Révision de la loi sur la chasse: une loi dénaturée

L’affaiblissement de la biodiversité est une réalité dans le monde, mais aussi en Suisse. Dans notre pays, près de la moitié des espèces animales et végétales sont plus ou moins fortement menacées. Certaines ont déjà disparu.

Face à cette menace aussi redoutable que le changement climatique, des stratégies internationales, nationales et locales sont mises au point. Celle de la Suisse date de 2017. Le canton de Genève, pour citer cet exemple, s’est doté en 2018 d’une stratégie, concrétisée en juin 2020 par un plan d’action pour les années 2020-2023 assorti de 117 mesures.

Une bonne gestion de la chasse est un des éléments clé de la protection de la biodiversité. Chasse qui aujourd’hui n’est plus un droit ancestral venu de la nuit des temps et n’a, devant l’érosion de la biodiversité, de légitimité que dans sa contribution à une saine gestion de la faune.

Sans biodiversité pas de vie

La biodiversité est faite d’un ensemble complexe d’interactions formant le fragile équilibre de la vie. La chaîne alimentaire va du plus petit (le monde des microorganismes assurant par exemple les fonctions de décomposition et la fertilité des sols) au plus grand, les régulateurs que sont les grands félins, magnifiques représentants de la fabuleuse créativité de la nature.

Chez nous, ces grands prédateurs avaient été progressivement éradiqués, objets de peurs ancestrales qui n’ont plus de raison d’être. Leur retour est à saluer. Le lynx par exemple aide à limiter les surpopulations d’ongulés dommageables au recrû naturel des forêts, qu’ils broutent avec délectation.

Le fantasme archétypal du grand méchant loup

Si nous voulons protéger la biodiversité, qui est à la base de nos existences individuelles et collectives, il nous faut accepter de partager les espaces avec les espèces – animales et végétales. Oui, le loup peut à l’occasion se révéler bien carnassier. Mais sur les 200’000 moutons paissant dans nos alpages, 4500 meurent chaque année d’accidents, de chutes, etc. et 300 sont la victime du loup.

Des tirs sont déjà possibles, sous contrôle fédéral, lors de dommages importants. Les mesures de prévention sont soutenues et les dégâts sont dédommagés. Sur mandat de la Confédération, la centrale de vulgarisation agricole Agridea appuie les éleveurs dans la protection technique des troupeaux et la gestion des chiens de garde. Objectivement, il n’y avait aucun besoin de légiférer !

Une révision sous influence

Qu’on l’ait néanmoins fait souligne à quel point des fantasmes ancestraux peuvent encore aujourd’hui prendre en otage des décisions politiques. Obnubilés par des images archétypales ancrées dans notre inconscient collectif, à l’exemple du petit chaperon rouge, tant le gouvernement que le parlement ont réécrit cette loi en ignorant largement l’érosion de la biodiversité. Il en est résulté un texte d’un autre temps qui, au lieu d’organiser la cohabitation entre la faune naturelle et les activités humaines et d’arbitrer entre les divers intérêts en présence, affaiblit encore la partie la plus faible, la biodiversité.

Le passage d’une loi de protection à une loi de tir

On peut à bon droit parler d’une vraie dénaturation d’une loi de protection en loi de légalisation du tir ; cette mue délétère s’est faite en plusieurs temps.

Réagissant à des motions parlementaires, le Conseil fédéral a proposé en 2017 le transfert aux cantons de la compétence d’accorder des dérogations concernant les espèces protégées et les périodes de protection. Erreur de taille, car les cantons sont bien plus exposés aux pressions locales que ne l’est la Berne fédérale.

Toutefois, il avait prévu de soumettre ces dérogations à diverses conditions. Il fallait que des mesures de protection « raisonnables » aient été prises, que celles-ci n’aient pas eu d’effets suffisants, que les dommages soient « importants » et les dangers pour l’être humain « concrets ».

Or, le parlement ne s’est pas contenté d’approuver ce transfert de compétences, il a gommé pratiquement tous les critères qui devaient l’encadrer. Désormais, le simple fait qu’un animal « attire l’attention » peut justifier de le tirer (art. 12, al. 2), le tir étant autorisé même dans les districts francs renommés « sites de protection de la faune sauvage » (art. 11, al. 5). Et en retour, le parlement a délégué au gouvernement la compétence d’allonger à volonté la liste des espèces protégées pouvant être tirées (art. 7A, alinéa 1, lettre c).

Attention aux connivences

Le cas du lynx illustre très bien les risques de cette révision. Réintroduit en Suisse voici 40 ans, il compte moins de 300 individus. Or, certains chasseurs s’obstinent à voir en lui un concurrent et des lynx continuent d’être braconnés, notamment en Bas-Valais où un vaste réseau de pièges a été découvert récemment, qui profitait apparemment de connivences dans les milieux de la chasse – et de la surveillance de la chasse.

Une supervision fédérale dans un domaine aussi émotionnel que la gestion de la grande faune est indispensable, car l’application de la loi risque bien d’être à l’image de son adoption : feu sur tout ce qui dérange ! Ce n’est vraiment pas ce dont la biodiversité a besoin.

René Longet

René Longet

Licencié en lettres à l’Université de Genève, René Longet a mené en parallèle d’importants engagements, dans le domaine des ONG et du monde institutionnel, pour le vivre-ensemble ainsi qu'un développement durable. Passionné d’histoire et de géographie, il s’interroge sur l’étrange trajectoire de cette Humanité qui, capable du meilleur comme du pire, n’arrive pas encore bien à imaginer son destin commun.

7 réponses à “Révision de la loi sur la chasse: une loi dénaturée

  1. Il est intéressant de noter l’approche théorique de ce propos. Le lynx effectivement en théorie mange des ongulés. Mais le lynx ne va risquer sa vie pour attraper un cerf ou un âne quand il peut s’attaquer sans risque à plusieurs moutons. Il en va de même pour le loup.
    Il est aussi intéressant de noter l’approche économique de l’argumentaire comme le berger est dédommagé, il doit accepter qu’est des loups mangent ses moutons. Drôle de théorie …

    1. Comme il est dit dans le sujet de M. Longet, la majorite des morts de betail a l’alpage est due a d’autres causes que les predateurs.
      On nous serine que ces betes d’alpage sont utiles pour empecher les forets de s’etendre.
      On constate en meme temps que la mort des forets s’etend partout et bien sur, qui peut douter que les forets sont utiles a l’absorption du CO2.

      Le peuple suisse subventionne a raison de plus de 3 ou 4 milliards son agriculture (bon la majorite va dans les poches de l’agro-business et de ses deux grandes “cooperatives”), pas au paysan de montagne, d’accord.

      Ne serait-ce point la qu’est la “drole de theorie”

      1. Dans tous les pays européens Allemagne, Belgique, Italie, Espagne, Pologne,… les loups perturbent la vie des bergers. Si les accidents sont aussi une source de décès des ovins’ cela ne justifie d’en rajouter une couche avec le développement des meutes. Encore un argument bizarre !

        La confédération n’aide pas uniquement les agriculteurs et éleveurs, elle aide aussi, l’industrie, la recherche, la formation, le tourisme et les moyens doivent gérer avec sagesse.

        La biodiversité est un mot très mode en ce moment. Maintenant je ne suis pas convaincu que ceux qui en parle soient ceux qui ont fait, font et feront le plus pour la biodiversité, concept à définir tellement il est vague.
        On peut tout à fait planter des arbres pour repeupler les forêts et je ne crois pas que ce soit les animaux dangereux qui vont sauver la planète et notre pays…

      2. La confédération aide l’agriculture mais aussi la recherche, la formation, l’industrie, le tourisme, le logement’,….

        Je serai curieux de savoir comment le loup va sauver les forêts et charger l’agriculture et l’élevage pour expliquer la hausse du CO2 me semble un peu réducteur.

        Quant à la biodiversité, j’aimerai bien une définition claire et non partisane.

        Bonne journée

        1. La biodiversite est simplement l’equilibre de la vie dans sa variete.

          Quant au loup, il regule les ongules qui mangent les pousses des forets se mettant en concurrence avec les chasseurs qui adorent tirer les ongules, remarquez aussi le lievre, la becasse ou le lagopede qui disparaissent, c’est aussi ca, la biodiversite!

          1. Un loup qui a faim ne va pas prendre le risque de se blesser en attaquant un cerf sans parler de la difficulté pour y arriver.

            Il préférera attaquer un troupeau de moutons sans risque de se blesser. Lors de l’attaque et vu la facilité avec laquelle il pourra opérer, il est est pris d’une frénésie de tuer tellement c’est facile. Il ne mange alors que des morceaux de plusieurs moutons les laissant à l’agonie.

            Maintenant pour réguler les ongulés plutôt que d’introduire des loups qui perturbent la vie des bergers et même des promeneurs, on pourrait peut être se demander si les services techniques de l’environnement ne pourrait pas les tirer. Cela coûterait certainement moins cher pour une efficacité supérieure.

  2. Ce qui est tres inquietant est le mensonge de la publication federale:

    “La nouvelle loi sur la chasse favorise la biodiversite”…!!!

    je n’ai encore lu aucun article traitant de ce sujet, bon, c’est du genre
    “Pinocchio au pays des Helvetes”,
    ou encore,
    “Ali Baba et les 40 coucous”
    (aux heures de bureau et sans cartoon).
    🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *