale et que les rapports du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) continuent d’alarmer au sujet de l’impact climatique sur la migration, qu’en est-il réellement de la protection et la reconnaissance à l’égard des réfugiés climatiques ? Quelles sont les réflexions politiques et juridiques qui tentent de répondre à ce phénomène unique dans notre histoire ?  

La causalité entre le changement climatique et la migration ne peut être contestée et plusieurs experts du domaine en font le constat. Cette causalité se traduit fortement dans les pays en développement par notamment la sécheresse, la salinisation, l’érosion, la toxicité du sol et l’eau-air, la montée des eaux, etc. Ces phénomènes, causés en grande partie par les activités humaines, obligent les populations généralement du Sud à émigrer.

 

Tout d’abord, il est important de mentionner qu’il existe un débat d’ordre politico-juridique sur la qualification employée entre : « réfugié climatique », « migrant climatique / environnemental » et/ou « personne déplacée ». En résumé sans rentrer dans l’analyse discursive approfondie, les États occidentaux qui sont réfractaires à l’accueil des réfugiés, écartent stratégiquement de formuler l’appellation de « réfugié climatique ». Ces derniers valorisent plutôt l’utilisation de « migrant climatique / environnemental » ou « personne déplacée », car précisément le mot « réfugié » est politisé et porte des caractéristiques juridiques bien définies. En effet, comme cela est mentionné dans la Convention de 1951, le « réfugié », sous-entendu « politique », est (relativement) reconnu dans le cadre d’une procédure d’asile. En opposition, les ONG entre autres telles qu’Amnesty International, et Human Right Watch (HRW), ainsi que certains acteurs universitaires et militants, analysent ce phénomène migratoire en employant le terme « réfugié climatique ». De manière générale, les réflexions défendues et soulignées par ces derniers, consistent de surmonter la logique de catégorisation entre le « bon » et « mauvais » réfugié basée sur l’unique de persécution individuelle codifiée par la Convention de 1951. Les différents motifs migratoires (politiques, économiques et écologiques) sont, de nos jours, étroitement interdépendants et s’articulent mutuellement. Par conséquent, il faudrait considérer la question migratoire comme un phénomène multifactoriel. Autrement dit, un raisonnement objectif qui consiste d’avoir une approche globale sans catégoriser de manière « essentialiste » les demandes d’asile.

Lire aussi : Filippo Grandi : “Nous devons raviver notre engagement pour un monde meilleur”

 

Sur un plan international, plusieurs discussions ont eu lieu. Le premier débat réflexif concernera l’addition d’un protocole à la Convention relative au statut des réfugiés de 1951. Contrairement aux États occidentaux, plusieurs pays africains ont été favorables en 2005 au colloque de Limoges (et à celui de 2006 aux Maldives). Il s’agissait de joindre une clarification et meilleure reconnaissance des réfugiés climatiques au traité international. À ce titre la spécialiste de la politique d’asile et d’immigration Christel Cournil indique que « le principal avantage d’un amendement de la Convention de Genève réside dans son application qui serait mise en œuvre facilement puisque les États parties de la Convention ont mis en place un système de reconnaissance déjà opérationnel » (Christel Cournil, 2010). Cependant, des réserves peuvent être émises. D’une part ce projet de loi risque fortement d’exclure les déplacés internes. D’autre part, les États industrialisés refusent catégoriquement d’accepter un tel changement. La raison est la suivante : les États du Nord craignent que le droit d’asile soit systématiquement octroyé aux ressortissants des continents africain et asiatique pour des raisons climatiques. En résumé, ces pays tentent de consolider leur politique anti-immigration en évitant un nouvel amendement à la Convention de 1951.  

 

Toujours dans une approche globale, une Convention internationale spécifique aux réfugiés climatiques a également été proposée par des quelques chercheurs universitaires (Véronique Magniny, Benoit Meyer et autres). Cette nouvelle Convention, qui dépasserait le traité de 1951, viserait à reconnaitre les réfugiés climatiques qui soient au niveau national ou international. L’objectif consisterait à adopter des règles préétablies et acceptées par l’ensemble des parties prenantes, dont le principe de « non-refoulement ». En fonction de la situation écologique du pays concerné, cette protection immeuble à l’égard d’un migrant peut éventuellement être durable ou temporaire. Toutefois, une telle disposition juridique à l’échelle internationale est difficile à concrétiser, car le consensus actuel entre différents États sur la politique d’asile demeure inexistant. Pour rappel, la majorité des États industrialisés sont dans une posture restrictive en contrôlant et en fermant davantage leurs frontières. Leur droit de souveraineté sur cette matière vient contrecarrer cette approche globale. Dès lors, cette proposition semble ambitieuse, voire utopique.

 

Face aux difficultés susmentionnées, certains experts, tels qu’Angela Williams, proposent la mise en place des normes juridiques à l’échelle régionale qui incluraient le facteur climatique. Le raisonnement derrière une Convention régionale s’explique de la manière suivante « Les États voisins d’un État affecté par les migrations environnementales ont souvent des cultures et des problèmes socio-économiques similaires permettant une meilleure communication » (Cournil, Mayer, 2014 : 119). C’est pourquoi une politique migratoire d’ordre bilatéral peut s’appliquer entre ces pays voisins concernés.  En raison de leur interdépendance mentionnée, les États ont meilleur temps de définir un cadre face aux migrations environnementales propres de leurs contextes spécifiques. Toutefois, une coopération régionale ne répondrait que partiellement au problème actuel. En effet, les réfugiés climatiques se trouvent généralement dans les pays en développement, et à ce jour, ces États ne disposent pas des moyens logistiques et économiques pour y faire face. Ainsi, la coopération exigée dans ces pays en développement en matière de migration doit être accompagnée dans un processus plus large. Ceci inclurait la responsabilité des pays industrialisés (États du Nord), et ce notamment au travers d’aides financières et/ou soutiens logistiques.

Lire aussi : La reconnaissance des réfugiés climatiques fait son (lent) chemin

 

Finalement, tous les États doivent trouver une solution pragmatique face à ces deux phénomènes fortement interdépendants que sont la migration et la crise écologique. D’après moi, le lien de causalité entre la migration et le changement climatique peut être atténué par des politiques publiques ayant approche pragmatique, humanitaire et écologiste. Elles se fonderaient sur le principe de la « solidarité commune, mais différenciée ». Ce principe si connu dans la réduction des émissions mondiales de gaz à effet de serre, se veut inclure la participation de toutes les parties prenantes – ici principalement tous les États – dans une politique environnementale internationale, mais dont les obligations et mesures (normes) seraient différenciées en fonction de l’industrialisation des pays. Par conséquent, les États développés qui sont à juste titre des grands pollueurs de la planète doivent participer activement à la protection des réfugiés climatiques à l’échelle internationale. Pour conclure, j’espère que le projet « initiative Nansen », dont le but premier est de parvenir à un consensus entre les États sur les principes et les éléments fondamentaux relatifs à la protection des personnes déplacées/réfugiées, permettra d’établir des réponses claires et humanitaires dans les années à venir. De surcroit, la décision historique, rendu par un organe de l’ONU chargé de la protection des droits humains, en faveur du réfugié climatique Ioane Teitiota (originaire des Kiribati) donnera une base réflexive et juridique aux prochaines décisions qui seront exprimées à ce sujet.

 

 

Pour aller plus loin :

Samson Yemane

Samson Yemane, politologue de l’université de Lausanne, travaille pour l’Organisation suisse d’aide aux réfugié-e-s (OSAR). Et depuis 2021, il est Conseiller communal socialiste à Lausanne. À côté de son militantisme pour les droits humains, ses articles tentent d’analyser la politique africaine, et particulièrement, la région de l’Afrique de l’Est. Parallèlement, ses écrits s’intéressent sur les enjeux politiques relatifs à la politique migratoire de l’Union européenne.

4 réponses à “Les réfugiés climatiques : les oubliés ou les négligés ?

  1. ce type de réfugiés est premièrement secondaire par rapport aux victimes des conflits incessants et désastres occasionnés par l’activité humaine , mais aussi ce qui n’est pas nouveau dans l’histoire de l’humanité par rapport aux événements climatiques majeurs:
    au début de l’holocène, les hommes ont du fuir les zones envahie par les océans gonflés par la fonte massive des glaces, fuir le Sahara vert se transformant en désert , …
    le réchauffement actuel reste modeste en comparaison de ces situations passées !
    Il faut aussi comprendre que l’humanité en sur nombre occupe davantage de territoire et qu’il devient plus difficile de caser tout ce petit monde à l’abri des moindres soubresauts de la nature !
    La question serait plutôt : comment limiter la population afin d’éviter qu’elle n’occupe plus que des zones à risques ???

    1. “La question serait plutôt : comment limiter la population afin d’éviter qu’elle n’occupe plus que des zones à risques ???”. C’est un vision qui ne prend en compte que la situation instantanée (et elle n’est pas fausse dans ce cas), mais qui demande à être envisagée avec un peu plus de recul et dans une perspective à plus long terme. Si l’on regarde non pas la situation instantanée mais les tendances “lourdes”, partout dans le monde les taux de natalité chutent fortement et régulièrement. Cela a commencé dans les pays les plus développés, mais touche maintenant l’entier de la planète. Au Niger par exemple, qui enregistrait 7 naissances par femme en 2017, le taux de fécondité descendra à 1,8 à la fin du siècle, selon des chercheurs américains. L’ONU anticipe ainsi une baisse importante de la fécondité dans toute l’Afrique plus globalement et en Asie (et bien sûr dans le reste du monde puisque c’est déjà le cas), mais un peu moins rapide cependant. Du point de vue de l’impact sur l’environnement et la disponibilité des ressources, il est d’ailleurs heureux que la baisse du taux de natalité soit plus marquée dans les pays qui consomment et polluent (au sens large) le plus, et de loin; mais de toute manière le phénomène de décroissance va rapidement concerner le monde entier. Or il faut être conscient qu’une simple baisse de 2%/an d’une population conduit à presque 2/3 de diminution en 50 ans seulement. Imaginez une population suisse réduite à 1/3 en gros de ce qu’elle est aujourd’hui en à peine 50 ans, avec en plus un déficit, ce qui est grave surtout, de forces jeunes, étant donné que si on ne fait pas “disparaître” d’une manière ou une autre les générations qui sont déjà là et pour un certain temps encore, ce sont les jeunes, que l’on n’aura pas mis au monde, qui seront essentiellement la cause de cette décroissance et viendront à manquer. Une société ne peut fonctionner dans ces conditions. C’est un problème auquel la Chine doit faire face aujourd’hui en résultat de sa politique de “l’enfant unique” appliquée pendant de (trop) nombreuses années. Ce n’est pas pour rien qu’on parle de “pyramide des âges”, … mais une pyramide n’est stable que si sa base (les jeunes) est plus importante que sa pointe (les “vieux”); essayez de faire tenir une pyramide à l’envers!

  2. C’est fatigant à force.

    L’Europe n’est pas la solution à tous les problèmes de l’Afrique.

    Ils sont grands, vaccinés… qu’ils se préparent, qu’ils retroussent leurs manches et qu’ils bossent à leur futur. Imagine-t-on l’Asie quémander un traité migratoire pour des raisons climatiques??

    Verdifier le Sahara n’est pas cher; élargir et corriger le cours des fleuves donnerait du travail; se mettre d’accord sur la construction de barrages et leur emplacement ne coûtent rien…

    Et surtout, le planning familial et la scolarisation des filles sont du bons sens élémentaires.

    Il est fini le temps où l’Europe s’appauvrit au profit de l’Afrique; l’ingérence, c’est fini ! Qu’ils se mettent au travail et se sauvent par eux-mêmes!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *